Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’iris et le croissant

 | 
Felice Dassetto

Partie 1. Panorama du monde musulman bruxellois organisé

12. Aspects de l’islam populaire

Texte intégral

1L’islam n’est pas vécu seulement dans la vision strictement orthodoxe de ses aspects cultuels, théologiques et normatifs. Le vécu musulman s’exprime également dans une dimension merveilleuse qui se traduit dans des pratiques thaumaturgiques, relativement cachées et discrètes, mais très vivantes, notamment auprès des populations marocaines et d’Afrique subsaharienne. C’est ainsi que la pratique de ce qui a été appelé le « maraboutisme » est un fait vivant et actif.

2Les pratiques thaumaturgiques peuvent se situer dans trois horizons culturels souvent mélangés. En premier lieu, la tradition populaire ancestrale rejoint des formes d’animisme. C’est ainsi que certaines figures de religieux, sollicités par des fidèles, ont recours à des rites qui consistent notamment dans la production d’objets et de pratiques construits à partir de la croyance dans les vertus bénéfiques du texte coranique, par exemple de versets du Coran que l’on suspend à même le corps ou de l’ingurgitation d’eau avec laquelle on a lavé une tablette sur laquelle a été écrit un verset. Ces pratiques appartiennent à un univers de croyances de type animiste ou fétichistes qui dotent d’une vertu réputée efficace des réalités naturelles ou matérielles, en l’occurrence l’écrit coranique ou l’eau sanctifiée par la parole coranique.

  • 1 La confrérie marocaine des hamadcha est entièrement concentrée à ces pratiques rituelles de transe (...)

3En deuxième lieu, il s’agit de pratiques qui ont comme point de départ la croyance dans des êtres intermédiaires dont parle le Coran : les jnoun (72,5-7). Il s’agit d’êtres créés, non corporels, très présents de manière occulte dans la vie des hommes, dotés de pouvoirs d’intervention positive ou négative, bienfaisante ou malfaisante. Ces pratiques associent la transe et le sacrifice afin d’apprivoiser les jnoun, parmi lesquels la plus connue dans la tradition marocaine est Lalla Aicha, puissante, bienfaisante, mais pouvant se retourner contre les humains qui ne l’écoutent pas et négligent ses conseils pour suivre la voie du bien1. Cette ambivalence suppose des rituels pour les amadouer de manière préventive ou curative. Les jnoun constituent avec la croyance dans les anges (malk) et les démons (shaytan) un monde merveilleux qui se situe entre le monde visible, terrestre, humain et Dieu. La croyance dans les jnoun, très diffuse, peut être d’une intensité différente dans le monde de l’islam marocain-africain et dans le monde turc. Pour donner une idée de sa prégnance, on peut rappeler les données de l’enquête d’El Ayadi et al. (op. cit, p. 147s) faite au Maroc auprès des jeunes scolarisés : 96 % croient au mauvais œil (ayn) ; 75 % croient aux jnoun. Par contre, seulement 30 % croient à l’action thaumaturgique et 70 % la rejettent. Parmi ceux-ci, les trois quarts la rejettent pour des raisons sociales (charlatanisme, ignorance) et un quart parce qu’ils estiment que ce type de pratique n’est pas tolérée par la religion. En somme, la croyance aux jnoun est diffuse, d’autant plus qu’elle est confirmée par la donne coranique.

4Enfin, l’effet thaumatugique est obtenu par l’affirmation forte de la capacité d’intercession auprès de Dieu de la récitation coranique, ce qui est assorti de la référence à ce que la tradition a transmis en termes de pratique prophétique de guérison. Ce dernier aspect est revigoré dans le contexte de la Jama’at at tabligh et dans le courant salaf. La Jama’at at-tabligh avait redonné vie à ces pratiques, en se référant à la fidélité aux pratiques originales du Prophète. Et, dans une même foulée, le monde salaf a aussi développé tout un discours religieux sur la santé et la maladie. On trouve ce discours dans des ouvrages qui circulent en français et qui semblent constituer un succès de librairie. Il s’agit du développement d’un accompagnement spirituel de la maladie assorti d’invocations destinées à capter l’influence positive divine. C’est la pratique de la roquia ou roquia shari’a. Des figures spécialisées (roqui) se lancent dans cette action thaumaturgique qui se situe entre le diagnostic, l’action psychologico-spirituelle et le recours à l’influence de la bienfaisance divine invoquée à travers le récit du Coran. La roquia shari’a exclu l’utilisation de pratiques animistes ou l’usage de talismans et le recours aux jnoun et à leur influence. Un triangle se constitue entre le malade, le roqui qui vise à mettre le malade en relation avec Dieu, et Shaytan qui guette pour détourner le malade de la relation confiante envers Dieu que le roqui veut instaurer. L’action spirituelle est assortie de règles qui sont réapparues dans le monde salaf et qui se réfèrent aux préceptes de la guérison mohammadienne. La pratique se centre sur les vertus qui découlent de la foi dans la force de la récitation coranique et du contact avec Dieu.

5Le recours à ces pratiques, que ce soit dans la version traditionnelle ou dans la version tabligh et salaf, reste vivant et il existe à Bruxelles quelques figures de référence de guérisseurs qui se rendent à domicile, ou qui pratiquent chez eux, souvent à distance, par téléphone ou même par le web. Ces croyances ne sont pas seulement le propre des premières générations : elles se poursuivent aussi auprès des générations suivantes. Elles visent des maladies et des malaises physiques ou psychologiques, le plus souvent la résolution de problèmes personnels. Plus rares sont les pratiques de « magie noire », qui veulent provoquer des effets négatifs sur autrui. Elles sont totalement exclues dans l’univers des pratiques de troisième type évoquées plus haut.

6Toutes ces pratiques, sauf quelques cas extrêmes, n’excluent pas le recours à la médecine moderne, car dans la grande majorité des cas, le recours au monde de l’univers merveilleux et aux pratiques thaumaturgiques cohabite avec le recours à la médecine moderne. Pour ce qui est des aspects psychologiques, le recours aux pratiques qui en appellent au monde merveilleux, et notamment à l’influence des jnoun, est plus fréquent.

Notes

1 La confrérie marocaine des hamadcha est entièrement concentrée à ces pratiques rituelles de transe et de sacrifice. Voir à ce sujet V. Crapanzano, Les hamadcha. Une étude d’ethnopsychiatrie marocaine, Paris, Institut d’Édition Sanofi-Synthelabo, 2000 (édition originale américaine 1969) ; L. Terme, Entre deux mondes, essai sur le rôle social de la musique dans le rituel de transe thérapeutique de la lila dans la confrérie des hamadcha du Zerhoun (Maroc), 2010, Éditions universitaires européennes, 277 p. ; O. Ralet, « La Hadra des gazelles », Ethnopsy, les mondes contemporains de la guérison, 3, octobre 2001, pp. 189-199.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par