Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’iris et le croissant

 | 
Felice Dassetto

Partie 1. Panorama du monde musulman bruxellois organisé

6. L’enseignement « supérieur »

Texte intégral

1Comme dans tous les pays européens, les grandes universités comportent des cursus d’islamologie et de langue arabe, le plus souvent dispensés dans la tradition de l’orientalisme, issu des disciplines historiques et philologiques. Cette offre ne répond qu’en partie à la demande de croyants et croyantes musulmans qui souhaitent recevoir une formation supérieure relative aux fondements de la religion (étude du Coran et de la Sunna), à la doctrine, à la morale, dans une optique croyante.

2Cette demande de formation provient de nombreux musulmans, notamment parmi les jeunes générations. Elle est souhaitée également par des non-musulmans, acteurs politiques ou intellectuels, qui soulignent la nécessité d’un enseignement supérieur islamique en Belgique, en vue de la formation d’imams, d’enseignants de religion islamique et de cadres de l’islam. L’intérêt général de la part des musulmans pour une formation approfondie, les besoins de cadres de l’islam, mais également d’enseignants de religion islamique et de personnel exerçant des responsabilités dans les mosquées justifient cette demande.

  • 1 Pour ce chapitre, nous nous fondons aussi sur le rapport interne du Cismoc réalisé par F. el Asri, (...)

3Des associations ou d’autres instances ont mis sur pied des formations de type supérieur1. Ces formations ne sont pas validées par des instances publiques ni par une évaluation académique quelconque. Parfois, elles se présentent comme un cursus de type universitaire, avec un baccalauréat, un master, voire un doctorat. Aucune d’entre elles n’octroie de titre ayant une valeur légale, ce que les personnes qui s’y inscrivent ignorent parfois.

4Le corps enseignant est parfois assez mouvant ; sauf rares exceptions, les enseignants ne disposent pas d’un doctorat ou de publications faisant valoir une notoriété scientifique. Assez récemment, dans les milieux institutionnels musulmans, pour devancer cette objection, il a été allégué que ce mode de validation des compétences via l’objectivation d’un doctorat et de publications était propre aux cursus occidentaux et aux sciences profanes. Dans les sciences islamiques, dit-on, la compétence doit être validée par la méthode de la ijaza ou l’« autorisation d’enseigner » donnée par un maître, qui a reçu à son tour l’autorisation d’un autre maître, remontant ainsi les siècles jusqu’aux compagnons du Prophète et au Prophète lui-même. Cette méthode que l’on rencontre aussi dans les confréries mystiques fait confiance à la clairvoyance d’un maître et à sa capacité de jugement. Elle n’est pas d’application aisée, surtout dans un monde où les circulations sont nombreuses. De fréquentes controverses surgissent d’ailleurs quant à l’autorisation d’enseigner reçue par l’un ou l’autre « savant » musulman. Cette méthode reprend vigueur dans le monde salaf. Elle permet, au sein d’un monde intellectuel bouillonnant d’initiatives, de fixer quelques repères pour réguler et contrôler la production et la diffusion des connaissances.

5Ces cours sont financés par le paiement d’un droit d’inscription par les participants et parfois par des contributions de mécènes du monde arabe ou d’autres instances. Ces programmes ne concernent pas les populations d’origine turque. Depuis des années, on parle d’une faculté turque de théologie, mais jusqu’à présent les cadres de l’islam turc sont ou bien importés directement de Turquie (comme dans le cas des imams et enseignants de la Diyanet) ou formés dans des instituts et facultés en Turquie grâce à des bourses d’étude du gouvernement turc. Ces programmes proposent avant tout un enseignement composé de compendiums doctrinaux, de format assez standard et peu critiques.

6La multiplication des initiatives dans le monde de l’islam arabe bruxellois est à l’image de sa fragmentation et de la compétition, et des rivalités entre groupes et personnes.

  • 2 Voir plus loin à propos du Centre islamique et culturel de Belgique.

7Le plus ancien lieu de formation est certainement le Centre islamique et culturel de Belgique dont le siège social est situé dans la mosquée du parc du Cinquantenaire2. Un Institut islamique européen a été créé en son sein. Il dispense des cours par modules thématiques portant sur les domaines classiques de la formation supérieure islamique : sciences du hadîth, jurisprudence, sira, etc. Les cours se donnent deux fois par semaine en avant-soirée. Il faudrait pouvoir revenir aux archives de ce centre pour retracer l’historique de cette formation. Cet institut a développé également un programme intensif de cours d’arabe pour adultes qui se donnent deux jours par semaine par des fonctionnaires du centre, ayant reçu une formation, souvent une licence ou une maîtrise, dans une université saoudienne ou à el Azhar. Des enseignants viennent aussi de ces pays, ou plus rarement du Maroc. Aujourd’hui, l’enseignement est marqué par l’empreinte du salafisme.

  • 3 Les appellations précédentes de ce centre sont : Institut supérieur de théologie islamique, Instit (...)

8L’Institut des études islamiques de Bruxelles a été créé en 1997 autour de la galaxie de la mosquée Al Khalil3 et a fonctionné entre les années 2004 et 2008 en lien avec l’institut Takaful créé par Hassan Amdouni. Des relations plutôt mouvementées entre ces deux organisations ont abouti à la tentative d’autonomisation de Takaful. Faute de moyens, cette asbl a été dissoute en 2008.

  • 4 www.alkhayria.com (asbl n° 456.303.044).

9L’organisation islamique européenne de bienfaisance et des œuvres humanitaires en Belgique, en abrégé Alkhayria Belgica, a été fondée en 1998 par Mohammed el Alouini, ancien directeur du Centre islamique et culturel de Belgique4. Ses objectifs sont très larges et vont de l’édification de mosquées à la création de cimetières, l’action caritative et la formation d’imams. Au sein d’Alkhayria Belgica a été créée l’Académie européenne de la culture et des sciences islamiques de Belgique. C’est en 2006 que cet institut s’est installé dans de nouveaux locaux achetés et transformés grâce à des financements de pays du Golfe. Il a développé un programme ambitieux, dont le profil est celui d’un enseignement très classique et conservateur, qui mobilise de nombreux enseignants.

10Autre initiative, la Faculté des sciences islamiques de Bruxelles (M. B., asbl n° 890.383.289), située à Schaerbeek. Mustafa Donmez (qui est désigné comme « doyen »), anciennement attaché à la faculté de l’Islamistiche Universiteit van Europa de Rotterdam, et Ibrahim Donmez, d’origine turque, en sont les fondateurs. Ibrahim Donmez est par ailleurs conseiller communal socialiste de Schaerbeek. Cette « faculté » développe des projets ambitieux. Elle comporte également un institut de la langue arabe pour adultes et pour enfants, du maternel au primaire. Pour l’instant, elle ne semble pas vouloir créer un cycle d’enseignement obligatoire. Les cours se donnent en arabe en ce qui concerne les sciences islamiques et en français pour les sciences humaines. Les cours ne sont pas mixtes. Les étudiants sont surtout arabes ou convertis. Il n’y a pas d’étudiants turcs, bien que les initiateurs soient de cette origine. Le bâtiment qui abrite cette faculté est également le siège d’une autre association, le Centre d’éducation et culturel de la jeunesse dont Mustafa Donmez est président et dont les activités semblent orientées notamment vers des écoles de devoirs. Ce bâtiment est également le siège d’une maison d’édition, el Hadîth éditions, qui occupe une place importante dans la traduction et la diffusion de textes salafites.

11L’orientation salafite de la faculté et de son environnement semble évidente. Des fonctionnaires du Centre islamique et culturel de Belgique comme Mustapha Kastit et Olivier Mattagne sont membres des conseils d’administration des deux asbl.

12Le centre al-Imam al-Bokhari propose également un programme structuré de formation de cadres à l’intérieur du monde salaf. Une figure importante de l’islam salaf bruxellois, Adil al Jattari, y joue un rôle crucial. L’ensemble de ces formations ont joué un rôle essentiel, si l’on entend divers témoignages : ils ont permis de donner à des jeunes scolarisés les instruments pour se dégager de l’islam traditionnel, celui issu des traditions familiales marocaines ou turques ou du modèle véhiculé par les tabligh. Cela a permis « de sortir l’islam de la vie familiale », comme le dit une jeune femme. Autrement dit, le passage par ces instituts n’est pas seulement une démarche religieuse, mais elle peut être aussi une démarche sociale. Pour les femmes, ajoute-t-on, c’est important : « Elles ont des clés. Elles vont pouvoir dire quelque chose à leurs maris ».

13Ces jeunes qualifient ces instituts de « scientifiques », en employant ainsi l’expression que l’univers salaf donne à sa propre démarche, c’est-à-dire la scientificité dans les canons des disciplines traditionnelles islamiques réactualisées et renforcées par les salaf. Ce terme de « scientifique » ne se rapproche du sens utilisé habituellement que par le fait qu’il explicite rigoureusement la méthode de son raisonnement.

14Évidemment, il s’agirait de savoir si la démarche intellectuelle proposée par ces instituts peut donner une réponse aux questions que les jeunes se posent dans l’environnement où ils vivent et si la formation est en adéquation au contexte culturel et social européen.

15Deux initiatives ont été prises en collaboration avec des institutions supérieures belges.

16L’une a lieu auprès de l’Erasmushoogeschool Brussel qui relève de la Communauté flamande. On y organise une formation en sciences islamiques associée à son programme supérieur. Ce programme répond à un besoin important de formation d’enseignants de religion islamique. Le programme de 60 crédits comporte les sujets habituels : histoire de l’islam, vie du Prophète, sciences du Coran, sciences des Hadiths, dogme, jurisprudence, ainsi qu’un cours sur l’islam en Belgique. La sélection des étudiants est très forte en raison du fait que la connaissance du néerlandais est requise. Une cinquantaine d’élèves s’inscrivent en première année et une dizaine arrivent en fin de parcours. Du côté francophone, aucune initiative semblable n’a vu le jour. Les écoles supérieures laïques semblent dubitatives, voire hostiles à toute idée d’un programme de formation de maîtres de religion, qui contredirait leur perspective laïque, voire agnostique ou athée. Les écoles catholiques ne paraissent pas prêtes à s’engager dans cette voie, d’autant plus que leur but est d’alimenter avant tout leur filière, alors que ces enseignants de religion islamique devraient nécessairement donner cours dans le réseau officiel.

17Bien qu’organisé à Louvain-la-Neuve (conjointement par l’UCL, les facultés universitaires Saint-Louis et l’Institut supérieur pédagogique Galilée), le programme pilote de formation continue en sciences religieuses : islam a attiré un public bruxellois. Les cours se sont donnés pendant trois années académiques entre 2006 et 2010. Ce programme comportait un volet en sciences islamique donné par des professeurs musulmans et un volet de sciences humaines. Il se poursuivra en 2011.

Notes

1 Pour ce chapitre, nous nous fondons aussi sur le rapport interne du Cismoc réalisé par F. el Asri, Offre de formation en sciences islamiques, UCL, Cismoc, mars 2006, 106 p.

2 Voir plus loin à propos du Centre islamique et culturel de Belgique.

3 Les appellations précédentes de ce centre sont : Institut supérieur de théologie islamique, Institut des sciences islamiques, Institut d’études de l’islam.

4 www.alkhayria.com (asbl n° 456.303.044).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par