Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’iris et le croissant

 | 
Felice Dassetto

Introduction

Texte intégral

1La présence de l’islam à Bruxelles peut être comprise de manières fort différentes. Elle suscite chez certains crainte et cris d’alarme, tellement le seul mot « islam » renvoie à l’étrangeté qui inquiète, vire, parfois confine au mépris. D’autres, au contraire, pourraient être fascinés par ce pluralisme nouveau teinté d’exotisme. D’autres encore considéreraient que poser la question revient à stigmatiser une population. D’autres, enfin, se réjouiraient, car on annoncerait ainsi l’avancée de l’islam, avancée d’autant plus symbolique qu’elle se produit au cœur de l’Europe et de sa capitale.

2Ce simple constat montre à quel point on est au centre d’une question sensible. En parler en sociologue et en anthropologue s’impose donc d’autant plus, afin d’introduire des éléments de réflexion, d’information et d’analyse. Cela suppose évidemment de disposer tant des outils conceptuels que des données disponibles.

  • 1 F. Dassetto, « Visibilisation de l’islam dans l’espace public », A. Bastenier, F. Dassetto (eds), I (...)
  • 2 F. Dassetto, Interculturalité en clair. Questions en marge des « Assises de l’interculturalité », C (...)

3En dépit des multiples réflexions et analyses produites ces dernières années sur Bruxelles, la question de la présence de l’islam n’est pratiquement jamais évoquée. Et pourtant, elle est flagrante : demandes institutionnelles musulmanes à l’égard des institutions publiques, du port du foulard à la nourriture halal, visibilité croissante des édifices religieux musulmans dans la ville et du rythme du temps festif1. Bien entendu, le terme d’« interculturalité » est souvent utilisé comme un euphémisme pour parler notamment des questions que des demandes musulmanes font émerger dans l’espace public, parmi lesquelles celle du port du foulard2.

4La présence de l’islam à Bruxelles, comme fait global, est présentée parfois dans certains quotidiens ou hebdomadaires, sur le ton de la crainte ou de la menace ; elle est évoquée, bien entendu, sur des sites web hostiles à l’islam ; elle est parfois abordée dans un monde laïciste inquiet du retour du religieux. Souvent ces cris d’alarme sont poussés au mépris d’une connaissance approfondie et complète de la réalité, en épinglant des faits, en généralisant sur la base de données empiriques incomplètes, en se fondant sur des informateurs à moitié informés, le tout, souvent, dans une dynamique polémique où s’affrontent les pour et les contre, les défenseurs et les imprécateurs à tout prix.

5L’analyse sociologique et anthropologique peut contribuer à prendre en compte avec sérénité le fait social majeur qu’est la présence à Bruxelles – comme en Belgique, en Europe, mais avec des accents particuliers – d’une importante réalité religieuse musulmane.

6Les référentiels religieux d’une partie de la population active influencent de manière spécifique les relations aux institutions, les conduites urbaines, le fonctionnement de la société civile, le rapport au politique. La référence à la culture, à l’interculturel est trop générale et ne va pas au cœur des questions et des enjeux.

7On voit bien quelle réception aura une analyse aussi froide, complète et dépassionnée que possible auprès de lecteurs malveillants ou exaltés. Pourtant, c’est un risque à courir. L’analyse des scientifiques sociaux n’a pas à s’encombrer de tabous, à s’enfermer dans des arguments d’opportunisme politique, d’autant plus que l’on peut être convaincu qu’analyser clairement vaut mieux que ne rien dire au risque de laisser courir les bruits, les rumeurs et la désinformation. Des sociétés de débat ouvert et démocratique peuvent, au-delà de l’écume des discours superficiels, assumer ces questions, même si elles apparaissent parfois difficiles.

8Et surtout, ces sociétés peuvent se confronter au changement. Car il en va de la réalité de l’islam comme des autres grands processus de changement qui traversent nos sociétés, des nouvelles technologies à la mondialisation. Il s’agit d’autant de changements, d’éléments et d’acteurs sociaux nouveaux qui contribuent à refaçonner, à un titre ou à un autre, les sociétés et la vie commune qui, en retour, les construisent.

1. Un mot à propos de Bruxelles

9Bruxelles est une entité urbaine d’environ un million d’habitants. Elle résulte de l’agglomération de 19 « communes », le nom de Bruxelles provenant de la commune centrale, généralement appelée Bruxelles-Ville. Bruxelles est aussi une entité régionale au sein de l’État fédéral belge. Elle est la capitale du Royaume de Belgique ainsi que le siège des principales institutions européennes. Elle est aussi la capitale de la Flandre.

10Les origines de Bruxelles remontent au moins à la période romaine. Elle s’était bâtie auprès d’une petite rivière, la Senne, aujourd’hui entièrement voûtée. Ce noyau central était dans une zone relativement marécageuse, la fleur de l’iris des marais étant d’ailleurs devenu le blason de la région bruxelloise.

11Les Ducs de bourgogne, Charles V, les Habsburg en firent leur capitale. Jusqu’à l’occupation française sous Napoléon, Bruxelles-Ville était entouré d’une fortification, constituant le cœur actuel de Bruxelles, appelé le Pentagone. Des villages l’entouraient, bâtis sur les voies de sortie de Bruxelles. La décision napoléonienne de 1810 de détruire l’enceinte fortifiée a abouti à l’inclusion progressive des villages proches au sein de l’entité urbaine bruxelloise. Mais le particularisme municipaliste belge a conservé jalousement des entités communales distinctes, ce qui aboutit à l’actuelle structure politique et administrative d’un ensemble urbain – tout compte fait de taille moyenne – fragmenté en 19 municipalités.

12Cette fragmentation est souvent critiquée, notamment du côté flamand où l’on pointe le gaspillage de moyens, les doubles emplois administratifs, les coûts de transaction et de coordination d’une ville de taille moyenne administrée par dix-neuf entités communales coiffées de surcroît d’une entité régionale de la même taille. Dans le cas qui nous occupe, la réalité est ambivalente. D’une part, comme nous le verrons, les communes peuvent développer des attitudes spécifiques à l’égard des musulmans selon la sensibilité ou la couleur politique de la majorité. Ce qui peut aboutir à une relative incohérence dans le domaine scolaire, en ce qui concerne par exemple les écoles communales, les permis de bâtir des mosquées ou l’organisation de l’abattage rituel. D’autre part, ce découpage communal force les mandataires politiques à ne pas ignorer les citoyens musulmans, car ce sont là des électeurs déterminants pour les élus locaux. Les quartiers où ces populations habitent ne sont pas seulement des quartiers minoritaires au sein d’un ensemble plus vaste : ils sont souvent une composante importante du territoire, des populations et des électeurs de la commune. Ajoutons encore que la taille réduite de ces dix-neuf communes, dont la population varie entre 140 000 et 30 000 habitants, permet une proximité des responsables communaux, donc une connaissance assez directe du territoire et de ses populations.

13La complexité institutionnelle est encore accrue par le fait que Bruxelles, ville à majorité francisée depuis le 19ème siècle, située en territoire flamand et comportant une minorité parlant flamand, est aussi gérée, pour certains aspects, par les instances publiques flamandes. On y trouve ainsi des écoles flamandes et certains aspects d’une politique flamande à l’égard de l’islam, qui n’est pas la même que celle des francophones.

  • 3 Sur l’histoire du développement de Bruxelles, parmi d’autres : G. Jacquemyns, Histoire contemporain (...)

14Bruxelles3 s’est développée au moment de la création du Royaume en 1830 et surtout par l’œuvre du deuxième roi des Belges, Léopold II (1835-1909) appelé le roi bâtisseur. Ce roi aux grandes vues, qui a acquis le Congo à son compte pour l’annexer ensuite à son royaume, veut faire de Bruxelles une grande capitale en la sortant de son provincialisme et en la transformant par le biais d’un urbanisme de type hausmanien. Des grands boulevards et des quartiers, comme l’avenue Louise (du nom de sa fille aînée) ou le « quartier Léopold », sont tracés. Ce qui amène un développement périphérique, situé plus ou moins dans le cercle dessiné sur la carte 1 ci-jointe, constituant une première ceinture autour du Pentagone historique. Une partie de ces quartiers sont d’ailleurs situés dans la partie « haute » de la ville, plus salubre.

Carte 1. Bruxelles

Carte 1. Bruxelles

15Après la guerre 1914-18 et jusqu’aux années 1960, se développe une deuxième ceinture autour de Bruxelles, constituée d’un habitat moderne et reliée au centre par des transports en commun et un réseau routier qui, dans les années 1950-60, prend l’allure de véritables autoroutes urbaines. Le développement de cette deuxième ceinture fit que les parties centrales de la ville et de la première ceinture se sont évidées d’une partie des habitants plus aisés et ont été très délaissées. C’est dans ce territoire interne de la ville que vont s’établir les populations d’origine marocaine et turque qui commencent à arriver à la fin des années 1950. Le sociologue John Rex avait parlé de « zones crépusculaires » ; on pourrait parler d’interstices urbains, de territoires de la ville en transition, qui offrent un marché du logement disponible à faible prix. Ces populations sont employées notamment dans l’industrie bruxelloise encore existante, mais surtout dans les travaux routiers et dans la construction. En effet, l’implantation du siège des institutions européennes et de l’OTAN donne une nouvelle impulsion à la transformation de Bruxelles.

16Les communes des parties basses de la ville et qui entourent Bruxelles-Ville, c’est-à-dire Saint-Josse, Schaerbeek, Molenbeek, Anderlecht, Saint-Gilles, connaissent le plus grand afflux de populations immigrées dans les années 1960. Cette concentration fut encore accrue par le fait d’un projet urbanistique, la création d’un « quartier Manhattan » qui a eu lieu à l’Ouest de la gare du Nord. Pour réaliser ce projet, on a rasé des quartiers où logeaient les immigrés marocains et turcs et ces populations se sont transférées vers les quartiers proches de Molenbeek, Schaerbeek et Saint-Josse.

  • 4 Je remercie le prof. Thierry Eggerickx de m’avoir transmis ces cartes élaborées au Centre de recher (...)

17Tout ceci est rapidement esquissé afin d’expliquer la logique d’implantation des populations marocaines et turques à Bruxelles. Cette implantation est représentée dans les cartes 2 et 34 relatives à la distribution par secteur statistique des populations marocaines et turques, dénombrées selon leur nationalité d’origine. Les populations musulmanes d’autres origines (africaines, pakistanaises, balkaniques) se distribuent grosso modo de la même manière. Ces quartiers, jadis délaissés, ont fait l’objet depuis vingt ans d’une politique de rénovation qui commence à devenir perceptible. Une partie des jeunes générations des populations d’origine marocaine et turque tendent à quitter ces quartiers. Une partie de ces quartiers, les plus dégradés, sont investis depuis dix ans par les nouvelles immigrations pakistanaises, bangadlaises, balkaniques et subsahariennes.

Carte 2. Proportion de personnes d’origine marocaine à Bruxelles (1er janvier 2005)

Carte 2. Proportion de personnes d’origine marocaine à Bruxelles (1er janvier 2005)

Source : Registre national-DG SIE. Traitement des données : Eggerickx T., Hermia J.-P., Centre de recherche en démographie et sociétés (DEMO/UCL).

Carte 3. Proportion de personnes d’origine turque à Bruxelles (1er janvier 2005)

Carte 3. Proportion de personnes d’origine turque à Bruxelles (1er janvier 2005)

Source : Registre national-DG SIE. Traitement des données : Eggerickx T., Hermia J.-P., Centre de recherche en démographie et sociétés (DEMO/UCL).

18C’est à partir de ces cadres spatiaux que les musulmans matérialisent leur appartenance à l’islam, de diverses manières, selon les territoires : ainsi, la présence de l’islam dans la ville européenne ne doit pas être lue comme la multiplication à l’identique de quartiers à signification semblable, mais comme un ensemble où apparaissent les facettes diverses de l’islam urbain. La ville européenne est saupoudrée de signes de l’islam. Certes, parmi ceux-ci, se mêlent de manière indissociable des traits de culture d’origine et des symboles religieux. Mais il semble bien, telle est du moins notre hypothèse, que l’on puisse désormais observer que les signes religieux surchargent, hiérarchisent et disent le sens de cet ensemble nouveau de significations.

2. Combien de musulmans à Bruxelles ?

19En posant cette question, on se demande combien de personnes habitant à Bruxelles adhèrent à la foi musulmane, un peu comme si on demandait quel est le nombre de catholiques, de protestants, etc.

  • 5 Mais on pourrait se demander si elles peuvent vraiment permettre de le faire et de quelle manière ; (...)

20Répondre à cette question revient à se confronter à un casse-tête sociologique et démographique. Car en Belgique, contrairement au Royaume-Uni, la collecte des données de la part de l’État sous forme de recensement ou sous toute autre forme n’autorise pas des questions concernant l’appartenance religieuse ou ethnoreligieuse. Des demandes sont faites de temps en temps pour introduire ce critère. Elles sont motivées par la nécessité d’élaborer des politiques ciblées5. Toujours est-il que, fort heureusement pourrait-on dire, ce genre de statistiques n’existe pas en Belgique. Comment alors dénombrer les musulmans ? Deux difficultés se posent. Dans les années 1960-80, on utilisait les statistiques de nationalité des personnes étrangères. On considérait les « Marocains », les « Turcs » comme des musulmans, ce qui n’est pas tout à fait vrai, car certains Turcs sont chrétiens. Mais les données étaient plus ou moins pertinentes. Toutefois, un problème s’est rapidement posé : de plus en plus de personnes ont pris la nationalité belge. Le phénomène est devenu massif après le changement de la loi sur les naturalisations dans les années 1980 qui facilite l’accès à la naturalisation. En outre, en raison de cette loi, les deuxième et troisième générations devenaient belges et n’étaient donc plus comptabilisées dans les statistiques des personnes originaires du Maroc ou de Turquie. Les démographes ont tenté de contourner cet obstacle en remontant en amont de la dernière nationalité, vers la nationalité d’origine, grâce aux données du Registre national. C’est ainsi qu’ont été établies les cartes 2 et 3.

21Un premier écueil était ainsi franchi. Il en reste un deuxième, qui est de taille. En assimilant le nombre de personnes originaires, directement ou indirectement, d’un pays « musulman » au nombre de musulmans, on suppose que toutes ces personnes sont musulmanes au sens religieux du terme. Un peu comme si on disait que puisque Santiago de Compostelle compte 95 000 habitants, il y aurait 95 000 catholiques ou qu’à Arlon il y aurait 26 000 catholiques puisqu’il y a 26 000 habitants et que la région est de tradition catholique. L’assimilation est pour le moins approximative pour deux raisons. La première : elle exclut toutes les personnes qui se disent explicitement non catholiques (car agnostiques, athées ou d’autres confessions religieuses) et elle ignore toutes les différences du vécu religieux qui va des gens très engagés dans la foi et dans la vie de l’Église à ceux qui se disent catholiques, mais sans trop de conviction, sans aucune pratique, etc. Spontanément, de toute manière, on trouverait absurde de dire qu’à Santiago de Compostelle, il y aurait 95 000 catholiques. Sociologiquement, cette assimilation est inacceptable.

22Pourquoi ce développement ? Parce que ce débat de chiffres est aussi un débat politique.

  • 6 Il en va ainsi des données relatives aux projections démographiques ou aux informations relatives a (...)

23Ces chiffres sont utilisés par certains pour susciter de l’inquiétude, et on imagine facilement ce que cela implique d’annoncer qu’à Bruxelles il y a un pourcentage important de musulmans. Les idées implicites de l’invasion, de la submersion ne sont pas loin6. D’autre part, les musulmans et leurs instances, dans la logique du financement des cultes, tentent de gonfler leur nombre afin d’accroître leur part de financement ou de dénoncer des discriminations éventuelles par rapport à d’autres cultes. C’est de « bonne guerre » : tous les cultes et la morale laïque, également financée par la législation belge des cultes, en font de même.

24Si la sociologie a un rôle à jouer à l’intérieur des sociétés modernes, c’est de tenter de tirer au clair – autant que faire se peut – les réalités sociales, de les nommer clairement.

  • 7 L’enquête allemande se trouve sur le site de la Bundesamt für Migration und Flükthlinge (www.bamf.d (...)
  • 8 S. Brouard, V. Tiberj, Rapport au politique des Français issus de l’immigration. Rapport final, Par (...)

25Revenons donc à notre question : combien de musulmans à Bruxelles ? Une première clarification a été faite par les démographes et tout récemment par le sociologue Jan Hertogen7. Il a procédé en deux étapes. Il a d’abord dénombré les personnes sur la base de leur nationalité (les Belges d’origine convertis à l’islam, dont le nombre est mal connu, manquent évidemment). Et puis, il a avancé dans l’estimation en utilisant les données d’une large enquête allemande selon laquelle 74 % des Turcs et 73 % des Marocains se disent musulmans. On ne peut que supputer les raisons pour lesquelles les autres ne se disent pas musulmans : certains sont chrétiens, d’autres privilégient l’identification à leur nouveau pays et n’apprécient guère l’étiquette musulmane, certains sont athées ou agnostiques et rejettent ce label qu’ils entendent en termes religieux. Ces données sont assez proches d’une enquête réalisée par le Centre de recherches politiques de SciencesPo (CEVIPOF) en 20058 : se disent « musulmanes » environ 60 % de personnes originaires de Tunisie, Algérie, Turquie, et 77 % originaires du Maroc. Selon cette enquête, l’identité « musulmane » des personnes d’origine marocaine serait plus fréquemment affirmée. Si on raisonne en ordre de grandeur, sans oublier que dans ces domaines les choses évoluent, on peut accepter raisonnablement les données avancées par Jan Hertogen.

  • 9 Cf. Le Soir, 17/11/2010, p. 7.

26Jan Hertogen a appliqué ce taux au nombre de personnes originaires d’un pays musulman qu’il avait dénombrées. Il arrive ainsi à conclure que vivent dans les dix-neuf communes bruxelloises environ 236 000 personnes « musulmanes », c’est-à-dire à 22 % des Bruxellois. Il serait plus exact de dire que c’est une estimation au sujet de personnes qui « ne refusent pas de se dire musulman, et ce, à un titre ou à un autre »9.

  • 10 La raison de l’inexistence de ces données est due au fait que ce type d’enquête est très coûteux à (...)

27C’est déjà un premier éclaircissement important. Mais sociologiquement, ce n’est pas satisfaisant, car il serait intéressant de préciser ce que signifie se dire musulman. À cet égard, une typologie maintes fois proposée, a quelques difficultés à être retenues, car c’est tellement facile et court de pouvoir énoncer qu’il y a à Bruxelles 200 000 ou 300 000 musulmans, sans se poser trop de questions. Cette typologie est difficile à quantifier en raison de l’absence de recherches effectuées dans cette direction10.

28Il y a d’abord les personnes qui sont athées ou agnostiques ou se montrent pratiquement indifférentes à la question religieuse.

29Les autres dessinent autant de variations à l’intérieur des 236 000 personnes dénombrées par Jan Hertogen.

  • 11 En Belgique, on a souvent confondu les choses au sein de certaines organisations ou prises de posit (...)

30Parmi elles, certaines se disent « musulmanes » en soulignant plutôt les aspects culturels ou civilisationnels, mais sans s’engager dans la dimension de la foi, même si elles solennisent des moments festifs, comme l’Aïd ou d’autres fêtes. Selon nous, ces profils athées, agnostiques pratiques, culturels et civilisationnels mis ensemble constituent probablement la majorité de la population « musulmane »11.

31D’autres s’inscrivent plus directement dans une affirmation de la foi. Autrement dit, si on faisait une enquête et si on demandait à la personne si elle est croyante, elle répondrait oui sans hésiter. On est devant un croyant qui l’affiche clairement. Cela dit, il faut encore affiner la question, afin de voir ce que cette affirmation de foi implique en termes pratiques. Et on pourrait distinguer à cet égard trois types d’appartenances.

32Pour certains, la croyance se traduit en une pratique religieuse régulière. Mais pas seulement : ces personnes sont aussi membres, adhérentes, affiliées, fidèles de l’une ou l’autre organisation avec d’ailleurs des degrés d’engagement différents, depuis la simple fréquentation régulière et le paiement éventuel d’une cotisation à une prise de responsabilité ou une activité militante (confréries mystiques, mouvements missionnaires ou militants, etc. (voir infra, partie 2).

33Pour d’autres, il s’agit d’une foi dont la pratique est privée, assortie éventuellement de la fréquentation de la mosquée pour les prières et notamment pour la prière du vendredi ou les grandes fêtes. Mais ces personnes n’adhèrent pas à telle ou telle organisation et ne s’impliquent pas dans la vie d’une mosquée.

34Pour d’autres enfin, la foi s’exprime avant tout sur un plan subjectif et éventuellement par une pratique privée de la prière.

  • 12 Cf. F. Dassetto, B. Maréchal, J. Nielsen, Convergences musulmanes. Aspects contemporains de l’islam (...)

35Cette typologie est une hypothèse corroborée par quelques données anciennes et plus récentes12. Sur la base d’une synthèse de données disponibles, j’avais estimé (mais c’est un ordre de grandeur plus qu’une donnée précise) que l’ensemble des personnes qui se disent explicitement « croyantes » et qui agissent en conséquence dans leur comportement rituel et dans l’observance des préceptes constitue en gros un tiers de la population. Si cette estimation est pertinente, alors, dans le contexte européen, le nombre de personnes qui se vivent comme croyantes et qui manifestent leur appartenance serait en baisse par rapport au pays d’origine, ce qui semble à première vue assez logique. Ainsi, dans l’enquête de M. el Ayadi et al. (op. cit.), autour de 75 % des interviewés se situent dans l’espace de la croyance active, contre notre estimation de 30 à 40 %. Cette même enquête parle d’environ 15 % de personnes qui se situent dans l’espace de l’agnosticisme pratique, ce qui tout compte fait est proche des données retenues par Jan Hertogen à partir de l’enquête allemande. La différence se situe dans le nombre plus important en Europe d’incertains, de « culturalistes », de personnes qui, pour toutes sortes de raisons, préfèrent ne pas se prononcer au sujet de leur foi et qui, certainement, ne prêtent pas beaucoup d’attention à la pratique. Tout cela, répétons-le, constitue des ordres de grandeur.

36Le tableau ci-dessous schématise les propos relatifs à l’appartenance. Cet ouvrage ne traitera pas des 235 800 personnes dénombrées par Jan Hertogen, mais d’une partie de celles-ci. Peut-on les estimer ? Quelque 120 à 150 000 personnes pourraient représenter une hypothèse raisonnable, ce qui ramènerait le pourcentage de musulmans « religieux » à Bruxelles à environ 12-14 % de la population bruxelloise.

37Tout cela permet de cerner avec un peu plus de précision la population dont on parle, mais en soi ces chiffres ne sont pas satisfaisants, car la question n’est pas là, et même, l’argument purement démographique dans les relations sociales peut avoir des effets pernicieux.

38Toute l’analyse qui suit va tenter d’entrer à l’intérieur du monde des croyants musulmans bruxellois, dans leurs diverses expressions, pour en décrire les contours et voir leurs différentes manières de se vivre comme musulmans et musulmanes sur le territoire bruxellois.

39La distribution de la population d’origine musulmane se fait dans un territoire qui se trouve grosso modo dans une partie du cercle du développement urbain, situé autour du centre de Bruxelles (appelé le Pentagone), la vieille ville médiévale, entre le Sud Sud-Est et le Nord-Est en allant dans le sens des aiguilles d’une montre. Ce cercle correspond à la première grande expansion bruxelloise du 19ème siècle. La ville a commencé à perdre des habitants à partir du début du 20ème siècle, lorsque les classes moyennes se sont transférées vers les nouvelles zones d’habitat dans un troisième cercle autour de Bruxelles. Les grands travaux routiers urbains des années 1960 et ensuite les travaux du métro ont encore éliminé des habitants ; la crise de l’artisanat et de la petite industrie installés dans ces quartiers a sonné le glas de ces territoires. Et c’est dans ces espaces en déclin que se sont installées les populations qui ont immigré à partir des années 1960 et qui venaient en majorité du Maroc et de Turquie. Ils y trouvaient un logement bon marché, qui était loué d’abord et, ensuite, très souvent acheté.

3. Un mot sur la recherche

40Ce livre se fonde sur une brève, mais intense recherche conduite entre octobre 2009 et juin 2010 à temps partiel et avec des moyens limités. Un tel travail demanderait bien plus de moyens. Mais conscient qu’en Belgique (et peut-être ailleurs aussi) aucun pouvoir public ou aucun mécène ne sera jamais disposé à financer une recherche de plus grande ampleur, le Centre interdisciplinaire d’étude de l’islam dans le monde contemporain (Cismoc) a choisi de prendre le risque, malgré tout, de faire un parcours d’exploration. L’accumulation de connaissances de celles et ceux qui composent le Cismoc, leur regard et leur familiarité de longue durée sur le terrain ont permis, malgré le temps court, le manque de moyens et la surcharge de travail, d’être assez performant et rentable et d’aboutir à un certain résultat.

41Cet investissement de recherche assez lourd était guidé par deux raisons.

42D’une part, contribuer à faire entrevoir aux jeunes chercheurs qui semblent parfois tourner en rond sur des problématiques qui datent de quinze ou vingt ans, sans apporter beaucoup d’éléments nouveaux, qu’il existe des terrains de recherche, difficiles peut-être, mais passionnants pour la sociologie et l’anthropologie. Il s’agit d’élargir le regard sur la complexité et la multiplicité religieuse de l’islam, de développer des analyses comparatives, de situer des processus particuliers de construction identitaire dans leur contexte d’émergence social, mais également religieux, de se poser de nouvelles questions, comme celle du rapport entre expressions religieuses et espace urbain.

43D’autre part, contribuer modestement à clarifier les réalités sociales afin que l’action sociale et politique puisse disposer d’éléments cognitifs les plus pertinents possible. Il s’agissait aussi de fournir quelques éléments d’information et d’analyse des processus sociaux en cours, avec la prudence de tout travail scientifique surtout lorsqu’il doit être conduit avec des moyens limités.

44Le manque de financement structurel pour des recherches de ce genre qui ne peuvent pas s’improviser, mais qui demandent une accumulation considérable de connaissances de toutes sortes et de savoir-faire, n’est que l’expression extrême de la crise du financement de la recherche en sciences sociales. Alors que dans les sciences de la nature et encore plus de l’ingénieur on déverse des centaines de millions pour la recherche ou que dans d’autres domaines des sciences des sociétés, comme l’économie, on investit énormément, la recherche en sciences sociales, en particulier dans le domaine qui nous occupe – peut-être en partie à cause des scientifiques sociaux eux-mêmes – est structurellement et gravement sous-financée, alors que les transformations des sociétés compliquent la compréhension des réalités et amènent souvent les politiques et les observateurs à tâtonner et à gesticuler en quête de solutions faute d’analyses adéquates.

45La méthode de cette recherche est classique, mais adaptée à la nécessité de produire des résultats aussi pertinents que possible dans un temps limité. Elle se fonde sur des entretiens, des contacts, sur une analyse documentaire et sur un effort interprétatif des données à partir d’une sociologie générale. On a rencontré, comme toujours dans la recherche sociologique, des interlocuteurs réticents, voire qui refusent ou qui esquivent les entretiens, ne sachant pas bien quoi faire, ou mus par un vieux réflexe d’occultation ou d’esquive. On a aussi rencontré beaucoup de coopération. Il s’agit en tout de quelque cent trente personnes dont la plupart du temps nous tairons les noms, à moins qu’il ne s’agisse de personnes publiques à un titre ou à un autre. De toute manière, ce qui guide ce texte n’est pas l’identification de personnes, mais la présentation générale d’une information et l’analyse de processus.

46On n’a pas essayé de contacter directement les acteurs radicaux, dont la logique d’action est le secret. Tout d’abord parce que, malgré certaines actions retentissantes, ils ne marquent pas la vie des communautés musulmanes bruxelloises, même si leurs pratiques et l’imaginaire qu’ils suscitent pèsent sur les relations entre musulmans et non-musulmans, mais aussi parce que la sociologie est impuissante car elle procède déontologiquement dans la transparence, elle ne cache pas ce qu’elle fait, elle ne recourt pas à des informateurs infiltrés. Dans le cas du radicalisme islamique, elle ne peut se fonder que sur ce que les services de police amènent sur la scène judiciaire. Le sociologue ne peut alors apporter une contribution qu’en faisant un bilan et en prenant un peu de distance.

47En effet, sur ces questions, les nombreux ouvrages ou articles de presse ont comme source des dossiers policiers publiés ou obtenus par des fuites. L’analyse du radicalisme se borne ainsi à fonctionner à la manière des investigateurs des services de police, qui établissent des connexions de personnes, qui cherchent des modus operandi. Cela est important pour des investigateurs qui doivent rechercher des coupables, mais si cet angle d’approche devient le seul, cela induit une déformation du regard qui ne contextualise pas, qui s’arrête aux faits immédiats et ne s’interroge par sur les logiques sociales.

4. Objectifs de l’ouvrage

48Cette étude a plusieurs objectifs. D’une part, tenter de décrire le plus exhaustivement possible la réalité du monde religieux musulman qui se manifeste, sous une forme ou une autre, sur le territoire bruxellois. C’est l’objet de la première partie, qui est une description un peu longue, et à certains moments fastidieuse, dont le but est de faire entrevoir la consistance de la réalité musulmane religieuse bruxelloise. Il est possible que certains aspects aient été omis ou qu’il y ait des imprécisions, ce n’est certainement pas volontaire, mais c’est dû au fait que l’abondance des expressions religieuses musulmanes a peut-être eu gain de cause sur les intentions d’exhaustivité. Un volet relatif à une analyse approfondie du leadership musulman ne touchera que l’un ou l’autre aspect. Pourtant, il serait important à réaliser de manière plus approfondie, mais il supposerait une tout autre recherche. Car comme toute réalité sociale, l’islam bruxellois se bâtit à travers le rôle assumé par des acteurs qui acquièrent ou se donnent un rôle, un statut : imams, aumôniers et enseignants de religion, animateurs de mosquées et d’associations les plus diverses, hommes et femmes politiques, fonctionnaires, intellectuels, autant de figures foisonnantes et multiples de cette religion au leadership éclaté.

49Ensuite, cette visée descriptive s’est focalisée, dans la partie 2, sur les mouvements religieux musulmans afin de cerner leurs développements respectifs. Il a paru utile de faire un développement historique, parfois un peu long, pour montrer l’ancrage de ces différents groupes dans une histoire et un passé, souvent dans les matrices nationales d’origine où ils sont nés. La raison de ces développements réside dans la conviction qu’il n’est pas possible de comprendre les dynamiques de l’islam européen, belge, bruxellois, si on ne connaît pas l’histoire de ces mouvements, leur enracinement dans un ailleurs, qui affecte aussi leur devenir ici. Parfois ces groupes se développent de manière originale en Europe.

50Dans cette partie, la description s’emboîte sur un questionnement plus analytique au sujet du mode de construction de l’espace social qui s’est élaboré et institué depuis quarante ans et qu’on pourrait appeler le champ social religieux musulman, à savoir un espace qui se forge et se dynamise par les relations et les tensions internes au monde des mouvements religieux, des organisations et des courants de pensée. Sans oublier, et c’est la partie 3, que ce champ religieux prend forme non seulement à travers des dynamiques intrareligieuses, mais aussi en raison de tensions sociales internes, comme les clivages nationaux, les rapports de genre et les rapports entre générations.

51Dans la partie 4, le croisement entre la description et l’analyse s’interroge sur le mode d’existence de cet espace social musulman religieux au sein de l’ensemble urbain bruxellois. Le questionnement porte ici sur la ville, ses territoires et ses citoyens qui sont aux prises avec le défi qui consiste ou bien à laisser aller un développement séparé de ses populations et de ses territoires ou bien à trouver les voies de ce que nous appelons une « co-inclussion » réciproque.

Notes

1 F. Dassetto, « Visibilisation de l’islam dans l’espace public », A. Bastenier, F. Dassetto (eds), Immigrations et nouveaux pluralismes. Une confrontation de sociétés, Bruxelles, De Boeck, 1990.

2 F. Dassetto, Interculturalité en clair. Questions en marge des « Assises de l’interculturalité », Cismoc Papers on line, septembre 2009.

3 Sur l’histoire du développement de Bruxelles, parmi d’autres : G. Jacquemyns, Histoire contemporaine du Grand Bruxelles, Bruxelles, 1936 ; A. M. Bogaert-Damin, I. Maréchal, Bruxelles. Développement de l’ensemble urbain 1846-1961. Analyse historique et statistiques des recensements, Namur, Presses universitaires de Namur, 1978 ; J. Stengers (ed), Bruxelles, croissance d’une capitale, Anvers, Fonds Mercator, 1979 ; Y. Leblicq, M. De Metsenaere, Bruxelles, capitale de la Belgique. La croissance, J. Stengers, op. cit., 1979, pp. 167-177 ; Y. Leblicq, « Les transformations du paysage urbain », J. Stengers, op. cit., 1979, pp. 256-278 ; G. H. Dumont, Histoire de Bruxelles. Biographie d’une capitale, Bruxelles, Le Cri, 2001.

4 Je remercie le prof. Thierry Eggerickx de m’avoir transmis ces cartes élaborées au Centre de recherche Démographie et société à l’UCL.

5 Mais on pourrait se demander si elles peuvent vraiment permettre de le faire et de quelle manière ; en revanche, il faudrait s’interroger sur les effets induits par ces catégorisations qui figent des identités dans une origine considérée fixe, alors qu’elles sont toujours en construction, se modifient, se mêlent au fil du temps.

6 Il en va ainsi des données relatives aux projections démographiques ou aux informations relatives aux prénoms des nouveaux-nés à Bruxelles. Nous avons effectué un calcul sur la base des fréquences des prénoms en 2007. La source est la Direction générale de la statistique et de l’information économique. Il s’agit d’une estimation assez fiable, car les prénoms « musulmans » se spécifient assez clairement. Certains prénoms qui peuvent être communs (comme Myriam) n’ont pas été comptabilisés. Et, jusqu’à présent, l’habitude des parents non musulmans de donner à leurs enfants des prénoms d’origine musulmane n’est pas encore survenue, sauf dans des cas très rares. En 2007, 32 % des nouveau-nés bruxellois ont reçu un prénom « musulman », contre 15,1 % en Flandre et 5,3 % en Wallonie. Mohammed est certainement quantitativement un des premiers prénoms des nouveau-nés bruxellois. D’où parfois un alarmisme suscité par certains. Le fait est que ce prénom est fort usité. Si les Bruxellois concentraient les prénoms de leurs enfants sur Albert ou Paola, ceux-ci deviendraient les premiers prénoms bruxellois.

7 L’enquête allemande se trouve sur le site de la Bundesamt für Migration und Flükthlinge (www.bamf.de). Les données de Jan Hertogen sont publiées sur son site: www.npdata.be. Voir aussi Le Soir, 17/11/2010, p. 7.

8 S. Brouard, V. Tiberj, Rapport au politique des Français issus de l’immigration. Rapport final, Paris, Cevipof, 2005 (cité dans J. M. Gadeul, « L’islam de France par les sondages », Comprendre, mai 2008, p. 3.

9 Cf. Le Soir, 17/11/2010, p. 7.

10 La raison de l’inexistence de ces données est due au fait que ce type d’enquête est très coûteux à réaliser si on veut travailler sur un échantillon représentatif de la population. Il importe de traiter avec une extrême précaution des recherches effectuées parfois par des instituts de sondage ou même dans des contextes universitaires, réalisées sur des échantillons insuffisants et avec une méthodologie inadéquate. Dans les pays musulmans, les études sur la religiosité sont très rares. On peut signaler la recherche effectuée au Maroc, M. el Ayadi, H. Rachik, M. Tozy, L’islam au quotidien. Enquête sur les valeurs et les pratiques religieuses au Maroc, Casablanca, éd. Prologues, 2007. Cette recherche est conduite par d’excellents universitaires marocains qui allient une connaissance des techniques de recherche à une expertise de l’islam et de la société marocaine. On fera référence à quelques résultats de cette enquête. Pour un approfondissement de cette typologie, on peut se référer à F. Dassetto, La construction de l’islam européen. Approche socio-anthropologique, Paris, L’Harmattan, 1996.

11 En Belgique, on a souvent confondu les choses au sein de certaines organisations ou prises de positions politiques ou dans les médias en parlant de « musulmans-laïcs », pour parler de personnes agnostiques ou athées, originaires du Maroc ou de Turquie. Il est même arrivé qu’elles revendiquent une place au sein des instances du culte musulman. C’est un peu comme si le président du Centre d’action laïque demandait de devenir président de la fabrique d’église de la cathédrale Sainte-Gudule ou carrément curé de cette paroisse. Mais apparemment cette bizarrerie ne posait pas problème tant la confusion est parfois grande.

12 Cf. F. Dassetto, B. Maréchal, J. Nielsen, Convergences musulmanes. Aspects contemporains de l’islam dans l’Europe élargie, Louvain-la-Neuve-Paris, Academia-L’Harmattan, 2001, pp. 5-27 ; R. Lestaeghe, J. Rurkin, « Pratiques et appartenances. Données descriptives. Résultats d’une enquête », F. Dassetto (ed), Facettes de l’islam belge, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 1997, pp. 36-46 ; U. Manco, « Religiosité islamique et intégration chez les jeunes hommes turcs de Belgique », www.flw.ugent.be/cie/umanco, 2001. On peut signaler aussi l’enquête i-Vox réalisée en 2006 dont on parlera dans la partie 1.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Bruxelles
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte 2. Proportion de personnes d’origine marocaine à Bruxelles (1er janvier 2005)
Légende Source : Registre national-DG SIE. Traitement des données : Eggerickx T., Hermia J.-P., Centre de recherche en démographie et sociétés (DEMO/UCL).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 3. Proportion de personnes d’origine turque à Bruxelles (1er janvier 2005)
Légende Source : Registre national-DG SIE. Traitement des données : Eggerickx T., Hermia J.-P., Centre de recherche en démographie et sociétés (DEMO/UCL).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par