Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien face au manuscrit

 | 
Fabienne Henryot

Partie 4. Signaler les manuscrits

Signaler des sources, et au-delà ? L’exemple de Calames

Jean-Marie Feurtet

Texte intégral

1Le début de ce siècle est marqué par une rapide croissance des productions électroniques et en ligne, phénomène qui touche notamment les sciences sociales et historiques. Cette métamorphose touche simultanément les professionnels des établissements de conservation et leurs usagers. Si, en général, les activités des uns et des autres prennent toujours appui sur des fonds et collections, leurs méthodes de travail et d’échanges tournent davantage autour de problématiques nouvelles rassemblées sous l’expression d’humanités digitales. Professionnels de l’information et de la documentation, chercheurs et informaticiens se retrouvent autour d’objectifs communs : développer des outils heuristiques, créer des réservoirs interconnectables, éditer et mettre à disposition des corpus de données numériques ou numérisées. Ces mutations vont et iront au-delà d’un raccourcissement des temps d’accès et d’un simple élargissement des espaces de savoirs accessibles.

2La transition numérique est cependant loin d’être achevée : il serait délicat de caractériser trop vite les transpositions d’outils, les reconfigurations disciplinaires qui se font jour. À cet égard, l’internet peut même présenter des inconvénients et des risques. La confusion chez l’internaute entre ressources et descriptions de ressources semble ainsi plus fréquente ; et comme nous allons le voir, le passage au digital ne se fait pas toujours sans perte et sans concession. La présente communication ne prétend pas donner les clés d’une aussi vaste problématique, mais cherche à rendre plus manifestes les passerelles qui peuvent être construites entre historiens et bibliothécaires, à travers l’exemple de Calames (Catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur).

1. Calames : définition et contexte d’origine

3Jusqu’au début du xxie siècle, l’accès aux manuscrits et aux fonds d’archives en bibliothèques passait généralement par des moyens non informatiques : fichiers papier, registres dactylographiés ou manuscrits (reproduits en salles de lecture le cas échéant), voire moyens plus informels pour des fonds inventoriés superficiellement. Il arrivait aussi que des manuscrits soient décrits au format Marc, au sein de catalogues informatisés, et au même niveau que des monographies imprimées.

  • 1 F. PALLUAULT, « Le catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : inform (...)
  • 2 Th. DELCOURT, F. PALLUAULT, F. QUEYROUX, « Les catalogues informatisés de manuscrits en France : d (...)

4Le besoin de redynamiser ces travaux catalographiques parfois laissés de côté faute de moyens entraîne la formation, en 2001, d’un comité interministériel (Culture et Enseignement supérieur) qui entreprend l’informatisation du principal ensemble d’outils de description en la matière : le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France ou CGM (116 volumes publiés entre 1849 et 1993)1. Pour faire sortir de leur relative confidentialité une quantité d’informations que des décennies de travail ont livrées, il est décidé de traiter par reconnaissance optique de caractères (OCR) les images numérisées des pages de ces catalogues, et de structurer ce produit textuel grâce à un format alors en pleine émergence, XMLEAD (ou Description archivistique encodée, format publié en 1998 et révisé en 2002 par la Société des archivistes américains et la Bibliothèque du Congrès). En 2007, un second projet interministériel vient alimenter le réservoir récemment constitué, avec la conversion en EAD du répertoire Palme (Base bibliographique des manuscrits littéraires français du XXe siècle)2.

5La répartition des données encodées entre les ministères de la Culture (bibliothèques territoriales, BnF) et de l’Enseignement supérieur (réseau ABES) a donné naissance en 2006-2007 à un « triptyque » numérique : CCFr Manuscrits3, BnF Archives et Manuscrits4 et Calames5. À chacun de ces trois catalogues correspond certes une tutelle administrative différente, mais aussi et surtout des approches, des réseaux, des moyens et des solutions techniques qui leur sont propres. Si les fondements de Calames résident dans la nécessité de recueillir un ensemble de notices imprimées de manuscrits converties en paquets numériques finement balisés, ses raisons d’être se situent résolument ailleurs : mettre à jour les corpus initiaux du CGM et de Palme, permettre de produire de nouveaux inventaires numériques pour les autres fonds et collections, et proposer à un réseau en cours de constitution une solution complète et intégrée de catalogage et de publication.

  • 6 Y. NICOLAS, « Calames (1), le catalogue », Arabesques, n° 45, 4e trimestre 2007, p. 10-12 [En lign (...)

6D’où ses deux facettes : Calames est d’abord une interface en ligne consultable depuis le 1er décembre 2007, mais c’est aussi un outil professionnel de catalogage partagé, également accessible en ligne depuis sa mise en production en avril 20086.

7Il s’agit de se concentrer sur deux types de ressources patrimoniales, manuscrits et fonds d’archives : aussi peut-on y rencontrer des notices de manuscrits médiévaux enluminés, aussi bien que le signalement d’archives contemporaines, de témoignages sous forme audiovisuelle, ou même d’objets organiquement attachés à des fonds essentiellement constitués de documents écrits. Ces corpus correspondent à un réseau institutionnel : bibliothèques universitaires et de grands établissements, bibliothèques de recherche et de sociétés savantes s’y côtoient pour signaler ensemble des ressources diverses par nature. Cette aire de déploiement correspond en grande partie, mais pas totalement, à celle des établissements participant à l’aîné des catalogues de l’ABES, le Système universitaire de documentaire (SUDOC). Mutualiser n’est toutefois pas centraliser, a fortiori lorsqu’on traite de documents par nature uniques : les établissements de l’Enseignement supérieur sont libres d’y participer ou pas (par exemple, la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris-Meudon a développé un outil de signalement propre dès avant 2006, Alidade, dans une perspective à la fois archivistique, iconographique et muséographique).

2. Quels outils pour quelles recherches ?

8En matière de description informatisée des archives et manuscrits, le format EAD s’est imposé comme un standard. L’utilisation d’un langage XML apporte une garantie de pérennité des données (stricte distinction entre contenu et mise en forme), et plus encore, permet de représenter fidèlement la description à niveaux multiples et hiérarchiques des éléments d’informations définie par la norme archivistique ISAD(G). Avec près de 150 balises dont 8 sont obligatoires, EAD allie une véritable souplesse d’usage à des possibilités d’indexation fine : ce qui amène à définir des bonnes pratiques pour préciser l’emploi ou l’exclusion de balises ou d’attributs (un groupe de travail national publiera un guide pour les bibliothèques françaises courant 2011).

9Le choix de l’EAD n’a cependant pas été évident dans le cas des manuscrits, documents souvent assimilables à des unités monographiques ; il a été quelque peu facilité par des correspondances conceptuelles et formelles fortes entre l’EAD et les inventaires imprimés pour l’encodage desquels ce format a été pensé. L’application Calames prévoit la possibilité de transformer des données EAD en format Marc, surtout conçu pour la description des imprimés : ce qui n’est pas tant un choix descriptif (« l’aplatissement » des fonds et des articles au même niveau entraînant un appauvrissement des informations) qu’une volonté de permettre à certains établissements de gérer globalement les communications aux publics. Enfin, en migrant des données descriptives du papier vers l’EAD, certaines informations et fonctionnalités sont inévitablement perdues : depuis les strates de notes que peuvent laisser des générations de professionnels sur des instruments de recherche non publiés, jusqu’à la sérendipité que de nombreux chercheurs ont pu expérimenter au feuilletage et au sentiment de perdre, une fois confrontés aux bases informatiques et à leurs interfaces (qui prennent alors tout leur sens littéral).

10Tout en donnant le primat à chaque notice, à chaque « grain » stocké dans son réservoir, et ce à la manière d’une base de données classique, Calames représente aussi une collection d’instruments de recherche. La montée en puissance de l’informatique ne rend pas nécessairement obsolète la réalisation d’instruments de recherche imprimés (à l’exception des inventaires-index, rendus caducs par l’automatisation). Calames n’a pas été conçu pour remplacer des inventaires synthétiques visant un lectorat particulier ou commémorant un événement, ni pour donner accès à des guides de recherche dont l’élaboration associe généralement des chercheurs. Cette limite n’est que partielle, ou temporaire : il est prévu dans les prochaines évolutions de permettre l’édition de ces instruments sous forme imprimable et de proposer l’affichage de leurs parties liminaires, souvent riches en précisions historiques. Cette attention à la diversité des formes de structuration et d’accès aux notices, Calames ne saurait l’étendre à tous les maillons de la chaîne de traitement archivistique : en amont de l’encodage, un travail souvent important de traitement archivistique (classement et analyse) est indispensable. Et même en catalogage non rétrospectif, les notices Calames connaissent souvent une première existence sur support papier. Quant au niveau de précision à atteindre, il dépend de la politique et des moyens de chaque établissement, ainsi que des contraintes et de l’intérêt que présentent les ensembles à traiter (cas du patrimoine non écrit, par exemple). Inventaires analytiques et répertoires numériques (fonds clos) ou méthodiques (ensembles ouverts) sont les formes privilégiées et préconisées dans Calames, mais il est possible d’en rester à un niveau très général, ne serait-ce que dans un premier temps.

  • 7 [En ligne] : http://cerl.epc.ub.uu.se/sportal

11L’un des principaux paris du site Calames est d’allier la structuration hiérarchique et archivistique des données aux possibilités d’interrogation et de feuilletage les plus évoluées des catalogues de bibliothèques. La recherche de cet équilibre n’est pas toujours un postulat partagé : le panorama international qu’offre l’interface fédérée CERL Portal7, au sein duquel figure Calames depuis octobre 2010, montre que les catalogues collectifs de manuscrits sont généralement conçus comme des réservoirs d’unités documentaires, les notions d’instruments de recherche et de description hiérarchisée y étant secondaires ou absentes. Jusqu’au pays de l’EAD, le paysage est contrasté : le « CGM américain » (National Union Catalog of Manuscripts Collections) ne dispose actuellement pas d’une interface spécifique, et seule une partie des notices NUCMC ont été informatisées de manière à être interrogeables dans Worldcat (catégorie « Archive material »). La relative dichotomie des approches descriptives et prescriptives entre bibliothèques et services d’archives n’en devrait pas moins s’estomper progressivement (mise en place de schémas XML ; projet européen APENET pour un portail des archives).

3. De nouvelles sources en déploiement

12Les outils et services proposés par l’ABES permettent d’alléger l’important investissement initial que suppose le passage à EAD. Pour tendre vers une forme d’exhaustivité, l’ABES organise l’extension de son réseau par vagues de déploiement, ainsi que des campagnes de conversion rétrospective : des sessions de formation à l’outil Calames sont organisées pour accompagner ces déploiements, et des subventions sont proposées aux bibliothèques ayant d’importants fonds à traiter. En 2011, la 4e vague de déploiement dans Calames comprendra ainsi huit nouveaux établissements.

13La part que représentent les fonds archivistiques et manuscrits dans les collections et dans les politiques des établissements est extrêmement variable : l’éventail est large entre les bibliothèques conservant éventuellement des unités patrimoniales isolées, et celles dont une part significative des communications et des activités tournent autour de collections manuscrites et archivistiques, telles les bibliothèques Mazarine, de l’Institut, la BDIC... Calames s’adresse d’abord à ces établissements tournés vers les sciences humaines et notamment historiques (de la généalogie à la génétique des textes littéraires, l’histoire des sciences…), bien que les projets à venir puissent amener à se porter sur de nouveaux secteurs (iconographie, archives universitaires contemporaines). Aussi les exemples de sources historiques « déployées » et à venir abondent-ils ; bien entendu, Calames n’a pas nécessairement la primeur du signalement de ces fonds et collections (les listes ou les inventaires ont pu déjà être mis en ligne sur les sites web des établissements, par exemple).

  • Parmi les collections récemment décrites par le cercle fondateur de Calames, citons le fonds Théodore Monod au Muséum d’Histoire naturelle, les manuscrits et fonds hors CGM (mss. 6 200 et suivants) de la Bibliothèque de l’Institut de France, ou encore diverses archives d’universitaires conservées à la BIU Sorbonne.
  • En cours de déploiement dans Calames depuis 2008, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC, Nanterre) se définit comme la « bibliothèque contemporaine de l’événement » : elle conserve d’importantes collections de périodiques et environ 2 km. linéaires d’archives privées (associations, partis, chercheurs) portant sur les deux guerres mondiales, les génocides et crimes de guerre, les périodes de rupture dans la vie des États et dans les relations internationales, les questions des nationalités, des minorités, des migrations internationales, des droits de l’homme…
  • « Parrainée » par la bibliothèque Mazarine, la Société d’histoire du protestantisme français (Paris VIIe) a intégré le réseau Calames en 2009. Les archives du culte protestant sont notablement dispersées en France (conseil national des églises réformées, synodes national et régionaux, consistoires…), et les 320 m. linéaires de la SHPF représentent l’un des principaux gisements en la matière. Les fonds généalogiques (archives familiales et par secteurs géographiques) sont distingués des fonds généraux et iconographiques.
  • Autre représentante du déploiement de 2009, la Bibliothèque interuniversitaire de pharmacie (BIUP, Paris VIe) a récemment publié dans Calames la description des archives de la communauté des apothicaires de Paris (seuls fonds des six corps de marchands parisiens à avoir été épargnés par l’incendie de l’Hôtel de ville de Paris en mai 1871).
  • Parmi les déploiements commencés en 2009, signalons encore la Bibliothèque de l’Académie de médecine (Paris VIe), la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (BIUM, Paris VIe), la bibliothèque de l’École française d’Athènes (qui conserve d’importantes archives de fouilles archéologiques)…
  • La BU Lettres d’Angers, qui a entamé au 2e semestre 2010 son déploiement dans Calames, s’apprête notamment à publier les inventaires des fonds du Centre des archives du féminisme (fonds Cécile Brunschvicg, Yvette Roudy, Union féminine civique et sociale…).
  • Parmi les déploiements débutés en 2010, citons encore l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, Paris IIe), le SCD Paris-VI (Paris Ve, fonds d’archives d’environ 800 mathématiciens), le Musée Curie (archives et instruments du laboratoire des Curie), la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM, Paris IIIe, importants fonds d’archives techniques et industrielles)…
  • En 2011, le réseau Calames accueillera les bibliothèques de l’École des Mines de Paris (manuscrits ayant trait à l’histoire de la géologie), de l’Université de Poitiers (archives Bloch et d’Argenson), de l’Institut catholique de Paris (bibliothèque de Fels), etc.

4. Valoriser les sources

14Dès l’origine, Calames a cherché à faciliter le repérage et la navigation pour tout utilisateur final. La recherche « simple » n’est nullement l’apanage de l’interface elle-même : en plus d’une recherche par mots-clés proposée en tête de la page d’accueil, une part essentielle en est confiée aux moteurs de recherche généralistes. Tandis que le dialogue entre moteurs et bases de données s’interrompt encore souvent aux portes de ces dernières, chaque nœud descriptif comporte dans Calames une URL indépendante et citable, et peut ainsi être référencé en tant que tel par Google, Yahoo… Cette extension fonctionnelle se focalise sur le référencement de chaque « brique » ou ensemble de briques descriptives. Devant le risque latent d’une surindexation (ex. : recherche Google « chronologie des papes » qui aboutit en bonne position à la notice Calames d’un rouleau parcheminé du xve siècle… ce qui ne satisfait sans doute pas la majorité des internautes), les données Calames ont été préparées pour alimenter le « web sémantique », par des triplets RDF permettant de contextualiser chaque grain d’information et de le mettre en relation avec d’autres métadonnées.

15Bien sûr, la recherche simple via Calames conserve (encore) des particularités, ne serait-ce que par sa limitation à un cadre unique de contenus. Le principe archivistique d’héritage des données est ancré dans l’affichage à la demande des composants et dans le traitement des listes de résultats – pour autant que les inventaires encodés ne comportent pas de redondances. Ainsi, une recherche simple « Gobineau » ne renverra pas à la fois la notice du fonds Gobineau (BNUS) et les notices subordonnées à ce fonds (ayant donc hérité de l’indexation « Gobineau »), mais uniquement les notices d’ensemble du fonds et les notices « enfants » qui auront été directement indexées à ce nom.

16Des fonctionnalités plus riches sont accessibles en « recherche avancée » :

  • Recherche par facettes : des filtres permettent d’affiner a posteriori une liste de résultats. À chaque étape, l’internaute est certain d’obtenir ou de conserver au moins un résultat. C’est une manière de mettre en avant certains index spécialisés dès la recherche simple.
  • Feuilletage des index (personne physique, collectivité, famille, lieu, titre d’œuvre, sujet) dont la liste se modifie par auto-complétion (search as you type). Ces entrées ont soit la forme des entrées de l’inventaire d’origine, soit une forme normalisée tirée des notices d’autorités du Sudoc (le premier des catalogues collectifs gérés par l’ABES). Elles peuvent être précisées par des entrées secondaires (sujets) ou par des rôles (parmi des personnes, collectivités et famille, possibilité de se cantonner par ex. aux seuls « destinataires de lettres »).
  • Limitation des recherches à un (ou certains) établissement(s) : les index sont alors restreints aux notices de cet (ou ces) établissement(s). La recherche par cote n’est logiquement possible qu’en sélectionnant un seul établissement. Il est aussi possible de visualiser d’un coup d’œil les principaux axes traversant les corpus d’un établissement, par l’affichage de nuages de mots-clés « personnes » et « sujets » (taille des caractères proportionnelle au nombre d’occurrences).
  • Fonction « sommaire » : depuis n’importe quelle notice Calames, on peut se situer et naviguer dans l’arborescence d’une bibliothèque (fonction assimilable au parcours d’une arborescence de dossiers dans un ordinateur). Rançon de cette multifonctionnalité, l’internaute peut être amené à confondre la navigation au sein d’un inventaire avec la navigation au sein d’un lot de résultats.

17Passé le temps de la mise en place, les évolutions de Calames en 2010-2011 s’adressent plus particulièrement au monde des chercheurs. Chaque internaute pourra créer un espace Calames personnel qui lui permettra d’annoter les notices : l’authentification pourra passer par une fédération d’identité pour les communautés universitaires françaises (réseau Renater). Ces commentaires en ligne seront visibles par tous : ils pourront notamment véhiculer des précisions aux données publiées, et seront par conséquent portés à l’attention des établissements de conservation ; ils pourront aussi contenir des informations bio-bibliographiques éludées par les instruments de recherche, se focaliser sur certains détails des documents, ou comporter des appréciations plus subjectives. Étant donné l’hétérogénéité des documents décrits par Calames, il n’est pas envisagé d’indexer ces commentaires ni de les exposer aux moteurs de recherche (à comparer aux initiatives prises par certains services d’archives, qui il est vrai portent davantage sur des reproductions numériques que sur des notices : par ex., indexation collaborative et ouverte de registres d’état civil numérisés). Les commentaires au niveau d’un document, d’une bibliothèque ou de l’ensemble de la base Calames, de même que les annotations laissées par un chercheur donné, pourront être suivies par l’intermédiaire de fils RSS.

18À chaque établissement déployé dans Calames disposant d’un compte authentifié propre, un service parallèle sera proposé à partir de 2011 : le dépôt de reproductions numériques des documents décrits dans Calames. S’ajoutant à la génération automatique de vignettes cliquables (active depuis l’origine pour les enluminures médiévales de la base Liber Floridus), ce service « images dans Calames » permettra de parcourir dans une visionneuse spécifique des reproductions partielles ou intégrales de manuscrits ou de dossiers d’archives. L’ABES ne disposant pas de levier spécifique sur les projets de numérisation, le succès du dépôt d’images dépend tout particulièrement de son appropriation par les bibliothèques. Des fonctionnalités complétant les potentialités des espaces Calames sont à l’étude : interfaçage avec des outils de gestion bibliographique, annotation des images – notamment.

Fig. 1 et 2 : Exemple d’une notice Calames liée à des images déposées et consultables dans une visionneuse spécifique

19Si les interconnexions directes, d’une part entre métadonnées et commentaires (des « péri-données » en quelque sorte), et d’autre part entre description et reproduction des contenus, représentent des plus-values évidentes pour la recherche, elles posent également la question de l’évolutivité croissante des contenus mêmes des notices. Calames s’inscrit dans une optique de remodelage des instruments de recherche, en cessant de les considérer comme des corpus statiques (cela n’implique pas nécessairement de gommer les strates descriptives majeures sur lesquelles reposent les métadonnées, bien que cet aspect génétique passe au second plan). Par exemple, les campagnes de numérisation sont souvent synonymes d’affinement des descriptions, et les bibliothèques peuvent être amenées à modifier des notices pour adapter leur articulation à ces nouveaux contenus numériques. Ces enrichissements peuvent – là encore – induire plus d’inégalités dans l’accessibilité des contenus : tant il est vrai que certains secteurs documentaires ont pu bénéficier d’un contexte favorable (manuscrits médiévaux notamment, souvent en position de « cœurs de collections » des établissements, et portés par une forte tradition de recherche érudite et de valorisation) et qu’entre ces foyers, de vastes espaces documentaires demeurent dans l’ombre. Tout patrimoine est le produit d’une construction, tout travail de recherche et toute analyse historique sont aussi des entreprises sélectives, et les services et usages de l’outil qu’est Calames ne sauraient se soustraire à ces réalités. Secondé par des réservoirs enrichis qui s’ouvrent à leur participation, le métier d’historien trouvera plus que jamais matière à s’exprimer : délimiter et identifier des corpus, exploiter et confronter des sources.

Notes

1 F. PALLUAULT, « Le catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : informatisation et avenir », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, n° 1, p. 68 72. [En ligne] : http://bbf.enssib.fr

2 Th. DELCOURT, F. PALLUAULT, F. QUEYROUX, « Les catalogues informatisés de manuscrits en France : de nouveaux outils pour la recherche », Bulletin du bibliophile, 2009, n°1, p. 3-10.

3 [En ligne] : http://http://www.ccfr.bnf.fr

4 [En ligne] : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr

5 [En ligne] : http://http://www.calames.abes.fr/pub

6 Y. NICOLAS, « Calames (1), le catalogue », Arabesques, n° 45, 4e trimestre 2007, p. 10-12 [En ligne] : http://http://www.abes.fr/abes/DocumentsWebAbes/abes/arabesques/Arabesques48.pdf ; Y. NICOLAS, « Calames (2), le catalogage », Arabesques, n° 49, 1er trimestre 2008, p. 18-19. [En ligne] : http://http://www.abes.fr/abes/DocumentsWebAbes/abes/arabesques/5884%20Arabesques%20n%C 2%B0%2049.pdf ; Y. NICOLAS, « Calames, et après ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2008, n° 6, p. 29-33. [En ligne] : http ://bbf.enssib.fr.

7 [En ligne] : http://cerl.epc.ub.uu.se/sportal

Table des illustrations

Légende Fig. 1 et 2 : Exemple d’une notice Calames liée à des images déposées et consultables dans une visionneuse spécifique
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1292/img-1.jpg
Fichier image/, 575k

Auteur

Agence bibliographique de l’Enseignement supérieur, Montpellier

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540