Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Conclusion générale

Texte intégral

1. Le jeu des grandes puissances

1On observe à travers cette étude générale, que les États traditionnels présents sur le continent africain sont aujourd’hui fortement concurrencés par les puissances émergentes. Ainsi, si les échanges commerciaux entre par exemple les BRIC et le continent étaient de moins de vingt milliards de dollars dans les années 1990, il frôlait en 2008 les 160 milliards de dollars. L’importance de l’Afrique pour les émergents est évidente et les relations, principalement économiques, se sont fortement renforcées, ces dernières années. Toutefois, il n’existe aucune politique commune ou de coopération entre toutes ces puissances émergentes. Au contraire, la concurrence est la règle qu’elle soit économique (par exemple concurrence indochinoise au Nigéria, au Mozambique et en Zambie) ou politique (recherche du soutien des pays africains dans les organisations régionales ou internationales) et chaque pays essaie d’abord de se positionner là où ses relations historiques sont fortes (le Brésil et les pays lusophones ou l’Inde et le Commonwealth).

2Si de nombreuses puissances se donnent une image de pays en développement, privilégiant les relations Sud-Sud, les faits démontrent que leur politique est avant tout intéressée. Cela étant, elles ont fait une percée impressionnante sur le continent, en particulier la Chine, l’Inde et le Brésil, mais les puissances traditionnelles, après s’être partiellement désengagées à la fin de la Guerre froide, essaient de résister à cette concurrence.

  • 1 Cité dans « The Scramble For Africa : Profiting From World’s Largest Cache Of Commodities », in Mo (...)
  • 2 Cité dans Cropley, E., Hirschler, B., « Africa rising », 28 January 2010. (http://www.pambazuka.or (...)
  • 3 Si pour les puissances, les échanges commerciaux sont encore très limités par rapport à leur échan (...)
  • 4 Cité dans Giraud, P.-N., Géopolitique des ressources minières, Paris, Economica, 1983, p. vii.

3D’une certaine manière, par rapport à la période coloniale, peu a changé dans la volonté de voir dans le continent africain une grande réserve de matières premières. Les récentes découvertes ainsi que celles encore à venir (car seule une toute petite partie du continent a été explorée et sondée) risquent de ne pas produire de changement dans le chef des puissances en quête aux ressources. Comme le notait Roger Agnelli, président de Vale : « L’Afrique est l’avenir des ressources naturelles mondiales en même temps que l’Amérique latine »1. Pour Tara O’Connor d’Afrika Risking Consulting, l’Afrique « est le continent du jeu à long terme. Ce n’est pas parfait, mais la tendance sous-jacente, en est une vers la stabilité politique assurée, laquelle permet aux affaires de fonctionner de manière plus normale ». Pour F. Beddington d’Insparo Capital : « Ne pas investir en Afrique est comme rater le Japon et l’Allemagne dans les années 1950, l’Asie du Sud-Est dans les années 1980 et les marchés émergents dans les années 1990 »2. Les besoins énergétiques et miniers commandent de plus en plus les politiques étrangères et sécuritaires. Face à la montée des puissances émergentes, le risque d’une tension entre l’offre et la demande dans le domaine est en train de devenir une réalité3. La crise génère la montée de revendications territoriales nouvelles pour le contrôle de zones jugées stratégiques en termes de réserves énergétiques ou de transport des ressources. Kautilya dans Arthasastra expliquait déjà : « Les mines sont la source du trésor ; le trésor permet la création de l’armée. Le trésor et l’armée permettent de conquérir la terre entière, avec le trésor pour ornement »4.

  • 5 Thual, F., Contrôler et Contrer : Stratégies géopolitiques, Paris, Ellipses 2000, p. 5.
  • 6 Morgenthau, H., Politics Among Nations. The Struggle for Power and Peace (1948), New York, McGraw- (...)

4En raison d’une demande tellement grandissante en matières premières due au développement économique des puissances, on observe que de nombreux États se positionnent ou placent leurs entreprises de manière stratégique en Afrique (mais pas seulement) afin de garantir leurs approvisionnements énergétiques et miniers. Il en résulte un risque accru de tensions directes entre les puissances, ou à travers les proxi wars. « Avoir pour posséder et posséder pour ne pas être dépossédé semblent être », pour F. Thual, « les deux constantes comportementales globales, qui tissent la trame de tout projet et de toute action géopolitique »5. Dans ce contexte, il existe un danger réel qu’en raison de l’accès aux matières premières, les grandes puissances, comme cela est déjà le cas, soutiennent des chefs de guerre, mouvements sécessionnistes affaiblissant les pouvoirs centraux, ayant comme conséquence un danger de « somalisation » du continent entier. Au final, il s’agit de damer les pions à l’adversaire, avec pour finalité de l’exclure de la course. Hans Morgenthau n’affirmait-il pas que le monde « est par essence un monde d’intérêts opposés et de conflits entre ceux-ci » parce que « la politique […] est gouvernée par des lois objectives qui ont leurs racines dans la nature humaine »6.

  • 7 Cité dans Solana, J., « L’union européenne, acteur global », in European Security and Defense Poli (...)

5En ce début de xxie siècle, les bouleversements qui affectent les équilibres géostratégiques constituent un ensemble de défis importants pour les principales puissances internationales, confrontées à la nécessaire redéfinition de leurs objectifs de politique étrangère, voire de leurs ambitions. Il est, aujourd’hui, utile de rappeler les propos tenus par Albert Camus lors de la remise de son Prix Nobel pour prendre la mesure des enjeux auxquels notre monde est désormais confronté : « Chaque génération se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse »7. Les propos de l’intellectuel français comportaient alors une double « déconstruction » de la réalité : la première est que les utopies fondatrices ont vécu, la seconde pose l’idée de la persistance d’un (dés) ordre naturel, anarchique dont l’œuvre de rééquilibrage, loin de représenter une démission intellectuelle et politique, se révèle une tâche noble. Ce rééquilibrage succède, aujourd’hui, à une décennie marquée par une tentative de domination des États-Unis.

  • 8 de Senarclens, P., La Mondialisation, Théories, enjeux et débats, Paris, Armand Collin, 2e édition (...)
  • 9 Delavaud, C., Territoires à prendre-le marché face aux idéologies, Paris, PUF, 1988, p. 16.

6Entre les grandes puissances, le jeu des alliances et contre-alliances a débuté. Se dirige-t-on dès lors vers un système multipolaire plus ou moins stable, à l’image du modèle du Congrès de Vienne (1815) et du modèle bismarckien (1872) ou vers le pire des scénarios, celui des guerres hégémoniques (1914). Ce sont des questions qu’il est grand temps de se poser. Mais poser uniquement ces questions ne suffira pas, de toute évidence ; il importera également d’avoir le courage d’y répondre et de prendre les décisions appropriées. Comme le note Pierre de Senarclens, « la mondialisation ne crée pas les conditions d’une uniformisation idéologique, politique et culturelle de la planète. La société internationale demeure aussi diversifiée à cet égard que par le passé. Elle est composée de peuples et de gouvernements dont les intérêts, les visions du monde, les objectifs politiques et les conceptions culturelles restent divergents, voire antagonistes »8. Il en a résulté que l’utopie d’un « monde multipolaire et multilatéral » n’aura, en fin de compte, été ni le synonyme de stabilité, et encore moins l’expression d’une sécurité collective étendue. Au risque de verser dans une perspective déterministe dont nous mesurons les limites exégétiques, aucun « concept » ne peut changer les réalités géopolitiques, géoéconomiques du terrain ou effacer quelques milliers d’années d’histoire et ce qui se passe aujourd’hui en Afrique en est la parfaite illustration. Claude Collin Delavaud estime que « la géopolitique contemporaine conserve a priori ses bases universelles. À partir d’un État ou d’un système économique regroupant plusieurs États, l’on organise une expansion vers d’autres territoires et leurs ressources »9. Une compétition entre les puissances a lieu en Afrique, prélude probablement pour ce qui nous attend dans les prochaines décennies au niveau systémique.

  • 10 Il est, intéressant, à ce sujet, de reprendre les propos du général L. Poirier, « Depuis ses origi (...)

7Au-delà de ce qu’on observe à la surface, il y a une question de fond plus importante et fondamentale encore : la remise en question du modèle occidental. Pour la première fois de son histoire, à la fin de la guerre froide, le monde apparaissait vouloir adopter une idéologie commune s’appuyant sur la démocratie, le libéralisme économique, l’État de droit, les élections libres, les médias libres, le respect des droits de l’Homme, etc. La domination du modèle occidental entraînerait ainsi le déclin des différentes idéologies et antagonismes existants10. Pour la première fois de l’histoire les grandes puissances dans un monde caractérisé par l’interdépendance, n’appartiennent plus à une seule civilisation, mais à plusieurs, ayant toutes une histoire, un passé, un vécu très différent. Dans ce contexte là on est loin du Concert des nations de 1815. Les relations internationales sont aujourd’hui de plus en plus désoccidentalisées (le centre se déplace vers le Pacifique). On évoque d’ailleurs l’idée d’une fragmentation culturelle. En effet chaque grande puissance (en devenir) Chine, Brésil, Inde, Union européenne, etc. concentre un formidable pouvoir économique, militaire, politique, mais également culturel. Il se développe ainsi des idéologies de rupture par rapport aux valeurs reconnues en Occident. Un semblable fossé idéologico-culturel ne peut qu’entraîner des approches différentes aux niveaux politique, social et stratégico-militaire et la situation en Afrique le montre.

8Par conséquent, le monde restera encore longtemps caractérisé par la confrontation d’intérêts opposés. Ce monde anarchique n’empêchera toutefois pas les États de nouer des alliances ou des partenariats stratégiques avec d’autres en fonction de leurs intérêts propres. Aussi la Realpolitik a-t-elle encore de beaux jours devant elle et la citation de R. Aron n’a rien perdu de sa pertinence : « Le choix en politique n’est pas entre le bien et le mal, mais entre le préférable et le détestable ».

  • 11 Cité dans Wang, Y.-K., « China’s Grand Strategy and US Primacy : Is China Balancing American Power (...)

9En définitive, le monde est aujourd’hui au milieu d’un processus d’ajustement important. Dans ce nouveau jeu d’échec ou de go chacun semble chercher sa place. Une chose est cependant certaine, si nous voulons comprendre le système international qui se profile à nous, on ne peut écarter les théories réalistes, cognitives et constructivistes au nom d’une approche idéaliste. Ce début de siècle ne sera pas celui d’une ère irénique et pourrait bien se résumer à ce qu’écrivait Thucydide il y a plus de 2 000 ans : « Les forts font ce qu’ils peuvent et les faibles subissent ce qu’ils doivent »11.

2. La responsabilité africaine

  • 12 Ran, D., Ying, L., « Bilan-2009 : L’économie africaine se bat pour sortir de la tempête financière (...)

10L’Afrique subsaharienne a connu une croissance de 4 % entre 2000 et 2005, en 2006, 2007 et 2008 la croissance sera respectivement de 5,6 %, 6,2 % et de 5,2 %. Malgré la crise économique, la croissance économique atteindra 1,7 % en 200912 et les prévisions pour 2010 sont plutôt bonnes, certaines études annonçant une croissance de 5 %. De plus,

  • 13 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chi (...)

la progression de la Chine et d’autres acteurs non membres de l’OCDE en tant que grands donateurs est une évolution encourageante pour l’Afrique, vu l’ampleur de la pénurie d’infrastructures. L’aide apportée par ces investisseurs émergents est sans précédent, du point de vue de son échelle comme de sa concentration sur des grands projets d’infrastructure. Etant donné la nouveauté des acteurs et des modalités d’intervention, emprunteurs et investisseurs sont sur la voie de nombreux apprentissages. Le principal défi posé aux gouvernements africains sera de faire le meilleur usage stratégique de toutes les sources extérieures de financement des infrastructures, notamment des aides financières des investisseurs émergents13.

11Face à autant d’intérêt pour l’Afrique et autant de partenaires qui se présentent, l’Afrique devrait pouvoir en théorie se développer et devenir un acteur à part entière. Pourtant le continent tarde à décoller et une partie de la responsabilité se trouve en Afrique elle-même et pas ailleurs. On constate que de nombreux pays africains se trouvent dans une situation délicate en raison de leurs faiblesses institutionnelles et structurelles. Nombre d’élites locales sont plus préoccupées par l’enrichissement personnel ou par leur obsession de se maintenir au pouvoir que par les préoccupations de leurs populations. La corruption reste un fléau incontrôlable dans certains États. Il est évident que tant que les pays africains seront institutionnellement faibles, le pillage continuera. Comme le fera remarquer un parlementaire de la RDC : « C’est un vrai libre service ici ». Le problème de l’Afrique est qu’il y a beaucoup de potentialités, mais trop peu de réalités.

  • 14 Giraud, P.-N., Géopolitique des ressources minières, Paris, Economica, 1983, p. 201.
  • 15 Les exportations d’Afrique subsaharienne se limitent encore principalement aux matières premières (...)
  • 16 Carroué, L., Collet, D., Ruiz, C., La mondialisation : Genèse, acteurs et enjeux, France, Éditions (...)
  • 17 Cros, M.-F., « RDC : Le contrat chinois attaqué », in La Libre Belgique, 3 mars 2010.

12Le secteur des matières premières devrait en théorie former une des sources principales de revenus de certains pays africains (grâce aux exportations, royalties, dividendes, taxes) et donc être le moteur de leur développement (création d’emplois et accroissement des investissements). Pourtant ce n’est point le cas et cela pour plusieurs raisons : manque de moyens, de main-d’œuvre qualifiée, de vision, de stratégie de développement économique, corruption omniprésente, milieu des affaires peu propice à l’investissement et méfiance entre partenaires « public-privé ». À ce propos « faire jouer au mieux les effets de formation et les effets d’entraînement économique, en amont et en aval, de l’industrie minière, exige que les activités des opérateurs, en particulier les opérateurs étrangers mais également les firmes minières locales privées, soient soumises à une série de contraintes et de contrôles et orientées dans le sens voulu par l’État par des mesures incitatives »14. Les économies qui dépendent des matières premières pour leur développement15 sont en outre dépendantes de la volatilité des marchés et des spéculateurs. Le FMI estime qu’en raison de la crise économique de 2008-2009, et la chute des prix des matières premières, on a observé par exemple un recul du PNB de 20 % au Tchad, 15 % en RDC et 14 % au Nigéria16. Les « fonds vautour » qui sont « des entreprises privées, généralement anglo-saxonnes, qui rachètent, à bas prix, des dettes d’entreprises en détresse ou de pays en voie de développement en retard de paiement, pour traîner les débiteurs en justice afin de leur réclamer la dette nominale, augmentée d’intérêts, de pénalités et de divers frais de justice » forment un autre danger pour la stabilité financière des États17.

  • 18 Abdulai, D.N., « Attracting Foreign Direct Investment for Growth and Development in subsaharan Afr (...)

13Les pays africains riches en matières premières doivent investir dans les activités de transformation, secteur qui leur échappe trop souvent et qui est synonyme d’une perte financière importante. Nombre d’entre eux restent des price takers et non pas des price makers. Il faut parvenir également à promouvoir un climat d’investissement sain et transparent et encourager une réglementation plus efficace des finances et du marché. D’après la CNUCED, les IDE en Afrique ont atteint cinquante-trois milliards de dollars en 2008 (certains parlent de 88 milliards de dollars). L’Afrique n’attire pourtant que 3 à 4 % des IDE au niveau mondial. Et souvent, ils se concentrent autour des matières premières, du tourisme et de l’immobilier. Ces IDE sont primordiaux pour le développement économique et social du continent. Les IDE peuvent aider à transférer des technologies, ainsi que former des ouvriers locaux. Les pays africains peuvent espérer ensuite des spin-offs, ce qui faciliterait et encouragerait l’investissement dans les entreprises locales. Les raisons de ce manque d’investissement est dû à l’image négative de l’Afrique dans les médias, la perception de nombreuses multinationales qu’il s’agit une région qui se caractérise par une main-d’œuvre non qualifiée importante, de mauvaises infrastructures et télécommunications et des institutions et un système bancaire ou financier inexistant ou caractérisé par la corruption18.

  • 19 Fiott, D., « Ressources naturelles et Confit en Afrique », ACCORD, Madriaga College of Europe Foun (...)

14L’amélioration de l’enchevêtrement des économies nationales au niveau régional doit être encouragée par les États africains eux-mêmes. Les pays africains n’échangent en moyenne que 10 % de leurs biens entre eux. L’interdépendance économique est de la sorte encore fortement limitée, chaque pays ayant sa propre politique commerciale et macro-économique. D’autant plus que de nombreux pays africains sont des pays (semi)enclavés (cela concernerait 40 % de la population africaine) dépendant d’infrastructures (voies maritimes, routières ou ferroviaires) pour importer et exporter leurs biens. L’interconnexion des différentes régions permettrait de faciliter la diversification économique sur le continent et d’éviter donc le fameux Dutch disease, qui « se réfère à l’appréciation de la monnaie d’un pays relativement aux autres, en raison d’importants gisements de ressources naturelles, qui par la suite ont un effet négatif sur d’autres segments de l’économie segments qui auraient pu être les meilleurs véhicules pour le progrès technologique »19. Il est de ce point de vue important que les recettes des ressources naturelles soient investies dans la diversification des économies.

15Il manque également des hommes d’État ayant une vision ou un projet. Or, le leadership est crucial pour évoluer vers des sociétés stables et développées. Pour certains, il faudrait probablement une période de transition, qui se traduirait dans la pratique par des despotes éclairés permettant une transition vers plus de démocratie et de développement socio-économique (à l’image de Kagame au Rwanda). Une approche peu populaire dans les milieux politiques, mais peut-être une manière pra(gma)tique de sortir l’Afrique de sa situation actuelle.

  • 20 Cité dans Tshidimba, K., « Ils n’en ont pas fini avec le Katanga », in La Libre Belgique, 24 mars (...)

16In fine, l’arrivée de puissances comme la Chine, l’Inde ou le Japon donnent aux États africains plus d’opportunités et d’options. Mais elles ne pourront l’être à long terme si les gouvernements africains ne les accompagnent pas par une meilleure gouvernance, une plus grande démocratisation et institutionnalisation. D’autant plus, qu’attirés par l’argent facile, les pays africains pourraient se limiter à être un pourvoyeur de matières premières, au lieu de se diversifier et de se développer. Ce faisant, ils sont des acteurs à part entière dans cette lutte intense et pas uniquement des victimes. « L’Afrique ne souffre pas de sa pauvreté, elle est plutôt victime de ses richesses » faisait remarquer, Aminata Traore, ex-ministre malienne20.

  • 21 Cité dans Robert, A.C., « Un enjeu mondial », in Manière de Voir, n° 108, décembre 2009-janvier 20 (...)

17En conclusion, un manque de coopération entre les grandes puissances, les pays africains et les organisations internationales risque d’avoir des conséquences catastrophiques sur le moyen terme pour le continent africain, qui risque encore une fois de sombrer dans le chaos et le désordre, sans oublier le pillage de ses ressources. En Afrique subsaharienne, cette boutade pleine de bon sens circule : « Notre problème en Afrique, ce sont les différentes ethnies qui ne parlent pas la même langue : nous avons la Banque mondiale, la coopération française, le Fonds monétaire international, l’USAID, etc. »21. Aujourd’hui, il apparaît clair et évident qu’il est impossible dans ces conditions d’avoir une politique qui puisse entraîner des résultats concrets sur le terrain. Or, toutes les grandes puissances, en ce compris l’Europe, (re) définissent aujourd’hui leur stratégie sans vraiment consulter les autres acteurs. Aussi, croire, comme on l’entend dans de nombreux discours et analyses, qu’un monde multipolaire sera synonyme de multilatéralisme témoigne d’une confusion regrettable des niveaux d’analyse. Cette affirmation ne tient point compte, en outre, ni de l’actualité, ni de l’Histoire. Le monde continue dès lors à être régi par les concepts du « dilemme de sécurité » et de self-help.

Notes

1 Cité dans « The Scramble For Africa : Profiting From World’s Largest Cache Of Commodities », in Money Morning, March 13, 2010.

2 Cité dans Cropley, E., Hirschler, B., « Africa rising », 28 January 2010. (http://www.pambazuka.org/en/category/africa_china/61802)

3 Si pour les puissances, les échanges commerciaux sont encore très limités par rapport à leur échange avec d’autres régions, il ne faudrait pas s’y tromper, l’Afrique est primordiale en raison de certaines de ses matières premières, indispensables dans certains secteurs de haute technologie. On peut penser au coltan, tungstène, chrome, cobalt ou uranium par exemple. Ces minerais ont donc une valeur stratégique, alors qu’ils n’occupent qu’une partie minime dans le commerce mondial.

4 Cité dans Giraud, P.-N., Géopolitique des ressources minières, Paris, Economica, 1983, p. vii.

5 Thual, F., Contrôler et Contrer : Stratégies géopolitiques, Paris, Ellipses 2000, p. 5.

6 Morgenthau, H., Politics Among Nations. The Struggle for Power and Peace (1948), New York, McGraw-Hill, 1993, 6 th edition, pp. 4-5.

7 Cité dans Solana, J., « L’union européenne, acteur global », in European Security and Defense Policy, Issue 3, January 2007, p. 8.

8 de Senarclens, P., La Mondialisation, Théories, enjeux et débats, Paris, Armand Collin, 2e édition, 2001, p. 79.

9 Delavaud, C., Territoires à prendre-le marché face aux idéologies, Paris, PUF, 1988, p. 16.

10 Il est, intéressant, à ce sujet, de reprendre les propos du général L. Poirier, « Depuis ses origines, l’histoire n’a cessé d’engendrer des individus et des groupes revendiquant l’exclusivité d’une ‘vérité’ sur ce qu’étaient ou devaient être la condition et la vocation de l’espèce. Par leur souci de cohérence et leur prétention à une vision totaliste et irréfutable de la réalité, des systèmes idéologiques ont nourri des forces capables d’emporter l’adhésion. Ce sont bien là des forces culturelles, engagées avec une détermination et une efficacité variables, et dont les promoteurs attendent qu’elles entraînent la conversion des esprits et, à travers une croyance, qu’elles suscitent la participation des individus et des groupes à l’avènement de la Cité idéale. Aussi, quand bien même on répugnerait à s’engager dans le conflit culturel, dont nous détournent la passion de la liberté et le respect du for intérieur, nous devons reconnaître nos vulnérabilités devant les politiques et stratégies culturelles les menaçant ». (Poirier, L., Stratégie théorique II, Paris, Ed. Economica, 1987, pp. 116-117).

11 Cité dans Wang, Y.-K., « China’s Grand Strategy and US Primacy : Is China Balancing American Power ? », The Brooking Institution, Center for Northeast Asian Policy Studies, July 2006.

12 Ran, D., Ying, L., « Bilan-2009 : L’économie africaine se bat pour sortir de la tempête financière », in French. News. Cn, 17 décembre 2009.

13 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chine dans le financement des infrastructures en Afrique subsaharienne », in Tendances et Orientations, n° 5, 2009, p. 74.

14 Giraud, P.-N., Géopolitique des ressources minières, Paris, Economica, 1983, p. 201.

15 Les exportations d’Afrique subsaharienne se limitent encore principalement aux matières premières (près de 90 %). Si on s’appuie sur les chiffres de 2008 : 68 % pour les produits énergétiques (gaz, pétrole, uranium, charbon), 14 % pour les métaux et 4 % pour les pierres précieuses. Par conséquent, la croissance des pays de la région dépend principalement des prix volatiles des matières premières, les rendant extrêmement vulnérables en raison en outre de la crise économique actuelle.

16 Carroué, L., Collet, D., Ruiz, C., La mondialisation : Genèse, acteurs et enjeux, France, Éditions Bréal, 2009, p. 83.

17 Cros, M.-F., « RDC : Le contrat chinois attaqué », in La Libre Belgique, 3 mars 2010.

18 Abdulai, D.N., « Attracting Foreign Direct Investment for Growth and Development in subsaharan Africa : Policy Options and Strategic Alternatives », in Africa Development, vol. XXXII, n° 2, 2007, pp. 10-13.

19 Fiott, D., « Ressources naturelles et Confit en Afrique », ACCORD, Madriaga College of Europe Foundation, 2009, p. 13.

20 Cité dans Tshidimba, K., « Ils n’en ont pas fini avec le Katanga », in La Libre Belgique, 24 mars 2010.

21 Cité dans Robert, A.C., « Un enjeu mondial », in Manière de Voir, n° 108, décembre 2009-janvier 2010.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search