Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Chapitre V. Les seconds couteaux (Pays du Golfe, Turquie, Iran et Corée du Sud)

Texte intégral

  • 1 Sachant que nous ne parlerons pas du rôle par exemple du Pakistan, du Liban, de l’Indonésie, d’Isr (...)

1Si les médias et la littérature évoquent souvent la présence des puissances émergentes sur le continent a fricain, il faut constater qu’elles ne sont pas les seules à vouloir se partager le gâteau. De nombreuses moyennes puissances ont fait leur apparition ces dernières années, rendant le jeu d’échec encore plus complexe. Ce chapitre aborde quelques-uns de ces nouveaux acteurs dont il faut tenir compte, à savoir les pays du Golfe, la Turquie, l’Iran et la Corée du Sud1.

1. Les pays du Golfe

  • 2 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chi (...)
  • 3 Villanger, E., Arab Foreign Aid : Disbursement Patterns, Aid Policies and Motives, CMI Reports, CH (...)

2Peu mentionnés quand on parle de l’Afrique, les pays du Golfe sont néanmoins fort présents à travers l’aide au développement en Afrique. Si la majorité de l’aide est pour l’Égypte, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, les pays d’Afrique subsaharienne ne sont pas oubliés. Des bailleurs de fonds tels que la Banque islamique de développement, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique, le Fonds du Koweït pour le développement économique arabe, le Fonds de l’OPEP et le Fonds saoudien soutiennent des projets d’infrastructure. Entre 2001 et 2007, les engagements pris correspondraient à un peu près 3,6 milliards de dollars, répartis dans toute l’Afrique subsaharienne (avec un avantage pour les pays ayant une population musulmane importante). Les projets soutenus sont principalement dans le secteur des transports (routiers), les projets énergétiques et d’approvisionnement d’eau et d’assainissement2. Tout comme l’aide chinoise, l’aide des pays du Golfe n’est pas autant conditionnée que celle des Occidentaux, le FMI, ou la BM. En d’autres termes, il n’y a pas d’interférence dans les affaires intérieures des pays. L’octroi de ces aides (comme nous l’avons déjà vu pour les précédents acteurs) n’est pas nécessairement consenti sans arrière-pensée. Les pays ayant une politique plus ferme envers Israël ou soutenant les pays du Golfe à l’Assemblée générale de l’ONU obtiennent plus facilement une aide que les autres3.

  • 4 Coker, M., « Persian Gulf States Bet on Africa Despite Downturn », in The Wall Street Journal, Feb (...)
  • 5 Braeckman, C., « Ces terres d’Afrique trop convoitées », in Le Soir, 29 décembre 2009.
  • 6 Ibidem.
  • 7 Pour une analyse détaillée de la question, lire Woertz, E., Pradhan, S., Biberovic, N., Jingzhong, (...)

3Les multinationales sont également de plus en plus enclines à investir sur le continent, en particulier dans les domaines bancaires, de la construction, des télécoms et dans une moindre mesure de l’énergie. Pour les pays du Golfe, l’Afrique est riche d’opportunités, en particulier en raison de la crise économique et des pertes subies en Europe et aux États-Unis. Quelques exemples l’illustrent. La compagnie de téléphonie Zain group (filiale de Kuwait’s Mobile Telecommunications Co) a investi en Afrique de l’Est. Les Saoudiens ont ouvert des banques au Soudan. Ras Al Khaimah (un des Émirats Arabes Unis) construit des appartements résidentiels à Kinshasa4. DP World gère le port de Dakar. Les sociétés émirati Etisalat et Al Qudra sont présentes respectivement en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Début 2010, les pays du Golfe ont organisé le Gulf Africa Investment Forum 2010, mettant l’accent sur les relations économiques avec l’Afrique subsaharienne dans les domaines suivants : l’énergie, les minerais, les finances, le tourisme, les télécommunications, les infrastructures et l’agriculture. À ce sujet, les pays du Golfe sont très présents dans le domaine de l’acquisition d’exploitations agricoles. Face à un accroissement prévisible de la population des pays du Golfe (trente millions en 2000 et soixante millions en 2030) et au manque de terres arables, ces pays cherchent des alternatives. L’Arabie Saoudite par le fonds d’investissement FORAS International parcourt l’Afrique afin d’acquérir des terres agricoles pour garantir sa sécurité alimentaire. L’Arabie Saoudite a d’ailleurs acheté 500 000 hectares en Tanzanie. Le Qatar veut exploiter 40 000 hectares de terres au Kenya. Doha a fondé Hassad Food pour investir dans la sécurité alimentaire. En Zambie, Dubaï souhaite produire du riz et du blé5. Au Soudan, la société sucrière Kenana, dont les propriétaires sont le gouvernement soudanais et des fonds arabes, produit de l’éthanol6. En raison des distances, il est évident que pour les pays du Golfe, le continent africain est la solution la plus rationnelle (même s’ils font de même en Asie et en Asie centrale). Cela entraîne toutefois deux nouvelles réalités à moyen terme : la sécurisation des voies de transport, ayant comme conséquence que l’Océan indien devient encore plus important que par le passé et une exposition plus importante ou carrément une implication (in)directe dans les conflits régionaux afin de défendre leurs investissements agricoles sur le continent7.

2. La Turquie

  • 8 The Istanbul Declaration on Africa-Turkey Partnership, « Solidarity and Partnership for a Common F (...)
  • 9 Ozkan, M., « Turkey Discovers Africa : Implications and Prospects », in SETA PolicyBrief, n° 22, S (...)

4Après des décennies de négligence, Ankara a commencé à s’intéresser à nouveau au continent africain à la fin des années 1990. En 1998, la Turquie adopte le document Opening up to Africa Policy avec comme objectif d’approfondir les liens économiques, culturels et politiques. En 2003, la Turquie lance sa « Stratégie Afrique » et en 2005, « L’année de l’Afrique ». La même année, Ankara obtient le statut de membre observateur auprès de l’UA. Toutefois, il faut attendre l’année 2008, pour observer une évolution décisive. Entre les 18 et 21 août 2008, sera tenu à Istanbul le premier sommet Afrique-Turquie (Solidartiy and Partnership for a Common Future). Cinquante-trois délégations africaines prendront part au sommet, conduites par une vingtaine de chefs d’État ou de gouvernement. À l’issue de ce sommet les deux partenaires se mettront d’accord sur une coopération plus approfondie dans les domaines suivants : 1) coopération intergouvernementale ; 2) commerce et investissement ; 3) agriculture, agrobusiness, développement rural, PME ; 4) santé ; 5) paix et sécurité ; 6) infrastructure, énergie et transport ; 7) culture, tourisme et éducation ; 8) médias et informations, technologies de communication ; 9) environnement8. Le pays a de la sorte recours à son agence de coopération internationale (TIKA), qui a actuellement trois bureaux en Afrique (Soudan, Éthiopie et Sénégal) à partir desquels elle opère dans une trentaine de pays pour encourager le développement socio-économique à long terme et intervenir si nécessaire à court terme dans le cadre de crises humanitaires. Le nombre de bureaux devrait augmenter dans les prochaines années9.

5Dans le secteur économique, la Turquie est surtout présente dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics, du textile et du transport. La visite du président Gül, accompagné d’une délégation d’une centaine d’hommes d’affaires début 2010 au Kenya, en RDC et au Cameroun confirme d’ailleurs ce regain d’intérêt pour le continent. Les échanges commerciaux sont aujourd’hui de plus ou moins dix-sept milliards de dollars et Ankara espère endéans les trois ans atteindre trente milliards de dollars. Les principaux partenaires commerciaux de la Turquie sont l’Algérie, l’Égypte et l’Afrique du Sud.

6Si économiquement, la Turquie essaie de tirer son épingle du jeu, politiquement son influence est encore très limitée. En 2007, Ankara n’avait que sept ambassades sur le continent (et principalement au Maghreb). Depuis lors elle a ouvert une dizaine d’ambassades supplémentaires. Tout comme d’autres puissances, la Turquie voit dans les pays africains également un soutien politique potentiel dans des dossiers internationaux. Ainsi la Turquie chercha et obtint le soutien du continent pour décrocher un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité en 2008. La Turquie est également intervenue à plusieurs reprises dans la question du Darfour en tant que médiateur.

  • 10 Brzezinski, Z., Le grand échiquier, L’Amérique et le reste du monde, Pluriel, France, 1997.
  • 11 Walker, J., « Learning strategic depth : implications of Turkey’s new foreign policy doctrine », i (...)
  • 12 Auteur de l’ouvrage Stratejik Derinlik (Profondeur stratégique), paru en 2001, qui sert aujourd’hu (...)
  • 13 Kaya, M.K., Karaveli, H., « Vision or Illusion ? Ahmet Davutoglu’s State of Harmony in Regional Re (...)

7Aujourd’hui, la Turquie commence à prendre conscience de son potentiel statut de puissance régionale et ne veut plus être un pivot géopolitique au service des intérêts occidentaux, mais plutôt un acteur géostratégique émancipé en reprenant la terminologie de Z. Brzezinski10. Pour Ankara, il importe de redéfinir sa politique par rapport aux différentes questions régionales et globales, tout en n’étant plus étiquetée : puissance occidentale11. L’empreinte de l’actuel ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu est très présente à ce sujet12. Dès le début des années 2000, ce dernier a encouragé le développement d’une nouvelle politique étrangère. Selon lui, la Turquie a vocation à devenir un État « central », en s’appuyant sur son héritage historique et géopolitique. Dans la pratique, Ankara doit s’appuyer sur quatre grands principes. En premier lieu, une politique de « zéro problème » avec ses voisins. La Turquie doit abandonner cette idée ancrée que ses voisins sont des ennemis et développer de bonnes relations avec eux. En second lieu, il s’agit de développer une politique étrangère multidimensionnelle. En d’autres termes, il s’agit de diversifier les relations (pas uniquement s’appuyer sur l’Occident, mais avoir de l’influence dans le Caucase, au Moyen-Orient, en Asie Centrale, dans le bassin méditerranéen, etc.) et d’agir en tant que médiateur dans certaines questions régionales et internationales. En troisième lieu, on insiste sur un nouveau langage diplomatique qui puisse faciliter un rapprochement entre l’Est et l’Ouest et une intégration de la Turquie à l’UE. Enfin, il est nécessaire de développer une politique rythmée, sous-entendu proactive (sommets, visites)13. Aussi, l’intérêt porté à l’Afrique s’inscrit dans cette nouvelle politique autonome et multi-vectorielle.

3. L’Iran

  • 14 Iran’s Activity in East Africa, the Gateway to the Middle East and the African continent, Intellig (...)

8La présence iranienne en Afrique se concentre principalement sur l’Afrique de l’Est, et cela pour des raisons majoritairement géostratégiques. Le pays a dans la région plusieurs objectifs : accroître son influence politique, promouvoir ses intérêts économiques, exporter la révolution islamique, renforcer sa présence physique dans la région et surtout contrer l’influence israélienne14. Revenons sur certains aspects de cette politique.

  • 15 Les armes sont transportées par navire des ports iraniens vers Port Soudan et ensuite, elles prenn (...)

9Si traditionnellement, il s’appuie au Nord sur Damas et le Hezbollah, le leadership iranien voit dans le Soudan, le passage obligé pour continuer sa politique subversive envers Israël et l’Égypte par le Sud. Le pays-clé pour Téhéran sur le continent est le Soudan. Ce dernier est considéré par les Iraniens comme porte d’entrée sur le continent africain. Les deux pays ont développé une coopération militaire importante, mais l’Iran utilise également le territoire soudanais pour faire entrer clandestinement des armes via l’Égypte dans Gaza pour armer le Hamas15. D’ailleurs, en 2009, un convoi transportant des armes vers Gaza sera attaqué sur le sol soudanais, probablement par les forces israéliennes.

  • 16 Szrom, C., « Ahmadinejad in West Africa : What Iranian Outreach to the Region Reveals about Tehran (...)
  • 17 En visite au Kenya en février 2009, le président Ahmadinejad déclare : « Les gouvernements africai (...)
  • 18 Lire par exemple, Bernard, Ph., « Sénégal : la tentation iranienne », in Le Monde, 16 avril 2010.

10Il s’agit également pour Téhéran de maintenir un contrôle sur les voies de communication dans le Golfe d’Aden. L’Iran participe de cette façon à la lutte contre la piraterie maritime et a envoyé des navires patrouiller dans la Corne de l’Afrique. Cette présence lui permet également de surveiller les faits et gestes des puissances européenne et américaine dans la région au nom de la lutte contre la piraterie maritime. Pour ces raisons, l’Iran se rapproche également de l’Érythrée et les navires de guerre iraniens auraient, selon certaines sources non-vérifiées, accès au port d’Assab, en Mer Rouge. L’Iran entretient de bonnes relations avec le Kenya dans le domaine commercial, mais y voit aussi une opportunité d’y jouer la carte chiite puisqu’une partie de la population musulmane embrasse cette confession16. Téhéran voit également une opportunité d’affirmer son discours antioccidental et anti-impérialiste et d’obtenir un soutien dans les grands forums par rapport à la question nucléaire et les sanctions, sans oublier la solidarité Sud-Sud auprès des pays africains17. Ainsi on observe que des pays comme le Sénégal18, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud sont fortement courtisés. Les Iraniens ont compris que, pour éviter tout isolement, la meilleure approche est celle des relations personnelles. En 2009, il y aura vingt visites de hauts dignitaires iraniens au continent. À l’image du Venezuela en Amérique latine, l’Iran a encore recours au pétrole pour accroître son influence en Afrique. Au-delà de ces intérêts géostratégiques et idéologiques, l’Iran voit également des opportunités économiques et encourage ses sociétés à investir sur le continent. L’Iran a d’ailleurs été accusé d’y vouloir se procurer de l’uranium, mais sans que cela se soit vérifié. L’Iran a enfin le statut d’observateur à l’UA.

11Il est évident qu’une partie de la politique iranienne en Afrique est déterminée en fonction de sa politique envers Israël et la volonté de contrer l’influence de Tel Aviv en Afrique. En second lieu, le régime iranien, en raison d’autres intérêts nationaux, joue la fibre Sud-Sud et antioccidentale pour accroître son influence régionale et garantir sa survie.

4. La Corée du Sud

  • 19 Braeckman, C., « Ces terres d’Afrique trop convoitées », in Le Soir, 29 décembre 2009.

12La Corée du Sud est un des derniers pays à avoir rejoint la course vers l’Afrique. Séoul voit avant tout dans le continent une opportunité pour s’approvisionner en matières premières. Si les entreprises coréennes ont des difficultés à s’implanter sur le marché du pétrole, elles s’imposent dans d’autres secteurs. La Corée du Sud achète ou loue des parcelles de terres arables. Au Soudan, la Corée du Sud a acheté 690 000 hectares afin d’y cultiver du blé19. Elle avait également acheté des terres arables au Madagascar, mais le contrat semble avoir été annulé. En 2009, des sociétés sud-coréennes dont Korea Water Ressources Corp. en partenariat avec Forrest ont signé un accord avec l’État congolais pour le développement de projets de ressources hydrauliques et minières pour un montant de 750 millions de dollars. En contrepartie, la RDC s’est engagé à fournir des minerais (cuivre, cobalt et uranium). Un protocole d’accord a été signé par la société Korea Resources Corporation et le gouvernement nigérien pour que Niamey fournisse 400 tonnes d’uranium par an à Séoul à partir de 2010. La société minière coréenne est présente au Sénégal où elle exploite la mine d’or de Sabadola. La société sud-coréenne STX construira au Ghana plus de 200 000 maisons pour un montant de dix milliards de dollars. Des sociétés coréennes construiront également des logements sociaux en RDC. La Corée du Sud s’intéresse de près au domaine des infrastructures. Des entreprises coréennes, actives en Angola, seraient impliquées dans la construction d’un port en eau profonde à Banana et intéressées à investir dans le développement du barrage d’Inga. Les Sud-coréens promeuvent également les partenariats privé-public dans des secteurs stratégiques, à savoir le développement des infrastructures et énergies, dans huit pays : Cameroun, RDC, Mozambique, Namibie, Nigéria, Afrique du Sud, Tanzanie et Zambie.

  • 20 Autre exemple : la Corée du Sud a accordé un montant de 306 millions de dollars à la Banque africa (...)
  • 21 Lutete, C., « Coopération internationale et régionale : participation remarquée de la RDC au deuxi (...)
  • 22 Sue-Young, K., « Korea, Africa Share ‘Green Growth’ Vision », in Korea Times, 24 novembre 2009.

13Les Coréens, à l’image d’autres pays, ont également lancé un Forum Corée-Afrique en 2006 pour discuter d’une meilleure coopération économique. Le second forum a eu lieu fin novembre 2009 à Séoul rassemblant une vingtaine de ministres de pays africains ainsi qu’une représentation de l’UA. Il s’est fixé trois objectifs : l’adoption d’une Déclaration finale, d’un Plan cadre pour la coopération au développement entre la Corée et l’Afrique pour la période 2009-2012 et de l’Initiative Corée-Afrique pour une croissance verte couvrant la même période. Dans la déclaration finale, on peut lire : « Nous convenons de renforcer notre partenariat en vue de soutenir l’Afrique dans l’éradication de la pauvreté et dans l’accomplissement d’un développement soutenu et de promouvoir aussi la prospérité des pays africains et de la Corée ». La Corée du Sud annoncera également un doublement de son aide publique au développement devant passer à plus de 200 millions de dollars d’ici 201220. L’aide se concentrera majoritairement sur le développement de l’agriculture (l’irrigation, centres de formation, modernisation des fermes, amélioration des techniques agricoles, etc.). Elle s’engage également à former 5 000 Africains, à promouvoir la santé publique, l’éducation et l’agriculture21. Enfin, le document de l’initiative Corée-Afrique pour une croissance verte établit : « Nous sommes convenus d’accroître nos canaux bilatéraux et multilatéraux pour un dialogue entre la Corée et l’Afrique afin de développer un consensus sur la croissance verte et pour tenir des forums politiques afin de renforcer le partenariat sur la croissance verte à faible carbone »22.

14À travers ce bref aperçu, nous observons que la Corée du Sud veut se positionner en Afrique. En tant que puissance économique, elle a un besoin croissant de matières premières, confirmant encore une fois l’importance de l’acquisition et le contrôle des matières premières, non seulement pour les puissances confirmées et émergentes mais également pour celles qui connaissent des taux réguliers de croissance.

Notes

1 Sachant que nous ne parlerons pas du rôle par exemple du Pakistan, du Liban, de l’Indonésie, d’Israël, qui tous ont également des visées sur le continent.

2 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chine dans le financement des infrastructures en Afrique subsaharienne », in Tendances et Orientations, n° 5, 2009, pp. 66-67.

3 Villanger, E., Arab Foreign Aid : Disbursement Patterns, Aid Policies and Motives, CMI Reports, CHR Michelsen Institute, 2007, p. 19.

4 Coker, M., « Persian Gulf States Bet on Africa Despite Downturn », in The Wall Street Journal, February 2009.

5 Braeckman, C., « Ces terres d’Afrique trop convoitées », in Le Soir, 29 décembre 2009.

6 Ibidem.

7 Pour une analyse détaillée de la question, lire Woertz, E., Pradhan, S., Biberovic, N., Jingzhong, C., Potential for GCC Agro-investments in Africa and Central Asia, GRC Report, September 2008.

8 The Istanbul Declaration on Africa-Turkey Partnership, « Solidarity and Partnership for a Common Future », 19 August 2008.

9 Ozkan, M., « Turkey Discovers Africa : Implications and Prospects », in SETA PolicyBrief, n° 22, September 2008, p. 6.

10 Brzezinski, Z., Le grand échiquier, L’Amérique et le reste du monde, Pluriel, France, 1997.

11 Walker, J., « Learning strategic depth : implications of Turkey’s new foreign policy doctrine », in Insight Turkey, July 2007.

12 Auteur de l’ouvrage Stratejik Derinlik (Profondeur stratégique), paru en 2001, qui sert aujourd’hui de fil conducteur de la politique étrangère turque.

13 Kaya, M.K., Karaveli, H., « Vision or Illusion ? Ahmet Davutoglu’s State of Harmony in Regional Relations », in Turkey Analyst, vol. 2, n° 11, June 5, 2009.

14 Iran’s Activity in East Africa, the Gateway to the Middle East and the African continent, Intelligence and Terrorism Information Center, July 29, 2009, p. 2.

15 Les armes sont transportées par navire des ports iraniens vers Port Soudan et ensuite, elles prennent la route vers l’Égypte.

16 Szrom, C., « Ahmadinejad in West Africa : What Iranian Outreach to the Region Reveals about Tehran’s Foreign Policy », A report by the Critical Threats Project of the American Entreprise Institute, August 3, 2010.

17 En visite au Kenya en février 2009, le président Ahmadinejad déclare : « Les gouvernements africains ne devraient pas laisser les grandes puissances les oppresser pour voler leur pays à nouveau ». Cité dans Iran’s Activity in East Africa, the Gatewa to the Middle East and the African continent, Intelligence and Terrorism Information Center, July 29, 2009, p. 14.

18 Lire par exemple, Bernard, Ph., « Sénégal : la tentation iranienne », in Le Monde, 16 avril 2010.

19 Braeckman, C., « Ces terres d’Afrique trop convoitées », in Le Soir, 29 décembre 2009.

20 Autre exemple : la Corée du Sud a accordé un montant de 306 millions de dollars à la Banque africaine de Développement fin 2009.

21 Lutete, C., « Coopération internationale et régionale : participation remarquée de la RDC au deuxième forum Corée-Afrique », in Digitalcongo.net, 28 novembre 2009.

22 Sue-Young, K., « Korea, Africa Share ‘Green Growth’ Vision », in Korea Times, 24 novembre 2009.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search