Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Chapitre IV. L’Inde, le Japon, la Russie et le Brésil, acteurs en devenir en Afrique ?

Texte intégral

1Ce chapitre aborde des acteurs appelés à jouer un rôle croissant sur le continent africain. Certes l’Inde, le Japon, la Russie et le Brésil ne sont pas aussi présents que les États-Unis, la Chine et l’Union européenne, mais ils incarnent une présence d’avenir.

1. L’Inde

  • 1 Kinh, S.K., « India and West Africa : A Burgeoning Relationship », in Briefing Paper, Chatham Hous (...)

2L’Inde a historiquement eu un lien fort avec certains pays du continent africain, en particulier depuis la Conférence de Bandung en 1955, mais également en raison de son passé de colonie anglaise, du Groupe des 77 et du Commonwealth1.

  • 2 Beri, R., « India’s Africa Policy in the Post-Cold War Era : An Assessment », in Strategic Analysi (...)
  • 3 L’Inde voudrait atteindre septante milliards de dollars d’ici 2015.

3Au début de la Guerre froide, en particulier durant le règne de Nehru, l’Inde est présente sur le continent en raison de son soutien aux mouvements anti-colonialistes et ensuite anti-apartheid. Toutefois, l’Inde ne parviendra jamais à s’imposer comme modèle de référence en raison de sa défaite contre la Chine en 1962. Elle y perdra son rôle de leader et l’image de défenseur des intérêts du Sud. D’autant plus qu’à cette époque New Delhi estime que les mouvements de libération doivent adopter des moyens pacifiques (image du faible), alors que la Chine préconise au contraire la lutte armée. Affaiblie par la lutte d’influence avec la Chine, l’Inde lancera toutefois en 1964, le programme Indian Technical and Economic Cooperation (ITEC) pour contrer principalement la politique chinoise en essayant de promouvoir les relations économiques2. Si, ensuite, durant les années 1970 et 1980, l’Inde parvient en partie à accroître son influence, en jouant sur la coopération Sud-Sud, il faut attendre les années 2000 pour voir une empreinte réelle sur le continent. En 1990, le commerce entre l’Afrique et l’Inde était à peine d’un milliard de dollars. Il est passé à trente-cinq milliards de dollars en 2008 (trente milliards au niveau de l’Afrique subsaharienne) et atteindra près de quarante milliards en 20093. Le commerce entre l’Inde et l’Afrique du Sud, par exemple, excédera cinq milliards de dollars en 2007.

  • 4 L’Inde importe 25 % de son pétrole d’Afrique contre plus ou moins 70 % du Moyen-Orient.
  • 5 Sao Tomé et Principe a des réserves propres et en exploitation commune avec le Nigéria (40 % Sao T (...)
  • 6 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 50.

4Tout comme les autres puissances, l’Inde voit aujourd’hui dans l’Afrique une opportunité pour diversifier ses importations énergétiques. Si l’Inde a des réserves importantes de charbon, ce n’est pas le cas pour le pétrole. L’Inde importe aujourd’hui 60 % de son pétrole et ce chiffre devrait passer à 90 % d’ici 20254 Les multinationales indiennes essaient donc de se faire une place sur le marché. La société nationale indienne Oil and Natural Gas Corporation (ONGC) a investi en Libye, en Afrique de l’Est et dans le Golfe de Guinée. Concernant ce dernier, le consortium indien ONGC-Mittal Energy Ltd. et le gouvernement nigérian auraient conclu un accord d’un montant de six milliards de dollars pour construire une raffinerie, des voies ferrées et des centrales électriques ; en contrepartie la société aurait accès à différents blocs dans la zone d’exploitation commune entre le Nigéria et Sao Tomé5. En Afrique de l’Est, l’Inde a construit l’oléoduc de la raffinerie de Khartoum à Port-Soudan (740 km) et a obtenu des contrats de prospection. ONGC a encore obtenu des contrats en Côte d’Ivoire, au Ghana et un contrat d’exploration dans la zone économique exclusive de l’île Maurice6. D’autres sociétés pétrolières indiennes ont investi au Gabon, en Libye et en Égypte. La compagnie gazière GAIL porte un certain intérêt pour les projets de gaz naturel liquéfié en Angola et au Nigéria. En quête d’uranium, New Delhi prospecte le marché en Namibie et début septembre 2009, les deux pays ont signé un accord permettant à l’Inde d’acheter de l’uranium et d’investir dans l’exploitation minière. Actuellement le nucléaire civil produit 3 % de l’électricité en Inde, qui voudrait atteindre les 25 % d’ici 2050. En RDC, l’Inde est présente dans les secteurs de l’agriculture et du transport, mais surtout dans la construction des barrages hydrauliques (Katende, Katebola).

  • 7 Lafargue, F., « L’Inde en Afrique : logiques et limites d’une politique », in Afrique contemporain (...)
  • 8 Pays qui aurait des réserves de gaz intéressantes.

5L’Inde se signale aussi en Zambie. Vedanta Ressource est l’actionnaire majoritaire de la société minière Konkola, premier producteur de cuivre du pays7. Il faut également mentionner l’importance de l’Afrique australe, et en particulier le Mozambique et son port de Beira, voie d’exportation sur l’Océan Indien. L’Inde y investit dans la modernisation des infrastructures ferroviaires et routières du pays, l’objectif à long terme étant de relier l’Angola au Mozambique8. Le Mozambique pourrait également se révéler intéressant à long terme en raison de ses potentielles réserves de gaz. En Angola, une voie ferroviaire est réhabilitée par Rites International dans la province Huila et Kamani Engineering Corp construit une ligne de transmission entre la Zambie et la Namibie. À l’instar d’autres puissances, l’Inde dépasse ses relations traditionnelles (Afrique anglophone) pour s’intéresser à certains pays francophones, dont principalement la Côte d’Ivoire pour son huile de palme, son bois en grumes et l’anacarde. Et tout comme la Chine, l’Inde s’intéresse aux terres agricoles du continent. Ainsi, des entreprises indiennes ont investi 1,5 milliard de dollars en Éthiopie. Enfin, l’Inde voit dans les télécommunications un marché prometteur. La société Bharti a d’ailleurs racheté au koweïtien Zein ses filiales en Afrique (excepté le Maroc et le Soudan).

  • 9 Lafargue, F., « L’Inde une puissance africaine », in Défense nationale, février 2007.
  • 10 Ramachandran, S., « India pushes people power in Africa », in Asia Times, 13 July 2007.
  • 11 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 46.

6Pour encore renforcer sa position, New Delhi a lancé Techno-Economic Approach for Africa-India Movement en 2004 en Afrique de l’Ouest9. Cette initiative connue également sous le nom Team-9 et comprenant l’Inde et huit pays africains (le Burkina Faso, le Tchad, la Guinée équatoriale, le Ghana, la Guinée-Bissau, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal) met l’accent sur l’aide et les transferts technologiques10. Le projet Focus Africa lancé deux ans plus tôt, en 2002, et qui concerne vingt-quatre pays africains, vise, pour sa part, « à coordonner l’action des Chambres de commerce et des banques indiennes afin d’accroître les investissements notamment dans les domaines informatique, scientifique et médical en Afrique »11.

  • 12 Naidu, S., « India stepping up the ante in African relations », 25 mars 2010. http://pambazuka.org (...)
  • 13 Lafargue, F., « L’Inde une puissance africaine », in Défense nationale, février 2007.
  • 14 Lafargue, F., « La rivalité entre la Chine et l’Inde en Afrique australe », in Afrique Contemporai (...)

7En mars 2010, en coopération avec la Confederation of Indian Industries, l’Eximbank indienne et le gouvernement indien, le sixième Conclave Meeting on the India-Africa Project Partnership rassemblera 1000 délégués pour discuter des relations commerciales entre africains et indiens. Ce forum forme une plateforme pour encourager les relations commerciales entre les deux acteurs12. Grâce à ces projets, les sociétés indiennes sont également de la partie sur le continent africain dans d’autres secteurs que celui des matières premières et des infrastructures : Candico (textile) en Afrique de l’Est, Tata Motors en Afrique du Sud et au Sénégal, Ranbay (pharmaceutique) en Zambie, en Côte d’Ivoire, au Nigéria et sur l’île Maurice13. L’Inde participe encore au projet Pan-African e-Network, dont l’objectif est de relier la plupart des États du continent par un réseau de fibres optiques et de liaisons satellites14.

  • 15 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chi (...)
  • 16 Rodier, A., « L’Inde à la conquête de l’Afrique, derrière la Chine », in Le Figaro, 19 mars 2010.
  • 17 Le ministre adjoint aux Relations extérieures, Tharoor s’exprimera de la façon suivante : « Nous n (...)

8L’Inde recourt aussi à sa banque d’import-export pour la mise en œuvre des projets : « La banque d’export-import indienne est l’institution principalement chargée d’acheminer les aides à l’infrastructure, les conditions variant avec la nature du projet considéré »15. Le gouvernement a également décidé de mettre sur pied un fond souverain, qui devrait financer ses acquisitions en matières premières, afin de rendre les entreprises indiennes plus compétitives16. On observe dès lors à travers ces nombreuses initiatives une volonté claire de New Delhi d’accroître ses relations commerciales, de garantir un accès aux matières premières et surtout de contrer la Chine, même si l’Inde insiste sur une politique d’engagement envers l’Afrique en s’appuyant sur la solidarité Sud-Sud17.

  • 18 À l’inverse des secteurs énergétiques américain, chinois ou européen, celui de l’Inde est très div (...)

9Face à la concurrence féroce de la Chine, l’Inde s’inspire de plus en plus de l’approche chinoise : aide financière pour la construction de projets contre accès aux matières premières. L’Inde investit pareillement dans des pays en marge de la communauté internationale18. Mais par rapport à la Chine, les compagnies indiennes sont bien plus intégrées dans les sociétés et l’économie africaines, ces dernières ayant davantage recours à la main d’œuvre locale.

10Malgré cette relation commerciale croissante, l’Inde a réalisé, il y a peu, que sa diplomatie publique était quasi inexistante. Alors que plus de 20 % du pétrole importé vient de l’Afrique, le dernier Premier ministre à visiter le continent avant 2007 était Nehru en 1962. Cela étant, l’activité diplomatique indienne est aujourd’hui palpable. En avril 2008, s’est déroulé le premier sommet Inde-Afrique, dont l’objectif était de « renforcer les partenariats déjà existants dans des secteurs aussi divers que l’agriculture, la sécurité alimentaire, la santé, le développement d’infrastructures, la science et la technologie, les médicaments génériques, la formation et l’industrialisation ». L’Inde y annoncera le doublement des prêts consentis à l’Afrique à savoir 5,4 milliards de dollars sur les cinq prochaines années.

11Début 2010, le Vice-président Mohammad Hamid Ansari visitera la Zambie, le Malawi et le Botswana, le ministre du commerce, Anand Sharma, se rendra au Nigéria et le ministre adjoint aux Relations extérieures, Shashi Tharoor se rendra au Mozambique. Vu l’importance grandissante de l’Afrique, l’Inde accroît encore sa présence à travers ses missions diplomatiques et le département au ministère des affaires étrangères comprend aujourd’hui trois divisions Afrique Centrale et Ouest, Afrique du Sud et Est et Afrique du Nord.

  • 19 Lafargue, F., « L’Inde en Afrique : logiques et limites d’une politique », in Afrique contemporain (...)
  • 20 Exemples : Madhvani en Ouganda et Bidco au Kenya.

12La présence de fortes communautés indiennes (un million « d’Indiens » en Afrique du Sud, 700 000 à l’île Maurice, 200 000 à la Réunion, près de 100 000 au Kenya et en Tanzanie) forme également un pouvoir à ne pas sous-estimer19. La présence d’une partie de cette diaspora depuis plusieurs générations (contrairement à la diaspora chinoise) présente de nombreux avantages. Elle facilite les relations et permet d’établir un pont entre les sociétés indiennes et le continent africain. De nombreuses sociétés en Afrique ont d’ailleurs été fondées par des Indiens20.

  • 21 Le premier ministre indien résumera en 2006, l’IBSA de la manière suivante : « L’idée de l’IBSA es (...)
  • 22 Vines, A., Oruitemeka, « India’s Engagement with the African Indian Ocean Rim States », in African (...)

13Afin d’affirmer son rang auprès des pays du Sud, l’Inde cherche à développer ses alliances Sud-Sud avec le Brésil et l’Afrique du Sud au sein du forum IBSA21, lancé en 2003, et qui tient depuis 2006 un sommet annuel. L’Inde s’appuie également sur l’Indian Ocean Rim Association for Regional Cooperation pour accroître son influence dans la région. Cet organisme regroupe l’Inde et les pays africains donnant sur la façade de l’Océan indien. L’initiative comprend dix-huit pays et est supposée renforcer la sphère d’influence économique et stratégique indienne ; de facto elle n’a cependant produit que des résultats réduits22.

14Au final, l’Inde a aujourd’hui compris l’importance du soft power. Au sommet d’avril 2008 le premier ministre indien déclare : « C’est notre intention de devenir un partenaire proche de la résurgence de l’Afrique ». Shri Nalin Surie, ministre des affaires étrangères surenchérit :

  • 23 Inaugural Address by Shri Nalin Surie, Secretary (West), Ministry of External Affairs, at the Inte (...)

L’Inde et l’Afrique sont inexorablement liés. Nous avons été et continuons à être des partenaires naturels. Nous partageons une vision commune d’une croissance socio-économique inclusive et équitable pour nos peuples et une vue commune du monde. Nous sommes côte à côte sur des questions critiques telles que la lutte contre le terrorisme, le changement climatique, les négociations commerciales multilatérales, la réforme de l’ONU et la réforme des institutions financière internationales. Nous sommes avec l’Afrique dans cette entreprise et avons l’intention d’être un partenaire proche dans sa résurgence23.

  • 24 Dutta, A., « Indo-African Defence Cooperation : Need for enhanced Thrust », in Journal of Defense (...)

15La présence militaire indienne sur le continent se traduit, pour sa part, surtout par la présence de Casques bleus, la consolidation de la coopération militaire et le déploiement dans l’Océan indien. L’Inde est le plus grand contributeur de forces onusiennes en Afrique (plus de 8 000 soldats en 2008). Tout comme pour la Chine, la présence sécuritaire indienne se fait à travers les opérations de paix onusiennes (RDC, Angola, Éthiopie, Érythrée, Liberia, etc.). L’Inde avait des coopérations militaires avec plus ou moins un tiers des cinquante-quatre pays du continent en 2008. Elle a ainsi déployé des équipes de formation au Nigéria, en Tanzanie, au Botswana, en Zambie, au Lesotho et aux Seychelles. Des officiers africains ont également reçu des formations en Inde24.

  • 25 La Chine a exprimé son désir de construire une base navale à Marao (Maldives), chasse gardée indie (...)
  • 26 Pant, H.V., « Le rôle croissant de l’Inde dans l’Océan indien », in Défense nationale et sécurité (...)

16L’Inde se positionne encore dans l’Océan indien et le considère comme son « périmètre de sécurité » naturel, allant du détroit de Malacca au détroit d’Ormuz, et des côtes africaines aux côtes australiennes. L’Inde s’est encore rapprochée ces dernières années des Maldives25, de l’île Maurice et des Seychelles, formant des points d’appui intéressants vers le continent africain. Cela se traduit par des accords économiques, des patrouilles maritimes et des formations des militaires. À Madagascar, New Delhi construit une station de surveillance et l’île Maurice pourrait suivre26. Depuis 2003, l’Inde patrouille la ZEE de cette dernière et en 2006 un accord avec le Mozambique sera conclu pour organiser des patrouilles régulières communes et fournir au pays des armes et autres services. En 2008, l’Inde et le Qatar concluent un accord en matière de sécurité et de défense, en particulier dans le domaine de la sécurité maritime. New Delhi bénéficierait encore d’un accès à certaines facilités portuaires à Oman. L’Inde accroît également sa présence du côté du détroit de Malacca, en consolidant entre autres ses relations avec l’ASEAN et en renforçant sa présence dans le Golfe de Bengale, plus particulièrement sur les îles Nicobar et Andaman.

  • 27 Bandimutt, P., « India and Geopolitics », in India Forum, September 2006.
  • 28 Batabyal, A., « Balancing China in Asia : A Realist Assessment of India’s Look East Policy », in C (...)

17Depuis quelques décennies, l’Inde avance ainsi la Doctrine Indira (d’après Indira Gandhi), une sorte de Doctrine Monroe appliquée à l’Asie du Sud, une stratégie fortement influencée par Lord Curzon. Ce dernier insistait fortement sur la centralité de l’Inde dans l’Océan indien. Dans un ouvrage de 1909, The Place of India in the Empire, il explique que les ressources humaines et matérielles de l’Inde, son sens du commerce font que le pays peut s’étendre vers l’Afrique et l’Asie. Lord Curzon écrit : « À l’Ouest, l’Inde doit exercer une influence déterminante sur les destinées de la Perse et de l’Afghanistan. Au Nord, elle peut opposer son veto à tout rival au Tibet. Au Nord-Est, le pays est en mesure d’exercer d’importantes pressions sur la Chine et enfin, il s’agit d’un des gardiens de l’autonomie du Siam »27. S’il est évident que cette vision se faisait dans le cadre de l’empire britannique, elle se maintient dans la définition de la grande stratégie indienne contemporaine28. En effet, face à la menace d’une arrivée des grandes puissances dans l’Océan indien, New Delhi doit veiller à garantir une présence navale entre le détroit de Bab el Mandeb et le détroit de Malacca.

  • 29 « Cercle » en sanskrit. Le concept fait référence à l’origine à la méditation pour atteindre un ét (...)
  • 30 Conseiller de l’empereur Candragupta (3e siècle avant JC)
  • 31 Cité dans Kagan, R., The Return of History, New York, Alfred Knopf, 2008, p. 43.

18En conclusion, les intérêts économiques sont la raison majeure de la présence indienne sur le continent africain. Face à sa croissance et au manque de matières premières sur son territoire, New Delhi prospecte ailleurs. Cette politique africaine s’inscrit également dans le cadre de sa politique envers la Chine. Il est primordial pour l’Inde de maintenir un contrôle sur l’Océan indien et ses voies de communication, ainsi que d’appliquer la stratégie du Mandala29 développée par Kautilya30 dans Arthashastra. Enfin, l’Inde prend conscience de son statut de puissance émergente et comme l’observe Sunil Khilnani, nous « sommes énamourés de l’idée que nous deviendrons bientôt un invité permanent à la soirée perpétuelle des grandes puissances, et nous devons donc nous dépoussiérer et nous habiller pour la fête »31.

2. Le Japon

  • 32 Kita, J., « L’Aide publique au développement japonaise et l’Afrique : vers un partenariat fructueu (...)

19Le Japon s’intéresse au continent africain depuis la première crise pétrolière de 1973. La première visite d’un ministre des affaires étrangères japonais sur le continent a lieu en 1974. À cette époque Tokyo prend conscience qu’il est impératif pour le pays de diversifier ses importations des ressources énergétiques, provenant quasi uniquement du Moyen-Orient. Dès 1975, la part des importations de pétrole venant d’Afrique était passée de plus ou moins 0 à 3 %. Parallèlement, l’aide au développement japonais vers l’Afrique va s’accroître. Fin des années 1980, il correspond à 15 % de l’aide totale à l’Afrique32.

  • 33 Sato, M., Alden, C., « La diplomatie japonaise de l’aide et l’Afrique », in Afrique contemporaine, (...)
  • 34 Les exportations japonaises vers l’Afrique passeront de 603 millions de dollars à 2,3 milliards de (...)
  • 35 Ochiai, T., « Beyond TICAD Diplomacy : Japan’s African Policy and African Initiatives in Conflict (...)
  • 36 Kamo, S., « De l’engagement économique à l’engagement politique. Les nouvelles orientations de la (...)

20Si la relation entre le Japon et le continent Africain s’est surtout caractérisée ces dernières décennies par l’aide publique au développement, elle peut se subdiviser en plusieurs phases selon M. Sato et C. Alden33 : 1) entre 1954 et 1973, il s’agit à travers l’aide publique d’ouvrir la porte à de nouveaux marchés (même si l’aspect humanitaire n’est pas à sous-estimer)34, mais l’aide sera principalement consacrée à l’Asie et non pas à l’Afrique ; 2) suite à la première crise pétrolière, le Japon décide de diversifier ses importations et se dirige vers l’Afrique (1974-1980). En 1974 Toshio Kimura, alors ministre des affaires étrangères se rend en Égypte, au Ghana, au Nigéria, au Zaïre et en Tanzanie. En 1979, après la seconde crise pétrolière le ministre des affaires étrangères, Naoshi Sonoda visitera le Nigéria, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la Tanzanie et le Kenya. Cette visite confirmera la volonté de Tokyo de diversifier d’une part ses investissements et d’autre part ses importations en matières premières ; par conséquent, l’aide publique à l’Afrique augmentera considérablement lors de cette période. Le pays y verra encore une opportunité d’obtenir le soutien de ses politiques (volonté de devenir membre permanent du Conseil de sécurité) de la part des pays africains au Conseil de sécurité ; 3) la crise économique qui touchait principalement les États-Unis au début des années 1980, a incité le Japon à dynamiser son aide publique entre autres à l’Afrique (1981-1988). Un autre facteur qui encouragera un plus grand engagement sera la politique de « sécurité globale » adoptée au début des années 1980, dont un des piliers était d’étendre l’aide au développement pour des raisons stratégiques35 ; 4) entre 1989-2000, le Japon devient un des principaux bailleurs de fonds de l’Afrique et s’engage, comme nous le verrons, plus politiquement (participation à des missions de maintien de la paix) et économiquement (l’initiative TICAD). Le Japon y voit une opportunité d’être un « contributeur à la communauté internationale » et donc d’avoir un rôle plus actif dans les affaires internationales. En 2000, le ministère des affaires étrangères japonais s’exprime de la manière suivante sur l’engagement nippon sur le continent : « Les questions de développement et de stabilité politique sont étroitement liées et le Japon, en tant que membre important de la communauté internationale, se doit de s’y intéresser de manière responsable […] Si les liens historiques entre le Japon et l’Afrique, contrées en outre géographiquement distantes, ont été clairsemés, il n’empêche que le Japon doit, sur ce que l’on peut appeler à juste titre les nouveaux territoires de la diplomatie japonaise, s’acquitter d’un certain rôle et mener des efforts indépendants sur le plan du développement africain et des questions de conflit, lesquels sont inhérents à sa position sur la scène internationale »36 ; 5) enfin, entre 2001-2010, l’aide publique connaît un recul important en raison des différentes crises économiques qui touchent le Japon.

21Si le Japon a été ces dernières années un des premiers bailleurs de fonds de l’Afrique subsaharienne, il est de plus en plus rattrapé et concurrencé, d’autant que les relations commerciales restent assez limitées. Le commerce entre le Japon et le continent atteignait en 2007, près de trente milliards de dollars (loin derrière l’UE, les États-Unis et la Chine et directement concurrencé par l’Inde et le Brésil). La part de l’Afrique dans les exportations totales est de plus ou moins de 1 % et de même la part de l’Afrique dans les importations totales est également de 1 %. Le Japon essaie d’y remédier depuis de nombreuses années à travers une série d’initiatives.

  • 37 Matthysen, K, Custers, R., Africa’s Natural Ressources in a Global Context, IPIS, August 2009, p. (...)
  • 38 Ogasawara, M., « La coopération japonaise à l’égard de l’Afrique. Vers un développement de la coop (...)

22Depuis 1993 est organisé tous les cinq ans la Conférence internationale de Tokyo pour le développement en Afrique : Tokyo International Conference on African Development (TICAD). Si à l’origine la TICAD met l’accent sur le volet économique, les pays africains signataires s’engageront ensuite dans le sens de la libéralisation politique et de la bonne gouvernance. Au dernier sommet TICAD en mai 2008, le Japon et les pays africains se sont engagés à coopérer dans les domaines suivants : encourager la croissance économique, atteindre les objectifs du Millénaire (éducation, santé, sécurité humaine, etc.), promouvoir la consolidation de la paix et la bonne gouvernance et s’atteler aux questions du climat et de l’environnement. Lors de ce sommet, le Japon s’engagera également à octroyer des prêts d’un montant de 4 milliards de dollars dans les cinq ans à venir et une assistance technique. Le Premier ministre Fukuda proposera encore la création d’un fonds de 2,5 milliards de dollars (Facility for African Investment) pour la période 2008-2012 conduit par le Japan Bank for International Cooperation. L’objectif est de faciliter l’accès des sociétés japonaises au marché africain (en particulier dans les domaines des matières premières et infrastructures)37. Cela étant, la TICAD apparaît aujourd’hui partiellement essoufflé, manquant d’ambitions et de direction. D’autres initiatives de moindre envergure ont également été lancées. En 1998, le Japon a par exemple lancé au Kenya l’Institut Africain pour le Développement de la Capacité, centre de formation en matière de techniques, de savoir-faire, de connaissances pour réduire la pauvreté et avait déjà établi en 1984 à Dakar un centre de formation professionnelle et technique38.

23Il est évident que ce regain d’intérêt pour l’Afrique est intéressé, en raison de l’importance des matières premières, et en particulier énergétiques. Aujourd’hui, le Japon dépend encore toujours à 90 % du Moyen-Orient pour ses importations pétrolières, ce qui rend la diversification des importations prioritaire. Ces dernières années, des sociétés japonaises ont obtenu des droits de concession pour l’exploration du pétrole en Libye. AOC et Teikoku Oil sont présents en Égypte et ce dernier est également présent en Algérie. La société japonaise Japan Oil, Gas and Metals National Corporation (JOGMEC) a conclu un accord avec Platinum Australia, concernant une de ses filiales Stellex Platinum, active en Afrique du Sud. Dans un autre secteur, le Japon et Djibouti ont conclu un projet d’accord qui porte sur la construction d’une centrale électrique. À travers ces quelques exemples, nous observons un désir des entreprises japonaises de s’installer sur le continent, même si, le retard pris par rapport aux autres puissances, apparaît difficile à rattraper.

  • 39 Vote d’une loi en 1992 concernant la coopération pour les opérations de l’ONU et autres qui permet (...)
  • 40 Ochiai, T., « Beyond TICAD Diplomacy : Japan’s African Policy and African Initiatives in Conflict (...)
  • 41 Le Japon et Djibouti ont signé en avril 2010 un accord permettant au premier d’y construire une ba (...)

24Dans le domaine sécuritaire, les forces d’autodéfense seront déployées dans le cadre des missions des Nations Unies en 1993 et 1994, respectivement au Mozambique et au Rwanda39 et en juillet 2008, le Japon a annoncé qu’elle enverrait au Soudan du personnel militaire pour participer à l’opération de l’ONU. Bien que n’étant pas un des donneurs principaux, le Japon soutient également financièrement depuis de nombreuses années l’UA dans le cadre de la prévention et de la résolution des conflits40. Le Japon a envoyé des navires dans l’Océan indien pour lutter contre la piraterie maritime et ainsi défendre ses intérêts économiques en surveillant les routes maritimes commerciales41. Cette présence traduit également la volonté japonaise d’être traité comme un acteur à part entière sur la scène internationale et réaffirmer le processus de « normalisation » entamé, il y a quelques années.

25En définitive, le Japon à travers sa présence en Afrique a une volonté de diversifier ses importations en ressources énergétiques ; il veille à contrer l’influence politique chinoise sur le continent, à travers l’aide publique au développement, et sa présence dans les missions onusiennes, le soutien de cinquante-trois États africains dans les forums internationaux étant en jeu. Enfin, il s’agit également pour Tokyo de tout simplement s’affirmer sur la scène internationale en tant qu’acteur indépendant et cela pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale.

3. La Russie

  • 42 Retrouver son influence dans son voisinage proche (Caucase, Asie centrale).
  • 43 Cité dans Cropley, E., « Scramble for Africa : Brazil gaining on China », May 11, 2009. http://pam (...)

26Durant la Guerre froide, la Russie était fortement présente en Afrique dans le cadre de l’opposition idéologique entre l’Est et l’Ouest. Les Soviétiques soutiendront de cette manière les mouvements antioccidentaux en Égypte, en Afrique du Sud, en Angola, en Namibie, en Somalie, etc. Mais à la fin de la Guerre froide, elle a délaissé, tout comme de nombreuses autres puissances, l’Afrique. Affectée par une crise politique et économique interne, la Russie adopte de nouvelles priorités en politique étrangère42. Aujourd’hui, elle essaie de rejouer un rôle sur le continent, principalement à travers son secteur énergétique et de défense. En effet, malgré un timide rapprochement au début des années 2000, il faut attendre la visite de V. Poutine en septembre 2006 au continent (Maroc, Égypte, Algérie et Afrique du Sud) pour observer une volonté russe de retour au « premier plan ». La visite en Afrique (Égypte, Nigéria, Namibie et Angola) en juin 2009 du président Medvedev a confirmé ce retour. En janvier 2009, l’envoyé spécial russe au Soudan, Mikhail Margelov, sera d’ailleurs déjà très explicite à ce sujet en déclarant : « Nous sommes de retour en Afrique »43. Obsédée par son désir de retrouver son aura et prestige de la Guerre froide, la Russie veut pouvoir jouer un rôle sur tous les échiquiers régionaux.

  • 44 Pour accroître son influence sur le continent, elle compte sur les milliers d’étudiants qui ont ét (...)
  • 45 Le Nigéria, le Niger et l’Algérie ont signé un accord pour construire un gazoduc de plus de 4 000 (...)

27La Russie est de retour pour des raisons avant tout économiques44. L’échec de Gazprom en Algérie en 2006 n’a pas empêché la multinationale de chercher à s’implanter sur le marché algérien. Sonatrach a signé en 2009 un contrat avec la filiale hollandaise de Gazprom, pour explorer et exploiter certaines parties du Bassin de Berkine. Gazprom et la Libye ont conclu un accord concernant le secteur gazier et pétrolier. Au Nigéria (deuxième partenaire économique de Moscou en Afrique noire, après l’Afrique du Sud), Gazprom a signé un accord en 2009 avec la Nigerian National Petroleum Corporation pour accéder aux réserves de gaz, en créant une co-entreprise à 50/50, baptisée Nigaz. La société russe a également montré son intérêt pour participer au gazoduc trans-Sahara, devant exporter le gaz nigérian vers l’Europe45. Ce nouveau gazoduc donnerait à Gazprom un contrôle non-négligeable sur la livraison du gaz nigérian vers l’Europe, accroissant implicitement la dépendance européenne envers la Russie, qui est déjà de 30 à 35 %. Gazprom a également signé des contrats en Namibie pour l’exploitation d’un gisement gazier offshore. Avec équato-guinéenne de gaz naturel liquéfié (EG/LNG), dont les actionnaires sont la compagnie américaine Marathon Oil (60 %), la société nationale de gaz (25 %), les japonaises Mitsui corporation (8,5 %) et Marubeni corporation (6,5 %), elle a signé un accord de coopération dans les secteurs du gaz et de l’énergie en octobre 2008. Zarubezhneft essaie pour sa part de pénétrer le marché angolais du pétrole.

  • 46 Troude, G., « La Russie en Afrique : Le grand retour ? », in Géostratégiques, n° 25, octobre 2009, (...)
  • 47 Roman Kupchinsky, « Putin’s Afrika Korps », in Eurasia Daily Monitor, July 8, 2008.
  • 48 Russian Railway a obtenu le contrat.
  • 49 La Russie fournit de l’uranium à ses centrales nucléaires, mais a également des accords nucléaires (...)
  • 50 Aras, B., Fidan, H., « The Return of Russia-Africa Relations », in Bilig, Winter, n° 52, 2010, p. (...)

28Les sociétés minières russes sont également actives sur le continent. Le groupe Renova a investi un milliard de dollars dans des gisements de manganèse dans la province du Cap Nord en Afrique du Sud. Il existe également des accords dans le marché du diamant entre De Beers et le russe Alrosa46 et ce dernier est présent sur le marché du diamant angolais. Norilsk Nickel aurait investi deux milliards de dollars dans les mines de cuivre en Zambie en juin 2008, après déjà avoir investi au Botswana en 2007. RusAl, le plus grand producteur d’aluminium au monde, a une part majoritaire du nigérian Alscon et possède la compagnie Frie en Guinée, ainsi que le champ de bauxite de Dyan-Dyan également en Guinée47. En Égypte (premier partenaire commercial russe sur le continent), le président russe a signé en 2009 avec son homologue un partenariat stratégique et s’est montré intéressé dans un accord de coopération sur le nucléaire civil. En Namibie, c’est la société RosAtom qui essaie de pénétrer le marché de l’uranium (dominé principalement par Rio Tinto/gisement de Rössing). RosAtom espère aussi obtenir un contrat pour la construction d’une centrale nucléaire en Égypte, concurrençant ainsi parmi d’autres Areva, Hitachi et Toshiba. Atomstroyexport souhaite obtenir une partie du contrat pour la construction de centrales nucléaires en Algérie. En avril 2008, Moscou et Tripoli signeront des contrats dans le domaine de la coopération énergétique (Gazprom et la compagnie nationale libyenne) et de la construction d’une voie ferrée entre Sirte et Benghazi48. Dans le secteur bancaire, la Russie à travers Mining Bank of Congo, filiale du puissant groupe Metropol group of Companies a fait son entrée en RDC. Il est intéressant d’observer que, malgré les réserves importantes en matières premières sur le territoire russe, le Kremlin est confronté (en partie en raison d’un manque d’investissement sur son territoire) à un manque de matières premières telles que le manganèse, le chrome, l’aluminium et même l’uranium49, l’obligeant à se positionner sur les marchés50.

29La Russie est également présente sur le continent dans un autre domaine : son industrie de l’armement. La plupart des armées africaines sont équipées de matériel russe. Aujourd’hui ces armées préfèrent encore acheter du matériel qu’elles connaissent, d’autant plus qu’il est moins cher que le matériel occidental et de meilleure qualité que le chinois. En 2009, les compagnies russes fourniront à l’Algérie vingt-huit avions de chasse SU-30MKA, seize avions d’entraînement Yak-130 et deux sous-marins (Classe Kilo). Parmi ses autres clients, on compte l’Érythrée (Mig-29), l’Éthiopie (SU-27), l’Angola (Mig 23MLD), le Zimbabwe (Su-22M4 et Mi-24V) et plus récemment le Maroc (véhicules de défense anti-aérienne Tunguska). Début 2010, Moscou et Tripoli ont conclu un accord d’un montant de 1,3 milliard de dollars pour la livraison d’armes. L’agence fédérale russe en charge des exportations d’armes Rosoboronexport a proposé en automne 2008 aux pays africains de payer les livraisons d’armes par des matières premières.

30In fine, les relations commerciales actuelles sont encore assez limitées, bien qu’en progrès (plus ou moins huit à dix milliards de dollars, dont une grande partie avec le Maroc et l’Égypte). Si, ces dernières années, Moscou s’est surtout concentré sur les pays de l’Afrique du Nord, elle tente toutefois de pénétrer le marché de l’Afrique subsaharienne.

  • 51 Fin janvier le président Medvedev déclare lors d’un discours à la Nakhimov Naval Academy (St-Peter (...)
  • 52 Pham, P.J., « The Russian Bear Returns to Africa », in World Defense Review, August 2009.

31La Russie, dont une priorité historique est d’accéder aux mers chaudes51, a reçu mi-mai 2010 l’autorisation de Djibouti de stationner dans son port des navires de guerre participant à la lutte contre la piraterie. Moscou aimerait également que les ports de Tripoli (Libye), d’Aden ou même de l’île de Socotra (Yémen) puissent lui servir de points d’appui pour se projeter dans l’Océan Indien. Il est encore intéressant d’observer que l’exercice militaire commun russo-indien Indra, tenu fin janvier 2009 en Mer Arabe, se terminera par des entraînements contre la piraterie maritime, face aux côtes somaliennes. Aussi, à travers la lutte contre la piraterie, Moscou cherche avant tout à rétablir son statut de grande puissance et signale qu’il faudra tenir compte d’elle dans le contrôle des voies maritimes le long du continent africain. Contrairement à l’image qu’on a de la Russie, elle joue aussi la carte du soft power. En 2008, la Russie annoncera un effacement de la dette de vingt milliards de dollars pour les pays africains. La Russie a également promis en 2009 un programme d’aide au développement de 500 millions de dollars pour le continent. Bien que le total de Casques bleus russes soit limité, ils font partie de toutes les missions. Et tout comme d’autres puissances, Moscou entraîne des forces africaines pour les opérations de paix (plus ou moins 400 par an). Certaines activités du Soviet Association of Friendship with African Peoples, fondé en 1959 ont été réactivées au sein du Center for International Scientific and Cultural Cooperation du ministère des Affaires étrangères. Ce centre est actif entre autres au Congo-Brazzaville, l’Égypte, l’Éthiopie, le Maroc, la Tunisie, l’Ouganda, le Nigéria et la Namibie52.

  • 53 Cité dans Sergeyev, M., « Russia and Africa : Summing up Cooperation During 2009 (Part I) », Febru (...)
  • 54 Lire à ce sujet Dougine, A., « L’eurasie se fera et se fait déjà », in Rossiskaïa Gazeta, 4 juille (...)

32En conclusion, l’année 2009 confirme le retour de la Russie dont les priorités sont avant tout économiques et militaires (matières premières, centrales nucléaires, armements). Décidée de jouer un rôle en Afrique, la Russie est assez explicite quant à ses desseins. Contrairement aux autres puissances, les Russes sont directs quand ils abordent les raisons de ce retour en Afrique : « Ce n’est pas la charité ; c’est le développement des affaires qui doit générer du profit, mais qui sera également bénéfique pour nos partenaires africains »53. Toutefois, l’aspect politique ne peut être négligé, les pays africains étant des soutiens politiques potentiels dans les forums internationaux. Il est indéniable que nonobstant des moyens encore réduits, la Russie se repositionne sur l’échiquier international. Elle essaie de ne plus subir les faits mais de définir elle-même le cadre dans lequel elle entend agir. On observe par conséquent que cette politique envers l’Afrique s’inscrit dans une stratégie plus large, inspirée en partie des thèses du courant eurasiste dont A. Dougine est la figure de proue et dont quelques-uns des fondements sont : un monde multipolaire, contrôler le voisinage proche, accéder aux mers chaudes et contrer la puissance maritime (les États-Unis)54.

4. Le Brésil

  • 55 Cité dans Lafargue, F., « Le Brésil, une puissance africaine ? », in Afrique contemporaine, 2008/4 (...)

33Le Brésil s’affirme petit à petit comme acteur incontournable sur le continent africain. Le 1er janvier 2003, le président Lula déclare : « Nous réaffirmerons les liens profonds qui nous unissent à tout le continent africain et notre disposition à contribuer activement pour qu’il développe son énorme potentiel »55. Ce rapport se traduit principalement par des relations commerciales de plus en plus importantes et une volonté de renforcer la coopération Sud-Sud en jouant sur l’histoire. Revenons d’abord sur ce dernier point.

34Il est évident que le Brésil, privilégiant les relations Sud-Sud, s’intéresse à l’Afrique et depuis l’arrivée de Lula déploie de nombreux efforts diplomatiques. Entre 2003 et mi-2009, le président Lula se rendra huit fois sur le continent pour visiter vingt pays. Pour encore renforcer sa visibilité, le Brésil a ouvert ces dernières années de nombreuses ambassades sur le continent. La politique de Brasilia est également guidée par le soutien qu’elle recherche pour la réforme des Nations Unies. Les bases de la politique actuelle ont néanmoins été établies dès les années 1970 et 1980, à travers différentes initiatives.

  • 56 Visentini, P.F., « Prestige diplomacy, southern solidarity or ‘soft imperialism’ ? Lula’s Brazil-A (...)

35Le Brésil s’est intéressé au continent principalement depuis la seconde moitié des années 1980 [gouvernement de José Sarney (1985-1990)] bien qu’on observe déjà un intérêt dans les années 1970 [gouvernement du général Ernesto Geisel (1974-1979)]. Durant cette période est créée la Zone de coopération de l’Atlantique Sud (ZPCAS), lancée en 1986, et dont le premier sommet rassemblant dix-neuf pays africains aura lieu à Rio en 1988. La ZPCAS, après une longue période d’hibernation a été relancée en 2007 à travers le Plan d’action de Luanda, qui encourage une plus grande coopération dans de nombreux domaines (économiques, écologiques, opérations du maintien de la paix)56.

  • 57 Ibidem.

36En créant en 1996 la Communauté des pays de langue portugaise, dont les membres sont le Brésil, l’Angola, le Cap Vert, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Portugal, Sao Tomé et le Timor-Oriental, le Brésil essaie de se positionner sur le continent. Les pays coopèrent dans les domaines de la santé, du commerce, de l’éducation, de la sécurité et organisent des exercices militaires communs. À travers cette initiative, le Brésil a annoncé la création en 2008 de la première université africaine dans la ville de Redençao, première ville à avoir libéré les esclaves au 19e siècle. La moitié des étudiants seront africains et les secteurs de spécialisation déterminés par les pays africains57. La symbolique de cette initiative est évidemment très forte et est un bel exemple de soft power.

  • 58 Lafargue F., « Le Brésil, une puissance africaine ? », in Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, p (...)

37En 2006, le président Lula prend l’initiative du premier sommet Afrique-Amérique du Sud, afin de renforcer les liens Sud-Sud (Déclaration d’Abuja). Fin septembre 2009, au Venezuela, aura lieu le second sommet, rassemblant huit pays d’Amérique du Sud et vingt pays africains. À l’issue du sommet, la déclaration finale met l’accent sur les échanges économiques, énergétiques, financiers, sociaux, politiques, technologiques, et culturels marqués « par la solidarité, la coopération et le respect ». Les Brésiliens, afin de renforcer les liens historiques et émotionnels, jouent également sur la fibre du « noir », plus ou moins 90 millions de brésiliens revendiquant des origines africaines58.

38Derrière cette apparente politique de solidarité Sud-Sud se cache des intérêts économiques importants. Les échanges commerciaux entre le Brésil et l’Afrique sont passés de trois milliards de dollars en 2000 à vingt-six milliards de dollars en 2008. Cet engagement économique correspond à la volonté brésilienne de diversifier ses partenaires commerciaux. Les partenaires commerciaux les plus importants sont l’Angola, l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Nigéria. On retrouve Petrobras en Angola, au Nigéria, en Tanzanie, en Guinée équatoriale, en Libye, au Maroc et au Sénégal dans le cadre d’accords d’exploration ou d’exploitation. Depuis 1998, Petrobras a par exemple investi plus de 2,2 milliards de dollars dans l’exploration et la production au Nigéria. L’intérêt est également gazier, à travers la conclusion de contrats entre Petrobras et des pays comme l’Algérie et le Nigéria pour la fourniture de gaz au Brésil.

  • 59 Visentini, P.F., « Prestige diplomacy, southern solidarity or ‘soft imperialism’ ? Lula’s Brazil-A (...)
  • 60 Lafargue F., « Le Brésil, une puissance africaine ? », in Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, p (...)
  • 61 Freemantle, S., Stevens, J., « Brazil weds itself to Africa’s latent agricultural potential », Sta (...)
  • 62 Op. cit., pp. 1-4.
  • 63 Op. cit., p. 5.

39La compagnie Vale do Rio Doce, deuxième compagnie minière mondiale est présente au Mozambique. Elle y exploitera le gisement de charbon de Moatize. Vale s’est en outre associé à la société brésilienne de construction Odebrecht afin de développer les infrastructures ferroviaires et portuaires pour faciliter l’exportation du charbon via le port de Beira. En mars 2009, Vale s’est associé avec African Rainbow Minerals Limited afin de renforcer sa position dans la région de la Copperbelt (RDC-Zambie). Elle est en outre encore présente en Angola, Guinée et Afrique du Sud59. L’aciériste brésilien CSN, en rachetant des parts de la compagnie australienne Riversdale, est également présent au Mozambique. Odebrecht est l’employeur privé le plus important d’Angola étant actif dans les secteurs de l’éthanol, des supermarchés, des usines et de l’alimentation. En Angola, c’est Odebrecht qui a construit par exemple le barrage hydraulique de Capanda. Le groupe Build Brasil est présent à Luanda pour la construction d’un projet de logement. Au Congo, le Brésil s’implante via HRT. D’autres entreprises telles que l’avionneur Embraer en Libye, Égypte et Nigéria, ou la chaîne d’hôtel Bristol au Maroc ont fait leur apparition. Le Brésil s’intéresse encore au secteur agro-industriel africain estimant pouvoir amener son savoir en la matière au continent africain60. Alors que le potentiel agricole africain est énorme, il est sous-développé en raison d’un manque de moyens, d’investissements et de management. Une étude du Standard Bank de février 2010 indique que Brasilia se positionne comme premier partenaire dans la quête vitale pour assurer la sécurité alimentaire de l’Afrique. Le Brésil, pays agricole par excellence, voit dans le potentiel agricole africain une opportunité d’encourager la révolution verte afin de renforcer les relations Sud-Sud et par la même occasion une opportunité d’accroître sa position sur le continent et de promouvoir ses sociétés sur le marché africain prometteur de l’agrobusiness. D’autant plus qu’en raison du changement climatique qui touchera particulièrement l’Afrique (sécheresses, disparitions des terres cultivables, érosion, migrations environnementales, etc.), la rentabilité que maîtrisent bien les Brésiliens, deviendra prioritaire. Dans le cas inverse, des famines risquent de toucher le continent, avec des conséquences sociales et politiques graves61. Le Brésil voit en outre l’Afrique comme un marché d’avenir pour sa production d’éthanol. Certains pays comme le Nigéria, le Ghana et l’Angola importent déjà certaines quantités limitées de biocarburant du Brésil. Brasilia aide également les pays africains (Ouganda, Sénégal, Nigéria, Angola), à produire leur propre éthanol62. Embrapa, société étatique brésilienne de recherche agricole promeut quant à elle les capacités brésiliennes et se focalise sur les transferts de technologie, le développement agricole, la sécurité alimentaire et énergétique. Embrapa a même ouvert un bureau à Accra63. Le Brésil y voit encore une opportunité pour acheter des terres agricoles, lesquelles sont bien moins chères que dans d’autres parties du monde.

40En définitive, l’approche brésilienne se caractérise par la capoeira, art martial développé au Brésil par les esclaves venus d’Afrique. La capoeira évite le jeu frontal, qui peut détruire et apparaît plus faible aux yeux de l’adversaire, l’observe et développe son jeu ensuite pour rester maître de la situation. En d’autres termes, apparaître faible, tout en étant là où on ne le prévoit pas et s’imposer au moment où on s’y attend le moins. Le Brésil est parvenu à profiter de l’attention qu’on porte à la Chine, pour graduellement accroître son influence sur le continent en rusant et sans qu’il soit pris à partie alors que les raisons de sa présence sont les mêmes que celles de la Chine : sécuriser ses approvisionnements et assurer des débouchés pour son économie. Et même si par rapport aux autres puissances, le Brésil reste une puissance « secondaire » sur le continent africain, elle s’affirme de plus en plus. Aussi, l’Afrique va devenir un partenaire important du Brésil dans les prochaines années et il faudra tenir compte de Brasilia.

  • 64 Dans ce contexte, le Cap Vert deviendra à l’avenir probablement un point d’appui important.
  • 65 Le Brésil est aussi bien une puissance terrestre que maritime. Au niveau terrestre, sa priorité es (...)
  • 66 Pour l’amiral Freitas : « Brazil’s destiny since the time of its discovery has been dependent on t (...)

41À travers cette politique, le Brésil veut aussi s’affirmer comme acteur global, défendant officiellement les rapports Sud-Sud et les non-alignés de l’époque de la Guerre froide, tout en garantissant dans les faits un contrôle sur l’Atlantique Sud. La question de la sécurité de l’Atlantique Sud devient un enjeu grandissant pour le Brésil afin de garantir ses intérêts. Ces derniers ne concernent pas uniquement l’Amazone bleue, mais également les côtes africaines. L’objectif est de protéger aussi bien les plateformes pétrolières (Pré-Sal), ainsi que les lignes de communication et la marine marchande. Delgado de Carvalho et Carlos de Meira Mattos estimaient déjà que le Brésil devait contrôler le passage Belém-Dakar64 et le Cap de Bonne-Espérance65. D’ailleurs ce n’est probablement pas un hasard si le Brésil investit aujourd’hui fortement dans sa projection de puissance maritime66 et aérienne.

Notes

1 Kinh, S.K., « India and West Africa : A Burgeoning Relationship », in Briefing Paper, Chatham House, April 2007, p. 3.

2 Beri, R., « India’s Africa Policy in the Post-Cold War Era : An Assessment », in Strategic Analysis, April-June 2003, p. 218.

3 L’Inde voudrait atteindre septante milliards de dollars d’ici 2015.

4 L’Inde importe 25 % de son pétrole d’Afrique contre plus ou moins 70 % du Moyen-Orient.

5 Sao Tomé et Principe a des réserves propres et en exploitation commune avec le Nigéria (40 % Sao Tomé et 60 % Nigéria).

6 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 50.

7 Lafargue, F., « L’Inde en Afrique : logiques et limites d’une politique », in Afrique contemporaine, 2006, n° 219, p. 140.

8 Pays qui aurait des réserves de gaz intéressantes.

9 Lafargue, F., « L’Inde une puissance africaine », in Défense nationale, février 2007.

10 Ramachandran, S., « India pushes people power in Africa », in Asia Times, 13 July 2007.

11 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 46.

12 Naidu, S., « India stepping up the ante in African relations », 25 mars 2010. http://pambazuka.org/en/category/africa_china/63296

13 Lafargue, F., « L’Inde une puissance africaine », in Défense nationale, février 2007.

14 Lafargue, F., « La rivalité entre la Chine et l’Inde en Afrique australe », in Afrique Contemporaine, n° 222, 2/2007, p. 170.

15 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chine dans le financement des infrastructures en Afrique subsaharienne », in Tendances et Orientations, n° 5, 2009, p. 67.

16 Rodier, A., « L’Inde à la conquête de l’Afrique, derrière la Chine », in Le Figaro, 19 mars 2010.

17 Le ministre adjoint aux Relations extérieures, Tharoor s’exprimera de la façon suivante : « Nous ne voulons pas aller et exiger certains droits ou projets ou imposer nos idées à l’Afrique. Mais nous voulons contribuer à l’accomplissement des objectifs du développement africain tels qu’ils ont été établis par nos partenaires africains ». (Cité dans Naidu, S., « India stepping up the ante in African relations », 25 mars 2010). http://pambazuka.org/en/category/africa_china/63296.

18 À l’inverse des secteurs énergétiques américain, chinois ou européen, celui de l’Inde est très divisé et bien plus réduit.

19 Lafargue, F., « L’Inde en Afrique : logiques et limites d’une politique », in Afrique contemporaine, 2006, n° 219, p. 140.

20 Exemples : Madhvani en Ouganda et Bidco au Kenya.

21 Le premier ministre indien résumera en 2006, l’IBSA de la manière suivante : « L’idée de l’IBSA est sans précédent. Trois pays de trois continents différents, se consultant et coordonnant leur action sur des enjeux internationaux d’intérêt commun. Ils collaborent de manière à étayer leurs efforts nationaux respectifs pour répondre aux formidables défis qu’ils rencontrent en termes de développement. […] ». (Cité dans Jaffrelot, C., New Delhi et le Monde : Une puissance émergente entre realpolitik et soft power, Paris, Autrement, 2008, p. 27).

22 Vines, A., Oruitemeka, « India’s Engagement with the African Indian Ocean Rim States », in African Programme Paper, 4 April 2008.

23 Inaugural Address by Shri Nalin Surie, Secretary (West), Ministry of External Affairs, at the International Conference on « Africa-India Partnership in the 21st Century », 2 April 2008.

24 Dutta, A., « Indo-African Defence Cooperation : Need for enhanced Thrust », in Journal of Defense Studies, vol. 2, n° 2, Winter 2008, p. 174.

25 La Chine a exprimé son désir de construire une base navale à Marao (Maldives), chasse gardée indienne pourtant. Au Sri Lanka, elle est présente dans l’exploration des champs de pétrole (bassin Manar) et la construction de ports (Hambantota).

26 Pant, H.V., « Le rôle croissant de l’Inde dans l’Océan indien », in Défense nationale et sécurité collective, vol. 64, n° 4, 2008, pp. 100-108.

27 Bandimutt, P., « India and Geopolitics », in India Forum, September 2006.

28 Batabyal, A., « Balancing China in Asia : A Realist Assessment of India’s Look East Policy », in China Report, 2006,42, 179, pp. 181-182.

29 « Cercle » en sanskrit. Le concept fait référence à l’origine à la méditation pour atteindre un état de conscience plus approfondi. En stratégie, cela sous-entend que les voisins immédiats sont les ennemis naturels et tout État au-delà du voisin direct est un allié naturel (Pardesi M.S., « Deducing India’s Grand Strategy of Regional Hegemony from Historical and Conceptual Perspectives », in Working Paper, n° 75, Institute of Defense and Strategic Studies, Singapore, April 2005, p. 28).

30 Conseiller de l’empereur Candragupta (3e siècle avant JC)

31 Cité dans Kagan, R., The Return of History, New York, Alfred Knopf, 2008, p. 43.

32 Kita, J., « L’Aide publique au développement japonaise et l’Afrique : vers un partenariat fructueux ? », in Asie VIsions, n° 10, septembre 2008, p. 15.

33 Sato, M., Alden, C., « La diplomatie japonaise de l’aide et l’Afrique », in Afrique contemporaine, hiver 2004, p. 15 et suivantes ; Sato, M., « Japanese Aid Diplomacy in Africa : An Historical Analysis », in Ritsumeikan Annual Review of International Studies, 2005, vol. 4, pp. 67-85.

34 Les exportations japonaises vers l’Afrique passeront de 603 millions de dollars à 2,3 milliards de dollars. Les importations du continent passeront de 192 millions de dollars à un milliard de dollars en 1973. Le partenaire principal est à cette époque l’Afrique du Sud. (Ochiai, T., « Beyond TICAD Diplomacy : Japan’s African Policy and African Initiatives in Conflict Response », in Africa Study Monographs, 22 (1), May 2001, p. 39).

35 Ochiai, T., « Beyond TICAD Diplomacy : Japan’s African Policy and African Initiatives in Conflict Response », in Africa Study Monographs, vol. 22, n°1, May 2001, p. 40.

36 Kamo, S., « De l’engagement économique à l’engagement politique. Les nouvelles orientations de la politique africaine du Japon », in Afrique contemporaine, hiver 2004, p. 62.

37 Matthysen, K, Custers, R., Africa’s Natural Ressources in a Global Context, IPIS, August 2009, p. 64.

38 Ogasawara, M., « La coopération japonaise à l’égard de l’Afrique. Vers un développement de la coopération Asie-Pacifique », in Afrique contemporaine, hiver 2004, p. 71.

39 Vote d’une loi en 1992 concernant la coopération pour les opérations de l’ONU et autres qui permet aux forces d’autodéfense japonaises de participer à des opérations de maintien de la paix sous le mandat de l’ONU, mais dans un simple rôle d’appui, comme la reconstruction, l’assistance médicale et la logistique.

40 Ochiai, T., « Beyond TICAD Diplomacy : Japan’s African Policy and African Initiatives in Conflict Response », in Africa Study Monographs, 22 (1), May 2001, pp. 44-45.

41 Le Japon et Djibouti ont signé en avril 2010 un accord permettant au premier d’y construire une base militaire. Première base japonaise permanente à l’étranger depuis 1945, elle entrera en fonction en 2011.

42 Retrouver son influence dans son voisinage proche (Caucase, Asie centrale).

43 Cité dans Cropley, E., « Scramble for Africa : Brazil gaining on China », May 11, 2009. http://pambazuka.org/en/category/africa_china/60012

44 Pour accroître son influence sur le continent, elle compte sur les milliers d’étudiants qui ont été formés en URSS durant la Guerre froide et ainsi réactiver ses réseaux, aujourd’hui davantage pour des raisons économiques que politiques.

45 Le Nigéria, le Niger et l’Algérie ont signé un accord pour construire un gazoduc de plus de 4 000 km à travers le Sahara afin d’acheminer en Europe le gaz du Nigéria. Le projet est estimé à dix milliards de dollars.

46 Troude, G., « La Russie en Afrique : Le grand retour ? », in Géostratégiques, n° 25, octobre 2009, p. 168.

47 Roman Kupchinsky, « Putin’s Afrika Korps », in Eurasia Daily Monitor, July 8, 2008.

48 Russian Railway a obtenu le contrat.

49 La Russie fournit de l’uranium à ses centrales nucléaires, mais a également des accords nucléaires avec une trentaine de pays. Afin de maintenir sa fiabilité envers ses clients, elle doit en importer pour pouvoir les approvisionner. (Aras, B., Fidan, H., « The Return of Russia-Africa Relations », in Bilig, Winter, n° 52, 2010, p. 60).

50 Aras, B., Fidan, H., « The Return of Russia-Africa Relations », in Bilig, Winter, n° 52, 2010, p. 57.

51 Fin janvier le président Medvedev déclare lors d’un discours à la Nakhimov Naval Academy (St-Petersbourg) : « Sans une force navale propre, la Russie n’a pas d’avenir en tant qu’État ». Dans les faits, cela devrait se traduire principalement par la construction de sous-marins et de porte-avions. (McDermott, R., « Russia anchors ties with India », in Asia Times, February 6, 2009).

52 Pham, P.J., « The Russian Bear Returns to Africa », in World Defense Review, August 2009.

53 Cité dans Sergeyev, M., « Russia and Africa : Summing up Cooperation During 2009 (Part I) », February 3, 2010.

54 Lire à ce sujet Dougine, A., « L’eurasie se fera et se fait déjà », in Rossiskaïa Gazeta, 4 juillet 2002 ; « Main Principles of Eurasist Policy », June 2001 ; « Le paradigme de la fin », in Elementy, n° 9, 1998.

55 Cité dans Lafargue, F., « Le Brésil, une puissance africaine ? », in Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, p. 137.

56 Visentini, P.F., « Prestige diplomacy, southern solidarity or ‘soft imperialism’ ? Lula’s Brazil-Africa relations (2003 onwards) », April 2009.

57 Ibidem.

58 Lafargue F., « Le Brésil, une puissance africaine ? », in Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, p. 137.

59 Visentini, P.F., « Prestige diplomacy, southern solidarity or ‘soft imperialism’ ? Lula’s Brazil-Africa relations (2003 onwards) », April 2009.

60 Lafargue F., « Le Brésil, une puissance africaine ? », in Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 141-142.

61 Freemantle, S., Stevens, J., « Brazil weds itself to Africa’s latent agricultural potential », Standard Bank, February 1, 2010, pp. 1-2.

62 Op. cit., pp. 1-4.

63 Op. cit., p. 5.

64 Dans ce contexte, le Cap Vert deviendra à l’avenir probablement un point d’appui important.

65 Le Brésil est aussi bien une puissance terrestre que maritime. Au niveau terrestre, sa priorité est de développer l’Amazonie et de garantir son influence dans la zone-tampon avec l’Argentine et le Chili : Bolivie-Paraguay-(Uruguay). Au niveau maritime, il existe deux priorités : l’Antarctique et l’Atlantique Sud.

66 Pour l’amiral Freitas : « Brazil’s destiny since the time of its discovery has been dependent on the sea, and in the future it will have to be maritime power if it is to become a world power ». (Cité dans Child, J., « Geopolitical Thinking in Latin America », in Latin American Research Review, vol. 14, n° 2, 1979).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search