Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Chapitre III. L’Union européenne, retour tardif ?1

Texte intégral

  • 1 Nous mettrons dans ce chapitre principalement l’accent sur l’Union européenne et dans une moindre m (...)

1Tout comme les États-Unis, l’Union européenne a délaissé le continent africain après la Guerre froide. Ce n’est que depuis quelques années qu’il y a un regain d’intérêt pour son arrière-cour. Dans les faits, l’UE a maintenu des relations avec l’Afrique du Nord, mais il a fallu attendre plus longtemps, comme nous l’examinerons pour définir une politique envers l’Afrique subsaharienne. Nous aborderons sommairement, dans un premier temps, l’approche envers l’Afrique du Nord et ensuite nous analyserons la politique générale envers le continent, englobant l’Afrique subsaharienne. Nous illustrerons, à travers quelques exemples, la stratégie mise en place par l’UE, ainsi que ses manquements. Enfin, nous reviendrons sur le jeu des États membres à travers le cas de la France.

1. Le partenariat stratégique

  • 2 Déclaration de Barcelone adoptée lors de la conférence Euro-méditerranéenne, 27 et 28 novembre 1995
  • 3 Entre 1995 et 2006 près de neuf milliards d’euros.

2L’Union européenne est fortement engagée en Afrique du Nord depuis une quinzaine d’années à travers le Processus de Barcelone (1995), la Politique européenne de voisinage (2004) et plus récemment l’Union pour la Méditerranée (2008). Revenons brièvement sur ces trois initiatives. Le processus de Barcelone a été lancé en novembre 1995 et comprend trois volets : 1) un volet politique-sécuritaire (créer une zone de paix et de stabilité) ; 2) un volet économique (zone de libre-échange prévue pour 2010) ; 3) un volet social, culturel et humain (dialogues et échanges entre les populations)2. Les avancées dans les trois domaines seront difficiles vu la situation plus que précaire dans la région, dont la détérioration de la situation dans le conflit israélo-palestinien, mais également la montée de l’islamisme radical et Iraqi Freedom en 2003. En novembre 2005, la tentative de relance du partenariat euro-méditerranéen ne rencontra pas de grand succès. Le Processus de Barcelone est aujourd’hui dans un État comateux, même si certains programmes financiers ont été mis en œuvre : MEDA (projets de développement économique et social3) et FEMIP (aide au secteur privé et PME). D’autant plus que le processus est concurrencé par le Dialogue Méditerranéen (initiative de l’OTAN) mais également par la Politique européenne de voisinage et par l’Union pour la Méditerranée.

  • 4 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission, « Politique européenne de v (...)
  • 5 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission, « Politique européenne de v (...)
  • 6 COM (2004)628 final (29.9.2004)

3Dans le document « Politique européenne de voisinage Document d’orientation » de mai 20044 la Commission établit les étapes de la politique européenne de voisinage et précise surtout ses contours : « Le concept qui se trouve ancré dans la politique européenne de voisinage est celui d’un cercle de pays, partageant les valeurs et objectifs fondamentaux de l’UE et s’engageant dans une relation de plus en plus étroite allant au-delà de la coopération, c’est-à-dire impliquant un niveau d’intégration économique et politique important »5. Dans un document datant de septembre de la même année, la Commission indique vouloir, « créer une zone de stabilité, de sécurité et de prospérité commune, dotée d’un niveau élevé de coopération économique et d’intégration politique »6. Sont concernés par cette initiative entre autres l’Algérie, l’Égypte, la Libye, le Maroc, et la Tunisie. En décembre 2004, la Commission a ensuite développé avec chaque pays partenaire de la PEV, des plans d’action spécifiques, adaptés à la situation politique et aux besoins des États, dont la durée s’étale de trois à cinq ans. Les principaux domaines couverts sont le dialogue politique, les réformes économiques et sociales, la coopération judiciaire, les relations entre les peuples et le développement des réseaux (infrastructures énergétiques, transports et télécommunications).

  • 7 Pour une analyse critique, lire Balfour, R., « Euro-Mediterranean blues », European Policy Centre, (...)
  • 8 L’UE présente cependant toutes ces initiatives comme complémentaires.

4L’Union pour la Méditerranée sera lancée, pour sa part, le 13 juillet 2008 à Paris, rassemblant les dirigeants de quarante-trois pays. À l’issue du sommet certaines mesures concrètes seront annoncées : dépolluer la Méditerranée ; créer des autoroutes de la mer, pour soulager les axes routiers ; instaurer un plan solaire, pour importer de l’énergie solaire des pays du Sud de la Méditerranée ; renforcer la coopération civile, notamment en cas de catastrophe naturelle. Annoncée avec beaucoup d’emphase, l’Union pour la Méditerranée risque toutefois d’être confrontée aux mêmes problèmes qui ont paralysé le Processus de Barcelone à savoir les conflits latents, la concurrence entre États, les priorités différentes entre les pays du Nord et du Sud et la question du financement7. Ici encore cette initiative risque de se retrouver en concurrence avec la PEV8.

  • 9 « Stratégie de l’UE pour l’Afrique », stratégie adoptée par le Conseil européen des 15 et 16 décemb (...)
  • 10 Il existe encore d’autres cadres de coopération que nous ne faisons que mentionner : le Forum écono (...)
  • 11 Le dernier sommet UE-Afrique datait de 2000. Le prochain sommet aura lieu les 29 et 30 novembre 201 (...)

5D’autant plus que ces trois initiatives concernent les pays du Maghreb, mais pas l’Afrique subsaharienne. En Afrique subsaharienne, il faut attendre décembre 2005 pour que l’UE présente sa Stratégie de l’UE pour l’Afrique, qui s’appuie sur trois principes : 1) l’égalité, basée sur la reconnaissance et le respect réciproques des institutions et la définition d’intérêts collectifs mutuels ; 2) le partenariat, c’est-à-dire développer des liens fondés sur une coopération commerciale et politique ; 3) l’appropriation, impliquant que les stratégies et les politiques de développement soient propres aux pays concernés et non pas imposées de l’extérieur. Le document insiste également sur la bonne gouvernance et les « efforts pour promouvoir la paix et la sécurité à travers un large éventail d’actions qui va du soutien des opérations africaines en matière de paix, à une démarche globale de prévention des conflits s’attaquant aux causes profondes des conflits violents »9. Cette stratégie étant élaborée sans avoir consulté le partenaire africain, elle sera fortement critiquée par ce dernier. Aussi, deux ans après l’adoption de cette stratégie, l’UE et l’Afrique redéfinissent cette fois, en se concertant, leur relation commune pour en faire un partenariat stratégique. Les relations avec le continent seront de la sorte relancées en décembre 2007 avec le sommet de Lisbonne10et cela après quelques années difficiles11. L’objectif est cependant clair :

  • 12 Extraits de la déclaration de Lisbonne-Sommet UE-Afrique, Lisbonne, 8-9 décembre 2007.

Notre avenir commun exige une démarche audacieuse, qui nous permette de faire face avec confiance aux exigences de la mondialisation que connaît notre planète. […] Nous sommes résolus à bâtir un nouveau partenariat politique stratégique pour l’avenir. […] Nous sommes résolus à doter ce nouveau partenariat stratégique des moyens et instruments nécessaires, qui lui permettront d’atteindre les objectifs de la stratégie commune et du plan d’action […]12.

  • 13 Le NEPAD (The New Partnership for Africa’s Development/Nouveau partenariat pour le développement de (...)
  • 14 Lire pour plus de détails : « Le partenariat stratégique Afrique-UE : une stratégie commune Afrique (...)
  • 15 Il apparaît que les groupes d’experts communs n’ont obtenu en trois ans (2008-2010) que de maigres (...)
  • 16 Comprend la présidence en exercice et celle qui lui succédera, la Commission européenne et le Secré (...)
  • 17 Tywuschik, V. Sheriff, A, « Beyond Structures ? Reflections on the Implementation of the Joint Afri (...)
  • 18 Nomination de Koen Vervaeke comme représentant spécial de l’UE auprès de l’Union africaine et chef (...)
  • 19 Michel, L., Afrique-Europe : l’indispensable alliance, Commission européenne, Bruxelles, 2007, p. 4 (...)

6Il s’agit avant tout de renforcer la coopération et partenariats dans huit domaines prioritaires : 1) la paix et la sécurité ; 2) la gouvernance démocratique et les droits de l’homme ; 3) les infrastructures, le commerce et l’intégration régionale ; 4) le développement ; 5) l’énergie ; 6) le changement climatique ; 7) les migrations, la mobilité et l’emploi ; 8) la science, la société de l’information et l’espace. Pour les huit domaines privilégiés, il existe pour la période 2008-2010 des plans d’action qui mettent l’accent sur les axes prioritaires à concrétiser. Pour les thèmes, qui nous préoccupent le plus dans le cadre de ce livre la paix et sécurité, la gouvernance démocratique et les droits de l’homme, l’énergie, les infrastructures, le commerce et l’intégration régionale les priorités sont les suivantes. Dans le domaine de la paix et de la sécurité, il faut renforcer le dialogue, rendre pleinement opérationnelle l’architecture africaine de paix et de sécurité et assurer le financement prévisible des opérations de soutien de la paix conduites par l’Afrique. Pour la gouvernance démocratique et les droits de l’Homme, il s’agit également de renforcer le dialogue, de promouvoir le mécanisme africain d’évaluation par les pairs du NEPAD13et de soutenir la charte africaine de la démocratie et la gouvernance. Au sujet du commerce et de l’intégration régionale, l’UE soutiendra le programme d’intégration africain, renforcera les capacités africaines en matière de règles, de normes et de contrôle de qualité et mettra en œuvre le partenariat UE-Afrique en matière d’infrastructures. Enfin, dans le domaine énergétique, il faut retenir en particulier la volonté d’instaurer un réel dialogue Afrique-UE sur l’accès à l’énergie et la sécurité énergétique14. Afin de réaliser ces politiques, les Européens et les Africains se sont mis d’accord pour organiser des réunions conjointes à travers les groupes d’experts communs15, la troïka16 ou les sommets, alors qu’au niveau des Commissions de l’Union européenne et de l’Union africaine, le dialogue a lieu dans les rencontres annuelles (College-to-College Meeting) et la Task Force UA-UE17. En 2008, l’UE a d’ailleurs renforcé ses contacts avec les institutions de l’UA (commission, parlement) et a même nommé un représentant spécial, le belge Koen Vervaeke18, auprès de l’UA et cela afin de rendre toute coordination plus aisée entre les institutions de l’UE et de l’UA ainsi que les autres institutions et partenaires sur le continent africain. En reprenant les mots de Louis Michel à propos du partenariat : « Ce qui compte au bout du compte c’est que ce dialogue se fasse dans le respect de l’autre et dans la confiance mutuelle. L’efficacité et la crédibilité de notre partenariat dépendront de l’authenticité de cette nouvelle relation »19.

7Avant d’aller plus loin, il semble important de faire une digression au sujet de la proposition faite d’un partenariat « Chine-Europe sur l’Afrique » par Louis Michel, à l’époque commissaire européen en charge du Développement et de l’Aide humanitaire. Au sommet UE-Chine du 28 novembre 2007, les deux partenaires

  • 20 Cité dans Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et (...)

ont salué le fait que les deux parties coopèrent plus concrètement avec l’Afrique, dans le cadre de leurs mécanisme de coopération respectifs avec ce continent afin de contribuer à la paix, à la stabilité et au développement durable selon des principes d’égalité et de bénéfice mutuel […] (et) sont convenues de poursuivre leur dialogue sur les questions africaines et d’étudier activement des moyens et des modes de coopération entre la Chine, l’UE et l’Afrique dans les domaines appropriés20.

  • 21 Projets et domaines concrets.
  • 22 En accord avec les partenaires africains (au niveau national et régional)
  • 23 Éviter la duplication, améliorer l’efficacité, etc.
  • 24 Pour plus de détails, Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité é (...)

8Dans le prolongement de cette déclaration, l’UE a proposé en octobre 2008 un document intitulé « L’UE, l’Afrique et la Chine : vers un dialogue et une coopération trilatéraux », une série d’initiatives trilatérales, s’appuyant sur trois principes pragmatisme et progressivité21, approche partagée22, efficacité de l’aide23 et quatre objectifs concrets à atteindre : 1) la paix et la sécurité, 2) l’appui aux infrastructures africaines, 3) la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles, 4) l’agriculture et la sécurité alimentaire24. Sur le terrain, il apparaît que ces déclarations et initiatives sont restées lettres mortes, chacun suivant sa politique. Il faut souligner à cet égard que cette proposition du « Partenariat Chine-Europe sur l’Afrique » a été accueillie de manière assez froide aussi bien par l’Afrique que par la Chine. Pour le professeur Xuewu Gu de l’Institute of East Asian Politics à Bochum :

  • 25 Cité dans Anrys, S., « La Chine et l’Europe en Afrique », in Mondiaal Nieuws, 5 janvier 2009.

Pour l’Europe, l’Afrique est une question de coopération au développement, tandis que pour la Chine, l’Afrique constitue un intérêt purement économique. Les entreprises chinoises le considèrent comme un essai pour leurs chances de réussite sur le marché mondial. D’après la Chine, la supériorité européenne en Afrique est d’ailleurs terminée. Voilà pourquoi la Chine ne voudra jamais accepter les normes européennes25.

9Pour les Africains, il s’agissait d’une nouvelle colonisation, ayant comme objectif, un partage des ressources entre les puissances sans consulter le partenaire africain.

1.1. Relations économiques et ACP

  • 26 « Le commerce UE-Afrique en faits et en chiffres », Référence : MEMO/08/130, 28 février 2008.

10Avant de développer certains exemples concrets de ce partenariat, il importe de revenir sur le socle de la relation (qui n’est pas mentionné de façon explicite dans le document de 2007), à savoir les relations et enjeux économiques. L’UE est toujours le premier partenaire commercial du continent africain. Selon les données de l’UE, en 2006, les importations de l’Union en provenance d’Afrique ont atteint à 126 milliards d’euros et les exportations à destination de l’Afrique nonante-trois milliards d’euros. En 2008, le commerce entre l’Afrique subsaharienne et l’UE s’est élevé à plus ou moins 185 milliards de dollars. L’Afrique fournit plus ou moins 9 % des importations de l’UE, dont la moitié est liée au secteur énergétique. L’Afrique absorbe, pour sa part, 8,3 % des exportations de l’Union. L’Afrique du Sud reste de loin le principal partenaire commercial de l’UE (plus de quarante-deux milliards d’euros en 2008). En matière énergétique, on observe que l’Algérie et la Libye sont des exportateurs énergétiques très importants, puisqu’ils ont en 2006 exporté respectivement pour 24 milliards et 26 milliards d’euros vers l’UE et cela quasi uniquement grâce au secteur énergétique26.

  • 27 2,2 milliards d’euros sont pour la Facilité d’investissement : capitaux à risques et prêts (finance (...)
  • 28 « Huit milliards d’euros : un grand pas en avant pour le développement et des partenariats ambitieu (...)

11L’UE s’appuie surtout sur les Accords de Cotonou (signé en juin 2000 pour une période de vingt ans, révisable tous les cinq ans) conclu entre Bruxelles et septante-sept pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). Le 19 mars 2010, l’UE et les pays ACP ont conclu une seconde révision des accords, tenant davantage compte des nouvelles réalités et des défis du continent (intégration régionale, coopération sécuritaire, sécurité alimentaire, SIDA, changement climatique, etc.). L’objectif est d’intégrer ces pays dans le système économique mondial. Les accords s’appuient sur deux piliers, menés conjointement, d’une part le commerce et d’autre part l’aide au développement. Dans le premier cas, il s’agit de conclure des Accords de Partenariat économique (APE). Dans le second cas, le Fonds Européen de Développement (FED) finance deux programmes : les Programmes Indicatifs Nationaux (PIN) et Régionaux (PIR). Les ressources financières comprennent deux instruments, le FED déjà mentionné et la Banque européenne d’investissement (BEI). Le FED attribue des aides allouées non remboursables (dans le cadre des programmes indicatifs nationaux et régionaux). Pour le programme 2000-2007, le FED avait un budget de 13,5 milliards d’euros27. Le 10e FED (2008-2013) dispose d’un budget de 22,7 milliards d’euros. Le sommet de Lisbonne de 2007 a approuvé au profit de 31 pays d’Afrique sub-saharienne, une enveloppe de huit milliards d’euros pour la période allant de 2008 à 201328. Le Bénin, le Cameroun, l’Éthiopie bénéficieront, à titre d’exemple, de respectivement 334, 239 et 639 millions de dollars durant la période 2008-2013. La BEI « fournit des capitaux à risque et des prêts en vue d’appuyer le développement du secteur privé », mais bénéficie d’un budget assez limité.

  • 29 11,2 milliards d’euros pour la période 2007-2013.
  • 30 Sur la période 2007-2013, environ 16,9 milliards d’euros seront dégagés.
  • 31 Pour la période 2007-2013, 2,1 milliards d’euros y ont été affectés.
  • 32 Aid Effectiveness : Benefits of a European Approach, HTSPE Limited, Project n° 2008/170204, October (...)

12Outre ces moyens, la coopération européenne se fait à travers encore d’autres instruments, dont le fonds fiduciaire pour les infrastructures en Afrique, la politique européenne de voisinage (IEVP)29 ; l’instrument de financement de la coopération au développement30 et l’instrument de stabilité31. Une partie de l’enveloppe financière de ces institutions est pour l’Afrique. En 2008, l’Union Européenne (institutions + États membres) a consacré plus de quarante-neuf milliards d’euros à l’aide publique au développement, dont une grande partie est consacrée au continent africain (plus de vingt milliards de dollars). Elle est le premier donateur d’aide publique au développement, représentant près de 60 % de l’aide mondiale. Si l’UE est toujours le premier pourvoyeur d’aide publique au développement, une révision de la coopération au développement s’impose. Celle-ci souffre, en effet, d’un manque de vision. Le pragmatisme et la souplesse nécessaires (notamment en matière d’obtention de crédits) lui font défaut. Les freins administratifs et autres lourdeurs bureaucratiques sont légion, sans parler des projets dénués d’avenir dès leur conception. À ce titre, est-il, par exemple, logique de soutenir des projets agricoles alors que les paysans ne se voient pas offrir la possibilité de vendre leurs produits, faute d’infrastructures et de moyens de transport ? L’efficacité de l’aide pose encore un énorme problème en raison de son hyper-fragmentation et des gaspillages dont elle est victime. En novembre 2009, Karel De Gucht appela les États membres à mieux coopérer afin d’éviter une gabegie de pas moins de trois milliards d’euros ( !). Les conclusions de l’étude préliminaire Aid Effectiveness : Benefits of a European Approach, parue fin 200932 et sur laquelle s’appuyait K. De Gucht, étaient, en effet, alarmantes. Elles dénonçaient, entre autres, un manque de management, des surcoûts en matière de consultance (dont les montants étaient estimés entre 1,3 et 3 milliards de dollars par an pour 22 000 nouveaux projets approuvés en 2007), ainsi qu’une trop grande fragmentation de l’aide (40 à 50 000 projets pour 2007), ou encore un manque de vision sur le long terme.

  • 33 Reuters, « L’OCDE épingle la France et d’autres sur l’aide au développement », 17 février 2010.

13D’autant plus que les gouvernements s’appuient trop souvent sur les taux d’exécution (volonté de se rapprocher des 0,7 % du PIB) au lieu de s’intéresser au contenu de l’aide. Pourtant l’UE n’a pas tenu les promesses faites au sommet du G8 de Gleneagles en juillet 2005 à savoir porter l’aide à cinquante milliards de dollars, et atteindre 0,7 % du PIB en aide au développement (elle atteint en général en moyenne moins de 0,3 %). Un rapport de l’OCDE de début 2010 rappelle d’ailleurs que de nombreux pays ne respectent pas leur engagement en matière d’aide publique au développement. Par rapport aux promesses de 2005, il manquerait vingt-et-un milliards de dollars. Et la crise économique n’y serait que pour quatre milliards de dollars. Des pays tels que la France, l’Italie et l’Allemagne sont bien en dessous de leurs promesses. Cela a des conséquences évidemment sur les objectifs du Millénaire qui ne seront pas atteints33.

14L’aide au développement a en outre pris la forme d’un entonnoir, à savoir qu’à l’arrivée il ne reste plus grand-chose de la somme de départ en raison de différents intermédiaires : experts, conseillers, études de faisabilité, corruption, etc. Il existe aujourd’hui tellement d’institutions, sous-institutions, ONG et autres qui se préoccupent de l’aide au développement qu’il y a aucune homogénéité dans la prise de décision. Malgré les déclarations, chacun fait à sa guise, plus soucieux de ses propres intérêts que de l’intérêt général. Les décisions sont prises à partir du dénominateur commun le plus bas, rendant toute efficacité douteuse.

1.2. L’énergie

  • 34 De nouveaux gazoducs sont en construction : le gazoduc Medgaz vers l’Espagne et le gazoduc Galsi ve (...)
  • 35 La Libye est le quatrième fournisseur de l’UE en pétrole et le cinquième en gaz. La Libye exporte d (...)

15L’UE importe aujourd’hui à peu près 82 % de son pétrole et 57 % de son gaz, et ce chiffre passera respectivement à 92 % et 82 % dans les années à venir. Dépendant de plus en plus des importations pour son pétrole (25 %), mais surtout pour son gaz (30 à 35 %) de la Russie, elle cherche des alternatives. D’autant plus que 80 % du gaz importé de la Russie transite par l’Ukraine. Or ces dernières années ont montré que la sécurité de cette voie d’approvisionnement dépendait de la relation entre Moscou et Kiev. Si une des alternatives envisagée est l’Asie centrale (entre autres le projet Nabucco), l’autre est le continent africain, en particulier l’Afrique du Nord. Près de 15 % des importations pétrolières européennes sont issues du continent africain, principalement de la Libye et de l’Algérie, mais le Nigéria et l’Angola gagnent en importance. Quant au gaz, il s’agit surtout du gaz algérien qui est majoritairement exporté vers l’UE (surtout l’Italie, et ensuite l’Espagne et la France) via le gazoduc Transmed (Algérie-Tunisie-Sicile-Italie)34. La Libye fait de même par le gazoduc Greenstream35. Si l’Égypte exporte traditionnellement son gaz vers la Jordanie, la Syrie et le Liban par l’Arab Gas Pipeline, elle compte l’exporter également vers l’UE. Cette dernière s’intéresse également au projet transsaharien (Trans-Sahara Gas Pipeline), qui consisterait à exporter le gaz nigérian vers le continent européen via un gazoduc qui se connecterait au système algérien. Ce qui affirmerait par ailleurs le rôle de l’Algérie comme plaque tournante gazière pour le continent européen. Ce projet intéresse, comme nous le verrons, également Gazprom. Face à cette réalité, on comprend l’importance du partenariat énergétique pour les Européens, qui promeut officiellement la coopération énergétique entre les deux continents reflétant les besoins africains et européens. Ce partenariat n’est toutefois pas unidirectionnel. Soutenant également le développement, l’accès, l’intégration et la sécurité énergétique de l’Afrique, les Européens financent des projets hydroélectriques (RDC, Mali), des centrales électriques (Éthiopie, Guinée, Sénégal, Mozambique, Ouganda, Madagascar), des parcs à éoliennes (Égypte), des gazoducs (Tunisie, Libye, Ghana, Nigéria), des oléoducs (Mozambique), des câbles sous-marins à fibre optique (East African Submarine Cable System) sur le continent. Les sources de financement sont le 10e FED, l’IEVP, la BEI, la BAD, les contributions bilatérales, et le secteur privé.

1.3. Les infrastructures

  • 36 Deux à trois semaines sont parfois nécessaires pour transporter le cuivre du Katanga vers un port. (...)
  • 37 Selon les enveloppes régionales et nationales du 10e FED, 5,6 milliards d’euros seront consacrés à (...)
  • 38 L’Accord établissant le Fonds fiduciaire a été signé en avril 2007 par dix donateurs (la Commission (...)
  • 39 Lire pour plus de détails pratiques les documents Partenariat Afrique-UE pour l’énergie, Feuille de (...)

16Les infrastructures sont un autre exemple de partenariat prioritaire. Sans le développement des routes, des ports, aéroports, et la constitution d’un arrière-pays consommateur, il est très difficile, sinon impossible, de développer l’économie d’un pays36. Le financement s’appuie sur des fonds venant parmi d’autres du FED37 et du Fonds fiduciaire38 (aide non remboursable)39, de la BEI et du secteur privé. Si l’UE investit, il est vrai, dans les infrastructures au sens large (transport, eau et réseau sanitaire, énergie, TIC), l’effort apparaît encore insuffisant.

17En raison entre autres d’une mauvaise gestion, d’un manque de moyens, d’infrastructures absentes ou laissées à l’abandon, un pays comme la RDC importe des produits vivriers qu’il pourrait lui-même produire moins cher si les conditions de développement étaient réunies. On estime que seul 1/3 des populations rurales a accès à des routes accessibles toute l’année. Comme le note une étude de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement Banque mondiale :

  • 40 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chin (...)

Les insuffisances en matière d’infrastructure gonflent les coûts indirects de production, réduisant de ce fait la compétitivité des exportations. Malgré le faible coût de la main-d’œuvre, les entreprises d’Afrique subsaharienne se sont très peu implantées sur les marchés d’exportation. Leurs coûts indirects élevés expliquent partiellement cette situation. En règle générale, les coûts indirects d’un exportateur bien établi sont rarement supérieurs à 10-12 % du coût total de production. En Afrique subsaharienne par contre, les coûts indirects peuvent atteindre jusqu’à 20 ou 30 % du coût total de la production40.

18Il est intéressant de mentionner encore un rapport de la Banque mondiale de 2009, intitulé Infrastructure africaine : une transformation impérative. Ce dernier a revu ces estimations à la hausse pour le financement des infrastructures. Il faudrait près de nonante-trois milliards de dollars par an et cela pendant dix ans pour améliorer les infrastructures (électricité, eau, routes et technologies de l’information et des télécommunications) sur le continent (équivalant à 15 % de son PIB), dont près de la moitié pour approvisionner le continent en électricité. Or aujourd’hui seuls quarante-cinq milliards de dollars sont dépensés dans les infrastructures :

  • 41 « Infrastructures africaines : une transformation impérative », Washington, 12 novembre 2009 (site (...)

L’Afrique dépense déjà quarante-cinq milliards de dollars par an pour l’infrastructure. Une grande partie de cette dépense d’infrastructure provient de sources nationales. Cependant, les services d’infrastructure africains dépensent inutilement 8 milliards de dollars par an, à cause d’une dotation excessive en personnel, des pertes au niveau de la distribution, une sous-perception des recettes et un entretien inadéquat. Ces services perdent environ 2,4 milliards de dollars par an à cause de factures non perçues. Une utilisation efficace des ressources existantes permettrait de libérer 17,4 milliards de dollars par an supplémentaires pour le financement de l’infrastructure. Si ces gains d’efficacité se réalisent, il restera cependant un gap de financement substantiel de trente-et-un milliards de dollars à combler, en particulier pour les infrastructures d’eau et d’énergie des états fragiles41.

19En raison de ce manquement, la croissance économique est fortement freinée (2 %). Inversement, selon encore une étude de la Banque mondiale, la moitié de la croissance économique (2,5 sur 5 %) qu’a connue l’Afrique entre 2003 et 2008 est due à de meilleures infrastructures et télécommunications.

1.4. La bonne gouvernance

20Ces dernières années, la bonne gouvernance est devenue officiellement une priorité et se retrouve sur l’agenda des sommets, des réunions et dans de nombreux discours. Pourtant, au-delà de la rhétorique, la réalité sur le terrain montre une certaine ambiguïté et voire une hypocrisie de la part des Européens.

  • 42 Cité dans Putman, D., « Addressing African Questions About the Legitimacy of the US Africa Command (...)
  • 43 Doing Business 2010 : Reforming Through Difficult Times, 2010, p. 10.

21Avant tout, nous ne pouvons évidemment passer sous silence le fait que de nombreux pays africains continuent à être caractérisés par une mauvaise gouvernance. Les décisions sont souvent le fruit d’un mode de redistribution fondé sur des logiques tribales ou ethniques et la corruption ou le « système » y est par ailleurs un phénomène notoire. Un rapport de la COMESA, en coopération avec le Department for International Development (DFID) et l’USAID, conclut en 2007 par exemple « qu’actuellement il est plus facile en RDC de faire des affaires de manière illégale que légale »42. Le rapport Doing Business de la Banque mondiale situe la RDC à la 182e position en matière de fiabilité des affaires43. Or, la mauvaise gouvernance et la corruption empêchent les sociétés de se développer. Mais les critiques émanant des institutions européennes et des États membres, souvent justifiées, risquent de se révéler contreproductives. L’arrivée de puissances comme la Chine, l’Inde ou le Brésil donnent aux États africains des opportunités et des options supplémentaires. Il s’indignerait peut-être d’être donneur de leçons. Continuer à avoir un discours de supériorité risque de produire des effets contraires aux effets recherchés. Il faudrait avoir envers le continent une approche plus pragmatique, tenant compte des réalités sur le terrain.

22Aujourd’hui les concepts à la mode sont sécurité collective, gouvernance globale, ONU, droit humanitaire, pacifisme, etc. Ces termes sont tout à fait louables et les politiques qui en découlent doivent être encouragées. Mais ils ne devraient pas nous aveugler face à la réalité des faits. Il ne sert à rien de prêcher dans le désert et de se prendre pour le nouveau Don Quichotte des relations internationales. De nos jours, le monde se caractérise plus par l’anarchie et le chaos, que par un système s’appuyant sur la sécurité collective. Or, l’UE ne pourra se faire entendre que si elle continue à être présente sur le terrain. D’autant plus que demander aux pays africains d’appliquer la bonne gouvernance en la conditionnant à l’aide publique appelle une révision non pas dans l’objectif final mais dans la méthode. En effet, comment exiger des États qui n’ont jamais connu la bonne gouvernance, des résultats de court terme. La bonne gouvernance est un cheminement sur la longue durée. L’établissement d’une bonne gouvernance puise dans l’histoire des institutions politiques de l’Occident qui se sont formées, progressivement, sur près d’un millénaire. Nos formes centralisées, décentralisées, fédérales, etc. résultent de concepts politiques et institutionnels hérités du droit romain, des turpitudes du moyen-âge, du nouvel essor de l’Occident durant la renaissance et, surtout, des efforts de centralisation et de contrôle politique des États européens à partir du xvie siècle. Tout un ensemble de processus que l’Afrique n’a pas connu. Un pays ne saurait en outre sortir du « système » de la corruption, de l’économie informelle si on ne lui donne pas les outils de son développement. C’est un travail de longue haleine, qui exige une vision sur le long terme et une stratégie cohérente et volontariste.

23Une seconde remarque est le manque d’investissement et d’intérêt porté à l’éducation de la part de l’UE. L’éducation devrait être un chantier prioritaire car c’est elle qui forme les élites, les entrepreneurs, les classes moyennes (sans classe moyenne importante une société ne peut survivre), mais également la main d’œuvre qualifiée. Elle pourrait endiguer à terme la corruption et la mauvaise gouvernance. Il apparaît pourtant que dans certains pays, l’éducation et la formation continuent à se dégrader fortement et cela aussi bien au niveau de la cellule familiale, qu’en primaire, en secondaire et à l’université, sans parler de la fuite des cerveaux. Or, l’éducation est la base de l’avenir de pays africains. Il suffit de voir ce qu’est devenue l’université de Lubumbashi pour se rendre compte de la difficulté de former des universitaires. Aucun occidental ne voudrait ou ne pourrait étudier dans les conditions qui y sont en vigueur. Le fait de recourir à la main d’œuvre étrangère et pas seulement chinoise pose également problème. En effet face à un problème majeur de formation, il apparaît de plus en plus que les sociétés en Afrique feront appels à une main d’œuvre plus qualifiée, venant par exemple de Thaïlande ou du Pakistan. Cela suppose évidemment des investissements à long terme pour obtenir des résultats concrets, mesures peu populaires, quand on attend des hommes politiques des résultats à court terme.

  • 44 V.H., « La guerre du coltan en RDC », Travail de recherche réalisé dans le cadre de la préparation (...)
  • 45 Rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo (S/2009/603), novembre 20 (...)
  • 46 Lire également à ce sujet, Addendum to the report of the Panel of Experts on the Illegal Exploitati (...)

24De plus, et c’est notre troisième observation, il est difficile de formuler des exigences en matière de bonne gouvernance sans dénoncer dans la foulée les pratiques de certains pays, hommes d’affaires et multinationales, impliquées directement ou indirectement dans différents trafics de matières premières. À titre d’exemple prenons le cas de la RDC. Un rapport de l’ONU datant de novembre 2009, dénonce de nombreux pays voisins de la RDC en raison de leur implication direct ou indirect dans le conflit de l’Est de la RDC. Ainsi l’Ouganda serait impliqué dans le trafic de l’or qui serait exporté vers Dubaï. La Tanzanie fournirait pour sa part des armes et munitions via le lac Tanganyika. Le Burundi servirait de base arrière au FDLR et de fournisseur d’armes et exporterait également une partie de l’or sous contrôle des chefs de guerre (dont le FDLR). « En soutenant politiquement leurs multinationales, les puissances occidentales dessinent respectivement un échiquier géopolitique où les États pilleurs de la RDC, principalement le Rwanda mais aussi l’Ouganda et le Burundi, desquels le coltan quittera les Grands Lacs, sont des partenaires stratégiques »44. Des personnalités telles qu’Alain Goetz ou le suisse Chris Huber, déjà présentes dans le trafic de coltan durant la guerre de 1998-2003 sont également citées45. Les multinationales ne sont pas non plus épargnées par le rapport. Il existe ainsi des accords entre les groupes armés et des sociétés minières internationales qui maintiennent en vie le marché parallèle46. Ainsi, la société américaine Niotan se procurerait ses matières premières de trois fournisseurs : la compagnie chinoise Huaying Trading Company (HTC), World Mining Company (WMC) basé à Bukavu et Muyeye. Ces dernières obtenant les matières premières de différents groupes armés présents au Kivu. HTC, WMC et Muyeye vendent leurs matières premières ensuite à African Ventures Ltd, basée à Hongkong. Cette dernière est dirigée par John Crawley également directeur de Niotan. Crawley est également propriétaire de Refractory Metals, également basé à Hong Kong et qui transporte les matières premières au Nevada où se situe Niotan. Refractory Metals fournit également à Thailand Smelting and Refining Compant Ltd (Thaisarco), propriété du britannique Amalgamated Metal Corporation.

  • 47 Rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo (S/2009/603), novembre 20 (...)
  • 48 « Congo-Kinshasa : Diplomatic Double-Standards and an International Resource Grab are Stoking One o (...)
  • 49 Pour plus de détails, lire Rapport final au Conseil de sécurité de l’ONU du Groupe d’experts sur l’ (...)

25D’autres sociétés et pays sont cités tout au long du rapport concernant le trafic d’or47. Quant aux pays occidentaux tels que la Belgique, la France, l’Allemagne et les États-Unis, on leur reproche un manque de coopération concernant certaines personnes vivant en leur sein. On reproche également au Soudan, à la Chine, à la Corée du Nord d’avoir fourni des armes à l’armée congolaise (FARDC) et à l’Afrique du Sud et l’Angola d’avoir prévenu tardivement de ces livraisons aux FARDC. Il existe pourtant un devoir selon la résolution 1807 des Nations Unies de notifier en avance le Comité de sanctions de toute livraison d’armes aux FARDC. Aux États-Unis, il sera reproché de former et d’assister les FARDC sans avoir averti le Comité des sanctions48. Si le rapport de 2001 des Nations Unies avait déjà mis en lumière l’implication de certaines multinationales dans le trafic des matières premières49, ce nouveau rapport montre que le trafic reste une réalité.

  • 50 Mitchell, H, Garrett, N., Beyond Conflict : Reconfiguring Approaches to the Regional Trade in Miner (...)
  • 51 Lire à ce sujet : Prendergast, J., Lezhev, S., « From Mine to Mobile Phone », in The Enough Project (...)

26Dans la région de l’Est de la RDC, riche en or, coltan, cassitérite et wolframite, la majorité des matières premières est exportée illégalement via les voisins. Quelques exemples de routes d’exportation : Goma-Bunagana-Kampala-Mombassa/Dar es Salaam ; Goma-Gisenyi-Kigali-Mombassa/Dar es Salaam ; Bukavu-Kigali-Mombassa/Dar es Salaam ; Uvira-Kigoma-Dar es Salaam. Les matières premières sont alors prises en main par des courtiers internationaux qui facilitent les exportations vers le marché mondial (Europe ou compagnies multinationales de traitement en Inde, Chine, Malaisie et Thaïlande)50. De manière générale, les routes du trafic, les intermédiaires, les sociétés impliquées, les ports d’où sont exportées les matières vers les sociétés de traitement ayant le savoir-faire (peu nombreuses dans le monde), les ports d’importations sont connus par tous51. Ces matières premières sont achetées ensuite par les multinationales du secteur de la défense, de l’aérospatiale, de l’automobile, des télécommunications, etc. en toute connaissance de cause.

  • 52 Lire également : Deltombe, T., « Les guerres africaines de Vincent Bolloré », in Le Monde Diplomati (...)
  • 53 Lire à ce sujet : UN, Report of the panel of experts on the illegal exploitation of natural resourc (...)

27In fine, de nombreuses entreprises étrangères financent des groupes armés afin de se procurer de l’or, de la cassitérite, du coltan et du diamant. L’enjeu est celui du contrôle des ressources par des acteurs externes et internes. Si en théorie la richesse de ces pays devrait permettre le développement du pays, les faits indiquent l’inverse. On parle d’ailleurs plutôt de ressource curse. En effet, chefs de guerre, propriétaires de concessions, compagnies de transport, banques, multinationales52, garde-frontières, etc. sont impliqués dans les différents trafics53. Comment peut-on en outre accepter qu’en RDC par exemple, et le cas n’est pas isolé, certains membres de la MONUC participent aux pillages des ressources et cela en toute impunité. Est-il normal qu’à l’aéroport de Djili (Kinshasa) des avions de l’ONU soient remplis de « sacs » ? Est-il normal qu’il y ait une collusion sur le terrain entre certains Casques bleus, les mafieux et les différents groupements armés ?

  • 54 Il suffit de considérer le travail des enfants dans les mines en RDC que ce soit d’ailleurs dans le (...)

28Nos exigences en matière de bonne gouvernance apparaissent dès lors souvent sur le terrain à géométrie variable en fonction des intérêts et enjeux. Il apparaît évident qu’il y a une contradiction importante entre les déclarations et les faits sur le terrain54.

1.5. La coopération militaire

  • 55 Architecture africaine de paix et de sécurité.
  • 56 Système continental d’alerte rapide.
  • 57 Groupe des Sages.
  • 58 Force africaine en attente
  • 59 Ellowson, C., « The Joint Africa-EU Strategy : A Study of the Peace and Security Partnership », Swe (...)
  • 60 Pour une analyse plus approfondie, lire, Pirozzi, N. (ed.), Ensuring Peace and Security in Africa : (...)

29Un dernier exemple de coopération dans le cadre du partenariat est celui de la sécurité où l’UE insiste surtout sur la réforme du secteur sécuritaire. Le partenariat « paix et sécurité » s’organise par conséquent autour de trois priorités : 1) dialogue concernant les défis à la paix et la sécurité (plus grande compréhension des raisons des conflits et leurs résolutions, renforcement de la coopération dans le domaine de la prévention et gestion des conflits, meilleure coordination des initiatives régionales, plus grande coopération euro-africaine et influence dans les forums internationaux ; 2) opérationnalisation de l’African Peace and Security Architecture (APSA)55, composé d’acteurs civils, militaires et de police, ayant trois axes prioritaires (Continental Early Warning System56, le Panel of the Wise57 et l’African Standby Force [ASF]58), tout en renforçant les mécanismes de l’UA ; 3) le cofinancement des opérations de paix à venir, menées par les pays africains. J. Solana a nommé en février 2008, le général Pierre-Michel Joana en tant que conseiller spécial pour les capacités des opérations de paix africaines, afin de garantir une certaine coordination des différentes activités de la priorité un. La France et l’Italie sont les États pilote de la priorité deux et la Grande Bretagne et la Commission sont responsables de la priorité trois59. Des trois priorités, l’APSA est probablement la plus ambitieuse et également la plus importante, en raison de son volet African Standby Force, qui devait en théorie être opérationnelle en juin 2010. L’ASF sera composée de 25 000 hommes et divisée en cinq brigades régionales60.

TABLEAU 1 Les différents types de missions

TABLEAU 1 Les différents types de missions

Source : « 2010 : l’année de la Force africaine en attente », in Diplomatie (Hors-série), n° 12 juin-juillet 2010.

  • 61 « Paix en Afrique » en Kiswahili.
  • 62 Ellowson, C., « The Joint Africa-EU Strategy : A Study of the Peace and Security Partnership », Swe (...)
  • 63 Tout État peut participer.
  • 64 Aucune volonté de changer l’équilibre des forces et non-permanent.
  • 65 Apprendre au soldat les bases du maintien de la paix.
  • 66 Entraînement au niveau des unités.
  • 67 Dépôts localisés à Dakar, Libreville et Djibouti.
  • 68 « En multilatéralisant ses interventions, la France poursuit un double objectif. Le premier est de (...)
  • 69 Sorensen, K., « Beyond Françafrique », The Foundation, reorientation and reorganization of France’s (...)

30L’outil utilisé pour former l’ASF est l’initiative Amani-Africa61/EURORECAMP, adoptée à la suite du sommet de Lisbonne pour la période 2008-2010 et lancée officiellement le 21 novembre 2008. L’objectif est de former la force et ses différentes composantes, en particulier les capacités décisionnelles et la chaîne de commandement en temps de crise. EURORECAMP se concentrera spécifiquement sur l’entraînement des forces africaines (civils, militaires, police) dans plusieurs centres d’excellence sur le continent (Mali, Ghana, Kenya)62. Ce programme était à l’origine une initiative française, qui remonte aux années 1990. En 1997, la France lance le programme RECAMP, dont le but est d’entraîner sur une base volontaire les armées de pays africains dans le maintien de la paix. Quatre principes guident le programme (Multilateralism, Openness63, Transparency et Standby Basis64) et il est composé de trois composantes (Individual Peacekeeping Training65, Field Peacekeeping Training66 et Equipment67). Dans la pratique, le programme connaîtra de nombreuses difficultés, en raison d’un manque de coordination avec ECOWAS et l’UA et d’un entraînement qui ne portera pas ses fruits sur le terrain. Face à ces difficultés, la France cherchera des partenaires, qu’elle trouvera au sein de l’UE68. Ce qui lui donnera l’opportunité de partager les coûts et de garantir une plus grande légitimité de sa présence en Afrique69.

  • 70 Pirozzi, N., « EU support to African security architecture : funding and training components », in (...)

31Aujourd’hui EURORECAMP a élargi son programme en impliquant des civils et en établissant des liens avec l’UA, mais la coordination reste difficile d’autant plus que l’UA est également engagée dans des programmes américains et otaniens. Sur le continent, l’initiative est confrontée à d’autres problèmes. Excepté la France, l’Italie, et la Grande-Bretagne, il existe une absence d’enthousiasme et d’engagement des pays européens. Il manque dès lors du personnel civil ainsi que des formateurs. Les États européens continuent de surcroît à avoir leurs propres programmes de formation. Les Italiens ont l’Italian African Peace Facility (IAPF), établi en 2007 pour former les pays de l’UA au maintien de la paix (en particulier les pays dans la Corne de l’Afrique). La Belgique a des collaborations militaires avec la RDC et le Bénin. La Grande-Bretagne, à travers les programmes Africa Conflict Prevention Pool (ACPP) et British Peace Support Teams (BPST) a 130 hommes présents de manière permanente (en particulier en Sierra Leone, au Kenya, en Afrique du Sud, au Ghana et au Nigéria). Quant au Portugal, par le biais de son Programa de Apolo as Missoes de Paz em Africa (PAMPA), il renforce sa coopération principalement avec les pays lusophones70.

  • 71 Certains de ces programmes font partie implicitement du programme plus large de Réforme du Secteur (...)
  • 72 Lancée le 12 juin 2003 dans la province d’Ituri, au Nord-Est de la République démocratique du Congo (...)
  • 73 La mission qui se fait dans le cadre du programme RSS, a débuté en juin 2005 et se donne comme obje (...)
  • 74 Lancée en avril 2005, la mission qui avait comme objectif de fournir des conseils et assister les u (...)
  • 75 Mission militaire lancée le 25 avril 2006 et qui prendra fin le 30 novembre 2006 en soutien de l’op (...)
  • 76 Cette mission établie en juillet 2005 appuie la mission de l’UA. Elle était composée de civils et m (...)
  • 77 En décembre 2008, l’UE lance l’opération navale Atalante, à laquelle participent l’Allemagne, la Be (...)

32Toujours dans le domaine sécuritaire, une autre initiative européenne est l’African Peace Facility. Créée en 2003 et financée par le FED, elle soutient essentiellement des opérations de paix et en moindre mesure la formation et les capacités opérationnelles de paix de l’UA. Entre 2004-2007, 440 millions d’euros seront alloués et pour la période 2008-2010, 300 millions d’euros. Dans la pratique, l’ensemble manque toutefois de coordination et de structure. Enfin, la présence européenne se mesure également en raison de sa participation à des missions militaires, de police, de prévention et de gestion71 (Artemis en 200372, EUSEC RDC en 200573, EUPOL Kinshasa entre 2005 et 200774, EUFOR RD Congo en 200675, soutien et assistance a la mission de l’UA au Soudan76 [AMIS II], la force européenne Eufor-Tchad-Centrafrique en 2008). En décembre 2008, l’Union européenne se lance également dans une opération navale, nommée « Atalante » dans le cadre de la lutte contre la piraterie77.

2. Défis et enjeux pour l’Union européenne

33Après un an, en 2008, la Commission a fait un bilan du partenariat Afrique-UE et dans ses conclusions, elle insiste sur le fait que

  • 78 Communication de la Commission au Conseil et au Parlement européen. Un an après Lisbonne : le parte (...)

les deux parties ont déjà entamé la mise en œuvre de l’agenda ambitieux et opérationnel des partenariats thématiques. Les progrès de départ doivent être accélérés, élargis et consolidés. La troïka du 16 septembre 2008 a souligné […] que les deux parties ont à présent besoin d’intensifier leurs efforts afin que ce partenariat donne tous les résultats escomptés. Une prochaine étape importante sera la mise sur pied des groupes conjoints d’experts qui mettront en œuvre et coordonneront les huit partenariats78.

34S’il est encore trop tôt pour émettre un bilan définitif de ce nouveau partenariat, dont nous avons survolé quelques aspects, certaines observations additionnelles peuvent toutefois être énoncées. Le fait d’avoir élargi le partenariat à des domaines tels que l’énergie, la science ou le changement climatique pourrait aboutir à des résultats positifs sur le long terme. À cette fin, les freins bureaucratiques et autres doivent être réduits. Malgré une volonté de bien faire, il y a cependant clairement trop d’acteurs présents dans la prise de décision : outre les acteurs déjà mentionnés, quasi toutes les DG, ainsi que les États membres sont impliqués. Pour chacun des huit partenariats, il existe par exemple un « acteur pilote », soit un État, soit une institution européenne. En théorie, elle est supposée coordonner le tout. Pour le partenariat énergie, ce sont l’Allemagne et l’Autriche, pour les Objectifs du Millénaire c’est la Grande-Bretagne, pour la paix et sécurité, le secrétariat général, etc. Autant d’acteurs impliqués dans la prise de décision ne peuvent qu’entrainer des freins bureaucratiques, mais également la défense d’intérêts propres aux États et/ou institutions. De plus, il ne faudrait pas confondre dialogues et rencontres avec prise de décision et action.

  • 79 Il existe aucune stratégie de communication. Lire à ce sujet Joint Communication Strategy of the Eu (...)

35De surcroît, de nombreux États membres de l’UE privilégient encore toujours les relations bilatérales avec les pays africains (comme nous le verrons par la suite pour la France), rendant toute politique cohérente complexe. Il convient de constater dès lors que la politique de l’UE passe avant tout par ses États membres. Or ces derniers sont plus préoccupés par l’intérêt national que celui de l’UE. Sur le terrain, on observe, par conséquent, un manque de coordination criant entre les chancelleries. La rivalité entre Britanniques, Belges et Français (fondée sur la concurrence économique mais également culturelle : Francophonie versus Commonwealth) dans la région des Grands Lacs en est un bel exemple. De manière plus générale, le réflexe des États européens de défendre leur « pré-carré » freine l’exécution des visées européennes. De plus, l’Europe est comme le souligne l’analyste D. Moïsi, « si occupée à définir sa propre identité que ses priorités sont plus que jamais tournées vers elles-mêmes ». Il existe un fossé important entre d’une part les constats faits sur le terrain par les diplomates sur place et ce qui ensuite est repris dans les chancelleries occidentales. Il n’y a, de plus, pas d’interlocuteur incontournable au niveau de l’UE. Ce qui a comme conséquence que la politique décidée dans les capitales, correspond trop peu souvent aux souhaits et aux problèmes constatés sur le terrain et par conséquent aux solutions à offrir. Encourager, en outre, une meilleure coopération entre le politique, la défense, la diplomatie, le renseignement, la société civile et la recherche (politologues, sociologues, anthropologues, économistes, etc.), est nécessaire afin que chacun puisse apporter son expérience dans ses domaines de spécialisation respectifs et développer une approche multidisciplinaire d’une même problématique. Paul Claudel écrivait « pour connaître la rose, quelqu’un emploie la géométrie et un autre le papillon », or il faut unir les deux approches. Il faut encore noter un manque de stratégie de communication79, de ressources humaines et financières, ainsi qu’un désintérêt de certains États membres de l’UE pour le continent.

36Si le partenariat voulait renforcer les liens entre les deux continents, en renforçant l’intégration africaine en un bloc plus homogène qui se traduirait dans les faits par un renforcement de l’UA et de ses institutions en tant qu’acteur uni, le bilan est mitigé. La présence d’une délégation de l’UE auprès de l’UA apparaît cruciale car elle facilite le dialogue et permet aussi de rapidement écarter tout quiproquo. Il faudra toutefois encore du temps pour que l’UA puisse s’imposer d’une part, mais l’UE doit également réaliser que le continent africain change, d’autre part et que cela nécessite une approche novatrice. Il existe toujours du côté africain cette perception d’être dans une relation paternaliste Nord-Sud, et non pas dans un vrai partenariat d’égal à égal. Les gouvernements africains sont par conséquent de moins en moins à l’écoute de conseils venant de l’étranger en général, et de l’UE en particulier, y voyant une ingérence dans leurs affaires internes. Il convient par conséquent de s’interroger sur la réelle prise en compte, par les acteurs européens, des us, traditions et modalités d’organisation des États d’Afrique. Nombreux sont encore les pays de ce continent où les structures restent fondées sur une lecture clanique, familiale ou ethnique tant des rapports interpersonnels que des relations institutionnelles. Le monde est aujourd’hui confronté à un repli identitaire et à une fragmentation culturelle tout à la fois intranationale, transnationale et supranationale. Ce bouleversement mondial induit une forme de cohabitation forcée, une « glocalisation » source de tensions entre civilisations, sociétés, communautés pré et post-modernes ; tensions également caractérisées par des asymétries entre les différents systèmes de valeurs, modes de représentations et intérêts. Le champ des relations internationales devient plus complexe, plus diffus et plus difficile à cartographier que par le passé. Il investit désormais tous les champs d’action possibles : culturel, social, politique, émotionnel, médiatique, etc. On assiste donc à un glissement de plus en plus visible des dominantes purement politiques vers des dimensions politico-culturelles ou politico-émotionnelles.

  • 80 Cité dans Souyri, P.-F., « La modernité japonaise dans tous ses états », in Le Débat, n° 153, janvi (...)

37Or on a trop tendance à croire que l’autre est à son image, reflète sa façon d’interpréter les choses tel un miroir. L’obstacle majeur auquel nous sommes actuellement confrontés, réside dans l’incapacité à intégrer au cœur des analyses, réflexions et actes, les réalités sociales, culturelles, comportementales, intellectuelles des acteurs. L’incompréhension génère le rejet, les catégorisations hermétiques, les simplifications à l’extrême. Chocs des cultures, des civilisations, des savoirs : l’incompréhension serait dès lors totale. Pour J. Gernet, « Oubliant volontiers que l’histoire de notre civilisation nous a façonnés, nous nous croyons naturellement aptes à juger de modes de pensée différents des nôtres. Mais n’y trouvant pas ce qui nous est familier, nous les estimons le plus souvent sans grand intérêt »80. Nos prismes culturels nous freinent souvent à aller au-delà de nos préjugés et à avoir, par conséquent, une approche hybride des problématiques et des enjeux internationaux. Il faut par conséquent reconnaître le relativisme culturel, accepter que d’autres (civilisations) voient le monde de manière différente et tenter de tirer parti de cette richesse.

  • 81 Dunlap Jr., C., « Preliminary Observations : Asymmetrical Warfare and the Western Mindset », in Cha (...)
  • 82 Masson, I., « Constructivisme », Département de science politique, Université du Québec à Montréal, (...)

38Or, nos méprises proviennent de la supposition que les autres sont comme nous, alors qu’ils sont plus dissemblables que semblables. Nous persistons à attribuer aux autres nos traits culturels, ne reconnaissant pas que nous avons des objectifs différents, à cause de nos origines historiques et de nos valeurs uniques81. Chaque société est d’une certaine façon prisonnière de ses prédispositions stratégiques et idéologiques et a des difficultés à réfléchir au-delà. Comme le note I. Masson : « Les prismes d’attitudes qui orientent les pratiques d’un agent ne sont donc pas que le fruit de sa compréhension particulière et isolée. Ceux-ci sont plutôt les fibres d’un « tissu collectif » beaucoup plus vaste leur donnant forme et corps, c’est-à-dire la culture, le langage et les idées qui sont autant d’éléments intersubjectifs producteurs de règles et d’institutions »82. Nous manquons de cette façon trop souvent de nous mettre à la place d’autrui. Aussi pour Claude Lévi-Strauss :

  • 83 Cité dans Audoin-Rouzeau, S., École des hautes études en sciences sociales (EHESS) « La violence de (...)

Quand j’essaie d’appliquer à l’analyse de ma propre société ce que je sais d’autres sociétés que j’étudie avec infiniment de sympathie et presque de tendresse, je suis frappé par certaines contradictions. Certaines décisions ou certains modes d’action, quand j’en suis le témoin dans ma propre société, m’indignent et me révoltent alors que, si j’en observe d’analogues ou de relativement proches dans une société dite primitive, il n’y a de ma part aucune ébauche de jugement de valeur. J’essaie de comprendre pourquoi les choses sont ainsi et je pars même du postulat que, du moment où ces modes d’action, ces attitudes existent, il doit y avoir une raison qui les explique83.

39Il est dès lors indispensable d’apprendre à mieux connaître la politique interne et les subtilités des systèmes, coutumes et protagonistes, sans oublier l’histoire et les équilibres ethniques et religieux africains, car il est évident qu’il existe un énorme problème de perceptions entre les Européens et les pays africains.

40Dans le domaine de la paix et de la sécurité des avancées importantes ont été réalisées, même s’il existe encore des lacunes. La dispensation de formations de qualité et l’établissement d’un suivi sont aujourd’hui encore trop absents. D’autant plus que si on décide d’accompagner des forces militaires sur le terrain pour garantir une continuité de la formation, cela entrainera évidemment de nouveaux défis. Pourtant, sans armée fonctionnelle, s’appuyant sur un commandement unifié et opérationnel, un pays tel que la RDC ne pourra garantir sa souveraineté. Cela sous-entend que les formateurs de différents pays aient non seulement le même objectif, mais donnent la même formation et le même matériel pour accroître l’interopérabilité. Il est important également de (re)construire les structures administratives centrales et décentralisées (c’est-à-dire dans les régions et provinces). Le contrôle du territoire et la sécurisation des frontières doit former une priorité. La perméabilité des frontières facilite les trafics de tout genre avec la complicité de nombreux acteurs étatiques et non-étatiques. Dans le cadre de la recherche de la sécurité et stabilité, l’accent devra être mis encore plus sur la prévention des conflits, qui passe impérativement par une croissance économique, le développement, un management des ressources naturelles, un renforcement des liens avec les voisins et enfin l’intégration régionale. À moyen terme, il faudra encourager le renforcement des institutions régionales, que ce soit l’UA, ECOWAS ou SADC.

FIGURE 3 Structure du Partenariat Union européenne-Afrique

FIGURE 3 Structure du Partenariat Union européenne-Afrique

Source : http://europafrica.net/​jointstrategy/​diagram-on-the-jaes/​

41Il est évident, en définitive, que ce nouveau partenariat est dans sa phase d’expérimentation, et qu’il faudra encore un certain temps pour une mise en œuvre efficace, en raison d’ajustements, de nouvelles initiatives, de simplifications bureaucratiques, etc. Il faudra aussi voir si l’application du Traité de Lisbonne pourra entraîner des changements et une nouvelle dynamique du côté européen ou si cela va encore davantage enrailler la prise de décision européenne. Enfin, il faudra parvenir à concilier les objectifs à court terme et ceux à long terme. In fine, le partenariat n’a pas encore trouvé sa place par rapport à d’autres initiatives : la PEV, l’Union pour la Méditerranée, les Accords de Cotonou, pour en citer quelques-unes.

3. Union européenne et États membres : le cas de la France

42La politique de l’UE passe également par ses États membres. Que ce soit la France, la Belgique, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, nos observations sur le terrain ne peuvent aboutir qu’à une seule conclusion : les États membres agissent avant tout en fonction de leurs intérêts nationaux, la France en étant le prototype. Il s’agit dans cette section d’aborder par conséquent de manière sommaire la politique française menée en Afrique sous la présidence Sarkozy afin d’illustrer nos propos, lesquels avancent que chaque État membre poursuit ses propres priorités. Il sera dès lors plus difficile de promouvoir ou de défendre une politique commune.

  • 84 Bangui, T., op. cit., 2009, p. 185.
  • 85 Ibidem.
  • 86 Pour une analyse plus approfondie des relations entre la France et l’Afrique lire, Gounin, Y., La F (...)
  • 87 Cité dans Gounin, Y., La France en Afrique : le combat des Anciens et des modernes, Bruxelles, Ed. (...)
  • 88 Balkany, en s’appuyant sur les « réseaux Pasqua », sillonne l’Afrique afin d’y défendre les intérêt (...)

43À l’origine, la politique africaine annoncée sous le président Sarkozy se voulait en rupture par rapport au passé, pour se défaire de l’image de la « Francafrique » et de son Monsieur Afrique, Jacques Foccart. En 2006 en tant que ministre de l’Intérieur N. Sarkozy déclare à Cotonou : « Il nous faut construire une relation nouvelle, assainie, décomplexée, équilibrée, débarrassée des scories du passé et des obsolescences qui perdurent de part et d’autre de la Méditerranée »84. Un an plus tard, le président Sarkozy lors d’une allocution devant les ambassadeurs français en août 2007 confirme ses propos : « Je suis de ceux qui pensent que les liens anciens et de tous ordres qui nous unissent aux peuples de la Méditerranée, et au-delà, de l’Afrique sont un atout, une chance pour peu que nous ayons l’ambition et la volonté de les organiser et de les renforcer, en rompant définitivement avec d’anciennes pratiques »85. S’annonçait par conséquent une rupture par rapport à la politique de la Françafrique, d’autant plus que de nouveaux conseillers s’installaient tels que Bruno Joubert, diplomate de carrière et intégrée à la cellule diplomatique de l’Élysée, ou le socialiste Jean-Marie Bockel, au ministère de la Coopération86. Ce dernier voulant encourager une nouvelle politique envers l’Afrique s’exprime de la façon suivante le 15 janvier 2008 : « La rupture annoncée à Cotonou tarde à venir […] Je veux signer l’acte de décès de la Françafrique […]. Je veux tourner la page des pratiques d’un autre temps, d’un mode de relations ambigu et complaisant, dont certains, ici comme là-bas, tirent avantage, au détriment de l’intérêt général et du développement »87. Suite à ces déclarations, Bockel sera pourtant écarté au bénéfice d’Alain Joyandet. Certaines personnalités défendant la Françafrique reprennent d’ailleurs le dossier Afrique en main, tels que Claude Guéant (secrétaire général de la présidence de la République), Patrick Balkany88 ou Robert Bourgi. Les réseaux informels qui existent depuis des décennies continuent de la sorte à se maintenir d’une manière ou d’une autre. Aussi le Président français, au lieu d’abandonner les pratiques du passé, joue sur plusieurs tableaux. Comme l’indique P. Bernard :

  • 89 Bernard, P., « La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité » (...)

Fil rouge de la politique africaine de Nicolas Sarkozy, la ‘diplomatie de la réconciliation’ est pourtant loin de se réduire aux manœuvres florentines de M. Bourgi (successeur de Jacques Foccart). Tandis que celui-ci rassure les maîtres de l’ancien ‘pré carré’ français (Gabon, Cameroun, Burkina Fasso, Congo), la cellule diplomatique de l’Élysée représente, quant à elle, la tendance moderniste, favorable à une ‘refondation’ de la politique africaine89.

44Cette cellule s’occupe des dossiers sensibles, dont par exemple le Rwanda ou la Côte d’Ivoire. Enfin, un troisième cercle autour du secrétaire général de l’Élysée se préoccupe de l’approvisionnement énergétique et prend contact avec des pays tels que le Nigéria et l’Angola.

  • 90 « La diplomatie française en Afrique au service des intérêts économiques », in Le Monde, 20 juin 20 (...)

45Face à la concurrence américaine et celle des puissances émergentes, la position française est claire. Par la voix de son secrétaire d’État à la coopération, Alain Joyandet, la France a bien l’intention de « reconquérir » l’Afrique : « Nous sommes prêts à engager une nouvelle politique. Aux Africains, nous proposons un pacte fondé sur la réciprocité, la confiance mutuelle, l’entente. Loin des discours compassionnels, nous souhaitons accompagner l’Afrique qui marche, l’Afrique qui entreprend, l’Afrique qui a confiance en son avenir ». Si le discours apparaît consensuel, dans la pratique, la France veut défendre ses intérêts économiques et stratégiques. Et il ajoutera : « Les Africains nous invitent à rester dans la partie qui se joue en ce moment même »90. Un exemple pour illustrer cette tendance. Alors que le Rwanda s’est encore un peu plus ancré dans la sphère anglophone, en obtenant l’accession au Commonwealth début 2010, la France continue à vouloir garantir son influence dans la région des Grands Lacs. Ainsi la France rétablissait au même moment ses relations diplomatiques avec Kigali et B. Kouchner annonçait vouloir « se battre pour que le français reprenne sa place ». En effet la défense de la francophonie reste un cheval de bataille important pour la France.

  • 91 Guibert, N., « Paris promet la transparence des accords de défense », in Le Monde, 25 février 2010.
  • 92 Hugeux, V., Rosso, R., « La France l’arme au pied en Afrique », in L’Express, 12 décembre 2009.

46La volonté de la France de réorganiser son dispositif militaire en Afrique aura pour sa part des conséquences sur la politique de l’UE en Afrique. Le Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale de juin 2008 préconise de revoir le dispositif français. Il apparaît toutefois que face aux nouvelles réalités du terrorisme et de la piraterie, la France maintiendra ses bases au Gabon (900 hommes) et à Djibouti (2800 hommes) et transformera la base de Dakar en une plateforme de coopération (les effectifs passant de 1200 à 400 hommes), garantissant de la sorte une présence française à l’Ouest et l’Est91. D’autant plus que l’African Standby Force devant accomplir le vide laissé par les forces françaises est loin de pouvoir remplir cette fonction à court terme. Si, au Tchad, les Français n’ont pas de « base officielle », ils sont présents dans le pays depuis le début de l’opération Épervier (1976) et n’ont pas l’intention de quitter le pays de si tôt, ce qui leur garantit une présence au centre de l’Afrique. Au-delà de cet aspect, Paris renégocie une série d’accords de coopération avec d’autres pays (Togo, Cameroun, République centrafricaine, Côte d’Ivoire et Comores)92. Certains de ces accords ont d’ailleurs déjà été renouvelés : Togo (12 mars 2009) et Cameroun (21 mai 2009).

47Outre cette présence sur le continent, le président Sarkozy a conclu lors de son voyage dans le Golfe en 2008, un accord avec les E.A.U. pour l’établissement d’une base militaire permanente. La base qui se situera le long du détroit d’Ormuz devrait accueillir une force de 400 à 500 militaires. Cette base servira de tête de pont pour les Français (et l’UE) permettant une projection de puissance plus importante dans le Golfe et dans l’Océan indien. La France bénéficie également d’installations à la Réunion et à Mayotte dans le Canal de Mozambique.

  • 93 Un ancien du groupe Bolloré déclarait en 2006 : « L’Afrique est comme une île, reliée au monde par (...)
  • 94 Orange, M., « La face cachée de l’Empire Bolloré : Comment Vincent Bolloré s’est taillé un empire e (...)
  • 95 Ibidem.

48Contrairement à plusieurs déclarations françaises selon lesquelles l’Afrique ne serait pas importante économiquement pour la France, les faits indiquent que l’Afrique a certains attraits économiques indispensables au développement de la France, même si cela présente moins de 3 % du commerce extérieur français. Plus de 500 entreprises françaises sont actives sur le continent. Vivendi est présent sur le marché africain via sa filiale Maroc Telecom. Le groupe Vinci a obtenu pour sa part un contrat pour la réhabilitation de la piste de l’aéroport de N’djili en RDC et est présent dans d’autres pays. Le groupe Bolloré est un acteur incontournable de la défense des intérêts économiques français sur le continent. Vincent Bolloré, homme influent, proche des cercles décisionnels de l’Élysée et africains, est très présent en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Cameroun, Congo et Gabon) dans les secteurs du transport (20 à 30 % des exportations) du cacao, du café, de l’huile de palme et du coton. À cette fin, il contrôle des terminaux de conteneurs (Abidjan, Tema, Lagos)93, des sociétés ferroviaires (Sitarail, Camrail), des entrepôts, des plantations, etc.94. Il contrôle une partie de l’infrastructure névralgique de cette région, ce qui en fait un acteur incontournable dans les grands dossiers économiques et politiques. Pour Martine Orange : « Des entrepôts pour stocker les matières premières à la gestion des ports, en passant par la manutention, les grues, les chemins de fer, il a intégré toute la chaîne logistique permettant de transporter le bois, le cacao, le café, le coton, et bientôt les minerais, du cœur de l’Afrique aux ports, expédiant en retour les produits venus de Chine ou d’Europe »95. Sans oublier aujourd’hui l’acquisition de nombreuses plantations dans différents pays.

  • 96 Bangui, T., op. cit., 2009, p. 163.

49Outre l’empire Bolloré, le groupe Areva est fortement actif sur le continent. Ces dernières années, en raison d’un regain d’intérêt pour le nucléaire civil (et militaire) l’uranium redevient une matière fortement recherchée. Aussi Areva a renforcé sa position en obtenant un permis pour exploiter la mine d’uranium de Imouraren au Niger, qui devrait être active à partir de 2012. Et cela, nonobstant la concurrence chinoise présente dans les mines d’Abokorum et de Teguida. Le groupe a également signé un contrat en 2009 avec la RDC (partenariat avec Gécamines) pour l’exploration et l’exploitation des réserves d’uranium sur tout le territoire du pays. Après le Niger et la RDC, Areva s’intéresse aux gisements de Centrafrique. À cette fin, elle s’est associée à Forrest en créant une société commune Areva Explo (70 % Areva 30 % Forrest). Et dès 2007, Areva avait racheté le canadien UraMin et ses gisements en Namibie, en Afrique du Sud et Centreafrique96. Alstom a conclu un accord important avec l’Afrique du Sud pour la construction d’une centrale de charbon. D’autres groupes tels qu’EDF ou CMA CGM sont également bien représentés sur le continent. Des contrats commerciaux ont été conclus ces dernières années avec le Maroc, l’Algérie et la Libye. La production de Total en Afrique représente 33 % de la production totale du groupe. La société est présente en Algérie, en Angola, au Cameroun, en Égypte, en Libye, au Madagascar, en Mauritanie, au Nigéria, au Gabon, au Sud Soudan et au Congo-Brazzaville.

  • 97 Les terres rares ou lanthanides sont un groupe de dix-sept métaux aux propriétés relativement sembl (...)
  • 98 Bezat, J.-M. et Faujas, A., « La France veut sécuriser son accès aux métaux rares », in Le Monde, 2 (...)
  • 99 Ibidem.

50L’enjeu des matières premières est tel que la France a annoncé fin avril 2010 sa volonté de sécuriser son accès aux métaux rares. Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, a présenté « un plan d’actions pour sécuriser l’accès de la France aux matières premières minérales rares ». L’idée est de créer un Comité pour les métaux stratégiques (Comes), comprenant les entreprises minières, les représentants de la métallurgie et les centres de recherche afin de coordonner la politique française. « M. Borloo a confié au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) le soin de recenser en priorité les problèmes posés par le gallium, le germanium, le niobium et par la famille des dix-sept Terres rares97 »98. Il s’agirait également de créer un grand groupe minier français autour d’Areva (uranium, or) et Eramet (nickel, manganèse) qui pourrait concurrencer les multinationales anglo-saxonnes, russes et chinoises99.

  • 100 Fin mai 2010 s’est tenu le 25e sommet France-Afrique à Nice. Au-delà des discours convenus et des d (...)

51Au final, il est évident que la France, plus encore que d’autres pays européens appuie sa politique africaine sur un réseau d’hommes politiques africains, des civils, des hommes d’affaires et des militaires afin de défendre son intérêt national dans la tradition de la Realpolitik100.

4. Conclusion

52Hubert Védrine, évoquant la France (mais cela s’applique également à l’UE), estime que : « Notre politique africaine doit être repensée dans son ton, son style, ses méthodes. La meilleure façon d’y parvenir serait de nous mettre réellement à l’écoute des Africains et qu’une commission bipartite leur demande ce qu’ils attendent aujourd’hui de la France et de l’Europe, et de reformuler ensuite clairement avec eux nos objectifs, notre stratégie, notre politique ». Dans le cas inverse, l’avenir de l’Afrique sera asiatique (Inde et Chine principalement) en raison des questions qu’ils ne se posent pas : droits de l’Homme, pots-de-vin massifs, vision bien définie, coûts bien inférieurs et vente de matériel moins couteux et souvent mieux adapté au terrain.

53L’UE a de moins en moins sa place par un manque de vision, un manque de souplesse au niveau de l’obtention de crédits, des freins administratifs et bureaucratiques et une approche encore très ethnocentrique de l’Afrique. Il est grand temps que l’UE et ses membres repensent leur politique envers l’Afrique afin que celle-ci colle plus aux réalités du terrain et non à celles de Bruxelles. Les membres de l’UE ont une approche « macro », à savoir une approche commune sur des questions comme la sécurité, le juridique, la transparence, la réglementation des contrats. Par contre, au niveau « micro », la concurrence entre les États membres est rude.

54Même si l’UE a une politique envers l’Afrique, il y a trop peu d’accompagnement sur le terrain, les analyses sont très indécises et les gens sur place apparaissent trop peu écoutés à Bruxelles. (Cette remarque vaut pour l’UE mais également pour les pays membres de l’UE). Si l’UE souhaite faire progresser les États africains sur le chemin de la bonne gouvernance, tout en garantissant ses intérêts géoéconomiques et géostratégiques (car il s’agit avant tout de cela), elle se doit de placer l’accent sur l’« IEISS » : Infrastructures, Éducation, Institutions, Stabilité et Sécurité. Sans une avancée dans ces domaines, certains de ces États deviennent des États faillis. Moins l’État se montre capable de fournir ces biens à ses citoyens, plus il peut être qualifié de faible, défaillant ou failli. À mesure qu’il s’affaiblit, l’État perd donc sa capacité à fournir à ses citoyens ce dont ils ont besoin et voit ainsi remis en cause le monopole de la violence légitime. Ce qui aura un impact en dehors des frontières en matière de sécurité régionale et internationale. Enfin, le fait d’avoir des axes prioritaires ne sous-entend nullement de ne pas s’intéresser à d’autres domaines : l’agriculture, les soins de santé, le système financier et bancaire ou encore la société civile. Concernant cette dernière (à ne pas confondre avec certaines élites intellectuelles qui changent d’allégeance en fonction du leader au pouvoir), elle devra à l’avenir jouer un rôle plus important dans le débat politique sur le futur du continent. Quoi qu’il en soit, l’histoire de ces trente dernières années y incite : il faut encourager une approche bottom-up et parvenir à jouer sur tous les leviers simultanément.

55Enfin, l’Union européenne a intérêt, si elle veut tenir sa place dans ce monde complexe, à évoluer rapidement en ayant recours à plus de réalisme et à moins d’idéalisme et d’utopisme. Ce n’est pas en ayant des discours sur un monde imaginaire que l’Europe parviendra à se construire. Elle risque au contraire de s’enliser dans une impasse. Le monde est aujourd’hui en plein milieu d’un processus d’ajustement géopolitique très important, mais l’Union européenne risque bien par naïveté de manquer le grand rendez-vous de ce début de xxie siècle. C’est un travail de prospective qui se doit d’être mené dès à présent. Contrairement à la prévision, la prospective implique une action concertée et collective sur le cours des événements afin que les courbes de développement des forces profondes qui sont à l’œuvre puissent évoluer vers un avenir qui ne soit pas uniquement subi.

Notes

1 Nous mettrons dans ce chapitre principalement l’accent sur l’Union européenne et dans une moindre mesure sur la politique des États membres.

2 Déclaration de Barcelone adoptée lors de la conférence Euro-méditerranéenne, 27 et 28 novembre 1995.

3 Entre 1995 et 2006 près de neuf milliards d’euros.

4 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission, « Politique européenne de voisinage », Document d’orientation, Bruxelles, le 12.5.2004, COM(2004) 373 final.

5 Commission des Communautés européennes, Communication de la Commission, « Politique européenne de voisinage », Document d’orientation, Bruxelles, le 12.5.2004, COM(2004) 373 final, p. 5.

6 COM (2004)628 final (29.9.2004)

7 Pour une analyse critique, lire Balfour, R., « Euro-Mediterranean blues », European Policy Centre, Commentary, June 8, 2010.

8 L’UE présente cependant toutes ces initiatives comme complémentaires.

9 « Stratégie de l’UE pour l’Afrique », stratégie adoptée par le Conseil européen des 15 et 16 décembre 2005.

10 Il existe encore d’autres cadres de coopération que nous ne faisons que mentionner : le Forum économique permanent Europe-Afrique créé en 2005 se donnant comme objectif de créer des partenariats entre entreprises européennes et africaines ; Le partenariat stratégique avec l’Afrique du Sud (2007).

11 Le dernier sommet UE-Afrique datait de 2000. Le prochain sommet aura lieu les 29 et 30 novembre 2010 à Tripoli.

12 Extraits de la déclaration de Lisbonne-Sommet UE-Afrique, Lisbonne, 8-9 décembre 2007.

13 Le NEPAD (The New Partnership for Africa’s Development/Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique), se donne comme objectif d’encourager le développement sur le continent africain.

14 Lire pour plus de détails : « Le partenariat stratégique Afrique-UE : une stratégie commune Afrique-UE », 2007 ; Communication de la Commission au Conseil et au Parlement européen. Un an après Lisbonne : le partenariat Afrique-UE en action, SEC (2008)2603, 17 octobre 2008.

15 Il apparaît que les groupes d’experts communs n’ont obtenu en trois ans (2008-2010) que de maigres résultats en raison des difficultés à se réunir ou à peser sur l’agenda politique, sans parler du manque de ressources.

16 Comprend la présidence en exercice et celle qui lui succédera, la Commission européenne et le Secrétariat du Conseil. Du côté africain, la présidence en exercice de l’UA, ainsi que la Commission de l’UA.

17 Tywuschik, V. Sheriff, A, « Beyond Structures ? Reflections on the Implementation of the Joint Africa-EU Strategy », in Discussion Paper, n° 87, European Centre for Development Policy Management, February 2009, p. 8.

18 Nomination de Koen Vervaeke comme représentant spécial de l’UE auprès de l’Union africaine et chef de la délégation de la Commission, IP/07/1873, Bruxelles, le 6 décembre 2007.

19 Michel, L., Afrique-Europe : l’indispensable alliance, Commission européenne, Bruxelles, 2007, p. 40.

20 Cité dans Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions, L’UE, l’Afrique et la Chine : vers un dialogue et une coopération trilatéraux, SEC(2008)2641, 17 octobre 2008, p. 4.

21 Projets et domaines concrets.

22 En accord avec les partenaires africains (au niveau national et régional)

23 Éviter la duplication, améliorer l’efficacité, etc.

24 Pour plus de détails, Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions, L’UE, l’Afrique et la Chine : vers un dialogue et une coopération trilatéraux, SEC(2008) 2641, 17 octobre 2008, pp. 4-7.

25 Cité dans Anrys, S., « La Chine et l’Europe en Afrique », in Mondiaal Nieuws, 5 janvier 2009.

26 « Le commerce UE-Afrique en faits et en chiffres », Référence : MEMO/08/130, 28 février 2008.

27 2,2 milliards d’euros sont pour la Facilité d’investissement : capitaux à risques et prêts (financement à moyen et long terme, fonds de garantie) consentis au secteur privé, sous forme de prêts, de fonds propres, de quasi-fonds propre et de garanties, afin de promouvoir le développement d’entreprises ACP.

28 « Huit milliards d’euros : un grand pas en avant pour le développement et des partenariats ambitieux pour trente-et-un États d’Afrique sub-saharienne et la Commission », IP/07/1880, 09/12/2007.

29 11,2 milliards d’euros pour la période 2007-2013.

30 Sur la période 2007-2013, environ 16,9 milliards d’euros seront dégagés.

31 Pour la période 2007-2013, 2,1 milliards d’euros y ont été affectés.

32 Aid Effectiveness : Benefits of a European Approach, HTSPE Limited, Project n° 2008/170204, October 2009.

33 Reuters, « L’OCDE épingle la France et d’autres sur l’aide au développement », 17 février 2010.

34 De nouveaux gazoducs sont en construction : le gazoduc Medgaz vers l’Espagne et le gazoduc Galsi vers la Sardaigne.

35 La Libye est le quatrième fournisseur de l’UE en pétrole et le cinquième en gaz. La Libye exporte deux tiers de son gaz vers l’Europe, soit 2 % des besoins européens. À l’avenir, on pourrait passer à 5 %. Les importations sont facilitées par la construction par NOC et ENI du gazoduc Greenstream, opérationnel depuis 2004. Quant à BP et Shell, elles ont obtenu des droits d’exploration gazière (Neumann, B., « Le gaz réconcilie la Libye et l’Europe », in Trends/Tendances, 27 août 2009). L’UE et la Libye ont en outre lancé les négociations d’un partenariat fin 2008.

36 Deux à trois semaines sont parfois nécessaires pour transporter le cuivre du Katanga vers un port. En Europe, la distance à parcourir prendrait 48 heures.

37 Selon les enveloppes régionales et nationales du 10e FED, 5,6 milliards d’euros seront consacrés à ces domaines (9e FED : 3,75 milliards d’euros).

38 L’Accord établissant le Fonds fiduciaire a été signé en avril 2007 par dix donateurs (la Commission plus neuf États membres) et par la BEI en tant que gestionnaire du Fonds. « Le Fonds fiduciaire intervient dans des projets d’infrastructures transfrontaliers et régionaux situés en Afrique sub-saharienne. Il redistribue les fonds non remboursables en provenance de la Commission et des États membres de manière à pouvoir les associer à la capacité de prêt de la BEI et des organismes de financement du développement des États membres. Les infrastructures visées sont celles des secteurs de l’énergie, de l’eau, des transports et des télécommunications. Le Fonds pour les infrastructures fournit des aides non remboursables aux fins suivantes : bonifications d’intérêts ; assistance technique ou études de faisabilité de projets ; aides ponctuelles à l’appui des composantes environnementales ou sociales des projets ; paiement de primes d’assurance destinées à atténuer les risques pendant la phase de démarrage des projets ». L’engagement initial des donateurs s’élèvera à 87 millions d’euros. En 2009, il atteignait 322 millions d’euros depuis son lancement (http ://www.eib.org/projects/regions/acp/infrastructure_trust_fund/index.htm ?lang=fr).

39 Lire pour plus de détails pratiques les documents Partenariat Afrique-UE pour l’énergie, Feuille de route, 11 septembre 2009 ; Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures, Rapport annuel 2007 ; « 11 nouveaux projets régionaux de routes, ports, aéroports et systèmes de production d’électricité financés en Afrique en 2009 par le Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures », IP/10/233, Bruxelles, le 4 mars 2010.

40 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chine dans le financement des infrastructures en Afrique subsaharienne », in Tendances et Orientations, n° 5, 2009, p. 31.

41 « Infrastructures africaines : une transformation impérative », Washington, 12 novembre 2009 (site de la Banque mondiale : http://go.worldbank.org/9YF1VX4BA0).

42 Cité dans Putman, D., « Addressing African Questions About the Legitimacy of the US Africa Command (AFRICOM) », in Krakowka, A., Hummel, L. (dir.), Understanding Africa : A Geographic Approach, United States Military Academy, West Point, New York, Center for Strategic Leadership, United States Army War College, Carlisle, Pennsylvania, January 2009, p. 147.

43 Doing Business 2010 : Reforming Through Difficult Times, 2010, p. 10.

44 V.H., « La guerre du coltan en RDC », Travail de recherche réalisé dans le cadre de la préparation du Master en Stratégie d’Intelligence Economique, novembre 2008, p. 2.

45 Rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo (S/2009/603), novembre 2009, pp. 35-36.

46 Lire également à ce sujet, Addendum to the report of the Panel of Experts on the Illegal Exploitation of Natural Resources and Other Forms of Wealth of the Democratic Republic of Congo, 13 November 2001 (S/2001/1072), United Security Council.

47 Rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo (S/2009/603), novembre 2009, pp. 44-47.

48 « Congo-Kinshasa : Diplomatic Double-Standards and an International Resource Grab are Stoking One of the Worst Wars in the World », in Africa Confidential, 25 November 2009 ; Rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo (S/2009/603), novembre 2009, pp. 65 et suivantes.

49 Pour plus de détails, lire Rapport final au Conseil de sécurité de l’ONU du Groupe d’experts sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres formes de richesses de la RDC, 16 octobre 2002 ; Rapport intérimaire du Groupe d’experts sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres richesses de la RDC, 22 mai 2002 ; Rapport du Groupe d’experts sur l’exploitation illégale des ressources naturelles et autres richesses de la République démocratique du Congo, 12 avril 2001.

50 Mitchell, H, Garrett, N., Beyond Conflict : Reconfiguring Approaches to the Regional Trade in Minerals from Eastern DRC, September 1, 2009, p. 33.

51 Lire à ce sujet : Prendergast, J., Lezhev, S., « From Mine to Mobile Phone », in The Enough Project, November 2009 ; « A Comprehensive Approach to Congo’s Conflict Minerals », in The Enough Project, April 2009.

52 Lire également : Deltombe, T., « Les guerres africaines de Vincent Bolloré », in Le Monde Diplomatique, avril 2009.

53 Lire à ce sujet : UN, Report of the panel of experts on the illegal exploitation of natural resources and other forms of wealth of the Democratic Republic of the Congo, 2001.

54 Il suffit de considérer le travail des enfants dans les mines en RDC que ce soit d’ailleurs dans le secteur formel ou informel. Une partie du travail dans les carrières est le fait d’enfants de cinq à quinze ans. Ces enfants sont actifs dans plusieurs domaines : le transport, le lavage, le tamisage, le tri, le gardiennage et le « salakade » (toute la filière). Ils sont également impliqués dans la vente des besoins annexes (nourriture, mais également drogues et alcool) ou accompagnent leurs parents pour s’occuper de leurs frères et sœurs. Le recours aux enfants est moins cher, mais forme une bombe à retardement. Les filles entrent souvent à douze et treize ans dans la prostitution, car cela rapporte plus que le travail dans les mines. Les garçons creusent leurs propres trous et font travailler des enfants plus jeunes. Ensuite, ils entrent dans la criminalité, le trafic de chanvre, la drogue et l’alcool avec de nombreux viols en conséquence. Paradoxalement, sans cette main d’œuvre « facile », l’économie péricliterait, entraînant de nouveaux problèmes.

55 Architecture africaine de paix et de sécurité.

56 Système continental d’alerte rapide.

57 Groupe des Sages.

58 Force africaine en attente

59 Ellowson, C., « The Joint Africa-EU Strategy : A Study of the Peace and Security Partnership », Swedish Defense Research Agency, FOI, March 2009, pp. 23-30.

60 Pour une analyse plus approfondie, lire, Pirozzi, N. (ed.), Ensuring Peace and Security in Africa : Implementing the New Africa-EU Partnership, Quaderni IAI, Instituto Affari Internazionali, n° 17, May 2010.

61 « Paix en Afrique » en Kiswahili.

62 Ellowson, C., « The Joint Africa-EU Strategy : A Study of the Peace and Security Partnership », Swedish Defense Research Agency, FOI, March 2009, pp. 23-30.

63 Tout État peut participer.

64 Aucune volonté de changer l’équilibre des forces et non-permanent.

65 Apprendre au soldat les bases du maintien de la paix.

66 Entraînement au niveau des unités.

67 Dépôts localisés à Dakar, Libreville et Djibouti.

68 « En multilatéralisant ses interventions, la France poursuit un double objectif. Le premier est de les entourer d’une légitimité plus solide. […] Le deuxième est de mutualiser le risque politique que l’ancienne puissance coloniale ne supporte plus de supporter seule. Le ‘partage du fardeau’ pourrait constituer à terme un troisième objectif ». (Gounin, Y., La France en Afrique : le combat des Anciens et des modernes, Bruxelles, Ed. De Boeck, 2009, p. 116).

69 Sorensen, K., « Beyond Françafrique », The Foundation, reorientation and reorganization of France’s Africa politics, FOI, July 2008, pp. 64-65.

70 Pirozzi, N., « EU support to African security architecture : funding and training components », in Occasional Paper ISS-IES, n°76, February 2009, p. 24 et p. 38.

71 Certains de ces programmes font partie implicitement du programme plus large de Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) dans ses trois domaines : armée, police, justice.

72 Lancée le 12 juin 2003 dans la province d’Ituri, au Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC) pour trois mois afin de ramener la stabilité et améliorer les conditions humanitaires à Bunia. Si Artemis peut être considérée comme un succès, elle a également mis le doigt sur certaines lacunes : lacunes logistiques, hétérogénéité des capacités de communication, projection de puissance lacunaire. Et il s’agissait avant tout d’une opération française, sous drapeau européen. (Lire Rosoux, V., Remacle, E., Saur, L., (dir.), L’Afrique des Grands Lacs -Des conflits à la paix ? Bruxelles, PIE-Peter Lang, Coll. « Géopolitique et Résolution des Conflits », n° 6, 2007).

73 La mission qui se fait dans le cadre du programme RSS, a débuté en juin 2005 et se donne comme objectif d’assister les autorités congolaises en charge de la sécurité, tout en promouvant certains principes tels que le droit humanitaire, les droits de l’Homme, la transparence ou le respect des lois.

74 Lancée en avril 2005, la mission qui avait comme objectif de fournir des conseils et assister les unités de police congolaise, prendra fin le 30 juin 2007.

75 Mission militaire lancée le 25 avril 2006 et qui prendra fin le 30 novembre 2006 en soutien de l’opération de la MONUC pour garantir le bon déroulement des élections parlementaires et présidentielles en RDC.

76 Cette mission établie en juillet 2005 appuie la mission de l’UA. Elle était composée de civils et militaires soutenant les pourparlers à Abuja, ainsi que fournissant équipements, assistance technique, observateurs militaires et formations.

77 En décembre 2008, l’UE lance l’opération navale Atalante, à laquelle participent l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Grèce, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède. La mission première consiste à protéger les convois du Programme Alimentaire Mondial (PAM), tout en réprimant si nécessaire, tout acte de piraterie.

78 Communication de la Commission au Conseil et au Parlement européen. Un an après Lisbonne : le partenariat Afrique-UE en action, SEC(2008)2603, 17 octobre 2008, p. 11.

79 Il existe aucune stratégie de communication. Lire à ce sujet Joint Communication Strategy of the European and African Union Commissions on the Africa-EU Strategic Partnership ahead of the 3rd Africa-EU Summit, adopted at the Africa-EU Joint Task Force, 18-19 March 2010.

80 Cité dans Souyri, P.-F., « La modernité japonaise dans tous ses états », in Le Débat, n° 153, janvier-février 2009, p. 88.

81 Dunlap Jr., C., « Preliminary Observations : Asymmetrical Warfare and the Western Mindset », in Challenging the United States Symmetrically and Asymmetrically : Can America Be Defeated ?, Lloyd Matthews (ed.), Carlisle Barracks, PA : USAWC, SSI, July 1998, p. 4.

82 Masson, I., « Constructivisme », Département de science politique, Université du Québec à Montréal, janvier 2001 (http://www.er.uqam.ca/nobel/cepes/constructivisme.html).

83 Cité dans Audoin-Rouzeau, S., École des hautes études en sciences sociales (EHESS) « La violence de guerre au xxe siècle : un regard d’anthropologie historique », in Les Jeudis du CHEAr Ministère de la Défense DGA, 20 janvier 2005.

84 Bangui, T., op. cit., 2009, p. 185.

85 Ibidem.

86 Pour une analyse plus approfondie des relations entre la France et l’Afrique lire, Gounin, Y., La France en Afrique : le combat des Anciens et des modernes, Bruxelles, Ed. De Boeck, 2009 (en particulier les pages 72 et suivantes).

87 Cité dans Gounin, Y., La France en Afrique : le combat des Anciens et des modernes, Bruxelles, Ed. De Boeck, 2009, p. 75.

88 Balkany, en s’appuyant sur les « réseaux Pasqua », sillonne l’Afrique afin d’y défendre les intérêts français, principalement économiques (Hugeux, V., « France : La Françafrique de Patrick Balkany », in L’Express, 19 décembre 2009).

89 Bernard, P., « La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité », in Le Monde, 25 mars 2009.

90 « La diplomatie française en Afrique au service des intérêts économiques », in Le Monde, 20 juin 2008.

91 Guibert, N., « Paris promet la transparence des accords de défense », in Le Monde, 25 février 2010.

92 Hugeux, V., Rosso, R., « La France l’arme au pied en Afrique », in L’Express, 12 décembre 2009.

93 Un ancien du groupe Bolloré déclarait en 2006 : « L’Afrique est comme une île, reliée au monde par les mers. Donc, qui tient les grues tient le continent ». (Cité dans Deltombe, T., « Les guerres africaines de Vincent Bolloré », in Le Monde Diplomatique, avril 2009).

94 Orange, M., « La face cachée de l’Empire Bolloré : Comment Vincent Bolloré s’est taillé un empire en Afrique », in Mediapart, 3 février 2010.

95 Ibidem.

96 Bangui, T., op. cit., 2009, p. 163.

97 Les terres rares ou lanthanides sont un groupe de dix-sept métaux aux propriétés relativement semblables. On les retrouve dans les composantes pour véhicules électriques et hybrides. La Chine contrôle 95 % de la production mondiale des terres rares.

98 Bezat, J.-M. et Faujas, A., « La France veut sécuriser son accès aux métaux rares », in Le Monde, 28 avril 2010.

99 Ibidem.

100 Fin mai 2010 s’est tenu le 25e sommet France-Afrique à Nice. Au-delà des discours convenus et des déclarations de bonnes intentions, le sommet était organisé dans le cadre de la promotion des échanges économiques afin de trouver de nouveaux débouchés aux sociétés françaises. Pour la première fois, les entreprises françaises participaient d’ailleurs au sommet.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 Les différents types de missions
Légende Source : « 2010 : l’année de la Force africaine en attente », in Diplomatie (Hors-série), n° 12 juin-juillet 2010.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre FIGURE 3 Structure du Partenariat Union européenne-Afrique
Légende Source : http://europafrica.net/​jointstrategy/​diagram-on-the-jaes/​
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search