Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Chapitre II. Washington, retour gagnant ?

Texte intégral

1Après l’avoir délaissée dans l’immédiat après-Guerre froide, les États-Unis reprennent pied en Afrique à la fin des années 1990, d’abord au nom de la lutte contre le terrorisme, ensuite en établissant une stratégie plus globale, comprenant également des volets économique et politique.

1. Les enjeux sécuritaires

1.1. De la lutte anti-terroriste à la sécurisation des voies maritimes

  • 1 Cf. parmi d’autres les théories d’Alfred Mahan et de Halford John Mackinder.
  • 2 Les objectifs de l’armée américaine au travers de la sixième flotte et de l’OTAN sont l’instauratio (...)
  • 3 Les programmes International Military Education and Training (IMET) et Expanded IMET (E-IMET) du dé (...)

2Pour Washington, la priorité sécuritaire au Maghreb est double : contrôler les voies maritimes et éviter l’essor des mouvements islamistes radicaux, facteur d’instabilité pour la région. Le bassin méditerranéen – 30 % du trafic commercial maritime mondial et 25 % des hydrocarbures – est la proie des différentes puissances pour des raisons géostratégiques et géoéconomiques évidentes. L’espace méditerranéen représente dès lors un enjeu d’importance pour Washington qui a fait sienne les doctrines des géopoliticiens de la mer1. Depuis de nombreuses années, la force militaire américaine se décline dans la région par la présence de la sixième flotte2, le prépositionnement en mer d’une brigade de Marines, la multiplication d’exercices conjoints avec les pays limitrophes, l’aménagement consécutif de bases et de ports nord-africains en vue de leur éventuelle utilisation en cas de conflit, et la formation de militaires aux États-Unis dans le cadre du programme International Military Education and Training Program (IMET)3.

  • 4 Manuel de l’OTAN, Bruxelles, Bureau de l’information et de la presse, 2001, p. 100.
  • 5 Par exemple les exercices African Lion.
  • 6 Washington dispose déjà de facilités au Maroc, en Tunisie et en Mauritanie. Cette base est sous la (...)
  • 7 Maxime Aït Kaki estime que « le rapprochement algéro-américain ne peut occulter la part de Realpoli (...)

3Les Américains accroissent également leur influence dans la région à travers le Dialogue méditerranéen de l’OTAN. Cette initiative lancée en 1994, comprend sept pays : l’Égypte, la Tunisie, le Maroc, la Jordanie, la Mauritanie, Israël, et l’Algérie les rejoindra en 2000. Le dialogue se donne comme objectif d’instaurer de bonnes relations et une meilleure compréhension mutuelle dans l’ensemble du bassin méditerranéen, et de favoriser de cette façon la sécurité et la stabilité régionales4. Au sommet d’Istanbul en juin 2004, l’OTAN a consenti à renforcer le Dialogue méditerranéen, mais sans résultats concrets jusqu’à présent. L’initiative n’ayant jamais vraiment décollé en raison de la concurrence et des tensions entre certains États, Washington privilégie surtout les relations bilatérales avec certains pays du bassin méditerranéen, en particulier avec le Maroc et l’Algérie. En 2004, les États-Unis reconnaissent au Maroc le statut d’allié majeur non-OTAN. Le Maroc fait partie du Dialogue méditerranéen, a accueilli et participe à des exercices militaires5 et a été intégré dans l’opération Active Endeavour. Le Maroc organise régulièrement des exercices bilatéraux avec les forces américaines et les services de renseignement coopèrent. Enfin, Washington a vendu vingt-quatre F-16 au Maroc. Si les relations avec Rabat sont primordiales, Washington porte depuis quelques années un intérêt particulier à l’Algérie, en raison entre autres de la menace islamiste radicale. Alger et Washington ont pour cette raison, renforcé leur coopération dans l’échange de renseignement, dans la formation des militaires et dans la fourniture de matériel militaire. Washington aimerait encore avoir accès à des bases militaires dans le Sud de l’Algérie (ex. Tamanrasset)6 et lui conférer le statut de pays pivot pour asseoir la stabilité au Maghreb et en Afrique subsaharienne7. Ce qui sous-entend une bonne relation entre Rabat et Alger. Pour Washington, la résolution de la question du Sahara Occidental reste par conséquent une priorité. Les forces des marines algérienne et marocaine ont au demeurant participé à des manœuvres de l’OTAN en Méditerranée en décembre 2005, mais les tensions demeurent palpables. Quant à la coopération avec la Tunisie, elle reste encore assez limitée.

  • 8 Koch, A., « US is now set to turn the focus on African security », in Jane’s Defense Weekly, 21 Arp (...)
  • 9 Au mois de juin 2005 a eu lieu l’exercice Flintlock 2005. L’exercice réunira 700 forces spéciales a (...)
  • 10 Miles, D., « New Counterterrorism Initiative to Focus on Saharan Africa », American Forces Press Se (...)
  • 11 Pour plus de détails : http://www.africom.mil/tsctpEnFrancais.asp
  • 12 Outre la lutte antiterroriste, il s’agit également pour les Américains de défendre leurs intérêts é (...)

4Outre le Maghreb, l’ancienne route des caravanes allant de la Libye à la Mauritanie est une zone susceptible d’être déstabilisée en raison de la présence de groupements tels que Al Qaeda et consorts. Aussi les États-Unis ont-ils lancé l’initiative pan-Sahel en 2002. Financé à l’origine à hauteur de 7,5 millions de dollars, il s’agit d’un partenariat entre les États-Unis, le Mali, le Niger, le Tchad et la Mauritanie portant sur la formation de militaires (formation de base sur le maniement d’armes, la planification, les communications, la navigation terrestre, la conduite de patrouilles et l’apport de soins médicaux)8 et encourageant la coopération sahélo-maghrébine en matière de lutte contre le terrorisme. La formation y est assurée par des militaires américains et des sociétés de sécurité privées9. En 2005, le Trans Saharan Counterterrorism Initiative (TSCI), sous la direction du département d’État, a remplacé l’Initiative Pan Sahel (IPS). Le budget octroyé passera à cent millions de dollars par an et cela jusqu’en 2010. Outre les quatre pays qui faisaient partie de la précédente initiative (Mali, Mauritanie, Tchad et Niger) cinq autres pays bénéficieront de la nouvelle initiative : l’Algérie, le Maroc, le Sénégal, le Nigéria et la Tunisie10. L’opération Liberté immuable transsaharienne (Operation Enduring Freedom Trans Sahara – OEF-TS) est la composante militaire de ce partenariat transsaharien. La tâche du département de la Défense y consiste toujours à entraîner les forces militaires de pays africains dans la lutte anti-terroriste. Ce qui sous-entend la formation, le soutien logistique, etc. Mais le nouveau programme étant multidimensionnel, il réserve un rôle à l’USAID (promotion de l’enseignement), au département du Trésor (finances), au FBI, tout en insistant sur la gouvernance démocratique et sur des programmes de diplomatie publique11. L’objectif final est d’accroître la coopération et la coordination entre les différents pays de la région et de construire un partenariat sur le long terme12.

  • 13 Sont concernés Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Soudan, la Somalie, le Kenya et le Yémen, la Ta (...)
  • 14 « Les États-Unis et le terrorisme dans la Corne de l’Afrique », in Washington File WF-ACTUALITES Di (...)
  • 15 « Le développement et la démocratie sont les meilleures armes contre le terrorisme », 21 avril 2006 (...)

5La politique de défense américaine ne s’arrête cependant pas là. La Corne de l’Afrique constitue un autre terrain fertile, sanctuaire potentiel de mouvements islamistes radicaux. Les frontières entre les États de la région sont poreuses et permettent à différentes factions de se déplacer facilement d’une région à l’autre sans aucune difficulté. Les gouvernements de ces pays ne contrôlent pas nécessairement tout leur territoire. Pour mieux contrôler la Corne de l’Afrique, les États-Unis sont aujourd’hui présents à Djibouti, chasse gardée traditionnelle de la France. En octobre 2002, Washington a ainsi créé à Djibouti, le Combined Joint Task Force-Horn of Africa afin de lutter contre le terrorisme et d’améliorer la sécurité en Éthiopie, en Érythrée, au Soudan, au Kenya, en Somalie, au Yémen, et de mieux contrôler certaines voies maritimes (Mer Rouge, Golfe d’Aden et Océan Indien). Outre cette présence militaire, le bureau du département d’État chargé de la lutte contre le terrorisme avait parallèlement, en 2003, mis sur pied un nouveau programme (East African Counter Terrorism program) ciblant l’Afrique orientale. Bénéficiant d’un financement de 100 millions de dollars, le programme comprend des projets de formation des militaires pour assurer la sécurité des frontières et des côtes, le renforcement du contrôle de la circulation des personnes et des marchandises entre les pays, la garantie de la sécurité aérienne, l’appui aux programmes régionaux de lutte contre le financement du terrorisme et la formation de la police13. Un programme pédagogique a aussi été mis en place pour contrer les influences extrémistes ainsi qu’un autre pour la lutte contre le blanchiment d’argent14. Cela étant, une des initiatives les plus importantes est celle de la prévention à travers des programmes tels que MEDCAP’s (soins médicaux, construction d’hôpitaux), DENTCAP’s (soins dentaires) et VETCAP’s (soins vétérinaires). Comme le fera remarquer le sergent-major Curtis Brownhill, « en fait, les systèmes d’armes que nous employons sont des foreuses et des pelles pour creuser des puits, du matériel de construction pour construire des écoles et des hôpitaux, et des programmes de formation de forces antiterroristes et de patrouilles pour la protection des frontières »15.

6Tout comme pour le projet TSCI, le but est d’éviter que des acteurs transnationaux malintentionnés s’installent dans des régions en proie à l’insécurité et au sous-développement pour y baser leurs opérations et autres trafics. L’accent est mis sur la collaboration avec les forces régionales et les partenaires régionaux sur des dossiers d’intérêt sécuritaire mutuel, sans que la trace des États-Unis soit centrale ou trop visible.

  • 16 « L’Érythrée s’associe pleinement à la lutte contre le terrorisme », l’ambassadeur d’Érythrée auprè (...)

7Un autre pays qui avait renforcé ses rapports avec Washington après le 11 septembre 2001 est l’Érythrée. Ce dernier a, notamment, offert aux Américains l’utilisation de ses installations le long de ses 1 200 km de côtes et mis à disposition deux ports profonds à Assab et à Massawa, ainsi que le nouvel aéroport près du port de Massawa16. Les relations entre les deux pays se sont néanmoins fortement refroidies depuis 2004, Washington s’inquiétant de l’autoritarisme du régime du Président Afewerki, de son soutien aux islamistes somaliens. Des tensions perdurent à la frontière avec l’Éthiopie, en particulier en raison de la situation en Somalie. On observe dès lors un rapprochement entre l’Érythrée et la Chine, Washington s’étant fortement rapproché de l’Éthiopie. Comme l’explique James Phillips :

  • 17 Phillips, J., « Somalia and Al Qaeda : Implications for the War on Terrorism », in The Heritage Fou (...)

L’Éthiopie et le Kenya ont de bonnes raisons de coopérer pour contenir et défaire l’islamisme radical en Somalie. Les deux États ont des minorités ethniques somaliennes importantes et partagent une longue frontière poreuse avec la Somalie. Tous deux ont souffert d’attaques terroristes lancées par des radicaux islamistes, soutenus par des alliés en Somalie. Chacun veut vivre à côté d’une Somalie stable qui n’exporte pas le terrorisme ou des réfugiés affamés. Les deux États seront en première ligne si Al Qaeda fait de la Somalie un autre Afghanistan. L’Éthiopie, qui a connu trois guerres avec la Somalie, est bien positionnée pour assister les efforts américains pour combattre Al Qaeda ou ses alliés somaliens locaux17.

  • 18 L’Éthiopie a déjà des relations extrêmement tendues avec l’Érythrée, en particulier en raison de la (...)
  • 19 L’Éthiopie et la Somalie connaissent une relation tendue depuis de nombreuses décennies, qui s’est (...)
  • 20 Kaplan, R., Imperial grunts, The American military on the ground, Random House, New York, 2005.
  • 21 Au Kenya, accord datant de 1980, les troupes américaines sont autorisées à utiliser le port de Momb (...)
  • 22 La visite du vice-président Joe Biden au Kenya en juin 2010 a confirmé l’importance de ce pays pour (...)

8La question somalienne va très vite s’étendre à la région, en particulier dans le contexte de la rivalité entre l’Éthiopie et l’Érythrée18, le premier soutenant les chefs de guerre, le second les islamistes. Mi-décembre 2006, l’Éthiopie se sentant de plus en plus menacé par les tribunaux islamiques somaliens19 décide d’ailleurs d’intervenir en Somalie, pour y soutenir le gouvernement provisoire. Depuis cette intervention, la Somalie n’est toujours pas sortie du chaos, les différentes factions étant dans l’incapacité de s’entendre et de former un gouvernement d’unité nationale. Bien que Washington n’ait pas de base militaire au Kenya, elle a aménagé la base kényane de Manda Bay et quelques militaires des affaires civiles sont présents sur l’île de Lamu20. Le Kenya et les États-Unis tiennent annuellement des exercices militaires, portant le nom de « Edged Mallet »21. Nairobi remplit de cette façon pour les Américains la fonction de tête-de-pont importante pour se projeter dans la Corne de l’Afrique22.

  • 23 Pour l’anecdote, un des navires américains déployés sera à un certain moment le USS Mahan.

9Au-delà de la Somalie, c’est toute la région côtière qui intéresse les États-Unis. La région du Sud de la Somalie jusqu’à la Tanzanie, en passant par les îles bordant le Kenya forme une aire touchée par la piraterie maritime. L’armada de la Joint Task Force-150, composée de navires américains, français, allemands, et parfois italiens et anglais et même pakistanais patrouille déjà depuis quelques années dans l’Océan Indien, principalement dans la cadre de la lutte antiterroriste, mais à un certain moment également pour lutter contre la piraterie. Aussi, afin que la JTF-150 puisse se concentrer à la lutte antiterroriste, une nouvelle force internationale (Combined Task Force -151) destinée à combattre les pirates au large de la Somalie est formée en janvier 2009 sous commandement américain23. Dans la lutte contre la piraterie, les Américains ont positionné des drones aux Seychelles. Il apparaît que les Seychelles forment un nouveau centre nerveux de la lutte contre la piraterie pour Européens et Américains.

  • 24 Cohen, S., Geography and Politics in a World Divided, London, Methuen, 1964 ; Geopolitics of World (...)
  • 25 La fermeture du détroit obligerait les navires à passer par le Cap de Bonne espérance.

10Derrière cette lutte contre la piraterie se cache évidemment d’autres intérêts et enjeux. Avant tout, il s’agit de contrôler les détroits. Saul Cohen, l’auteur d’entre autres Geography and Politics in a World Divided et Geopolitics of World System24 établit deux zones de fracture que sont le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Ouest, en particulier d’une part le Canal de Suez et le détroit de Bab el Mandeb25 et le détroit de Malacca d’autre part. Les deux poumons du commerce maritime mondial. Les routes maritimes sont au cœur de la politique américaine.

  • 26 Cf également le chapitre 5.
  • 27 Bounajem, M., « Conjectures sur de nouvelles relations », in Arabies, décembre 2000, pp. 30-31.
  • 28 L’île est louée aux Anglais.

11L’importance de Djibouti, ainsi que de l’alliance avec l’Éthiopie s’explique également par la volonté des Américains de contrer l’axe Iran-Érythrée-Soudan (axe entre autres utilisé pour fournir des armes à la bande de Gaza)26. Les États-Unis ont également des vues sur l’île de Socotra, propriété du Yémen, stratégiquement située à quelque 400 km des côtes yéménites, faiblement habitée, facilement sécurisable. L’île pourrait se présenter comme une alternative à la présence américaine dans le Golfe27. Cela étant, l’île de Diego Garcia, dont le bail de location se termine en 201628, reste évidemment la pièce maîtresse de la présence américaine dans la région donnant sur l’Océan indien. La présence américaine sur l’île, quasi en plein milieu de l’Océan indien est d’une importance géostratégique trop souvent négligée : Les îles Chagos (Diego Garcia)

  • 29 Oraison, A., « Diego Garcia : enjeux de la présence américaine dans l’océan Indien », in Afrique co (...)

sont presque à mi-chemin du canal de Mozambique, qui est un bras de mer entre l’Afrique orientale et Madagascar, et du détroit d’Ormuz, qui sert de voie de passage obligée entre le golfe Persique – d’où est extrait l’or noir – et la mer d’Oman. Les Chagos sont encore situées à proximité du détroit de Bab el-Mandeb qui met en communication la Mer Rouge et l’Océan Indien. Le groupe des Chagos est enfin ancré dans le voisinage des goulots malais et indonésiens – notamment les détroits de Lombok, de Malacca et de la Sonde – qui comptent parmi les principaux « verrous » de cette partie du monde dès lors qu’ils assurent le passage de tous les navires en provenance ou à destination des pays de l’Extrême-Orient et des Philippines entre l’Océan Indien et le Pacifique, via la mer de Chine méridionale et la mer de Célèbes29.

  • 30 Grenier, J.-C., « Pétrole et Gaz : nouvelle donne », in Jeune Afrique de l’intelligent, n° 2241-224 (...)
  • 31 Cf. supra le chapitre sur la Chine.

12Washington porte son attention sur Madagascar. Il y a une volonté d’établir un partenariat stratégique afin de renforcer les liens entre les militaires, lequel se concrétisera par la visite d’un navire américain en juillet 2009, pour des exercices communs. Par rapport au Soudan, on dénote une certaine ambiguïté de la part des États-Unis, critique par rapport au Darfour, mais soutenant le gouvernement soudanais dans sa lutte contre le terrorisme. Le gouvernement soudanais, a fourni secrètement ses espions (Mukhabarat) aux États-Unis pour recueillir des informations sur l’insurrection en Irak. Khartoum aurait également assisté les États-Unis lors du renversement des Tribunaux islamiques en Somalie, en maintenant un contact avec les membres modérés de ces Tribunaux et avec certains chefs de guerre. Pour Washington, la fin du conflit au Soudan présenterait en outre un intérêt géostratégique potentiel. Il y a en effet une volonté de faire de Port-Soudan une « pompe à essence » pour l’armée américaine et d’essayer de récupérer le Soudan dans sa sphère d’influence30. L’enjeu du référendum de 201131 sera également très important, Washington voulant à tout prix renforcer sa position au Sud, face aux appétits chinois. L’intérêt porté au Soudan par les Américains s’est confirmé sous la présidence Obama par la nomination d’un envoyé spécial Scott Gration, général à la retraite. Sa tâche est de promouvoir une politique d’ouverture envers le gouvernement soudanais en jouant la politique de la carotte et du bâton (pression et incitations), tout en veillant à garantir les intérêts américains au Sud.

  • 32 La formation est donnée par cinquante militaires américains et trente de la société de sécurité pri (...)
  • 33 Selon certaines sources la RDC aurait 35 à 40 % des réserves mondiales de cobalt, 60 % des réserves (...)
  • 34 Cité dans Chaponnière, J.-R., « Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. Évolution des analyses » (...)

13En Afrique centrale, l’allié privilégié des États-Unis est le Rwanda du président Kagame. Outre une coopération militaire importante, qui se traduit dans les faits par la formation de l’armée rwandaise, les États-Unis auraient également installé une station d’écoutes à portée régionale sur le mont Karisimbi. Si la carte rwandaise a été avancée sous l’administration Bush, le Président Obama, sans délaisser Kigali, voit dans la RDC un intérêt grandissant. H. Clinton visitera en juillet 2009 sept pays sur le continent africain dont la RDC. Cette dernière, écartée durant les mandats Bush, redevient sous l’administration Obama un État pivot où il faut à tout prix être présent, en tenant compte du fait que les défis sécuritaires, économiques, sociaux et politiques sont énormes avant de pouvoir parvenir à atteindre cet objectif. Avant la visite de H. Clinton, Washington et Kinshasa signeront un accord militaire en juin, devenu réalité en février 2010. AFRICOM a commencé à former un bataillon de 1 000 hommes de l’armée congolaise à Kisangani32, qui ensuite devra être apte à former à son tour les FARDC. Le coût est estimé à trente à quarante millions de dollars. En 2009, Washington consacrera un programme d’assistance évalué à 700 millions de dollars. Les entreprises américaines, excepté quelques grosses sociétés telles que Freeport, Citibank ou Chevron restent encore absentes du marché, les investissements étant trop risqués dans le pays. Nonobstant, en raison de son importance géopolitique et géoéconomique33, les Américains semblent avoir fait leur, la citation de Mao, qui aurait déclaré selon Larkin : « Si nous prenons le Congo, nous pouvons avoir toute l’Afrique »34.

  • 35 Les États-Unis offriront en février 2006 une vedette de surveillance maritime à Sao Tomé et Princip (...)
  • 36 Les États-Unis auraient installé des radars sur l’île du Cap Vert afin de surveiller et de contrôle (...)
  • 37 Les États-Unis forment l’armée nigériane à défendre les installations pétrolières dans la région du (...)

14En Afrique de l’Ouest, les États-Unis ont établi plusieurs forward operating locations (au Sénégal, au Gabon, au Ghana, en Ouganda) modernisant les ports et aéroports, prépositionnant du matériel et obtenant des accords d’accès qui facilitent le déploiement des forces américaines dans la région, en cas de nécessité. Washington aide encore les pays africains à garantir la sécurité de leur côte dans le Golfe de Guinée pour la prévention de la contrebande, la protection des ressources offshore et la lutte contre la piraterie et le terrorisme maritime. Les États-Unis mettront à la disposition des pays de la région des unités navales35, des radars36, procureront des formations37 et accroîtront leurs patrouilles maritimes dans la région. Comme le point suivant l’attestera, ces mesures doivent être mises en relation avec les enjeux géoéconomiques du Golfe de Guinée.

15Enfin, la relation entre les États-Unis et l’Afrique du Sud est complexe et souvent embrouillée. Les deux pays coopèrent dans la lutte contre le SIDA, le terrorisme, dans les opérations de maintien de la paix et développent leur relation commerciale. Au niveau politique, des tensions sont palpables. Les Américains espéraient qu’après l’apartheid l’Afrique du Sud pourrait devenir un État pivot et un exemple pour le continent. Or, l’Afrique du Sud connaît de nombreuses difficultés économiques, sociales et raciales et sur la scène internationale, elle a pris des positions qui ont déplu aux Américains, entre autres dans les dossiers zimbabwéen ou iranien, privilégiant trop souvent les relations Sud-Sud ou exprimant une solidarité par rapport au mouvement des non-alignés.

1.2. Formation

  • 38 Opération Restore Hope (1992-1993).
  • 39 Abramovici, P., « Activisme militaire de Washington en Afrique », in Le Monde Diplomatique, juillet (...)
  • 40 Fisher-Thompson, J., « Un centre d’études stratégiques vise des liens de longue durée avec l’Afriqu (...)
  • 41 L’Afrique du Sud est partenaire avec l’État du New York, le Maroc avec l’Utah, le Ghana avec le Dak (...)
  • 42 Exposé au Sénat sur les partenariats militaires États-Unis-Afrique, (Déposition du commandant des f (...)

16Depuis leur échec en Somalie38, les Américains demeurent réticents à l’envoi de forces militaires sur le territoire africain dans le cadre d’opérations de stabilisation dans des guerres civiles et ethniques. Favorisant les initiatives régionales, ils ont créé l’African Crisis Response Initiative (ACRI), aujourd’hui African Contingency Operation Training Assistance (ACOTA). L’ACOTA est conçue pour développer des compétences militaires de base, renforcer des formations de combat et accroître les capacités des états-majors. Le tout, intitulé « mini-équipement, maxi-entraînement », s’articule autour de quelques points : standardisation, interopérabilité, formation des instructeurs, transparence, soutien, travail d’équipe, coopération offensive et livraison de matériel39. Créé en 1999, l’African Center for Strategic Studies (ACSS), section de l’université nationale de défense du Pentagone, fournit un enseignement à des leaders civils et militaires (les programmes clés étant le Senior Leadership Seminar, un atelier à l’intention de cadres militaires supérieurs, et le financement de projets à caractère civique)40. À travers l’African Coastal and Border Security Programme, Washington fournit des entraînements et équipements à certains pays africains afin de lutter contre la piraterie et les trafics. Le National Guard State Partnership Program (Programme de partenariat avec les Gardes nationaux au niveau des États)41 se donne, pour sa part, comme objectif de former des militaires africains par des gardes nationaux42. Il existe encore le Centre africain pour les études et la recherche sur le terrorisme (CAERT), qui est un organe dépendant de l’Union africaine. Les États-Unis sont, enfin, parvenus à convaincre les chefs d’État et de gouvernement du G8 de soutenir leur proposition du Global Peace Operations Initiative (GPOI). Cette dernière propose d’organiser et de financer la formation de quelque 75 000 soldats du monde entier – principalement issus du continent africain – jusqu’en 2010 pour les dépêcher plus aisément dans des opérations de maintien de la paix. À travers l’initiative du GPOI, le soutien est fourni à différents centres : le Kofi Annan International Peacekeeping Training Center (Ghana), le Peacekeeping School (Mali) et le Peace Support Training Center (Kenya). L’aide américaine se traduit aussi par la vente ou don d’armements. Ils vendent des armes via principalement deux programmes du département de la Défense : le Foreign Military Sales et le Foreign Military Financing et un du département de l’État : Commercial Sales.

  • 43 La première mission a eu lieu fin d’avril 2007 lorsque le navire à grande vitesse Swift est parti à (...)
  • 44 Crawley, V., « La marine des É.-U. prépare une mission de formation dans le golfe de Guinée », Wash (...)
  • 45 Miles, D., « La mission du navire Fort McHenry va donner le ton pour l’AFRICOM », Service de presse (...)

17Une autre initiative originale est le Global Fleet Stations (GFS), à savoir la présence d’un navire américain dans une région43 pour fournir assistance et entraînement afin de promouvoir la sécurité maritime. Un navire sert de quartier-général flottant et de plate-forme de formation et d’échange entre les différents membres d’équipage des pays de la région où le navire est déployé44. Le navire Fort McHenry a été déployé en octobre 2007 pour sept mois dans le Golfe de Guinée (escales au Sénégal, au Liberia, au Ghana, au Cameroun, au Gabon et à Sao Tomé-et-Principe) dans le cadre de l’Africa Partnership Station Initiative. L’armée américaine y proposera des formations dans des domaines variés – la connaissance du domaine maritime, les qualités de commandement, le matelotage et la navigation, l’application du droit maritime, la recherche et le sauvetage, le génie civil et la logistique – aux militaires africains qui seront accueillis sur le navire45. La mission comprend également un volet plus civil : aide médicale, rafraichissement des hôpitaux et classes.

18La stratégie américaine mise donc sur une plus grande participation des forces régionales, en assurant leur formation, sans que l’empreinte des États-Unis soit trop centrale ou perceptible. L’ensemble de ces programmes permet d’alléger le fardeau des forces militaires américaines dans les opérations de paix. Des Marines américains appuieront, par exemple, des soldats de la paix de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au Liberia en août 2003, sans être en première ligne. Washington n’hésite pas non plus à tirer parti, par ailleurs, de la formation donnée à certaines armées pour défendre ses intérêts. Pensons à l’intervention en décembre 2006 de l’armée éthiopienne, entraînée par les États-Unis et accompagnée dans son avancée sur Mogadiscio par des commandos américains.

1.3. La privatisation de la sécurité46

  • 46 Pour une analyse plus approfondie sur le sujet lire Struye de Swielande, T., « Externalisation des (...)
  • 47 Le concept de sociétés de sécurité privées renvoie aux Private Security Companies (PSC) et aux Priv (...)
  • 48 De nombreux systèmes d’armes ou informatiques sont aujourd’hui conçus, entretenus et mis en œuvre p (...)

19Un autre volet de la stratégie américaine est la privatisation de la sécurité. Le désengagement des organisations internationales et des États face à certaines fonctions traditionnellement régaliennes dans le nouveau contexte géostratégique de l’après-Guerre froide, la transformation de la guerre et la disparition partielle de la frontière « civil-militaire/public-privé », ainsi que la tendance accrue de la part des États d’externaliser une série de domaines ont fait apparaître des sociétés de sécurité privées (SSP)47 – souvent filiales de grands groupes militaro-industriels ou financiers. Entamée dans les années 1960 lors de la guerre du Viêt-Nam, la privatisation de missions de sécurité et de défense connaît une croissance exponentielle depuis une vingtaine d’années. Si, à l’origine, ces sociétés reçoivent comme tâche l’entretien des espaces verts, le nettoyage, le ramassage des déchets, la cuisine, etc. très vite elles s’imposent dans d’autres domaines de la sécurité, tels le soutien aux forces militaires, la formation, le conseil, le soutien logistique, le déminage, la fourniture de matériel, l’évaluation des risques et de l’environnement, la protection du personnel diplomatique et des infrastructures, la collaboration avec les forces spéciales, la maintenance des bombardiers et des navires de guerre en passant par le pilotage des drones48. Contrairement à une idée reçue, 80 à 90 % du core business concerne cependant la logistique au sens large et seulement 10 à 15 % touche des missions sécuritaires ou militaires. Désormais toutefois, plus aucune intervention militaire ne peut se concevoir sans y associer des partenaires privés.

20Depuis la Somalie, les États-Unis sont réticents à intervenir en Afrique, et recourent à ces sociétés principalement pour des missions de formation, mais pas uniquement. Les sociétés de sécurité privées forment une alternative au déploiement de forces militaires américaines. Elles sont actives dans les programmes ACRI, ACOTA et GPOI. Ainsi Dyncorp et Pacific Architects and Engineers forment une partie de l’armée du Libéria et du Sud-Soudan, MPRI, un bataillon congolais, etc. Le département d’État a annoncé en 2008 qu’il attribuerait pour la période 2009-2013 des contrats pour une valeur totale de plus d’un milliard de dollars.

  • 49 Singer, P.W., « Peacekeepers, Inc », in Policy Review, juin-juillet, 2003.
  • 50 « L’armée américaine fait de plus en plus appel au secteur privé », in Le Monde, 11 février 2003.
  • 51 Silverstein, K., « Privatizing War », in The Nation, 28 juillet-4 août 1997.
  • 52 Ibidem.
  • 53 Shearer, D., « Private Armies and Military Intervention », in Adelphi Papers, International Institu (...)

21L’armée devient en outre, dans le contexte de la Révolution dans les Affaires Militaires, de plus en plus dépendante des connaissances des spécialistes civils afin de faire fonctionner des systèmes militaires de plus en plus sophistiqués49. Il en résulte que les armées modernes ne peuvent fonctionner sans le soutien logistique et technique des sociétés privées. Ces sociétés permettent l’emploi de l’outil militaire en contournant de surcroît les contraintes imposées par les institutions ou l’opinion publique. Cela sous-entend également les opérations clandestines. En cas de coup dur ou d’interférence diplomatique nuisible, ces nouveaux partenaires privés assument les inconvénients à la place du gouvernement en place. « Si vous envoyez des soldats, quelqu’un le saura ; s’il s’agit d’une entreprise privée, quasiment personne »50, explique Deborah Avant. Et Ken Silverstein de noter à ce propos que « le recours à des sociétés militaires privées permet aux États de poursuivre leurs intérêts géopolitiques, sans devoir déployer leur armée »51. Plus que jamais cette politique parallèle est une composante essentielle de la nouvelle géopolitique et ses guerres par procuration, inavouées mais si utiles aux intérêts nationaux52. Dans une étude de 1998 David Shearer soutenait que « les compagnies de société de sécurité privées fournissent une assistance militaire active, comprenant dans certains cas le combat, laquelle (assistance) a un impact stratégique sur l’environnement politique et sécuritaire des pays dans lesquels ils opèrent »53.

  • 54 Les activités opérationnelles qui ne sont en aucun cas externalisables.
  • 55 Makki, S., « Réévaluation stratégique et transformations capacitaires des forces expéditionnaires a (...)
  • 56 Cf. supra.

22Les sociétés privées font, dans ces conditions, partie intégrante des opérations de guerre et de paix. Il existe une tendance réelle à s’appuyer sur elles. Plus la culture du « zéro mort », la volonté d’éviter des dommages collatéraux, le respect du droit, le dédain à l’égard de la violence, une méfiance vis-à-vis des opérations de paix, le manque de forces militaires disponibles, progresseront, plus le recours sera grand. Cette dynamique de la privatisation vise ainsi le recentrage des missions des forces armées autour de leurs compétences essentielles (core competencies)54, permettant de libérer des unités militaires au profit d’autres opérations et missions55. Cela permet de décharger les forces armées des missions les moins vitales pour la sécurité nationale56. Pour préserver leur capacité opérationnelle, les États sont ainsi dans l’obligation de privatiser un certain nombre de fonctions.

1.4. AFRICOM

  • 57 Une fois à pleine capacité, l’AFRICOM comprendra un staff de 1 300 personnes dont plus ou moins la (...)

23Le nouveau commandement AFRICOM, basé à Stuttgart, est entré en fonction le 1er octobre 200857. Aucun pays, excepté le Libéria et Djibouti, ne voulait accueillir le commandement américain sur leur sol, y voyant soit une nouvelle forme de colonisation, soit un conflit d’intérêt par rapport au pays qui accueillerait le commandement. Cet échec partiel a permis toutefois aux Américains de mieux appréhender les sensibilités du continent et d’ajuster leur politique. Le nouveau commandement coordonnera toutes les activités militaires et sécuritaires (au sens large) sur l’ensemble du continent africain, à l’exception de l’Égypte. Deux raisons ont principalement poussé Washington à créer AFRICOM. La première est une raison pratique. Jusqu’à présent, trois commandements avaient la responsabilité d’une partie de l’Afrique – les commandements européen (EUCOM), pacifique (PACOM) et central (CENTCOM) – ce qui posait de nombreux problèmes de coordination, d’organisation et de planification. En second lieu, CENTCOM (qui avait la responsabilité majeure sur le continent) étant préoccupé par les questions afghane et irakienne, avait trop tendance à délaisser l’Afrique, malgré son importance géostratégique (terrorisme, islamisme radical, présence chinoise) et géoéconomique (matières premières) grandissante.

  • 58 United States Africa Command, 2009 Posture Statement, March 2009, p. 19.
  • 59 Pour plus de détails lire, Ploch, L., Africa Command : U.S. Strategic Interests and the Role of the (...)

24AFRICOM se caractérise par certaines originalités. Si le commandant est un militaire, cela n’est pas le cas de son second, qui est un civil d’un autre département ou agence. Le but est d’accentuer le volet civil du nouveau commandement, car AFRICOM oriente ses activités sur le maintien de la paix, les secours en cas de catastrophe naturelle, et concentrera encore plus ses efforts sur une aide humanitaire préventive. Une plus grande coordination interagences sera d’ailleurs fortement encouragée : « A travers la collaboration entre les départements et agences fédérales, nous recherchons à assurer que nos activités collectives soient intégrées et synchronisées afin d'atteindre des objectifs communs »58. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que l’armée insiste fortement dans son approche envers le continent sur la connaissance des langues et des cultures locales. Un sens aigu de la diplomatie et de la psychologie devient également un atout considérable dans la conduite des opérations. Aussi les missions de l’AFRICOM mettent moins l’accent sur les missions militaires au sens classique du terme par rapport aux autres commandements américains régionaux59.

  • 60 United States Africa Command, 2009 Posture Statement, March 2009, p. 11.

25L’armée américaine organise plutôt de nombreux exercices et colloques sur le continent car « l’effort essentiel de l’AFRICOM est de construire une force offensive de sécurité de sorte que nos partenaires puissent prévenir les conflits et répondre aux défis présents ou futurs en pourvoyant sécurité et stabilité »60. Quelques exemples l’illustrent. Africa Endeavor Planning a réuni au Cameroun en mars 2009 des officiers de nombreux pays africains afin d’accroître la coopération entre les différentes armées du continent. Fin septembre 2009 l’exercice militaire Africa Endeavor a eu lieu au Gabon. Il comprenait des militaires de trente États africains et avait comme objectif d’accroître l’interopérabilité entre les forces dans le cadre de missions potentielles antiterroristes ou d’opérations de paix.

26À l’inverse des autres centres de commandement des États-Unis, l’AFRICOM devrait être doté de plusieurs sièges sur le continent (Regional Integration Teams) : 1) Nord (Mauritanie, Sahara occidental, Maroc, Algérie, Libye, Tunisie) ; 2) Est (Soudan, Érythrée, Djibouti, Éthiopie, Somalie, Ouganda, Kenya, Madagascar et Tanzanie, Rwanda, Burundi, Malawi, Comores, Maurice, Seychelles) ; 3) Sud (Afrique du Sud, Zimbabwe, Namibie, Botswana, Lesotho, Swaziland, Mozambique, Zambie.) ; 4) Centre (Cameroun, République Centre-Afrique, Guinée équatoriale, Angola, Sao Tome & Principe, RDC, Tchad, Congo) et 5) Ouest (Nigéria, Liberia, Sierra Leone, Mali, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Niger, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Benin, Guinée, Burkina Faso).

Figure 1 Carte des régions

Figure 1 Carte des régions

Source : United States Africa Command, 2009 Posture Statement, March 2009, p. 19.

  • 61 Gates, R., « Transcript : US Defense Secretary Gates Warns Against Militarization of Foreign Policy (...)

27L’objectif est au final pour R. Gates : « Le repositionnement et l’esprit général des forces armées américaines a changé – il s’éloigne du seul focus de l’action militaire directe américaine et se dirige vers de nouvelles capacités pour modeler l’environnement sécuritaire par des moyens qui couvrent les besoins pour des interventions militaires à venir »61. Cette approche fait partie du concept plus stratégique d’active defense in depth, lequel est défini par le National Military Strategy de 2004 comme étant un concept qui

  • 62 National Defense Strategy, A Strategy for Today ; A Vision for Tomorrow, 2004, p. 6.

fusionne les forces alliées, les agences gouvernementales, les organisations non-gouvernementales et les capacités multinationales de manière synergique. Cette défense ne s’appuie pas uniquement sur des mesures passives. Les États-Unis doivent accroître la sécurité dans leur pays, tout en patrouillant activement les voies d’accès stratégiques et en étendant leurs capacités défensives au-delà des frontières américaines. Une ‘defense-in-depth’ efficace doit également inclure des capacités pour attaquer promptement n’importe quelle cible sur le globe, en recourant aussi bien aux forces basées aux États-Unis, basées et déployées en première ligne, qu’aux forces en rotation62.

1.5. Repositionnement stratégique

  • 63 Sont concernés parmi d’autres le Botswana, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Mali, le Maroc, la Nami (...)
  • 64 Cité dans Burger, K., « U.S. Moves Towards More Flexible Global Basing », in Jane’s Defence Weekly, (...)

28La manière dont les Américains se déploient sur le continent africain, reflète bien les concepts établis par le Global Posture Review (GPR). Washington repositionne dorénavant de trois manières ses forces à l’étranger : Cooperative Security Locations, Forward Operations Bases et Main Operating Bases. Les premières (Cooperative Security Locations)63 servent pour une mission bien précise et concernent principalement l’Afrique. Ces bases sont gérées par les autorités locales et/ou des entreprises privées. Peu de troupes sont stationnées en permanence mais elles disposent de l’infrastructure pour lancer des opérations régionales majeures. Les secondes (Forward Operations Bases) permettent aux forces américaines de se déployer pour des exercices ou interventions réelles et cela de façon temporaire, par rotation (sans que toute la logistique et la famille n’accompagnent) et à un coût moindre. Comme l’observera le général Jones le 28 avril 2003 à propos de ces bases : « Vous pouvez y aller de manière très expéditionnaire, débarquer un bataillon, vous entrainer pour quelques mois avec une nation hôte, peut-être mener une opération sur un théâtre, et ensuite quitter et après, revenir éventuellement six mois plus tard »64. Les dernières (Main Operating Bases) sont des bases permanentes établies dans des endroits stratégiques de par le monde (ex. Japon, Corée du Sud et Allemagne). Elles deviennent l’exception.

  • 65 Dans ce cadre-là, la marine américaine joue un rôle important. L’US Navy s’appuie dorénavant sur tr (...)
  • 66 The National Defense Strategy of the United States of America, Department of Defense, March 2005, p (...)
  • 67 Ibidem.

29Au-delà de ce repositionnement, il est de même de plus en plus encouragé de prépositionner des forces en mer65. Il s’agit désormais d’utiliser les mers pour projeter la force sur les points faibles de l’ennemi. L’importance du sea basing devient dans ce contexte indispensable. D’ailleurs plusieurs interventions ciblées en Somalie se sont déroulées ces dernières années à partir de la mer. Enfin, les capacités dites Reach-Back, c’est-à-dire les capacités qui ne sont pas indispensables sur le théâtre d’opération (ex. quartier-général, la logistique, évaluation des dommages de combat, etc.)66, se retrouvent dans des lieux reculés et sécurisés (ex. AFRICOM à Stuttgart)67. Il s’agit en définitive de réduire au maximum l’empreinte américaine. Comme l’indique encore le National Defense Strategy de 2005 :

  • 68 Ibidem, p. 24.

Le département passe à un processus managérial intégral des forces. Cela nous permettra de nous procurer nos besoins à partir d’une perspective globale au lieu de régionale, et d’accroître les capacités si nécessaire sur le théâtre d’opération à partir de différents endroits dans le monde entier […]. À travers ce concept, les commandants de théâtre ne possèdent plus de forces ‘propres’ dans leur théâtre d’opération. Les forces leur sont attribuées en fonction des besoins à partir du monde entier. Cela permet une plus grande flexibilité pour répondre rapidement aux circonstances opérationnelles changeantes68.

30La tendance est par conséquent de s’écarter des énormes bases exigeant une infrastructure d’appui importante. Pour D. Feith, ancien numéro trois du Pentagone, la nouvelle approche se résume de la façon suivante :

  • 69 Statement of Douglas J. Feith, Under Secretary of Defense for Policy before the House Armed Service (...)

Notre objectif est d’être positionné pour gérer l’incertitude, avec un nombre de forces approprié, les bonnes relations, les bonnes autorités et les capacités d’exécuter nos missions dans et à travers les régions […] Les forces militaires américaines doivent être gérées de manière globale de façon à nous permettre de déployer rapidement un plus grand pourcentage des forces partout dans le monde où cela est requis. Les Commandements régionaux ne possèdent plus de forces (propres) dans leurs théâtres d’opération. Le président et le secrétaire à la Défense répartissent les forces selon les besoins, les prenant partout dans le monde en fonction des circonstances69.

  • 70 Les militaires parlent de lily pads ou de warm bases.
  • 71 Le repositionnement des forces militaires est accompagné d’un repositionnement diplomatique (à trav (...)

31En définitive, l’objectif est de réduire la présence des forces américaines dans les pays d’accueil, tout en renforçant leur présence dans certaines régions, en particulier le Rimland par le biais d’avant-postes70. Ce redéploiement s’articule logiquement dans la nouvelle stratégie se définissant par le forward-deployed active-layered defense, la première défense du territoire américain étant les postes avancés. Il faut affronter l’adversaire le plus loin possible des États-Unis. Étant donné le nombre de menaces potentielles, il est plus intéressant pour Washington de rapatrier ses forces sur le continent et les envoyer sur les théâtres d’opération en s’appuyant sur des bases ou postes avancés et d’investir dans la projection de puissance et formation, que d’avoir un nombre important de forces militaires dans une région bien précise. En voulant la destruction en amont (à la source) de la menace, Washington se veut pro-actif. Aussi les coalitions sont-elles flexibles, très facilement adaptables et construites en fonction d’objectifs bien déterminés71.

32Être capable de projeter sa puissance permet donc de façonner (shape) un espace de sécurité conforme à sa vision du monde, de dissuader (deter) et de répondre (respond) aux crises même lorsqu’il n’y a aucune présence permanente ou aucune infrastructure dans la région.

2. Commerce et matières premières

  • 72 L’accord porte sur les droits de propriété intellectuelle, les produits industriels et agricoles, l (...)
  • 73 Cf. infra.

33Si les États-Unis se replacent stratégiquement sur le continent africain, leurs visées politiques se révèlent toutefois plus ambitieuses encore et concernent les relations commerciales et les matières premières. Analysons d’abord la question commerciale en Afrique du Nord et subsaharienne. Washington promeut les relations commerciales avec les pays de l’Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye) tentant de pénétrer une zone économique jusqu’il y a peu réservée à l’Union européenne et en particulier à la France. Si cette politique américaine n’est pas nouvelle et remonte à la fin des années 1990 avec, à titre d’illustration, le projet Eizenstat (ultérieurement renommé Programme économique américain pour l’Afrique du Nord), les événements de ces dernières années en ont, cependant, accéléré le processus. On a pu observer un ballet diplomatique depuis 2001 entre les dirigeants américains se rendant en Afrique du Nord et vice-versa. En 2006, les États-Unis étaient le principal partenaire commercial de l’Algérie. En 2009, les échanges commerciaux ont atteint plus de vingt-deux milliards de dollars (principalement en raison du secteur énergétique). L’accord de libre-échange72 conclu entre le Maroc et les États-Unis en juin 2004 est entré en vigueur le 1er janvier 2006. L’accord élimine les taxes de près de 95 % des biens et services. Les relations commerciales entre Rabat et Washington ont ainsi atteint deux milliards de dollars en 2009. Les relations commerciales avec la Tunisie atteindront un peu plus d’un milliard de dollars. La relation commerciale entre l’Égypte et les États-Unis a atteint 8,4 milliards de dollars en 2008, et les deux pays ont signé un accord pour promouvoir la coopération économique. Un pays qui prend de l’importance dans les relations commerciales avec Washington est la Libye. En 2006, elles atteindront trois milliards de dollars et cela ne fait que s’accroître73. Le plus important partenaire commercial des États-Unis dans la région est toutefois de loin l’Algérie.

  • 74 Yahia H. Zoubir, « La politique étrangère américaine au Maghreb : constances et adaptations », in M (...)

34Ces politiques forment également le premier pas du projet visant à créer une zone de libre-échange avec le Moyen-Orient dans les prochaines années. Cette zone ne pourra devenir réalité que si les pays de la région veulent parvenir à une intégration économique, ce qui est loin d’être le cas. Selon les analyses de la Banque mondiale, les échanges commerciaux entre les pays du Maghreb ne représentent que 1,3 % de la totalité de leurs échanges de biens. Pour Yahia H. Zoubir « les États-Unis tentent de mettre en place une alliance économique avec le Maghreb par le biais de l’accélération des réformes des structures au sein de chaque pays, en offrant un plus grand rôle au secteur privé et en démantelant les barrières intra-régionales, qui représentent un obstacle pour le commerce et l’investissement »74. À cette fin, la résolution de la question du Sahara occidental reste prioritaire, comme évoqué précédemment.

  • 75 L’AGOA a été renouvelée en juillet 2004 (AGOA III), prorogeant le programme jusqu’en 2015 et en éla (...)
  • 76 Pour plus de details lire Jones, V., « U.S. Trade and Investment Relationship with Sub-Saharan Afri (...)

35Avec l’Afrique sub-saharienne, les États-Unis privilégient dans un premier temps certains programmes facilitant les échanges économiques. Les États-Unis mettent de cette façon en avant l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) adopté en 200075. Cette loi américaine sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique, accorde aux produits africains un accès plus aisé au marché américain. L’initiative offre donc une série d’avantages à des États qui remplissent une série de critères (évolution vers une économie de marché, respect des lois, droits des travailleurs)76. La principale disposition de la loi permet aux pays africains d’exporter plus ou moins 6 500 produits dont des vêtements, fruits et chaussures en franchise des droits de douane vers les États-Unis. Les États-Unis ont lancé en 2005, toujours dans le cadre de l’AGOA, l’Initiative en faveur de la compétitivité des entreprises africaines sur le marché mondial, qui consacra 200 millions de dollars, pendant cinq années, pour encourager les Africains à participer au libre-échange. Washington encourage également les pays à diversifier leur économie pour tirer davantage parti des avantages offerts par l’AGOA. Sur les quarante-huit pays que comporte l’Afrique subsaharienne, 41 bénéficient des avantages conférés par l’AGOA en 2008.

  • 77 Les États-Unis exporteront pour 18 milliards de dollars, ce qui équivaut à 1,6 % total de leurs exp (...)
  • 78 Pour tout le continent les échanges sont de plus de 140 milliards de dollars.
  • 79 Perdrix, P., Ballon, S., « L’AGOA montre ses limites », in Jeune Afrique, 11 août 2009.
  • 80 Le rôle de l’Export-Import Bank américain est bien plus réduit que le rôle joué par l’Eximbank chin (...)
  • 81 Jones, V., « U.S. Trade and Investment Relationship with Sub-Saharan Africa : The African Growth an (...)

36Entre 2000 et 2008, les échanges entre les États-Unis et l’Afrique subsaharienne sont passés de 29,3 milliards de dollars à 104,6 milliards de dollars77 (66,3 milliards de dollars dans le cadre de l’AGOA)78. Près de 80 % des importations (plus ou moins septante-deux milliards de dollars) viennent du pétrole et cela monte à 92 % dans le cadre des échanges AGOA79. Viennent ensuite les secteurs de l’équipement de transports (1,9 milliard), les minerais et métaux (1,2 milliard) et le textile (1,1 milliard de dollars). Sur 41 pays éligibles, 4 pays – le Nigéria, l’Angola, l’Afrique du Sud et la République du Congo – concentrent près de 84 % des importations américaines et trois pays concentrent près de 70 % des exportations américaines : l’Afrique du Sud, le Nigéria et l’Angola. Aussi pour les États-Unis, la priorité est d’encourager à l’avenir la diversité. Si les États-Unis importent principalement des matières premières, ils exportent surtout des machines et pièces détachées, des équipements de transport, des céréales et des avions. L’AGOA procure encore une assistance technique et un soutien de capacité commercial (afin de libéraliser le commerce et les exportations, d’harmoniser les lois et réglementations, d’encourager une restructuration fiscale et de promouvoir l’agrobusiness et le secteur privé) à travers une série d’agences : US Agency for International Development, l’Assistant US Trade Representative for Africa, l’Overseas Private Investment Corporation, l’Export-Import Bank80, le US and Foreign Commercial Service et le Trade and Development Agency81.

  • 82 Jones, V., « U.S. Trade and Investment Relationship with Sub-Saharan Africa : The African Growth an (...)

37Les IDE américains en 2008 ont atteint 36,6 milliards de dollars sur le continent africain, ce qui correspond à 1 % des IDE américains (3 162 milliards de dollars). Ils étaient respectivement de 20,4 milliards, de 22,8 milliards, de 28,2 milliards et de 32,6 milliards de dollars en 2004, 2005, 2006 et 2007. Ces IDE se concentrent essentiellement dans le secteur minier et énergétique. Cinq pays se partagent la majorité du gâteau : l’Afrique du Sud, le Nigéria, la Guinée équatoriale, l’île Maurice et l’Angola82.

38En 2001, les États-Unis et la Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA) on signé un Trade and Investment Framework Agreement (TIFA), étape qui précède un accord de libre-échange. À l’été 2008, les États-Unis ont encore conclu des accords commerciaux similaires (Trade and Investment Framework Agreement) avec l’Union douanière de l’Afrique australe (SACU) (l’Afrique du Sud, le Botswana, le Lesotho, la Namibie et le Swaziland) et la Communauté de l’Afrique orientale (EAC) (le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie). D’autres TIFA pourraient suivre dans les années à venir avec le Southern African Development Community (SADC), et le West African Economic and Monetary Union (UEMOA).

  • 83 Cité dans Mike Crawley, « With Mideast Uncertainty, US Turns to Africa for Oil », in Christian Scie (...)
  • 84 Le Golfe de Guinée comprend en général dix pays : le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, (...)
  • 85 Copinschi, Ph., Noël, P. « L’Afrique dans la géopolitique mondiale du pétrole », in Afrique Comtemp (...)
  • 86 Le Nigéria, membre de l’OPEP, a des réserves prouvées de pétrole de l’ordre de quarante milliards d (...)
  • 87 L’Angola produit actuellement 1 million de barils par jour. Les réserves prouvées se situent entre (...)
  • 88 Les exportations pétrolières du Nigéria vont principalement vers les États-Unis et l’Asie pacifique (...)

39Le second secteur de l’offensive économique américaine sont les ressources, en particulier le pétrole. En juillet 2002, Walter Kansteiner, Assistant Secretary of State for Africa, déclare : « Le pétrole africain est pour nous d’un intérêt national stratégique. Et cela ira en s’accroissant et deviendra plus important à terme »83. À l’heure actuelle, plus de 20 % des importations de pétrole des États-Unis proviennent de pays africains. Ce chiffre devrait passer à 25 % au cours des prochaines années au fur et à mesure de l’exploitation de nouveaux gisements. Au cours des dix prochaines années, l’Afrique deviendra donc un fournisseur essentiel pour les États-Unis. La région du Golfe de Guinée est au centre de la nouvelle géopolitique pétrolière84. Washington a mis sur pied en 2002 un groupe de travail sur la politique pétrolière africaine, l’African Oil Policy Initiative, qui a défini la région du Golfe de Guinée comme « zone d’intérêt vital ». Pour Philippe Copinschi et Pierre Noël : « La politique pétrolière internationale des États-Unis est une politique de diversification de l’offre mondiale ; dans ce cadre, le regain d’intérêt pour l’Afrique vient de la contribution potentielle de cette région à la croissance et à la diversification de l’offre mondiale, et non à la possibilité d’en faire un fournisseur privilégié du marché américain »85. Le Nigéria86 et l’Angola87 figurent déjà parmi les dix principaux fournisseurs de pétrole des États-Unis. Le Nigéria fournit 8 % de la consommation américaine d’or noir (Exxon et Chevron produisent près de 50 % du pétrole nigérian). En Angola, Chevron et Exxon sont fortement présents. Ce n’est guère étonnant quand on sait que le pétrole angolais présente 7 % de la consommation américaine88. En Guinée équatoriale, ce sont surtout les compagnies américaines qui sont actives, dont ExxonMobil mais également certaines juniors telles que Ocean Energy, Amerada Hess, Marathon et Triton. Une grande partie du pétrole dans le Golfe de Guinée offshore est enfouie à de grosses profondeurs (200 à 3 000 m.). Cette situation exigera des investissements considérables et une maîtrise de la technologie, que n’ont pas les entreprises nationales, obligeant ces États à recourir à des sociétés étrangères. Plus qu’ailleurs, les pays subsahariens dépendent des majors pour l’exploitation et l’exploration.

40Les pays de la région présentent toutefois, aux yeux de Washington des avantages non-négligeables par rapport à la région du Golfe Persique. Primo, la plupart des gisements sont offshore, ce qui non seulement facilite le transport maritime, mais permet de maintenir plus facilement la continuité de la production en cas d’instabilité dans les pays concernés. Secundo, les distances vers les États-Unis sont plus courtes par rapport à celle de l’Asie centrale et du Moyen-Orient. L’Afrique de l’Ouest offre la voie la plus directe et la plus sûre, de là, découle également l’intérêt que portent les États-Unis à Sao Tomé et Principe pour y installer à l’avenir une base avancée ou bénéficier de certaines facilités. Selon le même raisonnement, ils attachent une attention particulière au Cap Vert, archipel au Sud des Canaries, afin de faire usage des ports et aéroports pour surveiller le Golfe de Guinée. Tertio, seuls le Nigéria et l’Angola en Afrique subsaharienne sont membres de l’OPEP, ce qui sous-entend que les autres pays de la région ne sont pas liés aux quotas imposés par l’organisation pétrolière.

  • 89 La Côte d’Ivoire revendique à son voisin ghanéen une partie du gâteau sur un gisement pétrolier off (...)
  • 90 On observe de nombreuses sociétés juniors sur le continent qui font de la prospection et se positio (...)
  • 91 Il n’y pas uniquement des réserves importantes dans le Lac Albert, mais également dans le Lac Kivu (...)

41Outre le Golfe de Guinée, Washington est fortement intéressé par le Tchad, dont la production de pétrole n’a débuté qu’en 2003 (réserves estimées à un milliard de barils) et qui produit aujourd’hui près de 150 000 barils par jour [région de Komé/ consortium constitué principalement d’ExxonMobil, de Petronas, de Chevron]. La majorité de la production est exportée vers les États-Unis et une petite partie vers la Chine (respectivement 70 % et 15 %). Le pétrole est exporté par l’oléoduc, construit par le consortium composé d’Exxon Mobil, de Chevron et de Petronas (quatre milliards de dollars) allant de Doba (Tchad) à Kribi (Cameroun). Comme l’ont démontré les événements de 2008, le pays reste instable et en conflit implicite avec le Soudan, qui appuie les rebelles tchadiens, alors que le Tchad soutient les insurgés soudanais du Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE). Tensions qu’il faut également lire par rapport au jeu d’influence qui existe entre les États-Unis et la Chine pour cette région (sans oublier la France). Outre le Tchad, il faudra surveiller dans les prochaines années, le jeu des puissances autour du Ghana et de la RDC. Le Ghana en raison des découvertes de ces dernières années, entre autres le champ de Jubilee et les possibilités offshore en eau profonde découvertes en 2009, est aujourd’hui déjà soumis à une lutte acharnée entre Chinois et Américains89. Demain la région des Grands Lacs suivra probablement. Différentes juniors telles que Tullow Oil (Grande Bretagne) et Heritage Oil (Canada) y sont déjà présentes90, principalement du côté ougandais de la frontière. L’Ouganda espère exporter 350 000 barils par jour d’ici 2015 à partir des champs du Lac Albert. Si la RDC semble posséder des réserves de pétrole importantes dans différentes régions (bassin côtier, cuvette centrale et les lacs), l’exploitation ne pourra se faire avant de nombreuses années. L’exploitation de pétrole n’est aujourd’hui que de 28 000 barils par jour (exploités par la société française Perenco), mais devrait selon plusieurs estimations passer, avec une exploitation en pleine capacité à 150 à 200 000 barils. On comprend dès lors pourquoi les majors américaines, italiennes, françaises, indiennes et chinoises se positionnent déjà en RDC. Le chinois CNOOC et l’indien ONGC essaient d’obtenir des droits d’exploration du côté ougandais du bassin du Lac Albert en s’associant à Tullow Oil et Heritage Oil. Si les différentes découvertes se confirment dans la région des Grands Lacs91, alors se posera la question des voies d’exportation et la construction des oléoducs : de nouvelles tensions en perspective. Il existe déjà des tensions importantes entre la RDC et l’Angola à propos d’un champ de pétrole (bloc quinze) car il fait l’objet d’une dispute portant sur la délimitation des frontières maritimes. Or le bloc quinze et déjà exploité aujourd’hui par les multinationales [Exxon (40 %), British Petroleum (26,6 %), AGIP (20 %) et Statoil (13,3 %)] pour le compte de l’Angola et aurait une capacité de quatre milliards de barils.

  • 92 En voyant ce qui se préparait contre l’Irak et ne voulant pas être le prochain sur la liste, Kadhaf (...)

42Une autre évolution intéressante est le rapprochement entre Washington et Tripoli. Le rapprochement depuis 2003 – après des négociations secrètes concernant, l’attentat de Lockerbie et le programme NBC92 – avec la Libye peut également être expliqué pour des raisons énergétiques. D’autant plus que les concessions des sociétés anglo-saxonnes, gelées depuis plus de quinze ans expiraient en 2005. Début 2005 ce sont d’ailleurs, entre parenthèse, les compagnies américaines (Occidental, Chevron, ExxonMobil, Hess) qui sont reparties avec la plus grande part du gâteau des premiers contrats pétroliers libyen. Cependant, ce ne fut plus le cas par la suite, puisque des sociétés telles que Total, ENI et Statoil remporteront également de plantureux contrats. Les États-Unis et la Libye ont conclu également un Memorandum of Understanding facilitant les contacts et la coopération en matière de défense. L’armée assiste les gardes côtes libyens. Cela étant, la coopération militaire reste très limitée et se fait de manière prudente et graduée. En définitive, si jusqu’à présent, Oncle Sam s’approvisionnait surtout en Algérie (principalement pour le gaz), la Libye pourrait devenir, toujours dans cette politique de diversification, un partenaire énergétique important dans les prochaines années.

43Au-delà du pétrole et du gaz, Washington s’intéresse également aux minerais. La multinationale américaine Freeport, comme déjà mentionné, exploite le gisement de cuivre de Tenke Fungurume en RDC, le groupe américano-canadien Geovic un gisement de cobalt au Cameroun. Amcol International aurait acquis une mine de chrome en Afrique du Sud. Pan African management and development company Inc (Panafra) a acquis des mines de cuivre en Tanzanie. Toutefois et contrairement au secteur du pétrole, la présence américaine dans le secteur minier reste plutôt limitée, certainement par comparaison avec celle de l’Afrique du Sud ou du Canada.

3. Aide publique au développement

44Washington finance une série d’initiatives pour améliorer les conditions de vie des Africains dont le « Compte du millénaire » (Millennium Challenge Account), l’initiative de lutte contre le SIDA (President’s Emergency Plan for AIDS Relief/PEPFAR) et l’Initiative pour l’éducation en Afrique (IEA). Le premier est un programme qui accroît fortement l’aide des États-Unis à l’étranger et qui bénéficie aux pays qui gouvernent de façon équitable, qui investissent dans leur société et qui encouragent la liberté économique. La Société du Compte du millénaire, qui administre le Compte du millénaire, a jusqu’à présent sélectionné une dizaine de pays d’Afrique subsaharienne qui remplissent les conditions nécessaires pour bénéficier d’une aide financière et a conclu des accords portant sur un montant total de 3,8 milliards de dollars.

45L’initiative a été fortement critiquée en raison des lenteurs bureaucratiques. Par conséquent, il faudra attendre de voir si le programme est efficace. L’initiative de lutte contre le SIDA, lancée en 2003, réside pour sa part dans un plan quinquennal d’aide de quinze milliards de dollars répartis sur cinq ans. Neuf milliards de dollars seront concentrés sur quatorze pays (douze d’Afrique et deux du bassin caraïbe) qui comptent 50 % des infections au VIH dans le monde. Un milliard de dollars seront versés au Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose. L’initiative a été renouvelée en 2008 pour cinq ans et le budget consacré serait de plus de trente milliards de dollars. Grâce au programme PEPFAR « plus de deux millions de patients dans quinze pays ont été mis sous traitement antiviral, et plus de dix millions ont bénéficié d’une prise en charge sanitaire globale ». Le 30 juin 2004, le président Bush a, enfin, annoncé la prolongation de l’Initiative pour l’éducation en Afrique (IEA). Il s’agit d’un programme continu géré par l’USAID et financé à hauteur de 400 millions de dollars pour la période allant de 2006 à 2010. L’objectif est d’améliorer la qualité et l’accessibilité de l’enseignement élémentaire pour les enfants africains.

46Le budget combiné du département d’État et de l’USAID pour l’aide au développement en Afrique sera de 7,1 milliards de dollars en 2008. Le gouvernement américain fournit de l’assistance dans quarante-sept pays, l’USAID opère une vingtaine de missions bilatérales et est au service de la diplomatie transformationnelle, c’est-à-dire une diplomatie qui se veut présente sur le terrain pour promouvoir le dialogue, la bonne gouvernance et la démocratie. Enfin, il est intéressant de mentionner qu’il existe de surcroît de nombreuses initiatives venant du monde du secteur privé (Gates Foundation, Clinton Foundation, etc.) qui d’ailleurs dans certains cas se font en coopération avec l’USAID.

4. Barnett et le Pentagon’s Map

47Il est indispensable, à partir de ce qui précède, de remettre la politique africaine des États-Unis dans le contexte de sa grande stratégie. Pour maintenir leur prédominance, les États-Unis veulent garantir la survie de leur modèle de mondialisation (libre-échange, démocratie, etc.). L’analyse de Thomas Barnett permet d’élucider cette politique. Barnett a développé le concept de Pentagon’s Map, divisant le monde en deux : le Functioning Core (Noyau) et le Non-Integrating Gap (Faille). Le Functioning Core est le cœur du monde : Russie, Inde, Europe, Amérique du Nord, Chine (région maritime), Japon, Australie, Afrique du Sud, Argentine, Brésil et Chili. Ces pays essaient de synchroniser les lois intérieures avec les règles émergentes de la démocratie, du libre-échange, de la sécurité collective, etc. Ce sont des pays, certes impossible à aligner parfaitement sur une ligne droite, mais qui vont dans la bonne direction de la globalisation. Le Functioning Core, qui comprend toutes les grandes puissances, devrait évoluer vers un système s’appuyant sur un système bismarckien, où les puissances tout en se tenant en équilibre, partageraient une série de normes et de règles.

48La Faille est composée des Caraïbes, la partie des Andes de l’Amérique du Sud, la majorité de l’Afrique, les Balkans, le Caucase, le Moyen-Orient, une partie de l’Asie du Sud-Est et la Chine intérieure. Toutes ces régions sont celles se caractérisant par des difficultés à entrer dans l’ère de la mondialisation, par des conflits endémiques, par des régimes autoritaires ou dictatoriaux, etc. De plus, plusieurs scénarios de guerre aux États-Unis ont montré que dans les vingt à trente années à venir, les régions de l’arc de crise, particulièrement l’Afrique sub-saharienne, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est, seront confrontées à des crises alimentaires, au stress hydraulique, à des inondations et à des vagues d’immigration qui demanderont des interventions militaires.

  • 93 Barnett, T., The Pentagon’s New Map, New York, G.P. Putman’s Sons, 2004, p. 43.
  • 94 Op. cit., p. 49.
  • 95 Kennely, D., « Q&A with…Thomas P. M. Barnett », in Doublethink, Summer 2003.

49D’une certaine manière, le monde se serait globalisé trop rapidement sans que certaines règles soient prédéfinies et sans que tout le monde puisse ou veuille en bénéficier93. Or être déconnecté de la mondialisation est en général synonyme pour la population d’oppression, de manque d’éducation, de censure, d’exclusion, etc. Pour les régimes en place, cela signifie contrôle de la population, enrichissement personnel et répression94. L’objectif est d’intégrer (to connect) les pays de la Faille (dans notre cas l’Afrique) au Noyau. Pour Barnett, une règle de base en matière de sécurité aujourd’hui est que la capacité d’un pays à susciter une réaction militaire américaine est inversement proportionnelle à sa capacité à s’intégrer à la mondialisation. D’ailleurs, c’est dans la région du Noyau que le Pentagone a fermé plus de 150 bases militaires avant d’en installer dans la région du Faille95. La présence américaine dans l’arc de crise dont fait partie l’Afrique se fera par conséquent de plus en plus pressante. L’armée américaine se concentrera principalement, à l’avenir, sur la nécessité d’avoir des postes d’opération avancés et des facilités d’accès dans certains pays de l’arc de crise. Washington s’est de la sorte installée ces dernières années à Djibouti et a à sa disposition de nombreuses bases avancées sur le continent.

  • 96 Huntington, S., « La superpuissance solitaire », in La Revue Internationale et Stratégique, été 199 (...)
  • 97 Chase, R., Hill, E.B., Kennedy, P., « Pivotal States and US Strategy », in Foreign Affairs, January (...)
  • 98 Brzezinski, Z., Le grand échiquier, L’Amérique et le reste du monde, Paris, Hachette, 1997, p. 68.
  • 99 Beinart, P., « Return of the Nixon Doctrine », in Time Magazine, January 15, 2007, p. 21.
  • 100 Cela renvoie à la Doctrine de Guam, ainsi qu’au principe du burden sharing (une économie des ressou (...)

50Si Washington entend maintenir sa position prédominante, elle doit se focaliser de la sorte sur un certain nombre de pays relais, capables de servir ses intérêts dans les différentes régions de par le monde afin de contrer les puissances émergentes. Washington essaie de s’attirer les faveurs des pays prometteurs tels que l’Éthiopie, l’Angola, l’Algérie, le Rwanda, l’Afrique du Sud ou demain la RDC96. Les États pivots sont donc des États devant à la fois freiner les avancées des puissances émergentes et à même d’influer sur la stabilité régionale97. La nouvelle sécurité internationale sera donc désormais assurée par des coopérations régionales, appuyées le cas échéant par des engagements américains sélectifs et proportionnés. Brzezinski avait bien résumé déjà en 1997, les desseins de la politique étrangère américaine : « Les trois grands impératifs stratégiques se résumeraient ainsi : éviter les collusions entre vassaux et les maintenir dans l’état de dépendance qui justifie leur sécurité ; cultiver la docilité des sujets protégés ; empêcher les barbares de former des alliances offensives »98. Mais pour P. Beinart : « Lorsque les États-Unis comptent sur d’autres pays pour accomplir une de leurs volontés, ces derniers finissent souvent par accomplir les leurs »99. Un réexamen continu des relations est nécessaire car aucune alliance est éternelle : toute relation est conjoncturelle. Il s’agit ainsi de réduire les engagements directs des États-Unis et de permettre à certains États d’émerger au sein de chacune des grandes régions100. Les questions régionales ne se réduisent toutefois pas à une question d’États pivots devant contrer et contrôler les puissances émergentes. Comme indiqué dans l’étude Global Strategic Asses–sment 2009 :

  • 101 Global Strategic Assessment 2009, America’s Security Role in a Changing World, Institute for Nation (...)

Le monde apparaît enserré dans une empoignade constante entre la géopolitique et la globalisation, entre la lutte classique entre la puissance des États pour la coopération ou la compétition, et les dynamiques émergentes dans lesquelles les effets positifs et néfastes de la globalisation prennent une plus grande importance. Les décideurs politiques devront trouver le meilleur équilibre entre ces forces traditionnelles et émergentes101.

  • 102 Gaddis, J.L., Surprise, Security and the American Experience, London, Harvard University Press, 200 (...)
  • 103 Haass, R., « The Case for Integration », in The National Interest, Fall 2005.
  • 104 Friedman, Th., The Lexus and the Olive Tree : Understanding Globalization New York, Farrar, Straus (...)
  • 105 Barber, B., Jihad vs. McWorld, New York, Times Books, 1995.

51Les États-Unis, pour maintenir leur prédominance, veulent également garantir la survie de leur modèle de mondialisation. Car comme l’observe encore J.L Gaddis : « Ce ne sont pas seulement les tours qui s’effondreront le matin du 11 septembre : mais également certaines de nos croyances les plus fondamentales concernant la sécurité internationale, nationale et personnelle »102. Elle est bien finie la politique de l’endiguement qui ne fait que maintenir un statu quo, lourd de conséquence, car propice aux forces voulant le chaos et dont le seul objectif serait de maintenir les « barbares », hors de la civilisation. Ici, il s’agit au contraire de rendre, selon les termes de Barnett, « la mondialisation mondiale » ou selon les mots de R. Haass « de promouvoir l’intégration »103 et d’éviter ainsi une trop grande accumulation de frustration de toute sorte se transformant à échéance en agressions contre le Noyau. Thomas Friedman rejoint Barnett en définissant la globalisation comme étant en partie un processus évolutif et dynamique comprenant « l’inexorable intégration des marchés, des États-nation et des technologies à un degré jamais connu auparavant »104. Pour Barber, il s’agit d’un affrontement entre tribalisme et mondialisation105. Il s’agit par conséquent d’une politique d’engagement et de présence dans la Faille et non seulement de défense de la forteresse et cela afin de réduire et si possible éliminer la Faille. Il s’agit dès lors d’une course contre le temps pour gagner le cœur et les esprits des populations avant que les chefs de guerre, mafias, dictateurs, tyrans, islamistes radicaux ne les manipulent et ne les transforment en chair à canon, eux-mêmes manipulés dans certains cas par certaines puissances.

  • 106 Remarks by the President to the Ghanaian Parliament, Accra International Conference Center, Accra, (...)

52L’intégration systémique mais également régionale, devrait par conséquent faciliter les interactions et réduire le fossé entre le Nord et le Sud, la mondialisation évoluant vers un modèle dit de « mondialisation plurielle ». Le discours du président Obama à Accra en 2009106, ne dit rien d’autre, quand il insiste sur deux aspects : la démocratisation et la bonne gouvernance et le renforcement des échanges économiques dans le cadre d’un partenariat responsable et respectueux de l’autre :

Ce partenariat doit être fondé sur une responsabilité et un respect mutuels ; le vrai signe du succès n’est pas d’être une source perpétuelle d’aide. Il s’agit d’être des partenaires dans la construction d’un changement qui transforme. Au xxie siècle, les institutions compétentes, sérieuses et transparentes sont les clés du succès – parlements forts, forces de police honnêtes, juges indépendants […] presse indépendante, secteur privé dynamique, société civile.

Figure 2 Vision américaine du monde

Figure 2 Vision américaine du monde
  • 107 Les concepts de Noyau, Soudure et Faille sont empruntés à Thomas P. Barnett dans l’article « The Pe (...)
  • 108 Barnett, T., « The Pentagon’s New Map », in Esquire, March 1, 2003.

53En résumé, l’objectif des États-Unis est d’éviter que soit remise en question l’organisation du système international dominé par eux-mêmes, la démarche étant la suivante : (a) Renforcer leurs capacités au sein du Noyau ; (b) Encourager les États de la Soudure (États pivots/ États clients), qui se doivent d’être stables, à protéger le Noyau des effets négatifs de la Faille (éviter que le Noyau soit attaqué principalement de manière asymétrique par la Faille) ainsi qu’à régler la question de la Faille ; (c) En cas d’échec, c’est le Noyau qui prend ses responsabilités soit en engageant les hostilités avec la Faille (hard power), soit en essayant de la transformer (soft power)107. L’objectif à long terme de cette stratégie est le maintien de l’ordre et d’intégrer économiquement et politiquement la Faille et la Soudure dans un ensemble homogène (shaping the world). Car comme le note encore Barnett « tant que nous n’aurons pas entrepris d’exporter systématiquement et à long terme notre sécurité vers la Faille, c’est elle qui, de plus en plus, exportera sa souffrance vers le Noyau sous forme de terrorisme et d’autres instabilités »108.

5. Conclusion

54Passée trop inaperçue ces dernières années, la politique américaine (et en particulier sous l’administration Bush) s’est fortement développée et cela à travers aussi bien les questions sécuritaires, économiques ou l’aide au développement. L’Afrique est en en conséquence en train de prendre de l’importance et la tendance ne risque pas de s’inverser à brève échéance. L’agenda américain peut être synthétisé en plusieurs points : éradiquer les cellules terroristes, exploiter les gisements pétroliers, garantir la sécurité des routes maritimes (Golfe d’Aden, Mer Rouge) et projeter la puissance américaine. Une présence américaine dans cette région devrait, enfin, encourager la démocratie, le libre échange ; elle s’inscrit dans la lutte contre les Weak States et a la volonté d’intégrer le continent dans la mondialisation.

Notes

1 Cf. parmi d’autres les théories d’Alfred Mahan et de Halford John Mackinder.

2 Les objectifs de l’armée américaine au travers de la sixième flotte et de l’OTAN sont l’instauration de la paix, du dialogue et de la coopération par la projection de la stabilité. Résumée par l’amiral Lopez par la formule « forward engagement throught forward presence », la stratégie de l’AFSOUTH vise à donner un plus grand rôle à la sixième flotte dans le cadre d’opérations hors-zone d’embargo, de peace support operations, la Bosnie et le Kosovo ayant constitué les premières expériences hors-zone. (Makki, S., « Projection de puissance des États-Unis dans le Sud : Caraïbes, Méditerranée, Grand Moyen-Orient », in Bédar, S., Ronaï, M., [sous la direction], « Nouvelle pratique des alliances », Le débat stratégique américain 1998-1999, in Cahier d’études Stratégiques, n° 25, Evreux, Book It, 1998, p. 83).

3 Les programmes International Military Education and Training (IMET) et Expanded IMET (E-IMET) du département d’État fournissent entrainement et formation du personnel civil et militaire.

4 Manuel de l’OTAN, Bruxelles, Bureau de l’information et de la presse, 2001, p. 100.

5 Par exemple les exercices African Lion.

6 Washington dispose déjà de facilités au Maroc, en Tunisie et en Mauritanie. Cette base est sous la responsabilité directe et exclusive des autorités algériennes et n’abrite qu’occasionnellement des forces américaines quand elles viennent donner des formations ou des avions de surveillance P-3 Orion.

7 Maxime Aït Kaki estime que « le rapprochement algéro-américain ne peut occulter la part de Realpolitik qui sous-entend l’action des deux acteurs : course au contrôle des ressources énergétiques pour l’un, réhabilitation internationale pour l’autre ». (Aït Kaki, M., « Lunes de miel algéro-américaines », in Politique étrangère, hiver, 2007, p. 166).

8 Koch, A., « US is now set to turn the focus on African security », in Jane’s Defense Weekly, 21 Arpil 2004.

9 Au mois de juin 2005 a eu lieu l’exercice Flintlock 2005. L’exercice réunira 700 forces spéciales américaines et 3 000 soldats algériens, maliens, nigérians, mauritaniens, sénégalais et tunisiens. Il sera répété en 2007 (Flintlock 2007).

10 Miles, D., « New Counterterrorism Initiative to Focus on Saharan Africa », American Forces Press Service Washington, May 16, 2005.

11 Pour plus de détails : http://www.africom.mil/tsctpEnFrancais.asp

12 Outre la lutte antiterroriste, il s’agit également pour les Américains de défendre leurs intérêts économiques (uranium, or, pétrole, etc.) dans la région en cas d’instabilité politique.

13 Sont concernés Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Soudan, la Somalie, le Kenya et le Yémen, la Tanzanie et l’Ouganda.

14 « Les États-Unis et le terrorisme dans la Corne de l’Afrique », in Washington File WF-ACTUALITES Digest, 7 Sep 2004 to 8 Sep 2004.

15 « Le développement et la démocratie sont les meilleures armes contre le terrorisme », 21 avril 2006 (http://usinfo.state.gov/fr/Archive/2006/Apr/21-347336.html)

16 « L’Érythrée s’associe pleinement à la lutte contre le terrorisme », l’ambassadeur d’Érythrée auprès des États-Unis, M. Girma Asmerom, déclarations devant le Club national de la Presse, 26 mai 2004. WF-ACTUALITES Digest, 27 May 2004 to 28 May 2004 (2004-103).

17 Phillips, J., « Somalia and Al Qaeda : Implications for the War on Terrorism », in The Heritage Foundation Backgrounder, n° 1526, April 5, 2002, p. 12.

18 L’Éthiopie a déjà des relations extrêmement tendues avec l’Érythrée, en particulier en raison de la détermination de la frontière entre les deux pays. Aussi les deux pays s’affrontent à travers leurs alliés-protégés en Somalie, l’Éthiopie soutenant le gouvernement somalien, l’Érythrée les tribunaux islamiques.

19 L’Éthiopie et la Somalie connaissent une relation tendue depuis de nombreuses décennies, qui s’est d’ailleurs caractérisée par plusieurs guerres dans les années soixante et septante. Aussi quand certains chefs des tribunaux islamiques annonceront la volonté de créer la grande Somalie, en incorporant des parties de l’Éthiopie, cette dernière sera sur ses gardes. Et ce d’autant plus que les tribunaux islamiques soutenaient des groupes d’opposition, tels que l’Ogaden National Liberation Front et l’Oromo Liberation Front (Pendergast, J. et Thomas-Jensen, C., « Blowing the Horn », in Foreign Affairs, vol. 86, n° 2, March/April, 2007).

20 Kaplan, R., Imperial grunts, The American military on the ground, Random House, New York, 2005.

21 Au Kenya, accord datant de 1980, les troupes américaines sont autorisées à utiliser le port de Mombasa et exploitent les terrains d’aviation d’Embakasi et de Nanyuki si nécessaire.

22 La visite du vice-président Joe Biden au Kenya en juin 2010 a confirmé l’importance de ce pays pour Washington dans l’Afrique de l’Est.

23 Pour l’anecdote, un des navires américains déployés sera à un certain moment le USS Mahan.

24 Cohen, S., Geography and Politics in a World Divided, London, Methuen, 1964 ; Geopolitics of World System, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2003.

25 La fermeture du détroit obligerait les navires à passer par le Cap de Bonne espérance.

26 Cf également le chapitre 5.

27 Bounajem, M., « Conjectures sur de nouvelles relations », in Arabies, décembre 2000, pp. 30-31.

28 L’île est louée aux Anglais.

29 Oraison, A., « Diego Garcia : enjeux de la présence américaine dans l’océan Indien », in Afrique contemporaine, automne 2003, p. 122.

30 Grenier, J.-C., « Pétrole et Gaz : nouvelle donne », in Jeune Afrique de l’intelligent, n° 2241-2242, 21 décembre 2003-4 janvier 2004, p. 131.

31 Cf. supra le chapitre sur la Chine.

32 La formation est donnée par cinquante militaires américains et trente de la société de sécurité privée MPRI.

33 Selon certaines sources la RDC aurait 35 à 40 % des réserves mondiales de cobalt, 60 % des réserves de coltan, et 10 % des réserves de cuivre, 30 % du diamant industriel et des réserves conséquentes en or, uranium, coltan et manganèse. Le pétrole de la RDC se trouve principalement dans la région des Grands Lacs et au Bas-Congo (Moanda).

34 Cité dans Chaponnière, J.-R., « Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. Évolution des analyses », in Afrique contemporaine, n° 228, 2008, p. 37.

35 Les États-Unis offriront en février 2006 une vedette de surveillance maritime à Sao Tomé et Principe pour mieux protéger ses eaux territoriales.

36 Les États-Unis auraient installé des radars sur l’île du Cap Vert afin de surveiller et de contrôler les voies maritimes.

37 Les États-Unis forment l’armée nigériane à défendre les installations pétrolières dans la région du Delta.

38 Opération Restore Hope (1992-1993).

39 Abramovici, P., « Activisme militaire de Washington en Afrique », in Le Monde Diplomatique, juillet 2004, p. 14.

40 Fisher-Thompson, J., « Un centre d’études stratégiques vise des liens de longue durée avec l’Afrique (Le directeur de l’ACSS souhaite s’écarter d’une politique axée sur la gestion des crises) », in Washington file (State Department), January 2007.

41 L’Afrique du Sud est partenaire avec l’État du New York, le Maroc avec l’Utah, le Ghana avec le Dakota du Nord et la Tunisie avec le Wyoming, le Nigéria avec la Californie, le Sénégal avec le Vermont, le Botswana et la Caroline du Nord.

42 Exposé au Sénat sur les partenariats militaires États-Unis-Afrique, (Déposition du commandant des forces américaines en Europe devant la commission sénatoriale des relations étrangères), Jim Fisher-Thompson Rédacteur du « Washington File », 11 octobre 2005.

43 La première mission a eu lieu fin d’avril 2007 lorsque le navire à grande vitesse Swift est parti à destination des Antilles et de l’Amérique centrale, en ayant à son bord des équipes qui devaient s’arrêter au Belize, au Guatemala, au Honduras, en Jamaïque, au Nicaragua, au Panama et en République dominicaine.

44 Crawley, V., « La marine des É.-U. prépare une mission de formation dans le golfe de Guinée », Washington File, 11 juin 2007.

45 Miles, D., « La mission du navire Fort McHenry va donner le ton pour l’AFRICOM », Service de presse des forces armées, 15 octobre 2007.

46 Pour une analyse plus approfondie sur le sujet lire Struye de Swielande, T., « Externalisation des fonctions régaliennes » dans Insécurités publiques, sécurité privée (sous la direction du professeur J.-J. Roche), Paris, Economica, 2005 ; « La privatisation de la sécurité au service de la politique étrangère américaine », in DSI, n° 31, novembre 2007 ; « Le bel avenir de la privatisation », in Sécurité Globale, n° 8, été 2009.

47 Le concept de sociétés de sécurité privées renvoie aux Private Security Companies (PSC) et aux Private Military Companies (PMC). Les premières, majoritaires, offrent des services de sécurité, allant de la maintenance et du gardiennage à l’entraînement des forces gouvernementales, en passant par la surveillance aérienne, le déminage, le conseil, la reconstruction des infrastructures militaires et la logistique. Les secondes sont constituées de compagnies capables d’offrir une participation militaire directe et de modifier le cours d’un conflit ou d’une crise politique par leur intervention.

48 De nombreux systèmes d’armes ou informatiques sont aujourd’hui conçus, entretenus et mis en œuvre par des civils.

49 Singer, P.W., « Peacekeepers, Inc », in Policy Review, juin-juillet, 2003.

50 « L’armée américaine fait de plus en plus appel au secteur privé », in Le Monde, 11 février 2003.

51 Silverstein, K., « Privatizing War », in The Nation, 28 juillet-4 août 1997.

52 Ibidem.

53 Shearer, D., « Private Armies and Military Intervention », in Adelphi Papers, International Institute for Strategic Studies, New York, Oxford University Press, n° 316, 1998.

54 Les activités opérationnelles qui ne sont en aucun cas externalisables.

55 Makki, S., « Réévaluation stratégique et transformations capacitaires des forces expéditionnaires américaines », in Le débat stratégique américain 2000-2001, Vers une ‘grande transformation stratégique américaine ?, in Cahier d’Études Stratégiques 31, (sous la dir. de S. Bédar), 2001, p. 60.

56 Cf. supra.

57 Une fois à pleine capacité, l’AFRICOM comprendra un staff de 1 300 personnes dont plus ou moins la moitié seront des civils.

58 United States Africa Command, 2009 Posture Statement, March 2009, p. 19.

59 Pour plus de détails lire, Ploch, L., Africa Command : U.S. Strategic Interests and the Role of the U.S. Military in Africa, CRS Report for Congress, May 16 2007.

60 United States Africa Command, 2009 Posture Statement, March 2009, p. 11.

61 Gates, R., « Transcript : US Defense Secretary Gates Warns Against Militarization of Foreign Policy », Stuttgart, GE, US AFRICOM Public Affairs, 17 July 2008.

62 National Defense Strategy, A Strategy for Today ; A Vision for Tomorrow, 2004, p. 6.

63 Sont concernés parmi d’autres le Botswana, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Mali, le Maroc, la Namibie, Sao Tome et Principe, le Sénégal, la Sierra Leone, la Tunisie, l’Ouganda et la Zambie.

64 Cité dans Burger, K., « U.S. Moves Towards More Flexible Global Basing », in Jane’s Defence Weekly, May 7, 2003, pp. 2-3.

65 Dans ce cadre-là, la marine américaine joue un rôle important. L’US Navy s’appuie dorénavant sur trois grands principes : 1) le Sea Basing renvoit aux bases en mer et aux forces expéditionnaires. Vu la vulnérabilité croissante des forces militaires basées à terre, la volonté est de déployer de plus en plus de forces en mer. Le fait en outre de prépositionner ainsi des forces et du matériel devrait permettre d’intervenir plus rapidement ; 2) le Sea Strike se définit par une projection précise et continue de la puissance de feu maritime. À cette fin, l’information, la surveillance et le renseignement sont indispensables. Ce qui sous-entend réseaucentrisme, drones et senseurs de toutes sortes afin de frapper précisément ; 3) le Sea Shield comprend pour sa part un bouclier de défense anti-aérienne, anti-missiles, anti-sous-marin, la défense du littoral, le déminage, etc. L’objectif n’est plus seulement de se défendre des menaces venant du théâtre d’opération, mais bien d’élever un bouclier en plusieurs paliers de défense stratégique, protégeant également les territoires américains (Admiral Vern Clark, « Sea Power 21 Projecting Decisive Joint Capabilities », in Proceedings, October 2002). Comme le déclare J.M. Robertson : « L’importance des forces navales à l’avenir requerra une aptitude croissante à combattre dans les eaux territoriales plutôt qu’en haute mer » (Robertson, M., « Alfred Mahan and the Geopolitics of Asia », in Comparative Strategy, 1996, p. 361). La nouveauté doctrinale consiste à « s’orienter vers un concept de forces navales expéditionnaires parfaitement organisées pour mener des opérations interarmées aux avant-postes, à partir de la mer » (Desjamets, A., « E-U : La nouvelle doctrine navale », in Défense Nationale, janvier 1993, p. 181).

66 The National Defense Strategy of the United States of America, Department of Defense, March 2005, p. 23.

67 Ibidem.

68 Ibidem, p. 24.

69 Statement of Douglas J. Feith, Under Secretary of Defense for Policy before the House Armed Services Committee, June 23, 2004.

70 Les militaires parlent de lily pads ou de warm bases.

71 Le repositionnement des forces militaires est accompagné d’un repositionnement diplomatique (à travers les concepts de diplomatie transformationnelle et du Diplomatic Readiness Initiative), comprenant un redéploiement de centaines de diplomates dans le monde, en particulier dans des régions instables.

72 L’accord porte sur les droits de propriété intellectuelle, les produits industriels et agricoles, les services, les douanes, l’emploi, l’environnement et les télécommunications. Il sera accompagné d’une assistance technique et d’une aide au développement.

73 Cf. infra.

74 Yahia H. Zoubir, « La politique étrangère américaine au Maghreb : constances et adaptations », in MERIA, vol. 1, n° 1, juillet 2006.

75 L’AGOA a été renouvelée en juillet 2004 (AGOA III), prorogeant le programme jusqu’en 2015 et en élargissant sa portée.

76 Pour plus de details lire Jones, V., « U.S. Trade and Investment Relationship with Sub-Saharan Africa : The African Growth and Opportunity Act », CRS Report for Congress, February 4, 2010, pp. 13-15.

77 Les États-Unis exporteront pour 18 milliards de dollars, ce qui équivaut à 1,6 % total de leurs exportations (1 070 milliards de dollars) et importeront 86 milliards de dollars, ce qui équivaut à 4,1 % de la totalité de leurs importations (2 090 milliards de dollars).

78 Pour tout le continent les échanges sont de plus de 140 milliards de dollars.

79 Perdrix, P., Ballon, S., « L’AGOA montre ses limites », in Jeune Afrique, 11 août 2009.

80 Le rôle de l’Export-Import Bank américain est bien plus réduit que le rôle joué par l’Eximbank chinois.

81 Jones, V., « U.S. Trade and Investment Relationship with Sub-Saharan Africa : The African Growth and Opportunity Act », CRS Report for Congress, February 4, 2010, p. i et pp. 20-23.

82 Jones, V., « U.S. Trade and Investment Relationship with Sub-Saharan Africa : The African Growth and Opportunity Act », CRS Report for Congress, February 4, 2010, p. 11.

83 Cité dans Mike Crawley, « With Mideast Uncertainty, US Turns to Africa for Oil », in Christian Science Monitor, 23 May 2003.

84 Le Golfe de Guinée comprend en général dix pays : le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin, le Nigéria, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon et Sao Tomé-et-Principe. Dans la région, il existe toutefois d’importants contentieux territoriaux. Une partie de la souveraineté sur la baie de Corisco par exemple est disputée entre le Gabon et la Guinée Equatoriale.

85 Copinschi, Ph., Noël, P. « L’Afrique dans la géopolitique mondiale du pétrole », in Afrique Comtemporaine, 2005-4 (n° 216).

86 Le Nigéria, membre de l’OPEP, a des réserves prouvées de pétrole de l’ordre de quarante milliards de barils et produit actuellement quelque 2,5 millions de barils de pétrole par jour.

87 L’Angola produit actuellement 1 million de barils par jour. Les réserves prouvées se situent entre cinq et neuf milliards de barils, elles devraient cependant s’accroître. Avec des investissements dans le secteur pétrolier de l’ordre de plusieurs milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, les États-Unis pèsent sur le présent et l’avenir de l’Angola. Malgré une constante diversification des partenaires dans le domaine pétrolier la part revenant aux compagnies américaines en Angola demeure largement majoritaire. (Vasconcelos, T., « Des relations tumultueuses », in Afrique, n° 162, mars 2003).

88 Les exportations pétrolières du Nigéria vont principalement vers les États-Unis et l’Asie pacifique (quasi pas vers l’UE). Les exportations pétrolières de l’Angola se dirigent principalement vers les États-Unis et la Chine.

89 La Côte d’Ivoire revendique à son voisin ghanéen une partie du gâteau sur un gisement pétrolier offshore situé à la frontière entre les deux pays.

90 On observe de nombreuses sociétés juniors sur le continent qui font de la prospection et se positionnent. Elles sont souvent montées par d’anciens membres de multinationales importantes et essaient de lever des fonds sur des marchés spéculatifs avant d’être rachetées par les grandes multinationales. Selon Hatem Karoui : « De petites et moyennes compagnies, pour qui l’accès au domaine minier convoité par les majors est financièrement hors d’atteinte, suivent des stratégies de niches à plusieurs niveaux, éventuellement combinables entre elles. Premièrement, suivant en cela l’exemple de la Mer du Nord, en relançant les activités d’exploration ou de production sur des champs marginaux ou dans une zone parvenue à maturité que les majors abandonnent. […] Deuxièmement, certains peuvent également chercher à intégrer les consortiums montés par les majors pour les projets importants ou les blocs les plus convoités. Cette politique est surtout suivie par les indépendants ayant l’ambition de devenir des « mini-majors » et dont l’objectif est de diversifier leurs actifs (en termes de réserves et de production). Troisièmement, solution plus risquée mais donc aussi potentiellement très rentable, les indépendants peuvent jouer les pionniers dans des zones encore vierges. L’offshore africain convient particulièrement bien au déploiement de ces stratégies d’investissement à risque, tant l’espace d’exploration est vaste (et donc matériellement impossible à couvrir par les seules majors) et les gouvernements locaux particulièrement bien disposés envers les investisseurs étrangers, notamment en matière fiscale. […] En cas de découverte commercialement rentable par une petite compagnie indépendante, les droits du gisement sont généralement revendus ou partagés avec de plus grandes sociétés disposant des capacités financières et techniques indispensables à son développement et à sa mise en exploitation ». (Hatem, K., « Les politiques pétrolières en Afrique face à l’enjeu d’une compétition internationale plus saine », in Ndjamena Matin, 9 septembre 2009).

91 Il n’y pas uniquement des réserves importantes dans le Lac Albert, mais également dans le Lac Kivu (gaz) entre la RDC et le Rwanda, le Lac Edward entre la RDC et l’Ouganda, et le Lac Tanganyika entre la RDC, la Tanzanie, le Burundi et la Zambie. C’est toute la région du Great Rift Valley.

92 En voyant ce qui se préparait contre l’Irak et ne voulant pas être le prochain sur la liste, Kadhafi invite les services de renseignements américains et britanniques à inspecter son arsenal NBC. Plusieurs visites auront lieu durant la seconde partie de l’année 2003 et aboutiront finalement à l’accord du 19 décembre 2003, dans lequel la Libye déclare officiellement l’abandon de son programme NBC. La Libye s’engage à : 1) supprimer tous les éléments de ses programmes d’armement chimique et nucléaire ; 2) signaler toutes ses activités dans le domaine nucléaire à l’Agence internationale de l’énergie atomique ; 3) supprimer les missiles balistiques d’une portée supérieure à 300 km et d’une capacité d’emport de 500 kg ; 4) accepter les inspections internationales destinées à garantir que la Libye se conforme au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et qu’elle signe le Protocole additionnel ; 5) détruire tous les stocks d’armes et de munitions chimiques et à adhérer à la Convention sur les armes chimiques ; 6) autoriser immédiatement des inspections et une surveillance destinées à vérifier l’exécution de tous ces engagements (Fiche analytique -La stratégie des E.-U. a incité la Libye à renoncer aux armes de destruction massive. WF-ACTUALITES Digest – 22 December 2003 to 23 December 2003). En janvier 2004, la Libye adhérera à la convention sur les armes chimiques et ratifiera le traité d’interdiction des essais nucléaires. Deux mois plus tard, la Libye signera le protocole additionnel aux garanties de l’AIEA. Un nouveau pas dans le rétablissement des relations bilatérales sera franchi le 23 mars 2004, avec la rencontre de W. Burns, sous-secrétaire d’État, avec Kadhafi. Deux ans plus tard, en mai 2006, les États-Unis rétabliront leurs relations diplomatiques totales avec la Libye (en promettant l’ouverture d’une ambassade). Le réchauffement des relations s’est confirmé en 2007 par la nomination du premier ambassadeur américain à Tripoli depuis trente-cinq ans. La Libye ne fait plus non plus partie de la liste américaine des pays soutenant le terrorisme.

93 Barnett, T., The Pentagon’s New Map, New York, G.P. Putman’s Sons, 2004, p. 43.

94 Op. cit., p. 49.

95 Kennely, D., « Q&A with…Thomas P. M. Barnett », in Doublethink, Summer 2003.

96 Huntington, S., « La superpuissance solitaire », in La Revue Internationale et Stratégique, été 1999, p. 26.

97 Chase, R., Hill, E.B., Kennedy, P., « Pivotal States and US Strategy », in Foreign Affairs, January/February, 1996, pp. 33-50.

98 Brzezinski, Z., Le grand échiquier, L’Amérique et le reste du monde, Paris, Hachette, 1997, p. 68.

99 Beinart, P., « Return of the Nixon Doctrine », in Time Magazine, January 15, 2007, p. 21.

100 Cela renvoie à la Doctrine de Guam, ainsi qu’au principe du burden sharing (une économie des ressources et des forces).

101 Global Strategic Assessment 2009, America’s Security Role in a Changing World, Institute for National Strategic Studies, National Defense University Press, Washington, D.C., 2009, p. iv.

102 Gaddis, J.L., Surprise, Security and the American Experience, London, Harvard University Press, 2004, p. 80.

103 Haass, R., « The Case for Integration », in The National Interest, Fall 2005.

104 Friedman, Th., The Lexus and the Olive Tree : Understanding Globalization New York, Farrar, Straus and Giroux, 1999.

105 Barber, B., Jihad vs. McWorld, New York, Times Books, 1995.

106 Remarks by the President to the Ghanaian Parliament, Accra International Conference Center, Accra, Ghana, The White House, Office of the Press Secretary, 11 July 2009.

107 Les concepts de Noyau, Soudure et Faille sont empruntés à Thomas P. Barnett dans l’article « The Pentagon’s New Map », in Esquire, 1 March 2003.

108 Barnett, T., « The Pentagon’s New Map », in Esquire, March 1, 2003.

Table des illustrations

Titre Figure 1 Carte des régions
Légende Source : United States Africa Command, 2009 Posture Statement, March 2009, p. 19.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 2 Vision américaine du monde
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search