Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Chapitre I. L’offensive chinoise

Texte intégral

  • 1 Zhou Enlai déclare en juin 1956 : « La Chine entreprend des coopérations économique et technique a (...)
  • 2 Référence à la théorie de Mao et des trois mondes.
  • 3 Alden, C., Alves, A.C., « History & Identity in the Construction of China’s Africa Policy », in Re (...)
  • 4 Op. cit., pp. 48-49.

1Contrairement à certaines idées reçues, la présence chinoise sur le continent africain ne date pas de hier. Elle remonte au xve siècle et s’est accentuée tout au long de la première partie de la Guerre froide pour se confirmer à la fin des années 1990. L’ouverture sur l’Afrique a commencé avec les expéditions de l’amiral Zheng He vers les côtes de l’Afrique de l’Est (Somalie et Kenya) entre 1405 et 1433. Ensuite, la Chine connaîtra un repli d’abord volontaire, la dynastie Ming ne pouvant plus financer d’expéditions maritimes. Confrontée ultérieurement à des divisions et conflits internes et à l’arrivée des Européens (Guerres de l’Opium de 1839-1842), ce n’est qu’à la conférence de Bandung en 1955 que Pékin fait un retour remarqué, Zhou Enlai, ministre des affaires étrangères, rencontrant plusieurs leaders du continent africain. L’approche chinoise y sera principalement idéologique : exportation du modèle chinois, lutte contre les autres superpuissances et promotion d’une politique du Tiers monde1, devant former une alternative aux deux blocs2, en s’appuyant sur les cinq principes de la coexistence pacifique3. Cette politique se traduira dans les faits au début des années 1960 à travers le soutien (armé) de certains mouvements anti-coloniaux au Congo, en Angola, au Mozambique et au Niger, mais également par des aides-projets (1960) et l’envoi d’équipes médicales (1963). L’apogée de cette politique viendra avec la visite de Zhou Enlai au continent de fin décembre 1963 à février 1964. Cette offensive de charme aura comme conséquence que de nombreux pays africains ayant obtenu leur indépendance, commenceront à reconnaître la RPC comme État et non plus la République de Chine4, établie à Taïwan. À cette époque, Zhou Enlai énonce huit principes qui guideront la politique chinoise en Afrique et qui comme le fait remarquer J.-R. Chaponnière,

  • 5 Chaponnière, J.-R., « Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. Évolution des analyses », in Afri (...)

régissent encore aujourd’hui l’aide chinoise, même si leur interprétation a changé au cours du temps : l’égalité entre les partenaires, les bénéfices mutuels, le respect de la souveraineté, l’utilisation de dons ou de prêts sans intérêt et l’allégement des charges, le renforcement du bénéficiaire, le respect des obligations, l’égalité de traitement entre exports chinois et locaux5.

  • 6 Mohan, G., Power, M., « New African Choices ? The Politics of Chinese Engagement », in Review of A (...)
  • 7 Chaponnière, J.-R., « Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. Évolution des analyses », op. cit (...)
  • 8 En 1970, vingt-deux pays des quarante-sept pays africains indépendants reconnaissent encore Taiwan (...)
  • 9 À l’exception de firmes telles que ZTE corporation, Huawei ou Holley Group, la majorité des sociét (...)
  • 10 Ramachandran, S., « India pushes people power in Africa », in Asia Times, 13 July 2007.
  • 11 Les exportations chinoises vers l’Afrique ont représenté 50,84 milliards de dollars (appareils éle (...)
  • 12 Les échanges économiques entre l’Afrique et la Chine étaient de 90,5 milliards de dollars en 2009 (...)

2Le symbole de cette solidarité sera la construction du chemin de fer entre la Tanzanie et la Zambie (1967-1975) par 15 000 ouvriers chinois6. Cela étant, l’assistance technique et économique restera assez limitée par rapport à l’Union soviétique et aux États-Unis. Durant cette période, la Chine nourrit toutefois également des intérêts économiques, puisqu’elle importe du continent cobalt et cuivre7. Fin des années 1960, début des années 1970, en raison d’une série de coups d’État « pro-occidentaux », certains pays africains se distancient de Pékin. Ce qui n’empêche pas Pékin de recouvrer le siège de la Chine à l’ONU en 19718, notamment grâce aux nombreuses voix africaines. La Chine adaptera toutefois sa politique afin de normaliser ses relations diplomatiques avec tous les pays africains, indépendamment de leur idéologie. La situation évoluera à nouveau à la suite des événements de Tienanmen de 1989. Isolée par l’Occident, la Chine cherche un soutien auprès des pays du Sud en général, et africains, en particulier. Entre juin 1989 et 1992, le ministre des affaires étrangères chinois Qian Qichen visitera pas moins de quatorze pays africains. Outre la recherche d’un soutien politique, l’Empire du Milieu envisage le continent progressivement comme un nouvel eldorado pour différentes matières premières. Aussi la politique chinoise connaîtra une transformation : si elle est principalement idéologique dans les années 1950 à 1970, depuis la fin des années 1980, elle devient plus pragmatique et inspirée économiquement. Quelques chiffres illustrent ces propos. En 2007, la Chine a plus de 900 projets et plus de 800 entreprises privées sur le continent (aujourd’hui elles seraient déjà plus de 2 000)9, 16 000 personnes dans le secteur médical, des milliers de bourses sont octroyées et des milliers de cadres africains formés10. En 2008, les échanges commerciaux11 entre la Chine et l’Afrique dépassent les 106 milliards de dollars12. Avec l’Angola par exemple, les échanges ont atteint plus de vingt-cinq milliards de dollars en 2008 et ceux avec l’Afrique du Sud (où résident plus de 300 000 chinois) sont passés de 800 millions de dollars en 1998 à onze milliards de dollars en 2007. La Chine est aujourd’hui le troisième partenaire commercial de l’Afrique après l’Union européenne et les États-Unis.

3Cette présence croissante sur le continent africain inquiète d’ailleurs les autres puissances, en particulier les États-Unis et l’Union européenne. Doit-on en effet se préoccuper de la présence chinoise sur le continent ? Quelles sont les conséquences pour l’Afrique ? La politique chinoise est-elle différente d’autres puissances ? Les activités commerciales de la Chine sont-elles dans l’intérêt des États africains ? La présence chinoise fait-elle partie d’un plus grand dessein dépassant l’Afrique ? Renforce-t-elle les mouvements des non-alignés ou la relation Sud-Sud ? C’est à ces questions que ce chapitre tentera de répondre.

4Si la politique de l’Empire du Milieu s’attache principalement au volet économique, elle est, comme nous l’analyserons, plus complexe et davantage nuancée, qu’il n’y paraît de prime abord.

1. Enjeux économiques

  • 13 Certains contrats ont ainsi été annulés au Nigéria et en Angola.

5Une observation liminaire s’impose ici. Souvent la Chine annonce la conclusion de contrats, mais certains d’entre eux restent sans suite, ce qui obère une analyse exacte et cohérente de la politique chinoise sur le continent13. Quant à l’aide au développement et aux autres aides, leurs chiffres varient continuellement.

1.1. Pétrole et gaz

  • 14 Si les importations de pétrole du continent africain correspondent à 30 % de l’ensemble des import (...)
  • 15 China National Offshore Oil Company (CNPC), China Petroleum and Chemical Corporation (SINOPEC), Ch (...)
  • 16 Sino Union Petroleum & Chemical International.
  • 17 La Chine s’engagera également à investir quatre milliards de dollars dans la raffinerie de Kaduna (...)
  • 18 L’Angola fournit 20 % du pétrole chinois. Cela étant, le secteur en Angola est toujours dominé par (...)
  • 19 Le pétrole est l’élément-clé de l’économie soudanaise, avec une production qui approche les 480 00 (...)
  • 20 Sous la pression internationale, Pékin a à partir de 2007 pris une position plus critique envers K (...)

6Dans les relations économiques avec le continent africain, le pétrole occupe une place prépondérante. La Chine devra importer plus ou moins 2/3 de son pétrole d’ici 2015. Un tiers du pétrole importé par la Chine vient aujourd’hui du continent africain14. Les grandes compagnies pétrolières CNPC, CNOOC et SINOPEC15 sont fortement représentées. Aussi est-il intéressant de mentionner une série de contrats, sans être exhaustif, qui ont été conclus ces dernières années pour percevoir l’étendue de la présence économique chinoise en matières de ressources énergétiques. En Algérie, le marché du gaz et du pétrole est dominé par Sonatrach en coopération avec des multinationales principalement occidentales, mais les compagnies chinoises sont présentes dans la prospection de nouveaux champs. En 2004, un accord est noué entre l’algérien Sonatrach et le groupe chinois CNPC. CNPC conclut début juin 2008 un contrat avec le Niger concernant les champs pétroliers d’Agadem et la construction d’une raffinerie, ainsi que d’un oléoduc de 2 000 km. SUNPEC16 est pour sa part présente au Madagascar. La Guinée équatoriale signe avec une filiale de CNOOC un contrat de partage de production pour un bloc en mer début 2006. La même année, CNOOC conclut un contrat pour acquérir 45 % du gisement offshore du champ d’Akpo pour 2,3 milliards de dollars au Nigéria17. À Nairobi, le Président chinois signe un accord en avril 2006 portant sur des licences pour l’entreprise CNOOC permettant la prospection du pétrole dans six blocs au large des côtes kenyanes. CNOOC s’intéresse également à l’Ouganda en voulant racheter des parts de l’anglais Tullow Oil et est en pourparlers avec le Nigéria pour acquérir 6 milliards de barils pour un montant atteignant les cinquante milliards de dollars tout en visant le marché prometteur ghanéen. SINOPEC est présent en Angola, dont un tiers du pétrole est destiné à la Chine18. Cette entreprise a conclu un accord avec le ministère des hydrocarbures gabonais en 2005, lui permettant d’exploiter des gisements offshore. Une partie des gisements du Soudan (principalement au Sud) sont exploités par un consortium dominé par les Chinois : GNPC. La Chine y a de surcroît construit un oléoduc de 1 500 kilomètres pour acheminer le pétrole du Sud du pays jusqu’au terminal portuaire de Marsa al-Bashair, au bord de la Mer Rouge. Pékin a investi plus ou moins trois milliards de dollars dans le bassin d’El Muglad. Depuis 1999, la Chine aurait, selon certaines sources, investi pour quinze milliards de dollars dans le pays. Khartoum fournit 7 % du pétrole que la Chine consomme19. En échange, Pékin vend des armes (en particulier des avions de chasse) au régime de Khartoum et le défend au Conseil de sécurité. En septembre 2004, la Chine n’hésitera pas de cette façon à brandir la menace du veto à toute initiative visant à imposer des sanctions au Soudan pour les massacres commis au Darfour20.

  • 21 Il semblerait que le Japon soit également intéressé par cette voie. Japan Port Consultants a été e (...)
  • 22 La majorité des réserves pétrolières sont dans le Sud (70 à 80 %). Aussi le référendum sur l’autod (...)
  • 23 « Soudan : le Kenya négocie la construction d’un port pétrolier avec la Chine », in AFP, 15 octobr (...)
  • 24 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications f (...)
  • 25 Downs, E., « The Fact and Fiction of Sino-African Energy Relations », in China Security, vol. 3, n (...)
  • 26 En 2007, la Chine absorbait un peu moins de 10 % de la consommation pétrolière mondiale et était d (...)

7Les compagnies chinoises ont également conclu des contrats avec le Congo-Brazzaville et la Namibie pour l’exploration offshore. La Chine espère encore raccorder les champs du Tchad avec l’oléoduc soudanais jusqu’au terminal de Port-Soudan, concurrençant ainsi l’oléoduc Tchad-Cameroun soutenu par Washington. En octobre 2009, une délégation kenyane s’est rendue en Chine pour discuter de la construction d’un port près de Lamu et d’une nouvelle voie d’exportation21, dont l’objectif serait d’exporter le pétrole du Sud-Soudan via ce port sans passer par la voie du Nord22 (via la Mer Rouge)23. La Banque chinoise de Développement s’est encore engagé en décembre 2009 à prêter quatre milliards de dollars à la compagnie nationale pétrolière ghanéenne pour payer les infrastructures du champ de Jubilee (estimé à 1,8 milliard de barils), découvert il y a peu. Prêt qui pourrait écarter ExxonMobil. Ce ne sont que quelques exemples de la présence croissante des sociétés chinoises en Afrique, qui se positionnent en particulier à l’Ouest et à l’Est. L’importance de l’enjeu pétrolier se traduit dans les chiffres. Dans la relation commerciale sino-africaine, 80 % des exportations africaines vers la Chine concernent le pétrole. Plus au moins 90 % du pétrole importé par la Chine vient de quatre pays : l’Angola (51 %), le Soudan (18 %), le Congo-Brazzaville (13 %) et la Guinée équatoriale (11 %), ensuite viennent loin derrière le Nigéria (3 %), le Gabon et le Tchad (1 %). L’Afrique est le second fournisseur de pétrole (26 % en 2007), après le Moyen-Orient (39 %). Et la Chine est la seconde destination du pétrole de l’Afrique subsaharienne, après les États-Unis, mais avant l’Union européenne24. Une remarque s’impose toutefois. Si les compagnies chinoises sont très actives depuis quelques années, leur part de marché par rapport aux sociétés nationales telles que Sonatrach, Libya’s National Oil Company et Nigerian National Petroleum Corporation ou occidentales telles que Chevron, Total ou PB, est encore assez réduite25. En outre, si la Chine importe des quantités importantes de pétrole du continent, elle importe bien moins que l’Europe ou les États-Unis. En 2007, Pékin importe 12 % du pétrole exporté par l’Afrique, alors que les États-Unis et l’Union européenne importent chacun plus de 30 %. La part chinoise devrait toutefois fortement croître dans les prochaines années26.

1.2. Minerais et autres

  • 27 Le groupe chinois Henan est chargé de moderniser la ville de Touba. Huawei est présente dans les t (...)
  • 28 À la suite de la crise économique, on observe de la part de la Chine un certain retrait du contine (...)
  • 29 Entre 30 à 40 %, des réserves mondiales connues de cobalt seraient en RDC.

8La Chine, au-delà du pétrole et dans une moindre mesure du gaz, manifeste un intérêt croissant pour les gisements miniers. À cet égard, le voyage début 2009 du président Hu Jintao dans des pays comme le Mali (or) et le Sénégal (mines de fer, phosphate)27 avait clairement un intérêt économique contrairement aux déclarations officielles chinoises. D’autres exemples l’attestent. La Chine est le premier importateur de cuivre et de cobalt venant de la RDC28. La Chine importe en effet 85 % de son cobalt de la RDC29. Désireux de contrôler toute la Copperbelt, l’Empire du Milieu est très présent également en Zambie. La société China Non-Ferrosus Metal Mining Group Corporation Limited a acquis la mine de cuivre de Chambeshi.

  • 30 Pour une analyse détaillée de la relation entre le Gabon et la Chine, lire Alves, A.C., « China an (...)
  • 31 Au Mozambique, il apparaît que la majorité du bois est exporté de manière illégale vers la Chine. (...)

9Elle consomme une grande partie 60 % du bois brut africain exporté vers l’Asie. Les compagnies forestières chinoises telles que Sicofor sont très présentes au Congo-Brazzaville. D’autres pays à partir desquels la Chine importe du bois sont entre autres le Gabon (écartant les sociétés françaises)30, la Guinée équatoriale, le Mozambique31 et le Cameroun. La Chine s’intéresse également à l’uranium du Niger (10 % de la production mondiale d’uranium) à travers la société China Nuclear International Uranium Corporation. Le développement de l’énergie nucléaire en Chine s’explique en raison de la demande énergétique croissante. Elle achète encore toutes les batteries usagées du Kenya pour en extraire le plomb. Depuis 2010, la Chine est le premier importateur de diamant angolais.

  • 32 Naidu, S., Mbazima, D., « China-African relations : A new impulse in a changing continental landsc (...)

10Au Gabon, des sociétés chinoises exploitent le minerai de fer (région de Bélinga). Selon un rapport de 2006 de la Deutsche Bank, le Gabon, l’Afrique du Sud et le Ghana font partie des cinq premiers fournisseurs chinois de manganèse et comptent pour 37 % de la totalité des importations de manganèse. L’Afrique du Sud, 4e fournisseur de minerai de fer,32 possèdent avec le Zimbabwe 90 % des réserves mondiales de chrome, ce qui n’a pas échappé non plus à la Chine. En novembre 2009, le Zimbabwe et la société China Sonangol (société chino-angolaise) ont conclu un accord d’un montant de huit milliards de dollars pour entre autres investir dans le raffinage de l’or et du platine, explorer des réserves potentielles de pétrole et de gaz. En octobre 2009, en pleine répression de la junte militaire guinéenne, le China International Fund (CIF), basé à Hong Kong, annonce sa volonté d’investir sept à neuf milliards de dollars dans le pays, riche en or et diamant, mais disposant surtout des plus grandes réserves mondiales de bauxite. Toujours en 2009, China Union conclura un contrat de 2,6 milliards de dollars avec le gouvernement libérien pour l’exploitation des mines Bong (minerais de fer).

11La Chine est toutefois confrontée à un problème d’importance : la majorité des gisements prolifiques sont entre les mains des sociétés occidentales. Il ne reste souvent que les seconds choix. Pour contourner cette difficulté, Pékin a trois possibilités : 1) veiller à ce que les pays africains renégocient les contrats déjà attribués en faveur des Chinois ; 2) obtenir la majorité des parts des sociétés minières africaines ; 3) racheter des entreprises occidentales pour pénétrer les marchés. Reprenons les trois scénarios à travers des exemples concrets (principalement de la RDC pour les deux premiers).

  • 33 Duteil, M., « La conquête de l’Afrique », in Le Point, 20-27 décembre 2007, p. 206.
  • 34 Lesquels appartenaient à Katanga Mining.
  • 35 « La Chine avance ses pions », in Afriquecentraleinfo, février 2008.

12Dans le premier cas, le groupe Forrest International, investisseur et employeur privé important en RDC conclut en février 2008 un accord de rétrocession à la société congolaise Gécamines (propriétaire du sous-sol congolais et partenaire obligé des sociétés occidentales)33 de deux gisements de minerai de cuivre34 de la province du Katanga (Machamba et Kikuluwe), qui ne devaient pas être exploités avant 2020. En échange, Katanga Mining (propriété à hauteur de 24,5 % du groupe Forrest) recevra, au plus tard en 2015, soit des gisements de cuivre et de cobalt soit un versement de 825 millions de dollars. L’exploitation des deux gisements en question est confiée à des entreprises chinoises, qui en échange s’engageront dans des travaux publics35.

  • 36 Il existe principalement trois sortes d’accords : les joint ventures, les accords de partage de pr (...)
  • 37 Vircoulon, T., « La Chine, nouvel acteur de la reconstruction congolaise », in Afrique contemporai (...)
  • 38 La majorité des sociétés chinoises de traitement présentes dans la province du Katanga sont dans l (...)
  • 39 Vircoulon, T., « La Chine, nouvel acteur de la reconstruction congolaise », op. cit., p. 114.

13Dans le second cas, des sociétés chinoises, telles que Anhua Mining Investment, Titan Mining ou Covec ont conclu des accords36 avec des sociétés locales congolaises, en particulier dans la région du Katanga37. Et si les Chinois ne peuvent être présents à la source (exploitation), ils sont actifs dans les étapes suivantes de la filière, le secteur du traitement ou de la transformation38, voire comme négociants, évinçant les intermédiaires39.

14Enfin, malgré la crise économique, les Chinois ont continué à racheter des parts des sociétés africaines : Minmetals a acquis 75 % de la compagnie sud-africaine Townlands (chrome). China Non-Ferrous Metal Mining a racheté 85 % de la compagnie zambienne Luanshya Copper Mines (cuivre) et dernièrement China Railway est devenue actionnaire à hauteur de 12,5 % d’African Minerals. Enfin, Chinalco a voulu racheter 15 à 49,75 % des parts du groupe anglo-australien Rio Tinto, mais sans succès. Cela n’a toutefois pas empêché les deux compagnies d’établir un partenariat pour le projet Simandou en Guinée (minerai de fer). Quant au géant chinois Baosteel, il a racheté 15 % de l’australien Aquila, lequel a des intérêts en Afrique.

  • 40 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications f (...)
  • 41 La Tanzanie est le troisième producteur d’or sur le continent, après l’Afrique du Sud et le Ghana.
  • 42 Tenke est pour 57,75 % dans les mains de Freeport, 24,75 dans le canadien Lundin Mining Corp. et 1 (...)
  • 43 Cf. infra.

15Au-delà du gaz et du pétrole, les ressources minières deviennent donc également une priorité pour la Chine. Si, en 2000, celle-ci n’importait que pour 286 millions de dollars en ressources minières, en 2006 on atteignait déjà 2,6 milliards de dollars. Les importations concernent principalement le diamant, le platine, le cuivre, le cobalt et le manganèse40. Même si la Chine a fait des pénétrations importantes sur le marché minier en Afrique, les sociétés américaines, canadiennes, européennes restent néanmoins majoritaires dans le secteur. Il faut également observer que l’Afrique du Sud à travers ses multinationales, telles que De Beers, BHP Billiton et Anglo American Plc est également très présente sur le marché des ressources minières. Dans le domaine de l’or, ce sont principalement des multinationales anglo-saxonnes et sud-africaines (Barrick Gold, Anglogold, Rangold, Newmont Mining, Iamgold, Nevsun Resources, African Metals Corps) qui dominent par exemple le marché malien ou tanzanien41. En RDC, Anglogold Ashnati et Randgold Resources ont annoncé leur volonté d’investir plus de 500 millions de dollars dans une concession dans la province orientale. Toujours en RDC, c’est Freeport, actionnaire principal (57,75 %) de Tenke Fungurume Mining (TFM)42,joint venture créée avec Gécamines (17,5 %) pour exploiter une concession de cuivre et de cobalt allant de Tenke à Fungurume, qui est le premier investisseur dans le pays43. Rio Tinto bien que principalement présente en Australie et en Amérique du Nord, opère également en Afrique (mine d’uranium de Rössing en Namibie, mines de cuivre en Afrique du Sud et mine de diamant au Zimbabwe).

  • 44 Tougas, D., « Canada in Africa : The Mining Superpower », in Pambazuka, November 20, 2008.

16En définitive, ce n’est pas la Chine mais bien l’Afrique du Sud (35 %) et le Canada qui dominent le secteur minier. Il faut en outre mentionner que les actifs sud-africains sont surtout concentrés dans le pays, alors que les entreprises canadiennes sont présentes dans près de trente-cinq pays. Présence qui représentait en 2007 des actifs de quatorze milliards de dollars devant atteindre 21 milliards en 2010 (moins de 250 millions de dollars en 1989). 90 % des investissements se concentrent principalement dans huit pays : Afrique du Sud (25,6 %), RDC (17,8 %), Madagascar (13,8 %), Zambie (9,9 %), Tanzanie (9,5 %), Ghana (6,5 %), Burkina Faso (4,7 %) et Mauritanie (3 %)44. Et les contrats conclus avec ces sociétés sont tout aussi désavantageux pour certains pays africains que ceux conclus avec les Chinois. D’ailleurs certaines sociétés canadiennes (mais elles ne sont pas les seules) ont déjà été épinglées dans des rapports de l’ONU ou d’ONG.

1.3. La sécurité alimentaire

  • 45 Selon le rapport Global Trends 2025, il y aura d’ici 2025, trente-six pays qui connaîtront un manq (...)
  • 46 Cité dans « Acheter des terres agricoles, un pari peu risqué et susceptible de rapporter gros », i (...)

17Corps L’Afrique devient également importante pour des raisons de sécurité alimentaire. Avec près de 20 % de la population mondiale, la Chine a moins de 10 % de terres arable sur son territoire, et est continuellement confrontée à un grave stress hydraulique45. Face à une (quasi)saturation en Europe et en Asie des terres cultivables, Pékin se tourne vers l’Amérique latine et surtout l’Afrique pour cultiver les terres non encore exploitées. Mark Twain, « conseillait déjà d’acheter de la terre, on n’en fabrique plus »46. Près de trente millions d’hectares en Afrique et en Asie sont cultivés aujourd’hui par des intérêts étrangers (saoudiens, sud-coréens, indien, chinois…).

  • 47 Cf. infra
  • 48 En Tanzanie, le chinois Chongqing Seed a acquis 300 hectares de terres pour cultiver du riz afin d (...)
  • 49 Braeckman, C., « Ces terres d’Afrique trop convoitées », in Le Soir, 29 décembre 2009.
  • 50 Rice-Oxley, M., « Razzia des pays riches sur les terres arables de l’Afrique », in Le Potentiel, 7 (...)

18Au dernier sommet du Forum on China-Africa Cooperation tenu en novembre 200947, Pékin s’engagera par exemple, à mettre en place des centres de technologies agricoles et à envoyer des ingénieurs agricoles. Le premier de ces centres verra le jour au Mozambique et neuf autres centres devraient suivre dans les prochaines années. Cette politique n’est pas sans arrière-pensée. En effet la Chine, face à ses manquements cherche au nom de l’aide au développement des alternatives. Aussi Pékin encourage fortement des investissements dans le domaine de l’agriculture, allant jusqu’à acheter ou louer des parcelles. En Mauritanie et au Sénégal, l’aide chinoise s’est notamment traduite par des fermes modèles (projets rizicoles). L’entreprise ZTE, principalement engagée dans le secteur des télécommunications, a investi dans l’agriculture au Soudan, en Éthiopie et dans d’autres pays du continent. Des entreprises chinoises négocient aussi avec des pays tels que la RDC, la Tanzanie48 et la Zambie. L’intérêt porté au secteur agricole ne concerne pas uniquement la sécurité alimentaire. En Zambie, la Chine négocie l’accès à deux millions d’hectares pour y cultiver du jatropha (une plante utilisée dans la production de biocarburants)49. Si, en théorie, il s’agit de la part des Chinois, à travers leurs initiatives, de faciliter un transfert de technologies et de connaissances vers les agriculteurs africains, il faudra voir si, sur le terrain, elles ne serviront pas avant tout les intérêts chinois50.

  • 51 Cros, M.-F., « Le nouvel ordre chinois en Afrique », in La Libre Belgique, 26 avril 2006.
  • 52 Pour plus de détails lire Idun-Arkhurst, I., « Ghana’s relations with China », SAIIA, South Africa (...)

19Enfin, Pékin décroche également des concessions de pêche : 50 % des bateaux de pêche enregistrés en Sierra Leone sont chinois51. Au Ghana, des sociétés chinoises ont fait des joint ventures avec des partenaires ghanéens dans ce domaine52.

1.4. Les infrastructures

  • 53 Près de 50 firmes chinoises auraient obtenu pour un total de vingt milliards de dollars de contrat (...)
  • 54 Il existe des tensions entre les autorités angolaises et chinoises en raison de la non-exécution d (...)
  • 55 Kiala, C., « Chinese Construction in Angola : CITIC and the Kilamba Kiaxi Housing Project », in Th (...)
  • 56 Cf. infra.
  • 57 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications f (...)
  • 58 Boungou Bazika, J.-C., Les relations économiques de la Chine avec la République du Congo, Centre d (...)
  • 59 Des sociétés chinoises et européennes participent à la construction du barrage de Merowe qui est f (...)
  • 60 Bates, G., Reilly, J., « The Tenuous Hold of China Inc. in Africa », in The Washington Quarterly, (...)
  • 61 Le projet du Grand Inga pourrait produire entre 40 000 et 45 000 Mégawatts et fournir de l’électri (...)

20Les Chinois ont mieux compris que quiconque que la faiblesse de l’Afrique réside dans ses infrastructures et que cela forme un frein au développement économique et social du continent. Aussi la Chine finance de grands projets routiers, ferroviaires, hydrauliques et de construction (stades, palais). Plus de trente-cinq pays sont concernés par ces projets. En Algérie, ce sont les entreprises chinoises qui construisent des immeubles de logement, l’aéroport Boumediene et qui sont en charge de la construction de deux sections sur trois du projet d’autoroutes Est-Ouest, dont le coût est estimé à 11 milliards de dollars53. Si, par le passé, la Chine a construit en RDC, le Palais du peuple, le stade des Martyrs et le pont Mobutu dans le port de Matadi, les sociétés chinoises sont de retour aujourd’hui. La société chinoise China Railway Engineering Company (CREC) est fortement présente à Kinshasa dans le cadre de la construction des routes (ex. Boulevard du 30 juin). Parmi d’autres projets routiers, la réfection de l’axe routier qui relie la capitale du Katanga à la Zambie et qui se prolonge vers l’Afrique du Sud et la Tanzanie est également construite par les Chinois, tout comme les routes Béni-Komanda et Béni-Kisangani. En Angola, la Chine finance la ligne ferroviaire de 1 300 km, qui relie l’Est à l’Ouest. Elle y construit l’aéroport de Luanda, des hôpitaux, des infrastructures électriques et de télécommunications54. Les firmes chinoises y bâtissent aussi depuis 2008 le projet Kilamba Kiaxi devant procurer un logement à 200 000 personnes pour un montant de 3,5 milliards de dollars55. La Chine aimerait également accéder en Angola aux facilités navales du pays, mais n’apparaît pas encore avoir pénétré ce marché. À travers le soutien du China International Fund56, les compagnies chinoises construisent et modernisent différentes voies ferrées, dont la voie Benguela-Zambie et la voie Moçamedes, reliant le port de Namibe aux riches provinces Huila (minerai de fer) et Cuando Cubango (cuivre et diamant)57. Au Mozambique, il s’agit entre autres de moderniser l’aéroport de Maputo. Sur l’île Maurice, les Chinois ont consenti un prêt à taux préférentiel de 260 millions de dollars pour l’extension de l’aéroport et le groupe Tianli construira un complexe industriel et des hôtels de luxe. À Brazzaville, de nombreuses routes, voies ferrées et immeubles sont bâtis par les entreprises chinoises. Les Chinois y ont lancé également le chantier hydroélectrique d’Imboulou dont le coût est estimé à près de 400 millions de dollars et celui des lignes THT attenantes (700 millions de dollars), repris la cimenterie de Loutété (SONOCO) et construit l’aérogare de Pointe Noire58. La centrale électrique de Kafue Gorge en Zambie et la construction du barrage de Merowe au Soudan59, de même60. Les sociétés chinoises (Sinohydro, Shandong) se sont d’ailleurs spécialisées dans le domaine des barrages participant à leur construction en Angola (barrage de Gangelas), entre le Togo et le Bénin (barrage d’Adjarala), au Congo Brazzaville (barrage d’Imboulou). Elles seraient intéressées par la participation à la modernisation du barrage d’Inga en RDC61. Menés à bien, ces projets devraient augmenter de 30 % la capacité hydraulique en Afrique subsaharienne.

21On observe à travers ces quelques exemples, une percée chinoise dans les secteurs des infrastructures et de la construction, et ce n’est pas fortuit. Nous verrons ultérieurement les raisons stratégiques des investissements chinois dans les infrastructures routières et ferroviaires, mais une autre raison de cette présence massive provient du prix avantageux. En raison du manque de multinationales africaines, les pays africains doivent majoritairement importer pour réaliser les projets de construction. Dans ce contexte, la Chine est intéressante :

  • 62 Chen, G., Goldstein, A., Chiu, P., Orr, R., An Empirical Analysis of Chinese construction firm’s e (...)

Bien que la qualité ne soit pas toujours satisfaisante, le prix est beaucoup moins élevé. Par exemple, pour un projet de trois ans, nous pouvons importer un bulldozer étranger, qui coûte 300 000 dollars et nous pouvons l’utiliser pendant dix ans. Si nous ne parvenons pas à obtenir le prochain projet, ce bulldozer reste inexploité avec une valeur résiduelle élevée. Par contre, bien qu’un bulldozer chinois ne puisse fonctionner que pendant trois ans, il est très bon marché (100 000 dollars) et complètement déprécié à la fin du projet62.

22D’autant plus que la technologie chinoise plus rudimentaire est plus adaptée au continent africain : la maintenance et les pièces de rechange sont moins chères.

1.5. Autres secteurs

  • 63 Pour une analyse plus détaillée des relations entre l’Éthiopie et la Chine, lire Thakur, M., « Bui (...)
  • 64 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chi (...)
  • 65 Braeckman, C., « Le Congo et ses amis chinois », in Le Monde Diplomatique, septembre 2009.
  • 66 Brown, J., « China’s phone firms help Africa go mobile », in Asia Times, 18 November 2009 ; Mthemb (...)

23Depuis peu, les entreprises chinoises investissent également dans quatre autres secteurs prometteurs : les télécoms, le secteur bancaire, les satellites de télécommunications et l’automobile. Concernant le premier secteur, des sociétés telles que Huawei Technologies, Alcatel-Lucent Shanghai Bell Ltd Co (ASB), Unicom et ZTE Corp. sont fortement présentes sur le continent et concurrencent les européens Vodafone et Orange, surtout présents en Afrique subsaharienne. ASB est active depuis une dizaine d’années sur le continent, principalement en Angola, au Ghana et au Nigéria. Huawei opère dans trente-deux bureaux allant du Caire à Johannesbourg, employant entre 1 500 à 2 000 africains et 1 000 chinois. ZTE, Huawei et China International Telecommunication Construction Corporation sont encore présentes en Éthiopie63 dans le cadre du projet du Millénaire pour la création d’une dorsale de transmission en fibre optique et l’extension progressive du réseau GSM64. ZTE et Huawei, encore elles, sont fortement présentes au Nigéria. En RDC, c’est également une société chinoise qui est chargée de tendre un câble à fibre optique traversant le pays de l’Ouest à l’Est65. Unicom veut pour sa part racheter le nigérian Nitel. Selon la Banque mondiale, la Chine aurait investi près de trois milliards de dollars dans le secteur de la télécommunication entre 2001 et 2007. Soutenus par des prêts de l’Eximbank, ces sociétés parviennent à réduire le prix par rapport à leurs concurrents de 30 à40 %66.

  • 67 Richer, Ph., L’offensive chinoise en Afrique, Paris, Karthala, 2008, pp. 119-120.

24Dans le secteur bancaire, la banque Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), est aujourd’hui actionnaire à hauteur de 20 % de la banque sud-africaine Standard Bank, qui est fortement ancrée sur le continent. Pour Philippe Richer, « ICBC détient désormais un nouveau canal d’intervention et une expertise locale qui lui faciliteront d’une part l’accès aux matières premières et d’autre part le développement d’activités bancaires (assurances, marché des actions, etc.) »67. En troisième lieu, il faut mentionner la coopération croissante entre la Chine et certains pays africains en matière aérospatiale. En 2007, la Chine a mis sur orbite un satellite nigérian (NIGCOMSAT-1). Enfin, le secteur automobile apparaît prometteur pour l’avenir : peu à peu des voitures chinoises font leur apparition sur les routes africaines.

1.6. Les contrats chinois

  • 68 Guérin, M., « Bailleurs émergents : où en est la Chine en Afrique ? », in Afrique contemporaine, 2 (...)
  • 69 Op. cit., p. 108.
  • 70 Les enjeux économiques sont plutôt complémentaires entre Chinois et Africains, étant donné que le (...)

25Depuis de nombreuses années, on dénonce la manière dont les contrats chinois sont établis. Qu’en est-il ? Qi Guoqiang chercheur à la Chinese Academy of International Trade and Economic Cooperation a établi la typologie suivante : dons, prêts sans intérêts, prêts à taux préférentiels, annulation des dettes68. Dans la pratique, il est très difficile de différencier ces divers moyens car la Chine conclut en général des package deals, qui comprennent le tout dans un même contrat69. Ce sont les fameux contrats « ressources pour infrastructures »70 ou contrats d’échanges (trocs). Il s’agit de contrats cadre entre le gouvernement chinois (à travers ses entreprises) et le pays concerné. Le processus est le suivant :

  • 71 Guérin, M., op. cit., 2008, p. 109.

Les fonds ne sont pas directement prêtés au gouvernement africain, mais le gouvernement chinois mandate une entreprise publique chinoise de construction recevant généralement le soutien de l’Eximbank pour réaliser des projets d’infrastructures avec l’accord du gouvernement africain concerné. Ensuite, en contrepartie de la provision de ces infrastructures, le gouvernement africain accorde à des entreprises chinoises (privées la plupart du temps) le droit d’extraire des ressources naturelles (pétrole, minerais, etc.) à travers l’acquisition de parts dans une entreprise nationale ou de licences. Le package deal s’accompagne aussi de dons consacrés à la construction d’écoles, d’hôpitaux ou de bâtiments de prestige (palais présidentiels ou stades de foot) par des entreprises chinoises71.

  • 72 Prêts non assortis des conditions traditionnellement exigées par les banques commerciales et autre (...)
  • 73 Brautigam, D., « China’s African Aid, Transatlantic Challenges », International Development Progra (...)
  • 74 Une majorité des prêts importants de l’Eximbank se concentre sur quelques pays (Angola, Mozambique (...)
  • 75 Fin 2009, les biens d’Eximbank étaient estimés à près de 140 milliards de dollars, dont près de 90 (...)
  • 76 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications f (...)
  • 77 Zongwe, D.P., « Ore for infrastructure : The Contractual Form of Economic Complementarities Betwee (...)
  • 78 Cité dans Lee, P., « China has a Congo copper headache », in Asia Times, March 11, 2010.

26Revenons sur quelques-unes de ces démarches de façon plus approfondie. Avant tout, la Chine opère des prêts concessionnels via l’Eximbank72 : « Le programme des prêts concessionnels réunit des fonds pour ces prêts sur les marchés financiers intérieurs et étrangers, à l’instar de la banque mondiale pour ses prêts IBRD. Les taux d’intérêts des prêts concessionnels de l’aide étrangère sont officiellement subsidiés par le gouvernement à travers le budget de l’aide au développement »73. S’agissant de prêts concessionnels, les intérêts varient en général entre 1 et 3 %. En septembre 2006, l’Eximbank avait près de 260 projets dans 36 pays africains74, dont 80 % dans le secteur des infrastructures75. Selon l’ouvrage Africa’s Silk Road : China and India’s New Economic Frontier, publié en 2007 par la Banque Mondiale, l’Eximbank a octroyé ces dernières années des prêts atteignant un montant de plus de douze milliards de dollars dans le développement des infrastructures. Les travaux sont exécutés majoritairement par des sociétés chinoises payées en matières premières76. Il n’y a donc pas de transfert d’argent ce qui en théorie réduit toute possibilité de corruption77. Car comme le disent les Congolais : « On ne peut mettre une autoroute dans un compte bancaire suisse »78. Le fait de conclure ce genre de contrat permet une centralisation de l’effort et un plus grand contrôle sur l’exécution du contrat, ce qui en général manque au niveau occidental, où il y a trop peu de coordination et de communication entre les acteurs publics et privés.

27Comme l’observe à juste titre S. Marysse et S. Geenen :

  • 79 Marysse, S., Geenen, S., « Les contrats chinois en RDC : l’impérialisme rouge en marche ? », in L’ (...)

Le point fort de l’engagement des Chinois à l’opposé de la présence actuelle de l’Occident ou du Japon est qu’ils ne connaissent pas les problèmes de coordination entre États et entreprises privées. Les sphères du marché, de la finance et de la politique étrangère sont liées, coordonnées et sous le contrôle de l’État. Le grand avantage est qu’ils peuvent prendre des décisions à long terme sans se soucier du profit à court terme ou des cours des valeurs boursières79.

  • 80 Bates, G., Reilly, J., « The Tenuous Hold of China Inc. in Africa », in The Washington Quarterly, (...)
  • 81 L’approche rationnelle sous-entend qu’il est possible de parvenir en tout temps à une décision qui (...)

28Si, dans la majorité des cas, la situation est bien telle, des tensions existent néanmoins entre le gouvernement et les entreprises, les deux n’ayant pas toujours les mêmes intérêts. Il est également important de mentionner que les entreprises chinoises agissent partiellement de manière autonome et sont dès lors en compétition avec d’autres compagnies pour obtenir des parts de marché. « La Chine » forme de moins en moins un acteur unique, homogène, les intérêts privés et publics étant parfois en contradiction et les enjeux dépassant le contrôle de l’État. Il serait donc dangereux d’y voir une politique uniquement coordonnée par le pouvoir80. Croire qu’au sein de la Chine, les décisions se font sur la base du modèle rationnel81 est une illusion.

29Dans le secteur des ressources énergétiques, l’organe décisionnel principal est par exemple le National Development and Reform Commission (NDRC) (situé au sein du Conseil des Affaires d’État). C’est lui qui détermine les grandes lignes de la stratégie chinoise. Au sein du NDRC a été créé en 2003, un Bureau de l’énergie, chargé de rédiger les directives de la politique énergétique. Parallèlement quatre ministères ont également voix au chapitre : le ministère du sol et des ressources, le ministère des finances, le ministère des affaires étrangères et le ministère du commerce. Les deux derniers sont prépondérants.

30Au sein du ministère du commerce, quatre départements jouent un rôle déterminant : le département des affaires asiatiques et africaines (qui fournit des conseils politiques aux décideurs et des informations en rapport avec le marché africain aux investisseurs chinois), le département pour la coopération économique étrangère (qui régule les compagnies chinoises présentes à l’étranger et les obligent à s’enregistrer), le département de l’aide à l’étranger (qui détermine les programmes d’aide à l’étranger) et enfin les bureaux des conseillers économiques attachés aux ambassades. Le ministère des affaires étrangères prodigue un soutien politique aux entreprises chinoises pour obtenir des contrats et projets et les conseille à propos des risques potentiels. L’ensemble de ces acteurs développent une approche particulière, ce qui rend toute politique cohérente malaisée. Afin d’y remédier, le Energy Leading Group est créé en 2005. Il est composé de différents ministres avec à sa tête le premier ministre, mais des conflits bureaucratiques demeurent encore.

  • 82 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications f (...)

31Au-delà de ces acteurs du pouvoir central, il ne faut pas oublier le rôle des gouvernements locaux et provinciaux promouvant leurs compagnies, ainsi que les multinationales elles-mêmes82. Si, à l’origine, la majeure partie des sociétés chinoises sur le continent étaient des sociétés étatiques telles que China Overseas Engineering Corporation, China Roads and Bridges Corporation ou China Railway Construction Corporation, on observe la présence de nombreuses sociétés privées, n’agissant pas nécessairement en coordination avec les entreprises publiques ou Pékin. Aussi Pékin risque tôt ou tard d’être confronté au problème suivant :

  • 83 Cité dans Mohan, G., Power, M., « New African Choices ? The Politics of Chinese Engagement », in R (...)

Au fur et à mesure que le phénomène s’accentuera, le gouvernement chinois sera probablement davantage paralysé en raison des tensions croissantes et des contradictions entre les intérêts et objectifs des principaux acteurs gouvernementaux les bureaucraties basées à Pékin, ayant la tâche de promouvoir les intérêts nationaux d’ensemble de la Chine et les objectifs et intérêts d’agents publics les entreprises et hommes d’affaires opérant sur le sol africain83.

  • 84 C’est un accord qui se bouclera en deux phases. La première phase allait de décembre 2004 à 2007 e (...)
  • 85 Entre 2004 et 2009, la Chine aurait octroyé au total entre treize et dix-neuf milliards de dollars (...)
  • 86 Un accord similaire a été conclu avec Banco do Brasil.
  • 87 Breslin, S., Taylor, I., « Explaining the Rise of ‘Human Rights’ in Analysis of Sino-African Relat (...)

32Cela étant, il est important de revenir sur quelques exemples de contrats « ressources pour infrastructures », dont ceux avec l’Angola, le Gabon, le Zimbabwe, mais surtout celui conclu avec la RDC, qui a fait couler beaucoup d’encre. En mars 2004, l’Eximbank octroie un prêt à l’Angola pour la reconstruction des infrastructures84 contre une quantité déterminée de barils de pétrole. L’accord initial (puisque d’autres ont suivi)85 consistait en un prêt de deux milliards de dollars (1,5 % d’intérêt, remboursable sur dix-sept ans et exonération des cinq premières années de tout intérêt), remboursé en équivalence de pétrole (10 000 barils de pétrole par jour). Cet accord est aujourd’hui connu sous le nom d’« Angola mode », en raison du nombre de contrats semblables conclus avec d’autres pays. Si des critiques ont été émises à l’égard de la Chine, il ne faudrait pas oublier que la même année, Standard Chartered, soutenu par un consortium de banques européennes (dont Barclays et Royal Bank of Scotland)86, a consenti un prêt de 2,35 milliards de dollars à Sonangol, le remboursement sur cinq ans étant garanti par la production de pétrole à venir87.

  • 88 L’accord conclu en 2007 devrait être renégocié partiellement, l’État gabonais voulant une plus gra (...)
  • 89 Le consortium Comibel (Compagnie minière de Belinga) est composé de l’État gabonais et de deux soc (...)
  • 90 « Zim, China sign US$ 8 billion investment deals », 19 November 2009.
  • 91 Pour M.-F. Cros : « Le contenu de l’accord avait soulevé une série de protestations chez les Occid (...)
  • 92 « La Chine avance ses pions », in Afriquecentraleinfo, février 2008.

33Au Gabon un accord est conclu en 2007 entre l’Eximbank et le gouvernement pour un prêt de quelques milliards de dollars88, remboursable en minerai de fer venant de concessions de la région Bélinga, exploitées par Comibel89. En juillet 2009, le Zimbabwe et la Chine signent un accord sur un prêt de cinq milliards de dollars pour le programme zimbabwéen Term Emergency Recovery Programme. L’Eximbank prêtera cinq milliards de dollars en échange d’une équivalence en platine90. Mais le contrat qui est le plus critiqué et qui a alarmé la communauté internationale est celui entre la RDC et la Chine91. Ce qui inquiète la Banque mondiale et le FMI est le protocole signé en septembre 2008 entre la RDC, portant sur un prêt de neuf milliards de dollars pour la réalisation de travaux d’infrastructures et la relance de l’exploitation minière, remboursable en titres miniers92. Afin de mieux comprendre les enjeux et la démarche chinoise, nous avons reproduit en annexe certaines parties du contrat.

  • 93 Le consortium chinois sera rejoint par le China Metallurgical Group en juillet 2008, qui deviendra (...)
  • 94 Cros, M.-F., « Le contrat Chine-Kinshasa sera-t-il renégocié ? », in La Libre Belgique, 13 février (...)

34Le contrat entre la RDC et un groupement d’entreprises chinoises (China Railway Group Limited et Sinohydro Corporation) comprend concrètement l’engagement de la Chine de construire à peu près 3 500 km de routes et 3 500 km de voies ferrées, des voiries à Kinshasa, la construction de 5 000 logements, 31 hôpitaux et 145 centres de santé et cela pour un montant de six milliards de dollars, remboursable en matières premières (huit millions de tonnes de cuivre, deux cent mille tonnes de cobalt et 372 tonnes d’or) à travers la constitution d’une joint-venture, Sicomines93 (développement des mines de Mashamba West et Dikuluwe au Katanga). Le contrat comprend toutefois encore une autre partie d’une valeur de trois milliards de dollars liée à la modernisation des infrastructures minières dont seront issues les matières premières en question. En théorie, il s’agit donc d’un contrat de neuf milliards de dollars remboursables en équivalence en matières premières. Une clause du contrat prévoit en outre qu’en cas de baisse importante des cours de matières premières, la RDC assurera le paiement du manque à gagner chinois (art. 10.3)94. Ce qui inquiète les institutions internationales car selon ces dernières, cela ne fera qu’accroître la dette du pays. L’arrivée des Chinois pose également un problème de concurrence déloyale. Ces derniers ne sont pas liés au code minier, ce qui les avantage aussi bien sur le terrain que dans le cadre de la conclusion des contrats. Un troisième problème s’est posé au moment des négociations du contrat : les négociateurs congolais ne se sont pas entourés d’experts. Dès lors, il n’y a eu aucune évaluation préalable et le contrat apparaît par conséquent plus que léonin. Or comme il s’agit d’un troc, il est difficile de l’évaluer en termes monétaires (en raison de la fluctuation des prix des matières premières). En s’appuyant sur l’étude de 2008 de Marysse et Geenen, on obtient, en effet, des chiffres inquiétants :

  • 95 Marysse, S., Geenen, S., « Les contrats chinois en RDC : l’impérialisme rouge en marche ? », in L’ (...)

Si j’évalue cette production de cuivre au prix du cuivre aujourd’hui, qui est de 7 000 dollars la tonne, j’arrive à la somme de 56 milliards de dollars, le contrat prévoit en outre la livraison de 372 tonnes d’or ; au prix actuel on arrive à la somme de 8, 853 milliards de dollars. Pour le cobalt, même si on prend le prix le plus bas au London Metal Exchange, les 202,3 mille tonnes valent 6,1 milliards de dollars95.

35La RDC devrait donc rembourser quatre à cinq fois la mise de départ. Même si les prix fluctueront encore les prochaines années et que des coûts d’exploitation pourraient s’ajouter, il apparaît évident que le coût pour la RDC sera très élevé. Face à cette réalité, le contrat chinois a été renégocié sous pression occidentale. Mi-août 2009, le FMI a annoncé un préaccord avec la RDC concernant l’allègement de sa dette (confirmé en décembre), et cela après de nombreux mois de négociation, l’objectif étant la révision du contrat avec la Chine, en particulier la clause par laquelle la RDC se portait garant, augmentant implicitement la dette congolaise de plusieurs milliards, la crise financière de 2008 rendant évidemment ce scénario possible. Toutefois, pour l’ambassadeur de Chine à Kinshasa, Shi Shu Xinhua :

  • 96 Braeckman, C., « Congo Kinshasa vit à l’heure chinoise », in Le Soir, 11 janvier 2010.

Les montants que nous prêtons sont garantis par la teneur des gisements miniers et, ayant réalisé des études préalables, nous connaissons leurs potentiels. La garantie de l’État n’était qu’une exigence de principe, mais pour que la boucle soit bouclée, nous ne pouvions pas céder. Et le Congo ne voulait évidemment pas renoncer aux travaux d’infrastructures. À cause des exigences du FMI, tout a été bloqué, l’effacement de la dette du Congo a été retardé d’un an et demi. Finalement nous avons trouvé un compromis où la garantie de l’État ne portera que sur les travaux actuels, pas sur la partie minière96.

  • 97 Nous n’avons malheureusement pas pu mettre la main sur le nouveau contrat conclu entre les parties (...)
  • 98 Lee, P., « China has a Congo copper headache », in Asia Times, March 11, 2010.
  • 99 Ibidem.
  • 100 Ibidem.

36En d’autres termes, il existerait toujours une garantie étatique sous une forme quelconque. Dans le nouveau contrat, la valeur de ce dernier a encore été ramené à six milliards, la seconde phase du développement des infrastructures (trois milliards) a été selon certains annulée, pour d’autres seulement suspendue97. Toutefois, il apparaît, selon Peter Lee, que les conditions de l’accord n’ont pas changé. En d’autres termes, cela sous-entendrait que les bénéfices des infrastructures pour la RDC seraient réduits de 50 %, que les obligations chinoises seraient réduites de 33 %, sans que les bénéfices pour la Chine soient corrigés98. Si cela se confirme, cela sous-entendrait une situation encore plus précaire pour la RDC. Si le FMI a dénoncé l’accord chinois, peu de personnes se sont intéressées à l’accord concernant les mines de cuivre de Tenke Fungurume conclu en 2005 et qui concerne la société américaine Freeport. Or cet accord, bien qu’il n’a pas été remis en question par la procédure de revisitation, en raison de la légalité du contrat, a été selon la Commission économie et finance de l’Assemblée nationale congolaise très mal négocié et des revenus importants pour l’État congolais vont lui échapper dans les prochaines années99. En 2005 le pas de porte était ramené à cinquante millions de dollars au lieu de 250 millions de dollars et la part de Gécamines dans le projet passait de 45 à 17,5 %, ce qui sur le long terme pourrait entraîner, selon Peter Lee, une perte de revenus de trente milliards de dollars100.

  • 101 Brautigam, D., « China’s African Aid, Transatlantic Challenges », International Development Progra (...)

37Un autre instrument financier auquel fait appel la Chine pour renforcer sa position est le Fonds de développement sino-africain, lancé en avril 2007, contrôlé par la China Development Bank et qui devrait être doté dans les années à venir de cinq milliards de dollars. Ce fonds est ouvert aux sociétés chinoises et leurs partenaires étrangers. L’objectif est double : soutenir les entreprises chinoises dans leurs développement, investissements et activités commerciales avec l’Afrique et soutenir également les secteurs agricole, énergétique et manufacturier. Il donnera ainsi l’occasion aux entrepreneurs africains de coopérer avec des entrepreneurs chinois101. À ce propos, les associations entre des petites ou moyennes sociétés chinoises et africaines est une politique de plus en plus fréquente. Cela permet d’une part de renforcer la position de ces nouvelles sociétés sur le marché international, tout en facilitant souvent le transfert de technologies vers l’Afrique.

  • 102 Lire pour plus de détails Vines, A., Wong, L., Weimer, M., et Campos, I., « Thirst for African Oil (...)

38Mentionnons encore au niveau des moyens financiers la China Construction Bank (CCB), société étatique fournissant des services financiers afin de stimuler les investissements avec le continent et le China International Fund (CIF), fonds privé établi à Hong Kong en 2003 et qui a été fondé afin de faciliter l’octroi de lignes de crédit pour financer des projets à l’origine principalement en Angola. Ce fonds a toutefois une mauvaise réputation et le lien avec le gouvernement chinois est plutôt flou102. Il faut encore remarquer que les sociétés chinoises sont très compétitives puisqu’elles obtiennent de nombreux contrats émis par des institutions internationales comme la Banque mondiale (10 à 20 % des marchés de construction d’infrastructures) et la Banque Africaine de Développement. Le 21 mai 2007, un Memorandum of Understanding a d’ailleurs été conclu entre l’Eximbank et la Banque mondiale pour accroître la coopération entre les deux organismes. Un an plus tard, un accord similaire était conclu avec la Banque Africaine de Développement. Pour Mbaye Cisse,

  • 103 Cissé, M., « L’affirmation d’une stratégie de puissance : la politique africaine de la Chine », CI (...)

la politique d’investissement mise en place par Pékin n’est pas du tout neutre. Elle vise à créer les conditions d’expansion et d’exportation des firmes chinoises sur le continent africain […] L’appel d’offre pour la réalisation de ses marchés est souvent favorable aux entreprises chinoises soumissionnaires en raison de leur capacité à importer la main d’œuvre de leur pays. […] La boucle est bouclée, car Pékin retrouve indirectement une partie de sa mise initiale à travers ses entreprises de Bâtiment et Travaux Publics (BTP), se fait rembourser son prêt par les États débiteurs tout en donnant du travail à ses ressortissants103.

  • 104 Pour une analyse approfondie, lire l’étude de l’université de Stellenbosch intitulée China’s Inter (...)
  • 105 Pour Jing Gu, « là où les sociétés occidentales voient un risque, les entrepreneurs chinois y voie (...)

39Certains contrats sont obtenus de cette manière. Ils sont à perte par les sociétés chinoises mais ils leur permettent d’obtenir des parts de marché et de s’implanter dans un pays pour tenter de rayonner ensuite dans les pays limitrophes. Il s’agit à court terme non de faire des bénéfices mais de se positionner sur les différents marchés104. Il faut de surcroît reconnaître que de nombreux Chinois ne sont pas rebutés par le risque et relancent des sociétés africaines qui étaient en faillite. L’approche des entreprises chinoises diffère en cela des entreprises occidentales. D’autant plus que les sociétés privées visent la rentabilité à court terme105, ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les sociétés chinoises, souvent soutenues par leur gouvernement ou d’autres entités. Si les sociétés chinoises sont plus compétitives en raison de leur accès au capital financier et d’un coût de main-d’œuvre moins élevé, elles sont également souvent mieux organisées, s’adaptent plus rapidement, corrigent plus facilement le tir, n’hésitent pas à travailler dans des conditions difficiles et exécutent leurs contrats dans les délais. Et si les sociétés européennes ont encore un avantage dans certains domaines de pointe, là aussi l’écart se réduit.

40Enfin, la Chine a annulé la dette de trente et un États depuis 2000 (plus de trois milliards de dollars). Quant aux dons, dont le ministère du commerce est principalement responsable, ils seraient passés de 44 millions en 2005 à 88 millions de dollars en 2009. Il faut aussi observer que la Chine accorde de nombreux prêts sans intérêts, qui ensuite ne sont en général pas remboursés.

  • 106 La Chine ne publie aucun chiffre à ce sujet, en particulier en ce qui concerne les dons. Par contr (...)

41Cela étant, il faut rappeler qu’il est quasi impossible de déterminer quelle part de l’engagement chinois correspond à l’APD106, selon la définition de l’OCDE, par laquelle on comprend les dons et les prêts préférentiels, car les contrats sont des package deals. Comme l’explique d’ailleurs Xu Weizhong, Directeur du China Institutes of Contemporary International Relations (CICIR) :

  • 107 Weizhong, X., « Aide de la Chine à l’Afrique et ses nouveaux défis », intervention lors du séminai (...)

Différente des pays occidentaux qui séparent l’aide officielle de la coopération économique, la Chine ne distingue pas vraiment l’aide à l’étranger et la coopération économique. Ceci provient de la compréhension du concept de l’aide de la Chine : pour la Chine, l’Afrique n’est pas seulement un continent bénéficiaire, mais aussi un continent où existe l’occasion de l’économie chinoise. Ce concept diffère de celui des pays occidentaux qui considèrent l’Afrique comme un fardeau économique de la communauté internationale et un continent bénéficiaire de l’aide internationale. En même temps, la Chine estime que ‘mieux vaut donner la technique de pêche que de donner du poisson’, les projets d’aide ne peuvent promouvoir le développement africain et créer plus d’avantages économiques et sociaux qu’en se combinant avec des projets de coopération économique. C’est pourquoi l’aide chinoise à l’Afrique est toujours en lien étroit avec le commerce sino-africain107.

  • 108 L’investissement direct étranger désigne des investissements effectués a priori pour une longue pé (...)
  • 109 Les IDE se concentrent majoritairement dans les secteurs énergétiques et miniers, mais pas uniquem (...)
  • 110 Wang, J.-Y., « What Drives China’s Growing Role in Africa ? », in IMF Working Paper, International (...)
  • 111 En effet, il apparaît que le rachat de 20 % des parts de la banque sud-africaine Standard Bank par (...)
  • 112 Hellström, J., « China’s Emerging Role in Africa : A Strategic Overview », FOI Studies in African (...)

42Concernant, les investissements directs108 chinois sur le continent, ils ne correspondent qu’à plus ou moins 3 % des investissements directs chinois à l’étranger (plus de 60 % étant consacré aux pays asiatiques et 25 % à l’Amérique latine)109. Selon le bureau national de statistiques de Chine, les IDE en 2004 et 2005 étaient respectivement de 317 et de 392 millions de dollars. D’autres sources évaluent les IDE en 2004 à 900 millions de dollars. Le ministère du commerce estime pour sa part, les IDE à 6,6 milliards de dollars entre 2000 et 2006110 et à 7,8 milliards fin 2008 (875 millions pour l’année 2008). Une fois encore, il est très difficile de déterminer le chiffre exact111. Toutefois Pékin est encore très éloigné des États-Unis et de l’Union européenne. En outre, les IDE chinois en Afrique correspondraient à moins de 3 % du total des IDE investis en Afrique112.

  • 113 Pour plus de details cf. Davies, M.I., « Special Economic Zones », in Rotberg, R.I. (Ed.), China i (...)
  • 114 Alden, C., China in Africa, London, New York, Zed Books, 2008, p. 29.

43Toujours dans le domaine économique, l’Empire du Milieu a établi et est en train de mettre sur pied des zones économiques spéciales. On retrouve déjà ces zones franches en Zambie (matières premières), au Nigéria, en Égypte, sur l’île Maurice (produits manufacturés), en Tanzanie (transit), permettant aux compagnies chinoises de s’installer à des conditions plus avantageuses (allègements fiscaux spécifiques et incitations d’investissement)113. Selon le souhait des Chinois, elles devraient passer à dix d’ici 2010, la prochaine étant le Cap vert. À l’image de ses propres zones économiques (Guangzhou, Shanghai, etc.), la Chine espère que ces régions se développeront de la même manière. Pékin a également tissé un réseau dense de structures d’échanges centré sur l’existence d’une quarantaine de délégations commerciales et de chambres de commerce sino-africaines. Il est enfin intéressant d’observer que de nombreuses initiatives se nouent en ce qui concerne la Chine au niveau des provinces et des municipalités. La province de Guandong a par exemple conclu des contrats avec la région du Katanga peu après l’arrivée au pouvoir du Président Kabila. D’autres exemples concernent le Nigéria et l’Angola114.

1.7. Vers un Consensus de Pékin ?

  • 115 En 2004, Joshua Cooper Ramo parlera pour la première fois du « Consensus de Pékin », qui met l’acc (...)

44La présence chinoise en Afrique pose une question de fond importante : ne forme-t-elle pas un modèle alternatif au modèle occidental pour les États africains ? Ne parle-t-on pas de plus en plus du « Consensus de Pékin »115 en lieu et place du « Consensus de Washington » ?

45Le « Consensus de Washington » se réfère à l’origine à une dizaine de mesures qu’un État doit prendre pour sortir de son endettement, dont notamment la discipline fiscale, la priorisation des dépenses publiques, l’éducation et les infrastructures. A contrario, le « Consensus de Pékin », se caractérise par la centralisation du système politique, la non-ingérence dans les affaires intérieures et le socialisme aux caractéristiques chinoises. Le succès économique chinois remettrait en question l’idée que liberté et prospérité sont interconnectées. Les pays africains pencheraient ainsi pour le « Consensus de Pékin ». Pourtant l’analyse de Freemantle et Stevens, économistes à la Standard Bank, bat en brèche cette apparente simplicité. On oublie souvent de mentionner quand on parle du Consensus de Pékin, que la société civile chinoise a connu une transformation importante depuis 1978 et que le système économique chinois est fortement capitaliste dans les faits. Comme le notent Freemantle et Stevens :

  • 116 Freemantle, S., Stevens, J., « Confronting some of the major criticisms of contemporary Sino-Afric (...)

La liberté économique chinoise peut n’avoir atteint que 54 sur 100 en 2009, ce qui est ostensiblement plus bas que le résultat de 84 des États-Unis : toutefois, depuis les réformes de Deng en 1978, la liberté économique chinoise a progressé de 1,5 point en moyenne chaque année ces trois dernières décennies. Aucune nation n’a amélioré autant son niveau de liberté économique et cela aussi rapidement […] La croissance économique exceptionnelle chinoise est en partie le résultat d’une combinaison de la libéralisation du marché et des investissements directs étrangers ; le recours à un taux d’échange compétitif ; l’immense épargne et le surplus actuel ; et la stabilité politique. Ce sont les fondements du Consensus de Washington116.

  • 117 Ibidem.

46On observe d’ailleurs que certains États africains dont les performances économiques se sont améliorées se sont appuyés sur des réformes structurelles internes : une politique macro-économique responsable, un environnement politique stable, une politique de désendettement, etc.117. La hausse des prix du pétrole et du gaz ces dernières années a en outre permis à certains pays africains de suivre leur propre politique et cela indépendamment des investissements chinois ou de la présence chinoise. Certes, cette politique n’est pas nécessairement celle de la bonne gouvernance ou celle que les Occidentaux privilégiaient.

  • 118 Kurlantzick, J., Charm Offensive, How China’s Soft Power is Transforming the World, New Haven, Con (...)

47Cela étant, il est clair que le modèle chinois donne de nouvelles opportunités. Certains estiment toutefois que ce modèle de référence ne pourra s’imposer. À l’image du raisonnement de J. Kurtlantzick, qui est le suivant : « La Chine ne peut offrir au citoyen de base une vision globale et enthousiasmante de la manière de comment construire un système politique et économique libre et respectueux du droit ; une vision qui est populaire dans de nombreuses parties du monde »118. On peut toutefois se demander s’il ne s’agit pas d’une approche trop ethnocentrée quand de nombreux pays, en particulier dans le Sud, cherchent des alternatives au modèle occidental.

  • 119 Carmody, P. R., Owusu, F.Y., « Competing hegemons ? Chinese versus American geoeconomic strategies (...)

48In fine, pour Carmody et Owusu, six éléments peuvent être retenus pour caractériser l’approche géoéconomique de la Chine sur le continent : 1) assurer l’accès aux ressources naturelles ; 2) recycler ses réserves de devises étrangères et investissements profitables à l’étranger ; 3) faciliter le développement des multinationales chinoises ; 4) trouver des marchés pour les produits chinois ; 5) développer l’agriculture africaine pour l’exportation vers la Chine ; 6) embaucher des employés qualifiés pour soutenir la croissance économique chinoise119. Il faut toutefois remettre cette politique économique dans son contexte global. Pour la Chine, le marché africain reste encore assez limité par rapport aux autres marchés. L’Afrique représente en 2007 moins de 3 % des exportations chinoises et moins de 4 % de ses importations. Par contre, pour l’Afrique, la Chine est un partenaire commercial important.

  • 120 Hellström, J., « China’s Emerging Role in Africa : A Strategic Overview », FOI Studies in African (...)

49De nombreux pays africains dépendent de plus en plus de leur relation économique avec la Chine120 : près de 10 % de leurs exportations allant vers la Chine et 10 % de leurs importations venant de Chine.

2. Pays africains : Enthousiasme ou méfiance ?

50Face à cette « offensive » chinoise, il est intéressant d’observer les réactions et positions africaines. La présence chinoise en Afrique est considérée comme positive à maints égards. La Chine apparaît dynamique et énergique, en raison de ses investissements dans les infrastructures, mais également dans d’autres domaines agriculture, éducation, et autres ayant des conséquences positives sur le développement du continent. Pour l’ambassadeur sierra-léonais en Chine :

  • 121 Cité dans Karurmbidza, J.B., « Win-Win Economic Cooperation : Can China Save Zimbabwe’s Economy ?  (...)

Les Chinois font plus que le G8 pour éradiquer la pauvreté. Si un pays du G8 avait voulu reconstruire un stade, nous serions encore en réunion pour en discuter. Les Chinois viennent et ils le font. Ils n’ont pas de réunion concernant les conséquences environnementales, les droits de l’Homme, la mauvaise ou la bonne gouvernance. Je ne dis pas que c’est juste, seulement que les investissements chinois réussissent parce qu’ils n’imposent pas d’exigences élevées121.

  • 122 Op. cit., p. 87.
  • 123 Cité dans Bangui, T., Chine, un nouveau partenaire de développement de l’Afrique : vers la fin des (...)

51En 2005, le Président Mugabe remarque que « Nous nous sommes dirigés vers l’Est, où le soleil se lève, et avons tourné notre dos à l’Ouest, où le soleil se couche »122. Le président sénégalais, Abdoulaye Wade déclare au sommet UE-Afrique de décembre 2007 tenu à Lisbonne : « Quand je veux construire cinq kilomètres de routes avec la Banque mondiale ou les autres institutions financières internationales, il me faut cinq ans. Avec la Chine, c’est quelques jours. Je dis oui ou je dis non, ils viennent, on signe le papier, ils sont sur place »123. Cela permet également aux hommes politiques africains d’améliorer leur image auprès de leur population en montrant que la situation évolue.

52Pour de nombreux pays africains, la Chine permet d’offrir aujourd’hui une diversification des investissements, chacun apportant de surcroît son expertise, les Chinois occupant aujourd’hui « les parties que les Européens n’occupent pas » ou ont délaissées. Les investissements massifs chinois brisent le monopole des anciens colonisateurs, ce qui permet aux gouvernements africains d’opposer les puissances les unes contre les autres en leur faveur. L’arrivée de puissances émergentes telles que la Chine permet aux pays africains une plus grande marge de manœuvre vis-à-vis des conditions imposées par le FMI, l’UE et les pays de l’OCDE. D’une certaine manière, certains régimes, même faibles, sont souvent en position de force, car ils négocient avec tout le monde. C’est l’art du balancing game. Pour les pays africains, le FMI, l’OMC, la Banque mondiale, et l’ONU sont en outre dominés majoritairement par les puissances occidentales. Ils sont par conséquent méfiants à l’égard de ces institutions. Dans ce contexte, il est évident que la Chine présente une alternative au niveau politique, économique, social, commercial et culturel. Dans un quotidien allemand, le président Kagame déclare en octobre 2009 :

  • 124 Cité dans « Kagame salue le rôle de la Chine et tance l’Occident », in Metro, 12 octobre 2009, p. (...)

Nos ressources ont été exploitées et ont servi à d’autres. [En revanche], les Chinois apportent ce dont l’Afrique a besoin : des investissements et de l’argent pour les gouvernements et les entreprises […] les Européens posent davantage de questions, notamment sur les droits de l’Homme [...] Je préférerais que le monde occidental investisse au lieu de fournir de l’aide au développement124.

  • 125 Cela étant Européens et Américains ne sont pas toujours très regardants dans leurs relations avec (...)

53De plus, Pékin ne se préoccupe pas des affaires internes (bonne gouvernance, droits de l’Homme, démocratie, etc.) de ces pays125. Comme le remarquait déjà le sous-secrétaire d’État américain adjoint aux affaires africaines, M. Michael Ranneberger, en juillet 2006 devant la sous-commission des affaires africaines de la Chambre des représentants :

  • 126 Fisher-Thompson, J., « La Chine ne constitue pas une menace pour les États-Unis », in Washington F (...)

La Chine a une influence croissante sur le continent africain, et on peut craindre qu’elle ait l’intention d’aider les dictateurs africains, d’obtenir une mainmise sur les richesses naturelles précieuses de l’Afrique et de détruire la plupart des progrès que les pays africains ont réalisés ces quinze dernières années en matière de démocratisation et de gestion des affaires publique126.

54Comme nous le dirons certains kinois : « La Chine est en fait arrivée par défaut, avant les Chinois étaient pour nous des extraterrestres ». Aussi la Chine apparaît incarner « une nouvelle espérance » face aux promesses non-respectées des pays occidentaux dans beaucoup de secteurs. Nombre de pays reconnaissent le rôle des Occidentaux dans la résolution des conflits, mais dans les autres domaines, à tort ou à raison, ils les estiment trop timides ou absents. Cela étant, croire que l’Afrique serait aveuglée par la Chine est une erreur. Il existe au-delà des discours officiels bienveillants, certaines préventions envers l’Empire du Milieu. Si la Chine a été accueillie à bras ouverts à la fin des années 1990, une certaine méfiance s’est installée ce derniers temps par rapport aux desseins chinois. En 2005, Moeletsi Mbeki, président du South African Institute of International Affairs estime :

  • 127 Cité dans Manji, F., Marks, S., African perspectives on China in Africa, Fahamu South Africa, Sout (...)

L’Afrique vend des matières premières à la Chine et la Chine vend des produits manufacturés à l’Afrique. Ceci est une dangereuse équation qui reproduit l’ancienne relation de l’Afrique avec les puissances coloniales. L’équation n’est pas viable pour plusieurs raisons. En premier lieu, l’Afrique doit préserver ses ressources naturelles afin de les utiliser à l’avenir pour sa propre industrialisation. En second lieu, la stratégie chinoise d’exportation contribue à la désindustrialisation de certains pays à revenus moyens. […] Il est dans l’intérêt de l’Afrique et de la Chine de trouver des solutions à ces stratégies127.

  • 128 Cité dans Rodier, A., « L’Afrique se rebiffe contre le ‘néocolonialisme’ chinois », in Le Figaro, (...)
  • 129 Ibidem.

55Pour René N’Guettia Kouassi, directeur du département des affaires économiques de l’Union africaine : « Il ne faut pas que l’Afrique sorte d’un néocolonialisme pour aller tomber pieds et poings liés dans le néocolonialisme chinois »128. Pour Guillaume Moumouni, un économiste au Bénin : « Aujourd’hui on parle de la Chine, mais demain ce sera l’Inde ou le Brésil qui mènent beaucoup d’offensives selon le même schéma »129. Lors du forum FOCAC de novembre 2009, le ministre des affaires étrangères nigérian, Bagudu Hirse explique :

  • 130 Cité dans Shichor, Y., « Africa warns China : Money is not enough », in Asia Times, 9 December 200 (...)

Nous acceptons ce que fait la Chine. Et nous accueillons favorablement ses investissements. Mais les Chinois doivent comprendre que nous sommes très sensibles à la bonne gouvernance et la démocratie. Nous ne pouvons commencer à penser à imposer des sanctions à la Guinée et au Niger pour mauvaise gouvernance et ensuite eux, dernière notre dos, concluent certains accords. Nous les suspectons de le faire de toute manière. Ils ne le confirmeront jamais, mais nous lisons les journaux-nous savons ce qui se passe130.

56Le ministre libyen des affaires étrangères lors de ce même forum, tout en remerciant la Chine pour son engagement en Afrique ajoutera :

  • 131 Ibidem.

Quand nous observons la réalité sur le terrain, nous constatons qu’il y a quelque chose de similaire à l’invasion chinoise du continent africain. C’est une chose qui rappelle les effets que la colonisation a eu sur le continent africain […] Pour cela nous conseillons à nos amis chinois de ne pas suivre cette voie, c’est-à-dire amener des milliers d’ouvriers chinois en Afrique sous le prétexte de l’emploi, alors que parallèlement l’Afrique souffre du chômage131.

  • 132 Pour plus de détails sur cette question lire également, Vulliet, B., Kernen, A., « Petits commerça (...)

57Au-delà de ces dénonciations du danger d’une nouvelle colonisation, les entreprises chinoises sont accusées d’inonder les marchés locaux avec des contrefaçons ou des produits de mauvaise qualité. Les petits commerces chinois submergent de nombreuses villes africaines, pour concurrencer directement les marchés locaux. Plus de 30 000 Chinois seraient aujourd’hui installés en Algérie, travaillant dans les secteurs de la restauration et du textile. Au Cameroun, les vendeurs des beignets (tradition locale) sont concurrencés par les vendeurs chinois132. La présence chinoise en RDC se ressent principalement à travers les petits marchands et restaurants. Ces commerces forment une concurrence impitoyable pour les locaux. Ici encore il faut cependant partiellement relativiser ces observations. La majorité des importations chinoises de produits de base ne forment qu’une petite partie des importations totales (moins de 25 %). La Chine exporte bien plus des machines, des équipements électroniques, etc.

  • 133 Cf. infra.
  • 134 Par manque d’expertise, de nombreux exportateurs africains sont dépendants du savoir-faire asiatiq (...)
  • 135 Naidu, S., Mbazima, D., « China-African relations : A new impulse in a changing continental landsc (...)
  • 136 Power, R., « What does the rise of China do for industrialisation in Sub-Saharan Africa ? », in Re (...)

58Il apparaît toutefois que les initiatives américaines de l’AGOA133 et européenne de l’APE ont encouragé la Chine à établir des joint ventures avec certaines sociétés africaines134, en particulier dans le secteur du textile et de l’agro-industrie et d’exporter ainsi certains biens vers les marchés européens et américains en contournant les règles de l’OMC135. La concurrence subie par les importations du textile chinois sur le continent africain a eu des conséquences néfastes dans le secteur textile africain, même si elle l’a forcé à devenir plus compétitif. De nombreuses usines en Afrique du Sud dont 75 % des importations de vêtements viennent de Chine, seront obligées de fermer. D’autant plus que sur le marché international (exportations vers les États-Unis et l’Union européenne), le textile africain parvient de moins en moins à concurrencer les Chinois, en particulier depuis la levée des quotas en 2005. Cette situation ne peut être étonnante puisque la Chine, tout comme l’Afrique se caractérise encore par une économie s’appuyant sur la main d’œuvre et un secteur industriel encore de basse intensité technologique, bien que cela évolue136.

59Un autre problème réside dans la question de la main d’œuvre chinoise. De nombreux contrats chinois seraient accompagnés d’une clause exigeant que 70 % des travaux soient exécutés par des ouvriers chinois. Il faut toutefois nuancer cette affirmation car cela dépend des pays et des contrats. Dans certains cas, la main-d’œuvre locale peut atteindre 60 % (deux exceptions notables sont la Sierra Leone et l’Angola). De nombreuses sociétés chinoises sont néanmoins confrontées à un manque de main-d’œuvre locale qualifiée et doivent recourir à leurs nationaux. Cela risque d’ailleurs d’avoir des conséquences importantes sur le moyen terme lors de l’entretien des infrastructures, les locaux n’étant pas suffisamment formés.

  • 137 Principalement en Afrique du Sud (50 %), au Nigéria, à Madagascar et en Angola.
  • 138 Si dans les médias occidentaux, les bas salaires et les conditions de travail sont souvent dénoncé (...)
  • 139 En 2005, des ouvriers zambiens perdront la vie dans une mine de cuivre à Chambishi dirigée par des (...)
  • 140 Au mois d’août 2009 des tensions importantes auront lieu dans la banlieue d’Alger entre la communa (...)
  • 141 Cité dans Michel, S., Beuret, M., « La Chine a-t-elle un plan en Afrique ? », in Afrique contempor (...)

60Un problème supplémentaire est que les ouvriers chinois vivent dans des campements fermés, ce qui réduit le contact et donc le commerce avec les populations locales. L’agence de presse Xinhua estimait qu’en 2007, 750 000 chinois vivaient ou travaillaient pour certaines périodes sur le continent africain137. La Chine a en outre été accusée de faire appel à des prisonniers ou des conscrits pour ses travaux. Les sociétés chinoises ont également la réputation de faire peu de cas des conditions de travail des ouvriers locaux138. Par le passé, il y a d’ailleurs eu des tensions entre Chinois et Africains entre autres au Sénégal, en Zambie139, en Algérie140 et en Afrique du Sud. Face aux difficultés de trouver de l’emploi sur le territoire chinois, le président de l’Eximbank, Li Ruogu ira jusqu’à encourager une plus grande présence de la main d’œuvre chinoise : « Pourquoi ne pas les envoyer en Afrique ? Ils bénéficieraient là-bas du plein soutien de la banque pour leur investissement initial ainsi que pour leurs recherches de canaux de distribution. Ils sont expérimentés dans l’agriculture de masse, qui fait défaut en Afrique, où les terres sont abondantes mais la production décevante »141.

  • 142 Bates, G., Reilly, J., « The Tenuous Hold of China Inc. in Africa », in The Washington Quarterly, (...)
  • 143 Si on accuse les sociétés chinoises de ne pas respecter les réglementations environnementales, ell (...)

61Enfin, les ouvriers des entreprises chinoises sont de plus en plus confrontés aux menaces sécuritaires. Que ce soit au Soudan, au Nigéria, en Somalie ou en Éthiopie, des ouvriers chinois ont été enlevés et/ou tués et en Angola, les Chinois sont de plus en plus victimes de gangs armés. À la suite de ces différents événements les autorités chinoises ont introduit certaines règles imposant le respect des travailleurs, des coutumes, des standards internationaux, etc.142. La mise en pratique laisse toutefois à désirer. Un dernier problème se situe au niveau du non-respect de l’environnement par des sociétés chinoises. De nombreuses organisations s’inquiètent de la dégradation de ce dernier : contamination des eaux, déforestation, etc.143.

  • 144 Pozzar, M.-H., « L’aide chinoise à l’Afrique : la difficulté à penser la notion d’aide au chinoise (...)

62En définitive, la Chine n’est pas nécessairement l’« ami des Africains », mais il s’agirait plutôt d’« un mariage de raison ». Les dirigeants des pays en marge de la communauté internationale apprécient fortement la présence chinoise (Soudan, Zimbabwe), ainsi que ceux des pays en transition et en reconstruction (Angola, RDC, Sierra Leone, Tanzanie). Les pays plus développés tels que l’Afrique du Sud, ou le Ghana se méfient davantage de la Chine. Au niveau de la population, cela varie fortement. Pour les plus pauvres, la Chine est synonyme d’accès à des produits de base peu chers. Pour certains secteurs tels que le textile, l’arrivée des Chinois est perçue par contre négativement. Quant aux ONG, leurs critiques pleuvent144.

3. Soft power…

  • 145 Nye Jr, J., The Paradox of American Power : Why the World’s only Superpower can’t go it alone, Oxf (...)

63Face à l’image négative véhiculée auprès d’une partie des Africains et aux accusations de piller l’Afrique, la Chine essaie de s’adapter très rapidement et fait preuve de plus de flexibilité et de réflexion. Elle recourt davantage à la puissance douce. Pour J. Nye « la puissance, au xxie siècle, reposera sur un mélange de ressources dures et douces »145. La puissance repose aujourd’hui moins sur la seule domination militaire, se concentrant au contraire sur plusieurs échiquiers, militaire certes, mais également économique, politique, médiatique, culturel et symbolique. Toujours selon Nye,

  • 146 Nye Jr, J., Le Leadership américain : quand les règles du jeu changent, Nancy, Presses Universitai (...)

le pouvoir de cooptation la capacité d’orienter ce que les autres veulent dépend souvent de l’attrait qu’exercent sur les autres peuples une culture et une idéologie, ou encore de la capacité à manipuler le calendrier des choix politiques de manière à ce que les acteurs ne puissent exprimer certains de leurs désirs uniquement parce qu’ils apparaissent irréalistes146.

  • 147 Cité dans Glaser, B., Murphy, M., « Soft Power with Chinese Characteristics », in McGiffert, C. (e (...)
  • 148 Ibidem.
  • 149 « Renforcer sa solidarité et sa coopération avec les pays africains, c’est de tout temps l’une des (...)
  • 150 Cité dans Wang, Y, « Public Diplomacy and the Rise of Chinese Soft Power », in The Annals of the A (...)

64La diplomatie publique fait aujourd’hui partie intégrante de la politique étrangère chinoise. Et même si la politique de soft power menée par la Chine manque encore parfois de cohérence, elle se développe à grands pas. Au 16e Congrès du parti communiste chinois en 2002, le chef de la propagande Liu Yunshan remarque : « La force de la culture devient une composante importante de la puissance nationale et de la compétitivité internationale »147. Deux ans plus tard, une division « diplomatie publique » est établie au sein du ministère des Affaires étrangères. En janvier 2006, le président Hu Jintao déclare : « L’augmentation du statut et de l’influence internationale chinois doit se traduire aussi bien par la puissance dure, y compris l’économie, la science et la technologie et la force militaire, que par la puissance douce telle que la culture »148. Le même mois, Pékin publie son Livre Blanc sur la politique africaine de la Chine qui reprend de grands principes généraux dont la nécessité de maintenir un dialogue constructif149. En 2007, le Livre Blanc sur la politique étrangère fait explicitement référence au soft power et lors du 17e Congrès du Parti communiste Chinois, le président Jintao encourage la Chine « à promouvoir la culture comme faisant partie de la puissance douce de notre pays afin de mieux garantir les droits culturels de base et intérêts des gens »150. En Afrique, cette politique se traduit dans les faits sous plusieurs angles. La visite régulière de hauts dignitaires chinois permet de jouer la carte de la diplomatie personnelle, qui reste très importante en relations internationales (malgré les moyens de communication modernes). Le président Hu Jintao visitera pas moins de 17 pays africains durant la période 2006-2007. La Chine est aujourd’hui de surcroît le pays qui a la plus grande représentation diplomatique (ambassades, consulats) sur le continent. En 2000, la Chine déclarait lors du premier FOCAC :

  • 151 Beijing Declaration of the Forum on China-Africa Co-operation, 17 November 2000.

Des pays qui diffèrent les uns des autres au niveau des systèmes sociaux, du niveau de développement, des origines culturelles et historiques et des valeurs ont le droit de choisir leurs propres approches et modèles dans la promotion et la protection des droits de l’Homme dans leur propre pays. De plus, la politisation des droits de l’Homme et l’imposition de conditions en relation avec les droits de l’Homme pour une assistance économique doit être vigoureusement combattue, car constituant une violation des droits de l’Homme151.

  • 152 Cité dans Bosshard, P., « China’s environmental Footprint in Africa », SAIIA, in China in Africa P (...)
  • 153 En raison de son histoire récente (le siècle d’humiliation), la Chine est méfiante envers toute in (...)
  • 154 Pour le Premier ministre Wen : « Nous croyons que les gens dans les différentes régions et pays, y (...)
  • 155 La Chine, après avoir tenu une posture négative dans le dossier du Darfour pendant des années, a r (...)
  • 156 En 2006, la Chine était le second partenaire commercial du Zimbabwe. Ce dernier exporte surtout du (...)

65En 2004, Zhou Wenzhong, du ministère des affaires étrangères chinois déclarait encore à propos de la crise du Darfour : « Les affaires sont les affaires. Nous essayons de séparer la politique des affaires. En outre, je crois que la situation intérieure du Soudan est une affaire interne, et nous ne sommes pas dans une position pour leur imposer quoi que ce soit »152. La donne aujourd’hui tend à changer, le politique et l’économique étant liés. Aussi, si la politique officielle de la Chine est celle de la « non-ingérence »153 en Afrique154, elle prend conscience qu’elle doit tenir compte de certaines réalités et exerce donc certaines pressions sur ses alliés soudanais155 et zimbabwéen156. Elle a dès lors une attitude plus constructive que par le passé, la stabilité étant une précondition aux affaires économiques. Ce qui la pousse à également intervenir davantage dans les affaires politiques des pays.

  • 157 Le premier aura lieu en 2000 et le second en 2003.
  • 158 Cf. supra.
  • 159 De manière générale, il est très difficile de déterminer l’importance de l’aide chinoise au contin (...)

66Pour mieux présenter sa politique, la Chine organise depuis 2000, tous les trois ans, le Forum on China-Africa Cooperation (FOCAC)157. Lors du forum en 2006, la Chine s’engagera à créer le fonds de développement pour l’Afrique, doté de cinq milliards de dollars158 et annoncera l’annulation de la dette pour un montant de 1,4 milliard de dollars159. Le président chinois s’engagera encore à déployer 100 experts en agriculture ; à établir 10 centres de technologies agricoles ; à construire trente hôpitaux ; à fournir quarante millions de dollars de subvention pour des médicaments anti-malaria, la prévention et centres de traitement ; à déployer 300 volontaires (Peace Corps) ; à construire cent écoles en campagne ; à entraîner 15 000 professionnels et à doubler le nombre de bourses pour les étudiants africains (passer de 2 000 à 4 000 par an). Le Beijing Action Plan (2009) sera la mise en pratique de ces engagements : dialogue politique (à un haut niveau), mécanismes de coopération et de consultation (au niveau judiciaire, au niveau des organisations régionales et subrégionales), coopération économique (agriculture, énergie, sciences et technologies, entreprises), développement des infrastructures, éducation, santé, relations people to people, etc.

  • 160 Jansson, J., Kiala, K., « Patterns of Chinese investment, aid and trade in Mozambique », in Briefi (...)

67À la suite de la quatrième conférence FOCAC de novembre 2009 en Égypte, la Chine a promis dix milliards de dollars sous la forme de prêts d’ici 2012. En outre, huit nouvelles mesures en faveur des pays africains ont été annoncées, dont les domaines du changement climatique et des sciences et technologies. La Chine s’est également engagée à supprimer tout droit de douane pour 95 % des produits des pays africains les moins avancés. Elle compte également renforcer sa présence dans le domaine agricole et le secteur de la santé, créer un fonds d’un milliard de dollars en faveur des PME et annuler la dette des pays les plus endettés. À l’issue du FOCAC, un nouveau plan d’action a été établi (2010-2012) afin d’atteindre les objectifs annoncés durant le sommet. Au final, le FOCAC traduit implicitement la confirmation de la défense de l’idéologie des cinq principes de la coexistence pacifique déjà mentionnés précédemment. Bien que le FOCAC soit un instrument multilatéral, Pékin peine cependant à avoir une approche d’ensemble sur le continent. À travers ce Forum, elle veut donner une image d’un engagement global, mais qui dans les faits se limite à quelques États économiquement et politiquement important. Mais cela lui permet de s’assurer un soutien politique dans les fora internationaux. Afin de renforcer sa présence dans les pays lusophones (Angola, Brésil, Cap Vert, Guinée Bissau, Mozambique, Portugal et Timor-Est), la Chine a encouragé le Forum on Economic and Trade Cooperation between China and Portuguese Countries (FCECCPLP), créé en 2003160.

  • 161 Pour un exemple des mesures concrètes prises, lire : Bosshard, P., « China : Not the rogue dam bui (...)
  • 162 Lancé en 2002 par la Grande Bretagne, l’EITI consiste en la réalisation d’un audit indépendant des (...)
  • 163 Principes établis pour surveiller et gérer les impacts sociaux et environnementaux des investissem (...)

68Les Instituts Confucius prolifèrent également sur le continent (Égypte, Kenya, Nigéria, Afrique du Sud, etc.). Le pays conclut encore de nombreux accords culturels, encourage les échanges culturels et octroie de nombreuses bourses à des étudiants africains pour venir étudier en Chine. Ces bourses permettent de former des jeunes, qui une fois actifs dans la vie professionnelle privilégieront les liens avec le pays qui les ont formés. La Chine ouvre également des dispensaires et des hôpitaux. La Chine a offert fin 2008 de construire à ses frais (pour un montant de 120 millions de dollars) le quartier général de l’Union africaine. Accusée encore de non-respect de l’environnement et des règles d’investissement (entre autres au Gabon en 2006), la Chine s’est engagée en 2006 à imposer des règles de conduite à ses sociétés (les « neuf principes », dont le respect des droits des ouvriers locaux et de l’environnement161, le soutien aux communautés locales, la transparence des contrats, etc.), ainsi qu’à respecter l’Extractive Industries Transparency Initiative (EITI)162 et les principes d’Équateur (2008)163. L’Eximbank avait déjà adopté une politique de l’environnement en 2004, actualisée en 2007, qui établit que pour pouvoir bénéficier d’un prêt, une étude concernant l’impact sur l’environnement doit être faite avant que le projet puisse recevoir des fonds. D’autres organes chinois ont adopté des réglementations similaires. Il s’agit évidemment d’un pas dans la bonne direction, mais dans la pratique l’application de ces nouvelles règles n’est pas souvent exécutée. Pékin joue de surcroît à merveille de surcroît la carte historique, en faisant référence aux expéditions de Zheng He et à la politique de non-colonisation. En 2005 dans le document China’s Peaceful Development Road il est écrit :

  • 164 China’s White Paper on Peaceful Development Road, Section I, PRC State Council Information Office, (...)

C’est un choix inévitable, prenant appui sur la tradition culturelle et historique chinoise, que la Chine persiste résolument à prendre le chemin du développement pacifique. La Chine a toujours été une nation pacifique. La culture chinoise est une culture pacifique. L’esprit du peuple chinois s’est toujours distingué par son grand désir de paix et la poursuite de l’harmonie. Il y a six cents ans, Zheng He (1371-1435), le célèbre navigateur sous la dynastie Ming, conduisait la plus grande flotte au monde en ce temps-là et fit sept voyages vers les ‘mers occidentales’, atteignant plus de trente pays et régions en Asie et en Afrique. Ce qu’il emmenait avec lui dans les endroits visités, c’était du thé, de la porcelaine, de la soie et de la technologie, mais il n’occupera pas un pouce du pays d’un autre. Il apportera au monde extérieur la paix et la civilisation, ce qui reflète pleinement la bonne foi du peuple chinois de jadis, dans sa volonté de renforcer les échanges avec des pays importants et leur peuple. S’appuyant sur la réalité actuelle, le développement de la Chine n’a pas uniquement bénéficié au 1,3 milliard de Chinois, mais a également apporté de larges marchés et opportunités de développement pour les pays à travers le monde. Le développement de la Chine aide également à améliorer la paix dans le monde164.

  • 165 Il est intéressant d’observer que le discours se calque sur le document de 2005.

69Les expéditions de Zheng He sont ainsi décrites non pas comme une politique impériale ou de conquête, mais bien comme un échange diplomatique et commercial. Et la Chine continue à y faire référence aujourd’hui. L’ambassadeur de Chine en Afrique du Sud déclare, par exemple, en 2007165 :

  • 166 Cité dans Alden, C., China in Africa, Zed Books, London, New York, 2008, p. 19. La réalité apparaî (...)

Zheng apporta aux endroits qu’il visita en Afrique du thé, de la porcelaine, de la soie et de la technologie. Il n’occupa pas un pouce de terres étrangères et ne prit aucun esclave. Ce qu’il apporta au monde extérieur est la paix et la civilisation. Ceci reflète la bonne foi du peuple chinois de jadis dans la consolidation des échanges avec des pays importants et leur peuple. Cette culture pacifique trouve ses racines dans les esprits et cœurs du peuple chinois de toute génération166.

  • 167 Mao Tse-Tung, Discours d’ouverture lors d’une conférence du parti communiste chinois, 21 septembre (...)

70La Chine est en outre convaincue que son histoire récente avec l’Afrique, dont les bases ont été établies à la Conférence de Bandung en 1955, forme les assises d’un partenariat stratégique fort. En jouant la carte des non-alignés sur le continent africain, elle n’est aujourd’hui pas confrontée au passé troublant des puissances occidentales ou de la Russie. La Chine joue sur cette humiliation commune pour avancer ses pions, tout en voulant effacer cet affront. Sa propre histoire laisse encore des traces à cet égard. En 1941, Mao disait à ce propos : « Les Chinois ont toujours constitué une nation grande, courageuse et industrieuse, ce n’est que depuis les temps modernes qu’ils ont pris du retard en raison de l’oppression et de l’exploitation de l’impérialisme étranger et de gouvernements nationaux réactionnaires »167. La Chine continue ainsi à insister sur son statut de pays en développement, estimant bénéficier, pour ces raisons, de fondements forts pour sa politique à l’égard du continent.

  • 168 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 143.

71Mentionnons encore la diaspora chinoise qui joue également dans certains cas un rôle important pour promouvoir les intérêts chinois. Par exemple, sur l’île Maurice, il y a 30 000 Chinois (3 % de la population), mais quinze des 100 premières entreprises sont dans leurs mains168. La présence chinoise en Algérie, estimée à 35 000 fait qu’Alger a aujourd’hui son Chinatown. À Kinshasa, les petits commerçants essaient en outre de maîtriser le lingala, pour améliorer l’image des Chinois et faciliter le contact avec la population locale.

  • 169 En date de 2009, quatre pays reconnaissent encore Taiwan. Il s’agit du Burkina Faso, de la Gambie, (...)
  • 170 Joffe, J., Hyperpuissance, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 70.

72Dans le prolongement de ce qui précède, la Chine recourt aussi au soft power pour avancer son agenda politique, en particulier à l’ONU. Son statut de membre permanent du Conseil de sécurité lui permet d’aborder tous les grands dossiers de politique internationale et d’être associée à leur règlement. Dans ce contexte le soutien des pays africains n’est pas à négliger. Il est évident que le recours aux organisations internationales n’est pas innocent : une nation, un vote. Il permet facilement de rééquilibrer le système dans des enceintes donnant le même pouvoir formel. La Chine se sert en contrepartie de sa place privilégiée pour soutenir politiquement certains pays africains. Comme dans d’autres régions du monde, elle exerce aussi des pressions sur les États qui continuent à reconnaître Taïwan169. Un exemple récent est la reprise des liens diplomatiques entre le Tchad et la Chine, au détriment de Taïwan. Dans ce même contexte, elle tente d’influencer les pays africains, afin que ces derniers ne soutiennent pas la candidature du Japon ou de l’Inde au Conseil de sécurité en tant que membre permanent. « C’est pourquoi », selon J. Joffe, « les réglementations internationales sont devenues l’équivalent fonctionnel de la tradition pure et dure de l’équilibrage par l’alliance et les armes »170. Nous rejoignons à ce sujet l’analyse de J. Duval :

Sous couvert d’objectifs moraux à des fins humanitaires, pacifistes ou économiques (d’une autre mondialisation), ces pays seraient tout autant les adeptes du réalisme dans la définition de leur politique. Il est en effet clairement dans leur intérêt national de contrer la position hégémonique de la puissance américaine s’ils désirent conserver une influence suffisante pour protéger ce dernier. Mais cette stratégie n’est pas seulement une protection, c’est aussi la volonté d’étendre, de maximiser sa puissance, c’est donc l’adoption d’une politique strictement similaire à celle des États-Unis, mais au prisme d’intérêts et de situations et statuts clairement différents171.

  • 172 Desné, J., « La Chine veut faire rayonner ses médias à l’étranger », in Le Figaro, 21 janvier 2009
  • 173 Lam, W., « Chinese State Media Goes Global : A Great Leap Outward for Chinese Soft Power ? », in C (...)

73Un dernier domaine pris en compte par les autorités chinoises est l’infosphère. Par ce biais, la Chine veut améliorer son image et renforcer son poids médiatique et diplomatique sur la scène internationale. L’idée est devenue une priorité après l’année désastreuse de 2008, « alors que le pouvoir a mesuré la faiblesse de ses alliés pendant la crise tibétaine et le passage tumultueux de la flamme olympique dans les villes occidentales. Pékin veut aussi cultiver de bonnes relations avec des partenaires commerciaux. […] Le défi des médias chinois sera de changer leur propre image »172. La télévision CCTV, l’agence de presse Xinhua et le People’s Daily, pourraient chacun recevoir près de deux milliards de dollars pour accroître l’influence de la Chine dans le monde, ainsi qu’améliorer l’image de la Chine auprès des opinions publiques. CCTV offre déjà des services en français et en espagnol et d’ici peu en russe et en arabe. Elle a également l’intention de concurrencer CNN et la BBC, en commençant une chaîne diffusant des informations 24 heures sur 24173. On peut encore mentionner le lancement de la revue Afrique en 2007, mensuel consacré aux informations sur l’Afrique et aux relations sino-africaines.

  • 174 Ronfeldt, D., Arquilla, J., « The promise of noopolitik », in First Monday, Volume 12, number 8 (A (...)

74Les idées, les connaissances, les normes, l’esprit s’amplifient aujourd’hui en raison des nouvelles technologies, ayant comme conséquence la naissance d’une vraie « noopolitik », par laquelle il faut, selon Arquilla et Ronfeldt, comprendre l’insistance sur « le rôle du soft power informationnel dans la façon d’exprimer les idées, les valeurs, normes et l’éthique à travers toutes sortes de médias »174. Au xxie siècle, les images et les signaux font partie intégrante de la panoplie des moyens mis à disposition pour défendre l’intérêt national d’un État. Et la République populaire de Chine le comprend de mieux en mieux. L’image devient un enjeu au service de la politique étrangère.

  • 175 Strange, S., States and Markets, (2nd ed.), London, Pinter, 1994, pp. 24-25.

75La Chine, par contre, n’est pas en mesure d’imposer un pouvoir structurel, pour reprendre la notion de Susan Strange, à savoir la capacité de façonner le cadre des échanges économiques internationaux à travers l’innovation et l’introduction de nouvelles technologies sur le marché. L’Empire du Milieu n’a pas encore le « pouvoir de décider comment les choses devraient être faites, le pouvoir d’élaborer les cadres à l’intérieur desquels les États sont en relation les uns aux autres, avec les gens, avec les entreprises »175.

76In fine, si la Chine a été lente à prendre conscience de l’importance du développement d’une diplomatie s’appuyant sur la diplomatie douce, elle a compris aujourd’hui qu’elle formait un complément indispensable à sa politique envers l’Afrique.

4. .... et hard power

  • 176 En 2007, il n’y avait des attachés militaires permanents que dans quinze pays.
  • 177 Shinn, D., « Military and Security Relations : China, Africa, and the Rest of the World », in Rotb (...)
  • 178 La Chine a fourni des chars (Type 59 et 63), des véhicules de transport, des avions (J-7 et K-8).
  • 179 Michel, S., Beuret, M., La Chinafrique. Pékin à la conquête du continent noir, Paris, Grasset, 200 (...)

77D’un point de vue militaire, Pékin envoie de plus en plus d’attachés militaires176 et renforce ses relations de militaires à militaires. L’Afrique et la Chine coopèrent principalement dans les domaines suivants : le terrorisme, l’échange de renseignements, le crime organisé et le trafic de drogues. La Chine fait aussi des dons de matériels et vend différents types d’armement, mais cela reste assez limité par rapport aux autres puissances177. Entre 2003 et 2006, les ventes d’armes chinoises en Afrique correspondent à 15 % du total. Concernant l’armement lourd, la Chine vend principalement des avions de chasse (J-7, K-8 et Y-12) et se fait payer en général en matières premières. La Chine a signé des accords de fourniture de matériel militaire avec, entre autres, la Namibie, l’Angola, l’Érythrée, le Zimbabwe178 et le Soudan. La Chine forme également le personnel militaire de certains pays. Début 2010, à l’instar de la Belgique et des États-Unis, la Chine a par exemple renforcé sa coopération militaire avec la RDC, notamment dans le cadre de la formation des FARDC. Si la vente de matériel lourd est encore réduite, ce qui inquiète c’est la vente d’armes légères sur le continent africain par des sociétés chinoises comme Norinco. Les armes légères « qui fournies à grande échelle » se transforment « en armes de destruction massive, comme dans la région des Grands Lacs ces quinze dernières années »179.

78Contrairement aux Américains et aux Français, la Chine n’a actuellement pas de bases militaires sur le continent africain. Cela étant, la mort d’ouvriers chinois, à la suite d’enlèvements, pousse la Chine à défendre ses intérêts économiques et aujourd’hui des sociétés de sécurité privées chinoises sont présentes au Soudan et probablement dans d’autres pays africains. Il est également intéressant d’observer que les contributions de forces chinoises aux opérations onusiennes se concentrent principalement sur le continent africain. Plus de 75 % est déployé en Afrique. La tendance a été confirmée en 2008, puisque sur les 2 000 Casques bleus déployés les neuf premiers mois de 2008, 77 % étaient basés en Afrique. Depuis 1992, la Chine a déployé 9 000 Casques bleus et se trouve ainsi parmi les dix plus grands contributeurs. La Chine participe aux missions onusiennes au Soudan (UNMIS), au Sahara occidental (MINURSO), en Côte d’Ivoire (UNOCI), en Éthiopie-Érythrée (UNMEE), au Libéria (UNMIL) et en RDC (MONUC). La Chine a également octroyé 700 000 dollars à l’Union africaine pour ses opérations de maintien de la paix en Somalie en 2009. Les forces déployées sont majoritairement des infirmiers, ingénieurs, et logisticiens, qui reconstruisent routes, aéroports, ponts, etc. Aussi comme l’indique R. Levy :

  • 180 Levy, R., « China’s Peacekeeping Deployments in Africa », in McGiffert, C. (ed.), Chinese Softpowe (...)

Bien que ces unités aux compétences diverses ont comme tâche de soutenir la mission et les besoins des Casques bleus, l’expérience montre que dans le processus, de nombreuses infrastructures et plusieurs services qui bénéficient aux populations locales sont également construits et réhabilités. C’est dans cet aspect du maintien de la paix la partie de la sécurité douce du nation-building et de la reconstruction que se trouve les plus grandes opportunités pour recourir à la puissance douce afin de promouvoir les intérêts chinois au sens large. De façon significative, les contributions les plus conséquentes au maintien de la paix en Afrique Soudan, RDC et Libéria sont également les endroits où la Chine a fait d’importants investissements dans le secteur des ressources naturelles et où la stabilité, l’infrastructure et la bonne relation de gouvernement à gouvernement percolera ultimement avec ses intérêts économiques180.

  • 181 Nye, J., Soft Power : The Means to Success in World Politics, New Edition, Public Affairs (US), 20 (...)
  • 182 Brookes, P., « China’s Influence in the Western Hemisphere », in Heritage Lectures, n° 873, 19 avr (...)

79Cette politique de séduction ne se borne pas uniquement au pouvoir civil, mais s’observe donc aussi au niveau militaire. Comme le notera encore J. Nye : « Le militaire peut également jouer un rôle important dans la création de la puissance douce. Outre l’aura de sa puissance générée par ses capacités de puissance dure, le militaire induit de nombreux échanges d’officiers, des entraînements conjoints et des programmes d’assistance avec d’autres pays en temps de paix »181. D’autres exemples illustrent nos propos. L’université de défense nationale chinoise accueille ainsi régulièrement des militaires des pays étrangers. 400 officiers étrangers obtiennent aujourd’hui leur diplôme dans des académies chinoises. De nombreux autres officiers séjournent dans le pays pour assister à des cycles de cours. La Chine participe de plus en plus à des exercices militaires communs et rien qu’en 2004, il y aura plus de cent échanges de programmes militaires182. La Chine a en outre établi des relations militaires avec près de 150 pays et a envoyé ses attachés militaires dans plus de cent pays, dont nombre de pays africains. Cette ouverture n’est pas sans arrière-pensée, car à long terme cela permet d’établir des relations avec les pays dont sont issus ces officiers étrangers et par conséquent d’avoir un plus grand pouvoir d’influence. Cela offre aussi l’occasion de récolter des informations sur le pays hôte, concernant ses installations, ses capacités et ses besoins.

5. Développement des infrastructures au service de la géostratégie et géoéconomie

  • 183 C’est la China International Fund Ltd qui entreprend les travaux. C’est une voie très importante c (...)
  • 184 Pays qui aurait des réserves de gaz intéressantes.
  • 185 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 63.
  • 186 Davies, M.I., « Special Economic Zones », in Rotberg, R.I. (Ed.), China into Africa : Trade, Aid a (...)

80La plupart des projets d’infrastructures (en particulier routiers et ferroviaires) se font en fonction d’enjeux géoéconomiques. Il en est ainsi de la voie ferrée allant de Benguela (côte angolaise) à Dilolo (frontière avec le Katanga), voie que les Chinois aimeraient relier aux voies ferrées du Katanga, pour faciliter l’exportation des minerais via l’Angola (façade atlantique). La voie vers l’Est partant de Luanshya (Zambie) vers le port de Benguela (Angola) est, elle, en construction183. Il faut également mentionner l’importance de l’Afrique australe, et en particulier du Mozambique et de son port de Beira, voie d’exportation sur l’Océan Indien. La Chine investit dans la modernisation des infrastructures ferroviaires et routières du pays, l’objectif à long terme étant de relier l’Angola au Mozambique184 (en passant par la RDC, la Zambie et le Zimbabwe) et ainsi éviter le Cap de Bonne Espérance (création d’un corridor Est-Ouest)185. La Chine promeut encore une troisième voie d’exportation via la Tanzanie, reliant la Zambie (Kapiri Mposhi) à la Tanzanie (Dar-es-Salaam) via la fameuse voie ferrée de Tanzam, longue de 1 860 km186. Plus des voies sont développées, plus l’exportation est assurée. Les voies alternatives d’exportation sont également encouragées par les pays concernés par ces projets, en raison de la concurrence avec l’Afrique du Sud. Si cette dernière contrôle sa périphérie immédiate via entre autres le Southern African Customs Union (SACU), elle inquiète les pays d’Afrique centrale, qui voient dans les voies alternatives encouragées par la Chine, une manière de se distancier de l’Afrique du Sud.

  • 187 Lire à ce sujet Struye de Swielande, T., « Piraterie maritime : un nouveau rapport de force dans l (...)
  • 188 Cité dans Lam, W., « China Flaunts Growing Naval Capabilities », in China Brief, Volume IX, Issue (...)
  • 189 Athwal, A., China-India Relations, Contemporary Dynamics, New York, Routledge 2008, p. 35.
  • 190 Selon certaines sources, la Chine posséderait 80 sous-marins, dont cinq nucléaires.
  • 191 Le sea denial est l’interdiction des mers (déni d’accès), à ne pas confondre avec le sea control, (...)
  • 192 Le colonel Huang Xueping, porte-parole du ministère de la défense déclarera pour la première fois (...)

81Si l’exploitation des ressources naturelles entraîne automatiquement la volonté de contrôler les routes d’acheminement terrestres, il ne faudrait pas oublier les voies et goulots maritimes. Dans ce contexte, il n’est guère surprenant de voir la Chine s’intéresser aux îles Seychelles ou à Madagascar (chasse gardée traditionnelle indienne) comme points d’appui pour se projeter aussi bien sur le continent africain que dans l’Océan indien187. Dans un Article du Liberation Army Daily, datant du 4 décembre 2008, le journaliste H. Kulun, argumente que l’intérêt national dépasse les territoires terrestres, maritimes et aériens pour inclure les mers et l’espace : « Nos forces armées ne doivent pas seulement défendre ‘les frontières territoriales’, mais également les ‘frontières ayant un intérêt national’.[…] Nous devons protéger non seulement nos intérêts de sécurité nationale mais également des intérêts liés au développement national (futur) »188. D’ailleurs l’influence de Mahan est de plus en plus présente dans la pensée maritime chinoise. Pour Holmes et Yoshihara : « L’influence de Mahan sur la pensée stratégique chinoise était palpable à un symposium sur la sécurité des voies de communication en 2004. Les spécialistes citèrent à tour de rôle Mahan au symposium, attestant la persistance de son influence. Et quasi sans exception, ils citeront les préceptes de Mahan ayant la consonance la plus belliqueuse »189. Pour l’américain Alfred Thayer Mahan (1840-1914), la domination des mers doit être une priorité en raison de la liberté des mers et l’exploitation des routes maritimes commerciales : le commerce sous-entend une marine marchande et une marine de guerre pour la protéger ainsi que des points d’appui (ravitaillement et réparation) sur les voies maritimes. La RPC devrait disposer d’un peu moins de cent bâtiments de surface d’ici 2010, sans oublier la modernisation de sa flotte amphibie, ainsi que de ses sous-marins190. Les capacités maritimes évoluent ainsi petit à petit de la défense côtière à une stratégie de sea denial191, et d’ici deux décennies elles devraient former une blue water navy192.

  • 193 Athwal, A., China-India Relations, Contemporary Dynamics, New York, Routledge 2008, p. 33.

82La Chine étant aussi bien une puissance eurasienne qu’une puissance maritime, elle a tiré une série de leçons de ses expériences récentes : 1) il faut une force navale puissante pour protéger le pays ; 2) une puissance qui ne comprend pas l’importance des océans est une puissance sans avenir ; 3) une puissance ne pouvant défendre ses droits maritimes ne sera jamais une puissance maritime193. En Chine, la faction dite « mahaniste » prend progressivement le dessus. Elle estime qu’il faut défendre les voies maritimes et donc construire une marine blue water et garantir une projection de puissance importante en haute mer et loin des côtes chinoises. D’autant plus que le développement de l’Empire du Milieu requiert de nouveaux marchés pour exporter ses produits finis et importer les matières premières. 90 % du commerce chinois se fait par la mer dont 22 % vers l’UE et l’Inde.

  • 194 Cité dans Holmes, J.R., Yoshihara, T., « China and the United States in the Indian Ocean. An emerg (...)

83La Chine manifeste ainsi la volonté de se doter d’une capacité de projection de force. Son repositionnement s’explique en effet par un désir d’un plus grand contrôle sur l’Océan indien. Le mahanisme chinois par rapport à l’Océan indien se résume de cette manière : « celui qui contrôle l’Océan indien contrôle l’Asie. L’Océan indien est la voie de passage pour les sept mers du monde. La destinée du monde au 21e siècle sera déterminée par l’Océan indien »194. Selon un rapport intitulé Energy Futures in Asia, la Chine adopterait ainsi une stratégie du « collier de perles » composée de bases et de liens diplomatiques et commerciaux s’étendant de la Mer de Chine à l’Afrique en passant par le Moyen-Orient : Hainan (Chine), Sittwe et îles Coco (Myanmar), Gwadar, Pasni (Pakistan) Chittagong (Bangladesh), Sri Lanka, Maldives et îles Maurice. La Chine pense d’ailleurs de plus en plus à une base permanente dans le Golfe d’Aden en soutien aux opérations anti-pirateries, à en croire le vice-amiral Yin Zhou. D’ailleurs toute la lutte contre la piraterie entre dans la volonté de maîtriser les voies maritimes des côtes africaines au détroit de Malacca. Cette volonté de « contrôler » de la part de la Chine, se comprend en raison du fait qu’elle est le premier constructeur naval au monde et qu’elle développe une flotte commerciale imposante pour avoir un plus grand contrôle sur le transport de ses matières premières et de ses produits manufacturés.

  • 195 Vircoulon, T., « La Chine, nouvel acteur de la reconstruction congolaise », in Afrique contemporai (...)

84En définitive, il apparaît évident que la présence chinoise sur le continent africain a également un intérêt géostratégique. Pour T. Vircoulon, que nous rejoignons : « À travers son activisme économique et commercial, la Chine propose, en fait, une formule de développement fondé sur le secteur des infrastructures avec des visées commerciales de long terme (notamment minière) et inscrites dans une perspective régionale ». C’est une « stratégie de ‘développement par le commerce et les infrastructures de transport’ »195.

6. Conclusion

  • 196 La Chine est responsable pour 22 % de la croissance économique mondiale en 2008 et de plus de 40 % (...)
  • 197 Le parc automobile devrait atteindre 100 millions en 2015.
  • 198 Kaplinsky, R., « China and the Terms of Trade : The Challenge to Development Strategy in SSA », Pa (...)
  • 199 Cyclope est une société d’études, spécialisée dans l’analyse des marchés mondiaux des matières pre (...)
  • 200 Bembaron, E., « Ressources naturelles : la renaissance de la Chine », in Le Figaro, 18 mai 2010.

85Cette analyse sommaire de la présence chinoise en Afrique indique que la politique de la Chine envers le continent est multiple. Celle-ci y reflète envers le continent les priorités de la Chine dans les relations internationales en général. D’un point de vue économique, il s’agit évidemment, à travers l’importation des matières premières, d’assurer son essor économique, garantie d’un « développement pacifique »196. Ce développement exige des matières premières et s’explique pour trois raisons : la demande croissante des voitures197 et appareils ménagers ; l’investissement dans les infrastructures aussi bien dans le secteur privé que public ; une partie des exportations chinoises sont des produits à forte concentration métallique (aluminium, cuivre, fer, etc.)198. Le rapport Cyclope de 2010199 renseigne que la Chine est devenue le premier importateur mondial de pratiquement toutes les matières premières et qu’elle utilise sa puissance d’achat comme une véritable arme diplomatique200. La manière dont la Chine se profile économiquement est assez bien résumée dans l’étude Chine, Afrique, Union européenne :

  • 201 Levy, J.-C., Gaborit, M., Rotteleur, S., Chine, Afrique, Union européenne : Diplomaties de proximi (...)

C’est un cadre à plusieurs volets, construit premièrement sur des accords d’État à État, deuxièmement porté par de fortes entreprises chinoises d’équipement ou de construction à ancrage provincial chinois repérable. Troisièmement, c’est un dispositif qui entraîne l’expatriation d’une main-d’œuvre chinoise plus ou moins abondante ; c’est enfin un mouvement accompagné par une émigration chinoise informelle, autour des petites entreprises et autres boutiques201.

  • 202 Cité dans Finkelstein, D., « Commentary on China’s External Grand Strategy », 38th Taiwan-US Confe (...)

86La stratégie économique chinoise sur le continent s’inscrit en fait dans la politique du Go Global ou Go out. En 2004 devant le Comité central, Hu Jintao déclarait qu’il était temps d’« accélérer la politique du ‘going out’, afin d’encourager les entreprises aptes à investir dans la création d’affaires à l’étranger, et pour mieux participer activement à la compétition et à la coopération économique et technologique internationale, ce qui élargira encore l’espace de développement et renforcera la capacité d’un développement soutenu »202. Si à la fin des années 1970, l’approche chinoise se caractérisait déjà par l’importation des technologies, depuis quelques années la règle est d’encourager les entreprises à aller à l’étranger investir, accroître les exportations, établir des joint ventures, participer à la mondialisation, conquérir des marchés, etc.

87L’économie reste la première motivation de sa présence sur le continent, mais la politique de Pékin est plus complexe et se construit sur le long terme. Contrairement à une idée reçue, elle ne se réduit pas à une empreinte économique, l’enjeu est également politique dans le cadre plus large de la redistribution du pouvoir au niveau systémique. En effet, le soutien des États africains dans les différentes enceintes internationales n’est pas inintéressant pour accroître son influence et son agenda (ex. One China Policy), d’autant que la Chine n’hésite pas à jouer la carte du partenariat Sud-Sud ou celle du passé colonial. Inversement le fait que des pays africains octroient des contrats à la Chine, garantit potentiellement à ces États une certaine mansuétude de la part de la Chine au Conseil de sécurité.

  • 203 T.V. Paul définit ce concept de la manière suivante : « Le soft balancing comprend l’équilibrage t (...)

88Toute l’approche mise en place par la Chine doit également se lire dans une volonté de contrer les États-Unis par le soft balancing203. Pékin place ses pions sur le damier du jeu de Go en ayant recours à de nombreux moyens à sa disposition. Alors que la culture occidentale privilégie des jeux comme les échecs, qui postulent un affrontement direct visant la défaite de l’adversaire, la culture asiatique, en particulier chinoise, favorise une approche indirecte, le jeu de Go en étant l’exemple par excellence. Le succès ne s’y obtient pas d’un coup ou en vertu d’un déplacement ; il résulte d’une multitude d’actions aux objectifs variés, mais au service d’une grande stratégie. La victoire ne se traduit pas par une domination incontestée mais plutôt par un partage avantageux du territoire (acquisition de zones d’influence). Ce qui importe dès lors est l’action indirecte où toutes les alliances ou combinaisons sont possibles et où prévaut la coexistence pacifique plutôt que l’élimination ou la rupture. Pas à pas, la Chine place avec une industrie subtile ses pions sur l’échiquier international à son avantage, sans que l’Occident s’en rende toujours compte.

  • 204 Cité dans Allègre, C., Jembar, D., Le défi du monde, Paris, Fayard, 2006, p. 104.

89La Chine a d’autre part une approche du temps fort différente de celle de l’Occident. « Pour un Occidental », estime José Frèches, « le temps est linéaire : le temps perdu ne se rattrape jamais et nous percevons notre vie comme un compte à rebours qui s’achèvera définitivement le jour de notre mort […] ; pour un Chinois, le temps est cyclique : le temps repasse […] en d’autres termes, le temps ne se perd pas »204. En définitive, comme le remarque avec perspicacité L. Woets :

  • 205 Cité dans Bangui, T, op. cit., 2009, p. 47.

Il est raisonnable de penser que Pékin applique au marché africain sa même logique de prévisions sur le long terme, et ainsi prend-elle en considération cette manne de 900 millions de consommateurs potentiels et les opportunités qu’elle pourrait représenter dans les décennies à venir. En d’autres termes, elle n’écarte pas un possible développement économique des États africains et cherche donc à anticiper un éventuel décollage en s’insérant d’ores et déjà dans le réseau commercial africain205.

90La Chine a bien retenu les propos fameux de Deng Xiaoping : « Observons calmement ; assurons notre position ; faisons face aux affaires avec calme ; cachons nos capacités et attendons le bon moment ; faisons tout pour maintenir un profil bas ; et ne revendiquons jamais de leadership ».

Notes

1 Zhou Enlai déclare en juin 1956 : « La Chine entreprend des coopérations économique et technique avec les pays nationalistes de l’Asie et de l’Afrique à travers l’aide au développement et ce sur le principe d’égalité, de bénéfices communs et du respect mutuel de la souveraineté. Notre but étant de favoriser le développement économique des deux parties, nous n’utilisons pas le prétexte de coopération économique pour interférer ou contrôler un pays, ou pour lui imposer des obligations militaires, politiques et économiques désavantageuses […] la Chine est un État récemment libéré dont l’économie est en retard et non indépendante. Notre capacité économique est donc limitée, et nous empruntons généralement la voie du commerce pour exercer les coopérations économiques avec d’autres pays. Mais nous comprenons le rôle essentiel de l’indépendance économique dans la consolidation de l’indépendance politique, nous voulons donc contribuer au développement économique des autres pays dans la mesure du possible, tout en continuant le développement économique à l’intérieur du pays ». (Cité dans Xue, H., « Introduction de l’aide chinoise à l’Afrique », intervention lors du séminaire « L’Aide Publique au Développement en Afrique », organisé par l’Agence française de développement, 16 octobre 2007).

2 Référence à la théorie de Mao et des trois mondes.

3 Alden, C., Alves, A.C., « History & Identity in the Construction of China’s Africa Policy », in Review of African Political Economy, n° 115, March 2008, p. 47.

4 Op. cit., pp. 48-49.

5 Chaponnière, J.-R., « Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. Évolution des analyses », in Afrique contemporaine, n° 228, 2008, p. 37.

6 Mohan, G., Power, M., « New African Choices ? The Politics of Chinese Engagement », in Review of African Political Economy, n° 115, March 2008, p. 28.

7 Chaponnière, J.-R., « Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. Évolution des analyses », op. cit., 2008, p. 36.

8 En 1970, vingt-deux pays des quarante-sept pays africains indépendants reconnaissent encore Taiwan, quinze reconnaissant seulement la Chine, cinq États ne reconnaissant aucun des deux. (Yu, G.T., « China, Africa, and Globalization : The China Alternative » (Institute for Security and Development Policy), in Asia Paper, June 2009, p. 11).

9 À l’exception de firmes telles que ZTE corporation, Huawei ou Holley Group, la majorité des sociétés privées sont de petite ou moyenne taille. Les entreprises publiques, bien que minoritaires et dépendantes de l’État central ou des provinces, continuent à dominer le marché africain. Elles sont principalement présentes dans les secteurs de l’extraction des matières premières et les infrastructures, alors que les sociétés privées sont plutôt présentes dans les domaines des services et de la manufacture et agissent souvent de manière indépendante par rapport au gouvernement chinois.

10 Ramachandran, S., « India pushes people power in Africa », in Asia Times, 13 July 2007.

11 Les exportations chinoises vers l’Afrique ont représenté 50,84 milliards de dollars (appareils électriques, textile, acier), les importations, principalement des matières premières, ont totalisé 56 milliards de dollars.

12 Les échanges économiques entre l’Afrique et la Chine étaient de 90,5 milliards de dollars en 2009 par rapport au 106 milliards de dollars de 2008 et cela en raison de la crise économique. Toutefois cette réduction de 8 % est loin d’être désastreuse si on la compare à d’autres économies : Japon (-45 %), États-Unis (-39 %), France (-22 %). (Freemantle, S., Stevens, J., « Confronting some of the major criticisms of contemporary Sino-African ties », in Standard Bank, 5 March 2010, p. 3).

13 Certains contrats ont ainsi été annulés au Nigéria et en Angola.

14 Si les importations de pétrole du continent africain correspondent à 30 % de l’ensemble des importations pétrolières chinoises, elles ne correspondent qu’à plus ou moins 5 % de ses besoins énergétiques.

15 China National Offshore Oil Company (CNPC), China Petroleum and Chemical Corporation (SINOPEC), China National Petrochemical Corporation (CNOOC).

16 Sino Union Petroleum & Chemical International.

17 La Chine s’engagera également à investir quatre milliards de dollars dans la raffinerie de Kaduna (au Nord) dans le cadre d’un projet d’accord portant sur quatre licences d’exploitation dans la région du Delta. L’exécution de ce contrat apparaît toutefois suspendue. Depuis l’arrivée au pouvoir d’Umaru Yar’Adua, tous les contrats conclus sous le président Obasanjo sont soumis à une révision en raison de la corruption et des conditions défavorables des contrats pour le pays.

18 L’Angola fournit 20 % du pétrole chinois. Cela étant, le secteur en Angola est toujours dominé par les compagnies telles que Chevron, Total, BP ou ExxonMobil.

19 Le pétrole est l’élément-clé de l’économie soudanaise, avec une production qui approche les 480 000 barils par jour en 2008, soit 95 % des exportations du pays et 60 % des revenus de l’État. Environ 55 % de cette production pétrolière est exportée vers la Chine.

20 Sous la pression internationale, Pékin a à partir de 2007 pris une position plus critique envers Khartoum, en essayant de convaincre le régime d’avoir une approche plus constructive envers la communauté internationale. La Chine a ainsi soutenu le déploiement d’une force européenne au Tchad.

21 Il semblerait que le Japon soit également intéressé par cette voie. Japan Port Consultants a été engagée pour faire une étude de faisabilité. D’ailleurs Toyota Tsusho a annoncé sa volonté de construire un oléoduc allant du Sud Soudan vers les côtes kenyanes. Les deux pays sont intéressés car ils ont obtenu des permis d’exploration dans la région et la Chine aurait en outre conclu des accords pour l’acquisition de terres arables. L’objectif final est de désenclaver des parties du Soudan, du Kenya et de l’Éthiopie.

22 La majorité des réserves pétrolières sont dans le Sud (70 à 80 %). Aussi le référendum sur l’autodétermination du Sud-Soudan (qui pourrait aboutir à la partition du pays) qui devrait être organisé en janvier 2011 prend surtout une tournure économique. Un des enjeux est évidemment la manière dont le Nord et le Sud vont parvenir à s’accorder concernant le partage des ressources pétrolières. Les puissances sont en outre convaincues que le « oui » l’emportera, aussi sont-elles déjà occupées à se positionner (surtout la Chine et les États-Unis) dans le Sud en fonction de ce scénario. Toutefois, le champ le plus important (exploité par Total) se situe sur la frontière entre le Nord et le Sud (région d’Abyei).

23 « Soudan : le Kenya négocie la construction d’un port pétrolier avec la Chine », in AFP, 15 octobre 2009.

24 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications for Development and Governance », in Occasional Paper, South African Institute of International Affairs, September 2009, n° 41, p. 7.

25 Downs, E., « The Fact and Fiction of Sino-African Energy Relations », in China Security, vol. 3, n° 3, Summer 2007, pp. 42-68.

26 En 2007, la Chine absorbait un peu moins de 10 % de la consommation pétrolière mondiale et était destinataire de plus de 10 % des importations pétrolières totales. Cette part est appelée à augmenter dans les années à venir, vu que, selon la majorité des études, la Chine consommera quinze millions de barils par jour d’ici 2030.

27 Le groupe chinois Henan est chargé de moderniser la ville de Touba. Huawei est présente dans les télécommunications. (Rodier, A., « Les Chinois à l’assaut des matières premières du continent noir », in Le Figaro, 10 février 2009).

28 À la suite de la crise économique, on observe de la part de la Chine un certain retrait du continent. Dans la région du Katanga, par exemple, plus de 80 % des mines auraient cessé d’être exploitées. En raison de la chute des prix des matières premières, l’exploitation est de moins en moins rentable et les entrepreneurs chinois (et autres) ont quitté le navire laissant sans emploi de nombreux ouvriers congolais et chinois (« China sluipt weg uit Congo », in De Standaard, 9 maart 2009).

29 Entre 30 à 40 %, des réserves mondiales connues de cobalt seraient en RDC.

30 Pour une analyse détaillée de la relation entre le Gabon et la Chine, lire Alves, A.C., « China and Gabon : A Growing Resource Partnership », SAIIA, 2008, pp. 1-21 ; Jansson, J., Burke, C., Jiang, W., « Chinese Companies in the Extractive Industries of Gabon & the DRC : Perceptions of Transparency », Center for Chinese Studies, University of Stellenbosch, August 2009, pp. 1-62.

31 Au Mozambique, il apparaît que la majorité du bois est exporté de manière illégale vers la Chine. Les rondins sont transportés vers les ports et ensuite embarqués sur des barques afin d’être transposés vers des navires, mouillant en haute mer et cela, en pleine connaissance de cause d’hommes d’affaires et membres gouvernementaux du Mozambique. (Jansson, J., Kiala, K., « Patterns of Chinese investment, aid and trade in Mozambique », in Briefing paper, Center for Chinese Studies, 2009, p. 3). Pour une analyse détaillée, lire Jansson, J., Kiala, C., « Patterns of Chinese Investment, Aid and Trade in Mozambique », in Briefing Paper, Center for Chinese Studies, October 2009, pp. 1-22.

32 Naidu, S., Mbazima, D., « China-African relations : A new impulse in a changing continental landscape », in Futures, n° 40, 2008, pp. 754-755.

33 Duteil, M., « La conquête de l’Afrique », in Le Point, 20-27 décembre 2007, p. 206.

34 Lesquels appartenaient à Katanga Mining.

35 « La Chine avance ses pions », in Afriquecentraleinfo, février 2008.

36 Il existe principalement trois sortes d’accords : les joint ventures, les accords de partage de production et des contrats de service. Dans les joint ventures, les parties partagent les risques d’exploration et d’exploitation en fonction de leur part. En général, la compagnie nationale conserve une majorité dans l’accord. Ce genre de contrat est majoritairement présent dans des pays ayant des réserves limitées et des coûts élevés. Dans les accords de partage, les multinationales financent en général l’exploration et les coûts de développement. À défaut de découvertes, les pertes sont pour la multinationale. Si on obtient une production, les profits sont partagés entre multinationales et nationales en fonction de l’accord conclu. C’est une formule avantageuse pour les États ayant peu de moyens financiers et ne pouvant se permettre de prendre des risques financiers élevés dans le secteur de l’exploration. Ces accords sont fréquents pour des pays avec des réserves importantes et des coûts moyens. Enfin, les contrats de service sont des accords où une société est sollicitée pour une tâche bien précise. En général, on retrouvera majoritairement ce genre de contrats dans les pays où les réserves sont importantes et les coûts peu élevés. (African Development Bank and the African Union, Oil and Gas in Africa, Oxford, Oxford university Press, 2009, pp. 81-83).

37 Vircoulon, T., « La Chine, nouvel acteur de la reconstruction congolaise », in Afrique contemporaine, n° 227, 3/2008, p. 108.

38 La majorité des sociétés chinoises de traitement présentes dans la province du Katanga sont dans les mains d’entrepreneurs privés chinois, qui ne reçoivent aucun soutien du gouvernement ou de l’Eximbank. Il est intéressant d’observer qu’avant la crise économique on les estimait entre douze à septante !

39 Vircoulon, T., « La Chine, nouvel acteur de la reconstruction congolaise », op. cit., p. 114.

40 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications for Development and Governance », in Occasional Paper, South African Institute of International Affairs, n° 41, September 2009, p. 7.

41 La Tanzanie est le troisième producteur d’or sur le continent, après l’Afrique du Sud et le Ghana.

42 Tenke est pour 57,75 % dans les mains de Freeport, 24,75 dans le canadien Lundin Mining Corp. et 17,5 dans Gécamines.

43 Cf. infra.

44 Tougas, D., « Canada in Africa : The Mining Superpower », in Pambazuka, November 20, 2008.

45 Selon le rapport Global Trends 2025, il y aura d’ici 2025, trente-six pays qui connaîtront un manque important de terres arables ou d’eau douce, comparé à 21aujourd’hui. Nous y reviendrons dans le chapitre cinq.

46 Cité dans « Acheter des terres agricoles, un pari peu risqué et susceptible de rapporter gros », in La Voix du Nord, 30 mars 2010.

47 Cf. infra

48 En Tanzanie, le chinois Chongqing Seed a acquis 300 hectares de terres pour cultiver du riz afin de l’exporter vers la Chine. (Rodier, A., « Les Chinois à l’assaut des matières premières du continent noir », in Le Figaro, 10 février 2009). Pour plus de détails sur la relation Tanzanie-Chine, lire Jansson, J., Burke, C., Hon, T., « Patterns of Chinese Investment, Aid and Trade in Tanzania », Center for Chinese Studies, October 2009, pp. 1-12.

49 Braeckman, C., « Ces terres d’Afrique trop convoitées », in Le Soir, 29 décembre 2009.

50 Rice-Oxley, M., « Razzia des pays riches sur les terres arables de l’Afrique », in Le Potentiel, 7 novembre 2009.

51 Cros, M.-F., « Le nouvel ordre chinois en Afrique », in La Libre Belgique, 26 avril 2006.

52 Pour plus de détails lire Idun-Arkhurst, I., « Ghana’s relations with China », SAIIA, South Africa, September 2008, p. 19.

53 Près de 50 firmes chinoises auraient obtenu pour un total de vingt milliards de dollars de contrats avec le gouvernement algérien dans le cadre du plan d’investissement massif lancé par le président Bouteflika.

54 Il existe des tensions entre les autorités angolaises et chinoises en raison de la non-exécution des contrats par certaines sociétés chinoises. En conséquence, Luanda se tourne à nouveau vers les Européens et les Américains. Pour une analyse approfondie de la relation entre la Chine et l’Angola, lire Campos, I. and Vines, A., « Angola and China, A Pragmatic Partnership », June 4, 2008 (http://www.csis.org.).

55 Kiala, C., « Chinese Construction in Angola : CITIC and the Kilamba Kiaxi Housing Project », in The China Monitor, March 2009, p. 7.

56 Cf. infra.

57 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications for Development and Governance », in Occasional Paper, South African Institute of International Affairs, September 2009, n° 41, p. 13.

58 Boungou Bazika, J.-C., Les relations économiques de la Chine avec la République du Congo, Centre d’Études et de Recherche sur les Analyses et Politiques économiques (CERAPE), février 2008, p. 3.

59 Des sociétés chinoises et européennes participent à la construction du barrage de Merowe qui est financé par l’Eximbank et certaines entités du Moyen-Orient.

60 Bates, G., Reilly, J., « The Tenuous Hold of China Inc. in Africa », in The Washington Quarterly, Summer 2007.

61 Le projet du Grand Inga pourrait produire entre 40 000 et 45 000 Mégawatts et fournir de l’électricité à 500 millions de foyers africain. Son coût est estimé à 80 milliards de dollars et devrait également fournir de l’électricité au Sud de l’Europe. (Van Apeldoorn, R., « L’électricité du Congo vendue pour alimenter l’Europe ? », in Trends/Tendances, 27 août 2009).

62 Chen, G., Goldstein, A., Chiu, P., Orr, R., An Empirical Analysis of Chinese construction firm’s entry into Africa, The CRIOCM2007, International Symposium on Advancement of Management and Real Estate, 8-13 August 2007, Sydney, Australia.

63 Pour une analyse plus détaillée des relations entre l’Éthiopie et la Chine, lire Thakur, M., « Building on Progress ? Chinese Engagement in Ethiopia », SAIIA, Occasional Paper, n° 38, July 2009, pp. 1-24.

64 Foster, V., Butterfield, W., Chen, C., Pushak, N., « Bâtir des ponts : Le rôle croissant de la Chine dans le financement des infrastructures en Afrique subsaharienne », in Tendances et Orientations, n° 5, 2009, p. xiii.

65 Braeckman, C., « Le Congo et ses amis chinois », in Le Monde Diplomatique, septembre 2009.

66 Brown, J., « China’s phone firms help Africa go mobile », in Asia Times, 18 November 2009 ; Mthembu-Salter, « Price power : China’s role in the telecommunications sector of the Democratic Republic of Congo », SAIIA, in China-Africa Policy Report, n° 6, 2008.

67 Richer, Ph., L’offensive chinoise en Afrique, Paris, Karthala, 2008, pp. 119-120.

68 Guérin, M., « Bailleurs émergents : où en est la Chine en Afrique ? », in Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, p. 106.

69 Op. cit., p. 108.

70 Les enjeux économiques sont plutôt complémentaires entre Chinois et Africains, étant donné que le besoin premier pour le développement de l’Afrique sont les infrastructures au sens large et qu’inversement la Chine a, pour pouvoir maintenir sa croissance, besoin de matières premières.

71 Guérin, M., op. cit., 2008, p. 109.

72 Prêts non assortis des conditions traditionnellement exigées par les banques commerciales et autres prêteurs à l’égard de l’emprunteur en matière de garanties.

73 Brautigam, D., « China’s African Aid, Transatlantic Challenges », International Development Program, School of International Service, American University, Washington, DC April 2008, p. 14.

74 Une majorité des prêts importants de l’Eximbank se concentre sur quelques pays (Angola, Mozambique, RDC, Soudan et Zimbabwe).

75 Fin 2009, les biens d’Eximbank étaient estimés à près de 140 milliards de dollars, dont près de 90 milliards comme créances à recouvrir.

76 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications for Development and Governance », in Occasional Paper, South African Institute of International Affairs, September 2009, n° 41, p. 9.

77 Zongwe, D.P., « Ore for infrastructure : The Contractual Form of Economic Complementarities Between China and Africa », in The China Monitor, n° 42, Center for Chinese Studies, July 2009, p. 8.

78 Cité dans Lee, P., « China has a Congo copper headache », in Asia Times, March 11, 2010.

79 Marysse, S., Geenen, S., « Les contrats chinois en RDC : l’impérialisme rouge en marche ? », in L’Afrique des Grands Lacs, Annuaire 2007-2008, p. 295.

80 Bates, G., Reilly, J., « The Tenuous Hold of China Inc. in Africa », in The Washington Quarterly, Summer 2007. Concernant la politique de l’aide publique au développement, on observe également de nombreux acteurs chinois impliqués dans le processus décisionnel : le Conseil des Affaires d’État, le ministère des finances, le ministère du commerce, le ministère des affaires étrangères, les ambassades, autres ministères et Eximbank (Pour plus de détails lire Davies, M., Edinger, H., Tay, N., Naidu, S., « How China delivers development assistance to Africa », Center for Chinese Studies, University of Stellenbosch, February 2008, pp. 13-17).

81 L’approche rationnelle sous-entend qu’il est possible de parvenir en tout temps à une décision qui soit optimale face à un problème donné. Cette approche voit essentiellement dans la décision un choix entre diverses branches d’alternatives, guidé par une analyse raisonnée des coûts et bénéfices, liés à chacune des options envisageables. La décision s’expliquerait dans ces conditions en termes d’options préférentielles prises par un décideur rationnel et parfaitement informé (Pour plus de détails : Barrea, J., Théories des relations internationales, LLN, Artel, 1994, p. 38 ; Brewer, T., American Foreign Policy : A Contemporary Introduction, USA, Prentice Hall, 1992, p. 25 et David, C.-P., Au sein de la Maison Blanche, Canada, Presses de l’Université de Laval, 1994, p. 17).

82 Alden, C., Alves, A.C., « China and Africa’s Natural Resources : The Challenges and Implications for Development and Governance », in Occasional Paper, South African Institute of International Affairs, September 2009, n° 41, pp. 11-12.

83 Cité dans Mohan, G., Power, M., « New African Choices ? The Politics of Chinese Engagement », in Review of African Political Economy, n° 115, March 2008, p. 37.

84 C’est un accord qui se bouclera en deux phases. La première phase allait de décembre 2004 à 2007 et concernaient une cinquantaine de projets (surtout énergétiques et transport). La seconde phase débutera en mars 2007 et concerne également une cinquantaine de projets (télécommunications et pêche).

85 Entre 2004 et 2009, la Chine aurait octroyé au total entre treize et dix-neuf milliards de dollars de prêts.

86 Un accord similaire a été conclu avec Banco do Brasil.

87 Breslin, S., Taylor, I., « Explaining the Rise of ‘Human Rights’ in Analysis of Sino-African Relations », in Review of African Political Economy, n° 115, 2008, p. 69.

88 L’accord conclu en 2007 devrait être renégocié partiellement, l’État gabonais voulant une plus grande part pour les entreprises locales.

89 Le consortium Comibel (Compagnie minière de Belinga) est composé de l’État gabonais et de deux sociétés chinoises : China National Machinery & Equipment Import & Export Corporation (CMEC) et Panzhihua Iron & Steel group. Ces sociétés s’engagent à construire les infrastructures nécessaires pour l’exploitation, à savoir une voie ferrée vers le port de Santa Clara, lequel sera également modernisé. (Jansson, J., Burke, C., Jiang, B., « Chinese companies in the Extractive Industries of Gabon and the DRC : Perceptions of Transparency », Center for Chinese Studies, University of Stellenbosch, August 2009, p. 18).

90 « Zim, China sign US$ 8 billion investment deals », 19 November 2009.

91 Pour M.-F. Cros : « Le contenu de l’accord avait soulevé une série de protestations chez les Occidentaux, soit dans les milieux d’affaires, où l’on craignait que les Chinois ne mettent la main sur toutes les richesses congolaises ; soit dans les milieux politiques, où l’on s’indignait de ce que Pékin coupe ainsi l’herbe sous le pied de ceux qui conditionnaient l’aide à Kinshasa à une diminution de la corruption et une amélioration des droits de l’homme ; soit dans les milieux d’aide au développement, où l’on considérait le contrat comme léonin pour le Congo ». (Cros, M.-F., « RDC : Le contrat chinois est modifié », in La Libre Belgique, 16 novembre 2009).

92 « La Chine avance ses pions », in Afriquecentraleinfo, février 2008.

93 Le consortium chinois sera rejoint par le China Metallurgical Group en juillet 2008, qui deviendra actionnaire à 20 %. Sicomines sera par conséquent contrôlé pour 28 % par China Railway ; Sinohydro, China Metallurgical Group et Gécamines, auront chacun 20 % et, enfin, Congo Simco 12 %. En d’autres termes 68 % pour les Chinois et 32 % pour la RDC. Dans la première étape, la totalité du résultat d’exploitation servira à rembourser l’investissement dans le secteur minier. Dans la seconde étape, 68 % du bénéfice servira à rembourser les travaux d’infrastructures, le solde de 32 % sera réparti entre les parties. Dans une dernière étape, le bénéfice de l’exploitation sera réparti entre les actionnaires en fonction de leur participation (« Accord inventif entre la Chine et la RDC », in L’Echo, 16 avril 2008).

94 Cros, M.-F., « Le contrat Chine-Kinshasa sera-t-il renégocié ? », in La Libre Belgique, 13 février 2009.

95 Marysse, S., Geenen, S., « Les contrats chinois en RDC : l’impérialisme rouge en marche ? », in L’Afrique des Grands Lacs, Annuaire 2007-2008, pp. 308-309.

96 Braeckman, C., « Congo Kinshasa vit à l’heure chinoise », in Le Soir, 11 janvier 2010.

97 Nous n’avons malheureusement pas pu mettre la main sur le nouveau contrat conclu entre les parties avant la mise sous presse de l’ouvrage.

98 Lee, P., « China has a Congo copper headache », in Asia Times, March 11, 2010.

99 Ibidem.

100 Ibidem.

101 Brautigam, D., « China’s African Aid, Transatlantic Challenges », International Development Program, School of International Service, American University, Washington, DC April 2008, p. 17.

102 Lire pour plus de détails Vines, A., Wong, L., Weimer, M., et Campos, I., « Thirst for African Oil : Asian National Oil Companies in Nigeria and Angola », A Chatham House Report, 2009, pp. 51-55.

103 Cissé, M., « L’affirmation d’une stratégie de puissance : la politique africaine de la Chine », CID, 2007 (www.diploweb.com)

104 Pour une analyse approfondie, lire l’étude de l’université de Stellenbosch intitulée China’s Interest and Activity in Africa’s Construction and Infrastructure Sectors, Centre for Chinese Studies, 2006.

105 Pour Jing Gu, « là où les sociétés occidentales voient un risque, les entrepreneurs chinois y voient une opportunité ». (Cité dans Gu, J., « China’s private enterprises in Africa and the implications for African development », in European Journal of Development Research, Special Issue, vol. 24, n° 1, 2009).

106 La Chine ne publie aucun chiffre à ce sujet, en particulier en ce qui concerne les dons. Par contre, on sait que l’aide humanitaire reste très limitée.

107 Weizhong, X., « Aide de la Chine à l’Afrique et ses nouveaux défis », intervention lors du séminaire « L’Aide Publique au Développement en Afrique », organisé par l’Agence française de développement, 16 octobre 2007.

108 L’investissement direct étranger désigne des investissements effectués a priori pour une longue période par une entreprise d’un pays donné dans un pays étranger, que ce soit sous la forme du rachat d’une entreprise existante ou par une implantation ex nihilo.

109 Les IDE se concentrent majoritairement dans les secteurs énergétiques et miniers, mais pas uniquement. D’autres secteurs tels que l’agriculture, les télécoms, les infrastructures sont également concernés. (Pour plus de détails lire, Kaplinsky, R., Morris, M., « Chinese FDI in Sub Saharan Africa : Engaging with large dragons », in European Journal of Development Research, Special Issue, vol. 24, n° 1, 2009).

110 Wang, J.-Y., « What Drives China’s Growing Role in Africa ? », in IMF Working Paper, International Monetary Fund, (WP/07/211), p. 11.

111 En effet, il apparaît que le rachat de 20 % des parts de la banque sud-africaine Standard Bank par l’Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) pour 5,5 milliards de dollars en 2007 n’est pas repris dans ces statistiques.

112 Hellström, J., « China’s Emerging Role in Africa : A Strategic Overview », FOI Studies in African Security, May 2009, p. 10.

113 Pour plus de details cf. Davies, M.I., « Special Economic Zones », in Rotberg, R.I. (Ed.), China into Africa : Trade, Aid and Influence, Washington DC, Brooking Institution Press, 2008, pp. 143-150.

114 Alden, C., China in Africa, London, New York, Zed Books, 2008, p. 29.

115 En 2004, Joshua Cooper Ramo parlera pour la première fois du « Consensus de Pékin », qui met l’accent prioritairement sur la stabilité et le développement et non pas sur les réformes.

116 Freemantle, S., Stevens, J., « Confronting some of the major criticisms of contemporary Sino-African ties », in Standard Bank, 5 March 2010, pp. 2-3.

117 Ibidem.

118 Kurlantzick, J., Charm Offensive, How China’s Soft Power is Transforming the World, New Haven, Conn. Yale University Press, 2007, p. 229.

119 Carmody, P. R., Owusu, F.Y., « Competing hegemons ? Chinese versus American geoeconomic strategies in Africa », in Political Geography, n° 26, 2007, p. 507.

120 Hellström, J., « China’s Emerging Role in Africa : A Strategic Overview », FOI Studies in African Security, May 2009, p. 10.

121 Cité dans Karurmbidza, J.B., « Win-Win Economic Cooperation : Can China Save Zimbabwe’s Economy ? », in Manji, F., Marks, S., African perspectives on China in Africa, Fahamu South Africa, South Africa, p. 88.

122 Op. cit., p. 87.

123 Cité dans Bangui, T., Chine, un nouveau partenaire de développement de l’Afrique : vers la fin des privilèges européens sur le continent noir ?, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 25.

124 Cité dans « Kagame salue le rôle de la Chine et tance l’Occident », in Metro, 12 octobre 2009, p. 6.

125 Cela étant Européens et Américains ne sont pas toujours très regardants dans leurs relations avec certains régimes africains. Prenons l’exemple de la France et de son soutien aux présidents Idriss Déby du Tchad, feu Omar Bongo du Gabon ou Paul Biya du Cameroun.

126 Fisher-Thompson, J., « La Chine ne constitue pas une menace pour les États-Unis », in Washington File, juillet 2006.

127 Cité dans Manji, F., Marks, S., African perspectives on China in Africa, Fahamu South Africa, South Africa, p. 5.

128 Cité dans Rodier, A., « L’Afrique se rebiffe contre le ‘néocolonialisme’ chinois », in Le Figaro, 14 octobre 2009.

129 Ibidem.

130 Cité dans Shichor, Y., « Africa warns China : Money is not enough », in Asia Times, 9 December 2009.

131 Ibidem.

132 Pour plus de détails sur cette question lire également, Vulliet, B., Kernen, A., « Petits commerçants et entrepreneurs chinois au Mali et au Sénégal », in Afrique contemporaine, n° 228, 2008/4, pp. 69-94.

133 Cf. infra.

134 Par manque d’expertise, de nombreux exportateurs africains sont dépendants du savoir-faire asiatique en matière de textile.

135 Naidu, S., Mbazima, D., « China-African relations : A new impulse in a changing continental landscape », in Futures, n° 40, 2008, p. 755.

136 Power, R., « What does the rise of China do for industrialisation in Sub-Saharan Africa ? », in Review of African Political Economy, March 2008, pp. 7-22.

137 Principalement en Afrique du Sud (50 %), au Nigéria, à Madagascar et en Angola.

138 Si dans les médias occidentaux, les bas salaires et les conditions de travail sont souvent dénoncés, les sociétés chinoises ne sont pas les seules à avoir ce monopole regrettable. En effet certaines sociétés occidentales sont également pointées du doigt et il n’est pas rare qu’il y ait des tensions entre employeurs et ouvriers.

139 En 2005, des ouvriers zambiens perdront la vie dans une mine de cuivre à Chambishi dirigée par des Chinois. Cet incident entraînera des tensions entre la population locale et les Chinois sur place.

140 Au mois d’août 2009 des tensions importantes auront lieu dans la banlieue d’Alger entre la communauté chinoise et locale. La communauté chinoise y est évaluée entre 30 000 et 50 000 personnes, principalement des commerçants et travailleurs.

141 Cité dans Michel, S., Beuret, M., « La Chine a-t-elle un plan en Afrique ? », in Afrique contemporaine, n° 228, 2008/4, p. 58.

142 Bates, G., Reilly, J., « The Tenuous Hold of China Inc. in Africa », in The Washington Quarterly, Summer 2007.

143 Si on accuse les sociétés chinoises de ne pas respecter les réglementations environnementales, elles ne sont pas les seules. Lire par exemple, « Cameroun : un projet minier bouleverse la forêt de Nkamouna », in AFP, 28 mars 2010.

144 Pozzar, M.-H., « L’aide chinoise à l’Afrique : la difficulté à penser la notion d’aide au chinoise au développement », Chaire C-A Poissant de Recherche sur la gouvernance et l’aide au développement, UQAM, octobre 2009, pp. 12-14.

145 Nye Jr, J., The Paradox of American Power : Why the World’s only Superpower can’t go it alone, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 12.

146 Nye Jr, J., Le Leadership américain : quand les règles du jeu changent, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992, p. 241.

147 Cité dans Glaser, B., Murphy, M., « Soft Power with Chinese Characteristics », in McGiffert, C. (ed.), Chinese Softpower and its implications for the United States : Competition and Cooperation in the Developing World, CSIS, March 2009, p. 15.

148 Ibidem.

149 « Renforcer sa solidarité et sa coopération avec les pays africains, c’est de tout temps l’une des pièces maîtresses de la politique extérieure d’indépendance et de paix de la Chine. Fermement attachée au maintien et à l’épanouissement de l’amitié traditionnelle sino-africaine, et prenant en considération les intérêts fondamentaux des peuples chinois et africains, la Chine veille à établir et à développer un nouveau type de partenariat stratégique avec l’Afrique, caractérisé par l’égalité et la confiance réciproque sur le plan politique, la coopération conduite dans l’esprit gagnant-gagnant sur le plan économique et le renforcement des échanges sur le plan culturel ».

150 Cité dans Wang, Y, « Public Diplomacy and the Rise of Chinese Soft Power », in The Annals of the American Academy of Political and Social Science, March 2008, p. 258.

151 Beijing Declaration of the Forum on China-Africa Co-operation, 17 November 2000.

152 Cité dans Bosshard, P., « China’s environmental Footprint in Africa », SAIIA, in China in Africa Policy Briefing, n° 3, April 2008, p. 5.

153 En raison de son histoire récente (le siècle d’humiliation), la Chine est méfiante envers toute ingérence ou interférence dans les affaires internes d’un État. D’autant plus que cela pourrait créer des précédents par rapport aux questions de Taiwan, du Xinjiang ou du Tibet.

154 Pour le Premier ministre Wen : « Nous croyons que les gens dans les différentes régions et pays, y compris ceux en Afrique, ont leurs propres droits et capacités pour se préoccuper de leurs propres affaires ». (Cité dans Jiang, W., « China’s Emerging Partnerships in Africa », Rotberg, R.I. (ed.), China into Africa : Trade, Aid and Influence, Brooking Institution Press, Washington DC, 2008, p. 55).

155 La Chine, après avoir tenu une posture négative dans le dossier du Darfour pendant des années, a réalisé qu’elle devait changer son fusil d’épaule car son intérêt de prestige et de réputation en souffrait. Et c’est grâce à l’intervention chinoise auprès du régime soudanais en 2007 qu’une résolution sera votée pour envoyer une force de maintien de la paix. Pour Erica Downs : « La Chine est face à un dilemme aigu, car Pékin doit améliorer sa réputation internationale en arrachant à Khartoum une solution pour le Darfour sans rendre pour autant le pays trop stable et faciliter le retour des majors occidentales, ce qui fragiliserait la position des sociétés chinoises ». (Cité dans Michel, S., Beuret, M., La Chinafrique. Pékin à la conquête du continent noir, Paris, Grasset, 2008, p. 279).

156 En 2006, la Chine était le second partenaire commercial du Zimbabwe. Ce dernier exporte surtout du tabac et du nickel vers la Chine. Pékin, à travers une trentaine d’entreprises exploite et rénove les mines de charbon et de chrome. (Lafargue, F., « La rivalité entre la Chine et l’Inde en Afrique australe », in Afrique Contemporaine, n° 222, 2/2007, pp. 168-169). Dans le cadre du dossier du Zimbabwe, il est intéressant d’observer que la Chine justifiera son refus de soutien aux sanctions par le fait que la SADC s’y opposait également. Ce qui permettait à la Chine de renforcer son lien Sud-Sud et d’implicitement dénoncer l’ingérence occidentale, décriée depuis longtemps par de nombreux pays africains.

157 Le premier aura lieu en 2000 et le second en 2003.

158 Cf. supra.

159 De manière générale, il est très difficile de déterminer l’importance de l’aide chinoise au continent africain. Les chiffres restent très opaques. Cf. pour plus de détails : Chaponnière, J.-P., « L’aide chinoise à l’Afrique : origines, modalités et enjeux », in L’Economie Politique, n° 38, 2/2008, pp. 7-28.

160 Jansson, J., Kiala, K., « Patterns of Chinese investment, aid and trade in Mozambique », in Briefing paper, Center for Chinese Studies, 2009, p. 3.

161 Pour un exemple des mesures concrètes prises, lire : Bosshard, P., « China : Not the rogue dam builder after all ? », April 1, 2010 (http://pambazuka.org/en/category/africa_china/63527)

162 Lancé en 2002 par la Grande Bretagne, l’EITI consiste en la réalisation d’un audit indépendant des versements réalisés par les compagnies du secteur des matières premières et les chiffres sont ensuite comparés aux recettes de l’État. Tout écart est synonyme de détournement. Une vingtaine de pays participent à cette initiative.

163 Principes établis pour surveiller et gérer les impacts sociaux et environnementaux des investissements étrangers.

164 China’s White Paper on Peaceful Development Road, Section I, PRC State Council Information Office, December 22, 2005.

165 Il est intéressant d’observer que le discours se calque sur le document de 2005.

166 Cité dans Alden, C., China in Africa, Zed Books, London, New York, 2008, p. 19. La réalité apparaît toutefois plus complexe, lire à ce sujet Richer, P., L’offensive chinoise en Afrique, Paris, Karthala, 2008, chapitre 2.

167 Mao Tse-Tung, Discours d’ouverture lors d’une conférence du parti communiste chinois, 21 septembre 1949, (http://www.marxists.org/reference/archive/mao/selected-works/volume-5/mswv5_01.htm).

168 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 143.

169 En date de 2009, quatre pays reconnaissent encore Taiwan. Il s’agit du Burkina Faso, de la Gambie, de Sao Tomé-et-Principe et du Swaziland.

170 Joffe, J., Hyperpuissance, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 70.

171 Duval, J., « Le tout-réalisme dans les relations internationales ? », (http://www.departmentofintelligence.com/fr/articles/a_intelpo_1.htm)

172 Desné, J., « La Chine veut faire rayonner ses médias à l’étranger », in Le Figaro, 21 janvier 2009.

173 Lam, W., « Chinese State Media Goes Global : A Great Leap Outward for Chinese Soft Power ? », in China Brief, Volume IX, Issue 2, January 22, 2009.

174 Ronfeldt, D., Arquilla, J., « The promise of noopolitik », in First Monday, Volume 12, number 8 (August 2007) ; Ronfeldt, D., Arquilla, J., The Emergence of Noopolitik : Toward An American Information Strategy, Santa Monica, California, Rand corporation, 1999.

175 Strange, S., States and Markets, (2nd ed.), London, Pinter, 1994, pp. 24-25.

176 En 2007, il n’y avait des attachés militaires permanents que dans quinze pays.

177 Shinn, D., « Military and Security Relations : China, Africa, and the Rest of the World », in Rotberg, R.I. (ed.), China into Africa : Trade, Aid and Influence, Washington DC, Brooking Institution Press, 2008, pp. 155-196.

178 La Chine a fourni des chars (Type 59 et 63), des véhicules de transport, des avions (J-7 et K-8).

179 Michel, S., Beuret, M., La Chinafrique. Pékin à la conquête du continent noir, Paris, Grasset, 2008.

180 Levy, R., « China’s Peacekeeping Deployments in Africa », in McGiffert, C. (ed.), Chinese Softpower and its implications for the United States : Competition and Cooperation in the Developing World, CSIS, March 2009, p. 38.

181 Nye, J., Soft Power : The Means to Success in World Politics, New Edition, Public Affairs (US), 2004.

182 Brookes, P., « China’s Influence in the Western Hemisphere », in Heritage Lectures, n° 873, 19 avril 2005.

183 C’est la China International Fund Ltd qui entreprend les travaux. C’est une voie très importante car c’est la voie la plus courte et la plus rapide.

184 Pays qui aurait des réserves de gaz intéressantes.

185 Lafargue, F., La guerre mondiale du pétrole, Paris, Ellipses, 2008, p. 63.

186 Davies, M.I., « Special Economic Zones », in Rotberg, R.I. (Ed.), China into Africa : Trade, Aid and Influence, Washington DC, Brooking Institution Press, 2008, p. 146.

187 Lire à ce sujet Struye de Swielande, T., « Piraterie maritime : un nouveau rapport de force dans l’Océan indien ? », in Notes d’analyse de la Chaire InBev Baillet-Latour sur les relations Union européenne-Chine (Université catholique de Louvain), numéro 1.

188 Cité dans Lam, W., « China Flaunts Growing Naval Capabilities », in China Brief, Volume IX, Issue 1, January 12, 2009.

189 Athwal, A., China-India Relations, Contemporary Dynamics, New York, Routledge 2008, p. 35.

190 Selon certaines sources, la Chine posséderait 80 sous-marins, dont cinq nucléaires.

191 Le sea denial est l’interdiction des mers (déni d’accès), à ne pas confondre avec le sea control, qui est le contrôle des mers, lequel nécessite le développement d’une puissance maritime de haute mer (blue water navy).

192 Le colonel Huang Xueping, porte-parole du ministère de la défense déclarera pour la première fois très officiellement, fin décembre 2008 l’intérêt porté par la Chine à la construction d’un porte-avions ajoutant que « les porte-avions sont un symbole aussi bien de la puissance nationale globale que de la compétitivité de sa force navale ».

193 Athwal, A., China-India Relations, Contemporary Dynamics, New York, Routledge 2008, p. 33.

194 Cité dans Holmes, J.R., Yoshihara, T., « China and the United States in the Indian Ocean. An emerging Strategic Triangle ? », in Naval War College Review, vol. 61, n° 3, Summer 2008, pp. 51-52.

195 Vircoulon, T., « La Chine, nouvel acteur de la reconstruction congolaise », in Afrique contemporaine, n° 227, 3/2008, p. 107.

196 La Chine est responsable pour 22 % de la croissance économique mondiale en 2008 et de plus de 40 % pour l’année 2009.

197 Le parc automobile devrait atteindre 100 millions en 2015.

198 Kaplinsky, R., « China and the Terms of Trade : The Challenge to Development Strategy in SSA », Paper prepared for Rise of China : Global Opportunities and Challenges Conference, Mount Holyoke, March 2008.

199 Cyclope est une société d’études, spécialisée dans l’analyse des marchés mondiaux des matières premières.

200 Bembaron, E., « Ressources naturelles : la renaissance de la Chine », in Le Figaro, 18 mai 2010.

201 Levy, J.-C., Gaborit, M., Rotteleur, S., Chine, Afrique, Union européenne : Diplomaties de proximité : une porte étroite pour la coopération décentralisée franco-africaine, Délégation pour l’action extérieure des collectivités locales, Ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris, 20 mars 2008, p. 27.

202 Cité dans Finkelstein, D., « Commentary on China’s External Grand Strategy », 38th Taiwan-US Conference on Contemporary China, The Brookings Institution & National Chengchi University, July 14-15, 2009.

203 T.V. Paul définit ce concept de la manière suivante : « Le soft balancing comprend l’équilibrage tacite, mais pas encore les alliances formelles. Il survient généralement quand les États développent des ententes ou des accords sécuritaires limités entre eux pour contrer un État potentiellement menaçant ou une puissance émergente. Le soft balancing s’appuie souvent sur une accumulation limitée d’armes, des exercices conjoints ad hoc, ou des coopérations dans des institutions internationales ou régionales ; ces politiques peuvent devenir des stratégies ouvertes de hard balancing si et quand la compétition sécuritaire devient intense et l’État puissant devient menaçant » (Paul, T.V., « The Enduring Axioms of Balance of Power Theory », in Paul, T.V., Wirtz, J. et Fortmann, M., (ed.). Balance of Power. Theory and Practice in the 21st Century, Stanford, Stanford University Press, 2004). Pour Walt c’est « la coordination consciencieuse de l’action diplomatique pour obtenir des résultats opposés aux préférences américaines, résultats qui ne pourraient être obtenus si les balanciers ne se soutenaient pas mutuellement jusqu’à un certain degré ». (Walt, S., « Can the United States Be Balanced ? If So, How ? », Paper prepared for the annual meeting of the American Political Science Association, Chicago, Illinois, September 2-5, 2004, p. 14).

204 Cité dans Allègre, C., Jembar, D., Le défi du monde, Paris, Fayard, 2006, p. 104.

205 Cité dans Bangui, T, op. cit., 2009, p. 47.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search