Version classiqueVersion mobile

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Introduction

Texte intégral

1Depuis quelques années, on observe, dans le chef de nombreuses puissances, un regain d’intérêt pour le continent africain. Si les États-Unis et les Européens ont fait un retour remarqué à la fin des années 1990, ils sont loin d’être les seuls à avoir réinvesti cet ensemble régional. En effet, des pays tels que le Japon, la Russie, l’Inde, le Brésil et, plus encore, la Chine ont accru leur présence dans ce qui constituait il y a peu encore le « pré carré historique » européen. La « conquête » de l’Afrique, un continent riche en matières premières (pétrole, or, cobalt, coltan, diamant, bois, uranium) constitue, en ce début de xxie siècle, un enjeu majeur. Il est, en outre, au cœur d’un jeu d’influence de plus en plus agressif, souvent au détriment des pays africains eux-mêmes. On observe dès lors sur l’échiquier africain un vrai jeu de go, chaque puissance essayant de s’y profiler.

  • 1 Cité par Del Valle, A., « De la stratégie à la géopolitique, quelques éléments d’une approche plur (...)
  • 2 Layne, C., « From Preponderance to Offshore Balancing », in International Security, vol. 22, n° 1, (...)
  • 3 Lucien Poirier défendra, le concept de « stratégie intégrale », lequel signifie que « le projet po (...)
  • 4 Barréa, J., Théories des Relations Internationales : de l’« idéalisme » à la « grande stratégie », (...)

2Cette situation n’a rien d’étonnant quand on prend conscience de la redéfinition du rôle international des grandes puissances. Le monde est aujourd’hui en proie à un processus d’ajustement géopolitique important. Sur l’échiquier mondial, chacun semble chercher sa place et s’emploie à définir une stratégie. Comme le rappelle le général Salvan : « pour atteindre les buts de leur concept les chefs politiques ont besoin d’une méthode et de moyens, c’est la stratégie ». Cette dernière est « l’ensemble des méthodes et moyens permettant d’atteindre les fins exigées par le politique »1. En reprenant l’analyse de C. Layne, la grande stratégie serait alors un processus en trois temps : 1) la détermination des intérêts sécuritaires vitaux d’un État ; 2) l’identification des menaces envers ces intérêts ; 3) la décision sur la meilleure manière d’employer les ressources politiques, militaires et économiques de l’État afin de protéger ces intérêts2. La « stratégie intégrale »3 articulerait ainsi la sécurité extérieure aux facteurs d’ordre interne que sont tant les ressources économiques et la capacité de production des acteurs que leur culture ou idéologie et les institutions politiques qui les expriment4. Les puissances émergentes suivent en outre une certaine dynamique :

  • 5 Zakaria, F., From Wealth to Power: The Unusual Origins of America’s World Role, Princeton, Princet (...)

Il y a une sorte de loi de Parkinson à propos de la sécurité nationale. Le sentiment d’insécurité d’une nation s’étend à mesure que croît sa puissance. Plus un État devient grand et puissant, plus ses dirigeants, ses élites et souvent sa population haussent leur niveau d’attente dans les affaires internationales. En outre, ils se voient destinés ou contraints de réguler les affaires internationales ou au moins de les maintenir dans un certain ordre qui leur apparaît sain. […] Seules, les nations les plus fortes peuvent développer une image plus ou moins crédible d’un monde qu’elles peuvent par leurs propres efforts nationaux, modeler, changer ou influencer, partiellement ou entièrement, en fonction de leurs espérances ; et leurs soucis, efforts et dépenses augmenteront en conséquence5.

  • 6 Jervis, R., « The Compulsive Empire », in Foreign Policy, July/August, 2003, p. 84.

3Les domaines considérés précédemment comme secondaires deviennent des intérêts vitaux et des crises ignorées auparavant sont perçues comme des enjeux. Les menaces objectives ne se sont pas renforcées, mais bien le désir des États de contrôler leur environnement. Plus la puissance d’un État s’étend, plus son intérêt national s’élargit. Aussi, si les États-Unis et les puissances émergentes se préoccupent de leurs relations entre elles, elles ne négligent nullement les changements et nouveaux équilibres géopolitiques dans les différentes régions du globe. Car comme le notait Jervis : « La majorité des États se préoccupe de leur voisinage immédiat, mais pour un hégémon (puissances dominantes et émergentes), le monde est son voisinage »6 en particulier dans un monde globalisé.

  • 7 Kagan, R., « End of Dreams, Return of History », in Policy Review, n° 144, July 2007.
  • 8 Aron, R., Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy, 1962, p. 108.
  • 9 Stanley Hoffmann parlera de systèmes modérés par rapport aux systèmes révolutionnaires.

4En 2007, R. Kagan intitulait un de ses articles : End of Dreams, Return of History7. L’histoire se répète et contrairement à une impression trop souvent répandue dans certains milieux intellectuels et académiques, les États restent « l’acteur principal » dans les relations internationales et continuent à agir sur la base de la Realpolitik. L’affirmation de Nietzsche garde une pertinence, même si elle mérite d’être nuancée : « Les États sont des monstres froids, les plus froids des monstres froids ». La compétition entre les grandes puissances est de retour, tant que les différences prendront le pas sur les convergences. Aron distingua à l’époque, les systèmes homogènes (ceux dans lesquels les États appartiennent au même type, obéissent à la même conception du politique) et les systèmes hétérogènes8 (ceux dans lesquels les États sont organisés selon des principes autres et se réclament de valeurs contradictoires)9. La constatation n’est pas obsolète malgré le changement de contexte. Les fractures idéologiques et culturelles sont par conséquent omniprésentes, rendant l’équilibre des forces plus complexe que par le passé.

5Cet ouvrage établira toutefois que réduire les relations internationales à l’acteur étatique n’est pas envisageable pour deux raisons. En premier lieu, l’État n’est pas un acteur rationnel. Au sein des États, les divers partis politiques, départements, bureaucraties ont chacun leurs propres priorités. Aussi observe-t-on souvent une concurrence acharnée entre les ministères de la défense, des affaires étrangères, de la coopération et les ambassades, limitant la possibilité d’une politique cohérente et limpide. En second lieu, si les États maintiennent leur prédominance dans les relations internationales, ils sont à la fois concurrencés et accompagnés dans leur politique par de nombreux acteurs non-étatiques (ONG, lobbies, multinationales) ayant des agendas, des intérêts et des visions susceptibles de divergences.

  • 10 Smouts, M.-C., « Que reste-t-il de la politique étrangère ? », in Pouvoirs, n° 88, 1999, p. 8.

6Comme le fait remarquer M.-C. Smouts : « Ces deux mondes s’interpénètrent et ne peuvent pas s’ignorer. Ils déploient l’un vis-à-vis de l’autre des stratégies multiples d’instrumentalisation réciproque, incluant de manière simultanée, contestation et collaboration, contournement et accommodement »10. Il arrive donc que les États soient supplantés, remplacés ou complétés par d’autres acteurs intra-étatiques ou supra-étatiques.

  • 11 Si le secteur minier reste dominé par les sociétés anglo-saxonnes, elles sont petit à petit concur (...)
  • 12 Strange, S., States and Markets : An Introduction to International Political Economy, Londres, Pin (...)

7Dans le cas présent, les multinationales du secteur des matières premières sont des acteurs incontournables dans la politique envers l’Afrique11. Il faut dès lors tenir compte des forces économiques, des marchés et des opérateurs sur ces marchés, car l’enjeu est aujourd’hui également l’acquisition de parts de marché12. Selon la définition de Lorot,

  • 13 Lorot, P., « De la géopolitique à la géoéconomie », in Revue française de géoéconomie, n° 1, mars (...)

il s’agit de l’analyse des stratégies d’ordre économique-notamment commercial-, décidées par les États dans le cadre de politiques visant à protéger leur économie nationale ou certains pans bien identifiés de celle-ci, à aider leurs entreprises nationales à acquérir la maîtrise de technologies clés et/ou à conquérir certains segments du marché mondial relatifs à la production ou à la commercialisation d’un produit ou d’une gamme de produits sensibles. La possession ou le contrôle de ces derniers confère à son détenteur-État ou entreprise nationale – un élément de puissance et de rayonnement international et concourt au renforcement de son potentiel économique et social13.

  • 14 En 2008, l’US Energy Information Administration (EIA) prévoyait, par exemple, que d’ici 2050, la c (...)

8Dès lors que la conquête des marchés14 fait partie des stratégies de politique étrangère des États, il est impératif de tenir compte de l’analyse de la géoéconomie. Pour Luttwak,

  • 15 Cité par Foucher, M., « La fin de la géopolitique », in Politique Etrangère, printemps, 1997, pp. (...)

les capitaux investis ou drainés par l’État sont l’équivalent de la puissance de feu ; les subventions au développement des produits correspondent au progrès de l’armement ; la pénétration des marchés avec l’aide de l’État remplace les bases et les garnisons militaires déployées à l’étranger ainsi que l’influence diplomatique. Ces diverses activités – investir, chercher, développer et trouver un marché – sont également le lot quotidien des entreprises privées qui les exercent pour des motifs purement commerciaux. Cette course à la maîtrise de stocks enfin accessibles se double d’un contrôle accru pour le contrôle des flux circulant sur les espaces maritimes15.

9L’objectif est toujours selon Luttwak de

  • 16 Cité par Lorot, P., « La géoéconomie, nouvelle grammaire des rivalités internationales », in Annua (...)

conquérir ou de préserver une position enviée au sein de l’économie mondiale. [...] Aux vainqueurs les positions gratifiantes et les rôles dirigeants, aux perdants les chaînes de montage, à condition que leurs marchés nationaux soient assez importants et que les importations de produits déjà assemblés soient rendus impossibles par des barrières douanières16.

  • 17 Le coltan (colombite-tantalite), dont le tantalum, est important pour entre autres les condensateu (...)
  • 18 Un exemple : La RDC, le Brésil, l’Australie, le Canada et le Nigéria ont les plus grandes réserves (...)
  • 19 EU COMMISSION, The raw materials initiative – meeting our critical needs for growth and jobs in Eu (...)

10D’autant plus que, dans ce monde en transition se caractérisant par la montée des puissances émergentes, l’offre pour certaines matières premières risque d’être réduite par rapport à la demande croissante. Sans matières premières, les sociétés modernes peuvent difficilement fonctionner. Les secteurs de la construction, de la chimie, de l’automobile, de l’espace, etc. dépendent tous de l’accès aux matières premières. Or il existe plusieurs raisons pour lesquelles l’accès à certaines de ces matières premières est primordial : 1) leur importance économique dans les secteurs de pointe17 ; 2) la concentration de certaines de ces matières dans un nombre restreint de pays18 ; 3) les risques d’approvisionnement et de dépendance des importations ; 4) le manque ou l’inexistence de substituts (ex. indium, neodynium) ; 5) une localisation partielle dans des pays sans économie de marché et/ou instable politiquement ; 6) des stratégies nationales altérant le fonctionnement du marché (taxes d’exportation, quotas, subsides)19. Enfin, un point souvent ignoré, qui a son importance : certains métaux sont découverts conjointement. Cela sous-entend que si par exemple la production de cuivre augmente ou diminue, celle du cobalt suivra la même tendance, car les deux sont en général liés. Le même raisonnement vaut pour le zinc et l’indium.

  • 20 Quand nous faisons référence aux matières premières dans cet ouvrage, il s’agit en général des pro (...)

11Il s’agit aujourd’hui de la conquête des marchés car le développement et la croissance économique sont un moyen nécessaire, bien que non suffisant pour développer sa puissance. Il peut dès lors y avoir collusion entre les États et leurs entreprises. Nous rejoignons partiellement l’analyse de Carroué, Collet et Ruiz, en ce qui concerne les matières premières20. Pour ces derniers,

  • 21 Carroué, L., Collet, D., Ruiz, C., La mondialisation : Genèse, acteurs et enjeux, France, Éditions (...)

historiquement, les États ont toujours été des acteurs majeurs du secteur énergétique. Indirectement, à travers leurs politiques économiques, industrielles, technologiques et de transport. Ou, plus directement, à travers la création de champions nationaux, publics ou privés, avec lesquels ils gardent des liens très étroits, voire symbiotiques, par la définition directe des cadres du marché et par leur politique étrangère du fait des enjeux géopolitiques21.

  • 22 The Modern World-System, vol. I : Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Eco (...)

12Cela étant, bien que les États auront tendance à défendre les intérêts de leurs entreprises et inversement, celles-ci peuvent agir également de manière autonome. Il faut par conséquent éviter de verser dans la théorie fantasmatique du complot entre États et sociétés, la réalité étant souvent plus complexe. La géoéconomie confirme aussi l’importance de la thèse de Wallerstein et son « système monde » : centre, semi-périphérie et périphérie22. F. Braudel partage cette analyse en estimant que

  • 23 Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècles), Paris, Armand Colin, 3 volu (...)

toute économie-monde est un emboîtement, une juxtaposition de zones liées ensembles, mais à des niveaux différents. Sur le terrain, trois ‘aires’, trois catégories au moins se dessinent : un centre étroit, des régions secondes assez développées, pour finir, d’énormes marges extérieures. […] Le ‘cœur’ réunit tout ce qui existe de plus avancé et de plus diversifié. L’anneau suivant n’a qu’une partie de ces avantages, bien qu’il y participe […] L’immense périphérie, […] c’est au contraire l’archaïsme, le retard, l’exploitation facile par autrui23.

  • 24 L’Afrique subsaharienne représente plus ou moins 5 % des réserves mondiales pétrolières (7 % de la (...)
  • 25 Réparti principalement entre l’Afrique du Sud (8 %) et la Namibie (5 %) et le Niger (5 %).

13L’Afrique forme un bel exemple de cette complexité actuelle des relations internationales, puisqu’on y retrouve de nombreux acteurs dont les intérêts s’entremêlent, s’opposent et parfois se complètent. Alors que l’Afrique représente moins de 3 % du commerce mondial, tout le monde s’y bouscule. L’Afrique est un continent à la fois riche et pauvre, ce qui accroît son intérêt stratégique. Le continent africain est avant tout entouré de passages maritimes importants : les détroits de Gibraltar, de Bab el Mandeb, du Mozambique, le Canal de Suez, le Cap de Bonne-Espérance et le Golfe de Guinée. L’Afrique est également connue pour sa biodiversité, ses forêts tropicales, son potentiel touristique et ses réserves importantes en matières premières. À ce propos, le continent possède des réserves pétrolière et gazière, estimées à plus de 10 % des réserves mondiales. Les principales réserves prouvées de pétrole se trouvent en Libye (35 %), au Nigéria (31 %), en Algérie (10 %) et en Angola (8 %). Pour la production de gaz, quatre pays se partagent la part principale du gâteau (plus de 85 %) : l’Algérie, l’Égypte, le Nigéria et la Libye. Les plus grandes réserves prouvées se situent par contre au Nigéria, en Algérie, en Égypte et enfin en Angola24. Un peu plus de la moitié du gaz produit est exportée, principalement vers l’Europe. Pour d’autres matières premières, les chiffres concernant les réserves mondiales sont bien plus impressionnants : platine (90 %), cobalt et chrome (60 %), manganèse (50 à 60 %), or (30 à 40 %), uranium25, bauxite et titane (25 à 30 %) et cuivre (10 à 15 %).

  • 26 UNFPA, State of World Population 2007, Unleashing the Potential of Urban Growth, 2007.

14Bien que riche en toute sorte de matières premières, le continent est pourtant confronté à une série de défis sociaux, économiques et politiques. Si l’Afrique comprend 10 % de la population mondiale, elle renferme 30 % des pauvres du globe. Et nombreux sont ceux qui vivent avec moins d’un dollar par jour. L’Afrique a le taux de naissance le plus élevé au monde et sa population devrait passer de 900 millions à 2,4 milliards d’ici 2050. On y retrouve une population jeune confrontée au chômage, à un manque d’accès aux besoins élémentaires (alimentation, sanitaire) et sous-éduquée. Ce qui est source d’instabilité sociale et politique, comme on peut déjà l’observer aujourd’hui dans de nombreux pays. Le rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUP) de 2007 confirme en outre une urbanisation de plus en plus importante en Afrique. Si environ 50 % de la population mondiale vit en ville en 2007, en particulier le long du littoral, plus de 60 % de la population mondiale y vivra en 2030. Cette croissance sera principalement absorbée par les villes situées dans des régions en voie de développement26. D’ici 2030, la population urbaine en Afrique passera ainsi de près de 300 millions à 740 millions. Cette urbanisation galopante du monde entraîne(ra) des défis considérables. En effet, si par le passé les normes de vie en ville étaient considérées comme meilleures, ce n’est plus nécessairement le cas de nos jours. Les villes s’agrandissent et on observe des « zones d’urbanisation régionale » qui dépassent de loin le concept de ville au sens propre. Il existe ainsi une prolifération inquiétante des bidonvilles et banlieues. On estime d’ailleurs que, d’ici 2030, près d’un milliard de personnes, soit une sur six, vivront dans des bidonvilles surpeuplés et miteux (ex. Kinshasa et Lagos). Une grande partie de ces zones sera contrôlée par toutes sortes de cartels, de mafias ou de bandes armées et ne sera par conséquent plus sous la direction et l’administration de l’autorité étatique. Le problème de l’urbanisation galopante dans de nombreuses villes, ne peut qu’entraîner des effets négatifs à court terme. En effet, le manque de logements, d’infrastructures, de transports, de sanitaires et d’opportunités entraîne des conditions de vie terribles, avec la menace d’instabilités incontrôlables, sans parler d’un développement économique parallèle ou informel. On évalue déjà aujourd’hui qu’en Afrique subsaharienne plus de la moitié des emplois en milieu urbain sont dans le secteur informel.

15L’Afrique reste parallèlement fortement marquée par des États faibles caractérisés par la corruption, des infrastructures inexistantes, un manque de bonne gouvernance, un système judiciaire peu développé, rendant le commerce et les investissements risqués. Elle est la proie également d’hommes d’affaires, multinationales, trafiquants sans scrupules. Si le nombre de conflits sur le continent s’est réduit ces dernières années, l’insécurité demeure aiguë entraînant des désastres humanitaires et rendant entre autres tout développement économique soutenu impossible. Pensons à la piraterie (Somalie, Nigéria), au terrorisme (Maghreb, Sahel), aux chefs de guerre (Côte d’Ivoire), aux enfants soldats (RDC), aux trafics de tout genre (drogues, pétrole, humains). Un autre problème rampant est celui du SIDA. Plus de vingt-quatre millions d’Africains sont atteints du SIDA, en particulier en Afrique du Sud, au Botswana et en Zambie. Dans certains de ces pays, un quart de la population est atteinte, ce qui a des conséquences dramatiques sur la structure sociale et la force de travail, avec des effets boules de neige catastrophiques : baisse de la productivité, de la formation, hausse de la criminalité, des orphelins, etc. Mais il n’y a pas que le SIDA qui tue. Il faut rappeler que la malaria tue encore chaque année un million d’Africains. En outre, au-delà des conflits internes entre clans et ethnies, manipulés parfois par les pays limitrophes et/ou grandes puissances, l’Afrique est touchée par de nouvelles problématiques : le changement climatique qui entraîne par exemple des mouvements de population du rural vers les villes ou vers les pays voisins ; le trafic de stupéfiants venant d’Amérique latine qui passe aujourd’hui par des « routes africaines » : Cap Vert et Guinée Bissau.

16À travers ce bref aperçu, le continent apparaît riche en matières premières, mais parallèlement confronté à de nombreux défis internes, sur lesquels le jeu des grandes puissances se greffe. C’est à ce dernier point qu’est consacré cet ouvrage. Il ne s’agit ici nullement de faire une micro-analyse de la situation sur le terrain ou d’étudier les pays africains et leurs rapports, mais bien de comprendre l’attitude d’une série de puissances envers le continent africain et de percevoir, en tenant compte de ce qui précède, comment les puissances se repositionnent en Afrique et pour quelles raisons. Il s’agit par conséquent non pas d’un ouvrage sur l’Afrique, mais bien sur la présence et les intérêts des puissances externes en Afrique.

17Cette recherche s’appuie principalement sur des sources de langue anglaise et française, comprenant de nombreux ouvrages, articles et documents officiels. La recherche s’est faite également à partir d’interviews sur place. Les protagonistes ayant souhaité l’anonymat, leurs analyses, commentaires et autres ont été intégrées dans le texte. À cet égard, des contradictions ressortent en fonction des personnes interrogées ou entendues, confirmant la règle : « Where you sit influences where you stand ». Malgré l’abondance des sources sur le sujet, elles varient dans leur qualité et leur pertinence, en particulier dans les chiffres et statistiques. Il apparaît impossible de pouvoir obtenir par exemple, concernant la Chine, des chiffres fiables à 100 %. Il arrive également souvent de lire des informations contradictoires, rendant une analyse objective difficile. Un autre problème réside dans la confusion souvent opérée entre l’Afrique (comprenant l’Afrique du Nord) et l’Afrique subsaharienne, ce qui là encore rend les données parfois indéchiffrables.

  • 27 Chauprade, A., Introduction à l’analyse géopolitique, Paris, Ellipses, 1999, p. 284.
  • 28 Pour F. Thual : « La poursuite des objectifs de court terme, de moyen terme et de long terme, ne n (...)

18Le champ temporel de cet ouvrage couvre essentiellement la période de l’après-Guerre froide. Le champ géographique de l’étude s’étend principalement à l’Afrique subsaharienne, bien que nous aborderons également les pays de l’Afrique du Nord. Par rapport à ce champ géographique de l’Afrique, nous attacherons une attention particulière au rôle joué par la superpuissance (les États-Unis) et certaines puissances émergentes (Chine, Union européenne, Inde, Japon, Russie et Brésil), ainsi que certaines puissances moyennes (Pays du Golfe, Turquie, Iran et Corée du Sud). En corollaire, la saisie des problèmes dans l’espace suppose que la politique des acteurs puisse s’expliquer par un premier bilan des relations bilatérales. Ce dernier est ensuite inséré dans sa dynamique régionale, avant d’être glissé dans son contexte systémique. Il en va de même pour la notion du temps. Ici, aussi il est important de voir l’événementiel, le conjoncturel, le structurel, le court terme, le moyen terme et le long terme27 et les apparentes contradictions que cela peut entrainer28. C’est la voie suivie tout au long du livre.

19L’ouvrage se décline en cinq chapitres. Le premier s’intéresse à la Chine. Nous y étudierons la stratégie de la Chine sur le continent, en tentant de dépasser les simplismes véhiculés dans de nombreux médias sur cette présence, considérée souvent comme scandaleuse et contreproductive. Nous verrons cependant que l’approche de Pékin est très réfléchie, s’appuyant sur le long terme et comprenant plusieurs volets. Le second chapitre traite des États-Unis, pour voir comment Washington reprend pied en Afrique après l’avoir partiellement abandonné à la fin de la Guerre froide et comment cette présence entre dans le dessein global de la politique étrangère américaine. Le troisième chapitre est consacré à l’Union européenne. Il s’agit de comprendre quelle politique est développée par Bruxelles, en tant qu’acteur des relations internationales. Le quatrième chapitre examine une série de puissances émergentes qui sont moins mentionnées dans la littérature, mais qui s’imposent de plus en plus sur le continent et dont il faudra tenir compte dans les années à venir. Il s’agit du Japon, de l’Inde, de la Russie et du Brésil. Le cinquième chapitre évoque la présence de quelques acteurs secondaires (Pays du Golfe, Iran, Turquie et Corée du Sud), qui montrent que l’enjeu de l’Afrique est mondial. L’ouvrage se clôture par une analyse plus critique des enjeux et défis du continent africain.

Notes

1 Cité par Del Valle, A., « De la stratégie à la géopolitique, quelques éléments d’une approche pluridisciplinaire », in Géostratégiques, n° 4, 2001.

2 Layne, C., « From Preponderance to Offshore Balancing », in International Security, vol. 22, n° 1, Summer 1997, p. 88.

3 Lucien Poirier défendra, le concept de « stratégie intégrale », lequel signifie que « le projet politique s’accomplit par [...] la manœuvre de l’ensemble composite des forces spécifiques que génère (stratégie des moyens) et emploie (stratégie opérationnelle) chacune des stratégies englobées que sont ses trois composantes : les stratégies générales économique, culturelle et militaire ». (Poirier, L., « Une méthode de stratégie militaire prospective (1969-1974) », in Essais de stratégie théorique, Les Sept Épées, cahiers n° 22, FEDN, 1983, p. 113).

4 Barréa, J., Théories des Relations Internationales : de l’« idéalisme » à la « grande stratégie », Namur, Editions Érasme, 2002, p. 5.

5 Zakaria, F., From Wealth to Power: The Unusual Origins of America’s World Role, Princeton, Princeton University Press, 1999, p. 185.

6 Jervis, R., « The Compulsive Empire », in Foreign Policy, July/August, 2003, p. 84.

7 Kagan, R., « End of Dreams, Return of History », in Policy Review, n° 144, July 2007.

8 Aron, R., Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy, 1962, p. 108.

9 Stanley Hoffmann parlera de systèmes modérés par rapport aux systèmes révolutionnaires.

10 Smouts, M.-C., « Que reste-t-il de la politique étrangère ? », in Pouvoirs, n° 88, 1999, p. 8.

11 Si le secteur minier reste dominé par les sociétés anglo-saxonnes, elles sont petit à petit concurrencées par les sociétés asiatiques. Le secteur reste toutefois oligopolistique, en particulier après les nombreuses fusions de ces dernières années. Le marché minier est contrôlé à 70 % par une quinzaine de firmes (Freeport, Rio Tinto, Vale, BHP). Les marchés du café, de la banane et du thé par moins de cinq multinationales. Le marché pétrolier et gazier est pour sa part plus ouvert. (Pour une analyse approfondie lire : Matthysen, K., Custers, R., Africa’s Natural Ressources in a Global Context, IPIS, August 2009).

12 Strange, S., States and Markets : An Introduction to International Political Economy, Londres, Pinter, 1988, p. 9.

13 Lorot, P., « De la géopolitique à la géoéconomie », in Revue française de géoéconomie, n° 1, mars 1997, p. 29.

14 En 2008, l’US Energy Information Administration (EIA) prévoyait, par exemple, que d’ici 2050, la consommation énergétique croîtrait de 50 % (19 % dans les pays de l’OCDE et 85 % dans les pays non OCDE).

15 Cité par Foucher, M., « La fin de la géopolitique », in Politique Etrangère, printemps, 1997, pp. 27-30.

16 Cité par Lorot, P., « La géoéconomie, nouvelle grammaire des rivalités internationales », in Annuaire Français des Relations Internationales, 2000, p. 112.

17 Le coltan (colombite-tantalite), dont le tantalum, est important pour entre autres les condensateurs dans les circuits électroniques, les industries de la défense, de l’aviation et de la médecine en raison de sa résistance à de hautes températures et à la corrosion chimique. La phase de traitement du coltan (séparation de la colombite de la tantalite) est contrôlée par principalement trois sociétés : Cabot Corporation (États-Unis), HC Starck (Allemagne) et Ningxia (Chine). Il est utilisé dans les technologies de pointe par des sociétés telles qu’IBM, Alcatel, Dell HP, Hitachi, Intel, Nokia, Siemens, Ericsson, etc.

18 Un exemple : La RDC, le Brésil, l’Australie, le Canada et le Nigéria ont les plus grandes réserves au monde de coltan. Selon certaines sources, les réserves de coltan en RDC correspondraient à 60 à 80 % des réserves mondiales. L’Afrique et l’Australie fournissent 30 % des besoins actuels, suivis par le Brésil (15 %) et la Chine (8 %).

19 EU COMMISSION, The raw materials initiative – meeting our critical needs for growth and jobs in Europe, {SEC(2008) 2741} Brussels, 4.11.2008 COM(2008) 699 final, pp. 3-4. L’UE identifie plus de 450 restrictions d’exportation pour plus de 400 matières premières différentes.

20 Quand nous faisons référence aux matières premières dans cet ouvrage, il s’agit en général des produits énergétiques (pétrole, gaz, charbon, uranium), des métaux de base dits ferreux (fer, cuivre, bauxite, plomb, étain, manganèse), des métaux non métalliques (amiante, phosphate, potasse, souffre ou diamant), des métaux pour les alliages (cobalt, tungstène, vanadium, chrome et molybdène), des métaux rares (titane, zirconium) et des métaux précieux (or, argent, platine) (Houillon, C.-A., Guide pratique des marchés de matières premières et de l’énergie, Québec, Sefi éditions, 2005, p. 20).

21 Carroué, L., Collet, D., Ruiz, C., La mondialisation : Genèse, acteurs et enjeux, France, Éditions Bréal, 2009, p. 260.

22 The Modern World-System, vol. I : Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, New York/London, Academic Press, 1974 ; The Modern World-System, vol. II : Mercantilism and the Consolidation of the European World-Economy, 1600-1750, New York, Academic Press, 1980 ; The Modern World-System, vol. III : The Second Great Expansion of the Capitalist World-Economy, 1730-1840’s, San Diego, Academic Press, 1989.

23 Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècles), Paris, Armand Colin, 3 volumes, 1979.

24 L’Afrique subsaharienne représente plus ou moins 5 % des réserves mondiales pétrolières (7 % de la production) et 5 % du marché gazier. En Afrique subsaharienne, les principaux producteurs de pétrole sont l’Angola, le Soudan, le Nigéria et le Gabon.

25 Réparti principalement entre l’Afrique du Sud (8 %) et la Namibie (5 %) et le Niger (5 %).

26 UNFPA, State of World Population 2007, Unleashing the Potential of Urban Growth, 2007.

27 Chauprade, A., Introduction à l’analyse géopolitique, Paris, Ellipses, 1999, p. 284.

28 Pour F. Thual : « La poursuite des objectifs de court terme, de moyen terme et de long terme, ne nécessite pas la même temporalité. Le passage entre ces trois paliers de visée et d’intentionnalité, entre ces trois niveaux est incessant. Continuité, réversibilité, transversalité entre les trois paliers de l’action diplomatique sont indispensables. Dans sa réalité opérationnelle l’action diplomatique conjugue et synthétise en permanence le court, le moyen et le long terme. Cependant, elle se doit aussi de les distinguer faute de télescopages dangereux. Le temps diplomatique procède à un repyramidage permanent de ses priorités, à une hiérarchisation en perpétuelle mutation de ses échéances et de ses choix, et le temps diplomatique ne peut être un temps d’efficacité qu’en distinguant et en séparant le conjoncturel du structurel. Simultanément, le temps diplomatique doit aboutir à une synthèse sans confusion des étages de son action. Le temps diplomatique distingue les champs de temporalité sans pour autant les séparer » (Thual, F., Contrôler et Contrer : Stratégies géopolitiques, Paris, Ellipses, 2000, pp. 13-14).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search