Desktop versionMobile version

La Chine et les grandes puissances en Afrique

 | 
Tanguy Struye de Swielande

Préface

Tanguy de Wilde d’Estmael

Full text

Les puissances, les ressources et l’Afrique : modèle de Pékin ou esprit de Lomé-Cotonou ?

1« L’Afrique est un continent à la fois riche et pauvre, ce qui accroît son intérêt stratégique », avance Tanguy Struye dans cette publication qui porte sur les « jeux » et les enjeux de puissance(s) sur le continent africain, en particulier au sud du Sahara. Riche, l’Afrique l’est par des ressources naturelles en abondance. Pauvre, elle le demeure par un développement largement inachevé. Certaines puissances ont bien compris la tentation de résoudre l’équation par un troc magistral : apporter les infrastructures du développement en échange de l’octroi ou de l’exploitation de matières premières (minerais, hydrocarbures ou même terres arables). C’est l’une des voies empruntées par la Chine. Mais ce modus operandi ne laisse pas d’intriguer, voire d’inquiéter. Certes, en l’espèce, les ressources ne sont plus une « malédiction » pour l’Afrique, puisque l’appétence à leur égard n’engendre pas d’effroyables violences, comme par le passé récent, mais bien des contrats prima facie mutuellement profitables. Il n’empêche que ce genre de troc pourrait inaugurer l’équivalent « doux » d’une colonisation rampante. L’auteur démontre d’ailleurs qu’une forme nouvelle de conquête est lancée sur le continent noir, un singulier « impérialisme des ressources ».

2Dans cette compétition, la Chine est peut-être en train de prendre une longueur d’avance puisqu’elle ne pratique aucune conditionnalité dans son action extérieure. Pékin considère ad intra comme ad extra le développement comme une question économico-marchande, une sorte de rattrapage, de fossé à combler, pour s’assurer une place à la mesure de son envergure. A contrario, l’Union européenne (UE), par exemple, distingue davantage le commerce international de la coopération au développement, tout en liant les faveurs techniques et financières à certains progrès des principes démocratiques au sein des pays bénéficiaires. Or l’Afrique semble bien être redevenue un eldorado géopolitique où ne pas se positionner ou se positionner avec des conditions pourrait à terme apparaître comme une occasion manquée. Le consensus de Washington, qui reposait sur les prescrits du FMI et de la Banque mondiale imposant des ajustements structurels aux économies, l’esprit des conventions de Lomé puis de Cotonou que l’UE insufflait pour conditionner ses aides, semblent avoir du plomb dans l’aile par rapport à ce qu’on pourrait nommer le « modèle de Pékin ». Moins compassionnel, moins normatif, moins politique, ce modèle recycle les principes de la coexistence pacifique et s’attache au bénéfice économique mutuel, sans grande considération pour la bonne gouvernance des régimes politique africains.

3Avec minutie, l’ouvrage répertorie et illustre le partage des ressources qui est en marche sur le continent. Il débusque les rapports de force à l’œuvre en Afrique dans le chef des puissances, grandes, moyennes ou émergentes. Celles-ci se positionnent à travers leur diplomatie publique, leurs aides gouvernementales et leurs entreprises, dont le degré d’autonomie par rapport au pouvoir varie selon les États concernés. Nourrie par un travail de terrain en République démocratique du Congo, la recherche contenue dans cet ouvrage offre un regard lucide sur des recompositions géopolitiques encore largement inachevées. L’auteur invite aussi les États membres de l’UE à mieux cerner ce qui dans la réalité demeurera irréductible à des principes utopiques et à ne pas s’évader dans une vision escomptée, mais imaginaire, d’un ordre international où les rapports de force seraient transcendés par une « gouvernance globale » bien hypothétique.

4L’avertissement serait aussi susceptible d’être prolongé dans une réflexion sur ce que la Chine et l’UE apportent chacune comme valeur ajoutée en Afrique. La Chine s’impose par une main d’œuvre que les Européens ne sont guère à même de fournir. Mais maints États membres de l’UE peuvent s’appuyer sur une expertise et une expérience de l’Afrique, forgées de longue date, et des capacités d’un niveau technologique que Pékin n’a pas (encore) atteint. Idéalement, les atouts respectifs pourraient se combiner, si les partenaires parvenaient à s’entendre sur le degré admissible de conditionnalité politique, sociale et environnementale de leurs actions sur le continent africain… Pour être de taille, ce défi d’un consensus « bruxellopékinois » pour l’Afrique n’en mériterait pas moins d’être relevé dans le cadre du partenariat stratégique entre l’UE et la Chine.

Author

Professeur à l’Université catholique de Louvain (UCL)
Directeur de la Chaire InBev-Baillet Latour « Union européenne-Chine »

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search