Version classiqueVersion mobile

Argumentation et dialectique en Islam

 | 
Abdessamad Belhaj

Glossaire

Texte intégral

1Dalīl : preuve : argument : l’ensemble des prémisses d’un syllogisme.

2Dans la dialectique théologique, il s’agit de la preuve inductive, istiqrā᾽ qui réfère à un signe présent (šāhid) qui indique l’absent (ġā᾽ib). Dans la dialectique juridique, dalīl est une preuve légale qui indique un jugement dans un cas juridique précis. Il peut être scripturaire ou analogique. Dans ādāb al-baÎḥṯ, dalīl est l’ensemble des deux prémisses (la mineure et la majeure) d’un syllogisme. Muqaddimat ad-dalīl est une prémisse du syllogisme.

3Ğadal : dialectique : les philosophes arabo-musulmans ont souvent utilisé le terme pour Les Topiques dans un sens technique, celui de l’art, ṣinā᾽a. De leur part, les théologiens ont nommé la dialectique théologique, adab al-ğadal avec une portée éthique centrée sur les bonnes manières à adopter dans la controverse. Les juristes ont fini par imposer la dialectique juridique comme la science de la dialectique, ᾽ilm al-ğadal, qui étudie la réfutation et la défense d'un raisonnement analogique basé sur une cause légale, qiyās al-᾽illa.

4Ġaṣb : usurpation : il s’agit d’un cas d’exclusion, dans ādāb al-baḥṯ,où le questionneur s’approprie la fonction d’argumenter contre la mineure ou la majeure alors que la fonction d’argumenter, à ce stade de la discussion, appartient au répondant. Le premier doit se contenter, le cas échéant, de signaler son objection aux prémisses du syllogisme du répondant.

5Ifḥām : réfuter la thèse avec succès qui implique que le répondant accepte l’objection, l’invalidation ou la contre-argumentation du questionneur.

6Ilzām : défendre la thèse avec succès qui implique que le questionneur accepte le raisonnement du répondant.

7Istifsār : demander des explications : exiger des définitions ou des clarifications terminologiques.

8Man‛ : exclusion : rejet d’une thèse : protestation : mettre en doute une thèse : exiger une preuve. Dans ādāb al-baḥṯ, il s’agit pour le questionneur d’émettre une objection à l’égard de la majeure ou de la mineure du syllogisme adopté par le répondant. En effet, il exige par là un argument en faveur de la prémisse en question.

9Mu‛allil : le répondant (également muğīb et mustadill). Dans ādāb al-baḥṯ, il est le promoteur d’une thèse ou d’un raisonnement (littéralement d'une cause légale, ‛illa).

10Mu‛āraḍa : contre-argumentation. Soit tirer des conclusions opposées à celles de l’adversaire basées sur ses deux prémisses ou sur des prémisses différentes.

11Mudd‛ā : thèse.

12Madlūl : le prouvé. Dans la dialectique théologique, c’est le signifié. Dans la dialectique juridique, c’est le jugement, ḥukm. Dans ādāb al-baḥṯ, les dialecticiens utilisent madlūl pour la conclusion d’un syllogisme.

13Mukābara : opiniâtreté : obstination.

14Munāẓara : débat (dans le sens général qui englobe toutes sortes de débats littéraires, scientifiques, réels, imaginaires, didactiques…). Dans ādāb al-baḥṯ, munāẓara est une discussion scientifique entre un questionneur qui vise à réfuter une thèse et un répondant qui la défend.

15Muṣādara : Dans ādāb al-baḥṯ, prendre la conclusion comme prémisse ou comme l’ensemble des prémisses.

16Naqḍ : L’invalidation de la ratio legis dans la dialectique juridique : l’invalidation de l’ensemble des prémisses d’un syllogisme dans ādāb al-baḥṯ.

17SĀ᾽il : le questionneur (également māni‛ et mu‛tariḍ).

18Šāhid : témoin : dans ādāb al-baḥṯ, c’est le principe qui justifie l’invalidation d’un raisonnement entrepris par le questionneur (l'ensemble des prémisses du syllogisme), dalīl. Le questionneur doit soutenir son invalidation par un témoin sans recourir à un autre raisonnement.

19Sanad : appui : dans ādāb al-baḥṯ, il s’agit de l’appui de l’exclusion sur lequel se fonde le questionneur lorsqu’il émet une objection à l’encontre d’une prémisse.

20Taqsīm : division : disjonction : syllogisme disjonctif.

21Ta‛rīf : dans ādāb al-baḥṯ c’est la définition selon la tradition d’Avicenne. Dans la dialectique juridique (ğadal), les juristes emploient plutôt le terme ḥadd.

22Taṣdīq : proposition : prédication.

23Taṣḥīḥ an-naql : authentification de la transmission ou de la citation.

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search