Version classiqueVersion mobile

Argumentation et dialectique en Islam

 | 
Abdessamad Belhaj

Prise de vue

Texte intégral

  • 1 L. Gardet avait perçu l’ambivalence de la culture arabo-musulmane à travers la dialectique : « Si (...)

1Ceux qui tentent de savoir plus sur l’art du débat en islam seraient frappés par l’absence d’une littérature secondaire suffisamment développée pour analyser une somme considérable de sources primaires. Outre sa contribution académique à combler ce manque, l’intérêt de la présente étude participe à la réflexion et à l’analyse de l’évolution de l’argumentation dans la littérature scientifique arabe. Dans cette introduction, je commence par esquisser les points de repère de la littérature sur le débat que je classe selon deux critères, celui du champ du débat (littérature, fiqh, etc.) et celui de la spécialisation où je me suis uniquement intéressé aux auteurs qui ont dédié une part de leurs efforts aux études argumentatives en termes de quantité et de qualité. Comme dans n’importe quel sujet des sciences humaines, cette étude aspire à avoir un intérêt culturel général. Par là j’entends sa participation à mieux cerner quelques séquences, de forme ou de contenu, dans la tradition dialectique arabo-musulmane1.

  • 2 Wagner, E., "Munāẓara ", in The Encyclopaedia of Islam, éds. C. E. Bosworth, E. van Donzel, W. P. (...)
  • 3 Aussi manāqib qui désigne une littérature variée qui met en avant certaines qualités d’une personn (...)
  • 4 Wagner, E., "Munāẓara ", pp. 566-567.
  • 5 Wagner, E., Die arabische Rangstreitdichtung und ihre Einordung in die allgemeine Literaturgeschit (...)

2Il faut accorder, dans l’étude de la munāẓara, et plus particulièrement du débat littéraire, le statut de pionnier à E. Wagner. Son article dans l’E.I donne une synthèse de grande qualité sur l’ensemble des éléments liés à la munāẓara d’une manière générale. Cependant, la munāẓara littéraire a eu droit à plus de détails et d’explication dans son texte. Il a, aussi, abordé quelques questions liées à la munāẓara théologique et juridique, mais ne semble pas définir clairement les relations entre les différentes formes de la munāẓara2. Il a également négligé les formes dialoguées dans le Coran et dans les traditions prophétiques ou autres transmissions religieuses (quoiqu’il ait tenu à mentionner le genre3 comme une expression de munāẓara)4. Son article dans l’E.I résume son court travail intitulé Die arabische Rangstreitdichtung und ihre Einordnung in die allgemeine Literaturgeschichte5. Par-dessus tout, la contribution d’E. Wagner est décisive en ce qui concerne la description et l’analyse de la forme du débat littéraire.

  • 6 Un concours tribal oral pré-islamique où les protagonistes se mettent à énumérer les qualités de l (...)
  • 7 Des poèmes satiriques arabes échangés entre poètes de l’ère omeyyade eux-mêmes porte-paroles de ca (...)
  • 8 Un genre littéraire qui consiste à étaler les avantages et les inconvénients d’une chose ou d’une (...)
  • 9 van Gelder, Geert Jan,"Debate Literature", in The Encyclopedia of Arabic Literature, éds. J. M. Me (...)
  • 10 van Gelder, Geert Jan, "The Conceit of Pen and Sword : On an Arabic Literary Debate", Journal of S (...)
  • 11 van Gelder, Geert Jan, "Arabic Debates of Jest and Earnest" in Dispute Poems and Dialogues in the (...)

3Dans la continuité de l’oeuvre d’E. Wagner, Geert van Gelder a apporté quelques analyses constructives sur l’origine et la pratique de la munāẓara dans la littérature arabe. Il a prêté un intérêt particulier au débat sur l’origine de la munāẓara entre ceux qui favorisent la piste endogène arabe (renvoyant au débat tribal arabe, mufāḫara 6 (ou munāfara) aussi bien sur les genres de naqā̓iḍ 7 et des maḥāsin wamasāwi̓8 et ceux qui pensent qu’elle a des origines sumériennes, akkadiennes, persanes ou syriaques9. Pour sa part, l’auteur hésite face au problème et se contente de soutenir que le débat littéraire « appears in numerous languages : Sumerian, Akkadian, Egyptian, Aramaic, Syriac, Middle and New Persian, and Arabic. It seems likely that from the Near East it spread into Greek and Latin and, through Medieval Latin, into various European languages10 ». Au niveau analytique, il a scrupuleusement étudié le débat de l’épée et de la plume, as-saif wa-̓l-qalam et le débat du sérieux et du burlesque, al-ǧidd wa-̓l-hazl où il se distingue par une lecture littéraire intégrale du débat, se référant à la poésie aussi bien qu’à la prose. Il n’y offre aucune analyse formelle du texte, mais inscrit les débats littéraires dans le genre classique appelé adab avec al-Ğāḥiẓ (m. en 255/868) comme référence principale11.

  • 12 Ḍaif, Šauqī, Ta’rīḫ al-adab al-̒arabī : al-‘aṣr : al-‘abbāsī al-auwal, Le Caire, Dār al-Ma ̒ārif, (...)

4Dans le même esprit, Šauqī Ḍaif ne s’est pas occupé de l’analyse formelle du débat littéraire dans les deux sections qu’il a consacrées aux munāẓarāt dans son histoire de la littérature arabe (la période ̒abbāside). Il n’a pas non plus expliqué l’absence des munāẓarāt dans la période omeyyade et n’a pas établi de liens entre les débats littéraires et la poésie omeyyade des naqā̓iḍ (une poésie de contre-opposition qui a ses antécédents dans la poésie pré-islamique et islamique). En effet, il a consacré la première section aux munāẓarāt théologiques des Mu̒tazilites où il conclut que les débats ont contribué largement au développement de la prose arabe, dans des thèmes que la langue arabe ignorait jusque-là. Cela concerne notamment la qualité du style, ḥusn as-sabk et la beauté de la formulation et de la performance, ğamāl as-ṣiyāġa wa-̒l-adā̓. Néanmoins, dit-il, la contribution de la munāẓara est aussi importante dans la recherche portant sur la rhétorique du discours, balāġat alqaul qu’il a considérée comme une contribution aux fondements de la rhétorique arabe, uṣūl al-balāġa al-̒arabīya12. Somme toute, Šauqī Ḍaif nous rappelle l’importance de l’éloquence, bayān dans la formation de la munāẓara. À cet égard, al-Ğāḥiẓ, et d’une manière générale, les Mu̒tazilites se sont illustrés dans la production de quelques premiers textes de la munāẓara. Notons aussi que les frontières entre rhétorique, ḫaṭāba et munāẓara dans l’image littéraire des débats que Šauqī Ḍaif présente sont encore indéfinies.

  • 13 Hämeen-Anttila, Jaakko, "The Essay and the Debate (Al-Risāla and Al-Munāẓara )", in Arabic Literat (...)

5Récemment, Jaakko Hämeen-Anttila a rafraîchi le domaine des études du débat littéraire par une courte contribution sur les deux genres risāla et munāẓara (the essay and the debate). On y apprend que la notion de risāla est plutôt générale, couvrant plus facilement plusieurs genres définissables. Cela explique la confusion où tombe le lecteur mal guidé par les titres qui indiquent des contenus variés. Les genres entendus par J. Hämeen-Anttila englobent, entre autres, munāẓara et ḫuṭba, sermon. Ces genres peuvent être définis selon lui en tant que prose artistique de longueur moyenne, principalement une prose rimée, sağ̒ comportant des tropes et des figures de style insistants13. Ces remarques confirment l’évaluation de Šauqī Ḍaif, mais aussi l’analogie entre rhétorique et dialectique. Par contre, il a strictement isolé munāẓara d’abord de la poésie de naqā̓iḍ et ensuite de l’ensemble des genres argumentatifs à l’exception de ḥuṭba.

  • 14 Goldziher, I., The Zahiris : Their Doctrine and Their History, Traduction par Wolfgang Behn, Leyde (...)
  • 15 Idem.

6Parallèlement à cet intérêt accru pour le débat littéraire, d’autres arabistes ont effectué des recherches sur la dialectique juridique. I. Goldziher avait attiré l’attention sur ces « comparative studies of the differences, khilāfīyāt of the orthodox schools14 ». Il avait appelé à un traitement bibliographique détaillé de cette littérature. Pour I. Goldziher, l’origine de ḫilāfīyāt remonte à Iḫtilāf al-̒irāqīyn d’aš-Šāfi ̒ī (m. en 204/820). Il cite G. L. Flügel qui trouvait aussi que les fondements de ̒ilm al-ḫilāf sont à chercher dans les débats juridiques qui ont opposé différentes écoles au troisième et au quatrième siècle de l’Hégire. I. Goldziher connaissait aussi une série de livres intitulés Iḫtilāf al-fuqahā. Enfin, il affirmait que « It must be said that ̒ilm al-ḫilāf was applied in later times exclusively to the knowledge of the science of differences of the schools of Abū Ḥanīfa and of al-Šāfi̒ ī15 ». Quoiqu̓I. Goldziher ait eu raison dans l’ensemble de ses affirmations, je tiens à exprimer une réserve sur l’exclusivité de ̒ilm al-ḫilāf aux disciples d’Abū Ḥanīfa (m. en 150/768) et d’aš-Šāfi̒̒ī. Il est vrai que la littérature de ḫilāfīyāt a essentiellement concerné ces deux écoles, mais les Hanbalites et les Mālikites y ont apporté d’importantes contributions. Paradoxalement, c’est même par le biais des ouvrages du Mālikite Sulaimān b. Ëalaf al-Bāğī (m. en 474/1081) et du Hanbalite Abū ̒l-Wafā̓ b̓. ̒Aqīl (m. en 513/ 1119) qu’on pu avoir une image approximative du genre de la dialectique juridique.

  • 16 Makdisi, G., The Rise of Colleges : Institutions of Learning in Islam and the West, Edinburgh, Edi (...)
  • 17 Ibid., p. 106.
  • 18 Ibid., p. 107
  • 19 Jahdani, Abdelouahad, Kitāb Masā’il al-ḫilāf fī usūl al-fiqh : les problèmes de divergences en mét (...)

7L’appel d’I. Goldziher à étudier ̒ilm al-ḫilāf n’a pas trouvé d’écho favorable jusqu’à ce que G. Makdisi comble partiellement ce manque d’études. En fait, G. Makdisi a contribué largement à présenter d’une manière systématique des matériaux et des analyses sur les différentes formes dialoguées en islam. Il a traité la munāẓara comme une méthode scolastique dans deux domaines spécifiques : celui de l’enseignement et celui du droit musulman. En ce qui concerne l’apprentissage, G. Makdisi a mis l’accent sur la munāẓara comme méthode d’instruction ; la fonction du débat était de préparer, dit-il, l’étudiant du droit à être un muftī ou juriste qualifié à donner des opinions légales. De ce fait, il serait qualifié aussi à être mudarris, enseignant du droit musulman. Maîtriser l’art du débat serait le dernier stade dans sa préparation à la fonction de muftī aussi bien que dans celle de mudarris. Durant cette période, l’étudiant est le sāḥib, compagnon du professeur du droit, mais à la fin de ce cycle il aspire au grade de riyāsa, leadership dans sa discipline16. G. Makdisi a essayé également d’expliquer le besoin des musulmans de développer l’art du débat. L’orthodoxie sunnite, soutient-il, dans sa quête du consensus, iǧmā̒ devrait passer par une codification des opinions sur lesquelles il y avait une divergence, ḫilāf parmi les juristes17. Il affirme que malgré le fait que Les Topiques d’Aristote aient été introduites d’abord par les philosophes et assimilées par les théologiens, ce sont les juristes qui l’on développée dans sa phase finale18. Le mérite de G. Makdisi, sans doute, est plutôt d’avoir mis en exergue la contribution de ḫilāf dans le développement de l’argumentation en islam, mais sa contribution reste amplement en manque d’exemples et d’analyses concrètes. C’est dans le cadre de l’apport du concret aux études sur l’argumentation juridique que je classe la thèse d’A. Jahdani sur Kitāb Masā̓il al-ḫilāf fī usūl al-fiqh où l’auteur affirme avoir édité et analysé là le plus ancien ouvrage qui nous soit parvenu dans sa totalité, traitant d’une façon détaillée des problèmes de divergences en usūl al-fiqh19.

8En ce qui concerne la dialectique, ğadal, il est possible d’en distinguer trois sortes dans la tradition musulmane. En termes de disponibilité, aussi bien dans la littérature primaire que secondaire, c’est de loin le ǧadal juridique qui prédomine. En termes de maturité et de clarté, c’est plutôt la dialectique grecque, traduite et commentée par les philosophes arabes, qui s’impose. Néanmoins, il existe un déséquilibre entre les études philosophiques secondaires sur le ǧadal et les études sur la rhétorique. En effet, la rhétorique a eu beaucoup plus de succès que la dialectique dans la sphère culturelle arabo-musulmane. Enfin, la dialectique des théologiens éprouve à la fois du manque de textes primaires et d’études secondaires.

  • 20 The Notebooks of Ibn ̒Aqīl : Kitāb al-Funūn. Edited with Introduction and Notes, Beyrouth, Dar El- (...)
  • 21 Kitāb al-Wāḍiḥ fī usūl al-fiqh. Arabic text edited with introductions and notes. Vol. II : Kitāb J (...)
  • 22 Makdisi, G., "Le livre de la dialectique d’Ibn ̒Aqīl", Bulletin d'Études Orientales, Vol. XX, 1967 (...)
  • 23 Makdisi, G., "The Tanbīh of Ibn Taimīya : The Pseudo-̒Aqīlian Kitāb al-Farq", in Medieval and Midd (...)
  • 24 Ibn Taimīya, A., Tanbīh ar-raǧul al-̒āqil ̒alā tamwīh al-ğadal al-bāṭil, éds. ̒Alī b. Muḥammad al- (...)
  • 25 Makdisi, G., "Dialectic and Disputation. The Relation between the Texts of Qirqisānī and Ibn ̒Aqīl (...)

9Je commence par la dialectique des juristes. Ici, il faut signaler les contributions décisives de G. Makdisi et d’̒A. Turkī, notamment dans l’édition des ouvrages primaires. G. Makdisi s’est consacré à l’école hanbalite et à sa contribution au ǧadal usūlī à travers l’édition de trois ouvrages : Kitāb al-Ğadal ̒alā tarīqat al-fuqahā̓, Kitāb al-Funūn20 et Kitāb al-Wāḍiḥ fī usūl al-fiqh21, tous écrits par le juriste Ibn ̒Aqīl. Grâce à l’édition de ces ouvrages, notre connaissance de la dialectique juridique hanbalite s’est approfondie considérablement. G. Makdisi introduit son édition du premier ouvrage par une note historique brève de la dialectique juridique22. Dans " The Tanbīh of Ibn Taimīya on Dialectic ", G. Makdisi soutient que Kitāb al-Farq (son vrai titre est Tanbīh ar-raǧul al-̒Āqīl ̒alā tamwīh al-ǧadal al-bāṭil) attribué à Ibn ̒Aqīl est bien d’Ibn Taimīya (m. 728/1328)23. Cela constitue une contribution qualitative aux études sur Ibn Taimīya, quoique cette attribution soit contestée24. Quant à sa troisième étude sur le sujet, "Dialectic and Disputation : the Relation between the Texts of Qirqisānī and Ibn ̒Aqīl", G. Makdisi tente d’y identifier les sources des écritures des deux auteurs sur ğadal. Il en a trouvé la référence commune chez le Mu̒tazilite ̒Alī b. ̒Ïsā ar-Rummānī (m. en 384/994) qui aurait écrit deux ouvrages sur le sujet : Uṣῡl al-ğadal et Adab al-Ğadal25. Le problème ici c’est que les ouvrages supposés être les sources communes sont perdus. En admettant qu’ils aient bien existé, ar-Rummānī n’était pas juriste alors qu’Ibn ̒Aqīl stipule clairement que le texte est écrit selon la méthode des juristes.

  • 26 Aš-Šīrāzī, Abū Isḥāq, al-Ma ̓ūna fī ’l-ǧadal, éd. ̒Abdalmağīd Turkī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islā (...)
  • 27 Turkī, ̒Abdalmaǧīd, Munāẓarāt fī uṣūl at-tašrī̒ al-islāmī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1986. (...)
  • 28 Turkī, ̒Abdalmaǧīd, "Al-Ğidāl ad-dīnī wa-kitābā ar-Risāla wa-’l-Ğāmi̒ li-Ibn Abī Zaid al-Qairawānī(...)

10Si G. Makdisi s’est voué entièrement à l’école hanbalite, ̒A. Turkī a, lui, consacré son travail d’édition et d’analyse à des ouvrages dialectiques des écoles Mālikite et Šāfi̒ite. Il a édité trois ouvrages portant sur l’étude du ğadal des uṣῡlīyīn : al-Ma ̒ῡna fī̓l-ǧadal par le Šāfi̒ite Abῡ Isḥāq aš-Šīrāzī (m. en 476/1083), al-Minhāğ fī tartīb al-ḥiğāǧ et Iḥkām al-fuṣūl fī aḥkām al-uṣūl par al-Bāğī. Le travail d’̒A. Turkī a permis d’aller aux sources du ğadal uṣūlī, dont aš-Šīrāzī est quasiment le fondateur. Il a comblé aussi un vide dans les études sur le ǧadal dans l’école mālikite dans l’occident musulman. ̒A. Turkī a composé pour l’édition des trois ouvrages une longue introduction informative sur l’histoire du ǧadal, mais cette introduction souffre de répétitions et n’a pas été mise à jour au fil des années. Il s’est basé comme G. Makdisi, d’une manière exclusive sur Ibn Ḫaldūn (m. en 808/1406)26. Enfin, Turkī mélange les genres quand il traite des controverses imaginaires sur la base des textes dialectiques. Il a effectué deux études du ğadal imaginaire : Ibn Ḥazm (m. en 456/ 1064) v al- Bāğī27 et Ibn Abī Zaid al-Qairawānī (m. en 386/996) v al-Qāḍī an-Nu̒mān (m. en 363/ 973)28. En l’absence des textes portant sur les controverses supposées entre ces différents protagonistes, ̒A. Turkī « invente » des controverses en opposant les textes des uns et des autres sur une question spécifique dans une sorte de fiction qui rapproche le ğadal juridique de la munāẓara littéraire. Étant donné qu’il existe de nombreux débats « réels » entre juristes, il est difficile de comprendre la tendance de l’auteur à imaginer des débats qui n’ont probablement jamais eu lieu.

  • 29 Maróth, Miklós, "Averroes on the Method of Research", in Averroes and the Aristotelian Heritage, é (...)
  • 30 Benmakhlouf, A., "Averroès et les théologiens dialecticiens", in Analyse et théologie : Croyances (...)
  • 31 van Ess, J., "The Logical Structure of Islamic Theology", in Logic in Classical Islamic Culture, é (...)
  • 32 van Ess, J., " Disputationspraxis in der Islamischen Theologie : ein vorlaufige Skizze", Revue des (...)
  • 33 Cela dit, J. van Ess n’a pas entièrement délaissé la dialectique tardive dans la théologie musulma (...)

11En ce qui concerne la dialectique des théologiens, nous ne disposons pas d’ouvrages consacrés à ce sujet. Néanmoins, une poignée d’articles ont exploré certains aspects de cette littérature, notamment dans ses rapports avec la dialectique commentée par les philosophes arabo-musulmans. Il serait opportun d’évoquer ici deux lectures de la dialectique des théologiens à partir d’Ibn Rušd (m. en 595/1198) : d’une part, celle de Miklós Maróth sur la critique adressée par Ibn Rušd dans Kitāb manāhiǧ al-adilla à la méthode dialectique des théologiens, manāhiǧ almutakallimīn al-ǧadalīya29. D’autre part, A. Benmakhlouf se fonde sur Faṣl al-maqāl pour soutenir qu’Ibn Rušd dans son attaque de la dialectique des théologiens associe deux méthodes, celle du juriste et celle du philosophe au moyen du même outil qu’elles ont en commun : le syllogisme30. Dans la même perspective, J. van Ess apporte une somme riche d’informations et d’analyses de la dialectique des théologiens. Dans son « The Logical Structure of Islamic Theology », il s’agit d’analyser certaines séquences argumentatives dans le kalām à la lumière de la logique stoïcienne et ce pas seulement dans les débats théologiques, mais dans le raisonnement théologique musulman en général. Cet article de référence a pourtant ignoré largement les développements ultérieurs dans la dialectique des théologiens et n’est, donc, véritablement utile que pour les débuts du kalām31. J. van Ess a, légèrement, changé l’angle de vue en passant du synchronique au diachronique dans son « Disputationspraxis in der islamischen Theologie. Eine vorläufige Skizze32 » où il fait l’historique de certains débats fameux dans la théologie musulmane comme celui d’al-Ḥaida. De plus, il sort de son domaine de prédilection, les débuts du kalām, pour aborder l’évolution des controverses dans les ive et ve siècles hégires. Il y manque, comme dans la première étude, les phases tardives de la dialectique théologique qui ne sont pas moins importantes que celles de son début33.

  • 34 Ibn Rušd, Abū ’l-Walīd, Talḫīṣ Kitāb al-Ğadal, éds. C. E. Butterworth, A. ̒A. Harīdī, Le Caire, al (...)
  • 35 Mallet, Dominique, La dialectique dans la philosophie d'Abū Naṣr al-Fārābī, Université Bordeaux 3, (...)
  • 36 DiPasquale, David Michael, Alfarabi and the Starting Point of Islamic Philosophy : a Study of the (...)

12Les travaux de J. van Ess ont attiré l’attention sur le parallèle entre certaines séquences argumentatives dans la dialectique grecque et la dialectique des théologiens musulmans. A cet égard, il faut signaler les contributions à l’étude et à l’édition de la dialectique grecque commentée en arabe. C. E. Butterworth et A. ̒A. Harīdī ont édité le Talḫīṣ Kitāb al-ğadal par Ibn Rušd34. Le commentaire d’al-Fārābī sur Kitāb al-Ğadal a fait l’objet, lui, de deux thèses. Il s’agit tout d’abord de celle de D. Mallet sur la dialectique dans la philosophie d'Abῡ Naṣr al-Fārābī. L’auteur y étudie la place de la dialectique dans la logique et la philosophie d’al-Fārābī (m. en 339/950). Il a réalisé son commentaire sur Les Topiques à partir de cinq manuscrits. Il en a aussi offert une traduction française annotée35. Dix ans après, un travail similaire en Anglais (avec une traduction complète) fut achevé par D. M. DiPasquale et dirigé par R. Wisnovsky36.

  • 37 Jāmī, The Precious Pearl, Traduction et commentaire de Nicolas Heer, Albany, SUNY Press, 1979, pp. (...)

13Si l’on met à part quelques rares écrits sur les règles de la discussion, ādāb al-baḥṯ, cette phase finale de l’évolution du débat dans la littérature arabe restait quasiment un terrain non exploré. Il faudrait, toutefois, tenir compte de la brève note écrite par Nicolas Heer dans sa traduction et son commentaire d’ad-Durra al-fāḫira en 1979. Heer connaissait certains textes fondamentaux dans cette discipline notamment ceux de ̒Aḍudaddīn al-Īğī (m. en 756/1355) et de Ṭāšköprüzāde (m. en 968/1561). Il a aussi, sur la base de ces textes, fait la description des trois méthodes d’objection dans la discussion (man̒ (denial), mu̒āraḍa (opposition) et naqḍ (refutation)37.

14Pour une étude systémique d’ādāb al-baḥṯ, il fallut attendre la thèse de L. B. Miller. Celui-ci a divisé son travail en quatre parties : la première est consacrée à la dialectique des théologiens, la deuxième à la dialectique vue par les philosophes arabes notamment par al-Fārābī, la troisième à la dialectique juridique et la dernière à ādāb al-baḥṯ. L. B. Miller affirme que la controverse dans le monde musulman était, au ixe siècle, étroitement liée à la théologie. La munāẓara s’est formée dans les premiers débats opposant l'islam aux adeptes des autres religions. Les premiers ouvrages sur la controverse semblent renforcer cette « thèse théologique », avec notamment Adab al-ğadal d’Ibn ar-Rāwandī (fin iiie/ixe siècle). Or, ce livre perdu ne peut servir à lui seul pour fonder une thèse sur l’origine du débat en islam. L’oeuvre de L. B. Miller a la particularité de travailler soigneusement le côté technique des différents champs qu’il a traités. Il faut aussi lui reconnaître le mérite d’approcher la dialectique par l’identification de ses composantes (les questions, les règles et les signes de défaite). Aussi, il a souvent fait référence aux sources de la dialectique, et aux Topiques d’Aristote principalement.

  • 38 Miller, L. B., Islamic Disputation Theory. A Study of the Development of Dialectic in Islam from t (...)
  • 39 Miller, L. B., "Disputation, 4. Islamic World", in Lexikon des Mittelalters, Munich-Zurich, 1986, (...)

15Dans la quatrième partie sur ādāb al-baḥṯ, L. B. Miller apporte une contribution originale. Il y analyse le dernier stade de l’évolution de la théorie du débat qui a eu lieu avec Šamsaddīn as-Samarqandī (mort après 690/1291). Il y soulève, particulièrement, l’impact de la logique sur cette phase finale mettant en exergue le rôle de l’auteur d’ar-Risāla as-Samarqandīya. Il affirme que « we may consider as-Samarqandī the first Arab logician to have devoted himself qua logician to the logic of debate. He coined a term for this new « science » : ādāb al-baḥṯ 38 ». Ar-Risāla as- Samarqandīya est incontestablement le texte principal de la discipline. Son auteur y présente une théorie générale de la discussion, formulée pour toutes sortes de débats, particulièrement pour les questions de la théologie, de la philosophie et du droit39.

  • 40 Bin Mahfouz, Ali, Taqrīr al-qawānīn al-mutadāwala min ̒ilm al-munāẓara, with an Introduction on th (...)
  • 41 Ibid., pp. 120-128.

16Néanmoins, certains points inévitables restent non discutés dans ce travail. A titre d’exemple, L. B. Miller n’a pas précédé son étude d’une note sur les différents termes de la dialectique et du débat. Il a utilisé le terme ğadal dans trois parties de sa thèse sans définir en amont ses différents sens dans les différentes disciplines. Méthodologiquement parlant, L. B. Miller aurait bien fait d’écrire une note d’introduction sur l’aspect des termes et les débuts de la munāẓara. Quand il a discuté la dialectique des théologiens, il s’est fondé pour l’essentiel sur des sources juridiques. De quoi se poser la question légitime : si la dialectique des théologiens est la source de la dialectique des juridiques, pourquoi, donc, avons-nous autant besoin de recourir aux ouvrages juridiques ? C’est que, finalement, nous n’avons pas de sources complètes ni demi-complètes sur la dialectique des théologiens. Nous avons à peine quelques passages à comparer à des sommes impressionnantes concernant la dialectique des juristes et son développement. Lorsque L. B. Miller voulait discuter la dialectique des théologiens, il a manqué de sources à part quelques conseils sur l’étiquette du débat. Il ne pouvait pas donc donner une analyse de l’art du débat proprement dite chez les théologiens. Au lieu de cela, il a mis l’accent sur l’influence grecque et sur son étiquette, abordant, aussitôt, le deuxième chapitre sur la dialectique perçue par la philosophie arabe. Il aurait été plus logique de commencer par celui-ci. Dans le troisième chapitre, il étudia la dialectique des juristes. Et du coup, il triple le nombre de pages qu’il avait consacré à la dialectique des théologiens. L’image devient claire et autosuffisante. On y perçoit que l’essentiel des techniques dialectiques que L. B. Miller attribue à la dialectique des théologiens appartient bien à la dialectique des juristes. Enfin, je tiens à mentionner la thèse d’Ali Bin Mahfouz en 2002 sur ādāb al-baḥṯ qui est supposée apporter du nouveau à la discipline. Bien qu’elle ait présenté une excellente édition du livre de Taqrīr al-qawānīn al-mutadāwala min ̒ilm al-munāẓara par M. b. Abī Bakr Sāğaqlīzāda (m. en 1150/1737), son étude est en somme biographique40. Son septième et dernier chapitre intitulé « Principles and Criteria of Debate41 » qui devrait offrir la quintessence technique d’ādāb al-baḥṯ, prêche les normes qu’il faudrait respecter dans une discussion selon la religion musulmane.

17Je propose dans les quatre chapitres suivants de reconstruire le développement de l’art du débat en tenant compte des lacunes relevées dans la littérature secondaire mentionnée. Je pars de l’hypothèse que munāẓara est une forme dialoguée constituée autour d’une séquence argumentative qui se construit, variablement, au départ d’un raisonnement par opposition à une autre partie. Ainsi, nous disposons d’une catégorie assez large pour y inclure des formes dialoguées qui ont été importantes dans les premiers développements de la littérature du débat, à savoir le Coran, le ḥadīṯ et les différents genres littéraires (munāfara, munāẓara, naqā̓iḍ, mu̒ āraḍāt...). Je soutiens aussi que la littérature des iie/iiie siècles de l’Hégire pourrait bien y être classée. Notons ici que la dialectique des juristes a enregistré tôt une première tentative de théorisation avec aš-Šāfi̒̒ī. Le changement de paradigme, produit probablement par al-Fārābī, consiste à rendre la science de la dialectique intelligible en arabe. On passe, donc, vers la mi-ive siècle d’une séquence argumentative à un genre argumentatif complet et mature, non chez les théologiens, mais bien chez les juristes. La dialectique des juristes a, certes, introduit certains éléments philosophiques, mais gardait deux caractéristiques « pré-logiques » : celui d’utiliser des arguments scripturaires et celui de l’incertitude des jugements produits, ẓannīyāt. En somme, il lui manque un caractère scientifique. As-Samarqandī a, à cet égard, transféré le statut de la dialectique des juristes à une dialectique générale et encadrée par la logique dans ādāb al-baḥṯ. Ainsi, munāẓara devient une théorie abstraite de l’argumentation, utilisant des termes logiques, une éthique et des procédés de la dialectique juridique.

Notes

1 L. Gardet avait perçu l’ambivalence de la culture arabo-musulmane à travers la dialectique : « Si nous voulons, dit-il, saisir la spécificité de la culture arabo-musulmane, deux faits, me semble-t-il, sollicitent notre attention : la structure même du langage, et la mise en place des modes de raisonnement, disons, si l’on veut, la logique formelle… ».
Gardet, Louis, "La dialectique en morphologie et logique arabes", in L'ambivalence dans la culture arabe, éds. J. Berque, J.-P. Charnay, Paris, Anthropos, 1967, p. 116. Soit dit en passant, la dialecticité de cette culture me parait inséparable d’une tradition de l’éthique de la discussion, certainement pas dans le sens que J. Habermas lui donne, mais pas moins pluraliste et délibératif.

2 Wagner, E., "Munāẓara ", in The Encyclopaedia of Islam, éds. C. E. Bosworth, E. van Donzel, W. P. Heinrichs, Ch. Pellat, Leyde-New York, Brill, 1993, Vol. VII, pp. 565-568.

3 Aussi manāqib qui désigne une littérature variée qui met en avant certaines qualités d’une personne ou d’un endroit dans le but de prouver sa précellence. Les mérites de la personne ou de la chose en question servent d’arguments a contrario à l’infériorité de la personne ou de la chose concurrente. Ce champ littéraire est particulièrement investi par les tendances politiques opposées (Sunnīsme vs Šī̒sme par exemple) ou par les écoles juridiques ou théologiques. Voir : Afsaruddin, Asma, "In Praise of the Caliphs : Re-Creating History from the Manāqib Literature", International Journal of Middle East Studies, Vol. XXXI, No. 3, 1999, pp. 329-350.
Afsaruddin, Asma, Excellence and Precedence : Medieval Islamic Discourse on Legitimate Leadership, Leyde, Brill, 2002.
Afsaruddin, Asma, "The Epistemology of Excellence : Sunni-Shi̒i Dialectics on Legitimate Leadership" in Speaking for Islam : Religious Authorities in Muslim Societies, éds. Gudrun Krämer, Sabine Schmidtke, Leyde-Boston, Brill, 2006, pp. 49-69.

4 Wagner, E., "Munāẓara ", pp. 566-567.

5 Wagner, E., Die arabische Rangstreitdichtung und ihre Einordung in die allgemeine Literaturgeschite, 1963, Mainz, Verlag der Akademie der Wissenschaften und der Literatur, 1962, pp. 437-468.

6 Un concours tribal oral pré-islamique où les protagonistes se mettent à énumérer les qualités de leurs tribus ou de leurs clans devant un juge. Voir : Wagner, E., B. Farès, "Mufākhara", in The Encyclopaedia of Islam, Vol. VII, p. 308.

7 Des poèmes satiriques arabes échangés entre poètes de l’ère omeyyade eux-mêmes porte-paroles de camps politiques ou de tribus). Voir : van Gelder, J. G., The Bad and the Ugly : Attitudes Towards Invective Poetry (Hijā’) in Classical Arabic literature, Leyde, Brill, 1988.

8 Un genre littéraire qui consiste à étaler les avantages et les inconvénients d’une chose ou d’une personne fictive. Voir :
Geries, Ibrahim, Un genre littéraire arabe : al-maḥāsin wa-l-masāwi’, Paris, Maisonneuve et Larose, 1977.

9 van Gelder, Geert Jan,"Debate Literature", in The Encyclopedia of Arabic Literature, éds. J. M. Meisami, Paul Starkey, Londres, Taylor & Francis, 1998, Vol. I, p. 186.

10 van Gelder, Geert Jan, "The Conceit of Pen and Sword : On an Arabic Literary Debate", Journal of Semitic Studies, Vol. XXXII, No. 2, 1987, pp. 329-335.

11 van Gelder, Geert Jan, "Arabic Debates of Jest and Earnest" in Dispute Poems and Dialogues in the Ancient and Mediaeval Near East, éds. G. J. Reinink, Herman L. J. Vanstiphout, Leuven, Peeters, 1991, p. 205.
On peut lire l’étude de R. C. McKinney sur Ibn ar-Rūmī ainsi que celle de J. E. Montgomery sur al-Ğāḥiẓ comme une continuité des travaux J. G. van Gelder :
McKinney, Robert C., The Case of Rhyme Versus Reason : Ibn al-Rūmī and his Poetics in Context, Leyde, Brill, 2004.
Montgomery, James Edward, "Al-Ğāḥiẓ on Jest and Ernest" in Humor in der arabischen Kultur, éd. G. Tamer, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2009, pp. 209–239.

12 Ḍaif, Šauqī, Ta’rīḫ al-adab al-̒arabī : al-‘aṣr : al-‘abbāsī al-auwal, Le Caire, Dār al-Ma ̒ārif, éd. 16, p. 464.

13 Hämeen-Anttila, Jaakko, "The Essay and the Debate (Al-Risāla and Al-Munāẓara )", in Arabic Literature in the Post-Classical Period, éds. Roger Allen, D.S. Richards, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 135.

14 Goldziher, I., The Zahiris : Their Doctrine and Their History, Traduction par Wolfgang Behn, Leyde, Brill, 1971, p. 36.

15 Idem.

16 Makdisi, G., The Rise of Colleges : Institutions of Learning in Islam and the West, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1981, p. 128.

17 Ibid., p. 106.

18 Ibid., p. 107

19 Jahdani, Abdelouahad, Kitāb Masā’il al-ḫilāf fī usūl al-fiqh : les problèmes de divergences en méthodologie juridique de Ḥusayn b. ̒A. al-Ṣaymarī : présentation, analyse et édition critique, Thèse, Aix-en-Provence, 1991 et Jahdani, Abdelouahad, "À propos d'un traité inédit de méthodologie juridique : les Masā’il al-ḫilāf fī usūl al-fiqh d’al-Ṣaymarī (problèmes de divergence en méthodologie juridique)" in Al-Maḫṭū al-̒arabī wa-̒ilm al-maḫṭūṭāt, éd. A. Šauqī Binbīn, Rabat, Kullīyat al-Ādāb wa-’l-̒Ulūm al- Insānīya, 1994, p. 120.

20 The Notebooks of Ibn ̒Aqīl : Kitāb al-Funūn. Edited with Introduction and Notes, Beyrouth, Dar El- Machreq, 1970-71.

21 Kitāb al-Wāḍiḥ fī usūl al-fiqh. Arabic text edited with introductions and notes. Vol. II : Kitāb Jadal al- Usūliyyīn. Vol. III : Kitāb Jadal al-Fuqahā’. Vol. IV : Kitāb al-Khilāf, Beyrouth, The Orient-Institut der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 2002.

22 Makdisi, G., "Le livre de la dialectique d’Ibn ̒Aqīl", Bulletin d'Études Orientales, Vol. XX, 1967, pp. 119-120.

23 Makdisi, G., "The Tanbīh of Ibn Taimīya : The Pseudo-̒Aqīlian Kitāb al-Farq", in Medieval and Middle Eastern Studies in Honor of Aziz Suryal Atiya. éd. S. A. Hanna, Leyde, Brill, 1972, pp. 285- 294.
L’ouvrage fut édité récemment en Arabie Saoudite (La Mecque) par ̒Alī b. M. al-̒Umrān et M. ̒Uzair Šams.

24 Ibn Taimīya, A., Tanbīh ar-raǧul al-̒āqil ̒alā tamwīh al-ğadal al-bāṭil, éds. ̒Alī b. Muḥammad al-̒Umrān, Muḥammad ̒Uzair Šams, La Mecque, Dār ̒Àlam al-Fawā’id, 2005. Cet ouvrage esr une réfutation du Kitāb al-Fuṣūl fī’ l -ğadal de Burhānaddīn an-Nasafī (m. en 687/ 1288).

25 Makdisi, G., "Dialectic and Disputation. The Relation between the Texts of Qirqisānī and Ibn ̒Aqīl ", in Mélanges d’islamologie, Volume dédié à la mémoire d’Armand Abel par ses collègues, ses élèves et ses amis, éd. P. Salmon, Leyde, Brill, 1974, p. 205.

26 Aš-Šīrāzī, Abū Isḥāq, al-Ma ̓ūna fī ’l-ǧadal, éd. ̒Abdalmağīd Turkī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1988, pp. 59-64.
Al-Bāğī, Sulaimān b. Ḫalaf, al-Minhāǧ fī tartīb al-ḥiǧāǧ, éd. ̒Abdalmaǧīd Turkī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī, 2001, pp. 3-10.
Al-Bāğī, Sulaimān b. Ḫalaf, Iḥkām al-fuṣūl fī aḥkām al-uṣūl, éd. ̒Abdalmağīd Turkī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1995, pp. 93-102.
Turkī, ̒Abdalmaǧīd, Munāẓarāt fī uṣūl at-tašrī̒ al-islāmī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1986, pp. 31- 52.

27 Turkī, ̒Abdalmaǧīd, Munāẓarāt fī uṣūl at-tašrī̒ al-islāmī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-Islāmī, 1986. Voir aussi le texte original Turki, A., Polémiques entre Ibn Hazm et Bagi sur les principes de la loi musulmane, essai sur le littéralisme Zahirite et la finalité malikite, Alger, 1976.

28 Turkī, ̒Abdalmaǧīd, "Al-Ğidāl ad-dīnī wa-kitābā ar-Risāla wa-’l-Ğāmi̒ li-Ibn Abī Zaid al-Qairawānī", Al-Iğtihād, No. 9, 2003, pp. 183-203.

29 Maróth, Miklós, "Averroes on the Method of Research", in Averroes and the Aristotelian Heritage, éd. Carmela Baffioni, Naples, Guida, 2004, p. 63.
Miklós Maróth a évoqué brièvement l’influence des Topiques sur munāẓara dans deux études : Maróth, Miklós, "Die Topik Avicennas und ihre Rolle in den arabischen Wissenschaften", Acta antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, Vol. XXIX, No. 1-4, 1984, pp. 33-41.
Die Araber und die antike Wissenschaftstheorie, Leyde-New York, Brill, 1994, p. 189.

30 Benmakhlouf, A., "Averroès et les théologiens dialecticiens", in Analyse et théologie : Croyances religieuses et rationalité, éds. S. Bourgeois-Gironde, B. Gnassounou, R. Pouivet, Paris, Vrin, 2002, p. 265.

31 van Ess, J., "The Logical Structure of Islamic Theology", in Logic in Classical Islamic Culture, éd. G. E. von Grunebaum, Wiesbaden, Harrassowitz, 1970, pp. 21-50.

32 van Ess, J., " Disputationspraxis in der Islamischen Theologie : ein vorlaufige Skizze", Revue des Etudes islamiques, Vol. XXXXIV, 1976, pp. 23-60.

33 Cela dit, J. van Ess n’a pas entièrement délaissé la dialectique tardive dans la théologie musulmane. À travers son analyse d’al-Mawāqif d’al-Īğī, il a clarifié certains procédés dialectiques utilisés dans la théologie musulmane, tel ilzām qui consiste à mener l’adversaire à la contradiction.
van Ess, J., Die Erkenntnislehre des 'Adudaddin al-Ici, Wiesbaden, Steiner, 1966, pp. 396-397.

34 Ibn Rušd, Abū ’l-Walīd, Talḫīṣ Kitāb al-Ğadal, éds. C. E. Butterworth, A. ̒A. Harīdī, Le Caire, al-Hai’a al-Miṣrīya al-’Āmma li-’l-Kitāb, 1981.

35 Mallet, Dominique, La dialectique dans la philosophie d'Abū Naṣr al-Fārābī, Université Bordeaux 3, 1992.

36 DiPasquale, David Michael, Alfarabi and the Starting Point of Islamic Philosophy : a Study of the Kitāb al-Jadal (Book of Dialectic), Harvard University, Thèse de doctorat, 2002. Dans une communication personnelle, l’auteur m’a indiqué qu’il a analysé la dialectique d’al-Fārābī en tant que « pont » entre la philosophie politique et la logique. Actuellement, l’auteur prépare sa thèse pour la publication.
Je dois aussi ajouter que Dimitri Gutas défend une hypothèse similaire quant à la dialectique d’Avicenne. Je cite : « since kalām is a dialectical discipline, this means that Avicenna sees is use only in a social or communal context ». Voir :
Gutas, Dimitri, "The Logic of Theology (kalām) in Avicenna" in Logik und Theologie. Das Organon im arabischen und im lateinischen Mittelalter, éds. D. Perler, U. Rudolph, Leyde-Boston, Brill, 2005, p. 67.

37 Jāmī, The Precious Pearl, Traduction et commentaire de Nicolas Heer, Albany, SUNY Press, 1979, pp. 74-75.

38 Miller, L. B., Islamic Disputation Theory. A Study of the Development of Dialectic in Islam from the Tenth through Fourteenth Centuries, Princeton, 1985, p. 203.

39 Miller, L. B., "Disputation, 4. Islamic World", in Lexikon des Mittelalters, Munich-Zurich, 1986, p. 1119.

40 Bin Mahfouz, Ali, Taqrīr al-qawānīn al-mutadāwala min ̒ilm al-munāẓara, with an Introduction on the Etiquettes of Debate in Islamic Scholarship, The University of Birmingham, Birmingham, 2002.

41 Ibid., pp. 120-128.

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search