Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Sainteté et pouvoir

Les Normands et les saints anglo-saxons

Marjorie Chibnall

Texte intégral

  • 1 R. Folz, « Saint Oswald, roi de Northumbrie », Analecta Bollandiana, 1980, p. 49-74.
  • 2 D. H. Farmer, The Oxford History of Saints, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 337 et 426-427.
  • 3 D. Gramont, « Fleury, Le Mont-Saint-Michel et l’Angleterre », Millénaire monastique du Mont-Saint-M (...)
  • 4 Voyageurs et ermites. Saints populaires évangélisateurs de la Normandie, catalogue d’exposition, Ca (...)

1Avant le milieu du XIe siècle, la vénération des saints anglo-saxons était très peu fréquente en Normandie. Le saint roi Oswald même, dont le culte était répandu non seulement en Angleterre, mais aussi en Irlande et en Germanie à partir du VIIIe siècle, était fort peu connu des Normands1. L’aire d’expansion du culte des saints d’outre-Manche était surtout la Frise et l’Empire, grâce aux missions de Willibrord et de Boniface, aussi bien qu’aux contacts politiques. Mais en Normandie, les évangélisateurs étaient des Gallo-Romains ou des Francs ; et les saints, dont saint Mellon et saint Samson, venus d’outre-Manche pour s’établir en Armorique ou en Neustrie, étaient probablement des Gallois2. Un peu plus tard, on peut trouver quelques rapports indirects par l’intermédiaire de Fleury, car la grande abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire joue un rôle important dans la réforme monastique du Xe siècle en Angleterre, et les moines de Fleury pénètrent en Normandie pour fonder les prieurés de Saint-Hilaire-du-Harcouët et de Saint-James-de-Beuvron. Abbon de Fleury visita l’Angleterre à la demande d’Oswald, évêque de Worcester, et écrivit la première vie de saint Edmond, roi et martyr. Grâce à Fleury, quelques manuscrits anglo-saxons sont connus en Normandie. Par exemple, saint Kenelme, roi de Mercie, est mentionné dans un bréviaire et missel du Xe siècle, écrit à Winchcombe et donné à Fleury ; plus tard, le récit de son martyre fut connu au Mont-Saint-Michel3. Mais son nom ne figure dans aucun des documents liturgiques provenant du Mont. Jacques le Maho a trouvé quelques traces d’un culte de saint Erconwald, évêque de Londres du VIIe siècle, et aussi du saint roi Edmond, dans les dédicaces de chapelles dans la vallée de la Basse-Seine. Les dates de fondation des vocables sont très incertaines ; il est possible qu’elles résultent des relations commerciales entre Rouen et l’Angleterre aux Xe et XIe siècles4. Mais on doit attendre l’établissement des rapports culturels et monastiques, aussi bien qu’économiques, entre la Normandie et l’Angleterre avant que les saints anglo-saxons ne soient naturalisés, pour ainsi dire, en Normandie.

  • 5 H. A. Wilson, The Missal of Robert of Jumièges, Londres, Henry Bradshaw Society, 1896 ; Y. Delaport (...)

2La diffusion de quelques cultes commença à Jumièges vers le milieu du XIe siècle. L’abbé Robert Champart, qui jeta en 1040 les fondations de la grande église de Jumièges, fut élevé au siège de Londres en 1045, puis en 1051 à celui de Cantorbéry. Naturellement, il voulait enrichir son abbaye de trésors envoyés d’Angleterre, dont le plus magnifique est le livre dit « Missel de Robert de Jumiéges » (qui est en vérité un sacramentaire). Écrit certainement à Winchester, et bien connu surtout pour ses enluminures, le sacramentaire renferme un calendrier anglais, et aussi un bon nombre de messes en l’honneur de saints insulaires5. On sait bien que l’inscription d’un saint sur le calendrier d’un livre liturgique n’implique pas nécessairement une célébration ; mais Robert apporta aussi à son ancienne abbaye quelques reliques. Dom Joseph Thiron a démontré que

  • 6 Ibid., p. 891.

Jumièges était, en ce temps-là, particulièrement dépourvue de reliques, puisque les corps de saint Aycardre et de saint Hugues étaient restés à Haspres, et qu’on n’avait pas encore retrouvé les châsses enfouies lors de l’invasion normande6.

3Il est vraisemblable, alors, que c’est à cette date que quelques reliques de saint Aidan, évêque de Lindisfarne, de saint Oswald, et peut-être aussi de saint Edmond, furent transférées à Jumièges.

  • 7 R. Foreville, « Canterbury et la canonisation des saints au XIIe siècle », in D. Greenway, C. Holds (...)
  • 8 S. Ridyard, « Condigna veneratio : Post-Conquest Attitudes to the Saints of the Anglo Saxons », Ang (...)

4Mais c’est seulement après 1066, dans le sillage de la conquête, que les échanges liturgiques entre l’Angleterre et la Normandie ont pu fleurir. Le dernier quart du XIe siècle était une période de lente mutation dans la procédure de canonisation des saints. Après la conquête, de nombreux prélats d’origine normande furent installés sur des sièges épiscopaux et abbatiaux. Confrontés à des cultes locaux de personnes « mortes en odeur de sainteté », ils essayent de juger de leurs mérites7. Déjà, en Angleterre comme en Normandie, quand les ossements d’une personne vénérée étaient reconnus comme authentiques et élevés dans une église cathédrale, l’autorité diocésaine était tenue de donner son aval au culte. Alors, sans rejeter totalement avec mépris toutes les coutumes anglaises, les évêques normands avaient un penchant pour celles qui étaient en vigueur dans le duché. De plus, ils se sont convaincus de l’importance des nouvelles réformes ecclésiastiques et du devoir des prélats de les introduire en Angleterre. Ainsi Lanfranc, promu à l’archevêché de Cantorbéry, douta de la validité de la vénération de plusieurs de ses prédécesseurs, dont Elphège, Bregwin, Elfric et Ethelard. Alors, s’avouant novus Anglus (Eadmer dit rudus Anglus), il prit l’avis d’Anselme. Il lui demanda si Elphège, massacré par les Danois pour avoir refusé de spolier ses fidèles afin de payer sa rançon, était un vrai martyr. Anselme n’avait pas de doute : l’archevêque, ayant souffert pour la justice, avait souffert pour le Christ, et était digne de vénération comme martyr. Lanfranc décida alors de célébrer sa mémoire ; mais il supprima les solennités en l’honneur de plusieurs autres anciens archevêques8.

  • 9 L. Watkiss et M. Chibnall, The Waltham Chronicle, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. XIV, XXVII, XXX (...)
  • 10 M. Chibnall, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Oxford, Clarendon Press, 1969, t. II, p (...)

5Anselme se trouva obligé de considérer, outre les cultes anciens de validité douteuse, quelques cultes nouveaux. Les Normands tenaient à supprimer l’établissement de cultes séditieux aux tombeaux des Anglais rebelles, comme ceux du roi Harold à Waltham (collégiale qu’il avait fondée) et du comte Waltheof à Crowland. Les gardiens des sanctuaires, chanoines de Waltham et moines de Crowland, partageaient cette inquiétude, mais voulaient vénérer autant que possible leurs patrons. L’église de Waltham possédait une croix miraculeuse attirant de nombreux pèlerins : les chanoines se résolurent à transférer les ossements d’Harold dans un tombeau nouveau, assez loin de la croix miraculeuse9 Les moines de Crowland, de leur côté, ne découragèrent pas les pèlerins ; au temps de l’abbé Geoffroi (élu en 1109), ils commencèrent à rassembler des récits de miracles. Vers 1119, Geoffroi invita Orderic Vital à visiter l’abbaye et à écrire son histoire et l’encouragea à y introduire le récit des miracles10.

  • 11 F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Opera Omnia, Edimbourg, Nelson, 1938-1961, ep. 236, 237.
  • 12 I. Biffi et C. Marabelli, Anselmo d’Aosta Opere, Milan, Jaca Book, 1988, t. II, p. 340, ep. 236 : l (...)
  • 13 D. Whitelock, M. Brett, C. N. L. Brooke, Councils and Synods, Oxford, Clarendon Press, t. I, p. 678 (...)
  • 14 Orderic, III, p. 32 : Qui mortuos consulant vel maleficia tractant.

6Cependant, on ne peut pas être certain que les lettres de l’archevêque Anselme, écrites au temps de Guillaume le Roux, font bien allusion à un culte naissant de Waltheof. Anselme écrivit à l’abbesse et aux religieuses de Romsey, leur interdisant de permettre la vénération d’un homme que plusieurs personnes tenaient pour saint et leur ordonna de chasser de l’église le fils de cet homme, qui dormait auprès du tombeau de son père. Une deuxième lettre demanda à Etienne, archidiacre de Winchester, de contraindre l’abbesse à obéir11. Quelques historiens ont cru qu’il s’agissait d’un culte avorté de Waltheof. Mais Waltheof avait été accusé de trahison et décapité vingt ans plus tôt ; et, d’après l’histoire d’Orderic Vital, Ulfketel, abbé de Crowland, avait apporté son corps à Crowland quinze jours après sa mort, avec l’autorisation du12. Quoiqu’il en soit, Anselme essaya aussitôt que possible de régulariser le culte des saints nouveaux. Un canon du synode de Winchester de 1102 interdit de vénérer publiquement, sans l’autorisation spéciale de l’évêque, la dépouille corporelle des morts13. Cela va un peu plus loin que le canon du concile normand de Lillebonne, qui avait élargi l’aire d’autorité des évêques pour supprimer la pratique de la magie et la consultation des morts, mais n’avait pas fait mention des cultes douteux14.

  • 15 M. Chibnall, « The relations of St. Anselm with the English Dependencies of the Abbey of Bec », Spi (...)
  • 16 F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Opera Omnia…, ep. 473.

7Cependant, à l’exception de ce canon, Anselme jugea chaque saint supposé conformément à ses mérites. Moine et abbé du Bec, il aimait et vénérait les saints patrons de son monastère. Quand, vers 1080, le comte Richard de Clare et son épouse Rohais fondèrent un prieuré à Eynesbury en Angleterre sous le vocable d’un saint ermite, Néot, et voulurent y installer les moines du Bec, Anselme s’intéressa vivement au bien-être de la communauté15. On se posait la question de l’authenticité des reliques qu’on vénérait dans le prieuré ; Anselme fit ouvrir le cercueil du saint et déclara les ossements authentiques. À cause de sa grande vénération pour Néot, il n’hésita pas a remporter en Normandie une relique pour établir le culte du saint dans l’abbaye du Bec16.

  • 17 S. Ridyard, « Condigna veneratio… », p. 179-206.
  • 18 R. W. Southern, The Life of St. Anselm by Eadmer…, p. 54, n° 1.
  • 19 T. Arnold, Memorials of St. Edmund’s Abbey, Londres, Eyre and Spottiswoode, « Chronicles and Memori (...)
  • 20 S. Ridyard, « Condigna veneratio… », p. 187-188 ; cf. R. Folz, Les Saints rois du Moyen Âge en occi (...)

8Plusieurs historiens ont supposé que les Normands victorieux méprisaient les saints anglo-saxons, et les traitaient avec dédain. Mais c’est une généralisation par trop absolue. Il y avait autant d’opinions que d’individus. Un vicomte saxon fut parfois aussi rapace qu’un vicomte normand ; la plupart des abbés normands vénéraient les saints patrons de leurs abbayes aussi ardemment que l’avaient fait leurs prédécesseurs. Récemment le professeur Susan Ridyard a démontré que presque tous les abbés normands de monastères anglais accordaient aux saints patrons une condigna veneratio17. C’est grâce à eux que nous avons autant de vitae et de miracula des saints écrits entre la fin du XIe et le milieu du XIIe siècle. Il semble que Lanfranc ait donné un exemple de vénération ; Eadmer écrit qu’il chargea le moine Osbert d’écrire une histoire de la passion de saint Elphège18. À vrai dire, le pays d’origine n’a aucune importance quand il s’agit des attentions d’un bon abbé pour le bien-être de son monastère. Baudouin, français et ancien moine de Saint-Denis, devenu médecin du roi Édouard le Confesseur, fut nommé abbé de Bury St. Edmunds par le roi. Après 1066, il gagna la confiance et l’amitié de Guillaume le Conquérant. Il s’intéressait vivement à la propagation du culte de saint Edmond. Les Miracula Sancti Edmundi, attribués à un certain Hermann l’archidiacre, datent de son abbatiat19. Les miracles du saint le montrent comme un défenseur efficace des possessions et des privilèges de son abbaye, aussi bien que guérisseur des pèlerins dévots. Le roi Guillaume lui-même apprit à le respecter et confirma volontiers les privilèges de l’abbaye. Du reste, c’était son intérêt de promouvoir le culte d’un ancien roi d’Est-Anglie, patron d’une abbaye riche, puissante et capable d’assurer la stabilité d’une région ouverte aux invasions Scandinaves20.

  • 21 Cf. V. Leroquais, Les Sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de Franc (...)

9Il semble en effet qu’en Angleterre, les Normands soient devenus Anglais dans leur vénération pour les saints insulaires. En Normandie, l’histoire des cultes est bien différente. Tout dépend des contacts individuels entre moines et monastères. Dans les livres liturgiques, à l’exception de ceux qui furent écrits en Angleterre avant la conquête, le nombre des saints anglo-saxons ne dépasse guère une dizaine21. Seules trois ou quatre églises en vénèrent des reliques. Et on cherche vainement des églises placées sous le vocable des saints anglais avant la canonisation de saint Thomas de Cantorbéry.

  • 22 T. Arnold, Memorials of St. Edmund’s Abbey…, p. 69-74.

10Cependant, quelques évêques et abbés travaillaient avec ardeur à promouvoir les cultes des saints qu’ils admiraient comme modèles. Baudouin, abbé de Bury St. Edmunds, par exemple, essaya d’assurer la promotion du culte du saint roi sur le continent par la diffusion de ses reliques22. Il envoya une relique à Lucca, et la fit placer dans l’église de Saint-Matthieu. Et alors qu’il était en Normandie avec le roi Guillaume le Conquérant, il envoya un chevalier normand, nommé Normannus, en Angleterre pour qu’il rapporte une relique du saint. Avant d’achever sa mission, Normannus éprouva trois fois la vertu de la relique. D’abord, quand il traversa la Manche dans un bateau avec soixante passagers, quinze chevaux et d’autres animaux, des prières à Dieu et à saint Edmond furent efficaces pour calmer une tempête affreuse ; puis, en Normandie, il réussit à retrouver ses bagages volés, et arriva à destination sain et sauf après avoir traversé un fleuve dangereux qu’il paraissait impossible de passer à gué. Le récit des miracles de saint Edmond ne dit pas à quelle église Baudouin avait voulu donner la relique. Mais il me semble possible que l’église bénéficiaire soit l’abbaye de Jumièges. Jumièges devait probablement la possession des reliques de saint Aidan et de saint Edmond à son ancien abbé, Robert Champart, qui aurait connu l’histoire de ces saints dans l’Histoire ecclésiastique de Bède. En ce qui concerne saint Edmond, il est possible que la diffusion de son culte ait commencé plus tard. Mais, pour le moment, la question reste ouverte.

  • 23 D. Dumville, « Anglo-Saxons Books : Treasure in Norman Hands ? », Anglo-Norman Studies, XVI (1993), (...)
  • 24 Cf. D. Dumville, Liturgy and the Ecclesiastical History of Late Anglo-Saxon England, Woodbridge, Bo (...)

11Les catalogues des bibliothèques normandes démontrent que les moines normands commencèrent à avoir une relation de familiarité avec les saints anglo-saxons après la conquête. C’est un temps de formation ou de reconstitution des bibliothèques du duché. Même si certains livres ont été pillés dans les églises anglaises par les deux premiers rois normands, un grand nombre de ces trésors anglo-saxons correspondent probablement à des échanges normaux entre les monastères et leurs patrons laïcs. Les reliures des plus importants livres anglais sont souvent incrustées d’or et d’ivoire ; de petits reliquaires sont attachés à certaines d’entre elles23. La plupart des ouvrages sont des livres liturgiques : psautiers, pontificaux, sacramentaires ; mais quelques-uns sont des vitae sanctorum ou des libelli des saints individuels. En dehors des livres avec des reliures magnifiques, déposés probablement dans les trésors, on trouve des ouvrages que les moines ont pu envoyer chercher parce qu’ils les intéressaient24.

  • 25 T. Arnold, Memorials of St. Edmund’s Abbey…, p. 69-70. Cf. aussi Orderic (II, p. 108), qui évoque l (...)
  • 26 M. Chibnall, The World of Orderic Vitalis, Woodbridge, Boydell Press, 1996, p. 68-69.
  • 27 Le froid fut si intense que Orderic ne put en faire qu’un résumé : Orderic, III, 1972, p. 216-218.

12L’auteur du livre des miracles de saint Edmond raconte que Warner, abbé de Rebais en France, « un homme imposant par le prestige des lettres, et capable de créer de douces mélodies » (homo pellens dignitate litterarum, cum dulci modulatione neumarum), visita l’abbaye du saint en Angleterre et composa quatre cantiques fort beaux pour lui faire honneur25. De telles visites personnelles pour l’échange des cantiques et des livres liturgiques étaient assez fréquentes entre les moines normands et les moines anglais, surtout quand leurs abbayes avaient établi des relations spirituelles, s’assurant mutuellement des services obituaires. Quatre-vingt-sept monastères furent affiliés à Saint-Évroult, par exemple, dont vingt-et-un en Angleterre ; et parmi les monastères unis par la fraternité à l’abbaye du Bec, neuf étaient situés en Angleterre26. Cela assura les visites régulières de moines d’outre-Manche, apportant les rouleaux des morts, et aussi quelquefois des livres nouveaux. Orderic Vital décrit la visite à Saint-Évroult au cœur de l’hiver d’un moine de Winchester, nommé Antoine, qui apporta un exemplaire d’une vie de saint Guillaume ; Orderic la copia tout de suite avec les doigts gelés27.

13On ne doit pas s’étonner de trouver une grande diversité de livres liturgiques et de calendriers dans les abbayes. L’abbé Leroquais a dit très justement qu’à cette époque,

  • 28 V. Leroquais, Les Sacramentaires…, t. 1, p. X.

chaque diocèse, chaque ordre religieux, possédait sa liturgie particulière, et, en l’espèce, son missel spécial. Sur le fond romain importé à l’époque de Charlemagne, chacun avait bâti un peu selon ses goûts. De là une variété presque infinie des livres liturgiques28.

14L’étude de quatre églises normandes à cette époque peut servir à illustrer cette variété.

  • 29 M. Lapidge et M. Winterbottom, Wulfstan of Winchester, Life of St. Æthelwold, Oxford, Clarendon Pre (...)
  • 30 Alençon, Bibliothèque municipale, ms. 14, f° 35-37.

15Les abbayes de Saint-Évroult, du Bec et de Jumièges et l’église cathédrale d’Évreux ont toutes encouragé le culte de quelques saints anglo-saxons, mais par des moyens différents. À Saint-Évroult, l’intérêt pour les saints anglais est plus manifeste dans la bibliothèque que dans l’église. Le manuscrit 14 de la bibliothèque d’Alençon, par exemple, a un intérêt spécial. Écrit en partie par Orderic Vital, il renferme plusieurs vies de saints anglais et des copies de prières et de poèmes liturgiques relatives aux mêmes saints. L’ensemble le plus remarquable concerne saint Aethelwold, évêque de Winchester au Xe siècle, et promoteur insigne de la réforme monastique mise en train par l’abbaye de Fleury. Orderic copia une recension de la vie de saint Aethelwold écrite par le moine Wulfstan. Il copia aussi trois hymnes, une collecte, et des prières propres pour la fête de la déposition du saint, célébrée le 1er août ; et aussi une collecte et des prières pour la fête de la translation des reliques, le 10 septembre. Il ajouta un petit traité, De horis peculiaribus, composé par le saint comme modèle pour les dévotions privées de ses moines. Ainsi le manuscrit contient presque tout ce qu’il faut pour célébrer les deux fêtes de saint Aethelwold. Mais puisque tout est copié dans le même livre, et non pas distribué entre divers livres liturgiques, comme sacramentaires, bréviaires ou tropaires, Michael Lapidge, l’éditeur de la Vie de saint Æhelwold, suppose très justement que la collection est plutôt littéraire que liturgique29. Sa conclusion est renforcée par le fait que le nom d’Aethelwold ne figure dans aucun des calendriers de Saint-Évroult. Il est probable, alors, que le livre a servi à fournir des lectiones dans le réfectoire ou des prières pour les dévotions privées. Le même manuscrit 14 contient d’autres extraits de vies de saints anglais : soixante-dix lignes d’une narrado metrica de saint Swithun, évêque de Winchester ; un hymne de saint Birin, précédé d’une note en prose sur la vie du saint30 on reconnaît aussi la main d’Orderic dans la Vie de saint Willibrord, par Alcuin.

  • 31 J. Laporte, « Tableau des services obituaires assurés par les abbayes de Saint-Évroult et de Jumièg (...)
  • 32 Orderic, II, p. 242-246.

16Orderic aurait pu obtenir les documents concernant les saints du diocèse de Winchester du moine Antoine qui avait apporté la Vie de saint Guillaume à Saint-Évroult. Antoine était spécialement commémoré par les moines ; on lit dans le tableau des services obituaires assurés par l’abbaye : « Pour dom Antoine de Winchester chacun de nous dira une messe » (Pro domno Antonio de Wincestra faciemus unusquisque unam missam)31. Et Orderic s’intéressa spécialement aux vies de saints anglais et aux instigateurs de la réforme monastique du Xe siècle. En écrivant son Histoire ecclésiastique, il faisait copier des documents concernant cette réforme. Comme les autres historiens normands de la conquête, il fut convaincu que le monachisme du XIe siècle en Angleterre était en décadence et avait besoin des réformes initiées par le roi Guillaume ; mais il savait bien qu’au temps de Bède le monachisme avait fleuri en Angleterre. Évidemment, Orderic a dû faire des recherches pour pouvoir écrire les quelques pages qu’il inséra dans le quatrième livre de son histoire à propos des vicissitudes monastiques avant la conquête. Il raconta qu’Oswald, moine anglais de Fleury, fut envoyé en Angleterre par son abbé et que, aidé de Dunstan et d’Aethelwold, il établit la discipline régulière à Glastonbury, Abingdon, Winchester, Peterborough, Thorney et dans quelques autres monastères32. Mais après les invasions danoises, le massacre des moines et l’incendie des monastères, l’église anglaise avait besoin de nouvelles réformes. On peut s’imaginer qu’Orderic s’intéressa spécialement aux vies des saints évêques et abbés de son pays natal, qui avaient joué un rôle important dans l’histoire monastique. Par conséquent, la bibliothèque de Saint-Évroult fut enrichie de documents concernant des saints anglo-saxons ; mais peut-être cet intérêt fut-il trop personnel pour mener à un culte permanent. À cette époque, les églises étaient libres d’adopter un saint ou de ne pas s’y rallier et l’intérêt de quelques moines ou abbés ne pouvait pas garantir l’établissement d’un culte.

  • 33 M. Morgan, The English Lands of the Abbey of Bec, Oxford, Oxford University Press, 1946.
  • 34 A. Hughes, The Bec Missal, Leighton Buzzard, Henry Bradshaw Society, 1963, p. 4-6.
  • 35 A.-A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, t. II, App. V.
  • 36 M. Chibnall, « The relation of St. Anselm with the English Dependencies of the Abbey of Bec », Spic (...)
  • 37 A.-A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec…, t. I, p. 453, n° 3.
  • 38 A. Hughes, The Bec Missal…, p. 149, 150, 172, 210 et 215.

17À l’abbaye du Bec, au contraire, certains cultes ont pu être établis grâce aux contacts nombreux de la communauté avec l’Église d’Angleterre. L’abbaye fut très richement dotée de propriétés anglaises ; et dans cinq prieurés conventuels les moines du Bec chantaient les mêmes offices et célébraient les mêmes fêtes que leurs frères de l’abbaye mère33. Dans le missel du XIIIe siècle, on relève l’inscription de plusieurs saints anglo-saxons : saint Dunstan, saint Augustin de Cantorbéry et saint Edmond, chacun avec douze leçons et saint Néot avec huit leçons34. Les calendriers ajoutent les noms de Botolf, Cuthbert, Etheldreda et Oswald35. Deux beaux calendriers du prieuré de saint Néot, étudiés par F. Wormald, témoignent de l’influence mutuelle de l’abbaye mère et de ses prieurés36. Les saints normands, dont saint Taurin, saint Nicaise et saint Romain, sont commémorés dans le prieuré anglais, de même que les saints insulaires au Bec. Mais ce fut probablement l’os de saint Néot apporté au Bec par Anselme qui assura la perpétuation de son culte jusqu’à la Révolution. Au XVIe siècle, quand la vénération des reliques fut interdite en Angleterre, le corps de saint Néot fut transporté au Bec ; au XVIIe siècle, on y conservait encore sa mâchoire avec les dents37. La possession des reliques pouvait toujours être l’occasion de la composition d’un office propre du saint. L’office de saint Néot est préservé dans le missel du Bec, avec oratio, secreta et postcommunio, de même que les offices de saint Dunstan, de saint Augustin et de saint Edmond38.

  • 39 R. Delamare, Le Calendrier de l’église d’Évreux, Paris, Picard, 1919, p. 72-74 ; Id., Ordo servicii (...)
  • 40 R. Delamare, Le Calendrier de l’église d’Évreux…, p. 74.

18À l’église cathédrale d’Évreux aussi la possession d’une relique assura l’établissement d’un culte important. Dans le calendrier du XIVe siècle, il n’y a que trois saints anglais, dont deux anglo-saxons. Le troisième, il va presque sans dire, est saint Thomas de Cantorbéry. Les deux autres, saint Edmond et saint Swithun, sont dotés chacun d’une fête à neuf leçons39. Saint Swithun mourut le 2 juillet 862 ; un siècle plus tard, le 15 juillet 964, saint Aethelwold fit la translation de ses reliques dans l’église nouvelle. Mais il semble que le chef du saint fut donné à la cathédrale d’Évreux avant la fin du XIe siècle. En 1404, l’évêque d’Évreux plaça la relique dans un reliquaire de bois doré40. La possession de cette relique assura la vénération de saint Swithun, même après la Révolution, Évreux célébra sa fête le 2 juillet, date établie au martyrologe romain, tandis que les églises d’Angleterre célébraient sa fête principale le 15 juillet.

  • 41 Y. Delaporte, « Les ordinaires de Jumièges »…, p. 887.
  • 42 J. Thiron, « Les reliques de Jumièges »…, p. 893.
  • 43 Voir supra.

19À l’abbaye de Jumièges, l’influence de son ancien abbé, Robert Champart, fut fondamentale. Parmi les saints honorés dans le calendrier du XIIe siècle, on trouve quatre saints insulaires : saint Wilfrid, avec une simple commemoratio, saint Oswald et saint Edmond, chacun doté d’un office à trois leçons, et saint Aidan avec une fête solennelle à douze leçons avec chapes. Ce qui est remarquable, c’est que nulle part en Normandie, en dehors de Jumièges, on ne trouve la moindre mention du culte de saint Aidan, évêque de Lindisfarne41. Dom Jean Lambert explique les honneurs exceptionnels qui lui étaient rendus par le fait que, dans un inventaire du trésor de Jumièges datant du XVe siècle, on voit mentionner la « fierte » – c’est-à-dire la châsse – de saint Aidan, autour de laquelle se trouvaient huit images en vermeil. Cela suppose une relique importante et explique la vénération de deux autres saints associés à saint Aidan. saint Oswald, qui l’installa sur le trône épiscopal, et saint Wilfrid, qui fut moine de Lindisfarne42. Le cas de saint Edmond, le quatrième saint, est différent ; son culte fut assez répandu en Normandie, grâce à l’abbé Baudouin de Bury St. Edmunds43.

  • 44 Pour l’église de Sherington, voir A. C. Chibnall, Sherington, Fiefs and Fields of a Buckingamshire (...)

20Il est clair qu’un petit nombre de saints insulaires ont une place dans les calendriers et dans les livres liturgiques de quelques églises normandes. Mais on cherche presque en vain des églises ou des chapelles au vocable de tel ou tel saint anglais avant saint Thomas de Cantorbéry. Au contraire, plusieurs saints normands sont invoqués comme patrons d’églises en Angleterre. Cela s’explique par l’implantation des seigneurs normands en Angleterre dans le sillage de la conquête et par l’établissement de prieurés dépendant d’abbayes normandes. Il faut tenir compte des initiatives de certains seigneurs laïcs. L’église paroissiale de Sherington en Buckinghamshire, par exemple, fut placée sous le patronage de saint Lô par Guillaume Paynel, fondateur de l’abbaye d’Hambye, qui était possessionné dans le voisinage44. C’était naturel pour lui d’invoquer le patronage d’un saint de son pays d’origine. Mais on ne trouve pas de mouvement comparable des Anglais vers la Normandie. Il semble que, pour les saints qui essayaient de traverser la Manche, les vents favorables poussaient le plus souvent de la côte normande vers l’Angleterre.

  • 45 R. Foreville, Thomas Becket dans la tradition historique et hagiographique, Londres, Variorum Repri (...)
  • 46 AASS, 19 octobre, VIII, 1866, p. 570.
  • 47 Ibid., p. 560. Je tiens à remercier M. Christopher Hohler pour m’avoir communiqué cette information

21La canonisation de Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, en 1173, a suscité un vaste mouvement de vénération populaire45. Souvent, les pèlerins se groupaient pour entreprendre le dangereux voyage. Il était toujours possible de profiter du pèlerinage pour visiter le tombeau d’un autre saint. Dans les Miracula Sanctae Frideswidae, on trouve le cas d’un seigneur breton, Hamo de Sancto Ciriaco, qui était aveugle et sourd depuis plus d’un an et qui avait perdu l’usage de son bras droit46. Il resta quinze jours à Cantorbéry auprès du tombeau de saint Thomas sans aucun signe d’amélioration ; mais d’autres pèlerins qu’il rencontra là lui parlèrent de sainte Frideswide, à Oxford. Alors il se résolut à visiter un de ses parents, Hugues de Plugeney, ancien chevalier de l’impératrice Mathilde, qui habitait à Marston, près d’Oxford. Et, après avoir prié auprès du tombeau de sainte Frideswide, il se trouva complètement guéri. Ce qui fut le plus remarquable, d’après l’auteur des Miracula, c’est qu’il avait plus de quatre-vingt-dix ans. Mais c’est un cas isolé, et on ne trouve aucune trace de la vénération de sainte Frideswide en Normandie ou en Bretagne. Une seule chapelle existe sous son vocable à Bonny, près de Boulogne, mais ce n’est pas en Normandie47.

22Cela s’explique, peut-être, par le fait que la Normandie avait déjà de nombreux autres cultes bien établis de ses propres martyrs, évangélisateurs et saint abbés. Un siècle après la conquête, la province est exceptionnellement ouverte aux influences insulaires et semble prête à accueillir quelques saints nouveaux. Mais, comme les graines semées par le semeur dans l’Évangile, ces cultes ne sont pas assez bien enracinés pour n’être pas étouffés par d’autres cultes plus e forts, surtout par le culte du nouveau martyr, saint Thomas. Et, au XIIIe siècle, les liens politiques entre la Normandie et l’Angleterre furent brisés par la conquête française de la Normandie.

Notes

1 R. Folz, « Saint Oswald, roi de Northumbrie », Analecta Bollandiana, 1980, p. 49-74.

2 D. H. Farmer, The Oxford History of Saints, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 337 et 426-427.

3 D. Gramont, « Fleury, Le Mont-Saint-Michel et l’Angleterre », Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. I, Histoire et Vie monastique à l’abbaye, J. Laporte (éd.), Paris, Lethielleux, 1967, p. 751-761.

4 Voyageurs et ermites. Saints populaires évangélisateurs de la Normandie, catalogue d’exposition, Caen, Musée de Normandie, 1996, p. 30-31.

5 H. A. Wilson, The Missal of Robert of Jumièges, Londres, Henry Bradshaw Society, 1896 ; Y. Delaporte, « Les ordinaires de Jumièges », Jumièges. Congrès scientifique du XIIIe centenaire, Rouen, Lecerf, 1955, p. 887-888 ; J. Thiron, « Les reliques de Jumièges », ibid., p. 890-891.

6 Ibid., p. 891.

7 R. Foreville, « Canterbury et la canonisation des saints au XIIe siècle », in D. Greenway, C. Holdsworth et J. Sayers, Tradition and Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 63-64.

8 S. Ridyard, « Condigna veneratio : Post-Conquest Attitudes to the Saints of the Anglo Saxons », Anglo-Norman Studies, IX (1986), 1987, p. 200-204 ; R. W. Southern, The Life of St. Anselm by Eadmer, Édimbourg, Nelson, 1962, p. 50-54.

9 L. Watkiss et M. Chibnall, The Waltham Chronicle, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. XIV, XXVII, XXXIII, XLV-XLVI, 56-57.

10 M. Chibnall, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Oxford, Clarendon Press, 1969, t. II, p. 348-350 (cité désormais Orderic).

11 F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Opera Omnia, Edimbourg, Nelson, 1938-1961, ep. 236, 237.

12 I. Biffi et C. Marabelli, Anselmo d’Aosta Opere, Milan, Jaca Book, 1988, t. II, p. 340, ep. 236 : la note corrige les affirmations de F. S. Schmitt.

13 D. Whitelock, M. Brett, C. N. L. Brooke, Councils and Synods, Oxford, Clarendon Press, t. I, p. 678 : Canon 27, Ne quis temeraria novitate corporibus mortuorum aut fontibus aut aliis rebus, quod contigisse cognovimus, sine episcopali auctoritate reverentiam sanctitatis exhibeat.

14 Orderic, III, p. 32 : Qui mortuos consulant vel maleficia tractant.

15 M. Chibnall, « The relations of St. Anselm with the English Dependencies of the Abbey of Bec », Spicilegium Beccense (Congrès international du XIe centenaire de l’arrivée d’Anselme au Bec), Paris, Vrin, 1959, p. 523-525.

16 F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Opera Omnia…, ep. 473.

17 S. Ridyard, « Condigna veneratio… », p. 179-206.

18 R. W. Southern, The Life of St. Anselm by Eadmer…, p. 54, n° 1.

19 T. Arnold, Memorials of St. Edmund’s Abbey, Londres, Eyre and Spottiswoode, « Chronicles and Memorials of Great Britain and Ireland », 1890, t. I, p. 26-92. Pour l’identité de « Hermann l’archidiacre », voir A. Grandsen, « The Composition and authorship of the De miraculis Sancti Edmundi », The Journal of Medieval Latin, 1995, p. 1-52.

20 S. Ridyard, « Condigna veneratio… », p. 187-188 ; cf. R. Folz, Les Saints rois du Moyen Âge en occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, Société des bollandistes, 1984, p. 193.

21 Cf. V. Leroquais, Les Sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France, Paris-Mâcon, Protat Frères, 1924.

22 T. Arnold, Memorials of St. Edmund’s Abbey…, p. 69-74.

23 D. Dumville, « Anglo-Saxons Books : Treasure in Norman Hands ? », Anglo-Norman Studies, XVI (1993), 1994, p. 83-99.

24 Cf. D. Dumville, Liturgy and the Ecclesiastical History of Late Anglo-Saxon England, Woodbridge, Boydell Press, 1992, p. 138 : The presence of liturgica in a miscellaneous volume does not make it a liturgical book in a strict sense. We must allow that liturgical texts could be objects of study and quarries for reference.

25 T. Arnold, Memorials of St. Edmund’s Abbey…, p. 69-70. Cf. aussi Orderic (II, p. 108), qui évoque la visite de deux moines de Saint-Évroult à Chartres pour apprendre : la musique pour un office de saint Évroult.

26 M. Chibnall, The World of Orderic Vitalis, Woodbridge, Boydell Press, 1996, p. 68-69.

27 Le froid fut si intense que Orderic ne put en faire qu’un résumé : Orderic, III, 1972, p. 216-218.

28 V. Leroquais, Les Sacramentaires…, t. 1, p. X.

29 M. Lapidge et M. Winterbottom, Wulfstan of Winchester, Life of St. Æthelwold, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. XXVII, CXIII-CXVIII et passim.

30 Alençon, Bibliothèque municipale, ms. 14, f° 35-37.

31 J. Laporte, « Tableau des services obituaires assurés par les abbayes de Saint-Évroult et de Jumièges », Revue Mabillon, 1956-1957, p. 179.

32 Orderic, II, p. 242-246.

33 M. Morgan, The English Lands of the Abbey of Bec, Oxford, Oxford University Press, 1946.

34 A. Hughes, The Bec Missal, Leighton Buzzard, Henry Bradshaw Society, 1963, p. 4-6.

35 A.-A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1901, t. II, App. V.

36 M. Chibnall, « The relation of St. Anselm with the English Dependencies of the Abbey of Bec », Spicilegium Beccense, p. 528-529.

37 A.-A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec…, t. I, p. 453, n° 3.

38 A. Hughes, The Bec Missal…, p. 149, 150, 172, 210 et 215.

39 R. Delamare, Le Calendrier de l’église d’Évreux, Paris, Picard, 1919, p. 72-74 ; Id., Ordo servicii de l’insigne cathédrale d’Évreux, Paris, Picard, 1924, p. 70, 304 et 362. Voir aussi Breviarium Ebroicense. Pars aestiva, Paris, 1737, p. 421-422. Je tiens à remercier le professeur Michael Lapidge pour m’avoir communiqué ces références. Le nom de saint Swithun ne figure pas dans le calendrier du XIIIe siècle (V. Leroquais, Les Sacramentaires…, t. II, p. 39) ; son culte fut établi plus tard.

40 R. Delamare, Le Calendrier de l’église d’Évreux…, p. 74.

41 Y. Delaporte, « Les ordinaires de Jumièges »…, p. 887.

42 J. Thiron, « Les reliques de Jumièges »…, p. 893.

43 Voir supra.

44 Pour l’église de Sherington, voir A. C. Chibnall, Sherington, Fiefs and Fields of a Buckingamshire Village, Cambridge, Cambridge University Press, 1965, p. 26-28 ; pour Guillaume Paynel et Hambye, voir M. Chibnall, « Monastic Foundations in England and Normandy, 1066-1189 », in D. Bates et A. Curry, England and Normandy in the Middle Ages, Londres-Rio Grande, Hambledon Press, 1994, p. 47.

45 R. Foreville, Thomas Becket dans la tradition historique et hagiographique, Londres, Variorum Reprints, 1981, chap. IX.

46 AASS, 19 octobre, VIII, 1866, p. 570.

47 Ibid., p. 560. Je tiens à remercier M. Christopher Hohler pour m’avoir communiqué cette information.

Auteur

Université de Cambridge

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540