Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Sainteté et pouvoir

Dudon de Saint-Quentin et le martyre de Guillaume Longue Épée

Pierre Bouet

Texte intégral

  • 1 Principales études sur Dudon : H. Prentout, Étude critique sur Dudon de Saint-Quentin et son histoi (...)

1Dudon de Saint-Quentin1 entreprit de rédiger une histoire des premiers ducs de Normandie, à la demande de Richard Ier (942-996). En raison de la mort de ce duc en 996, Dudon interrompit durant quelques années la rédaction de son ouvrage, mais, à la demande de Richard II (996-1026), il la reprit et la mena à son terme.

  • 2 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mémoires de l (...)

2Les Gesta Normannorum, édités par Jules Lair sous le titre De moribus et actis primorum Normanniae ducum2, proposent une image flatteuse des Normands en qui, vers l’an mil, l’on voit toujours des pirates capables de tous les méfaits. Assurément Dudon ne cherche nullement à nier les faits. Son premier livre est consacré aux crimes et aux sacrilèges commis en Europe par les Vikings commandés par le plus monstrueux d’entre eux, Hasting. Si ces Vikings obéissent à des pulsions mauvaises, voire sataniques, il en est qui se sont comportés en nobles conquérants, capables de modérer leur rage meurtrière et de respecter les peuples vaincus. C’est le cas des Vikings qui ont pris pied en Neustrie avec Rollon.

3Le projet de Dudon n’est pas seulement une défense et une illustration des Vikings de Normandie, il tend également à faire le panégyrique du lignage ducal issu de Rollon. Après le premier livre consacré aux méfaits d’Hasting, les trois autres livres se présentent comme trois biographies consacrées l’une à Rollon (911-c. 927), la seconde à Guillaume Longue Épée (927-942) et la troisième à Richard Ier (942-996).

4Cette Histoire des Normands, rédigée dans un latin plein d’emphase et de subtilités, est entrecoupée de petits poèmes qui permettent à l’historien d’exprimer son admiration personnelle pour les princes normands. Le récit historique intègre aisément les procédés rhétoriques qui relèvent aussi bien de la poésie héroïque et du panégyrique que de l’hagiographie.

5C’est dans ce contexte que Dudon, après avoir raconté les méfaits d’Hasting et les exploits de Rollon, raconte la vie de Guillaume Longue Épée. Ce prince qui fut associé au pouvoir du vivant de son père vers 927 périt assassiné le 17 décembre 942 sous les coups de quatre tueurs à la solde du comte de Flandre, Arnoul. La tentation était grande pour le panégyriste des ducs de voir en Guillaume Longue Épée un prince martyr dont le sang innocent avait sanctifié le lignage éminent des ducs de Normandie.

***

6Le livre III de Dudon adopte, comme les deux autres consacrés à son père et à son fils, le plan de la biographie historique héritée des Anciens et des Carolingiens. Il est aisé de présenter la structure de ce livre car Dudon a soigneusement organisé sa matière autour de six temps forts de la vie de Guillaume.

  • 3 Dudon, chap. 35, p. 179 : praepotentissimi ducis Willelmi vitam actusque atque triumphum non fucis (...)
  • 4 Ibid., chap. 36, p. 179 (titre du chapitre).

7Le prologue rappelle l’objet du livre : exposer brièvement et simplement, sans les fards de la rhétorique, « la vie, les actions et le triomphe du très puissant duc Guillaume » (praepotentissimi ducis Willelmi vitam actusque atque triumphum)3. Cette formule est reprise peu après pour annoncer le début du récit : « vie, actions et meurtre du duc Guillaume » (vita et actus et tradicio Willelmi ducis)4.

  • 5 Ibid., chap. 36-38, p. 179-182.
  • 6 Ibid., chap. 37, p. 181 : Monasticis rebus […] vult se mancipari theoricisque, mutato habitu, subne (...)

8La première partie5 expose les négociations délicates entre le duc Rollon et les princes bretons et normands pour la désignation d’un héritier. Jugé trop vieux et trop affaibli pour exercer le pouvoir, Rollon propose son fils comme successeur. Tous les notables présents approuvent cette désignation car le jeune Guillaume réunit toutes les qualités pour l’exercice de cette fonction, même s’il semble un peu trop attiré par la vie contemplative des monastères bénédictins6.

  • 7 Ibid., chap. 39-41, p. 182-184.

9Peu après son accession au pouvoir, le jeune duc doit faire face à la révolte des Bretons, qui, à la mort de Rollon, se déclarent libérés de la tutelle normande. Une double expédition en Bretagne met un terme à cette révolte : le duc Bérenger se voit accorder le pardon, tandis que le comte Alain est condamné à l’exil7.

  • 8 Ibid., chap. 42-46, p. 185-191.

10Plus grave et plus dangereuse pour la nouvelle principauté apparaît la révolte de Rioul, un chef Viking, qui réclame la cession d’une partie de la Normandie, de la Risle à la mer, pour lui et ses amis8. Ces Normands refusent de reconnaître l’autorité de Guillaume Longue Épée sous le prétexte qu’il est, par sa mère Popa, fille du comte de Bayeux, Bérenger, de souche franque et que, de ce fait, il s’associera aux Francs pour les dominer ou même pour les chasser de Normandie. L’armée des rebelles refuse toutes les propositions du duc et a même l’audace d’investir la capitale du duché, Rouen, en signifiant au duc qu’il n’a plus qu’à quitter la principauté. Le jeune duc, découragé, songe un instant à se réfugier en Francia : puis il a un sursaut d’orgueil et avec trois cents chevaliers d’élite il se lance à l’improviste sur l’armée ennemie et la culbute. La paix et l’ordre se trouvent ainsi rétablis.

  • 9 Ibid., chap. 47-57, p. 192-200.

11La quatrième partie9 de la biographie est consacrée au rayonnement politique du duc Guillaume en Occident. Le comte de Poitiers sollicite la main de Gerloc, la sœur de Guillaume, et le comte Herbert de Vermandois est flatté de marier sa fille au duc normand. Pour faire la paix avec le roi de France, Louis IV d’Outre-Mer, le roi de Germanie exige d’avoir comme négociateur le duc de Normandie, dont tout le monde connaît la probitas et la fides. Comme celui-ci s’acquitte avec succès de cette mission, le roi de France lui demande d’être le parrain de son fils Lothaire qui vient de naître.

  • 10 Ibid., chap. 58, p. 200-203.

12Dans la cinquième partie10, Dudon évoque le désir secret du duc Guillaume. Après avoir restauré l’abbaye de Jumièges, il fait part à l’abbé Martin de son profond désir de se retirer du monde et sollicite son entrée au monastère. L’abbé rappelle le duc à ses devoirs et à ses responsabilités politiques. Le refus catégorique de l’abbé Martin affecte profondément Guillaume, qui tombe gravement malade. Il réunit néanmoins les notables de son conseil pour les mettre au courant de son intention de quitter le pouvoir et d’installer son jeune fils Richard sur le trône ducal. Malgré leur désaccord sur ce projet, les notables bretons et normands reconnaissent le jeune Richard comme leur duc.

  • 11 Ibid., chap. 59-64, p. 203-209.

13Mais la haine des princes de Francia envers Guillaume ne laisse pas à celui-ci le temps de mettre ce projet de retraite à exécution11. Hélouin de Montreuil, victime d’une agression sournoise de la part du comte de Flandre, Arnoul, sollicite l’aide militaire du duc de Normandie. Avec son armée, Guillaume Longue Épée rétablit Hélouin dans son château de Montreuil. Arnoul de Flandre, décidé à se venger à tout prix, monte une machination diabolique pour assassiner le duc de Normandie. Il invite ce dernier à une entrevue sur une île de la Somme. Après avoir passé la journée du 17 décembre 942 à négocier et à conclure un traité d’amitié, les deux princes se séparent. Alors que Guillaume et les douze chevaliers qui l’accompagnent remontent dans leurs barques pour regagner la rive, on appelle le duc pour une dernière information. La barque du duc fait demi-tour et à peine Guillaume a-t-il mis le pied à terre que quatre criminels, complices d’Arnoul, sortent leurs poignards et tuent le duc, sous le regard de l’armée normande qui assiste impuissante à l’assassinat de son prince. On récupère le corps peu après et on le ramène à Rouen dans la désolation générale. Le duc reçoit une sépulture dans la cathédrale de Rouen.

  • 12 Flodoard, Annales, Ph. Lauer (éd.), Paris, A. Picard et fils, 1905 ; Richer, Histoire de France (98 (...)

14Voilà brièvement résumée la vie du duc Guillaume, le second duc de Normandie qui régna une quinzaine d’années, de 927 à 942. Les faits importants de cette biographie sont confirmés par les sources contemporaines ou de peu postérieures, par celles de Flodoard et de Richer notamment12.

15L’œuvre de Dudon n’a pourtant pas le caractère d’une simple biographie. L’historien n’est pas au service d’une chronologie précise des événements et la trame historique des faits ne constitue pas le principal objet de son discours.

  • 13 R. W. Southern, « Aspects of the European Tradition of Historical Writing. 1, The Classical Traditi (...)
  • 14 Dudon, chap. 35, p. 179 : vitam actusque atque triumphum simpliciter tenuique naturalis prolationis (...)
  • 15 Ibid., chap. 65, p. 218 : Imitabilem meritis excellentium ducum agoniam […] cassum est silentiare ; (...)
  • 16 Ibid., chap. 35, p. 179 : [Historia gestorum…] nostrae fidei fundamentum fortiter solidetur, nostra (...)

16Le projet de Dudon est autre, comme il le déclare explicitement dans ses prologues et dans ses poèmes. Ce n’est donc pas d’après nos conceptions modernes de l’histoire, mais d’après ce qu’il se propose de faire que nous devons juger Dudon, suivant en cela les principes d’étude de Richard William Southern et d’Eleanor Searle13. La narration authentique des faits (naturalis prolationis sermo)14 remplit chez Dudon une triple fonction. Elle doit d’abord constituer un miroir des princes afin que les actions remarquables du duc (insigna opera, gesta) servent d’exemples aux générations à venir15. L’histoire a également pour objet d’inciter le lecteur à imiter les vertus chrétiennes de Guillaume afin de mépriser le monde chancelant et trompeur, et de susciter l’amour des choses divines16. Mais la finalité ultime de l’histoire, c’est de montrer la voie de la sainteté en vue de parvenir à la béatitude céleste :

  • 17 Ibid.

il faut que soit développé l’attrait de la sainteté et que soit franchie, au terme d’une marche salutaire, la porte de la divine contemplation.
incentiuum sanctitatis augmentetur, […] ianua supernae contemplationis salutifero itinere penetretur17.

17Ces déclarations d’intention qui sont également reprises dans les apostrophes en vers sont éminemment hagiographiques et rappellent les préfaces des vies de saints. En parlant de Richard Ier, Dudon va même jusqu’à proclamer

  • 18 Ibid., chap. 65, p. 218 : […] ut cuius tutelae et beneficii salubriter fruebamur patrocinio in terr (...)

qu’il écrit afin que nous soyons protégés par les prières et par les mérites du duc qui a sur terre exercé son patronage sur nous18.

  • 19 Sulpice Sévère, Vita sancti Martini, J. Fontaine (éd.), Paris, Cerf, 1980, 1, 6 : […] vitam sanctis (...)
  • 20 Ibid., 1, 3.
  • 21 Eginhard, Vie de Charlemagne, L. Halphen (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 4. […] librum p (...)

18Sulpice Sévère, dans la préface de sa Vita Martini, pour prendre un exemple prestigieux, déclare qu’il rédige son œuvre pour « inciter les lecteurs à la vraie sagesse, à la milice céleste et à la vertu divine ». Il veut donc « faire connaître celui qui mérite d’être imité »19. Dans le même temps, il condamne les écrivains qui ont immortalisé les héros comme Hector et les sages comme Socrate, puisque « la gloire de leurs écrits est destinée à disparaître avec le monde »20. Ces intentions hagiographiques constituent un choix personnel de Dudon. Les historiens du Moyen Âge, et en particulier ceux de l’époque carolingienne, ne partageaient pas cet idéal. Eginhard, qui narre les exploits de Charlemagne, veut « perpétuer la mémoire d’un grand homme » et « éviter que ses exploits ne s’effacent dans les ténèbres de l’oubli »21. Richer, un contemporain de Dudon, a comme ambition de

  • 22 Richer, Histoire de France…, p. 4 : Quorum temporibus bella a Gallis saepenumero patrata variosque (...)

conserver par écrit la mémoire des nombreuses guerres qu’ont soutenues les Français, des troubles auxquels ils ont été mêlés et de diverses affaires auxquelles ils ont pris part22.

19Ces deux historiens ont l’ambition de rédiger un panégyrique des empereurs, sans pour cela s’engager dans la voie de l’hagiographie.

***

20La biographie consacrée à Guillaume Longue Épée présente donc une intention hagiographique que nous devons préciser. Le portrait que Dudon nous brosse au fil des pages est essentiellement un portrait moral. Du physique on sait peu de choses : il était de grande taille (statura procerus) et d’aspect séduisant (effigie conspicuas). Doté d’une bonne nature (bona indoles), il manifestait un attrait permanent pour la sainteté et s’attachait à la pratique constante de toutes les vertus. Il est aisé de dresser le catalogue des vertus que l’auteur lui décerne au fil des pages : aequitas, probitas, pietas, prudentia, iustitia, bonitas, castitas, humilitas, mansuetudo…

  • 23 Le portrait de Guillaume est présenté dès le début du livre III au chapitre 36.
  • 24 Cf. tableau en annexe I.

21Dès sa plus tendre enfance, le jeune homme a été animé par le goût de la perfection en toutes choses (vir fieri perfectas totis nitens viribus). Aussi la pratique des vertus chrétiennes a-t-elle éveillé très tôt en son cœur l’attrait des choses divines et le désir de la vie contemplative au sein d’une communauté23 monastique Dudon n’hésite donc pas à parler à son propos de sanctitas : ce terme, utilisé neuf fois dans l’œuvre entière, est réservé soit aux archevêques illustres comme Adalbéron de Laon ou Francon de Rouen, soit aux deux ducs de Normandie, Guillaume Longue Épée et Richard Ier. Mais si ces deux ducs sont également qualifiés de sanctissimus, de sacer et de sacrosanctus, seul Guillaume est présenté comme un dux sacratissimus24.

22L’heureuse nature du jeune duc ne saurait expliquer cette précocité dans la perfection et dans la pratique constante des vertus chrétiennes. Dudon répète en effet comme un leitmotiv que Dieu l’assistait et l’inondait de sa grâce :

  • 25 Dudon, chap. 36, p. 179 : Enimuero divina profusius gratia replebatur septifluique muneris sapienti (...)

Il était en effet rempli en abondance de la grâce divine et enrichi à profusion par la sagesse des sept dons25.

  • 26 Ibid., chap. 37, p. 181 (l. 1) ; chap. 38, p. 183 (l. 21) ; chap. 42, p. 186 (l. 31).

23Les progrès que le duc fait dans la pratique des vertus sont toujours à l’initiative de la Providence comme l’expriment les expressions « comme la grâce divine l’y incitait » (praeveniente gratia divinitatis), « à l’instigation de la clémence du Saint-Esprit » (sancti spiritus clementia praeeunte), « par un surcroît de grâce divine » (divinae augmentationis gratia) etc.26.

  • 27 Ibid., chap. 36, p. 180 (l. 18) ; chap. 44, p. 188 (l. 54).

24Mais, contraint d’exercer le pouvoir et de vivre dans le monde, Guillaume assume pleinement ses responsabilités. C’est en homme de paix qu’il s’est surtout illustré : pacificus27. Non seulement il instaure la paix dans son duché, mais il intervient dans les principautés et dans les royaumes voisins pour assurer la sécurité publique.

25Dudon ne passe cependant pas sous silence les faiblesses du duc, plus enclin à la vie contemplative qu’à la vie active. Devant le danger, il est parfois en proie à l’indécision et semble même manifester une certaine lâcheté. Lors de la révolte de Rioul, il faut l’indignation de ses barons pour le ramener à une conduite plus héroïque et le faire renoncer à une fuite en Francia :

  • 28 Ibid., chap. 45, p. 189 : Aliena mavis quadra vilis nulliusque utilitatis vivere quant regnum reger (...)

Tu préfères vivre du pain d’autrui et ne servir à rien plutôt que de gouverner et de protéger ton royaume. Privé de tes forces et devenu femme tu n’es plus capable de nous commander28.

  • 29 Ibid., chap. 46, p. 191.

26Mais ces hésitations et ces instants de faiblesse n’empêchent nullement Guillaume d’avoir un comportement héroïque sur le champ de bataille. À la bataille de Rouen, cité investie par Rioul et ses partisans, il se lance avec trois cents volontaires contre une multitude d’hommes en armes : son audace surprend l’armée ennemie et lui fait remporter la victoire29.

27Tel est le portrait que Dudon brosse de Guillaume Longue Épée : c’est le portrait d’un prince vertueux, que résume parfaitement le terme sanctitas. Cette sanctitas est mise en évidence par toute une panoplie de procédés rhétoriques et stylistiques. Le portrait est d’une part rehaussé du prestige des citations bibliques et des expressions de la littérature patristique. Ces formules ne constituent pas un habillage rhétorique mais visent à rattacher la sainteté du duc Guillaume à l’idéal vécu par la longue cohorte des saints. Les deux plus importantes citations bibliques sont des reprises de paroles de Yahvé menaçant de destruction les ennemis du peuple élu :

Mon glaive dévorera la chair [des parjures].

  • 30 Ibid., chap. 45, p. 190 : Devorabit gladius meus carnes periurorum ; chap. 45, p. 189 : Delebo hos (...)

Je détruirai ces gens avec leur famille de la surface de la terre30.

28Ces deux citations sont prononcées par le duc Guillaume au moment où il décide d’anéantir par la force ses adversaires. N’est-ce pas pour Dudon une manière subtile de justifier le massacre de chrétiens par un prince chrétien en rappelant les précédents bibliques ?

  • 31 Cf. le tableau des expressions tirées des textes patristiques en annexe III.

29Si ces références bibliques relèvent d’un choix conscient de Dudon, il n’en est pas de même pour les expressions empruntées aux écrits des Pères de l’Église, soit directement, soit plus vraisemblablement de manière indirecte par la médiation des textes liturgiques et des ouvrages hagiographiques31. Certaines de ces expressions qui ne sont pas d’un emploi fréquent dans la littérature patristique sont peut-être des emprunts directs : ainsi les formules annosa aetas, mellifluum os, ardua frons ne se rencontrent qu’une seule fois chez Augustin, Boèce ou Prudence. Toutes ces expressions, qu’elles soient habituelles dans la littérature religieuse comme athleta Christi ou recherchées comme mellifluum os ou aequa lance librare, révèlent le choix de Dudon, qui confère ainsi à sa biographie une tonalité plus hagiographique.

  • 32 Dudon, chap. 36, p. 179 : […] suae iuventutis aetatem […], Jesu Christo consecravit seque divinis t (...)
  • 33 Ibid., chap. 36, p. 180 : […] Corpus ab escis duriter suspendebat. Pernox vigiliis insistebat ciboq (...)

30La structure de la biographie du duc Guillaume manifeste, elle aussi, les intentions hagiographiques de Dudon. L’objet premier de l’ouvrage est d’offrir un portrait du prince avec toutes ses vertus et non pas le récit minutieux de ses actions. Celles-ci n’apparaissent que comme l’illustration de ses vertus. Le premier chapitre de la biographie expose en détail le portrait de Guillaume : c’est la donnée fondamentale que tous les autres chapitres vont confirmer. Le caractère de Guillaume ne se forme pas progressivement au contact des expériences de la vie et ne se forge pas dans les épreuves, comme cela apparaît dans certaines vies de saints où, avant de parvenir à la sainteté, le héros a fait l’expérience des turpitudes jusqu’au moment de sa conversion. La sainteté de Guillaume est déjà manifeste dès son enfance « où il se voua au Christ et se consacra aux choses divines ». Rempli de la grâce divine, « il désirait quitter ce siècle qui passe et devenir moine à Jumièges »32. Il passait déjà ses nuits en prières, se privait de nourriture et ne cessait de faire des dons aux pauvres33. Ainsi, ce premier chapitre expose longuement les heureuses dispositions du jeune Guillaume et sa conduite qui est déjà celle d’un contemplatif et d’un ascète.

31Non sans humour, Dudon apostrophe Guillaume aussitôt après pour le ramener à plus de modération :

  • 34 Dudon, Apostropha, chap. 35, p. 180, v. 1-9 : O Willelme sacer […]/[…] Pergere cur celeri voto Chri (...)

Oh ! Guillaume, toi qui t’es consacré à Dieu…
Pour quelle raison veux-tu gagner par un vœu hâtif la retraite du Christ
Abandonne ton projet : il est indispensable pour toi et pour nous
Que tu aies une descendance…34.

32Le rappel de la sainteté du duc, affirmée dès le début du livre III, constitue l’amorce des nouveaux épisodes et la relance du récit. C’est l’éminence des qualités de Guillaume qui est la source de l’action historique, comme si le caractère du héros révélait déjà, avant même l’action, la nature de l’entreprise. Un saint homme ne nourrit que de nobles projets. Un criminel, comme Arnoul de Flandre, ne prépare que des actions criminelles.

33C’est le plus souvent l’historien qui établit le lien de causalité entre la vertu du prince et le départ de l’action. Il le fait en usant d’un tour traditionnel dans le récit : cum + subjonctif :

  • 35 Dudon, chap. 39, p. 183.

Cum autem talibus supernae dispensationis muneribus abundantius polleret […], Britones […] coeperunt contra Willelmum ducem esse rebelles35.
Comme le duc gagnait en puissance en raison des dons accordés par la grâce divine, […] les Bretons […] entrèrent en rébellion contre Guillaume.

34Parfois, c’est l’un des protagonistes, ami ou adversaire, qui, prenant conscience de la vertu du duc de Normandie, prend l’initiative d’un projet. Tel est le cas du roi d’Angleterre qui décide de rétablir le roi carolingien sur le trône de France :

  • 36 Ibid., chap. 49, p. 193.

Audiens Alstemus […] quod praecellebat Willelmus virtute et potentia Franciscae nationis omnibus, misit ad eum legatos […]36
Le roi Aethelstan, […] apprenant que Guillaume l’emportait par sa vertu et sa puissance sur tous les princes de la nation franque, lui envoya des ambassadeurs […].

35Même si la sainteté de Guillaume Longue Épée est affirmée, dès les premières lignes du livre III, comme un fait bien établi, Dudon laisse à son personnage la possibilité d’une véritable évolution. La biographie met en évidence d’une part un épanouissement des vertus princières et d’autre part leur rayonnement à travers les royaumes d’Occident.

  • 37 Ibid., chap. 37, p. 181 ; chap. 39, p. 183 ; chap. 48, p. 193 ; chap. 61, p. 205.

36D’épisode en épisode se révèle en effet un épanouissement des vertus du duc. Il est facile de montrer cette progression dans les termes37 :

1. Quum autem secundum vires aetatis polleret
Comme selon les forces de son âge il se développait
2. Quum autem abundantius polleret
Comme il se développait davantage
3. Refulgebat in eo sanctitas et prudentia
Se manifestaient alors avec éclat en lui la sainteté et la sagesse
4. Quum autem augmentatis studiis universae bonitatis eniteret
Comme il brillait par la pratique toujours plus intense d’une bonté universelle

  • 38 Ibid., chap. 39, p. 183 ; chap. 42, p. 185 ; chap. 42, p. 186 ; chap. 61, p. 205.

37Ce progrès intérieur, dû à la fois à une pratique constante des vertus et à la grâce divine, se double d’un rayonnement du duc Guillaume sur son entourage. Progrès intérieur et rayonnement social vont presque toujours de pair. La renommée de la vertu du duc de Normandie (bonitatis fama) ne cesse de s’élargir38 :

1. fama pene per universum orbem propalata…
comme sa renommée se répandait presque à travers le monde entier
2. Propalabatur fama bonitas per climata mundi…
la renommée de sa bonté se répandait à travers les régions du monde
3. propalabatur […] in cunctis terrarum finibus…
[le duc] était connu dans tous les pays de la terre
4. totamque per Franciam perque caetera regna propalata fama tanti hominis…
comme la renommée d’un si grand homme se répandait à travers toute la France et à travers tous les autres royaumes…

38La reprise de certains termes et le changement de certains autres mettent bien en lumière à la fois une évolution constante et une continuité sans rupture.

39La biographie de Guillaume Longue Épée a donc pour principal objet de manifester la sainteté du duc et de montrer que c’est cette sainteté qui est source de l’histoire. La narration historique est organisée selon une progression par paliers qui associe intimement le rayonnement politique du duc de Normandie et ses vertus chrétiennes. C’est cette sainteté qui garantit l’efficacité des entreprises de Guillaume et qui fonde les qualités de l’homme de gouvernement, notamment sa iustitia, sa fides, sa prudentia et sa potentia. Il semble même que ce soit la sainteté du prince qui ait poussé Satan et le comte de Flandre, Arnoul à préparer une odieuse machination pour assassiner le duc de Normandie. Tel est le second projet que s’est proposé Dudon, montrer que l’assassinat de Guillaume Longue Épée par le comte Arnoul a fait du duc de Normandie un authentique martyr.

***

  • 39 H. Prentout, Étude critique…, p. 335-344 ; Ph. Lauer, Le Règne de Louis IV d’Outre-Mer, Paris, Boui (...)

40La mort de Guillaume Longue Épée le 17 décembre 942 eut un grand retentissement à travers l’Europe. Les historiens du Xe siècle rapportent le fait en confirmant bien la version de l’assassinat politique. Entre les récits de Flodoard, de Richer et de Raoul Glaber, il existe des divergences et des convergences qui ont été bien étudiées par Henri Prentout et Philippe Lauer39. Rappelons seulement que Flodoard et Richer attribuent bien la responsabilité du meurtre au comte Arnoul de Flandre alors que Raoul Glaber affirme que ce fut le comte de Blois, Thibaut le Tricheur, qui, complice d’Arnoul, porta le coup fatal. Les causes de la haine entre le duc de Normandie et le comte de Flandre diffèrent selon les auteurs, mais elles sont toutes liées à des rivalités de pouvoir. C’est lors d’une entrevue de paix à Picquigny sur une île de la Somme que le duc fut mis à mort. Pour le séparer de ses chevaliers, on le laissa se rembarquer et s’éloigner de la rive. Rappelé par les conseillers d’Arnoul, le duc fit faire demi-tour à sa barque en ordonnant à l’autre embarcation, où se trouvaient ses gardes, de continuer. Revenu à la rive, il fut assassiné par les complices d’Arnoul, au nombre de deux ou de quatre selon les versions. Dudon, lui, parle de quatre et révèle les noms des coupables.

  • 40 Cf. l’édition de la complainte par J. Lair, Étude sur la vie et la mort de Guillaume Longue Épée, P (...)

41Cet événement causa une grande émotion. Nous avons conservé une complainte sur la mort de Guillaume Longue Épée, qui fut composée en Normandie au lendemain de cet assassinat40. Les ressemblances linguistiques entre cette complainte et les textes de Richer, de Dudon et de Raoul Glaber laissent supposer que ces historiens connaissaient la complainte qui évoque la naissance de Guillaume, la révolte des comtes, la fondation de Jumièges et la vocation monastique du jeune duc avant de raconter en détail son assassinat.

  • 41 Dudon, Oratio, prologue, p. 178, v. 25-28 : Martyris almi/Te duce te referam / Vitam nunc luculenta (...)

42Dudon considère la mort de Guillaume Longue Épée comme l’épreuve du martyre. Dans la préface en vers de son livre III, il annonce son projet dans une prière adressée à Dieu : « Sous ta conduite je vais raconter la vie éclatante du Saint martyr » (martyris almi vitam luculentam…)41.

  • 42 Cf. tableau des emplois martyr, martyrium, martyrizare et testis en annexe IV.

43Les termes dont use Didon manifestent clairement les intentions hagiographiques de l’auteur. Sur les onze occurrences du mot martyr dans le De moribus et actis, six concernent Guillaume alors que les cinq autres s’adressent soit à saint Quentin soit à tous les martyrs. Comme saint Quentin, Guillaume est qualifié de martyr Christi et de martyr almus et comme les saints martyrs de l’Église, le duc de Normandie est proclamé martyr gloriosissimus. Les sept emplois du verbe martyrizare et les huit des neufs occurrences du substantif martyrium sont également employés à propos de Guillaume. De même, le duc est « le témoin éminent de Dieu » (testis praecipuus Dei), comme le sont tous les saints du Paradis et saint Quentin en particulier42.

  • 43 Dudon, poème, chap. 40, p. 184, v. 1 : O Jesu testis Christi Willelme future.
  • 44 Ibid., poème, chap. 46, p. 191, v. 3 : sanguinis ut dabitur merces tibi digna corona.

44Tout au long de la biographie, notamment dans les apostrophes qui coupent le récit en prose, ce leitmotiv est constamment repris. Dans la première apostrophe, Dudon annonce le règne de Richard Ier « après que Guillaume, fort de son martyre, aura émigré vers l’Olympe ». Avant la bataille contre les Bretons révoltés, l’historien incite le jeune duc de Normandie à la fermeté en lui déclarant : « Ô toi, Guillaume, le futur témoin de Jésus-Christ ! »43. En annonçant la naissance de Richard, le poète ne peut s’empêcher d’évoquer le duc qui gouvernera le peuple avec modération « quand une couronne digne aura été donnée [à Guillaume] en récompense du sang versé »44.

45De telles affirmations pourraient apparaître gratuites ou rhétoriques si Dudon ne s’était pas attaché à démontrer que l’assassinat perpétré à Picquigny faisait de Guillaume Longue Épée un véritable martyr du Christ.

  • 45 Cf. P.-A. Février, « Martyre et sainteté », Les Fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe(...)

46Le martyre de Guillaume est d’abord présenté comme l’étape ultime d’une vie de sainteté consacrée à Dieu. Dudon est fidèle en cela à la pensée de l’Église qui depuis Augustin affirmait que le martyre n’est que la conclusion d’une vie consacrée à Dieu45. Le chapitre 59, qui met en scène le comte Arnoul et ses complices remplis de haine à l’égard de Guillaume, nous dévoile certains liens subtils de la causalité historique. Comme en raison de ses vertus éminentes le duc de Normandie exerce une influence politique de plus en plus grande, certains hauts personnages, jaloux de ce rayonnement qui limite leur pouvoir, songent à éliminer Guillaume. Or, Satan, à l’écoute des cœurs pervers, les a incités au crime :

  • 46 Dudon, chap. 59, p. 203 : Hortator et incensor scelerum effudit virus suae calliditatis per corda m (...)

Le Malin qui pousse les hommes au crime, prend plaisir à conduire le genre humain à sa perte et répand le poison de sa haine dans les cœurs des hommes dépravés46.

47À l’instigation de Satan, Arnoul et ses complices imaginent un stratagème perfide pour surprendre le duc en lui proposant un traité de paix. Ainsi, la mort de Guillaume est-elle la conséquence logique du rayonnement exercé par ses vertus chrétiennes.

  • 47 Dudon, chap. 62, p. 206 : nullum holsocaustum neque sacrificium tam acceptabile apud Deum, quam pac (...)

48Plus profondément encore, la mort est liée à l’amour immodéré que le duc porte à la paix. Il est le prince pacificus, « celui qui fait la paix ». Si la guerre, la querelle et la révolte plaisent à Satan, la paix est chère à Dieu. Telle est la conviction affirmée solennellement par Guillaume en se rendant au rendez-vous de Picquigny : « Nul sacrifice, nulle offrande n’est plus agréable à Dieu que le développement de la paix »47.

  • 48 Ibid., chap. 49, p. 193 ; chap. 50, p. 194.

49C’est à l’homme de paix que fait appel Aethelstan pour que le roi de France, Louis IV d’Outre-Mer (936-954), puisse rentrer en Francia. C’est encore lui que le roi de Germanie sollicite pour que la paix puisse être rétablie entre les deux royaumes48. S’il réprime dans le sang la révolte de Rioul, c’est après avoir tout tenté par la négociation, allant même jusqu’à proposer la cession d’un territoire allant jusqu’à la Seine alors que Rioul exigeait un territoire s’étendant seulement jusqu’à la Risle.

50Épris de paix, Guillaume ne pouvait refuser les propositions du comte Arnoul, alors que ses conseillers l’incitaient à la prudence. Le duc prit donc le risque de la paix et le paya de sa vie.

51Mais Dudon va plus loin dans la démonstration. Assassiné pour avoir voulu rétablir une paix durable, le duc ne pouvait par ce geste politique apparaître comme un martyr du Christ. Aussi l’historien a-t-il lié cette mort à la vocation monastique de Guillaume. Dans le chapitre qui précède l’épisode de l’assassinat, Guillaume Longue Épée se rend à Jumièges et sollicite de l’abbé Martin l’autorisation de se retirer au sein de la communauté monastique. Malgré le refus de l’abbé, le duc rassemble ses barons pour leur annoncer son intention de quitter le pouvoir et sa volonté de confier le duché à son fils Richard. En dépit des fortes réticences qu’ils expriment à leur duc, les barons normands et bretons engagent leur foi au jeune Richard. C’est alors que survient l’incident de la prise du château de Montreuil : la menace qui pèse sur la frontière nord du duché empêche Guillaume de réaliser son vœu le plus cher. Aussi, dès que le comte Arnoul lui envoie une ambassade, le duc est-il impatient de rétablir la paix. Aux objections et aux doutes d’Hélouin qui ne croit pas en la sincérité d’Arnoul, le duc répond :

  • 49 Ibid., chap. 61, p. 206 : Quoniam labanti activae vitae cursu me irretitum contemplativae vitae cla (...)

Puisque vous n’ignorez pas que je veux me retirer dans un cloître, pour mener une vie contemplative, établissez avec moi le plus vite possible la paix sur la terre49 !

52Le duc se précipite à l’entrevue de Picquigny parce que c’est le chemin qui conduit au monastère. C’est son désir, longtemps refoulé, de vivre dans un cloître qui détermine Guillaume à rétablir la paix à tout prix et par conséquent à tomber dans le piège du perfide Arnoul. Ainsi, celui qui voulait dépouiller sa tête de la couronne ducale a reçu la couronne réservée aux martyrs.

  • 50 Dudon, Apostropha, chap. 61, p. 206, v. 5-6 : Pacis perpetuae dignam vitam inveniendo / Palma marty (...)
  • 51 Ibid., chap. 64, p. 208.

53Dans l’apostrophe qui précède l’entrevue fatale, Dudon joue sur les mots en déclarant qu’en voulant faire la paix « il va trouver la paix éternelle avec la palme du martyr »50. La mort du duc n’a donc pas seulement une signification politique, elle a une dimension spirituelle, car la mort est le prix que le duc a payé pour répondre à l’appel de la vie contemplative. Au lendemain même de la mort de Guillaume, une confirmation de la réalisation imminente de ce projet a été apportée par la découverte de la clef d’un coffre contenant l’habit monastique que le duc s’apprêtait à revêtir51.

54Guillaume, martyr du Christ, est déjà couronné dans les cieux, comme le proclame Dudon :

Témoin du Christ le très glorieux Guillaume est rendu sacré par un martyre salutaire […]. Son âme, conduite au ciel par les anges, a trouvé une place merveilleuse parmi les chœurs angéliques.

  • 52 J. Lair, Étude sur la vie et la mort de Guillaume Longue Épée, duc de Normandie, Paris, Picard, 189 (...)

55La complainte sur la mort du duc Guillaume présente la même perspective hagiographique sans jamais cependant user du terme martyr. Le duc est cependant déclaré innocens lator et amator pacis. Et si les meurtriers ont envoyé le corps en terre, ils ont envoyé « l’âme au ciel en compagnie du Christ »52.

***

56Ces remarques sur le projet hagiographique de Dudon dans son livre III ne trouveront leur totale pertinence que replacées dans un contexte plus large.

57Si la biographie du duc Guillaume a des résonances hagiographiques, elle ne constitue pas pour autant une « vie de saint ». Il manque en effet à la biographie de Guillaume Longue Épée l’un des éléments essentiels de la « vie de saint » : le miracle. Guillaume n’a effectué de miracle ni durant sa vie ni après sa mort. Or, le miracle constitue la preuve la plus évidente et la plus incontestable de la sainteté puisque Dieu accorde à ses élus un pouvoir surnaturel. De plus, la composition de la biographie de Guillaume Longue Épée n’a pas pour objet de créer ou de développer un culte, ou de proposer un dossier en vue d’une reconnaissance officielle par l’Église, comme c’est souvent le cas pour les Vitae sanctorum.

  • 53 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, R.-H. Bautier et G. Labory (éd.), Paris, CNRS, 1965.
  • 54 Ibid., p. 58 : vitam huius excellentissimi regis adoriri cupimus, praesentibus et futuris imitabile (...)
  • 55 Ibid., p. 138 : Cetera quae sunt de saeculi militiis, hostibus devictis, honoribus virtute et ingen (...)
  • 56 Ibid., p. 76 (miracle de l’aveugle), p. 100 (le cierge allumé), p. 128 (guérison des malades par im (...)

58Le rapprochement de cette biographie avec la Vita regis Roberti Pii, la vie de Robert le Pieux, roi de France de 996 à 1031, est éclairant53. Helgaud, moine de Fleury, auteur de cette Vita, rédigée vers 1033 (peu de temps après la publication de l’œuvre de Dudon), propose, comme l’avait fait Duclon, la vie de ce roi éminent « en modèle pour les générations présentes et futures »54. Mais, à la différence de Dudon, Helgaud veut que Robert soit reconnu comme saint et sa biographie se désintéresse et de la chronologie et de l’histoire politique : « Je laisse aux historiens le soin d’écrire ses combats dans le siècle, ses victoires sur ses ennemis, et les fiefs qu’il a acquis »55, déclare-t-il en achevant son livre. La Vita est un catalogue de vertus où sont racontées les actions pieuses du roi et ses miracles. À la différence de Guillaume Longue Épée, Robert accomplit des miracles : il guérit un aveugle en lui mettant de l’eau sur le visage, il allume un cierge par sa seule présence, il délivre les corps de leur souffrance par l’imposition des mains56.

59La biographie de Guillaume Longue Épée prend tout son sens si on la considère dans ses rapports avec les autres livres de l’œuvre de Dudon. Entreprise à la demande du duc Richard Ier, puis de son fils Richard II, le De moribus et actis primorum Normanniae ducum est une histoire qui a pour objet de faire le panégyrique d’un lignage princier. La biographie de Guillaume est le second volet d’un triptyque à la gloire des ducs de Normandie.

60Après le premier livre consacré aux pillages des Vikings conduits par un chef cruel, Hasting, le livre II raconte les exploits du duc fondateur Rollon. Cette biographie célèbre le héros païen qui, par sa conversion à la foi chrétienne, devient le défenseur de l’Église qu’il a auparavant persécutée : Dudon enrichit la figure de ce héros fondateur en créant tout un réseau complexe d’analogies avec Enée et Constantin. Rollon, à qui Dudon confère une ascendance troyenne, est, d’une part, le nouvel Énée qui a reçu mission de conduire son peuple vers une nouvelle terre promise : la migration des Vikings n’est qu’une péripétie supplémentaire de la migration des Troyens. À cette image d’Énée est associée celle de l’empereur Constantin, le prince qui se convertit à la suite d’une vision et qui jeta les bases d’un pouvoir fort au service de la foi. Ainsi Rollon, le pirate viking, devient par la magie littéraire de Dudon le héros choisi par Dieu et même le héros guidé par Dieu (puisque deux visions lui révèlent sa conversion et sa mission) pour restaurer en Occident l’ordre établi par la Providence et que les Francs ont perturbé par leurs infidélités. Héros fondateur d’un nouveau royaume, Rollon trouve sa légitimité et sa place dans l’Occident chrétien à la fois par son élection divine et par sa conversion qui engagea tous les païens dans la foi catholique.

61Le second duc, Guillaume Longue Épée, a une autre dimension. Il n’est pas prince guerrier comme son père : son action politique consiste pour l’essentiel à maintenir les lois justes de son père qui constituent les fondements de la justice et de la paix. Il n’est pas héros fondateur non plus. Guillaume est le prince de l’intégration. D’ascendance franque par sa mère, il incarne en sa personne l’assimilation du peuple viking à la culture chrétienne des Francs. La révolte de Rioul apparaît bien, si l’on en croit Dudon, comme le refus de certains Vikings à perdre leur identité et leur culture. Guillaume n’est pas comme son père le païen converti, il est le prince chrétien qui assume authentiquement la foi chrétienne et qui, par la pratique des vertus, devient un modèle de sainteté. Guillaume n’est pas comme son père l’homme qui impose la paix par la force, c’est le prince qui s’honore de l’instaurer par la négociation. Alors que les visions et le baptême de Rollon avaient apporté une légitimité politique au peuple viking installé sur une partie de la Neustrie, la sainteté assumée jusqu’au martyre par Guillaume Longue Épée confirme un lignage à la tête du duché.

62Comme l’a bien montré V. B. Jordan, le troisième duc réunit en sa personne les qualités du guerrier illustrées par Rollon et les vertus du chrétien illustrées par Guillaume. Richard Ier achève l’œuvre de son père et de son grand-père : l’œuvre politique, évidemment, mais aussi l’œuvre intérieure. La mort de Richard Ier, que Dudon nous raconte en détail, est la mort d’un saint duc comme l’avait sans doute rêvée Guillaume : l’odeur suave qui émane de son tombeau en est une confirmation miraculeuse. Ainsi Richard Ier est-il parvenu à la sainteté tout en assumant durant plus de cinquante ans ses responsabilités d’homme d’État. L’idéal de Guillaume Longue Épée était davantage celui d’un simple particulier que celui d’un homme d’État, puisque le jeune duc avait choisi de quitter le pouvoir pour mener une vie contemplative. Son martyre a en quelque sorte « sauvé » le duc, incapable de concilier pouvoir et sainteté.

  • 57 R. Folz, Les Saints rois du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, Société des bolla (...)
  • 58 R. Folz, Les Saints rois…, p. 46-47.
  • 59 Ibid., p. 71.

63Le projet hagiographique de Dudon de Saint-Quentin à l’égard des ducs de Normandie, et en particulier à l’égard de Guillaume Longue Épée, n’est pas une nouveauté au XIe siècle. Ce genre d’entreprise s’inspire de précédents nombreux qui ont été étudiés par Robert Folz dans un ouvrage sur les saints rois du Moyen Âge en Occident57. Le roi chrétien d’Occident estime être le successeur de David, l’élu de Yahvé, pour gouverner son peuple. Mais la sacralisation de la fonction, notamment par l’onction, n’implique pas la sainteté de la personne royale. Le roi doit faire preuve de vertus exceptionnelles pour être reconnu saint par le peuple chrétien. Durant le haut Moyen Âge, deux types de sainteté royale s’imposent peu à peu en Gaule et en Angleterre. D’abord le type du « roi souffrant », du roi injustement massacré pour la foi comme ce fut le cas pour Oswald, roi de Northumbrie, mis à mort par les païens en 64358. Le martyre apparaît toujours comme l’aboutissement d’une vie irréprochable et le sacrifice effectué dans l’exercice d’un ministerium au service du peuple chrétien. Le type du saint roi confesseur eut plus de mal à s’imposer : on connaît le saint roi Ceolwulf en Northumbrie (729-733), qui fut considéré saint pour avoir fini sa vie dans un monastère. C’est à lui que Bède dédia son Historia ecclesiastica59.

  • 60 Cf. article 42 de l’Admonitio generalis de 789 : « Que les faux noms des martyrs et les mémoires in (...)
  • 61 MGH, Ep., IV, p. 448. Cf. P. Riché, « Les Carolingiens en quête de sainteté », Les Fonctions des sa (...)

64L’époque carolingienne ne fut guère favorable à la création de nouveaux cultes de saints. Charlemagne et les évêques s’efforcèrent de mettre de l’ordre dans la vénération des saints et des reliques, qui connaissaient au VIIIe siècle une floraison étonnante. Les Carolingiens recherchèrent plutôt la protection des saints illustres qui avaient déjà fait leurs preuves et firent la chasse aux faux noms de saints ou de martyrs60. Alcuin encouragea les fidèles à suivre dans leur cœur les préceptes des saints plutôt qu’à porter sur eux leurs os61.

65Il faut attendre le début du XIe siècle pour voir renaître cette tendance à proclamer saints des rois contemporains. Le type qui s’impose alors, c’est le modèle du roi confesseur incarnant l’idéal du monachisme bénédictin dans sa vie privée. C’est par la pratique des vertus chrétiennes que le roi va pouvoir accomplir les trois devoirs essentiels de sa fonction : maintenir la paix, protéger l’Église et assurer la justice en établissant des lois rigoureuses. Cette tendance se manifesta à la fin du Xe siècle dans l’empire ottonien avec la canonisation d’empereurs et d’impératrices peu après leur mort. Les Capétiens, qui occupèrent le trône de France en 987, trouvèrent en Helgaud de Fleury un hagiographe plus généreux qu’habile pour essayer de faire du roi Robert le Pieux un saint roi confesseur. Une autre tentative fut faite plus tard pour le roi Philippe Auguste, sans plus de succès. Il fallut attendre la fin du XIIIe siècle pour que Louis IX soit canonisé peu après sa mort. La Hongrie eut son saint roi fondateur : Étienne, mort en 1038 et reconnu saint dès 1083 pour avoir évangélisé son royaume. L’Angleterre anglo-saxonne eut son saint confesseur en la personne d’Édouard, qui manifesta sa vie durant le don de prophétie et la faculté de faire des miracles. C’est dans ce contexte que l’entreprise de Dudon peut se comprendre et s’apprécier. En la comparant avec les autres œuvres célébrant la sainteté de tel ou tel roi, on constate que Dudon s’est montré d’une grande retenue dans l’hyperbole et d’une grande rigueur historique en s’efforçant de soumettre ses éléments hagiographiques aux règles de la biographie historique.

***

66Ces considérations qui dépassent le cadre de la biographie de Guillaume Longue Épée nous aident à mieux apprécier l’originalité de l’entreprise du chanoine de Saint-Quentin.

67Dudon a appliqué à un lignage ducal une démarche réservée jusque-là aux empereurs et aux rois. Dudon a voulu par là sacraliser la fonction ducale à une époque où se mettaient en place les principautés périphériques du fait de la déliquescence de l’autorité centrale.

68La finalité de la démarche reste cependant la même. Elle vise à installer définitivement un lignage au pouvoir en montrant que les princes qui en sont issus ont rempli leur mission de façon exemplaire. Dans le De moribus et actis primorum Normanniae ducum, Dudon a cherché à fonder une double légitimité. Dans le livre II, consacré à Rollon, il démontre la légitimité du peuple viking, que Dieu a guidé jusqu’en Neustrie pour châtier les Francs et pour restaurer l’Église. Dans le livre III, il assure une autre légitimité, celle du lignage ducal, inauguré par Rollon, contre ceux qui revendiquaient le pouvoir au nom de leur ascendance viking.

69Il est difficile de savoir si Dudon a réussi dans son entreprise. S’il cherchait, à la manière d’Helgaud, à créer autour de Guillaume Longue Épée, le martyr du Christ, un culte populaire dont les prémices semblent attestées par le Planctus et s’il voulait une reconnaissance officielle de la sainteté du duc de la part des autorités religieuses, alors on peut dire qu’il a échoué.

70Mais Dudon n’a sans doute pas eu de telles intentions. Il eut comme projet de montrer aux cours européennes, qui voyaient dans les Normands un peuple encore barbare et pilleur d’églises, que le lignage des ducs de Normandie avait parfaitement assimilé la civilisation chrétienne et était devenu capable des plus hautes destinées. Cette démonstration visait également à convaincre ceux qui en Normandie contestaient encore le pouvoir des fils de Rollon.

71La réception de l’œuvre de Dudon par les historiens postérieurs à lui apporte de précieux renseignements sur la manière dont les clercs des XIe et XIIe siècles ont apprécié les intentions hagiographiques du chanoine de Saint-Quentin.

  • 62 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, J. Lair (éd.), Rouen, Lestringant et Paris, Picard, (...)

72Guillaume de Jumièges, auteur des Gesta Normannorum ducum62, dont les quatre premiers livres sont des résumés des livres de Dudon, a conservé les traits essentiels de la personnalité de Guillaume Longue Épée. Il a gardé fidèlement la vision manichéiste de Dudon. Il n’hésite pas à noircir l’image du comte Arnoul, comparé à Judas, et celle de ses complices qualifiés de « fils du diable ». Guillaume, lui, apparaît toujours comme un prince exemplaire avec ses vertus chrétiennes et sa fidélité au Christ. Mais Guillaume de Jumièges ne reprend pas le style hagiographique de son prédécesseur : le vocabulaire de la littérature patristique, les citations et les allusions bibliques, les termes forts comme martyr (Christi), testis, sanctitas sont systématiquement écartés.

73Wace, qui écrit plus d’un siècle après Dudon, n’a même pas conservé l’image édifiante que l’on retrouve chez Guillaume de Jumièges. Pour résumer la vie du duc, les formules sont d’une grande banalité :

  • 63 Wace, Le Roman de Rou, A.J. Holden (éd.), t. 1, Paris, Picard, 1970, v. 1887-1890.

Gentiz hons fut moult celui dus de Normendie
richement se contint, moult mena bonne vie ;
moignes fust a Jumeges remainz en l’abaïe
se li eüst loé cist de sa compaingnie63.

  • 64 Ibid., v. 1361-1365.
  • 65 Guillaume de Malmesbury, De rebus gestis regum Anglorum, W. Stubbs (éd.), Londres, Eyre and Spottis (...)

74Sa mort ne suscite aucune rhétorique hagiographique : Wace raconte les faits en dénonçant cependant la trahison perfide du comte Arnoul. Il semble même qu’il ait voulu rétablir une vision plus objective des faits. Au début de son récit, il évoque une « chanson » que le poète a entendu dans sa jeunesse. Des jongleurs racontaient en effet que Guillaume avait été un prince cruel : il aurait fait crever les yeux à Rioul, torturer Anquetil son fils et tuer un certain Osmont64. Guillaume de Malmesbury, qui avait rédigé le De rebus gestis regum Anglorum vers 1125, avait rapporté une version qui expliquait le meurtre de Guillaume Longue Épée comme une vengeance des partisans de Rioul et d’Anquetil65.

  • 66 Sigebert de Gembloux, Vita sancti Lamberti, J.-P. Migne (éd.), Patrologia latina, 160, col. 759-810 (...)

75Il est évident que les clercs normands des XIe et XIIe siècles n’ont pas partagé la vision hagiographique de Dudon. Le seul à avoir apprécié le style et la rhétorique, c’est Sigebert de Gembloux, auteur d’une chronique universelle qui, par admiration pour la langue de Dudon, a repris bon nombre de formules hagiographiques de la biographie de Guillaume Longue Épée pour rédiger une vie de saint, celle de saint Lambert66.

76Il ne faudrait pas croire que le projet hagiographique de Dudon jette le discrédit sur son œuvre historique. À la différence des annalistes ou des chroniqueurs qui rapportent fidèlement les faits (dont ils ont connaissance) au fur et à mesure qu’ils surviennent sans rapport les uns avec les autres, l’historien, lui, ne rapporte que les faits qui concernent son propos et tente d’en montrer la cohérence. Dudon appartient à cette catégorie des grands historiens qui s’efforcent de trouver dans l’incohérence des faits fortuits une cohérence profonde et un principe d’unité. Puisque l’histoire humaine est toute entière entre les mains de la Providence divine, le principe d’unité et d’organisation est nécessairement spirituel. Aussi Dudon, pour rester fidèle à cet idéal, emprunté aussi bien à l’historiographie chrétienne qu’à celle de l’Antiquité profane, ne se contente pas d’être l’historien du visible, il a voulu être l’historien de l’invisible. Le secret de l’histoire de Guillaume Longue Épée se trouve dans le cœur du prince, dans cette aspiration à la sainteté, à partir de laquelle l’histoire trouve son émergence et donc son sens. Pour remplir son devoir d’historien, Dudon de Saint-Quentin devait être également hagiographe.

Annexes

Annexe I – Tableau des emplois de sanctitas, sacrosanctus et sacratissimus

Annexe II – Tableau des réminiscences bibliques

Les références renvoient à l’édition de J. Lair : page, chapitre et ligne de la page.

Annexe III – Tableau des expressions de la littérature patristique

Sélection des expressions les plus significatives : ce sondage ne porte que sur les chapitres 35 à 45 du livre III de Dudon de Saint-Quentin. La fréquence des expressions indiquée dans la colonne « Nombre » est celle que révèle le cédérom du Corpus Christianorum des éditions Brepols.

Annexe IV – Emplois de martyr, martyrium, martyrizare et de testis

Les références renvoient à l’édition de J. Lair : page, chapitre et ligne de la page.

Notes

1 Principales études sur Dudon : H. Prentout, Étude critique sur Dudon de Saint-Quentin et son histoire des premiers ducs de Normandie, Paris, Picard, 1916 ; E. Searle, « Fact and Pattern in Heroic History : Dudo of Saint-Quentin », Viator, 15, 1984, p. 119-137 ; V. Β. Jordan, « The Role of Kingship in the Tenth-Century Normandy : Hagiography of Dudo of Saint-Quentin », The Haskins Society Journal, 3, 1991, p. 53-62 ; G. C. Huisman, « Notes on the Manuscript Tradition of Dudo of Saint-Quentin’s Gesta Normannorum », Anglo-Norman Studies, VI (1983), 1984, p. 122-135 ; P. Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’Énéide au service de la cause normande », Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, « Cahiers des Annales de Normandie », n° 23, 1990, p. 215-236 ; E. A. Hanawalt, « Dudo of Saint-Quentin : The Heroïc Past Imagined », The Haskins Society Journal, 6, 1994, p. 111-118.

2 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 3e série, vol. 23, seconde partie, Caen, Le Blanc-Hardel, 1865, p. 115-301 (désormais cité Dudon, suivi du chapitre et de la pagination).

3 Dudon, chap. 35, p. 179 : praepotentissimi ducis Willelmi vitam actusque atque triumphum non fucis verborum […] verum simpliciter […] breviter praelibando texemus.

4 Ibid., chap. 36, p. 179 (titre du chapitre).

5 Ibid., chap. 36-38, p. 179-182.

6 Ibid., chap. 37, p. 181 : Monasticis rebus […] vult se mancipari theoricisque, mutato habitu, subnecti.

7 Ibid., chap. 39-41, p. 182-184.

8 Ibid., chap. 42-46, p. 185-191.

9 Ibid., chap. 47-57, p. 192-200.

10 Ibid., chap. 58, p. 200-203.

11 Ibid., chap. 59-64, p. 203-209.

12 Flodoard, Annales, Ph. Lauer (éd.), Paris, A. Picard et fils, 1905 ; Richer, Histoire de France (988-995), R. Latouche (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1967.

13 R. W. Southern, « Aspects of the European Tradition of Historical Writing. 1, The Classical Tradition from Einhard to Geoffrey of Monmouth », Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, 20, 1970, p. 173 ; E. Searle, « Fact and Pattern… », p. 121.

14 Dudon, chap. 35, p. 179 : vitam actusque atque triumphum simpliciter tenuique naturalis prolationis sermone commentatum, breviter praelibando texemus.

15 Ibid., chap. 65, p. 218 : Imitabilem meritis excellentium ducum agoniam […] cassum est silentiare ; […] [opera] informent et instruant illorum ad melius animos fruge salutifera.

16 Ibid., chap. 35, p. 179 : [Historia gestorum…] nostrae fidei fundamentum fortiter solidetur, nostrae religionis cultus solerter nutriatur, mundi labentis decipientisque contemptus nascatur, desiderium amorque supernorum […] profusius generetur […].

17 Ibid.

18 Ibid., chap. 65, p. 218 : […] ut cuius tutelae et beneficii salubriter fruebamur patrocinio in terris, eius precibus et meritis protegamur […].

19 Sulpice Sévère, Vita sancti Martini, J. Fontaine (éd.), Paris, Cerf, 1980, 1, 6 : […] vitam sanctissimi viri exemplo aliis mox futuram [perscribo], quo utique ad veram sapientiam et caelestem militiam divinamque virtutem legentes incitabuntur […].

20 Ibid., 1, 3.

21 Eginhard, Vie de Charlemagne, L. Halphen (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 4. […] librum praeclarissimi et maximi viri memoriam continentem ; […] ; iudicavi satius memoriae posterorum tradere quam regis […] maximi vitam et egregios […] actus pati oblivionis tenebris aboleri.

22 Richer, Histoire de France…, p. 4 : Quorum temporibus bella a Gallis saepenumero patrata variosque eorum tumultus ac diversas negotiorum radones ad memoriam reducere scripto specialiter propositum est.

23 Le portrait de Guillaume est présenté dès le début du livre III au chapitre 36.

24 Cf. tableau en annexe I.

25 Dudon, chap. 36, p. 179 : Enimuero divina profusius gratia replebatur septifluique muneris sapientiae locupletius ditabatur […].

26 Ibid., chap. 37, p. 181 (l. 1) ; chap. 38, p. 183 (l. 21) ; chap. 42, p. 186 (l. 31).

27 Ibid., chap. 36, p. 180 (l. 18) ; chap. 44, p. 188 (l. 54).

28 Ibid., chap. 45, p. 189 : Aliena mavis quadra vilis nulliusque utilitatis vivere quant regnum regere et protegere ? […] Non vales nobis ultra viribus effeminatus praeesse […].

29 Ibid., chap. 46, p. 191.

30 Ibid., chap. 45, p. 190 : Devorabit gladius meus carnes periurorum ; chap. 45, p. 189 : Delebo hos horumque cognationem penitus a facie terrae […] ; cf. annexe II.

31 Cf. le tableau des expressions tirées des textes patristiques en annexe III.

32 Dudon, chap. 36, p. 179 : […] suae iuventutis aetatem […], Jesu Christo consecravit seque divinis totis nisibus subactum mancipavit ; chap. 36, p. 180 : Cupiebat labile linquere saeculum seque Gimegias fieri monachum.

33 Ibid., chap. 36, p. 180 : […] Corpus ab escis duriter suspendebat. Pernox vigiliis insistebat ciboque pauperes recreabat.

34 Dudon, Apostropha, chap. 35, p. 180, v. 1-9 : O Willelme sacer […]/[…] Pergere cur celeri voto Christi vis asylum ? / Desine vota : necesse tibi nobisque fueris/Semine […].

35 Dudon, chap. 39, p. 183.

36 Ibid., chap. 49, p. 193.

37 Ibid., chap. 37, p. 181 ; chap. 39, p. 183 ; chap. 48, p. 193 ; chap. 61, p. 205.

38 Ibid., chap. 39, p. 183 ; chap. 42, p. 185 ; chap. 42, p. 186 ; chap. 61, p. 205.

39 H. Prentout, Étude critique…, p. 335-344 ; Ph. Lauer, Le Règne de Louis IV d’Outre-Mer, Paris, Bouillon, 1900, p. 276-283.

40 Cf. l’édition de la complainte par J. Lair, Étude sur la vie et la mort de Guillaume Longue Épée, Paris, Picard, 1893 et par Ph. Lauer dans son édition des Annales de Flodoard, p. 319-323. L’édition se fonde sur deux manuscrits : l’un de Clermont-Ferrand de la fin du Xe siècle (ms. 240, f° 45), l’autre de Florence du début du XIe siècle (ms. de la bibliothèque Laurentienne, Libri 83, f° 21-22).

41 Dudon, Oratio, prologue, p. 178, v. 25-28 : Martyris almi/Te duce te referam / Vitam nunc luculentam.

42 Cf. tableau des emplois martyr, martyrium, martyrizare et testis en annexe IV.

43 Dudon, poème, chap. 40, p. 184, v. 1 : O Jesu testis Christi Willelme future.

44 Ibid., poème, chap. 46, p. 191, v. 3 : sanguinis ut dabitur merces tibi digna corona.

45 Cf. P.-A. Février, « Martyre et sainteté », Les Fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-ΧΙΙIe siècles) (actes du colloque de Rome, 1988), Rome, École Française de Rome, 1991, p. 54-55.

46 Dudon, chap. 59, p. 203 : Hortator et incensor scelerum effudit virus suae calliditatis per corda malorum hominum, gaudens in peius abire genus hominum.

47 Dudon, chap. 62, p. 206 : nullum holsocaustum neque sacrificium tam acceptabile apud Deum, quam pacis incrementum.

48 Ibid., chap. 49, p. 193 ; chap. 50, p. 194.

49 Ibid., chap. 61, p. 206 : Quoniam labanti activae vitae cursu me irretitum contemplativae vitae claustro velle coangustari non ignoratis, citius quam potestis usquam terrarum mecum pacem struatis […].

50 Dudon, Apostropha, chap. 61, p. 206, v. 5-6 : Pacis perpetuae dignam vitam inveniendo / Palma martyrii, diadema ferente, trophaei.

51 Ibid., chap. 64, p. 208.

52 J. Lair, Étude sur la vie et la mort de Guillaume Longue Épée, duc de Normandie, Paris, Picard, 1893, Planctus, I, V, v. 5-8 : Cuncti flete/Pro Willelmo/Innocente/Interfecto ; XIV, v. 2-3 : Tali modo corpus terre, flatum celo/Cum Christo obtulerunt.

53 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, R.-H. Bautier et G. Labory (éd.), Paris, CNRS, 1965.

54 Ibid., p. 58 : vitam huius excellentissimi regis adoriri cupimus, praesentibus et futuris imitabilem.

55 Ibid., p. 138 : Cetera quae sunt de saeculi militiis, hostibus devictis, honoribus virtute et ingenio adquisitis, istoriographis scribenda relinquimus.

56 Ibid., p. 76 (miracle de l’aveugle), p. 100 (le cierge allumé), p. 128 (guérison des malades par imposition des mains).

57 R. Folz, Les Saints rois du Moyen Âge en Occident (VIe-XIIIe siècles), Bruxelles, Société des bollandistes, 1984.

58 R. Folz, Les Saints rois…, p. 46-47.

59 Ibid., p. 71.

60 Cf. article 42 de l’Admonitio generalis de 789 : « Que les faux noms des martyrs et les mémoires incertaines des saints ne soient pas vénérés. » Cf. MGH, Capit., 1, p. 56.

61 MGH, Ep., IV, p. 448. Cf. P. Riché, « Les Carolingiens en quête de sainteté », Les Fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XIIIe siècles)…, p. 217-224.

62 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, J. Lair (éd.), Rouen, Lestringant et Paris, Picard, 1914 (livre IV, p. 32-44) ; rééd. par E. Van Houts, Oxford, Clarendon Press, 1992 (livre III, p. 74-95). Guillaume de Jumièges abrégea Dudon durant les années 1050-1060.

63 Wace, Le Roman de Rou, A.J. Holden (éd.), t. 1, Paris, Picard, 1970, v. 1887-1890.

64 Ibid., v. 1361-1365.

65 Guillaume de Malmesbury, De rebus gestis regum Anglorum, W. Stubbs (éd.), Londres, Eyre and Spottiswoode, 1887, t. I, p. 160.

66 Sigebert de Gembloux, Vita sancti Lamberti, J.-P. Migne (éd.), Patrologia latina, 160, col. 759-810. Sigebert reprend de nombreuses expressions comme potentia vigere (Dudon, chap. 42, p. 185 ; Sigebert, col. 772, 12), ecclesiastica dispensatio (Dudon, chap. 38, p. 183 ; Sigebert, col. 316, 41), incentor huius mali (Dudon, chap. 44, p. 189 ; Sigebert, col. 773, 44). Il reprend parfois des phrases entières qualifiant la sainteté de Guillaume pour exprimer celle de saint Lambert. Ainsi le passage de Dudon, chap. 38, p. 183 : Erat namque ditatus honoribus sanctimoniae et magnificentiae, illustratus commerciis prudentiae et cautelae est-il presque intégralement repris pour le portrait de saint Lambert (Sigebert, col. 764, 29-30) : Erat namque ditatus honoribus sanctimoniae, illustratus commerciis passimoniae et cautelae.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540