Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

L’iconographie des saints

Thomas Becket en Normandie

Ursula Nilgen

Texte intégral

  • 1 Cf. les articles de R. Foreville, « Mort et survie de saint Thomas Becket », Cahiers de civilisatio (...)

1Les rapports de Thomas Becket et de la Normandie ont déjà fait l’objet d’importantes investigations. Dans plusieurs études, Raymonde Foreville a étudié le culte de saint Thomas en Normandie et les relations entre ce culte et les origines normandes de la famille Becket1. Je me fonderai pour l’essentiel sur ses résultats en ce qui concerne ces derniers points. J’aimerais en revanche aborder quelques aspects qui n’ont pas été vraiment mis en lumière. Quelles relations entretint Thomas Becket avec la Normandie de son vivant, alors qu’il était chancelier du roi Henri II Plantagenêt et, plus tard, archevêque de Cantorbéry ? Comment réagirent ses collègues normands et ses contemporains lors du conflit qui l’opposa à Henri II ? Quelles sont enfin, dans le domaine artistique, les plus importantes représentations normandes de la vie de saint Thomas, que l’on peut relier au culte du nouveau saint ? Il s’agit en effet d’un phénomène qui a pu paraître tout à fait inattendu pour bon nombre de ses contemporains normands.

  • 2 D. Knowles, Thomas Becket, Londres, A. and Ch. Black, 1970 (cité désormais Rnowles), p. 172-176 ; F (...)

2En ce qui concerne les sources, remarquons que ce saint du XIIe siècle représente un cas tout à fait singulier au Moyen Âge. Sa vie, sa pensée et son caractère, son apparence même, sont exceptionnellement bien documentés. Nous possédons d’abord plus d’une douzaine de vies écrites en grande partie par des contemporains qui le connaissaient bien et de près, vies qui évitent d’une manière étonnante les lieux communs de l’hagiographie. Nous avons également conservé la correspondance de la période du conflit, abondante et admirablement transmise. Elle comprend plus de huit cents lettres authentiques de Thomas Becket, de ses partisans et amis comme de ses adversaires2. Nous avons en outre les déclarations les plus diverses provenant d’autres sources contemporaines : ainsi les mentions dans les actes et les chroniques concernant cet homme de politique et d’Église déjà bien connu de son vivant.

  • 3 En ce qui concerne l’année de la naissance de Thomas Becket, voir R. Foreville, « Tradition et comp (...)
  • 4 En ce qui concerne le surnom du père, voir Edward Grim, MTB, II, p. 356, et l’Anonyme de Lambeth, M (...)
  • 5 R. Foreville, « Les origines normandes… », p. 442-448.

3Thomas naquit le 21 décembre, vraisemblablement en 1120, à Londres, à Cheapside, c’est-à-dire dans le centre commercial du Londres d’alors3. Mais ses parents étaient venus de Normandie. Son père, Gilbert Becket, marchand, était originaire de Rouen et sa mère, Mathilde, de Caen4. À la suite de minutieuses recherches, Raymonde Foreville a découvert les attaches terriennes de la famille Becket entre le cours de la Risle et l’ensemble fluvial de la basse Seine, entre Bernay, Elbeuf, Rouen et Montivilliers. Ses conclusions s’appuient en particulier sur les rapports entretenus par Gilbert Becket avec Thibaud du Bec, archevêque de Cantorbéry, qui sont mentionnés par Guillaume Fitz-Étienne, un des biographes les plus dignes de confiance. Par ailleurs, elle a mis en relief l’existence du hameau nommé « le Becquet », près de l’ancienne abbaye du Valasse ou bien de l’ancien fief « le Becquet » à Thuit-Anger, près d’Elbeuf5.

  • 6 Guillaume FitzStephen (Guillaume Fitz-Étienne), MTB, III, p. 14. Voir aussi Guillaume de Canterbury (...)

4Les récits concernant l’enfance et la jeunesse n’offrent aucune information sur de quelconques contacts avec la Normandie. Thomas Becket grandit à Londres. Son éducation fut confiée aux chanoines augustiniens de Merton, près de Londres. Il fréquente ensuite une des écoles publiques de la ville. Plus tard, il se rend à Paris pour étudier les artes. Mais il lui faut rentrer en Angleterre dès 1140-1141, en raison de la mort de sa mère et des difficultés financières de la famille6. Thomas a certainement dû traverser la Normandie, à l’aller ou au retour, mais nous ne possédons aucun renseignement à ce sujet.

  • 7 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 16-17 ; Knowles, p. 21-29 ; Barlow, p. 28-40.

5Nous avons tout aussi peu d’informations sur le séjour normand du jeune clerc au service de l’archevêque Thibaud de Cantorbéry à partir de 1144-1145. Thomas accompagna l’archevêque lors de ses voyages sur le continent et fut plusieurs fois envoyé par lui en mission à la curie pontificale. Thibaud l’envoya aussi un certain temps à Bologne et à Auxerre, pour étudier le droit7. Mais nous ignorons tout du chemin suivi lors de ces voyages.

  • 8 R. W. Eyton, Court, Household, and Itinerary of King Henry II (1878), rééd. Hildesheim-New York, Ge (...)
  • 9 Voir note 14.

6Dès l’ascension fulgurante de Thomas Becket au poste de chancelier, et bientôt de confident très proche du roi Henri II, les sources deviennent plus prolixes et nous livrent des détails qui nous intéressent. C’est surtout le cas de Guillaume Fitz-Étienne, dont il faut confronter les récits, parfois anecdotiques, avec le matériel plus sec des actes. Ces derniers nous apprennent que le chancelier se trouve le plus souvent dans l’entourage du roi et certifie bon nombre de ses actes. Thomas séjourne avec Henri II en Normandie en février 1156 (à Rouen), en septembre et en novembre de la même année (à Domfront, Caen et Argentan), puis de janvier à mars 1157 (à Falaise, Caen, Bayeux et Rouen). Nous le trouvons encore en Normandie, vraisemblablement durant la seconde moitié de l’année 1158, puis certainement en janvier 1159 (à Argentan et à Rouen). Il y est encore au printemps et durant l’été 1160, au moment où il fallait se prononcer sur le schisme entre Alexandre III et Victor IV, candidat de l’empereur Frédéric Barberousse. Thomas est sans doute encore en Normandie plus tard au cours de cette même année et, avec quelques interruptions, jusqu’en mai 1162. À ce moment, à Falaise, Henri II lui fait part de sa volonté de le faire élire archevêque de Cantorbéry et lui arrache son consentement8. Le chancelier se rend ensuite en Angleterre et retourne seulement en mai 1163 brièvement sur le continent pour prendre part (alors en tant qu’archevêque de Cantorbéry) au concile de Tours, réuni par le pape Alexandre III9.

  • 10 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 29-33 ; Barlow, p. 55-57.

7Le chancelier Thomas avait fait sa première entrée en scène importante sur le continent durant l’été 1158, lors de son ambassade à Paris pour négocier le mariage du fils aîné d’Henri II. Peut-être a-t-il seulement effleuré en chemin les frontières de la Normandie. À l’aller, son chemin passe par Meulan dans le Vexin français et, au retour, par Neufmarché au nord de Gisors. Le luxe remarquable de ce cortège qui se déplaçait lentement à travers le pays, dépeint sous les couleurs les plus vives par Guillaume Fitz-Étienne, n’a pas pu passer inaperçu dans la province10.

8Quelques épisodes relatifs aux séjours du chancelier en Normandie sont bien connus. Ils se déroulèrent en partie durant l’été 1160, puis en hiver et au printemps 1161-1162, à Rouen et à Falaise. Ils nous informent sur les rapports personnels de Becket avec la province. Certains ecclésiastiques importants de Normandie et des régions environnantes s’étaient engagés prématurément dans la querelle du schisme pontifical : ils reconnurent Alexandre III à l’occasion du concile de Neufmarché, en juillet 1160, sans attendre la décision du roi. Ainsi, l’archevêque Hugues de Rouen avait fait savoir à ses évêques suffragants, par l’entremise de son archidiacre, Gilles du Perche, qu’il avait reconnu Alexandre III. Guillaume, évêque du Mans, s’était aussi associé à cette décision. Henri réagit par une explosion de colère, mais ne se risqua pas à prendre des mesures contre l’archevêque de Rouen. Il passa sa rage sur l’archidiacre, en ordonnant de faire détruire ses maisons. Thomas intervint alors auprès du roi et lui signala que lui-même logeait dans la demeure de Gilles du Perche. À la suite de cette intervention, après bien des hésitations, le roi revint sur sa décision. Nous apprenons ainsi que le chancelier (toujours archidiacre de Cantorbéry) avait l’habitude de séjourner chez son collègue de la métropole normande (et non chez un éventuel membre de sa famille).

  • 11 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 27-28 ; Barlow, p. 60.

9Il fallut user de moyens plus raffinés pour détourner la colère d’Henri de l’évêque du Mans. Le roi ordonna par breves de faire détruire la résidence de l’évêque au Mans. Les interventions auprès du roi étant demeurées lettres mortes, Thomas eut recours à d’autres moyens. Il essaya tout d’abord de gagner du temps et ordonna aux envoyés qui devaient porter le message royal au Mans de voyager lentement et de ne pas arriver avant quatre jours (au lieu de deux). Dans les journées qui suivirent, Thomas et les évêques normands essayèrent de faire revenir le roi sur sa décision. Henri leur céda finalement et annula son ordre précédent, pensant qu’entretemps la maison avait déjà dû être au moins en partie détruite. Thomas dit alors aux messagers de voyager le plus rapidement possible. Son calcul s’avéra juste et la résidence épiscopale du Mans demeura intacte11.

  • 12 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 25-26 ; Barlow, p. 62-63. Sur la priorale romane de Saint-Gerva (...)

10Nous apprenons que Thomas fut sérieusement malade, vraisemblablement à la fin de l’été 1161, et qu’il était alité au prieuré bénédictin de Saint-Gervais, hors les murs de Rouen. Les deux rois, Henri II et Louis VII de France, lui rendirent visite après avoir réglé une nouvelle querelle à propos du Vexin. Cet épisode illustre la familiarité entretenue par le chancelier avec les plus hautes autorités. Peu après, alors que Thomas était déjà en voie de guérison, Anquetil, prieur de l’abbaye augustinienne de Leicester, lui rendit visite. Il le trouva jouant aux échecs et vêtu d’un manteau à manches comme on le portait pour chasser au faucon, ce qui était visiblement peu conforme à son rang de haut dignitaire ecclésiastique (c’est-à-dire d’archidiacre). C’était particulièrement choquant en raison des circonstances. Anquetil revenait en effet de la curia regis et fit remarquer que la rumeur y courait que Thomas deviendrait bientôt archevêque de Cantorbéry. Thomas répondit sur le même ton légèrement ironique, repoussant ces spéculations concernant l’archevêché de Cantorbéry : il savait, dit-il, que cette éventuelle promotion entraînerait inévitablement un conflit avec le roi12.

  • 13 Herbert de Bosham, MTB, III, p. 180-181 ; Barlow, p. 69-70.

11À Falaise, au château royal, Thomas donna pourtant son consentement fatal à cette nomination. C’était probablement en avril ou mai 1162. À cette occasion, Herbert de Bosham rapporte les remarques ironiques et autocritiques adressées par le chancelier au roi sur ses vêtements extrêmement élégants et séculiers qui ne convenaient guère pour une telle charge. Il exprimait également son appréhension concernant d’inévitables difficultés futures13. Le roi imposa malgré tout sa décision et Thomas partit pour l’Angleterre. À partir de ce moment, son champ d’action se situa en dehors de la Normandie. Mais les anciennes relations avec ses collègues normands allaient reprendre beaucoup d’importance dans les temps difficiles.

  • 14 Herbert de Bosham, MTB, III, p. 253-255 ; Knowles, p. 79 ; Barlow, p. 85-86.

12En attendant, les Normands purent voir encore une fois Thomas, devenu archevêque, traverser leur région avec son luxueux cortège habituel. Il se rendait à Tours, pour assister au concile qui devait se réunir le 19 mai 1162, à l’appel du pape Alexandre III. Herbert de Bosham mentionne explicitement la route suivie par l’archevêque à travers la Flandre, la Normandie et le Maine14.

  • 15 En ce qui concerne l’itinéraire de Thomas Becket en France, voir J. Van der Straeten, « Les vies la (...)
  • 16 MTB, V, p. 142-151.
  • 17 MTB, V, p. 147-148 et 418-422 ; VI p. 76-77, 122-123 et 149-150.
  • 18 MTB, VI, p. 113-114 ; voir aussi p. 71-75 et surtout la correspondance de Jean de Salisbury.

13Le conflit entre Thomas et le roi Henri éclata en 1164. L’archevêque s’enfuit sur le continent le 2 novembre et obtint asile sur le territoire contrôlé par le roi de France, d’abord à Pontigny, jusqu’en novembre 1166, puis à Sainte-Colombe de Sens15. Alors les anciennes relations avec ses collègues et amis en Normandie prirent une nouvelle signification. Thomas et ses clercs, qui avaient trouvé refuge auprès de lui ou ailleurs en France (et surtout Jean de Salisbury), tentèrent d’inciter leurs relations à intercéder auprès du roi. Dès décembre 1164, Thomas lui-même s’adresse par lettre à « l’impératrice » Mathilde, la mère du roi, qui résidait alors à Rouen. Il la pria de s’entremettre auprès de son fils en sa faveur et au bénéfice de l’Église d’Angleterre. Le rôle d’intermédiaire et de messager auprès de l’imperatrix fut confié à un ami de longue date, Nicolas, prieur du Mont-Saint-Jacques (ou Mont-aux-Malades), situé près de Rouen. Nicolas envoya ensuite un rapport écrit à Thomas sur sa délicate mission. Mathilde se refusa tout d’abord à accepter la lettre et ne la reçut que lors d’une nouvelle rencontre, en tête à tête16. Cette attitude montre clairement la crainte qu’Henri pouvait inspirer à son entourage. Nicolas transmit aussi des missives de Becket à l’archevêque Rotrou de Rouen et à l’évêque Arnoul de Lisieux, missives qui ne furent parfois acceptées que secrètement. Il informa Thomas des réactions à ses lettres17. Silvestre, le trésorier de Lisieux, et d’autres correspondants parfois anonymes, faisaient aussi partie des amis normands18. Mais ils étaient tous des hommes de rang moyen, sans influence déterminante.

  • 19 Voir l’explication redondante d’Arnoul envoyée à Thomas, MTB, V, p. 302-314.
  • 20 R. Foreville, « L’Église anglo-normande au temps du bienheureux Achard de Saint-Victor », Revue de (...)

14Les membres du haut clergé normand, l’archevêque de Rouen et les évêques, font preuve d’une grande réserve. Et les partisans de Becket accusent parfois justement de double jeu les deux plus importants d’entre eux, Rotrou de Rouen et Arnoul de Lisieux. Ce dernier surtout se rend suspect en défendant auprès du pape les Constitutions de Clarendon, qui devaient consolider la mainmise du roi sur l’Église anglaise et qui sont à la source de la querelle opposant Thomas et le roi19. Arnoul propose en outre d’en appeler à Rome pour écarter les sanctions lancées à Vézelay par l’archevêque de Cantorbéry contre plusieurs officiers du roi, à la Pentecôte 1166. Rotrou tient Thomas en haleine avec ses prétendues tentatives de conciliation. Il favorise en réalité les plans d’Henri II, qui fait couronner son fils aîné par l’archevêque Roger d’York, ennemi juré de Becket, à l’encontre des droits traditionnels de Cantorbéry20. Il n’y eut jamais de confrontation ouverte entre Rotrou et Thomas, pour la seule raison qu’aucun des deux ne pouvait se le permettre, étant donnée la situation.

  • 21 MTB, VII, p. 198-203, 206, 273-278, 299-300 et 423-427 ; Knowles, p. 125-126 et 131-132 ; Barlow, p (...)
  • 22 R.W. Eyton, Court, Household…, p. 150 ; Knowles, p. 139-140 ; Barlow, p. 234-236.

15En 1170 encore, Rotrou de Rouen est chargé par le pape, avec d’autres hauts dignitaires ecclésiastiques, d’imposer les conditions négociées pour la réconciliation entre Henri et Thomas. Mais ici encore, aucune des promesses faites à Thomas ne fut respectée. Le roi devait le rencontrer à Rouen pour payer ses dettes et rentrer avec lui en Angleterre, mais il se fait excuser. Rotrou, toujours accommodant, donne à Thomas trois cents livres sur sa c assette personnelle afin qu’il puisse payer ses créanciers. Il est évident que les garanties que Rotrou aurait dû faire accepter par le roi ne seront pas respectées. Cette réalité prend même un caractère menaçant en Angleterre. Personne ne fait le moindre geste en faveur de Thomas. Au contraire, en décembre 1170 encore, Rotrou de Rouen et Arnoul de Lisieux se plaignent par écrit au pape de ce que l’archevêque de Cantorbéry a frappé de censures ecclésiastiques plusieurs de ses collègues anglais21. Tels sont les derniers rapports de Thomas Becket avec la Normandie. Enfin, c’est de Normandie, de Bur-le-Roi près de Bayeux, où Henri II séjourne à la Noël 1170, que fut déclenché le drame qui aboutit à l’assassinat dans la cathédrale22.

  • 23 Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, R. Howlett (éd.), Londres, Rolls Serie (...)

16Les chroniqueurs normands contemporains se montrent très réservés, ou même franchement hostiles, à l’égard de Thomas et font en même temps preuve d’une grande admiration envers Henri II. Ainsi Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, s’exprime-t-il le moins possible sur ce conflit dans sa chronique. Quant à Étienne de Rouen, qui vivait au monastère du Bec, il crache tout son venin sur Thomas dans son Draco Normannicus achevé en 1169, un poème panégyrique à la gloire d’Henri II23.

  • 24 Voir R. Foreville, « L’Église anglo-normande… », passim.

17La Normandie était traditionnellement liée aux descendants de Guillaume le Conquérant et habituée à un comportement arbitraire des ducs ou des rois envers l’Église. Ses anciens monastères étaient fidèles au roi. Son épiscopat provenait de l’aristocratie normande24. Thomas était au contraire originaire de la bourgeoisie. Il portait moins d’attention et d’estime aux traditionnels bénédictins qu’aux modernes chanoines augustins, qui l’avaient éduqué dans son enfance. Nicolas du Mont-Saint-Jacques, par exemple, appartenait à cette famille monastique. En tant que chancelier, Thomas s’était attiré curiosité et envie par son ascension brillante et son déploiement de luxe. En tant qu’archevêque, il avait consterné ses collègues par sa résistance dramatique et opiniâtre au roi. Il existait donc d’avance une certaine antipathie à son égard. Seuls le soutenaient, lui et sa cause, des membres moins influents du clergé séculier ou des religieux appartenant aux nouvelles communautés.

  • 25 Knowles, p. 150-153 ; Barlow, p. 253-255 et 260-261. Anne Duggan a présenté à ce sujet une étude ap (...)
  • 26 MTB, I, p. 137-546 ; II, p. 21-289 ; Knowles, p. 153 ; Barlow, p. 264-270 ; A. Duggan, « Diplomacy, (...)

18L’assassinat de Thomas Becket dans sa cathédrale, l’après-midi du 29 décembre 1170, changea la situation instantanément. On soupçonna tout de suite ses adversaires les plus acharnés d’en avoir été les instigateurs. L’Église normande prit tout d’abord une part prépondérante dans les négociations destinées à écarter du roi les soupçons et à obtenir sa réintégration au sein de la communauté religieuse, ce qui eut lieu le 21 mai 1172 à Avranches25. Cependant, les miracles se multiplièrent immédiatement autour de la tombe de Thomas et, malgré les moyens massifs mis en œuvre par ses adversaires, ils ne purent être étouffés. Thomas fut canonisé par le pape Alexandre III le 21 février 1173. Enfin, Henri II fit officiellement pénitence au tombeau de son ancien ami et antagoniste les 12 et 13 juillet 1174. Tous ces faits provoquèrent un revirement complet dans le comportement de ses ennemis26.

  • 27 R. Foreville, « Le culte de saint Thomas Becket en Normandie… », passim ; Id., « Le culte de saint (...)

19Le culte du nouveau saint martyr se propagea très rapidement partout, et particulièrement en Normandie. Ce culte s’exprime sous la forme de dédicaces d’églises, de chapelles, d’autels ou d’hôpitaux. Raymonde Foreville a montré qu’il s’est développé dans tous les diocèses normands, à l’exception de celui d’Avranches. Il est particulièrement présent dans l’archidiocèse de Rouen, suivi par les diocèses d’Évreux et de Sées. Raymonde Foreville suggère que les relations familiales des Becket ont pu jouer un rôle dans cette répartition géographique27. On peut ajouter qu’a joué tout autant la réputation acquise par le chancelier de son vivant dans ces diverses régions. Les villes les plus grandes sont presque toutes représentées : chapelles dans les cathédrales de Rouen, Bayeux, Coutances, Lisieux, Hôtel-Dieu et chapelle de la léproserie à Caen, église de l’Hôtel-Dieu d’Argentan, et, déjà en 1174, église paroissiale de Saint-Lô. À Rouen, la nouvelle église du prieuré du Mont-Saint-Jacques est consacrée à Thomas de Cantorbéry également dès 1174. Il avait là des amis fidèles, comme le prieur Nicolas. Henri II lui-même, le pape Alexandre et l’évêque de Londres Gilbert Foliot, auparavant l’un des ennemis les plus acharnés de Becket, comblent cette fondation de donations et de privilèges. Rotrou de Rouen et Arnoul de Lisieux prennent part à plusieurs consécrations, Rotrou à Barfleur et à Saint-Maclou de Folleville (prieuré fondé en 1175), Arnoul à Lisieux : chapelles de la cathédrale et de l’Hôtel-Dieu (avant 1180).

  • 28 A. Larue, « Enquête sur l’iconographie et le mobilier de Thomas Becket en Normandie », Thomas Becke (...)
  • 29 Voir A. Larue, « Enquête sur l’iconographie… », p. 215, pl. I, fig. 4-5 ; Abbé : G.-A. Simon, Reche (...)
  • 30 Au sujet de reliques vestimentaires de Thomas Becket, cf. U. Nilgen, « La tunicella di Tommaso Beck (...)

20Ces consécrations étaient vraisemblablement liées à la possession de reliques du nouveau saint. La translation de saint Thomas Becket fut célébrée en 1220. Son corps fut alors transféré de sa tombe, dans la crypte de la cathédrale de Cantorbéry, vers la magnifique châsse de la chapelle de La Trinité. Auparavant, les reliques distribuées ne pouvaient être que des objets que le saint avait possédés de son vivant ou des restes de son sang. Il est parfois question de reliques de saint Thomas dans des documents normands. Ainsi le prieuré du Mont-Saint-Jacques, près de Rouen, possédait entre autres des particules du rochet, de l’étole, du cilice et du hanap du saint. L’inventaire du trésor de la cathédrale de Bayeux, en 1476, mentionne « le pot de monseigneur sainct Thomas de Cantorbière » et « une petite pomme d’argent doré, dedens lequel a du sang de monseigneur sainct Thomas de Cantorbière »28. Lisieux s’était assuré un imposant trésor de reliques. Les religieuses hospitalières de Notre-Dame-de-la-Charité conservaient tout un ensemble de vêtements sacerdotaux (aube, étole, tunique, dalmatique, chasuble), qui auraient été portés par Thomas pour célébrer la messe à Lisieux (fig. 1). Cependant, le prétendu séjour de Becket à Lisieux en 117029 n’est mentionné dans aucune des sources contemporaines et apparaît seulement dans des sources locales plus tardives. Ce séjour semble en outre peu vraisemblable, étant donné les relations tendues entre Thomas et Arnoul de Lisieux. Il se pourrait cependant que les vêtements sacerdotaux, à condition qu’ils soient authentiques, aient été acquis plus tard, en relation avec la consécration de la chapelle de l’Hôtel-Dieu de Lisieux par l’évêque Arnoul30.

  • 31 Ariette Larue a rassemblé les représentations de Thomas Becket dans l’art en Normandie, mais la plu (...)

21De toutes ces fondations et consécrations en l’honneur de Thomas de Cantorbéry, seules les cathédrales de Rouen, de Bayeux, de Coutances et l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen ont préservé des œuvres d’art médiéval importantes, avec des représentations iconographiques du saint31.

  • 32 H. Krohm, « Die Skulptur der Querhausfassaden an der Kathedrale von Rouen », Aachener Kunstblätter, (...)

22À la cathédrale de Rouen, une chapelle latérale fut consacrée à saint Thomas en 1207, mais c’est dans le Portail des Libraires (au transept nord), datant de la fin du ΧΙΙIe siècle, qu’on trouve une image du saint. Dans la voussure extérieure réservée aux martyrs, Thomas est représenté assis, en archevêque avec le pallium, tenant la partie supérieure de son crâne dans ses mains (fig. 2)32.

  • 33 T. Borenius, St. Thomas Becket in Art, Londres, Methuen, 1932, p. 65, pl. 24/1 ; J. Vallery-Radot, (...)
  • 34 En ce qui concerne les récits des vitae, voir Knowles, p. 146-148 et Barlow, p. 245-248. Nous avons (...)
  • 35 J. Thirion, « La cathédrale de Bayeux »…, note 50.

23À Bayeux, le tympan du portail du transept sud, du dernier quart du XIIIe siècle, montre sur trois registres diverses scènes hagiographiques, interprétées généralement comme illustrant la vie de saint Thomas de Cantorbéry (fig. 3 et 4)33. En réalité, seul le registre médian offre des épisodes de sa vie : son retour en Angleterre sur un petit bateau, la chevauchée vers Cantorbéry et le meurtre dans la cathédrale. Cette dernière scène montre Thomas à genoux devant l’autel, revêtu des ornements pontificaux, et les assassins qui l’attaquent par derrière. Cette représentation n’est pas conforme aux textes convergents des vitae. Selon leurs auteurs, au moment de sa mort, Thomas portait des vêtements de tous les jours et faisait face à ses meurtriers. Mais dès la fin du XIIe siècle s’était développée une tradition figurative divergeant des sources écrites : celle-ci souligne l’énormité du crime en suggérant la mort du martyr pendant la messe. Le sculpteur du tympan de Bayeux a adopté cette iconographie, alors déjà courante34. L’emplacement de ce court cycle de la vie de Thomas a été mûrement réfléchi. Tout près, dans le bras sud du même transept, se trouve une chapelle consacrée à saint Thomas Becket. De même, dans l’hôtel du Doyen situé en face du portail, la chapelle était également placée sous l’invocation du martyr de Cantorbéry35.

24Au registre inférieur est représentée la vie de saint Étienne, l’ordination diaconale, la discussion avec les rabbins et enfin la lapidation, avec le diacre tombant à genoux. Assis à droite, le jeune Saül garde les manteaux des bourreaux. La scène du registre supérieur n’est pas facile à identifier et les essais tentés jusqu’à ce jour ne sont guère convaincants. Ce n’est pas un enterrement, l’objet rectangulaire étant un lit et non un tombeau. Ce n’est pas non plus la pénitence du roi Henri II au tombeau de Thomas. Si cela avait été le cas, le roi aurait dû être représenté à genoux.

  • 36 Sens, Trésor de la cathédrale ; Munich, Bayerisches Nationalmuseum, mitre provenant de l’abbaye cis (...)
  • 37 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 56 ; Knowles, p. 96-97 ; Barlow, p. 112.

25En ce qui concerne l’agencement des scènes, il n’est pas inintéressant de noter que justement dans les premières décennies qui suivirent son assassinat, Thomas Becket est souvent représenté en pendant à saint Étienne. On l’observe ainsi, par exemple, sur les mitres épiscopales ornées de broderie en opus anglicanum de Sens et de Munich36. Le rapprochement s’explique aussi par la proximité des deux fêtes dans le calendrier liturgique (les 26 et 29 décembre). Enfin, signalons qu’au début du conflit avec le roi, Thomas s’était ostensiblement placé sous la protection de saint Étienne37.

  • 38 J. Lafond, « Les vitraux », in P. Colmet Daage, La Cathédrale de Coutances, Paris, Henri Laurens, « (...)

26L’œuvre importante la plus ancienne consacrée en Normandie à la vie de Thomas Becket se trouve dans la cathédrale de Coutances : c’est l’un des trois vitraux en lancettes du mur frontal du transept nord, celui de gauche (fig. 5 et 7). L’évêque Hugues de Morville avait fondé en 1223 une chapelle dédiée à saint Thomas précisément dans ce bras du transept. On a pu établir un rapport chronologique entre cette fondation et le vitrail38.

  • 39 Alan de Tewkesbury, MTB, II, p. 341-344 ; Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 76.
  • 40 T. Borenius, St. Thomas Becket in Art…, p. 45-47, pl. XIV ; C. Brisac, « Thomas Becket dans le vitr (...)

27Six médaillons représentent, de bas en haut, des scènes de la vie de Thomas. C’est d’abord la rupture entre l’archevêque et le roi Henri. Le second médaillon montre la fuite de Becket en France sur un petit vaisseau. Mais la femme couronnée avec un enfant, dans la moitié supérieure gauche, provient sans doute d’un autre contexte et a dû être placée ici lors d’une ancienne restauration. Dans le troisième médaillon, Thomas est agenouillé devant le pape Alexandre III : c’est la rencontre de Sens, en 1164, où le pape le confirme dans sa charge (ce qui n’a pas été clairement identifié jusqu’à présent)39. Le quatrième médaillon met en scène le meurtre, avec Thomas agenouillé devant l’autel préparé pour la messe et les chevaliers qui l’attaquent par derrière : c’est le même arrangement erroné qu’à Bayeux. Le cinquième médaillon évoque l’ensevelissement de Thomas Becket. La moitié droite de ce médaillon est moderne ainsi que le sixième et dernier, montrant l’âme du saint portée par les anges. Dans les demi-cercles latéraux se trouvent des personnages vêtus comme des apôtres ou des prophètes, impossibles à identifier exactement. L’introduction des épisodes de la fuite et de l’audience pontificale contribue à souligner d’une manière frappante l’exil de Thomas en France. Le nombre des scènes demeure cependant nettement inférieur à celui des célèbres vitraux de saint Thomas des cathédrales de Sens et de Chartres, réalisés peu de temps auparavant40.

  • 41 Voir note 31.

28Les représentations moins importantes de Thomas Becket dans les églises plus petites se limitent en règle générale au personnage du saint ou à la scène du meurtre. C’est le cas, par exemple, dans un petit vitrail de l’église paroissiale de Parfouru-l’Éclin, dans le diocèse de Bayeux, datant du XIIIe siècle (fig. 6)41.

  • 42 Le chœur de l’abbatiale a été terminé avant 1339. Cf. T. Borenius, St. Thomas Becket in Art…, p. 47 (...)

29Je mentionnerai enfin un court cycle de la vie de Thomas, datant du XIVe siècle et en partie restauré, conservé dans une des chapelles du chœur de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen (fig. 8)42. Trois scènes seulement sont représentées et les deux premières concernent les relations de Thomas Becket avec le roi Henri II. On les voit tout d’abord en train de converser. Dans la deuxième scène, le roi se détourne et Thomas s’éloigne en jetant un dernier regard en arrière : la rupture est manifeste. Le dernier épisode, le meurtre, suit l’iconographie habituelle, historiquement incorrecte.

  • 43 Voir note 34.

30Aucune des représentations de Thomas Becket conservées de nos jours encore en Normandie ne peut être datée d’avant 1225 environ. Peut-être y a-t-il ici un rapport avec le nouvel essor du culte, à l’occasion de la translation de 1220, ainsi qu’avec la construction des grandes cathédrales au ΧΙΙIe siècle. Mais cette particularité est certainement due aussi à la destruction ou au pillage ultérieurs d’églises ou de chapelles qui avaient été dédiées plus tôt au saint martyr (par exemple le Mont-Saint-Jacques près de Rouen, Lisieux, Barfleur, Saint-Maclou de Folleville, Gisors, Saint-Lô ou Argentan). En ce qui concerne le choix des scènes, l’iconographie des cycles demeure tout à fait libre et variée. Cependant, le point culminant, la scène du martyre, suit un schéma stéréotypé suggérant que le meurtre de l’archevêque s’est déroulé devant l’autel, durant la messe. Ce schéma est répandu dans toute l’Europe avec quelques variations. Peut-être provient-il d’une œuvre originelle jadis conservée à Cantorbéry. Ce qui étonne dans cette iconographie opiniâtrement maintenue, c’est la divergence entre les images et les nombreuses sources écrites, datant des années 1170 et 1180 et décrivant le meurtre avec précision43. Or, ces sources étaient certainement connues en Normandie. Mais ici, comme partout ailleurs en Europe dans la propagande officielle, c’est l’idéal standardisé du saint évêque, mourant pour son Église, qui refoule la vivacité du destin individuel.

Fig. 1 – Lisieux, Hôpital, aube et chasuble de saint Thomas Becket

Fig. 2 – Rouen, cathédrale, porte des libraires, voussure : saint Thomas Becket

Fig 3 – Bayeux, cathédrale, portail du transept sud, tympan

Fig. 4 – Bayeux, cathédrale, portail du transept sud, tympan, détail

Fig. 5 – Coutances, cathédrale, transept nord, vitrail de saint Thomas Becket

Fig. 6 – Parfouru-l’Éclin, église, chœur, vitrail de saint Thomas Becket

Fig. 7 – Coutances, cathédrale, transept nord, vitrail de saint Thomas Becket, détail

Fig. 8 – Rouen, Saint-Ouen, chœur, 4e chapelle nord, vitrail avec scènes de la vie de saint Thomas Becket

Notes

1 Cf. les articles de R. Foreville, « Mort et survie de saint Thomas Becket », Cahiers de civilisation médiévale, XIV, 1971, p. 21-38, en particulier p. 28 ; « Les origines normandes de la famille Becket et le culte de saint Thomas en Normandie », L’Année canonique, XVII, Mélanges Pierre Andrieu-Guitrancourt, 1973, p. 433-478 ; « Le culte de saint Thomas Becket en Normandie. Enquête sur les sanctuaires anciennement placés sous le vocable du martyr de Canterbury », Thomas Becket (actes du colloque international de Sédières, 1973), R. Foreville (dir.), Paris, Beauchesne, 1975, p. 135-152 ; « La diffusion du culte de Thomas Becket dans la France de l’Ouest avant la fin du XIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, XIX, 1976, p. 347-369. À l’exception de l’article de 1975, toutes ces études sont rassemblées dans R. Foreville, Thomas Becket dans la tradition historique et hagiographique, Londres, Variorum Reprints, « Variorum Reprints », n° VI, IX et X, 1981.

2 D. Knowles, Thomas Becket, Londres, A. and Ch. Black, 1970 (cité désormais Rnowles), p. 172-176 ; F. Barlow, Thomas Becket, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1986 (cité désormais Barlow), p. 2-9. Éditions : Materials for the History of Thomas Becket, Archbishop of Canterbury, édités par J. C. Robertson (I-VI) et J. B. Sheppard (VII), Londres, Rolls Series, n° 67, 1873-1885, 7 vol. (cité désormais MTB) : I-IV (vies), V-VII (correspondance) ; Guernes de Pont-Sainte-Maxence, La Vie de saint Thomas le martyr, E. Walberg (éd.), Lund, C. W. K. Gleerup, 1922 ; J. Shirley, Garnier’s Becket (traduction en anglais), Londres, Phillimore, 1975 ; Thómas Saga erkibyskups, E. Magnússon (éd.), Londres, Rolls Series, n° 65, 1875-1883, 2 vol. Pour les lettres (MTB, V-VII), cf. A. Duggan, Thomas Becket. A Textual History of his Letters, Oxford, Clarendon Press, 1980. Mme Duggan prépare une nouvelle édition critique de la correspondance.

3 En ce qui concerne l’année de la naissance de Thomas Becket, voir R. Foreville, « Tradition et comput dans la chronologie de Thomas Becket », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715), Années 1955-1957, p. 7-20 (« Variorum Reprints », n° XIII) ; cf. Barlow, p. 10, 232 et 281.

4 En ce qui concerne le surnom du père, voir Edward Grim, MTB, II, p. 356, et l’Anonyme de Lambeth, MTB, IV, p. 81. Quant à l’origine normande des parents de Thomas, voir ibid. et R. Foreville, « Les origines normandes… », p. 439-442 ; Barlow, p. 11-13 et 281-282.

5 R. Foreville, « Les origines normandes… », p. 442-448.

6 Guillaume FitzStephen (Guillaume Fitz-Étienne), MTB, III, p. 14. Voir aussi Guillaume de Canterbury, MTB, I, p. 3 ; Edward Grim, MTB, II, p. 359 ; Knowles, p. 6-7 ; Barlow, p. 17-21.

7 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 16-17 ; Knowles, p. 21-29 ; Barlow, p. 28-40.

8 R. W. Eyton, Court, Household, and Itinerary of King Henry II (1878), rééd. Hildesheim-New York, Georg Olvas Verlag, 1974, p. 16-56.

9 Voir note 14.

10 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 29-33 ; Barlow, p. 55-57.

11 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 27-28 ; Barlow, p. 60.

12 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 25-26 ; Barlow, p. 62-63. Sur la priorale romane de Saint-Gervais, voir M. Baylé, « Les vestiges romans de l’ancienne priorale Saint-Gervais de Rouen », The British Archaeological Association, Conference Transactions 1986, XII : Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, Leeds, W. S. Maney, 1993, p. 31-35, avec bibliographie.

13 Herbert de Bosham, MTB, III, p. 180-181 ; Barlow, p. 69-70.

14 Herbert de Bosham, MTB, III, p. 253-255 ; Knowles, p. 79 ; Barlow, p. 85-86.

15 En ce qui concerne l’itinéraire de Thomas Becket en France, voir J. Van der Straeten, « Les vies latines de saint Thomas Becket », Thomas Becket…, p. 27-32.

16 MTB, V, p. 142-151.

17 MTB, V, p. 147-148 et 418-422 ; VI p. 76-77, 122-123 et 149-150.

18 MTB, VI, p. 113-114 ; voir aussi p. 71-75 et surtout la correspondance de Jean de Salisbury.

19 Voir l’explication redondante d’Arnoul envoyée à Thomas, MTB, V, p. 302-314.

20 R. Foreville, « L’Église anglo-normande au temps du bienheureux Achard de Saint-Victor », Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, 39, 1961 (« Variorum Reprints », n° I), p. 153-176, en particulier p. 171-172.

21 MTB, VII, p. 198-203, 206, 273-278, 299-300 et 423-427 ; Knowles, p. 125-126 et 131-132 ; Barlow, p. 201-202, 215-219, 222 et 234.

22 R.W. Eyton, Court, Household…, p. 150 ; Knowles, p. 139-140 ; Barlow, p. 234-236.

23 Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II and Richard I, R. Howlett (éd.), Londres, Rolls Series, n° 82, 1884-1889, 4 vol., t. II, p. 589-779 (Etienne de Rouen) et t. IV, p. 3-315 (Robert de Torigni). Cf. Lexikon des Mittelalters, VII, col. 912-913 ; VIII, col. 123 ; Barlow, p. 8, 114 et 195.

24 Voir R. Foreville, « L’Église anglo-normande… », passim.

25 Knowles, p. 150-153 ; Barlow, p. 253-255 et 260-261. Anne Duggan a présenté à ce sujet une étude approfondie : « Diplomacy, Status and Conscience : Henry II’s Penance for Becket’s Murder », Forschungen zur Reichs-, Papst- und Landesgeschichte, Peter Herde zum 65. Geburtstag, K. Borchardt et E. Bünz (éd.), Stuttgart, Anton Hiersemann, 1998, p. 265-290, en particulier p. 266-278.

26 MTB, I, p. 137-546 ; II, p. 21-289 ; Knowles, p. 153 ; Barlow, p. 264-270 ; A. Duggan, « Diplomacy, Status and Conscience… », p. 278-285.

27 R. Foreville, « Le culte de saint Thomas Becket en Normandie… », passim ; Id., « Le culte de saint Thomas Becket en France. Bilan provisoire des recherches », Thomas Becket…, p. 163-187. Voir aussi les articles de H. Martin et de J. Becquet, ibid. p. 153-161 ; R. Foreville, « Les origines normandes… », p. 448-455, passim. Mathieu Arnoux a attiré mon attention sur l’importance des chanoines réguliers pour la diffusion du culte de saint Thomas Becket ; outre les exemples cités dans la littérature, voir la transformation de la chapelle Saint-Richard, dépendant de l’abbaye Victorine de Cherbourg, en chapelle Saint-Thomas (Archives départementales de la Manche, H 2193, disparu en 1944). Avant 1178, une église à Barfleur avait déjà été placée sous le patronage de saint Thomas : voir la charte de l’évêque Richard de Coutances (Paris, BNF, lat. 10068). Je remercie Mathieu Arnoux pour toutes ces indications.

28 A. Larue, « Enquête sur l’iconographie et le mobilier de Thomas Becket en Normandie », Thomas Becket…, p. 211-219, en particulier p. 214-216 et 218. Mathieu Arnoux m’a indiqué quelques sources supplémentaires concernant des reliques de saint Thomas dans des prieurés de chanoines réguliers : Gaufridus, sous-prieur de Sainte-Barbe-en-Auge, écrit (après 1174) : novo cenobio novi martyris nostri pignora misimus (lettre n° 17, PL, 205, col. 844) ; parmi les reliques du prieuré de Sausseuse sont énumérées : de cilicio sancti Thome Cant, archiep. ; item, stolla ipsius ; item, portio quaedam vestimentorum suorum ; fertur quippe, dum exultaret, illic aliquando demoratus. Fit autemfestum de eo solemne ad altare ipsius (A. du Monstier, Neustria Pia, Rouen, 1663, p. 848).

29 Voir A. Larue, « Enquête sur l’iconographie… », p. 215, pl. I, fig. 4-5 ; Abbé : G.-A. Simon, Recherches historiques et archéologiques sur le séjour de saint Thomas Becket à Lisieux en 1170, Caen, 1926. La source est une publication intitulée Les Vies des saints patrons du diocèse de Lisieux et datant de 1795 !

30 Au sujet de reliques vestimentaires de Thomas Becket, cf. U. Nilgen, « La tunicella di Tommaso Becket in S. Maria Maggiore a Roma. Culto e arte intorno a un santo politico », Arte medievale, 2e série, 9/1, 1995, p. 105-120.

31 Ariette Larue a rassemblé les représentations de Thomas Becket dans l’art en Normandie, mais la plupart des œuvres appartiennent au Moyen Âge tardif ou même à une époque plus récente (jusqu’à nos jours) et ne sont pas de grand intérêt. Mentionnons seulement deux exemples : Parfouru-l’Éclin (diocèse de Bayeux, commune de Caumont-l’Éventé, chef-lieu de canton, Calvados), vitrail, Thomas assis, meurtre, XIIIe siècle (A. Larue, « Enquête sur l’iconographie… », p. 213 ; Art de Basse Normandie, 76, 1978-1979, pl. II) ; Omonville-la Rogue (diocèse de Coutances, canton de Beaumont-Hague, Manche), fragment de peinture murale, meurtre, ΧΙΙIe siècle (A. Larue, « Enquête sur l’iconographie… », p. 212, pl. I, fig. 2).

32 H. Krohm, « Die Skulptur der Querhausfassaden an der Kathedrale von Rouen », Aachener Kunstblätter, 40, 1971, p. 40-153, fig. 2, 18. A. Larue (« Enquête sur l’iconographie… », p. 216) fait aussi mention d’une seconde représentation d’un évêque tenant son crâne dans ses mains qui se trouve dans la voussure interne du portail de la Calende, ouvrant sur le transept sud de la cathédrale de Rouen. Mais, à notre avis, il s’agit plutôt de saint Denis.

33 T. Borenius, St. Thomas Becket in Art, Londres, Methuen, 1932, p. 65, pl. 24/1 ; J. Vallery-Radot, La Cathédrale de Bayeux, Paris, Henri Laurens, « Petites monographies des grands édifices de la France », 1958, p. 49-50 ; J. Thirion, « La cathédrale de Bayeux », Congrès archéologique de France, 132, 1974/1978, p. 240-285, en particulier p. 257 et 268-272 ; J.-J. Bertaux, « La Cathédrale gothique [de Bayeux] dans l’art de son temps », Art de Basse Normandie, 76, 1978-1979, p. 41-48.

34 En ce qui concerne les récits des vitae, voir Knowles, p. 146-148 et Barlow, p. 245-248. Nous avons déjà étudié le problème de cette tradition figurative divergente : U. Nilgen, « The Manipulated Memory : Thomas Becket in Legend and Art », à paraître dans Memory and Oblivion, Actes du 29e congrès d’histoire de l’art tenu à Amsterdam en 1986.

35 J. Thirion, « La cathédrale de Bayeux »…, note 50.

36 Sens, Trésor de la cathédrale ; Munich, Bayerisches Nationalmuseum, mitre provenant de l’abbaye cistercienne de Seligenthal/Landshut. Pour ces deux pièces et d’autres du même type, voir M. Schuette et S. Müller-Christensen, Das Stickereiwerk, Tübingen, Wasmuth, 1963, p. 31, pl. 95-96 ; L. von Wilckens, Die textilen Künste. Von der Spätantike bis um 1500, Munich, C. H. Beck, 1991, p. 188, avec bibliographie.

37 Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 56 ; Knowles, p. 96-97 ; Barlow, p. 112.

38 J. Lafond, « Les vitraux », in P. Colmet Daage, La Cathédrale de Coutances, Paris, Henri Laurens, « Petites monographies des grands édifices de la France », 1933, p. 82-86 ; A. Mussat, « La Cathédrale Notre-Dame de Coutances », Congrès archéologique de France, 124, 1966, p. 15-35 ; C. Brisac, « Thomas Becket dans le vitrail français au début du XIIIe siècle », Thomas Becket…, p. 221-231, en particulier p. 229-230, (pl. IV à droite : les légendes ont été échangées) ; J. Fournée, « La Cathédrale de Notre-Dame de Coutances », Art de Basse-Normandie, 95, 1987, p. 74 et 93-95.

39 Alan de Tewkesbury, MTB, II, p. 341-344 ; Guillaume FitzStephen, MTB, III, p. 76.

40 T. Borenius, St. Thomas Becket in Art…, p. 45-47, pl. XIV ; C. Brisac, « Thomas Becket dans le vitrail français… », p. 224-228, pl. II-III.

41 Voir note 31.

42 Le chœur de l’abbatiale a été terminé avant 1339. Cf. T. Borenius, St. Thomas Becket in Art…, p. 47-48 ; J. Lafond, Les Vitraux de l’église Saint-Ouen de Rouen, I (Corpus Vitrearum Medii Aevi France IV-2/1), Paris, Caisse nationale des monuments historiques et Centre national de la recherche scientifique, 1970, p. 164-174.

43 Voir note 34.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Lisieux, Hôpital, aube et chasuble de saint Thomas Becket
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 2 – Rouen, cathédrale, porte des libraires, voussure : saint Thomas Becket
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Fig 3 – Bayeux, cathédrale, portail du transept sud, tympan
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 4 – Bayeux, cathédrale, portail du transept sud, tympan, détail
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 5 – Coutances, cathédrale, transept nord, vitrail de saint Thomas Becket
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 6 – Parfouru-l’Éclin, église, chœur, vitrail de saint Thomas Becket
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 7 – Coutances, cathédrale, transept nord, vitrail de saint Thomas Becket, détail
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Fig. 8 – Rouen, Saint-Ouen, chœur, 4e chapelle nord, vitrail avec scènes de la vie de saint Thomas Becket
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9969/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Université de Munich

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540