Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Sous la protection des saints

Les mutations du culte des saints à Rouen du XIIIe au XVe siècle

Catherine Vincent

Texte intégral

1À l’image de leurs contemporains, les fidèles normands manifestèrent, aux derniers siècles du Moyen Âge, une ferveur envers les membres de la cour céleste qui va de pair avec leur attachement pour le dogme de la communion des saints. Encore faut-il parvenir à colorer cette constatation des diverses nuances dont elle s’est enrichie au fil des siècles, en fonction des groupes qui contribuèrent à la promotion de l’une ou l’autre dévotion. Tel est l’objet de la présente enquête qui se veut davantage une invitation, dans la mesure où elle se limitera à la seule ville de Rouen. La richesse des fonds d’archives ainsi que les nombreuses études dont cette cité a déjà été l’objet aux derniers siècles du Moyen Âge permettent en effet d’aborder les formes de la vénération portée aux saints par une société aisément circonscrite. Deux pratiques seront ici plus précisément confrontées : la première, que l’on pourrait rapidement qualifier d’officielle, est celle des dignitaires de la cathédrale ; la seconde, plus représentative du monde des simples gens, provient des confréries.

  • 1 C. Lereboullet, Recherche sur les confréries de métier à Rouen du XIIIe au XVe siècle, thèse de l’É (...)
  • 2 La confrérie Saint-Nicolas de la paroisse Saint-Vivien ajoute saint Eustache à son premier protecte (...)
  • 3 La confrérie de la Trinité et Sainte-Catherine, aux Augustins, instaure un sermon en l’honneur de l (...)

2Le corpus des saints patrons de confréries est désormais bien établi, que ce soit pour l’ensemble de la province ecclésiastique, le diocèse de Rouen ou la ville même1. Par-delà les pesanteurs, il donne la mesure des principaux attachements dont bénéficièrent les membres de la cour céleste de la part de fidèles en grande majorité laïcs : les choix nominaux observés doivent, à cet égard, être pondérés par le nombre des confréries qui les ont opérés, certaines n’hésitant pas à ajouter un nouveau protecteur aux plus anciens2, d’autres, plus rares, à augmenter les marques d’honneur particulières dont la compagnie, ou bien l’un des confrères plus zélé, souhaite entourer la célébration de la fête annuelle3.

  • 4 Obituaire de la cathédrale de Rouen, avec calendrier, 1329 (Bibliothèque municipale de Rouen, Y 82) (...)
  • 5 Ces antiennes sont chantées avant le cantique, avant le Gloria et après, cf. A. Collette, Histoire (...)
  • 6 C’est du moins ce qui apparaît en préambule du Rituale ad usum ecclesie Rothomagensis, don des exéc (...)
  • 7 Voir tableau I. Une longue série de comptes du distributeur du chœur est conservée pour l’époque mé (...)

3Pour leur part, les dévotions en vigueur à la cathédrale sont : connues par les calendriers, dont plusieurs, établis au cours des XIVe et XVe siècles, sont parvenus jusqu’à nous4. Derrière l’apparente immobilité de listes où résonnent les mêmes noms se profilent de légères variations qui n’en prennent que plus de relief, d’autant que les origines et les motivations de ces inflexions sont, le plus souvent, éclairées par la teneur des délibérations capitulaires. Ces mouvements consistent moins en l’introduction de nouveaux saints qu’en l’augmentation ou, beaucoup plus rarement, la diminution du degré de solennité dont se trouve entourée la commémoration de chacun d’eux, puisque la célébration des fêtes peut être marquée par une liturgie plus ou moins longue. Suivant l’usage rouennais, le degré le plus modeste est celui des fêtes à trois leçons, dont l’office compte neuf psaumes et neuf leçons ; le degré supérieur est représenté par la qualité de fête « triple », pour laquelle les antiennes Benedictas et Magnificat sont chantées trois fois5. Il est en outre à noter que les fêtes triples font partie, ainsi que les grandes fêtes du Christ et de la Vierge, des jours pour lesquels il est attendu que l’archevêque, s’il lui plaît, célèbre en sa cathédrale6. Plus encore que la présence ou l’absence de tel nom sur les listes du calendrier rouennais, cette marque de faveur, à laquelle n’accédèrent qu’un petit nombre d’entre eux, témoigne de l’évolution enregistrée par le culte des différents saints. Mais il a paru prudent de confronter cet ensemble d’informations issu de sources normatives déjà généreusement portées à la connaissance des historiens par des érudits, avec des données plus directement issues de la pratique, celles que recèlent les comptes des distributions faites aux chanoines présents au chœur7. En effet, pour dédommager les assistants de l’effort supplémentaire qui leur est demandé à l’occasion des fêtes les plus solennelles, les auteurs de telles initiatives prirent soin de les accompagner de dons en biens fonciers ou en rentes propres à alimenter des distributions à l’intention de leurs confrères, lesquelles firent l’objet d’une minutieuse comptabilité. Conservée à partir du premier tiers du XVe siècle, cette dernière atteste que les dispositions des fondateurs ne sont pas demeurées lettre morte, souvent plus d’un siècle après que leur geste ait été accepté par le chapitre.

  • 8 Voir tableau II.

4Pour aider à la présentation de l’ensemble des saints retenus par ces diverses formes de dévotion, il a paru commode de subdiviser celui-ci en catégories définies suivant un critère chronologique, selon une formule déjà éprouvée par nombre d’études8. En premier lieu viennent les saints des Écritures, puis le groupe des martyrs des premiers siècles chrétiens ; les saints évêques ont été classés à part, qu’ils aient ou non connu une mort violente, dans la mesure où leur mémoire fait l’objet de distinctions spécifiques à la cathédrale et dans les paroisses ; avant le groupe ultime des saints qualifiés de « récents », à savoir portés sur les autels après le XIe siècle, il a fallu se résoudre à introduire une catégorie moins rigoureusement typée qui inclut le plus fréquemment des personnages issus de la tradition monastique ou érémitique, tels les saints Antoine, Gilles, Fiacre ou Léonard, et sainte Geneviève.

***

  • 9 Ce sont, par ordre alphabétique, les saints Clair, Eustache, Jean l’Évangéliste, Jean-Baptiste, Mic (...)
  • 10 Ce sont, par ordre alphabétique, les saints Adrien, Christophe, Côme et Damien, Éloi, Fiacre, Gille (...)
  • 11 Ce sont les saints Cande (titulaire des deux paroisses Saint-Cande-le-Jeune et Saint-Cande-le-Vieux (...)
  • 12 Alors qu’une confrérie Saint-Martin est attestée à la paroisse Saint-Martin-du-Pont, aucune n’est i (...)
  • 13 C. Vincent, Des Charités bien ordonnées…, p. 132-142 et liste de tous les saints patrons de confrér (...)

5Une première constatation s’impose à l’examen du dossier : l’extrême diversité des saints vénérés dans la ville de Rouen, laquelle rejoint en cela les appréciations plus générales portées pour l’ensemble de l’Occident médiéval. Le calendrier rouennais est riche de quelque cent quatre-vingt-seize fêtes, hormis celles du Christ et de la Vierge, non considérées en un premier temps, alors que les confrères ont élu une petite centaine de protecteurs (quatre-vingt-onze). Cette diversité s’accompagne, dans le monde confraternel, d’une tout aussi grande dispersion des dévotions : rares sont les saints patrons qui ont été retenus par plusieurs compagnies, puisqu’ils ne sont que douze à figurer au moins dans cinq confréries9, et treize10 dans trois ou quatre. La grande majorité d’entre eux doit se satisfaire d’une ou deux associations seulement. Les confrères afficheraient de la sorte quelque liberté envers les cadres fixés par le magistère ecclésiastique, notamment celui des paroisses. Une règle fréquemment invoquée voudrait en effet que le saint titulaire d’une paroisse soit systématiquement érigé protecteur d’une confrérie implantée dans les murs de son église. Or, à suivre les résultats de l’enquête menée pour la trentaine de paroisses que compte la ville de Rouen, il semble que l’affirmation mériterait d’être nuancée. En l’état actuel des connaissances, douze titulaires de paroisses ne patronnent aucune confrérie11, ni dans leur propre paroisse ni dans un autre lieu de culte. En outre, à plusieurs reprises (une sizaine), le saint titulaire n’a pas été retenu par les confréries de sa paroisse mais par d’autres qui ont élu domicile ailleurs12. Il ne reste donc au total qu’une moitié d’entre elles pour compter une compagnie qui honore le protecteur de son lieu d’implantation. L’observation vaut moins pour les établissements religieux, à l’exception de l’unique confrérie de Saint-François identifiée, qu’abrite l’église paroissiale Saint-Maclou et non le couvent des cordeliers, comme il eût été attendu. Par la dispersion des choix de leurs patronages, les confréries citadines ne se distinguent guère de leurs homologues des bourgs et villages13. Cependant, l’exception notoire que constitue l’attention relativement faible accordée en ville à saint Martin, proportionnellement plus populaire dans les campagnes, tendrait à prouver que la règle de l’équivalence entre le patronage paroissial et celui de la confrérie jouerait davantage en milieu rural. Il est vrai que les églises urbaines, de plus grande taille, comportent fréquemment des chapelles latérales dévolues aux confréries : le choix des confrères ne peut manquer de compter avec l’honneur dû à leurs saints patrons, tout autant qu’à celui de la paroisse.

  • 14 Se reporter au tableau II.
  • 15 Il s’agit des saints Aignan, Amand (saint patron d’une abbaye de femmes), Cande, Herbland, Maclou, (...)
  • 16 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 154-155. L’importance accordée au sanctoral local (...)
  • 17 Dr Jean Fournée, Le Culte populaire et l’Iconographie des saints en Normandie, numéro spécial des C (...)
  • 18 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 156. À la demande du roi Charles le Chauve, pour e (...)

6Puisant à foison parmi l’immense cortège des saints pour trouver leurs protecteurs, les confrères contribuèrent à renouveler le sanctoral de la métropole rouennaise. De fait, même s’ils se fixèrent majoritairement sur des personnages traditionnels, issus du monde des Écritures, des martyrs des premiers siècles chrétiens ou des saints évêques14, leurs choix sont loin de reproduire fidèlement ceux du clergé cathédral, à la différence de ce qui s’observe, sans surprise, pour les titulaires des églises de Rouen, dont sept seulement sur vingt-neuf ne figurent pas au calendrier de la cathédrale15. Près d’une petite moitié des saints patrons de confréries ne sont l’objet d’aucune dévotion de la part du chapitre, sauf, éventuellement, par l’un ou l’autre chanoine, à titre personnel. Cette divergence s’explique par la diffusion, accentuée à l’époque carolingienne, d’une liturgie commune aux églises d’Occident, suivant le modèle romain. Cependant, les grandes figures vénérées dans tout le monde chrétien côtoyèrent rapidement, dans les calendriers des diverses cathédrales, le nombre non négligeable de celles qui œuvrèrent à la christianisation de la région : cette dernière s’entend aussi bien au sens étroit de la ville épiscopale, que, plus large, du diocèse et de la province ecclésiastique, voire de diocèses voisins. Les chapitres vénèrent de la sorte autant de saints locaux, que le père A. Collette baptise du qualificatif de « gallicans » pour les distinguer des saints romains16. Enfin, pour rendre raison du développement de tels cultes interviennent également des circonstances propres à l’histoire du lieu, parmi lesquelles, au premier rang, celles que suscita le va-et-vient des reliques, un facteur décisif pour comprendre la progression ou la régression des dévotions. Ainsi les reliques du saint évêque de Coutances, Lô, furent-elles acheminées vers Rouen, territoire réputé en paix au lendemain du traité de Saint-Clair-sur-Epte, alors que le Cotentin demeurait encore exposé aux risques des incursions normandes17. Inversement, la moindre vénération dont certains saints sont entourés peut provenir du départ de leurs corps vers d’autres sanctuaires extérieurs à la ville, comme l’atteste l’exemple du saint évêque de Rouen, Rémi, dont le corps fut donné par Charles le Chauve à Saint-Médard de Soissons18.

  • 19 À l’inverse, rappelons l’exemple, signalé par le Dr Jean Fournée, de la confrérie Sainte-Anne des o (...)
  • 20 C. Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’art…, spécialement p. 487 pour la remarque c (...)
  • 21 C. Lereboullet, Recherche sur les confréries…, p. 209-217 : liste des patronages de toutes les conf (...)
  • 22 Jacques de Voragine, Légende dorée, trad. fr. J.-B.-M. Roze, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, 2 vol

7Les confrères furent incontestablement plus libres que le chapitre de diriger leurs préférences vers des saints reconnus par l’Église de longue date mais absents de ces traditions propres à l’Église de Rouen que les chanoines, pour leur part, se devaient de perpétuer. Sans doute convient-il de ne pas minimiser cette forme d’initiative et la part d’innovation qu’elle peut révéler en matière de dévotion. Pour justifier de telles orientations, qui ne relèvent donc ni de l’histoire diocésaine, ni de l’influence directe du clergé paroissial, on pourrait invoquer les traditions professionnelles, puisqu’une partie des confréries accueillent en leur sein des corps de métiers, à supposer que des usages en la matière aient été déjà fixés aux derniers siècles du Moyen Âge. En l’occurrence, il semble qu’une sage réserve soit de mise. Certes, saint Éloi patronne, en la paroisse Saint-Éloi, une confrérie qui accueille des maréchaux, ainsi qu’une autre compagnie, à Saint-Herbland, où viennent les orfèvres, mais il fut également retenu par une troisième, à Saint-Patrice, que ne distingue, à notre connaissance, aucune spécificité professionnelle19. De manière analogue, la compagnie des arquebusiers implantée à l’hôpital Saint-Louis est placée sous la sauvegarde de sainte Barbe, mais il en va de même pour sept autres confréries abritées par plusieurs paroisses, qui n’ont pas toutes partie liée avec le feu. Les exemples pourraient être multipliés, tel celui de saints Côme et Damien, patrons de la confrérie des barbiers-chirurgiens installée aux Carmes, mais qui remplissent le même office pour deux autres compagnies à Saint-Denis et Saint-Amand, ou celui de saint Sébastien, dont le succès éclatant durant la seconde moitié du XVe siècle, auprès d’une douzaine de confréries, n’est pas uniquement imputable au développement des compagnies d’archers, on le sait, mais bien davantage à la récurrence des épidémies baptisées du terme générique de « peste ». Déjà, en son temps, le chanoine Ouin-Lacroix20, puis, de nos jours, Christiane Lereboullet21, dans leurs travaux respectifs consacrés aux confréries de métiers de Rouen, soulignèrent la rareté de l’analogie entre l’activité du saint patron et celle du métier qui l’a retenu. La remarque ne fait que repousser la question de l’origine de ces unions entre saints et métiers : l’historien est généralement bien en peine de les justifier, à moins de faire appel à des données propres à chacun des corps professionnels, demeurées dans le secret de délibérations orales. Tout au plus, dans la mesure où les choix des confrères se sont largement portés sur des saints reconnus par l’Église officielle, peut-on mesurer par ce biais la diffusion des épisodes de leurs vies soit par la prédication soit par les recueils de récits adaptés et traduits en langue vulgaire : ainsi, pratiquement tous les saints propres aux confréries figurent dans les pages de la Légende Dorée22.

***

  • 23 C. Vincent, Des Charités bien ordonnées…, p. 182-189.
  • 24 Père J.-B. Lebrun-Desmarettes, Voyages liturgiques en France… par le sieur de Moléon…, Paris, F. De (...)

8Mais la dévotion aux saints donna lieu, en cette période, à d’autres initiatives plus ponctuelles qui s’expriment par la promotion personnalisée de certains cultes. Mieux représenté en milieu clérical, ce type de geste n’est pourtant pas totalement absent du monde laïc. Il peut trouver à s’épanouir dans le cadre des confréries, comme on a déjà eu l’occasion de le montrer23, voire dans le cadre paroissial, par les fondations de chapelles qui, à elles seules, pourraient faire l’objet d’une nouvelle enquête. L’acte d’officialisation de la décision jette le plus souvent quelques lueurs sur les motifs qui présidèrent à sa naissance : l’orientation des dévotions se trouve de la sorte explicitée, le plus fréquemment en fonction de circonstances éminemment personnelles, comme il ressort, par exemple, de cette fondation par un chevalier, en 1248, d’une chapelle en l’honneur de saint Jean-Baptiste dans la paroisse Saint-Maclou, en souvenir de son baptême qui s’était déroulé en ce lieu24.

  • 25 Laurent d’Eu, évêque de Dublin mort en 1180, fut vénéré à la cathédrale de Rouen à partir du moment (...)
  • 26 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 161 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de (...)
  • 27 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 166 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de (...)
  • 28 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 162 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de (...)
  • 29 La figure de saint Firmin, dont le culte est très vivant à Amiens (cinq fêtes à la cathédrale), réu (...)
  • 30 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 170 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de (...)
  • 31 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 165 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de (...)

9Le clergé de la cathédrale introduisit, dans la célébration des fêtes, des infléchissements riches d’enseignement en la matière : dans la majorité des cas, leurs auteurs se laissèrent guider soit par la fidélité à leur région d’origine, soit par la célébration de leur statut dans l’Église, voire par une combinaison des deux, lorsqu’elle s’avère possible. Il n’est donc pas surprenant de constater que, parmi les saints qui virent augmenter les honneurs de leur liturgie, la moitié appartient au groupe des saints évêques, un tiers rassemble les saints des Écritures et quelques martyrs des premiers siècles, alors que, seuls parmi les saints récents, François et Laurent d’Eu furent l’objet de faveurs particulières, le premier de la part d’un archevêque franciscain, Eudes Rigaud, le second en raison du transfert de ses reliques à Rouen25. Les archevêques qui introduisirent ou solennisèrent des fêtes le firent le plus fréquemment en référence à leur passé dans la hiérarchie ecclésiastique. C’est ainsi que le chapitre fut amené à célébrer saint Julien, à l’initiative de l’archevêque Maurice (1231-1235), auparavant évêque du Mans26 ; ou bien encore saint Didier, grâce aux soins de Guillaume de Durefort (1319-1331), ancien évêque de Langres, lequel aurait apporté avec lui à Rouen un fragment des reliques de son lointain prédécesseur27. Guillaume de Flavacourt (1276-1306), qui fit toute sa carrière dans le diocèse de Rouen, put se montrer doublement fidèle à ses origines familiales et à celles de son diocèse, en instaurant la célébration suivant le rite triple de saint Ansbert, successeur de saint Ouen sur le trône épiscopal de Rouen et originaire, comme lui-même, du Vexin français28. D’autres archevêques, enfin, privilégièrent résolument leur terre natale, n’hésitant pas à introduire en Normandie le culte de l’une de ses grandes figures religieuses : l’archevêque Thibaud (1222-1231), originaire d’Amiens, consacra une fête de rite triple à Firmin, saint évêque de cette cité29 ; et l’archevêque Pierre Roger (1330-1342), futur pape Clément VI, fut à l’origine de la célébration de saint Martial par une fête qu’il souhaita aussi solennelle que celle d’un apôtre30. La liaison est moins nette entre l’archevêque Gilles Aiscelin, originaire d’Auvergne, et le culte de saint Eutrope, évêque de Saintes, qu’il introduisit au début du XIVe siècle31.

  • 32 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 160 ; Dom Pommeraye, Histoire de l’église cathédra (...)
  • 33 À cette date, les comptes portent l’indication : Item pro augmentatione dicti triplici defundatione (...)
  • 34 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 187-188 et V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. III (...)
  • 35 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 192 : la décision fut confirmée par Eudes Rigaud e (...)

10Les quelques chanoines qui se distinguèrent par des libéralités similaires furent pareillement partagés entre l’attachement à leur église et des motivations plus directement personnelles, telles celles qui poussèrent le chancelier Guillaume Delisle à introduire, en 1330, la fête de son saint patron éponyme l’évêque de Bourges32. En revanche, Richard de La Motte contribua à augmenter de vingt sous les distributions du jour de la Saint-Romain33. Et, pour sa part, Guy Rabaschier (1350-1428), pourtant originaire du diocèse de Limoges, s’employa à restaurer la mémoire de saint Mellon – dont une tradition qui n’a plus court voudrait qu’il ait été le premier évêque de Rouen – non seulement en fondant une fête triple avec jeu d’orgues, luminaire, grande sonnerie et carillon, mais aussi en composant lui-même un office du saint qui fut conservé par la liturgie rouennaise jusqu’au XVIIIe siècle34. Il faut cependant reconnaître que l’origine de certaines dévotions échappe à l’historien, comme il en va pour celle dont fit preuve le doyen Hugues en 1245 lorsqu’il porta au rite triple la fête de saint Éloi35.

  • 36 V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II, p. 612-613 : grâce aux distributions occasionnelles, les ch (...)
  • 37 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 160.
  • 38 N. Périaux, Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen, Rouen, Lanetin et Métérie, 187 (...)

11Une préoccupation de personnalisation marque sans conteste l’ensemble de ces initiatives : la célébration de la mémoire du fondateur se mêle indirectement à celle du saint vénéré, ne serait-ce que par le truchement des très prosaïques distributions qui accompagnent ces fêtes et dont il a été montré qu’elles pouvaient, au prix de quelque assiduité, contribuer à augmenter notablement les revenus des prébendés36. Dans cette perspective, archevêques et chanoines, pour la plupart hauts dignitaires, il faut le souligner, furent donc les artisans de la promotion d’une sainteté cléricale, le plus souvent épiscopale et très locale, normande ou non, d’ailleurs. Il est vrai qu’ils furent moins en peine que les laïcs pour trouver, parmi les protecteurs célestes, des figures à l’image de leur état : rappelons, à cet égard, la décision prise par le chapitre, en 1454, de faire célébrer solennellement la Saint-Vincent, avec orgues et carillon, aux frais des diacres37. C’est pourquoi leurs efforts en faveur du culte de tel ou tel saint ne rencontrèrent qu’un écho différé et affaibli parmi les laïcs, toujours à en juger d’après les titulatures de confréries : ainsi, saint Didier patronne une unique compagnie connue en 1545 dans la paroisse Saint-Patrice ; il en est de même pour saint Guillaume, en 1475, aux Jacobins ou pour saint Martial, en 1473, à Sainte-Croix-des-Pelletiers. Et le fait est plus complexe pour saint Julien : la confrérie créée en son honneur et connue en 1481 à l’hôpital de la Madeleine a pu retenir la figure de saint Julien l’Hospitalier mais tout aussi bien celle de l’évêque du Mans, patron, selon toute vraisemblance, de la léproserie Saint-Julien fondée par Henri II Plantagenêt et rattachée depuis 1366 à l’Hôtel-Dieu de la Madeleine38.

***

  • 39 Les témoignages du calendrier liturgique et des distributions au chœur sont corroborés par ceux des (...)
  • 40 Dr Jean Fournée, « Les lieux de culte de saint Thomas Becket en Normandie », Annales de Normandie, (...)
  • 41 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 193. Les frais de construction de cet édifice inco (...)
  • 42 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 185. Eudes Rigaud est également connu pour les don (...)
  • 43 D’après le calendrier de l’obituaire de 1329 (BMY 82) et un calendrier du XVe siècle (BMY 110). La (...)

12La majorité des cultes promus à Rouen entre le XIIIe et le XVe siècle, on l’aura remarqué, appartient aux premières phases de l’histoire de la sainteté. En effet, par-delà leurs divergences dans la sélection qu’ils opérèrent parmi les figures des temps les plus anciens du christianisme, clercs et laïcs rouennais convergèrent en une commune réticence envers les saints les plus récents. Le clergé séculier fit preuve, à cet égard, de la plus extrême prudence39. Rares sont les saints des siècles qui suivent l’an mille à faire leur entrée dans le calendrier rouennais. Le premier d’entre eux est saint Thomas Becket (mort en 1170), à la suite de la concession à la cathédrale, en 1222, de fragments de reliques par le prieuré rouennais de Saint-Gervais où séjourna l’archevêque de Cantorbéry40 ; mais dès 1174, sur le Mont aux Malades, une église avait été déjà placée sous sa titulature41. Cependant, il ne pénétra point le monde des confréries ni dans la ville de Rouen, ni plus généralement dans l’ensemble des diocèses normands. Thomas Becket fut suivi par le roi de France Saint Louis et par trois saints provenant des ordres mendiants, François, Dominique et Pierre Martyr. L’introduction de la fête de saint François au calendrier rouennais est à mettre à l’actif, dès 1247, de l’archevêque franciscain Eudes Rigaud, qui l’instaura d’emblée de rite triple42. Les fidèles ne suivirent l’initiative qu’avec réserve, puisqu’une unique confrérie de saint François est attestée à Rouen : son implantation dans la paroisse Saint-Maclou, antérieure à 1486, porterait pourtant la marque d’une plus grande spontanéité que si elle s’était fixée au couvent des cordeliers. Tous deux membres de l’ordre des Frères Prêcheurs, saint Dominique et saint Pierre Martyr, bien que présents au calendrier mais sans grand honneur – aucune distinction pour Dominique, trois leçons pour Pierre Martyr, peut-être au bénéfice de sa mort violente43 –, virent leur mémoire pratiquement cantonnée dans le milieu du couvent des jacobins, où fut fondée dès 1277 une confrérie Saint-Dominique, laquelle s’adjoignit la protection de saint Pierre Martyr en 1392. En revanche, à suivre les titulatures de confréries, ces deux cultes ne gagnèrent pas les paroisses. La remarque vaut également pour les huit autres saints récents vénérés par les confréries, alors qu’ils n’ont pas été officiellement adoptés par le chapitre. La promotion de leur culte semble largement incomber aux ordres dont ils proviennent. La dévotion pour sainte Catherine de Sienne est encouragée par les dominicains en une confrérie connue seulement à la date de 1552 ; celle pour saint Bernardin de Sienne par les franciscains dans le cadre d’une compagnie attestée après 1444 ; enfin, celle pour saint Nicolas de Tolentino, par les Augustins qui créèrent une confrérie en son honneur avant 1482. La paroisse Saint-Maclou a dû connaître une réelle influence franciscaine dont témoignerait la présence d’une confrérie placée sous la triple invocation des saints François, Antoine de Padoue et Louis de Marseille. Doit-on, enfin, mettre à l’actif des gens de justice ou de fidèles d’origine bretonne la création, en 1431, à Saint-Martin-du-Pont, d’une compagnie placée sous la protection de saint Yves ?

13Mais en dépit de ces quelques innovations, la prudence demeure de mise à l’égard de la sainteté récente, en milieu laïc comme parmi les clercs. Seul le roi saint Louis partage avec sainte Catherine de Sienne le privilège de patronner plus d’une confrérie, à savoir chacun d’eux : celles de Saint-Louis sont implantées à l’hôpital de la Madeleine (1480) et dans la paroisse Notre-Dame-la-Ronde (1545) ; celles de Sainte-Catherine de Sienne, aux Jacobins (avant 1552 ?) et dans la paroisse Saint-Nicaise (avant 1484), pourtant fort éloignée du couvent des frères prêcheurs. Le monde des paroisses n’accueille donc pas sans réticence les nouveaux venus.

***

  • 44 Cf. Histoire de la France religieuse, J. Le Goff et R. Rémond (dir.), t. II, Du christianisme flamb (...)

14À la suite d’initiatives de particuliers ou de groupes de fidèles, le culte des saints dans la capitale de la Normandie enregistre donc, aux derniers siècles du Moyen Âge, des mutations qui sont davantage de l’ordre de l’infléchissement que de l’engouement largement partagé. La dévotion irait-elle en se privatisant et en se cloisonnant au gré des états cléricaux ou laïcs, ou, plus encore, des cheminements personnels ? Ce serait compter sans quelques mouvements de plus vaste portée, qui tendraient à traduire, inversement, une concentration des dévotions autour d’un nombre restreint de personnages ou de mystères. Paradoxalement, l’apparente contradiction entre les deux traits reflète peut-être plus sûrement la réalité qu’un constat trop uniforme, tant il est vrai que la piété des derniers siècles du Moyen Âge a su conjuguer intériorité et extériorité, tensions et sérénité, privatisation et sens ecclésial44. Et soulignons d’emblée que ces mouvements, auprès desquels les précédents paraissent bien ténus, affectent aussi bien le monde des clercs que celui des laïcs.

  • 45 Toutes sont implantées dans des paroisses, à Sainte-Croix-Saint-Ouen (paroisse associée à l’abbaye (...)
  • 46 La Saint-Nicolas figure comme fête triple sur le calendrier de l’obituaire de 1329 (BMY 82).
  • 47 Se reporter au tableau I ; fort influent au chapitre, ce chanoine, élu doyen, ne put entrer en char (...)
  • 48 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 190 et Dom Pommeraye, Histoire de l’église cathédr (...)
  • 49 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 170-171.
  • 50 Ibid., p. 174.
  • 51 Rappelons que la mère de la Vierge, sainte Anne, n’est citée dans aucun texte canonique mais par pl (...)

15Deux grandes figures de saints évêques rallient, plus que tous leurs homologues, les suffrages des confrères et des chanoines : saint Martin et saint Nicolas. Le second a sans conteste largement conquis les faveurs des fidèles : neuf confréries au moins lui sont consacrées dans la cité45, ce qui peut paraître encore modeste au regard des trois cent vingt titulatures relevées pour l’ensemble de la province ecclésiastique. Les chanoines célèbrent de longue date une fête triple en son honneur46, dont on peut souligner qu’elle est marquée par une distribution plus importante que bien d’autres, signe d’une distinction particulière due au chanoine chancelier Jean de Pontoise (mort en 1379)47. Saint Martin, quant à lui, moins cher au cœur des Rouennais, on l’a vu, est en revanche entouré d’attentions à la cathédrale, où il est solennellement fêté à deux reprises, à la date traditionnelle du 11 novembre, par une liturgie triplée à la demande de l’archevêque Aimeric Guénaud (1338-1342), natif de Tours48, et le 4 juillet, selon des modalités analogues, en souvenir d’une translation de reliques survenue à Tours en 1220, à laquelle assistèrent des chanoines de Rouen, ce qui leur valut de rapporter en leur cathédrale quelques fragments des ossements du grand évangélisateur. Attestée dès 1228, cette seconde Saint-Martin fut élevée au rite triple par le chanoine Jean Guillot en 134249. Chanoines et confrères se retrouvent dans leur dévotion pour sainte Catherine et pour la mère de la Vierge, sainte Anne, patronne de six confréries et dont la fête fut portée au rite triple par le grand chantre Guillaume d’Albussac en 1335, à la suite d’une fondation confirmée l’année suivante par l’archevêque Pierre Roger50. La figure de sainte Anne appartient par extension à ce groupe des saints des Écritures vers lesquels se tournèrent tous les croyants de la fin du Moyen Âge, en un mouvement unanime51.

  • 52 À la date de chacune des fêtes de la Vierge : Conception, Purification, Annonciation, Assomption et (...)
  • 53 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 71 et 176 ; V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II (...)
  • 54 Ainsi, le chapitre refusa d’accéder à la demande d’introduire la fête de la Visitation, alléguant q (...)

16La vénération pour la mère conduit à celle de sa fille, célébrée dans une unanimité encore plus marquée. On en veut pour preuve le témoignage, parmi d’autres, du chanoine Jean Le Bastard, qui fit en 1402 une fondation pour ajouter à la solennité de la célébration des fêtes de la Vierge, toutes de rite triple comme celles du Christ. Les distributeurs du chœur ne manquèrent pas de le rappeler dans leurs comptes et d’ajouter la mention des quarante-deux sous et quatre deniers que se partageaient alors les assistants en sus des versements traditionnels52. Une grande majorité des paroisses et des établissements religieux de la ville compte une confrérie placée sous l’invocation directe de Marie, de l’un de ses mystères ou de l’un de ses titres particuliers : Notre-Dame de Recouvrance ou Sainte-Marie-aux-Neiges. C’est le cardinal d’Estouteville qui instaura en la cathédrale cette dernière fête, en l’honneur de laquelle il fit une première donation de trente-cinq livres de rente, suivie, en 1474, d’un don de cent soixante-douze livres53, sans doute pour se concilier un chapitre qui n’hésitait pas à renâcler devant la surcharge que représentait pour lui la multiplication des solennités54.

  • 55 Signalons deux autres fêtes du Christ portées au rite triple durant la période : la Circoncision en (...)
  • 56 Ces largesses semblent devoir être mises à l’actif de l’archevêque Gilles Aiscelin (1311-1318), con (...)

17Ce rapide panorama des mutations enregistrées par les dévotions à Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge ne peut se clore sans évoquer celle dont fut l’objet le Christ, principalement au travers du Saint Sacrement, même s’il ne s’agit plus à proprement parler du culte d’un saint55. Tout comme pour les fêtes de la Vierge Marie, le succès rapide et considérable de la Fête-Dieu vient en point d’orgue pour mieux apprécier, en regard, ce qu’il advint des autres cultes. La fête de l’Eucharistie, ainsi que la nomme les documents, fut instaurée d’emblée de rite triple, à l’instar de toutes les fêtes du Christ, mais dotée d’une somme beaucoup plus importante à destination des chanoines, six livres, qu’il faut comparer aux vingt-cinq à trente sous, lot commun de toutes les autres56. De leurs côtés, les fidèles relayèrent l’initiative non sans un certain décalage chronologique : la majorité des sept confréries du Saint-Sacrement identifiées à Rouen le sont durant la seconde moitié du XVe siècle ; mais l’historien est peut-être ici victime des limites dues à l’émergence tardive de la documentation écrite. En effet, la popularité, bien antérieure, de la procession par laquelle se célébrait la Fête-Dieu dans les villes du royaume de France n’est plus à démontrer.

***

  • 57 La liste des jours fériés en Normandie, ainsi que la date de leurs suppressions respectives, sont d (...)
  • 58 Voir tout particulièrement J.-M. Matz, Les Miracles de l’évêque Jean Michel et le culte des saints (...)
  • 59 M. Mollat, Le Commerce de la Haute-Normandie au XVe siècle et au début du XVIe siècle, Paris, Plon, (...)
  • 60 V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, p. 443.

18Le tableau qui vient d’être brossé ne constitue qu’une ébauche qui appellerait de nombreux compléments. Le culte des saints dans la métropole normande et ses variations, si subtiles soient-elles, se laissent également percevoir depuis d’autres points d’observation qu’il eût été difficile de prendre en compte avec exhaustivité dans le cadre de cette étude : titulatures d’autels et de chapelles, fondations de chapellenies, liste des prénoms usuels, sans oublier le catalogue des jours fériés57. Pourtant, en dépit des nuances qui pourraient leur être ainsi apportées, les traits qui se dégagent, par leur similitude avec les résultats d’enquêtes menées pour des diocèses voisins58, gardent quelque crédibilité. À l’image de ce qu’il en est pour de nombreuses régions, le culte des saints demeure florissant en la capitale normande jusqu’aux premières décennies du XVIe siècle. Par le choix de protecteurs éprouvés, puisés dans le monde des Écritures, les premiers siècles chrétiens et la tradition locale, les Rouennais, clercs et laïcs, ne recherchent pas tant des modèles de comportement chrétien que des intercesseurs efficaces en leur faveur, ce qu’atteste, en contrepartie, leur intérêt limité pour la sainteté récente. Une constation analogue ressort de l’étude consacrée aux calendriers de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers : leurs listes font preuve d’une grande stabilité au fil des siècles et d’une grande fidélité au sanctoral hérité des temps anciens ; saint François et saint Dominique n’y sont pas même cités… Pour ce qui est de l’exemple normand, l’affirmation appellerait peut-être quelques nuances en ce qui concerne les clercs, à commencer par les évêques qui peuvent trouver dans les qualités des prédécesseurs dont ils ont promu le culte matière à imitation… Convient-il pour autant de souscrire au jugement fréquemment porté d’une piété empreinte de conservatisme et de provincialisme ? Certes, il est frappant de constater combien la sainteté régionale, qu’elle soit ou non normande, retient l’attention des clercs de la cathédrale mais aussi, à tout bien considérer, des laïcs : les saints vénérés à l’initiative exclusive de confréries comptent plus d’une figure dont les hauts faits appartiennent à l’histoire de la christianisation de l’ancienne Gaule, tels les martyrs Foy d’Agen, Mathurin du Gâtinais et Clair du Vexin, l’ermite écossais fixé au diocèse de Meaux, Fiacre, les évêques Lubin de Chartres ou Germain d’Auxerre. Or, seconde ville du royaume par l’importance de sa population et de ses activités, Rouen connut aux derniers siècles du Moyen Âge une ouverture économique et sociale59 qu’illustre notamment l’ampleur du recrutement extérieur à la région dans son chapitre cathédral60. L’affirmation des traditions du cru, voire la mémoire de racines plus lointaines, ne seraient donc pas imputables à un quelconque enclavement. Ne constitueraient-elles pas davantage, pour l’historien, une invitation à reconsidérer la place de l’Église locale dans la vie religieuse de la fin du Moyen Âge, un cadre familier, plus personnel, dont la centralisation romaine et ses principaux agents, les ordres mendiants, n’auraient pas totalement affaibli le pouvoir d’attraction ?

  • 1 Archives départementale de la Seine-Maritime : G 2852, 2583 et 2855. Les années comptables débutent (...)

Tableau I – Fête de rite triple à la cathédrale de Rouen, d’après les comptes des distributeurs du chœur pour les années 1436-1437, 1437-1438 et 1439-14401

Tableau I – Fête de rite triple à la cathédrale de Rouen, d’après les comptes des distributeurs du chœur pour les années 1436-1437, 1437-1438 et 1439-14401

Tableau II – Saints patrons des confréries de la ville de Rouen comparés aux saints patrons des paroisses et aux saints du calendrier de la cathédrale

Tableau II – Saints patrons des confréries de la ville de Rouen comparés aux saints patrons des paroisses et aux saints du calendrier de la cathédrale

1. On distingue sous ce terme les saints martyrs du territoire de la Gaule à savoir : Clair en Vexin, Crépin et Crépinien à Soissons, Foy à Agen, Mathurin en Gâtinais, Potenien et Savinien dans la région de Sens et Quitrie en Aquitaine.
2. Saints évêques de Rouen (Godard, Mellon, Ouen et Romain), des diocèses normands (Pair ou Paterne d’Avranches, Sever d’Avranches) et de diocèses avec lesquels la Neustrie-Normandie entretient des liens de longue date (Armand de Maastricht, Éloi de Noyon-Tournai, Hildevert de Meaux dont les réliques furent transférées à Gournay-en-Bray, Honoré d’Amiens, Julien du Mans, Lambert de Maastricht, Lubin de Chartres, Médard de Soissons, Servais de Tongres et Vaast d’Arras).

Notes

1 C. Lereboullet, Recherche sur les confréries de métier à Rouen du XIIIe au XVe siècle, thèse de l’École dactylographiée, 1960, consultable aux Archives départementales de Seine-des Chartes, version Maritime ; abbé L. Martin, Répertoire des anciennes confréries de charité du diocèse de Rouen approuvées de 1430 à 1610, Fécamp, L. Durand et fils, 1936 ; C. Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe frères, 1850 ; C. Vincent, Des Charités bien ordonnées : les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1988.

2 La confrérie Saint-Nicolas de la paroisse Saint-Vivien ajoute saint Eustache à son premier protecteur, en 1484 ; celle de Saint-Vulgan établie en l’abbaye Saint-Ouen, saint Barthélémy, en 1490 ; sans compter les nombreuses adjonctions dont fut gratifié saint Sébastien tout au long de la seconde moitié du XVe siècle (il patronne plus de douze confréries).

3 La confrérie de la Trinité et Sainte-Catherine, aux Augustins, instaure un sermon en l’honneur de la sainte à partir de 1441.

4 Obituaire de la cathédrale de Rouen, avec calendrier, 1329 (Bibliothèque municipale de Rouen, Y 82), étudié par P. Millier, Comportements face à la mort d’après l’obituaire n° 1194 de la cathédrale de Rouen…, mémoire de maîtrise sous la direction de C. Vincent, Rouen, 1989 ; Ordinarius ecclesie Rothomagensis, cum calendario, XVe siècle (BMY 110) ; Ordo missarum per totum annum secundum usum ecclesie rothomagensis, cum calendario, XVe siècle (BM A 11, non consulté, en cours de microfilmage durant l’été 1996) ; étude de synthèse à partir de ces manuscrits et d’autres livres liturgiques par A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen, Rouen, L. Mégard, 1902. Les études consacrées aux calendriers, qui auraient pu constituer d’utiles points de comparaison, demeurent encore rares à l’exception de J.-M. Matz, « Le calendrier et le culte des saints : l’abbaye Saint-Aubin d’Angers (XIIe-début XVIe siècle) », Revue Mabillon, numéro spécial 7 (t. 68), 1996, p. 127-155.

5 Ces antiennes sont chantées avant le cantique, avant le Gloria et après, cf. A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 158. On rapprochera le rite « triple » du sens pris par le verbe triumphare en latin médiéval : « chanter à trois reprises » ; Ph. George, « Les routes de la foi en pays mosan (IVe-XVe siècle) : sources, méthode et problématique », in Les Trésors de sanctuaires de l’Antiquité à l’époque romane, J.-P. Caillet (éd.), Paris, Université de Paris X-Nanterre, 1996 (Cahier n° VII du Centre de recherches sur l’antiquité tardive et le haut Moyen Âge), p. 96.

6 C’est du moins ce qui apparaît en préambule du Rituale ad usum ecclesie Rothomagensis, don des exécuteurs testamentaires de l’archevêque Robert de Croixmare (1482-1493) : In hoc volumine seu libro, declarantur festa annualia per annum et notantur in illis ea quae dicuntur per dominum archiepiscopum quando placuerit in choro sue ecclesie Rothomagensis officium celebrare, tam in vesperis quam in matutinis et processionibus. Hec sunt festa annualia : Nativitas Domini, Epiphania eiusdem, Pascha sive resurrectio domini, Ascensio eiusdem, Penthecostes, Trinitas, Eucharistia, Assumptio Beate Marie, festum sancti Romani, dedicatio ecclesie et festum omnium sanctorum ; aliisque festis tripliciis si placuerit domino archiepiscopo (BMY a, f° 1 r° et v°).

7 Voir tableau I. Une longue série de comptes du distributeur du chœur est conservée pour l’époque médiévale, de 1436 à 1495 (Archives départementales de Seine-Maritime : G 2852 à 2877). Le rédacteur des années 1436 à 1466, Robert Sermonnier, a tenu ses comptes en fonction de l’année liturgique : il est aisé de repérer quelles fêtes furent l’occasion de distributions et le montant de ces dernières. Ses successeurs, Richard Thierry, Pierre Prepositus et Jean Ou semblent avoir connu l’instauration du système des méréaux, jetons reçus par les chanoines en fonction de leur présence et en contrepartie desquels leur étaient versés les émoluments correspondants ; la nomenclature des fêtes n’est donc plus apparente dans leurs registres. Voir V. Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse d’État soutenue à l’université de Paris-Sorbonne, Paris IV en 1988, t. II, p. 612-613.

8 Voir tableau II.

9 Ce sont, par ordre alphabétique, les saints Clair, Eustache, Jean l’Évangéliste, Jean-Baptiste, Michel, Nicolas, Paul, Pierre et Sébastien ; les saintes Anne, Catherine et Barbe.

10 Ce sont, par ordre alphabétique, les saints Adrien, Christophe, Côme et Damien, Éloi, Fiacre, Gilles, Jacques le Majeur, Lubin, Mathurin, Martin, Maur ; les saintes Marie-Madeleine et Véronique. Les titulatures doubles tels Côme et Damien ou Crépin et Crépinien ne sont comptées que pour une seule occurrence.

11 Ce sont les saints Cande (titulaire des deux paroisses Saint-Cande-le-Jeune et Saint-Cande-le-Vieux), Gervais, Hilaire, Herbland, Lô, Laurent, Maclou, Matthieu, Nicaise, Patrice, Vigor et Vivien.

12 Alors qu’une confrérie Saint-Martin est attestée à la paroisse Saint-Martin-du-Pont, aucune n’est identifiée à Saint-Martin-sur-Renelle ; de même, saint Pierre n’a pas de confrérie en la paroisse Saint-Pierre-le-Portier, alors qu’il en protège une à Saint-Pierre-l’Honoré et une à Saint-Pierre-du-Châtel. En outre, les deux paroisses « hors la ville » de Saint-André et Saint-Jean n’abritent pas de confrérie de leur saint patron, à la différence des paroisses intra muros Saint-André-en-la-Ville et Saint-Jean-sur-Renelle.

13 C. Vincent, Des Charités bien ordonnées…, p. 132-142 et liste de tous les saints patrons de confréries répertoriés pour la province ecclésiastique de Rouen, p. 301-303.

14 Se reporter au tableau II.

15 Il s’agit des saints Aignan, Amand (saint patron d’une abbaye de femmes), Cande, Herbland, Maclou, Patrice, Vigor et Vivien.

16 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 154-155. L’importance accordée au sanctoral local est également soulignée par J.-M. Matz dans son étude consacrée aux calendriers de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers, que ce soit le sanctoral du diocèse comme celui de l’abbaye, cf. J.-M. Matz, « Le calendrier et le culte des saints… », p. 132-138.

17 Dr Jean Fournée, Le Culte populaire et l’Iconographie des saints en Normandie, numéro spécial des Cahiers Léopold Delisle, 1976, p. 50-51.

18 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 156. À la demande du roi Charles le Chauve, pour enrichir le patrimoine en reliques de l’abbaye Saint-Médard de Soissons, dont l’église abbatiale venait d’être reconstruite en 841 (année de la dédicace du nouvel édifice), les Rouennais durent accepter que soient transférés à Soissons plusieurs ensembles de reliques de leurs propres saints. C’est ainsi que, probablement entre 844 et 847, furent cédés le corps entier de saint Rémi, le chef de saint Romain et le corps de saint Godard (Gildardus) diminué de sa tête demeurée à Rouen pour apaiser les protestations que l’annonce de ces transferts avaient soulevées parmi le peuple de la métropole normande ; AASS, 8 juin, p. 67-69, De sancto Gildardo ; F. Lifshitz, The Norman Conquest of Pious Neustria, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 1995, p. 117 ; Id., « The Exodus of Holy Bodies Reconsidered : the Date of the Translation of Gildardus of Rouen to Soissons », Analecta Bollandiana, 110, 1992, p. 332. Dans cet article spécialement consacré à l’étude de ce transfert, F. Lifshitz justifie ainsi sa proposition de datation : il fallait que le pouvoir de Charles le Chauve soit suffisamment affermi en Francie occidentale, après le partage de Verdun, pour que le roi puisse se permettre d’imposer au clergé rouennais un tel dessaisissement.

19 À l’inverse, rappelons l’exemple, signalé par le Dr Jean Fournée, de la confrérie Sainte-Anne des orfèvres parisiens, dont la sainte patronne est celle de la chapelle de la cathédrale dans laquelle l’association fut installée par l’évêque ; saint Éloi figure cependant sur la bannière de la compagnie. Cf. le catalogue d’exposition Images de confréries, Paris et Île-de-France, Paris, Bibliothèque historique de la ville de Paris, 1992, p. 237-265.

20 C. Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’art…, spécialement p. 487 pour la remarque citée.

21 C. Lereboullet, Recherche sur les confréries…, p. 209-217 : liste des patronages de toutes les confréries de métiers identifiées pour Rouen.

22 Jacques de Voragine, Légende dorée, trad. fr. J.-B.-M. Roze, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, 2 vol.

23 C. Vincent, Des Charités bien ordonnées…, p. 182-189.

24 Père J.-B. Lebrun-Desmarettes, Voyages liturgiques en France… par le sieur de Moléon…, Paris, F. Delaulne, 1718, p. 415.

25 Laurent d’Eu, évêque de Dublin mort en 1180, fut vénéré à la cathédrale de Rouen à partir du moment où ses reliques y furent transférées, le 10 mai 1226, par les évêques Thibaud de Rouen et Geoffroy d’Amiens ; A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 166.

26 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 161 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen, Rouen, L. Maurry, 1667, p. 453-461 : les distributions qui accompagnent la fondation de la fête de saint Julien proviennent des revenus d’un fief situé à Port-Mort (Eure), donné par l’archevêque.

27 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 166 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 497-499.

28 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 162 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 485-491 : il assortit son initiative d’un don de huit livres de rente « à prendre sur son navire de Dieppe » ; il opéra également le transfert des reliques de saint Mellon à la cathédrale.

29 La figure de saint Firmin, dont le culte est très vivant à Amiens (cinq fêtes à la cathédrale), réunirait, semble-t-il, celles de deux évêques martyrs homonymes sur lesquels on ne dispose d’aucune information historique ; G. D. Gordini, Biblioiheca Sanctorum, V, 1964, c. 866-870. Pour l’introduction de la fête, cf. A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 182-183 ; sur l’archevêque, cf. Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 445-453.

30 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 170 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 499-505.

31 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 165 et Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 492-497.

32 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 160 ; Dom Pommeraye, Histoire de l’église cathédrale de Rouen métropolitaine et primatiale de Normandie, Rouen, Les imprimeurs ordinaires de l’archevesché, 1686, p. 409 et 601 et C. de Beaurepaire, Obituaire de l’église cathédrale de Rouen pour l’année capitulaire 1791, Rouen, Gy, 1908, p. XXXI.

33 À cette date, les comptes portent l’indication : Item pro augmentatione dicti triplici defundatione domini R. Demota, XX s. Chanoine depuis 1389 et mort en 1411, Richard de La Motte, licencié dans les deux droits (civil et canon), était originaire d’une famille de pelletiers de la paroisse Saint-Herbland ; V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. III, p. 1004.

34 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 187-188 et V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. III, p. 1028-1029 : le chanoine Guy Rabaschier ou Rabachet fut introduit au chapitre de Rouen par l’archevêque Guillaume de Lestrange ; il fut successivement, en 1378 et 1381, chambellan puis trésorier de l’archevêque.

35 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 192 : la décision fut confirmée par Eudes Rigaud en 1247.

36 V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II, p. 612-613 : grâce aux distributions occasionnelles, les chanoines les plus réguliers au chœur parviennent à doubler les revenus de leur prébende.

37 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 160.

38 N. Périaux, Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen, Rouen, Lanetin et Métérie, 1874, p. 69, 108 et 127 notamment : la maladrerie était réservée aux filles de l’aristocratie atteintes de la lèpre ; elle fut richement dotée par le roi, lui-même natif du Mans.

39 Les témoignages du calendrier liturgique et des distributions au chœur sont corroborés par ceux des testaments des chanoines étudiés par V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II, p. 508 sq.

40 Dr Jean Fournée, « Les lieux de culte de saint Thomas Becket en Normandie », Annales de Normandie, 4, 1995, p. 380.

41 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 193. Les frais de construction de cet édifice incombèrent au roi Henri II Plantagenêt, une réparation, parmi d’autres imposées au roi, de la mort violente que subit l’archevêque de Cantorbéry ; cf. L. Grant, « Le patronage architectural d’Henri II et de son entourage », Cahiers de civilisation médiévale, 37, 1994, p. 76. La sainteté de l’archevêque de Cantorbéry conserve une coloration très politique, bien après que se soient apaisées les passions soulevées par sa mort, puisque les bréviaires du XVe siècle, écrits sous domination anglaise, arrêtent la narration de sa vie à sa proscription ; il faut attendre le recouvrement de la Normandie pour voir réintroduite une version complète de sa vie.

42 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 185. Eudes Rigaud est également connu pour les dons qu’il fit au couvent des cordeliers installé sous son épiscopat sur le territoire de la paroisse Saint-Clément abrogée en 1251 et dont les fidèles furent répartis entre Saint-Étienne-des-Tonneliers et Saint-Martin-du-Pont ; N. Périaux, Histoire sommaire…, p. 93. Cela n’empêcha pas l’archevêque de fonder quatre anniversaires à la cathédrale ; Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 474-484.

43 D’après le calendrier de l’obituaire de 1329 (BMY 82) et un calendrier du XVe siècle (BMY 110). La fête de saint Dominique ne figure pas dans les bréviaires manuscrits, d’après A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 176.

44 Cf. Histoire de la France religieuse, J. Le Goff et R. Rémond (dir.), t. II, Du christianisme flamboyant à l’aube des Lumières, F. Lebrun (dir.), Paris, Seuil, 1988.

45 Toutes sont implantées dans des paroisses, à Sainte-Croix-Saint-Ouen (paroisse associée à l’abbaye Saint-Ouen), Saint-André-en-la-Ville, Saint-Éloi, Saint-Jean, Saint-Martin-du-Pont, Saint-Nicaise, Saint-Nicolas, Saint-Paul et Saint-Vivien.

46 La Saint-Nicolas figure comme fête triple sur le calendrier de l’obituaire de 1329 (BMY 82).

47 Se reporter au tableau I ; fort influent au chapitre, ce chanoine, élu doyen, ne put entrer en charge et fut supplanté par un rival nommé par la papauté ; V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II, p. 426 et t. III, p. 1022-1023.

48 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 190 et Dom Pommeraye, Histoire de l’église cathédrale de Rouen…, p. 601 ; cependant, le même auteur, dans Histoire des archevêques de Rouen…, p. 506-508, le présente comme originaire de Poitiers mais ayant un frère chanoine de Tours.

49 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 170-171.

50 Ibid., p. 174.

51 Rappelons que la mère de la Vierge, sainte Anne, n’est citée dans aucun texte canonique mais par plusieurs apocryphes ; son culte se développa à la fin du Moyen Âge dans le sillage de celui de sa fille et des théories énoncées sur l’immaculée conception de Marie ; cf. F. Troulard, « Anne (sainte) et Joachim », in Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, A. Vauchez (dir.), Paris, Cerf, 1997, t. I, p. 78-79.

52 À la date de chacune des fêtes de la Vierge : Conception, Purification, Annonciation, Assomption et Nativité, le compte indique : Item pro augmentatione dicti triplici de fundatione J<ohannes> Bastard, XLII s., II d.. Sur la carrière de Jean Le Bastard, reçu chanoine en 1399 et mort en 1416, voir V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. III, p. 959.

53 A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 71 et 176 ; V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II, p. 528.

54 Ainsi, le chapitre refusa d’accéder à la demande d’introduire la fête de la Visitation, alléguant qu’il faudrait une donation d’au moins mille écus pour subvenir aux charges consécutives. L’auteur de cette requête serait un chanoine de Notre-Dame-la-Ronde selon A. Collette (Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 71 et p. 169-170), l’archevêque Guillaume d’Estouteville lui-même pour V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, t. II, p. 529.

55 Signalons deux autres fêtes du Christ portées au rite triple durant la période : la Circoncision en 1222 par l’archevêque Thibaud d’Amiens (A. Collette, Histoire du bréviaire de Rouen…, p. 160) et la Transfiguration triplée en 1498 par le chanoine de La Quesnaye par suite d’un don de huit livres de rente (ibid., p. 176-177).

56 Ces largesses semblent devoir être mises à l’actif de l’archevêque Gilles Aiscelin (1311-1318), contemporain de l’introduction officielle de la fête par le pape Clément V en 1314, en confirmation de la décision d’Urbain IV en 1264 : cf. Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen…, p. 495.

57 La liste des jours fériés en Normandie, ainsi que la date de leurs suppressions respectives, sont données, suivies du calendrier des vacances de l’Échiquier, par le Dr J. Fournée, Le Culte populaire…, p. 105-108.

58 Voir tout particulièrement J.-M. Matz, Les Miracles de l’évêque Jean Michel et le culte des saints dans le diocèse d’Angers (v. 1370 - v. 1560), thèse de doctorat d’histoire soutenue le 15 décembre 1993 à l’université de Nanterre-Paris X, ainsi que son article dans la Revue Mabillon déjà cité (« Le calendrier et le culte des saints… »).

59 M. Mollat, Le Commerce de la Haute-Normandie au XVe siècle et au début du XVIe siècle, Paris, Plon, 1952.

60 V. Tabbagh, Le Clergé séculier…, p. 443.

Notes de fin

1 Archives départementale de la Seine-Maritime : G 2852, 2583 et 2855. Les années comptables débutent à la Saint-Michel, ainsi que l’atteste le préambule du premier registre, repris par les suivants : Sequuntur misie facte per me Robertum Sermonnier pro distributionibus manualibus factis in chroro rothomagensis a festo sancti Michoelis iiiic xxx vi usque ad diction festuon anno revoluto, que anno dominus Ricardus Thierri fuit distributor.

Table des illustrations

Titre Tableau I – Fête de rite triple à la cathédrale de Rouen, d’après les comptes des distributeurs du chœur pour les années 1436-1437, 1437-1438 et 1439-14401
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Tableau II – Saints patrons des confréries de la ville de Rouen comparés aux saints patrons des paroisses et aux saints du calendrier de la cathédrale
Légende 1. On distingue sous ce terme les saints martyrs du territoire de la Gaule à savoir : Clair en Vexin, Crépin et Crépinien à Soissons, Foy à Agen, Mathurin en Gâtinais, Potenien et Savinien dans la région de Sens et Quitrie en Aquitaine.2. Saints évêques de Rouen (Godard, Mellon, Ouen et Romain), des diocèses normands (Pair ou Paterne d’Avranches, Sever d’Avranches) et de diocèses avec lesquels la Neustrie-Normandie entretient des liens de longue date (Armand de Maastricht, Éloi de Noyon-Tournai, Hildevert de Meaux dont les réliques furent transférées à Gournay-en-Bray, Honoré d’Amiens, Julien du Mans, Lambert de Maastricht, Lubin de Chartres, Médard de Soissons, Servais de Tongres et Vaast d’Arras).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Auteur

Université Panthéon-Sorbonne, Paris I

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540