Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Sous la protection des saints

Les reliques de la cathédrale de Bayeux

François Neveux

Texte intégral

1La cathédrale de Bayeux comptait au Moyen Âge, comme tous les grands édifices religieux, une importante collection de reliques. Celle-ci eut une histoire mouvementée. Les reliques du haut Moyen Âge furent dispersées à l’époque des invasions Scandinaves, au IXe siècle. Patiemment reconstituée à partir du ΧIe siècle, la collection atteignit son apogée à la fin du Moyen Âge, au XVe siècle, période où elle est bien connue grâce à un inventaire de 1476. Les reliques médiévales de Bayeux furent dispersées à la suite du sac de la cathédrale par les huguenots en 1562.

2L’inventaire de 1476 nous fournit quelques éléments sur l’histoire des reliques et nous permet d’appréhender leur installation dans la cathédrale, qu’on peut mettre en relation avec les chapelles de l’édifice. Bayeux possédait plusieurs corps de saints complets, qui méritent d’être étudiés avec une attention particulière. Les autres reliques se rattachent aux grandes catégories représentées dans les autres collections occidentales. Cet inventaire est donc la source essentielle concernant les reliques de Bayeux.

L’inventaire de 1476

  • 1 Le manuscrit original de l’inventaire de 1476 se trouve aux Archives départementales du Calvados, s (...)

3Les reliques de Bayeux sont précisément décrites dans un document qui se trouve dans le manuscrit 199 de la Bibliothèque du chapitre de Bayeux, publié par le chanoine Deslandes en 18981. Il est intitulé : « Inventaire des joyaulx, capses, reliquiaires, ornemens, tentes, paremens, livres et aultres biens appartenans à l’eglise Nostre Dame de Bayeux. »

4Il s’agit donc d’un inventaire de toutes les richesses contenues dans l’édifice et dans ses annexes, un inventaire du trésor de la cathédrale. Bien entendu, les reliquaires et les reliques figurent au premier rang de ces richesses, ce qui justifie une description détaillée.

  • 2 Le grand-couteur était alors Guillaume Sohier. Il figure parmi les donateurs du trésor de la cathéd (...)
  • 3 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 67.

5L’inventaire a été décidé par le chapitre général tenu, comme c’était l’habitude, le 23 juillet, le jour de la fête des saints Raven et Rasiphe, dont les corps étaient justement les reliques les plus illustres de la cathédrale. L’évêque de Bayeux était alors Louis de Harcourt, qui était en même temps, in partibus infidelium, patriarche de Jérusalem (1460-1479). Cet évêque puissant et riche, membre d’une illustre famille, fut l’un des principaux bienfaiteurs de la cathédrale : on lui doit la tour centrale flamboyante (en bonne partie), ainsi que de nombreux dons au trésor. Le doyen du chapitre était Guillaume de Bailleul (1444-1482), que nous retrouvons aussi, à un rang plus modeste, parmi les donateurs. Le recensement concret des richesses de la cathédrale a été fait au cours de plusieurs journées du mois de septembre 1476 par Guillaume de Castillon, archidiacre des Veys, et Nicole Michiel, fabricier, tous les deux chanoines et députés par le chapitre. Étaient également présents les procureurs et serviteurs du « grand cousteur », chargé de la garde du trésor2, ainsi que Jean Castel, chapelain de la cathédrale et notaire apostolique. Ce dernier fut sans doute le rédacteur de l’inventaire. En tout cas, il l’authentifia, en même temps que son collègue Gilles Thomas, lui aussi notaire apostolique3. Remarquons que le texte est rédigé en français, pour des raisons clairement explicitées :

  • 4 Ibid., p. 25.

Et icy est rédigé en françois et vulgaire langaige, pour plus et familière designation desdictz joyaulx, ornemens et aultres biens et de leurs circonstances, que elle n’eust peu estre faicte en termes de latinité4.

  • 5 Ibid., p. 29, article 10 : « […] Ausquelles capses et fiertres il a reliques et corps de plusieurs (...)
  • 6 Ibid., p. 35. Il s’agit de l’ancienne chapelle du pèlerinage de Notre-Dame-de-la-Délivrande qui dat (...)
  • 7 Nous reviendrons sur ces donations. Voir note 5 et infra.

6L’inventaire de 1476 n’est pas le premier en date. Ses rédacteurs font plusieurs fois allusion à un inventaire plus ancien, daté de 13695. Ils notent des changements dans le trésor des reliques entre 1369 et 1476, malheureusement sans entrer dans le détail. Ils précisent cependant que certains joyaux et reliquaires, manquant en 1476, ont été portés à la chapelle Notre-Dame-d’Yvrande, qui dépendait du chapitre6. Par ailleurs, depuis 1369, le trésor s’était accru du fait de nouvelles donations7.

  • 8 Chanoine L. Le Mâle, « Extrait des registres de délibérations capitulaires du chapitre (XIVe-XVIIe  (...)
  • 9 Dom J. Dubois, « Le trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel », Millénaire monastique d (...)

7Ces deux inventaires, rédigés à un peu plus d’un siècle de distance, ont été entrepris au cours de périodes de retour à la paix, suivant des troubles ou des épisodes guerriers. Nos chanoines voulaient s’assurer de l’état de leur trésor, et surtout de leurs reliques, après des moments difficiles. Le premier inventaire (de 1369) correspond au règne de Charles V et à la remise en ordre faisant suite à la première phase de la guerre de Cent Ans. Le second (celui de 1476) est écrit peu de temps après la paix de Picquigny (1475), mettant un terme définitif à la guerre. Or, Bayeux avait été occupé pendant trente-trois ans par les Anglais. À la fin, en 1449 et 1450, le capitaine Mathew Go avait fait un emprunt forcé de 300 livres au trésor de la cathédrale et s’était emparé d’objets sacrés de grand prix, donnés au chapitre par l’évêque Zanon de Castiglione. Le prétexte invoqué était la sauvegarde de ces objets8. À cet égard, la comparaison des deux inventaires était certainement éclairante, mais les rédacteurs de 1476 n’en disent rien. À titre de comparaison, notons que l’abbaye du Mont-Saint-Michel a aussi rédigé (en latin) son propre inventaire du trésor en 1396, dans les années encore relativement paisibles du règne de Charles VI9.

  • 10 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 25.

8L’inventaire du trésor de Bayeux de 1476 fut divisé en six chapitres. « Le premier est des joyaulx d’or et d’argent, capses et reliquiaires trouvés et gardés environ le grand autel et en cueur de ladicte eglise »10. C’est ce premier chapitre qui nous intéresse particulièrement.

  • 11 Ibid., p. 41. Voir aussi la formulation utilisée p. 25-26 : « Le second est d’aultres joyaulx et or (...)

9Le second décrit d’autres « joyaulx et ornemens trouvés et gardés en la chambre de hault en coffre du trésor ». Il s’agit là certainement de l’armoire du XIIIe siècle qui subsiste encore aujourd’hui : elle ne comptait donc pas de reliques au XVe siècle, mais servait plutôt de coffre-fort11.

  • 12 L’inventaire de la librairie du chapitre en 1437 (n.s.) est conservé dans le même manuscrit 199 de (...)

10Les autres chapitres inventorient les manteaux et les chapes de prix (III), les ornements communs (IV), les tentures et les tapisseries (V), ainsi que les livres conservés dans le chœur (VI). Le texte précise qu’un inventaire particulier fut rédigé pour les livres de la bibliothèque. C’est le second qui soit conservé, après celui de 143712.

  • 13 Inventaire de 1476, article 262. Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 59 Voir infra.

11Signalons au passage qu’au chapitre V, on trouve la première mention écrite de la célèbre Tapisserie de Bayeux13.

12L’inventaire de 1476 nous donne très peu d’indications sur les donateurs qui ont permis de constituer la riche collection des reliques de la cathédrale. Les e seuls noms mentionnés sont ceux d’évêques ou de clercs des XIVe et XVe siècles, et en particulier Louis de Harcourt, effectivement très généreux donateur. Quelques autres sources nous permettent pourtant de reconstituer, dans une certaine mesure, l’histoire des reliques de Bayeux.

Histoire des reliques médiévales

  • 14 Corbeil-Essonnes, chef-lieu de canton du département de l’Essonne.
  • 15 Archives départementales du Calvados, 76 F 210, Notes Le Mâle, volume 210, p. 595-596.
  • 16 Archives départementales du Calvados, 76 F 191, Notes Le Mâle, volume 191, p. 17.
  • 17 Ibid., p. 18. Saint-Riquier, arrondissement d’Abbeville, Somme. Une châsse-reliquaire au nom de sai (...)

13Les reliques du haut Moyen Âge avaient été dispersées au cours du IXe siècle, à la suite des invasions Scandinaves. On peut suivre le périple de certaines d’entre elles. Le corps du premier évêque de Bayeux, saint Exupère, fut emmené à l’abri sur les terres du comte de Corbeil14. Au Xe siècle, une collégiale fut construite pour abriter le corps du saint, appelé saint Spire. Ces reliques ne devaient pas revenir à Bayeux, mais le chef de saint Exupère était sans doute resté sur place15. Le corps de saint Loup, autre évêque de Bayeux, aurait suivi celui de saint Exupère à Corbeil16. Quant aux reliques de saint Vigor, évêque du VIe siècle né en Artois, on les retrouve dans la région parisienne, mais aussi à l’abbaye de Saint-Riquier, dans le Ponthieu17.

  • 18 Archives départementales du Calvados, 76 F 223, Notes Le Mâle, volume 223, p. 1-3. Varzy, chef-lieu (...)
  • 19 Ibid. Saint-Vivant-sous-Vergy, commune de Curtil-Vergy, canton de Gevrey-Chambertin, Côte-d’Or. Voi (...)
  • 20 On trouve en outre des reliques de saint Régnobert à Quingey (chef lieu de canton du Doubs).
  • 21 La liste des évêques figurant sur les voûtains nous conduit jusqu’au ΧΙΙIe siècle. Après Robertus ( (...)
  • 22 Archives départementales du Calvados, 76 F 223, Notes Le Mâle, volume 223, p. 283-287.
  • 23 Voir Dix mille saints. Dictionnaire hagiographique rédigé par les bénédictins de Ramsgate, trad. fr (...)

14Le cas des reliques de saint Régnobert est plus troublant. On connaît en effet le corps d’un saint Régnobert, réfugié à Varzy, dans le diocèse d’Auxerre18. Au début du XIIIe siècle, l’évêque d’Auxerre aurait accepté de restituer ces reliques à la cathédrale de Bayeux. Par ailleurs, à Saint-Vivant-sous-Vergy, près de Dijon, sont conservés les corps d’un saint Régnobert (ou Ragnebert) et de son diacre Zénon19. Ces corps seraient accompagnés d’authentiques les attribuant explicitement à l’évêque de Bayeux et à son compagnon. Il y a donc eu en Bourgogne deux corps pour un seul saint bayeusain20 ! Les clercs du Moyen Âge se posaient déjà des questions. Sur les voûtains du chœur de la cathédrale sont peints en vis-à-vis deux figures d’évêques nommés Sanctus Regnobertus et Sanctus Ragnebertius21. On a pu penser qu’il y avait à Bayeux deux saints portant presque le même nom : l’un au IVe siècle (Régnobert) et l’autre au VIIe siècle (Ragnebert)22. En fait, pour le second, n’y aurait-il pas confusion avec saint Rambert (ou Ragnebert), assassiné vers 680 par Ébroïn, maire du palais de Neustrie-Bourgogne23 ? Le corps qui séjourna plusieurs siècles près d’Auxerre est, plus vraisemblablement que l’autre, celui de l’évêque de Bayeux. C’est celui qui fut restitué à la cathédrale.

  • 24 Voir le Mandement de monseigneur l’évêque de Bayeux [Flavien Hugonin] portant jugement sur l’authen (...)
  • 25 Voir infra.

15Les saints dont les corps ont été emportés étaient les plus vénérés et, par conséquent, leurs châsses étaient les plus précieuses. On mettait à l’abri le reliquaire autant que les reliques. Bien entendu, les Vikings n’étaient intéressés que par les objets précieux, non par les ossements qu’ils contenaient, sans valeur pour ces païens. Ainsi plusieurs saints évêques bayeusains seraient restés dans leur sépulture. C’est peut-être le cas de saint Manvieu, dont le sarcophage se trouvait dans l’église Saint-Exupère de Bayeux (construite dans la principale nécropole antique, à l’extérieur de la ville)24. D’autres reliques auraient été cachées : ainsi, par exemple, celles des saints Raven et Rasiphe25.

  • 26 Il n’y eut, semble-t-il, pas d’évêque à Bayeux entre Erchambert (v. 859-876) et Heiric ou Henri (v. (...)
  • 27 D. Spear, « L’administration épiscopale normande : archidiacres et dignitaires des chapitres », Les (...)

16Comme presque partout en Normandie (sauf à Rouen), l’encadrement ecclésiastique semble avoir disparu complètement à Bayeux à la fin du IXe siècle (vers 876)26. Il fallut attendre une cinquantaine d’années pour trouver à nouveau un évêque (vers 927), et sans doute beaucoup plus de temps encore pour que la vie religieuse reprît son cours normal. Le chapitre ne fut progressivement remis en place qu’au cours du XIe siècle27. C’est à la même époque qu’on entreprit la reconstitution de la collection de reliques. Il est impossible de suivre en détail les étapes de ce processus. Nous devons nous contenter de quelques indications éparses avant le XIVe et le XVe siècle.

  • 28 Saint-Quentin, sous-préfecture de l’Aisne.
  • 29 Cette ambassade de Dudon de Saint-Quentin se situe dans les deux dernières années du principat de R (...)
  • 30 Ibid., et P. Bouet, « Les sources historiographiques de la Normandie romane (XIe-XIIe siècles) », i (...)

17Le premier évêque qui s’attacha à procurer à Bayeux de nouvelles reliques fut certainement Hugues II (vers 1011-1049). L’inventaire de 1476 signale la présence à Bayeux d’un bras de saint Quentin. Il est tentant de faire remonter au début du XIe siècle la translation de cette relique. Le corps de saint Quentin était conservé à la collégiale située dans la ville du même nom, en Vermandois28. Or, des liens étroits se sont noués entre Saint-Quentin et la Normandie par l’entremise de Dudon, chanoine puis doyen de la collégiale. Venu une première fois en Normandie comme ambassadeur du comte Albert de Vermandois, dans les dernières années du principat de Richard Ier29, il séjourna régulièrement à la cour de Richard II, de 1016 à 1026. Dudon de Saint-Quentin fut le seul historien de la Normandie du Xe siècle. Il reçut des ducs des biens dans le duché et, peut-être, un appui pour son accession au décanat. En remerciement, Dudon n’aurait-il pas donné à la province cette précieuse relique ? Le choix de Bayeux s’explique facilement. L’évêque Hugues était le fils et le principal héritier de Raoul, comte d’Ivry, le protecteur de Dudon et l’un de ses principaux informateurs30.

  • 31 Canton de Tilly-sur-Seulles, Calvados.
  • 32 AASS, 23 juillet, édition de 1868, p. 389-394. Voir B. de Gaiffier, « Les saints Raven et Rasiphe v (...)

18L’évêque Hugues procura aussi à sa cathédrale d’autres reliques jugées prestigieuses. Il ne s’agit plus cette fois-ci d’hypothèses. L’invention et la translation de ces reliques est connue par un récit du ΧΙIsiècle, dû à un moine nommé Bernard, probablement bien informé. À la suite d’une révélation reçue en songe, l’évêque Hugues put découvrir les corps des saints martyrs Raven et Rasiphe, sous l’autel de l’église de Saint-Vaast-sur-Seulles31. Les corps furent solennellement conduits à la cathédrale de Bayeux et mis dans une châsse d’or et d’argent32.

  • 33 Voici la description de cette châsse attribuée à Odon dans l’inventaire de 1476 (article 6) : « Le (...)
  • 34 AASS, 23 juillet, saints Raven et Rasiphe. Le moine Bernard s’exprime en ces termes à la fin de son (...)

19Après 1049, le successeur d’Hugues, Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume le Bâtard, fit confectionner un nouveau reliquaire plus magnifique encore33. Tous les détails concernant la découverte et la mise à l’honneur de ces reliques auraient été recueillis par le moine Bernard de la bouche d’Odon de Saint-Samson, présenté comme le « neveu très aimé de l’évêque Odon »34.

  • 35 Voir infra.
  • 36 Voir E. Deslandes, Le Trésor…, « Introduction », p. 16. Cette couronne était ornée de quarante-neuf (...)
  • 37 Voir L. Musset, « Un prélat du XIe siècle, Odon de Bayeux »…, p. 15.

20Odon de Conteville fut l’un des plus grands bienfaiteurs de la cathédrale de Bayeux. En dehors de cette châsse des saints Raven et Rasiphe, nous ignorons s’il enrichit le trésor des reliques, mais c’est très probable. On peut lui attribuer l’os de saint Aubert possédé par la cathédrale35. Ce qui est certain, c’est qu’il offrit à son église une magnifique couronne de lumière qui fut chantée, entre autres, par Raoul Tortaire36. Ajoutons que, selon Guibert de Nogent, il aurait tenté de rapatrier à prix d’or les reliques de saint Exupère installées à Corbeil. Malgré l’importance de la somme versée (10 livres), on se serait joué de lui en lui fournissant le corps d’un autre Exupère, qui ne comptait même pas au nombre des saints37 !

  • 38 Inventaire de 1476, articles 110 (casque), 111 et 112 (cornes), 128 et 129 (manteaux). Voir J.-M. B (...)

21Parmi les donateurs, signalons aussi le duc Guillaume et la reine Mathilde. Sans doute à l’occasion de la dédicace de 1077, ils ont offert à la cathédrale de précieux manteaux qu’ils auraient portés pour leur mariage. Guillaume fit aussi don de son casque et peut-être de plusieurs cornes à boire ouvragées38.

  • 39 C’est du moins l’hypothèse que formule le chanoine Deslandes, Le Trésor…, Introduction », p. 11 et (...)

22Au XIIe siècle, le culte de Thomas de Cantorbéry se répandit très vite en Normandie. Jean de Salisbury, ancien chapelain du saint devenu évêque de Chartres (1177-1182) aurait pu donner à la cathédrale de Bayeux un vase précieux renfermant du sang de ce martyr39.

  • 40 Voir J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 140-148.
  • 41 Voir Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques du Mont-Saint-Michel »…, p. 563-564. Le don royal a sa (...)
  • 42 Inventaire de 1476, article 90 : « Item, devant la janue du cuer, a ung candellabre à sept membres (...)

23La cathédrale possédait plusieurs portions de la Vraie Croix, certainement très petites. On peut supposer qu’elles avaient été offertes au clergé de Bayeux par saint Louis qui, en 1241, avait fait l’acquisition d’une partie importante de la Croix présumée du Christ, peu après avoir acheté la Couronne d’Épine40. Saint Louis passa par Bayeux à deux reprises, en 1256 et 1269. Un tel don aurait pu être fait également par l’un de ses successeurs. Ainsi, Philippe le Bel avait offert au Mont-Saint-Michel un morceau de la Vraie Croix41. Parmi les autres donateurs du XIIIe siècle, on ne peut guère citer que l’évêque Guy (1240-1259), qui aurait offert à la cathédrale non des reliques, mais un candélabre à sept branches, de cuivre doré42.

24Il faut attendre le dernier quart du XIVe siècle pour connaître le nom des donateurs de reliques et de reliquaires. Ce sont les trois évêques Nicolas (ou Nicole) du Bosc (1375-1408), Zanon de Castiglione (1432-1459) et Louis de Harcourt (1460-1479).

  • 43 Inventaire de 1476, article 50.
  • 44 Ibid., article 59. Le reliquaire de la Vraie Croix était amovible et pouvait être remplacé par un « (...)

25Nicole du Bosc offrit un « vaissel de beril ront » décoré de ses armes en émail et de figures en argent doré. Il contenait des os de saint Pantaléon et de sainte Marie-Madeleine43. Si l’inventaire ne mentionne pas d’autres reliques de la Madeleine, il n’en est pas de même pour saint Pantaléon. Nicolas du Bosc s’était sans doute contenté de prélever un os sur le corps du saint déjà possédé par la cathédrale. Ce qui comptait autant (et plus) que la relique elle-même, c’était la richesse et la beauté du reliquaire. Le même évêque donna encore une « belle croix d’argent doré » comprenant des fragments de la Vraie Croix et de la poudre provenant de la tête et du corps de saint Gilles44.

  • 45 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 46 Inventaire de 1476, article 53.
  • 47 Ibid., article 57. Les Conclusions capitulaires font mention de cette croix d’argent doré, d’un poi (...)

26Zanon de Castiglione était le neveu de Branda de Castiglione, cardinal-évêque de Plaisance en Italie. Il avait d’abord succédé à son oncle sur le siège de Lisieux, que celui-ci détenait par cumul (sans être jamais venu sur place). En 1432, il avait obtenu son transfert pour Bayeux, laissant le siège de Lisieux à Pierre Cauchon. Zanon peut être considéré comme un humaniste et il attira auprès de lui de nombreux intellectuels italiens45. Cet évêque procura plusieurs reliques précieuses à la cathédrale. Il y eut d’abord un « jouel d’argent doré » comprenant « du sang », « de la haire » et « ung os des unze mille virges », si l’on en croit les inscriptions qui figuraient sur l’objet lui-même 46. À la veille de sa mort, le 13 septembre 1459, Zanon offrit encore une croix décorée de pierres précieuses et de figures en or, argent ou émail, contenant elle aussi un morceau de la Vraie Croix47. Comme dans le cas de la croix donnée par Nicolas du Bosc, il est probable qu’il n’y eut pas dans ce cas acquisition d’une nouvelle relique, mais prélèvement d’un fragment de la Vraie Croix appartenant déjà à la cathédrale.

  • 48 Inventaire de 1476, article 1. Pour la fabrication de cette table, on a utilisé trois cent soixante (...)
  • 49 Inventaire de 1476, articles 2 et 3.
  • 50 Ibid., article 5.
  • 51 Ibid. Voir infra.

27Le donateur le mieux connu est l’évêque Louis de Harcourt, contemporain de la rédaction de l’inventaire. Ses auteurs ne pouvaient ignorer ses largesses et ils les ont rapportées avec un empressement certain : « Premièrement, en front de l’autel, a une excellente table, toute d’argent bien doré et decentement esmaillie »48. Dans cette table était enchâssé un coffre de bois comprenant lui-même « une contreclosture appellee le secret », qui était fermée par une serrure à six petites clefs. Ces clefs étaient déposées « dedens le coffre qui est hault en la chambre du trésor », c’est-à-dire dans l’armoire du XIIIe siècle49. « Endit coffre de l’autel, entre celle closture du secret et le costé de derriere, a grand et spacieux lieu »50. C’est là précisément qu’étaient gardées les quatre châsses renfermant les corps des saints, constituant les éléments les plus précieux du trésor de reliques de la cathédrale51.

  • 52 Inventaire de 1476, articles 99, 100-104,202 et 257. D’après les Conclusions capitulaires, une bonn (...)
  • 53 Amédée de Saluces était le fils de Frédéric II, marquis de Saluces. Il fut doyen du chapitre de Bay (...)
  • 54 Inventaire de 1476, articles 80 (deux candélabres d’argent doré) et 256 (une tenture de serge verme (...)
  • 55 Ibid., articles 152 (une chape) et 204 (une bourse pour mettre le corporal).
  • 56 Ibid., article 130 (une chape).
  • 57 Ibid., article 75 (un joyau destiné au baiser de paix).
  • 58 Ibid., article 146 (une chape de damas violet). La paroisse de Nonant (aujourd’hui dans le canton d (...)
  • 59 Ibid., article 151 (deux chapes de cramoisi vermeil). Il s’agit certainement d’un legs testamentair (...)

28Les autres donations de Louis de Harcourt n’ont pas de rapport direct avec les reliques. Ce sont de précieux ornements, de riches tapisseries, ou encore le calice et la croix donnés par testament52. Il en est de même pour les autres donateurs connus du XIVe siècle et surtout du XVe siècle, qui ont offert à la cathédrale des objets précieux, et non des reliques. Citons, pour le XIVe siècle, Amédée de Saluces, cardinal et doyen, qui offrit entre 1380 et 1385 un aigle doré et des candélabres53. Les autres donateurs connus sont des membres du chapitre pour la plupart encore vivants au moment de la rédaction de l’inventaire : Guillaume de Bailleul, doyen54, Guillaume Sohier, grand-cousteur55, Jean de Mondésert56, et Guillaume Compaing, chanoine57. Ajoutons deux évêques du XVe siècle : Martin Pynard, évêque d’Avranches (1442-1452), né à Nonant58, ainsi que Guillaume Chartier, évêque de Paris (1448-1472) et frère de l’écrivain Alain Charrier, né à Bayeux59.

  • 60 Cf. Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 501-593.

29Au XVe siècle encore, le trésor de la cathédrale s’enrichit donc de nombreux objets précieux, mais ne reçoit plus guère de reliques nouvelles. Telle qu’elle est à cette époque, la collection des reliques de Bayeux, constituée depuis le XIe siècle, paraît d’une grande richesse et mérite d’être comparée à d’autres collections célèbres, comme celle du Mont-Saint-Michel60.

Les reliques du XVe siècle

  • 61 Inventaire de 1476, article 1.
  • 62 Ibid., article 10.
  • 63 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 29 note 3.
  • 64 L’armoire subsiste encore dans sa disposition d’origine sur le côté ouest de la salle haute du bâti (...)
  • 65 L’armoire contenait au XVe siècle une trentaine d’objets précieux décrits aux articles 100 à 127 de (...)

30La plupart des reliques étaient conservées dans le chœur de la cathédrale. Les quatre châsses les plus précieuses étaient gardées dans la riche « table » située devant l’autel majeur, offerte en 1469 par Louis de Harcourt61. Derrière l’autel, sous le crucifix, se trouvait un tabernacle de bois où étaient placées sept autres châsses : ce meuble existait déjà en 136962. Le chanoine Deslandes, éditeur de l’inventaire, identifie à tort ce « tabernacle de baes » avec l’armoire du XIIIe siècle de l’actuel trésor63. Tout laisse à penser que cette armoire n’a jamais bougé. Elle a certainement été construite pour la salle où elle est encore installée64. Ce meuble est d’ailleurs mentionné dans l’inventaire comme le « coffre du trésor » situé « en la chambre de hault ». Les objets qu’il contenait sont décrits au chapitre II. Ils sont tous de petite dimension, ce qui correspond à la disposition de ce meuble divisé en quatorze compartiments (et sans doute seize à l’origine), chacun étant fermé par une serrure65.

  • 66 Inventaire de 1476, articles 11 et 12.
  • 67 Une inscription gothique de l’époque, située à l’emplacement du tombeau, commémore l’événement.

31Dans le chœur, derrière l’autel, à droite et à gauche du tabernacle de bois étaient encore placées d’autres armoires à reliques66. Notons qu’au XVe siècle, aucune relique ne se trouvait dans la crypte. Celle-ci avait été murée lors de la construction du chœur gothique, vers 1230-1240, et dès lors oubliée. Elle ne fut redécouverte, fortuitement, qu’en 1412, lorsqu’on creusa dans le déambulatoire sud la tombe de l’évêque Jean de Boissey67.

  • 68 Inventaire de 1476, article 10 : « Endit ancien [inventaire], aucuns desditz joyaux et reliquiaires (...)

32Les reliques étaient installées dans le chœur et les chanoines, y célébrant quotidiennement l’office divin, étaient les principaux bénéficiaires de leur présence. Le coffre compris dans la « table » offerte par Louis de Harcourt contenait les châsses des saints Raven et Rasiphe, Pantaléon, Antonin et Régnobert. Tels étaient les cinq corps complets (ou à peu près) possédés par la cathédrale. L’inventaire de 1476 ne précise pas le contenu des sept autres châsses conservées dans le tabernacle de bois situé derrière l’autel, se référant à l’inventaire (disparu) de 1369. Il est cependant probable que ces reliques sont décrites au même titre que les autres puisque « en plusieurs pointz de cestui inventaire, on peut avoir recours au dessusdit ancien auquel cestui est conforme », mis à part les disparitions, qui sont au nombre de six ou sept, et les nouvelles acquisitions68.

  • 69 Inventaire de 1476, article 11 : « […] une petite fiole de beril […] et dedens icelle fiole a du pr (...)
  • 70 Ibid., article 13 : « Item, ung vaissel ront de beril […] et en dedens a du lait de la Virge. »
  • 71 Ibid., article 14 : « Item, ung vaissel de cristal faict en manière de columpne […] et dedans a des (...)
  • 72 Ibid., article 16 : « Item, ung vaissel ront d’argent doré […] et […] a longue escripture qui comme (...)
  • 73 Ibid., article 17 : « Item, une coupe d’argent doré […] et dedens a une portion du chief de Monseig (...)
  • 74 Inventaire de 1476, article 18 : « Item, un vaissel de cristal ront, […] et dedens a une maxille et (...)
  • 75 Ibid., article 19. Voir infra.
  • 76 Ibid., article 20. Selon le Livre de Daniel (chapitre III, versets 24-30), ces trois jeunes juifs, (...)

33L’inventaire met en vedette deux précieuses reliques conservées également derrière l’autel dans des armoires particulières : à droite, une fiole contenant du sang du Christ69 et, à gauche, une statue de Notre-Dame dans laquelle est enchâssée une très petite boîte d’ivoire contenant du lait de la Vierge70. Du côté gauche se trouvaient d’autres armoires à reliques dont le contenu est détaillé par la suite. Elles comprenaient, entre autres, des cheveux de la Vierge71, des fragments de la crèche et du sépulcre du Christ72, le chef de saint Étienne73, une mâchoire et une dent de sainte Marguerite74, deux reliquaires comportant des inscriptions en « lettres anciennes », c’est-à-dire antérieures à l’écriture gothique en usage alors. Sans doute peut-on faire remonter la fabrication de ces objets au XIe ou au XIIe siècle. Ils contenaient, selon ces inscriptions, des reliques des apôtres Pierre et Paul, de saint Étienne encore, des saints Grégoire et Cyriaque75, de saint Rémi, curieusement associé à Sydrach, Misach et Abdenago, les trois compagnons de Daniel76. Venaient ensuite les chefs de saint Exupère et de saint Loup, seules reliques des premiers évêques alors conservées à Bayeux, les corps de ces saints se trouvant toujours à Corbeil. Parmi les autres reliques prestigieuses sont ensuite mentionnés le bras de saint Etienne et celui de saint Quentin.

Les catégories de reliques

34Il n’est pas possible de décrire ici de façon détaillée toutes les catégories de reliques de la cathédrale de Bayeux. Nous nous limiterons donc à un classement par grandes rubriques : reliques du Christ et de la Vierge, corps de saints complets (ou presque), reliques des apôtres et des personnages cités dans le Nouveau Testament, des martyrs d’Orient et d’Occident, des saints évêques de Bayeux et autres saints évêques, des saints locaux et des saints divers enfin.

Reliques du Christ et de la Vierge

35Nous connaissons déjà les reliques du Christ et de la Vierge, bien mises en valeur dans la cathédrale (derrière l’autel, à droite et à gauche) et présentées par les auteurs de l’inventaire en tête de leur liste (les corps entiers mis à part).

  • 77 Inventaire de 1476, articles 36 et 62. Une petite croix d’argent portait l’inscription suivante : H (...)
  • 78 Inventaire de 1476, articles 23,48, 55-61 et 64.

36Pour le Christ, il s’agit d’abord de la fiole du précieux sang, des reliques de la crèche et du sépulcre déjà citées, mais aussi de morceaux de vêtements et du suaire77. Et surtout, le trésor comptait plusieurs portions de la Vraie Croix, dont des fragments étaient contenus dans un joyau, dans un vase et dans quatre croix précieusement ouvragées78.

  • 79 Ibid., article 36. Voir infra.
  • 80 Voir Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 566, et Père J (...)

37Les reliques de la Vierge, outre le lait et les cheveux déjà cités, consistaient en morceaux de vêtements79. Le lait de la Vierge est très fréquemment mentionné dans les trésors de reliques. Il était réalisé par un mélange d’eau et de poudre blanche. Celle-ci était obtenue en pulvérisant la roche de la grotte, proche de Bethléem, où la Vierge Marie aurait allaité l’Enfant-Jésus, selon la tradition80.

Les corps complets

  • 81 Inventaire de 1476, articles 6 à 9.

38Les corps de saints complets étaient, dans l’ordre de l’inventaire, ceux des saints Raven et Rasiphe, Pantaléon, Antonin et Régnobert81.

39Nous avons déjà évoqué saint Régnobert, longtemps considéré comme le second évêque de Bayeux, et ses deux corps possibles. Celui qui était conservé à la cathédrale provenait d’Auxerre. C’était le seul confesseur. Les quatre autres saints étaient des martyrs, par conséquent beaucoup plus prestigieux.

  • 82 Cf. Bibliotheca hagiographica latina antiquae et mediae aetatis, Société des bollandistes (éd.), Br (...)

40Il est impossible d’identifier saint Antonin. Au moins huit martyrs du nom d’Antonin sont connus, à l’époque paléo-chrétienne, souvent associés à des compagnons de supplice. Les plus célèbres sont vénérés à Apamée (en Syrie) ou à Pamiers (dans l’Ariège), où la cathédrale est justement dédiée à saint Antonin. Selon toute apparence, les corps de ces saints-là ne se trouvaient pas à Bayeux82.

  • 83 Bibliotheca hagiographica latina…, t. II, p. 929-932 et Dix mille saints, dictionnaire hagiographiq (...)

41Saint Pantaléon aurait été martyrisé à Nicomédie, en Asie mineure, vers 305, sous Dioclétien. On ignore dans quelles circonstances son corps aurait pu parvenir à Bayeux83.

  • 84 Macé, canton de Sées, Orne.
  • 85 De S. Ravenno et Rasipho martyribus, Baioci in Normannia Galliae, p. 389. Voir supra. AASS, 23 juil (...)
  • 86 Ibid., De S. Rasypho martyre. Ex Martyrologio romano, p. 387.

42Saint Raven, prêtre, et saint Rasiphe, son compagnon, étaient probablement originaires de Grande-Bretagne. Au Ve siècle, ils avaient fui les invasions anglo-saxonnes et s’étaient réfugiés en Gaule. Devenus ermites, ils auraient cependant été tués pour leur foi à Macé, à quelques kilomètres au nord de Sées84. Nous connaissons le sort de leurs reliques, sans doute cachées à l’époque des invasions Scandinaves et redécouvertes dans la première moitié du XIe siècle85. Notons qu’un autre saint Rasiphe était inscrit au martyrologe romain. Le martyr romain et ceux venus d’Angleterre étaient vénérés le même jour, c’est-à-dire le 23 juillet86.

Reliques des apôtres et des personnages du Nouveau Testament

  • 87 Voir Dom J. Dubois, « Le trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, article 2, p. 523 (...)
  • 88 Inventaire de 1476, article 19. Il existe de nombreux saints portant les noms de Grégoire et Cyriaq (...)

43La cathédrale de Bayeux possédait peu de reliques prestigieuses provenant de Terre Sainte ou de Rome, à la différence des plus riches collections telles que celle du Mont-Saint-Michel87. Tout au plus peut-on signaler des restes des apôtres Pierre et Paul dans un reliquaire ancien, associés à Étienne, mais aussi à Grégoire et à Cyriaque, difficiles à identifier88. Selon toute apparence, ce reliquaire était d’origine romaine. On trouvait encore à Bayeux des restes de deux autres apôtres : Mathieu et Barthélémy.

  • 89 Inventaire de 1476, article 27.
  • 90 Inventaire de 1476, article 38.

44Dans un vase de cristal était conservé « du corps de sainct Mathieu et de sainct Ravent »89. Dans ce cas, un fragment d’os de saint Raven avait sans doute été prélevé sur le corps entier conservé dans la cathédrale. Bayeux possédait aussi des reliques d’un dernier apôtre : « de la pouldre du corps de Monseigneur sainct Barthelemieu » (Barthélémy), conservé dans « un petit vaissel de cristal »90.

  • 91 Ibid., article 50. Voir supra.

45Nous savons que l’évêque Nicolas du Bosc avait offert à la cathédrale un reliquaire de béryl rond contenant « des os de sainct Panthaleon et de Marie Magdalene »91. Les premiers pouvaient encore avoir été prélevés sur le corps conservé sur place, mais les seconds ont certainement été acquis par cet évêque.

  • 92 Ibid., article 17. Voir supra.
  • 93 Ibid., article 23.
  • 94 Ibid., article 36 : « Item, un vaissel ront de cristal […] et dedens a des vestemens de la Virge et (...)
  • 95 Ibid., article 19 : « Item, un jouel duquel le dessus est d’or ouvré et orné de pierrerie […] en le (...)

46Le personnage du Nouveau Testament le mieux représenté à Bayeux était saint Étienne. La cathédrale ne comptait pas moins de quatre reliques de ce saint très populaire : une portion de son chef92, l’un de ses bras, conservé dans « ung jouel faict en maniere de bras » et associé à un fragment de la Vraie Croix93, des poils de sa barbe94, ainsi qu’une relique indéterminée95.

  • 96 Ibid., article 20 (voir supra) et article 58 : « Item, une aultre croix moult precieuse […] eu haul (...)

47Signalons au passage que, contrairement au Mont-Saint-Michel, Bayeux ne possédait pratiquement aucune relique se rapportant à l’Ancien Testament, sinon quelques restes des compagnons de Daniel et un morceau du rocher fendu par Moïse96.

Les martyrs anciens

  • 97 Voir supra.

48À Bayeux comme ailleurs, les saints les plus prestigieux étaient les saints martyrs. Sur ce plan, la cathédrale était bien pourvue puisqu’elle possédait les corps complets de quatre martyrs : Antonin, Pantaléon, Ravent et Rasyphe97. Cette collection était complétée par plusieurs saints d’Orient ou d’Occident.

  • 98 Inventaire de 1476, article 18.
  • 99 Sainte Marguerite est censée avoir vécu à Antioche de Pisidie (en Asie Mineure, aujourd’hui en Turq (...)

49Dans « un vaissel de cristal ront », orné d’argent doré, la cathédrale conservait « une maxille et une dent maxillaire de saincte Margante »98. Les clercs de Bayeux étaient certainement persuadés de détenir une mâchoire et une dent de la très populaire Marguerite d’Antioche de Pisidie, à l’authenticité aujourd’hui contestée99.

  • 100 Inventaire de 1476, article 19. Voir supra.
  • 101 Ibid., article 37.
  • 102 Ibid., articles 31 et 32. Sans doute s’agit-il de saint Vincent de Saragosse, martyrisé en 304 à Va (...)
  • 103 Ibid., article 24. Voir supra.
  • 104 Ibid., article 44.
  • 105 Ibid., article 53. Voir supra.
  • 106 D’après la légende, sainte Ursule aurait été martyrisée par les Huns devant Cologne avec les Onze m (...)

50Comme autre martyr oriental, nous ne pouvons guère citer que saint Cyriaque100. En revanche, plusieurs martyrs occidentaux étaient représentés : saint Laurent101, saint Vincent (un doigt et un os)102 et saint Quentin (un bras)103. Ajoutons le chef de l’une des Onze mille Vierges (dans une tête en argent)104, ainsi que les autres restes des même vierges contenus dans le joyau d’argent doré « en ymage d’ung evesque », offert par Zanon de Castiglione105. L’origine de ces dernières reliques est bien connue : la ville de Cologne en a distribué dans tout l’Occident depuis leur invention au XIIe siècle106.

Un martyr récent : Thomas de Cantorbéry

  • 107 Inventaire de 1476, article 29.
  • 108 Ibid., article 33. Cette seconde relique avait peut-être été offerte, nous le savons, par Jean de S (...)

51Le culte de ce saint anglais d’origine normande, canonisé trois ans après sa mort, s’est répandu extrêmement vite de ce côté-ci de la Manche. Il n’est donc pas étonnant de trouver à Bayeux des reliques de Thomas Becket. La cathédrale possédait « ung vaissel de baes, faict en maniere de pot », orné d’argent doré, qui « est le pot de monseigneur sainct Thomas de Cantorbiere »107, ainsi qu’un récipient de cristal couvert d’argent blanc et contenant du sang du même saint108.

  • 109 Thomas Becket a été assassiné dans le transept nord de la cathédrale de Cantorbéry. Dans la cathédr (...)

52Outre ces reliques, la cathédrale témoignait de la vénération des Bayeusains envers Thomas Becket par son décor sculpté. Le tympan du portail du transept sud, datant de la fin du XIIIe siècle, relate les principaux épisodes de son martyre. À l’intérieur, également dans le transept sud, une chapelle est consacrée au martyr anglo-normand109.

Les saints évêques de Bayeux

  • 110 Inventaire de 1476, article 9 : « En la quarte case ou fiertre, est clos et repose le benest corps (...)
  • 111 Ibid., article 39 : « Item, ung coffret de yviere, barré et bordé à coupletz derriere, sur lesquelz (...)
  • 112 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, « Introduction », p. 13.
  • 113 Cependant, les spécialistes pensent aujourd’hui que cet objet n’est peut-être pas antérieur au XVIe(...)
  • 114 Telle est du moins l’opinion la plus généralement admise. Il convient cependant de rester prudent e (...)

53Le seul saint évêque de Bayeux dont la cathédrale possédait, en principe, le corps complet était saint Régnobert110. Une autre relique insigne du même saint y était également conservée : la chasuble de saint Régnobert, qui lui est clairement attribuée par l’inventaire. Elle était conservée dans un curieux coffre d’ivoire111. Le coffre et la chasuble sont pratiquement, en dehors de la Tapisserie, les seuls restes de l’ancien trésor qui soient parvenus jusqu’à nous. Nous n’étudierons pas ces deux objets d’un point de vue artistique. Disons simplement que le coffre est d’origine musulmane et porte une inscription en arabe dont les termes sont classiques : « Au nom d’Allah, clément et miséricordieux ! Sa bénédiction est complète et sa grâce immense »112. On ignore comment cet objet, insolite dans ce cadre, est arrivé jusqu’à Bayeux. On a eu tendance à l’associer à la première croisade, puisque l’évêque Odon voulut y participer en accompagnant son neveu, le duc Robert Courteheuse. On sait qu’il ne réussit pas à atteindre son but et qu’il mourut à Palerme, capitale de la Sicile normande, en 1097113. En ce qui concerne la chasuble, il ne semble pas qu’elle soit antérieure au XIIe ou au XIIIe siècle114.

  • 115 Inventaire de 1476, article 21 : « Item, un vaissel ront d’argent blanc, ouvrant par le millieu ; e (...)
  • 116 Ibid., article 22 : « Item, ung aultre vaissel ront, d’argent blanc, à ung pié ront, non ouvrey et (...)
  • 117 Ibid., article 34 : « Item, ung aultre petit vaissel de cristal, en maniere de columpne, à pié ront (...)

54Bayeux conservait encore des restes non négligeables de trois des saints évêques les plus vénérés, dont les corps avaient quitté Bayeux lors des invasions Scandinaves : le chef et une dent de saint Exupère115, le chef de saint Loup116 (dont les corps étaient à Corbeil), ainsi que des reliques de saint Vigor (dont le corps est à Saint-Riquier)117. On ne sait pas si ces reliques étaient restées dans la ville au IXe siècle ou si elles avaient été restituées par ceux qui détenaient les corps des saints, comme cela s’était produit pour saint Régnobert.

  • 118 Voici la description du premier médaillon situé dans la première travée du chœur à partir du rond-p (...)

55Au XIIIe siècle, les effigies et les noms de ces saints furent peints sur les voûtains du chœur, juste au-dessus des reliquaires. De plus, plusieurs médaillons sculptés, surplombant également les reliques, évoquèrent des saints évêques. Les plus populaires d’entre eux semblent avoir été saint Loup et saint Vigor. Deux médaillons jumeaux représentent en effet deux célèbres épisodes légendaires : on voit chacun de ces saints tenir en laisse une bête féroce, qu’il a réussi à dompter118.

Saint Aubert et le Mont-Saint-Michel

  • 119 Inventaire de 1476, article 51.

56Le trésor de Bayeux détenait « un vaissel faict en maniere de demy cercle, veré aux bors dessus et dessoubz, assis sur cinq piés d’argent doré ; et dedens a des os de Monseigneur sainct Aubert, evesque d’Avrences »119. La présence de ces reliques à Bayeux est particulièrement intéressante : elles ne pouvaient provenir que du Mont-Saint-Michel.

  • 120 La Revelatio ecclesiae sancti Michaelis est le document essentiel concernant les origines du Mont-S (...)
  • 121 Dom J. Dubois, « Le trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 550-558. Aujourd’hu (...)

57Saint Aubert est cet évêque d’Avranches du VIIIe siècle qui aurait reçu une révélation de l’archange saint Michel et serait donc à l’origine du célèbre pèlerinage. Son existence n’est attestée que par les traditions anciennes de l’abbaye (Revelatio)120. Son corps avait été l’objet d’une curieuse invention au début du XIe siècle. Les moines l’avaient trouvé caché dans les combles, au-dessus de la chambre du chanoine Bernier, qui l’y avait dissimulé. Les reliques du saint fondateur figuraient parmi les plus prestigieuses du Mont. Selon l’inventaire de 1396, l’abbaye conservait son corps dans une châsse, mais aussi, à part, un bras et le célèbre chef percé par le doigt de l’archange121.

  • 122 Dom J. Dubois, « Les dépendances de l’abbaye du Mont-Saint-Michel et la vie monastique dans les pri (...)

58Les relations entre le Mont et Bayeux n’ont jamais été aussi étroites que sous l’épiscopat d’Odon de Conteville. Celui-ci, voulant ériger en abbaye le prieuré de Saint-Vigor, aux portes de la ville, fit appel au monastère du Mont-Saint-Michel, sous l’abbatiat de Renouf (vers 1055-1085). Le moine qui fut envoyé à Bayeux pour y exercer la charge d’abbé était un élément turbulent dont l’abbé du Mont fut sans doute heureux de se débarrasser. On l’appelle Robert de Tombelaine, car il s’était retiré sur l’îlot rocheux de ce nom, avec le moine Anastase de Venise, pour y vivre en ermite à l’écart de la communauté. Il n’en était pas moins un bon lettré, auteur d’un commentaire sur le Cantique des Cantiques. Robert de Tombelaine vint à Bayeux avec plusieurs compagnons et jeta les bases de la nouvelle abbaye. L’entreprise ne put être menée à terme en raison de la disgrâce d’Odon, en 1082. Le demi-frère de Guillaume fut en effet arrêté par le duc-roi lui-même pour des raisons qui restent obscures et resta emprisonné jusqu’en 1087. Les moines se dispersèrent et l’abbaye projetée ne vit jamais le jour. Pourtant, Robert de Tombelaine avait sans doute pu faire venir à Bayeux la précieuse relique de saint Aubert, qui se retrouva dans le trésor de la cathédrale122.

  • 123 Le trésor de la cathédrale de Bayeux ne comprenait pourtant pas de reliques de saint Jacques. Ce n’ (...)

59La cathédrale de Bayeux pouvait, grâce à cette relique, jouer le rôle de ville-étape sur la route du Mont. Par ailleurs, son ambition de figurer sur les routes de pèlerinages plus lointains est attestée par les statues de saint Jacques (portant le chapeau du pèlerin) installées au XIIIe siècle sur le pourtour du chœur. Deux de ces statues sont juchées sur les tourelles marquant l’entrée du sanctuaire, c’est-à-dire le lieu où les reliques étaient conservées123.

Les autres saints évêques

  • 124 Inventaire de 1476, article 62 : « Item, une aultre petite croix d’argent doré par devant, et d’arg (...)
  • 125 Ibid., article 20 : Un joyau « où est escript en lettre ancienne : R[eliquie] sancti Remigii, Sydra (...)
  • 126 Ibid., article 59. Au dessus de la croix se trouvait un béryl de forme triangulaire, « et dedens es (...)

60En dehors des évêques de Bayeux, quelques autres saints confesseurs étaient vénérés dans la cathédrale. Il s’agit de deux des évêques les plus populaires au Moyen Âge : saint Martin et saint Rémi. Ces reliques étaient pourtant de très petite taille. Dans une petite croix d’argent doré, on trouvait un fragment d’une côte de saint Martin, associé à un petit morceau du suaire124. Bayeux possédait aussi une relique de saint Rémi, sans doute l’évêque de Reims contemporain de Clovis125, et une de saint Éloi, le célèbre orfèvre, trésorier des rois Clotaire II et Dagobert, devenu évêque de Noyon en 640. Les reliques de saint Eloi étaient contenues dans une « belle croix d’argent doré » offerte par l’évêque Nicolas du Bosc, comprenant également une portion de la Vraie Croix126.

Les saints abbés

  • 127 Inventaire de 1476, article 26. Dans « ung vaissel de cristal » en forme de colonne, « la dent de M (...)
  • 128 Ibid., article 28 : « Item, ung aultre vaissel ront de cristal […] et dedens a ung os de la poictri (...)

61Les reliques d’abbés étaient peu nombreuses. Bayeux possédait une dent de saint Bertin, disciple de saint Orner et fondateur de la célèbre abbaye qui porte son nom127. Par ailleurs, la cathédrale détenait un os de la poitrine de saint Gilles, fondateur du monastère qui a donné naissance à Saint-Gilles-du-Gard128.

Les saints locaux

  • 129 Ibid., article 65.
  • 130 Voir F. Neveux, Bayeux et Lisieux, villes episcopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Édi (...)

62Mis à part les évêques, peu de saints locaux semblent avoir été vénérés dans la cathédrale de Bayeux. On ne peut guère citer que saint Révérend, dont on conservait le bâton « couvert et vestu de drap de soie et l’ung des boutz est virollé d’argent blanc »129. Ce saint aurait été l’un des premiers Bayeusains converti par saint Exupère. Une confrérie dédiée à saint Révérend existait à Saint-Vigor-le-Grand à la fin du Moyen Âge130.

  • 131 Ibid., p. 56.
  • 132 Archives départementales du Calvados, 76 F 178, p. 191 et 223, Notes Le Mâle, volume 178, p. 113-11 (...)

63La présence d’une relique de saint Révérend rend encore plus curieuse l’absence de tout souvenir d’une autre gloire locale : saint Floxel. D’après la tradition, il aurait été le seul martyr de Bayeux. Une église lui était consacrée, située sur la rue de la Cavée, tout près de Saint-Vigor-le-Grand et non loin du lieu présumé de son martyre. Une paroisse Saint-Floxel est signalée dès 1251131. Son corps a certainement été lui aussi évacué lors des invasions vikings. Il a trouvé refuge en Bourgogne, dans la collégiale Notre-Dame de Beaune132.

  • 133 Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 503-505 et 520-576.

64Somme toute, la collection des reliques de Bayeux au XVe siècle était très riche et comportait des restes de nombreux saints prestigieux. À cet égard, il est intéressant de faire la comparaison avec le trésor du Mont-Saint-Michel, tel qu’il apparaît à travers l’inventaire de 1396133.

  • 134 Ibid., p. 585-593.
  • 135 Ibid., p. 575, n° 31 F. Il s’agit d’un petit ossement de saint Exupère, mais il n’est signalé que d (...)
  • 136 Ibid., p. 523-526. Les reliques de saint Vigor se trouvaient dans un reliquaire avec des reliques d (...)

65Bien entendu, le Mont possédait des reliques spécifiques, celles de saint Aubert et de saint Michel (marbre du Monte Gargano, voile du Paradis, épée et bouclier). Les reliques du Christ et de la Vierge étaient beaucoup plus nombreuses qu’à Bayeux. S’y ajoutaient des souvenirs de la Terre Sainte et de personnages de l’Ancien Testament, presque totalement absents dans la cathédrale. On retrouvait au Mont les mêmes saints vedettes, avec des restes souvent plus importants : Marie-Madeleine, Matthieu (dent), Laurent (bras et charbons), Marguerite, Onze mille Vierges (têtes), Martin et Thomas Becket (chasuble). En revanche, l’abbaye possédait aussi beaucoup de reliques de saints notoires qui n’étaient pas représentés à Bayeux : Jean-Baptiste, Thomas l’Apôtre, Jacques (le Majeur et le Mineur), Nicolas, Denis134. Pour ce qui concerne les saints normands, on comptait un doigt de saint Pair, des restes de saint Ouen, mais aussi des reliques de deux saints bayeusains : saint Exupère135 et saint Vigor136.

  • 137 Rappelons que le trésor de Bayeux comprenait un os de saint Aubert (Inventaire de 1476, n° 51).

66Ces dernières reliques montrent que les liens entre Bayeux et le Mont n’ont pas été à sens unique. On a sans doute procédé à des échanges de reliques, peut-être sous l’épiscopat d’Odon (au moins pour ce qui est de saint Vigor)137.

67En résumé, les reliques de Bayeux étaient d’un niveau très honorable, comparées à celles de l’un des centres de pèlerinage les plus prestigieux de l’Occident médiéval. Sans doute attiraient-elles des pèlerins, en particulier ceux qui étaient justement sur la route du Mont-Saint-Michel et de Saint-Jacques-de Compostelle. Mais elles étaient aussi l’objet d’un important culte local et jouaient un rôle majeur au cours des cérémonies qui avaient lieu, tout au long de l’année, dans la cathédrale même.

Les reliques dans la cathédrale

68Les reliques sont les témoins du culte des saints tel qu’il était pratiqué au Moyen Âge dans la cathédrale. Le clergé de Bayeux privilégiait naturellement le culte des saints locaux au travers des offices qui leur étaient consacrés.

  • 138 Archives départementales du Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre de Bayeux, ms. 121 et 122, (...)
  • 139 Archives départementales du Calvados, 76 F 191, Notes Le Mâle, volume 191.
  • 140 Signalons que saint Vigor est fêté le 1er novembre au calendrier romain et le 3 novembre au calendr (...)
  • 141 Les reliques de saint Manvieu et de saint Gerbold sont encore conservées dans la crypte de l’église (...)

69Dès le XIIIe siècle, l’ordinaire et le coutumier Langevin nous informent sur les offices de saints propres à la liturgie bayeusaine138. Ces offices sont repris dans plusieurs bréviaires manuscrits datés du XIIIe au XVe siècle et conservés dans les archives du chapitre139. Les saints pour lesquels on célébrait un office particulier sont surtout ceux dont la cathédrale possédait des reliques. Il s’agit des saints Exupère (1er août et octave), Raven et Rasiphe (23 juillet et octave), Régnobert (16 mai et 3 septembre, translation des reliques), Loup (25 octobre), Vigor (3 novembre140), Révérend (13 septembre) et Floxel (17 septembre). Ajoutons à cette liste les saints évêques dont les reliques n’étaient pas conservées dans la cathédrale, mais dans l’église Saint-Exupère : Manvieu (28 mai), Contest (11 févier) et, Gerbold (7 décembre)141. Enfin, on trouve aussi dans les bréviaires les offices de quelques autres saints vénérés dans le diocèse : saint Clair (18 juillet), saint Lô (21 et 25 septembre) et, sainte Honorine (27 février).

  • 142 Archives départementales du Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre, ms. 214, Compte de la fabr (...)

70Les reliquaires étaient également portés en procession lors des fêtes solennelles, et en particulier les quatre châsses des saints Raven et Rasiphe, Pantaléon, Antonin et Régnobert. Le manuscrit 214 du chapitre nous fournit des renseignements précis sur les jours où les reliques étaient utilisées et sur les tarifs versés aux porteurs. Ces indications concernent l’année 1482, c’est-à-dire six ans seulement après l’inventaire. Une seule châsse (nous ignorons laquelle) était sortie à Pâques fleuries (Rameaux), à la saint Marc (25 avril), et aux Rogations. Les quatre châsses étaient portées lors de quatre fêtes majeures : l’Ascension, la Pentecôte, la fête des Reliques (1er juillet) et celle de la Dédicace (14 juillet)142.

  • 143 Archives départementales du Calvados, 76 F 192, Notes Le Mâle, volume 192, Chapelles de la cathédra (...)

71Les saints étaient encore vénérés d’une autre façon dans la cathédrale de Bayeux. Au XIIIe siècle, des chapelles rayonnantes furent construites tout autour du déambulatoire du chœur. Plusieurs de ces chapelles étaient dédiées à des saints dont des reliques se trouvaient dans l’édifice. La chapelle axiale est naturellement placée sous l’invocation de Notre-Dame, comme la cathédrale elle-même. Du côté nord, on trouve une chapelle Saint-Pantaléon et une chapelle Saint-Vincent. Les autres chapelles sont consacrées à des saints sans rapport direct avec les reliques de la cathédrale. Ce sont, au nord, les chapelles Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Catherine et Tous-les-Saints, au sud, la chapelle Saint-Éloi, celle de Saint-Michel et Saint-Biaise, la chapelle des Saints-Innocents, celle de Saint-André et Saint-Léon. Dans le transept, nous retrouvons des saints représentés par des reliques dans la chapelle Saint-Pierre, au nord, dans celles de Saint-Thomas-Becket et de Saint-Nicolas, au sud143.

  • 144 Ibid. Voir aussi chanoine E. Deslandes, Étude sur l’Église de Bayeux, Caen, Imprimerie E. Domin, 19 (...)

72Dans la nef, les chapelles furent édifiées, pour l’essentiel au XIVe siècle, tout au long des deux bas-côtés. Plusieurs d’entre elles étaient consacrées à des saints dont des reliques étaient présentes dans la cathédrale. La première chapelle en haut du bas-côté nord était dédiée à saint Antonin. En 1486, sous l’évêque Charles de Neufchâtel, le passage dit d’Arthenay fut aménagé à cet emplacement, pour permettre une communication directe entre l’église et le palais épiscopal. La chapelle fut alors transportée à l’étage, en tribune. Plus tard, la dédicace à saint Antonin fut associée à celle de saint Pantaléon, dans la chapelle du chœur que nous avons déjà évoquée. Signalons encore, sur le bas-côté nord, une chapelle Saint-Martin et, sur le bas-côté sud, une chapelle Saint-Exupère (et Saint-Julien)144.

  • 145 Inventaire de 1476, article 262 : « Item, une tente tres longue et estroicte de telle à broderie de (...)

73L’un des objets les plus célèbres appartenant alors à la cathédrale, la Tapisserie de Bayeux, était étroitement associé au culte des reliques. Chacun sait qu’il s’agit d’une broderie racontant en images les circonstances du débarquement des Normands en Angleterre et la bataille d’Hastings (1066). L’inventaire de 1476 précise qu’elle était accrochée dans la nef le jour de la fête des Reliques et pendant son octave145. La fête des Reliques était alors célébrée le 1er juillet. La Tapisserie était donc probablement tendue du 1er au 8 juillet. Telle avait sans doute été la volonté de son commanditaire, Odon de Conteville. L’œuvre avait un rapport direct avec les reliques de Bayeux. Il s’agissait de démontrer leur efficacité. La scène XXIII représente le serment de Bayeux. Harold y prête serment sur deux reliquaires appartenant à coup sûr à la cathédrale. En montant sur le trône d’Angleterre, malgré ses promesses, Harold devint parjure. Vaincu et tué par Guillaume, le 14 octobre 1066, il reçut le juste châtiment que lui valait la grave faute qu’il avait commise, d’abord en offensant les saints de Bayeux. C’est du moins ce qu’Odon avait voulu démontrer, et sa propagande était habile ! Les reliques de Bayeux avaient prouvé avec éclat leur efficacité.

Le destin des reliques

74La notoriété d’un édifice se mesurait en grande partie à l’importance de sa collection de reliques, qui attirait fidèles et pèlerins. Mesurée à cette aune, la cathédrale de Bayeux figurait certainement parmi les principales églises de Normandie. Seul un véritable centre de pèlerinage, comme le Mont-Saint-Michel, pouvait espérer rivaliser avec elle. La collection de reliques n’était pas destinée principalement à attirer les fidèles. Elle avait une fonction précise dans la liturgie et participait donc à la mission essentielle du chapitre : assurer le service continuel de la prière dans l’église-mère du diocèse.

75Les textes ne nous fournissent aucune assurance concernant l’authenticité de ces reliques. Un certain nombre d’entre elles étaient probablement des faux. Les restes des saints avaient un trop grand prix pour ne pas tenter les faussaires. Le doute est permis, en particulier, pour le corps de saint Régnobert, dont étaient conservés au moins deux exemplaires, comme c’était le cas pour de nombreux saints. L’historien n’a pas les moyens de trancher sur ce point. Ce qui est certain, c’est que la plupart des clercs bayeusains et des fidèles du Moyen Âge croyaient fermement à l’authenticité de ces reliques.

76L’inventaire de 1476, comme tous les documents de ce genre, ne nous donne aucune indication sur la valeur artistique des nombreux reliquaires possédés par la cathédrale. Les rédacteurs s’intéressaient uniquement au caractère précieux des matériaux utilisés : or, argent et pierreries. Assurément, les reliques de Bayeux, enchâssées dans des reliquaires de grand prix, constituaient un véritable trésor. Cette réalité avait causé une première fois leur perte ou leur dispersion, au IXe siècle, à l’époque des invasions Scandinaves. Elle allait encore entraîner leur disparition quasi définitive, au XVIe siècle.

  • 146 Voir la Requeste présentée par le clergé de Bayeux, en l’an M. VC LXIII, aux commissaires pour l’ét (...)

77Pendant les guerres de Religion, la cathédrale de Bayeux fut pillée à plusieurs reprises par les huguenots. Le 12 mai 1562, les reliques furent emportées à l’évêché, inventoriées puis, quelques temps plus tard, remises au duc de Bouillon, gouverneur du château de Caen. C’est là qu’elles furent détruites et les reliquaires fondus, sur ordre du gouverneur lui-même, pourtant catholique146.

  • 147 Archives départementales du Calvados, 76 F 223, Notes Le Mâle, volume 223, p. 3.
  • 148 Par un curieux hasard, ce prélèvement avait été opéré à Corbeil en 1476, l’année même où était rédi (...)
  • 149 Archives départementales du Calvados, 76 F 210, Notes Le Mâle, volume 210, p. 595-598.

78Dans les siècles suivants, le chapitre s’efforça de reconstituer un trésor de reliques. Ce nouveau trésor ne put avoir l’éclat de celui qui existait au Moyen Âge. Signalons seulement qu’au XVIIIe siècle, la cathédrale récupéra un fémur de saint Régnobert venu d’Auxerre147, puis un bras de saint Exupère, de façon rocambolesque. Au XVe siècle148, ce bras avait été prélevé sur le corps du saint évêque, conservé à Corbeil. Au cours de la Révolution, le reste du corps de saint Exupère fut détruit. Le bras subsistant fut alors remis à Claude Fauchet, évêque constitutionnel du Calvados, qui put le sauver avant d’être conduit à l’échafaud149 !

  • 150 Archives du presbytère de la cathédrale de Bayeux, registre comprenant les Documents concernant la (...)

79Au XIXe siècle, on entreprit des fouilles à l’église Saint-Exupère. Deux commissions furent désignées successivement, par Mgr Robin en 1853, puis par Μgr Hugonin en 1883. Vu le rapport de ces commissions, ce dernier évêque rédigea en 1892 un mandement où il reconnut l’authenticité des reliques de saint Manvieu et de saint Gerbold. Était également déclaré authentique le tombeau (vide) attribué à saint Régnobert150.

80Au XXe siècle encore, la cathédrale de Bayeux a reçu de nouvelles reliques, et en particulier celles d’une sainte très populaire : Thérèse-de-l’Enfant-Jésus. Celle-ci était venue à Bayeux en 1887, pour demander (en vain) à l’évêque (encore Mgr Hugonin) la permission d’entrer au Carmel malgré son jeune âge. Une première relique de la sainte avait été donnée à la cathédrale, mais elle fut volée, il y a quelques années, avec son reliquaire. Le Carmel de Lisieux offrit alors un nouvel ossement, aujourd’hui très protégé. L’histoire des reliques de Bayeux n’est donc pas terminée, mais la grande époque reste le Moyen Âge. Au XVe siècle, le trésor des reliques connut son apogée, par le nombre et la qualité des restes conservés, comme par la richesse, et certainement la beauté, des châsses et des reliquaires, dont l’inventaire de 1476 ne nous laisse qu’un trop pâle reflet. De ces reliques médiévales ne subsistent aujourd’hui que la chasuble de saint Régnobert… et la Tapisserie de Bayeux !

Notes

1 Le manuscrit original de l’inventaire de 1476 se trouve aux Archives départementales du Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre cathédral de Bayeux, ms. 199, f° 71-93. Cet inventaire a été publié par le chanoine E. Deslandes, Le Trésor de l’église Notre-Dame de Bayeux, d’après les inventaires manuscrits de 1476, 1480, 1498 conservés à la Bibliothèque du chapitre de Bayeux, extrait du Bulletin archéologique, 1896, Paris, Imprimerie nationale, 1898, 115 p. (l’inventaire de 1476 est publié aux pages 25-67).

2 Le grand-couteur était alors Guillaume Sohier. Il figure parmi les donateurs du trésor de la cathédrale. Voir infra.

3 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 67.

4 Ibid., p. 25.

5 Ibid., p. 29, article 10 : « […] Ausquelles capses et fiertres il a reliques et corps de plusieurs glorieux saincts, ainsi que au long et plus à plain est contenu en un aultre inventaire des joyaulx, reliques et reliquiaires de l’eglise, faict en l’an mil trois cens sexante neuf, et escript en la fin du livre des Evangiles, couvert d’argent doré, enquel aussy sont les juremens que doibvent faire les chanoines et chapelains quand ils sont receuz en l’eglise ; lequel livre est gardé dedens le buffet de chapitre ; et en plusieurs pointz de cestui inventaire, on peut avoir recours au dessusdit ancien, auquel cestui est conforme. » Les rédacteurs de 1476 signalent toutefois que certains objets répertoriés dans l’inventaire de 1369 n’ont pas été retrouvés et que d’autres, n’y figurant pas, ont probablement été acquis depuis cette date. Cet ancien inventaire n’a pas pu être retrouvé. Figurant dans un manuscrit précieux, il a sans doute été la proie des pilleurs, au XVIe siècle ou à la Révolution.

6 Ibid., p. 35. Il s’agit de l’ancienne chapelle du pèlerinage de Notre-Dame-de-la-Délivrande qui datait du XIIe siècle. Située à Douvres-la-Délivrande (chef-lieu de canton du Calvados), elle fut remplacée au XIXe siècle par une basilique néo-gothique.

7 Nous reviendrons sur ces donations. Voir note 5 et infra.

8 Chanoine L. Le Mâle, « Extrait des registres de délibérations capitulaires du chapitre (XIVe-XVIIe siècles) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XLIII, 1935, n° 484, p. 151 et n° 487, p. 152.

9 Dom J. Dubois, « Le trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel », Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. I, Histoire et Vie monastique à l’abbaye, J. Laporte (éd.), Paris, Lethellieux, 1967, p. 501-593.

10 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 25.

11 Ibid., p. 41. Voir aussi la formulation utilisée p. 25-26 : « Le second est d’aultres joyaulx et ornemens trouvés et gardés en coffre qui est hault en la chambre du Trésor. »

12 L’inventaire de la librairie du chapitre en 1437 (n.s.) est conservé dans le même manuscrit 199 de la bibliothèque du chapitre (Archives départementales du Calvados, série G) que l’inventaire du Trésor de 1476, f° 37 sq. Il a été publié par le chanoine E. Deslandes dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, Paris, 1889, tome X, p. 272-287.

13 Inventaire de 1476, article 262. Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 59 Voir infra.

14 Corbeil-Essonnes, chef-lieu de canton du département de l’Essonne.

15 Archives départementales du Calvados, 76 F 210, Notes Le Mâle, volume 210, p. 595-596.

16 Archives départementales du Calvados, 76 F 191, Notes Le Mâle, volume 191, p. 17.

17 Ibid., p. 18. Saint-Riquier, arrondissement d’Abbeville, Somme. Une châsse-reliquaire au nom de saint Vigor est toujours conservée de nos jours dans le chœur de l’église abbatiale de Saint-Riquier. Les reliques de saint Vigor ont été l’objet de diverses manipulations. Voir dans le présent ouvrage L. Musset, « Les translations de reliques en Normandie », p. 97-108.

18 Archives départementales du Calvados, 76 F 223, Notes Le Mâle, volume 223, p. 1-3. Varzy, chef-lieu de canton de la Nièvre.

19 Ibid. Saint-Vivant-sous-Vergy, commune de Curtil-Vergy, canton de Gevrey-Chambertin, Côte-d’Or. Voir aussi Abbé O. Larue, « La translation des corps de saint Régnobert et de saint Zénon, textes et critique », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, LI, 1948-1951, p. 217-264 ; L. Musset, « Les translations de reliques en Normandie », dans le présent ouvrage, p. 97-108.

20 On trouve en outre des reliques de saint Régnobert à Quingey (chef lieu de canton du Doubs).

21 La liste des évêques figurant sur les voûtains nous conduit jusqu’au ΧΙΙIe siècle. Après Robertus (Robert des Ablèges, 1206-1231), plusieurs noms manquent, en particulier ceux de Thomas de Fréauville (1233-1238) et de Guy (1240-1259). Les derniers en date sont ceux de Petrus (Pierre Ier de Benais, 1276-1306), et de Guillelmus (Guillaume Ier Bonnet, 1306-1312). pourraient dater ont sans doute été rajoutés après coup. Les figures peintes Ces deux noms de la première moitié du XIIIe siècle, c’est-à-dire peu après la construction du chœur gothique (vers 1230-1240). De toute façon, elles ont été certainement très restaurées depuis, lors des inévitables réfections des voûtes.

22 Archives départementales du Calvados, 76 F 223, Notes Le Mâle, volume 223, p. 283-287.

23 Voir Dix mille saints. Dictionnaire hagiographique rédigé par les bénédictins de Ramsgate, trad. fr. M. Stroobants, Turnhout, Brepols, 1991, article « Rambert (Ragnebert) », p. 427.

24 Voir le Mandement de monseigneur l’évêque de Bayeux [Flavien Hugonin] portant jugement sur l’authenticité des tombeaux et des reliques conservées dans l’église de Saint-Exupère de Bayeux, publié à Bayeux le 18 juillet 1892. En ce qui concerne l’intérêt historique de ce mandement, voir infra.

25 Voir infra.

26 Il n’y eut, semble-t-il, pas d’évêque à Bayeux entre Erchambert (v. 859-876) et Heiric ou Henri (v. 927-933).

27 D. Spear, « L’administration épiscopale normande : archidiacres et dignitaires des chapitres », Les Évêques normands du XIe siècle (actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet et F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 81-98.

28 Saint-Quentin, sous-préfecture de l’Aisne.

29 Cette ambassade de Dudon de Saint-Quentin se situe dans les deux dernières années du principat de Richard Ier. Voir H. Prentout, Étude critique sur Dudon de Saint-Quentin et son histoire des premiers ducs normands, Paris, Picard, 1916, p. 14.

30 Ibid., et P. Bouet, « Les sources historiographiques de la Normandie romane (XIe-XIIe siècles) », in Les siècles romans en Basse-Normandie (Art de Basse-Normandie, n° 92), 1985, p. 18.

31 Canton de Tilly-sur-Seulles, Calvados.

32 AASS, 23 juillet, édition de 1868, p. 389-394. Voir B. de Gaiffier, « Les saints Raven et Rasiphe vénérés en Normandie », Analecta Bollandiana, LXXXIX, 1961, p. 303-319. L’authenticité des « martyrs » ainsi découverts est évidemment fort sujette à caution.

33 Voici la description de cette châsse attribuée à Odon dans l’inventaire de 1476 (article 6) : « Le costé de derriere est d’argent doré ou œuvré en martelleure ; et tout le sourplus, c’est assavoir le costé de devant, les deux bouts et le festage de hault est de fin or, à ymages d’or eslevés, et ornée de grans et chiers esmaulx et de pierres précieuses de plusieurs sortes ; assise sur quatre piés de cuivre doré, faictz en maniere de piés d’aigle. »

34 AASS, 23 juillet, saints Raven et Rasiphe. Le moine Bernard s’exprime en ces termes à la fin de son récit de la translation des reliques, rédigé au début du XIIe siècle : Haec omnia cum adhuc adolescentulus essem, vir piissimus et devotissimus iam monachus, Odo de Sancto Samsone, sicut ab his qui videront et interfuerant didicerat, cum esset idem vir praedicti nobilissimi praesulis Odonis amantissimus nepos, mihi devote retutit. Voir D. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Bayeux (1049/1050-1097) », Speculum, L, 1975, p. 1-20 ; L. Musset, « Un prélat du XIe siècle, Odon de Bayeux », Art de Basse-Normandie, n° 76, 1978-1979, p. 12-18, en particulier p. 13.

35 Voir infra.

36 Voir E. Deslandes, Le Trésor…, « Introduction », p. 16. Cette couronne était ornée de quarante-neuf vers latins. Voici sa description dans l’inventaire de 1476 (article 94) : « Item, en la nef, devant le crucifix, est une couronne ronde de grand circuite, pendante à une grosse chaîne de fer, laquelle est très excellente et de grande estimation ; faicte de fin et chier metal, escripte tout environ en metres, à lanternes haultes de diverses façons, et toute dorée, et au bout de bas de ladicte chaîne qui la porte a une grosse pomme de semblable matiere et toute dorée. »

37 Voir L. Musset, « Un prélat du XIe siècle, Odon de Bayeux »…, p. 15.

38 Inventaire de 1476, articles 110 (casque), 111 et 112 (cornes), 128 et 129 (manteaux). Voir J.-M. Bouvris, « La dédicace de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux (14 juillet 1077) », Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Bayeux, volume XXVIII, 1982, p. 3-16, en particulier p. 10.

39 C’est du moins l’hypothèse que formule le chanoine Deslandes, Le Trésor…, Introduction », p. 11 et « Inventaire », article 33. Jean de Salisbury donna à sa cathédrale de Chartres le couteau de Thomas Becket ainsi qu’un vase contenant un peu de son sang.

40 Voir J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 140-148.

41 Voir Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques du Mont-Saint-Michel »…, p. 563-564. Le don royal a sans doute été effectué lors de l’un des passages du roi dans la région, en 1307 ou 1310, plutôt qu’en 1311, date traditionnellement avancée (sans référence) par les historiens de l’abbaye.

42 Inventaire de 1476, article 90 : « Item, devant la janue du cuer, a ung candellabre à sept membres pour mettre sept cierges, lequel est de cuivre doré. » Ce candélabre est mentionné par l’Ordinaire et le Cérémonial de Langevin (XIIIe siècle). Voir J. Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux, Caen, P. Doublet, 1705, p. 220. C’est cet auteur qui affirme que le candélabre à sept branches, installé au milieu du chœur de la cathédrale, a été donné par l’évêque Guy. Un dessin à la plume représentant ce candélabre se trouve dans un manuscrit de la fin du XVIIe siècle (Collection particulière).

43 Inventaire de 1476, article 50.

44 Ibid., article 59. Le reliquaire de la Vraie Croix était amovible et pouvait être remplacé par un « petit sacraire » susceptible de contenir une hostie consacrée pour la procession de la fête de Saint-Sacrement. Nicole du Bosc a fait d’autres dons au trésor de la cathédrale et notamment un joyau d’argent doré représentant le sépulcre du Christ et comprenant aussi un « petit sacraire » (article 45) ainsi qu’un livre, un Catholicon, installé dans la chapelle de saint Pantaléon (article 349).

45 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 337-341.

46 Inventaire de 1476, article 53.

47 Ibid., article 57. Les Conclusions capitulaires font mention de cette croix d’argent doré, d’un poids de vingt marcs, donnée par cet évêque le 13 septembre 1459. Voir chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 37, note 1.

48 Inventaire de 1476, article 1. Pour la fabrication de cette table, on a utilisé trois cent soixante-trois marcs deux onces et quatre gros d’argent fin, qui furent estimés à sept mille cinq cent vingt-et-une livres six sous. La dorure et la main d’œuvre s’élevèrent à deux mille sept cent vingt-deux livres dix sous, ce qui représente une valeur totale de dix mille deux cent quarante-trois livres seize sous. Voir chanoine M. Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, Caen, 1773, p. 5 de l’appendice. On sait par les Conclusions capitulaires que ce don magnifique date de 1469.

49 Inventaire de 1476, articles 2 et 3.

50 Ibid., article 5.

51 Ibid. Voir infra.

52 Inventaire de 1476, articles 99, 100-104,202 et 257. D’après les Conclusions capitulaires, une bonne partie de ces donations eut lieu en 1473 et 1474. Le calice et la croix furent offerts en 1479, date de la mort du prélat.

53 Amédée de Saluces était le fils de Frédéric II, marquis de Saluces. Il fut doyen du chapitre de Bayeux de 1381 à 1419. Voir J. Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux…, p. 303. Voir également Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 16 (« Introduction »).

54 Inventaire de 1476, articles 80 (deux candélabres d’argent doré) et 256 (une tenture de serge vermeille).

55 Ibid., articles 152 (une chape) et 204 (une bourse pour mettre le corporal).

56 Ibid., article 130 (une chape).

57 Ibid., article 75 (un joyau destiné au baiser de paix).

58 Ibid., article 146 (une chape de damas violet). La paroisse de Nonant (aujourd’hui dans le canton de Bayeux) était alors située dans le diocèse de Lisieux. Elle était la tête de l’exemption de Nonant.

59 Ibid., article 151 (deux chapes de cramoisi vermeil). Il s’agit certainement d’un legs testamentaire puisque, d’après les Conclusions capitulaires, la donation eut lieu en 1473, après la mort de Guillaume Chartier.

60 Cf. Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 501-593.

61 Inventaire de 1476, article 1.

62 Ibid., article 10.

63 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 29 note 3.

64 L’armoire subsiste encore dans sa disposition d’origine sur le côté ouest de la salle haute du bâtiment du trésor. Elle n’a subi qu’une seule transformation, vers le XVIIe siècle. Elle fut en effet raccourcie d’une travée, afin de permettre l’ouverture d’une porte débouchant du nouvel escalier, qui permet depuis lors d’accéder à la salle haute.

65 L’armoire contenait au XVe siècle une trentaine d’objets précieux décrits aux articles 100 à 127 de l’inventaire de 1476. Nous y trouvons par exemple une mitre, des étoles et d’autres ornements de petite taille, un bâton pastoral en quatre pièces, des cornes à boire et le casque de Guillaume le Conquérant.

66 Inventaire de 1476, articles 11 et 12.

67 Une inscription gothique de l’époque, située à l’emplacement du tombeau, commémore l’événement.

68 Inventaire de 1476, article 10 : « Endit ancien [inventaire], aucuns desditz joyaux et reliquiaires sont désignés jusquez au nombre de six ou sept, lesquelz de présent n’ont point esté trouvés ; et aussi aucuns ont esté trouvés et rédigés en ce présent inventaire, lesquelz endict ancien ne sont point désignés ; et est vraysemblable que, depuis la date d’icellui, ilz ont esté acquis et donnés à ladicte eglise. » Voir supra note 5 un autre passage du même article précédant celui-ci.

69 Inventaire de 1476, article 11 : « […] une petite fiole de beril […] et dedens icelle fiole a du précieux sang de Nostre-Seigneur. »

70 Ibid., article 13 : « Item, ung vaissel ront de beril […] et en dedens a du lait de la Virge. »

71 Ibid., article 14 : « Item, ung vaissel de cristal faict en manière de columpne […] et dedans a des cheveulx de la Virge » ; Ibid., article 15 : « ung vaissel quarré d’argent doré, orné de tous costés de pierrerie, couvert de cristal, dedens lequel est escript : De capillis beate Marie, cum aliis reliquiis. »

72 Ibid., article 16 : « Item, ung vaissel ront d’argent doré […] et […] a longue escripture qui commence : De sepulchro Domini et de presepio eius. »

73 Ibid., article 17 : « Item, une coupe d’argent doré […] et dedens a une portion du chief de Monseigneur sainct Estiene. »

74 Inventaire de 1476, article 18 : « Item, un vaissel de cristal ront, […] et dedens a une maxille et une dent maxillaire de saincte Margarite. »

75 Ibid., article 19. Voir infra.

76 Ibid., article 20. Selon le Livre de Daniel (chapitre III, versets 24-30), ces trois jeunes juifs, compagnons de Daniel, sont admis au service du roi de Babylone, Nabuchodonosor. Mais, refusant d’adorer une statue d’or, ils sont jetés dans une fournaise. Dieu envoie alors un ange pour les sauver.

77 Inventaire de 1476, articles 36 et 62. Une petite croix d’argent portait l’inscription suivante : Hic est de sudario Jhesu Christi et de costa beati Martini. Il est peu probable que ce morceau de tissu, certainement très petit, ait un rapport quelconque avec le saint suaire actuellement conservé à Turin, qui apparaît dans la documentation au XIVe siècle. Sur ce dernier, la littérature est immense, historique et pseudo-historique. Signalons seulement l’excellente mise au point suivante : V. Saxer, « Le suaire de Turin aux prises avec l’histoire », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXVI, n° 196, janvier-juin 1991, p. 21-56. Voir infra.

78 Inventaire de 1476, articles 23,48, 55-61 et 64.

79 Ibid., article 36. Voir infra.

80 Voir Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 566, et Père J. Thenaud, Le Voyage d’Outremer, 1512, publié par C. Schefer en 1884. Cet auteur explique comment on obtenait du lait de la Vierge : « Près du sanctuaire de Bethléem se trouve une petite grotte où Notre-Dame se cacha plusieurs jours par crainte d’Hérode et où elle allaitait son fils. Les femmes du pays, pour avoir des enfants et du lait, visitent ce lieu avec dévotion et pulvérisent la pierre de la grotte qui est tendre comme du tuffeau pour en boire. »

81 Inventaire de 1476, articles 6 à 9.

82 Cf. Bibliotheca hagiographica latina antiquae et mediae aetatis, Société des bollandistes (éd.), Bruxelles, Société des bollandistes, 1898-1901, réimpression anastatique, 1949, t. I, p. 92-94 (Antoninus) et Dix mille saints, dictionnaire hagiographique.., p. 58-59 (article « Antonin »).

83 Bibliotheca hagiographica latina…, t. II, p. 929-932 et Dix mille saints, dictionnaire hagiographique…, p. 387. Le nom de Pantaléon vient du grec Pantaleimon qui signifie : « plein de compassion pour tous. » Ce nom pourrait être à l’origine de la légende qui fait de saint Pantaléon un médecin des pauvres. Son culte fut confiné aux calendriers locaux par l’Église catholique en 1969. En tout cas, il est peu probable que le corps conservé à Bayeux ait été le seul revendiqué pour ce saint oriental.

84 Macé, canton de Sées, Orne.

85 De S. Ravenno et Rasipho martyribus, Baioci in Normannia Galliae, p. 389. Voir supra. AASS, 23 juillet.

86 Ibid., De S. Rasypho martyre. Ex Martyrologio romano, p. 387.

87 Voir Dom J. Dubois, « Le trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, article 2, p. 523-526, articles 8 A et B, p. 533-536, et p. 587.

88 Inventaire de 1476, article 19. Il existe de nombreux saints portant les noms de Grégoire et Cyriaque : voir Bibliotheca hagiographica latina…, t. I (Cyriacus) et t. II (Gregorius) et Dix mille saints, dictionnaire hagiographique…, p. 135 (quinze saints du nom de Cyriaque) et p. 230-233 (vingt-huit saints du nom de Grégoire).

89 Inventaire de 1476, article 27.

90 Inventaire de 1476, article 38.

91 Ibid., article 50. Voir supra.

92 Ibid., article 17. Voir supra.

93 Ibid., article 23.

94 Ibid., article 36 : « Item, un vaissel ront de cristal […] et dedens a des vestemens de la Virge et de Nostre Seigneur, et de la barbe de Monseigneur sainct Estienne. »

95 Ibid., article 19 : « Item, un jouel duquel le dessus est d’or ouvré et orné de pierrerie […] en lettres anciennes d’argent doré est escript : R [eliquie] Petri, Pauli, Stephani, Gregorii et Ciriaci. »

96 Ibid., article 20 (voir supra) et article 58 : « Item, une aultre croix moult precieuse […] eu hault a une autre petite croix et de la vraye croix dedens ; au croisillon d’icelle, a quatre petites pierres et eu derriere est escript : Ligna Dei petri casti Moysi aurea porta. » Le trésor du Mont-Saint-Michel comprenait une relique de l’arbre défendu dont Adam mangea le fruit, une pierre de la caverne des Patriarches, un morceau de la verge de Moïse et de celle d’Aaron, un peu de l’eau du Jourdain. Voir Dom J. Dubois, « Le trésor de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 523-524, 533-535 et 587.

97 Voir supra.

98 Inventaire de 1476, article 18.

99 Sainte Marguerite est censée avoir vécu à Antioche de Pisidie (en Asie Mineure, aujourd’hui en Turquie), où elle aurait été martyrisée sous Dioclétien (284-305). De nos jours, ses Acta sont considérés comme purement fictifs et l’Église catholique a supprimé son culte en 1969. Voir Dix mille saints, dictionnaire hagiographique…, p. 336.

100 Inventaire de 1476, article 19. Voir supra.

101 Ibid., article 37.

102 Ibid., articles 31 et 32. Sans doute s’agit-il de saint Vincent de Saragosse, martyrisé en 304 à Valence, en Espagne, mais il existe de nombreux autres saints du nom de Vincent. Voir infra.

103 Ibid., article 24. Voir supra.

104 Ibid., article 44.

105 Ibid., article 53. Voir supra.

106 D’après la légende, sainte Ursule aurait été martyrisée par les Huns devant Cologne avec les Onze mille Vierges qui l’accompagnaient. Voir notre introduction « Les saints dans la civilisation médiévale », p. 21-38.

107 Inventaire de 1476, article 29.

108 Ibid., article 33. Cette seconde relique avait peut-être été offerte, nous le savons, par Jean de Salisbury. Voir supra.

109 Thomas Becket a été assassiné dans le transept nord de la cathédrale de Cantorbéry. Dans la cathédrale de Coutances, à peu près contemporaine de celle de Bayeux, c’est le transept nord qui est consacré à ce récent martyr, avec en particulier un vitrail du ΧΙΙIe siècle racontant sa passion. À Bayeux, c’est le transept sud qui a été choisi, pour des raisons pratiques, le transept nord était accolé au palais épiscopal et il était impossible d’y sculpter un portail consacré au saint, comme cela fut réalisé sur le côté sud.

110 Inventaire de 1476, article 9 : « En la quarte case ou fiertre, est clos et repose le benest corps du glorieux confesseur, Monseigneur sainct Regnobert, second evesque de Baieux, laquelle est toute d’argent doré […]. » Voir supra.

111 Ibid., article 39 : « Item, ung coffret de yviere, barré et bordé à coupletz derriere, sur lesquelz il se euvre ; et a serreure par devant qui se clot à clef par une barre d’argent […] ; et dedens est le casuble Monseigneur sainct Regnobert. »

112 Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, « Introduction », p. 13.

113 Cependant, les spécialistes pensent aujourd’hui que cet objet n’est peut-être pas antérieur au XVIe siècle. Il pourrait être d’origine Mudéjar. Ce renseignement m’a été fourni par Hervé Pelvillain, Conservateur du Service régional de l’Inventaire général, que je tiens ici à remercier.

114 Telle est du moins l’opinion la plus généralement admise. Il convient cependant de rester prudent en attendant l’expertise en cours faite par Isabelle Bedat et Sophie Desrosiers, spécialistes incontestées des tissus anciens. On peut se demander si la chasuble ne pourrait pas être contemporaine du retour à Bayeux de l’un des corps de saint Régnobert, celui d’Auxerre, qui aurait eu lieu au ΧΙΙIe siècle. En tout cas, il est certain que la chasuble se trouvait dans le trésor en 1476 et, très probablement, en 1369. S’il s’était agi d’une acquisition récente au XVe siècle, les rédacteurs de l’inventaire n’auraient pas manqué de le signaler. La documentation écrite permet donc d’affirmer que la chasuble dite de saint Régnobert est antérieure au XIVe siècle. Par ailleurs, il est intéressant de faire le rapprochement avec une autre relique célèbre de la région : la chasuble de saint Thomas Becket à Lisieux, qui a été datée de la seconde moitié du XIIe siècle. Je remercie encore Hervé Pelvillain de m’avoir fourni ce dernier renseignement.

115 Inventaire de 1476, article 21 : « Item, un vaissel ront d’argent blanc, ouvrant par le millieu ; et eu bort de dessus est escript en lettres d’argent : Caput sancti Exuperii […] et dedens est le chief de Monseigneur sainct Exupère. » Ibid., article 31 : « Item ung vaissel de cristal, faict en maniere de columpne à pinacle d’argent blanc, une petite croix dessus, et le pié d’argent blanc à VIII comieres ; et dedens est le doy de Monseigneur sainct Vincent ; et audict pié est atachié, à ung ruben de soye, un petit estieu d’argent esmaillié, dedens lequel a une dent de Monseigneur sainct Exupère. »

116 Ibid., article 22 : « Item, ung aultre vaissel ront, d’argent blanc, à ung pié ront, non ouvrey et sans pierrerie, et dedens est le chief de Monseigneur sainct Lup. »

117 Ibid., article 34 : « Item, ung aultre petit vaissel de cristal, en maniere de columpne, à pié ront, et par dessus une petite tourelle, le tout d’argent blanc ; et dedens sont aucunes reliques de Monseigneur sainct Vigor. »

118 Voici la description du premier médaillon situé dans la première travée du chœur à partir du rond-point, du côté sud. Un saint évêque porte la chasuble, la mitre et la crosse. Il retient un animal féroce grâce à son étole, qu’il lui a passé autour du cou. La bête en question a la tête d’un loup et montre les dents, mais son corps est celui d’un oiseau et comporte une longue queue de serpent se terminant par un nœud. Cette queue forme une parue de la bordure du médaillon, qui comprend aussi une série de feuilles de chênes. Le second médaillon, situé à côté dans la deuxième travée du chœur, est presque semblable au premier. Il montre un saint évêque maîtrisant de la même façon un animal ressemblant à un loup. Il représente sans doute saint Loup, vainqueur de son animal éponyme, alors que le précédent pourrait évoquer plutôt saint Vigor. Notons que dans la Vita Vigoris (AASS, 1er novembre, p. 300-301), le saint évêque expulse un serpent dévastant la région. La scène est située à Cerisy (Cerisy-la-Forêt, canton de Saint-Clair-sur-l’Elle, Manche). Ces épisodes légendaires symbolisent le combat victorieux de ces saints contre le paganisme. Voir J.-J. Bertaux, « La cathédrale gothique dans l’art de son temps », IXe Centenaire de la cathédrale de Bayeux (Art de Basse-Normandie, n° 76), 1978-1979, p. 41-46 et planche XIII.

119 Inventaire de 1476, article 51.

120 La Revelatio ecclesiae sancti Michaelis est le document essentiel concernant les origines du Mont-Saint-Michel. Ce texte est conservée dans de nombreux manuscrits, en particulier le ms. 211 de la bibliothèque municipale d’Avranches (f° 156 sq.), mais aussi des manuscrits plus anciens. Il daterait du milieu du IXe siècle. Pierre Bouet et Olivier Desbordes, de l’université de Caen, en préparent actuellement l’édition.

121 Dom J. Dubois, « Le trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 550-558. Aujourd’hui ne subsiste plus que le chef de saint Aubert, conservé dans l’église Saint-Gervais d’Avranches. Ce célèbre crâne percé d’un trou a naguère été expertisé par Jean Dastugue, professeur d’anthropologie à l’université de Caen (aujourd’hui décédé). Pour lui, il s’agirait d’un crâne de l’époque néolithique ayant subi une trépanation ! L’authenticité de cette relique est donc fortement sujette à caution.

122 Dom J. Dubois, « Les dépendances de l’abbaye du Mont-Saint-Michel et la vie monastique dans les prieurés », Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. I, Histoire et Vie monastique à l’abbaye, J. Laporte (éd.), Paris, Lethellieux, 1967, p. 619-676 (sur Robert de Tombelaine et les ermites du Mont, voir p. 674-676).

123 Le trésor de la cathédrale de Bayeux ne comprenait pourtant pas de reliques de saint Jacques. Ce n’est guère étonnant, en ce qui concerne les ossements, puisque le corps entier de l’apôtre saint Jacques (le Majeur) est censé reposer jusqu’à nos jours sous l’autel majeur de la basilique de Saint-Jacques-de-Compostelle. Pourtant, dès le Moyen Âge, d’autres sanctuaires revendiquaient des parties du corps de ce saint extrêmement populaire.

124 Inventaire de 1476, article 62 : « Item, une aultre petite croix d’argent doré par devant, et d’argent blanc par derriere ; eu hault de ladicte croix est escript : Hic est de sudario Jhesu Christi et de costa beati Martini. Assise sur un pié d’argent veré et esmaillie, séant sur six leons d’argent doré. »

125 Ibid., article 20 : Un joyau « où est escript en lettre ancienne : R[eliquie] sancti Remigii, Sydrach, Misach et Abdenago. » Nous avons déjà signalé l’étonnante association de saint Rémi avec les trois compagnons du prophète Daniel, qui s’explique sans doute par une acquisition simultanée de ces reliques d’origines très différentes.

126 Ibid., article 59. Au dessus de la croix se trouvait un béryl de forme triangulaire, « et dedens est escript : De puluere capitis et corporis beati Eligii ».

127 Inventaire de 1476, article 26. Dans « ung vaissel de cristal » en forme de colonne, « la dent de Monseigneur sainct Bertin » est associée à « plusieurs aultres reliques ». Saint Bertin est mort vers 709. L’abbaye de Saint-Bertin (anciennement Sithin) est à l’origine de la ville de Saint-Omer, sous-préfecture du Pas-de-Calais.

128 Ibid., article 28 : « Item, ung aultre vaissel ront de cristal […] et dedens a ung os de la poictrine de Monseigneur sainct Gile. » Le personnage de saint Gilles est entouré de beaucoup de légendes et son culte a été confiné aux calendriers locaux en 1969. Patron des estropiés, des mendiants et des forgerons, il était très populaire au Moyen Âge. Dès le XIe siècle, par exemple, il était particulièrement vénéré à Saint-Gilles (canton de Marigny, Manche). Saint-Gilles-du-Gard est aujourd’hui chef-lieu de canton du département du Gard.

129 Ibid., article 65.

130 Voir F. Neveux, Bayeux et Lisieux, villes episcopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du Lys, 1996, p. 571.

131 Ibid., p. 56.

132 Archives départementales du Calvados, 76 F 178, p. 191 et 223, Notes Le Mâle, volume 178, p. 113-114 et 123, volume 191, p. 18, volume 223, p. 286. Saint Floxel serait né dans le Cotentin et aurait été martyrisé à Bayeux vers la fin du IIIe siècle. Ses reliques sont toujours conservées dans la collégiale de Beaune. La dernière chapelle du bas-côté nord lui est consacrée et un vitrail du XIXe siècle y relate son martyre.

133 Dom J. Dubois, « Le Trésor des reliques de l’abbaye du Mont-Saint-Michel »…, p. 503-505 et 520-576.

134 Ibid., p. 585-593.

135 Ibid., p. 575, n° 31 F. Il s’agit d’un petit ossement de saint Exupère, mais il n’est signalé que dans l’inventaire de Dom Thomas Leroy (1647).

136 Ibid., p. 523-526. Les reliques de saint Vigor se trouvaient dans un reliquaire avec des reliques du Christ, de la Vierge, de Moïse, de saint Denis… et de deux autres saints normands : saint Lô, évêque de Coutances, et saint Ortaire, abbé de Landelles. Ces reliques très diverses, provenant en partie de Jérusalem et de Saint-Denis, étaient accompagnées d’authentiques qui ont été conservés jusqu’à nos jours dans l’église Saint-Gervais d’Avranches.

137 Rappelons que le trésor de Bayeux comprenait un os de saint Aubert (Inventaire de 1476, n° 51).

138 Archives départementales du Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre de Bayeux, ms. 121 et 122, publiés par U. Chevalier, Ordinaire et Coutumier de l’église cathédrale de Bayeux, Paris, Picard, 1902.

139 Archives départementales du Calvados, 76 F 191, Notes Le Mâle, volume 191.

140 Signalons que saint Vigor est fêté le 1er novembre au calendrier romain et le 3 novembre au calendrier bayeusain. Il s’agissait évidemment, au plan local, d’éviter la confusion avec la fête de la Toussaint.

141 Les reliques de saint Manvieu et de saint Gerbold sont encore conservées dans la crypte de l’église Saint-Exupère. Elles ont été déclarées authentiques par Monseigneur Hugonin à la suite d’une longue enquête. Voir le Mandement de Monseigneur l’évêque de Bayeux et Lisieux portant jugement sur l’authenticité des tombeaux et des reliques conservés dans l’église Saint-Exupère de Bayeux, 1892.

142 Archives départementales du Calvados, série G, Bibliothèque du chapitre, ms. 214, Compte de la fabrique de l’Église de Bayeux (1482). Voir Chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 27, note 1.

143 Archives départementales du Calvados, 76 F 192, Notes Le Mâle, volume 192, Chapelles de la cathédrale. Cf. Abbé J. Marie, Bayeux, ville d’art, Bayeux, Imprimerie bayeusaine, 1968, t. II, Les Constructions religieuses, p. 48-57.

144 Ibid. Voir aussi chanoine E. Deslandes, Étude sur l’Église de Bayeux, Caen, Imprimerie E. Domin, 1917, Plan du chœur de la cathédrale, p. 498-499.

145 Inventaire de 1476, article 262 : « Item, une tente tres longue et estroicte de telle à broderie de ymages et escripteaulx, faisans representacion du conquest d’Angleterre, laquelle est tendue environ la nef de l’eglise le jour et par les octabes des Reliques. »

146 Voir la Requeste présentée par le clergé de Bayeux, en l’an M. VC LXIII, aux commissaires pour l’état de paix, publiée par le chanoine E. Deslandes, Le Trésor…, p. 109-115. Ibid., « Introduction », p. 21. Voir également H. Neveux, « Une croissance ambiguë (XVIe-XVIIIe siècle) », in Histoire de Caen, G. Désert (dir.), Toulouse, Privat, 1981, p. 137.

147 Archives départementales du Calvados, 76 F 223, Notes Le Mâle, volume 223, p. 3.

148 Par un curieux hasard, ce prélèvement avait été opéré à Corbeil en 1476, l’année même où était rédigé l’inventaire des reliques de Bayeux !

149 Archives départementales du Calvados, 76 F 210, Notes Le Mâle, volume 210, p. 595-598.

150 Archives du presbytère de la cathédrale de Bayeux, registre comprenant les Documents concernant la reconnaissance des tombeaux et reliques des saints évêques dans la crypte de Saint-Exupère de Bayeux, et notamment le Rapport sur le culte à rendre aux reliques des saints évêques de Bayeux, découvertes en 1853 dans l’église de Saint-Exupère (10 mai 1892), suivi des pièces justificatives, ainsi que le Mandement de Monseigneur l’évêque de Bayeux et Lisieux portant jugement sur l’authenticité des tombeaux et des reliques conservés dans l’église de Saint-Exupère de Bayeux, publié par Mgr Flavien Hugonin le 18 juillet 1892. La longue enquête des ecclésiastiques du XIXe siècle paraît avoir été conduite avec beaucoup de circonspection. Il convient cependant de rester très prudent quant à ses résultats, en particulier en ce qui concerne l’authenticité des ossements attribués à saint Manvieu et à saint Gerbold. Voir L. Musset, « Les translations de reliques en Normandie », dans le présent ouvrage, p. 97-108. Ajoutons que nous nous sommes rendu dans la crypte de Saint-Exupère le 12 mars 1997, en compagnie de plusieurs enseignants de l’université de Caen : Claude Lorren, professeur d’histoire et d’archéologie du Moyen Âge, Claire Hanusse, maître de conférences d’archéologie, Véronique Gazeau, maître de conférences d’histoire du Moyen Âge et Dominique Toulorge, professeur agrégé. Claude Lorren, spécialiste de l’archéologie du haut Moyen Âge, pense que les sarcophages actuellement installés dans la crypte sont bien datables de la fin de l’Antiquité, de l’époque mérovingienne et de l’époque carolingienne. Il s’agit de sarcophages de grande taille et d’une exceptionnelle qualité qui, selon toute probabilité, ont bien été destinés à des sépultures épiscopales. Les autres universitaires présents se sont ralliés à son avis.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540