Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

De l’hagiographie à l’histoire

L’oralité dans l’hagiographie normande aux XIe et XIIe siècles

La valeur des témoignages oculaires des femmes dans les miracula

Elizabeth Van Houts

Texte intégral

  • 1 Historia mulieris suspensae ad vitam revocatae descripta a Marsilia abbatissa Rotomagensi…, AASS, 1(...)

1En 1107, l’abbesse Marsilia de l’abbaye Saint-Amand de Rouen écrivait une lettre à l’abbé Bovon II de Saint-Amand (Elnone) dans le diocèse de Tournai, au sujet d’un miracle fait par leur saint commun dans son couvent de moniales. Une femme laïque du pagus de Lisieux, malgré les assurances de son mari, ne croit pas à son amour et elle décide de mettre fin à ses jours. Amenée à l’église Saint-Amand de Rouen dans l’espoir que le saint la guérisse de son désespoir, elle profite, la nuit, d’un moment d’inattention des moniales qui sont chargées de la garder pour se pendre. Le lendemain matin, grâce à l’intervention de saint Amand, elle est ranimée suffisamment longtemps pour confesser son péché et pour recevoir l’extrême-onction avant de mourir1.

2La lettre est importante en particulier pour trois raisons. Premièrement, la lettre de l’abbesse Marsilia est l’unique texte hagiographique normand du Moyen Âge écrit par une moniale, une femme. Deuxièmement, la lettre constitue un texte littéraire, écrit sans doute peu après l’événement, comme le reportage oculaire d’une femme sur la misère d’une autre femme. Finalement, et c’est la raison la plus importante, l’abbesse veut que l’abbé flamand accepte ce miracle pour l’insérer dans la collection officielle des miracles de saint Amand. Le miracle concerne une femme : il s’est produit dans un couvent de moniales et est rapporté par une femme. Marsilia affirme malgré tout avec conviction que son récit est authentique et véridique. Quels sont ses arguments ?

3Dans l’introduction de sa lettre, elle justifie sa requête de la façon suivante :

  • 2 Historia mulieris…, AASS, 1er février, p. 902 : Virtutibus et miraculis a Deo nobiscum per sanctum (...)

Il est nécessaire d’ajouter aux vertus et aux miracles, qui se sont déjà produits dans notre abbaye par Dieu et par notre saint père [sous-entendu saint Amand], ce fameux miracle qui s’est effectué en notre présence dans notre église pour le mérite de notre père. Nous le considérons donc d’une importance suffisante pour en parler brièvement à votre sainteté. Malgré le fait que nous ne soyons pas du même sexe, nous sommes égaux parce que dans le château du Roi éternel nous combattons côte à côte sous un seul patron ; il est juste que nous nous réjouissions unanimement de la vertu de son témoin triomphant en l’honneur de Dieu2.

  • 3 F. Barlow (éd.), The Life of King Edward who Rests at Westminster, Oxford, Oxford University Press, (...)

4En soulignant leur égalité basée sur leur combat commun pour Dieu, Marsilia implore l’abbé Bovon d’accepter son propre témoignage oculaire. Pourquoi Marsilia devait-elle justifier avec tant d’insistance son récit du miracle ? Je crois qu’elle fut obligée de le faire parce que les érudits médiévaux ne croyaient pas que des femmes puissent dire la vérité. Plus précisément, la valeur et l’authenticité des témoignages féminins dans la tradition orale et dans l’histoire était un problème réel pour les historiens et les hagiographes médiévaux, comme nous pouvons l’illustrer avec le cas de Goscelin de Saint-Bertin, un hagiographe flamand contemporain, plus âgé que Marsilia3.

  • 4 A. Wilmart, « La légende de sainte Edith en prose et vers par le moine Goscelin », Analecta Bolland (...)
  • 5 G. Whalen, « Patronage engendered : how Goscelin allayed the concerns of nuns’discriminatory public (...)

5Il séjourna la plus grande partie de sa vie en Angleterre, où il écrivit en latin plusieurs vies de saints anglo-saxons. Dans les prologues de deux de ces vies, la Vie de sainte Édith de Wilton et la Vie de sainte Wulfhilde de Barking, Goscelin affronte le problème des témoins féminins dans la tradition orale, toujours la seule source pour l’histoire presque contemporaine des couvents de moniales à Wilton et à Barking4. Il dit explicitement que le témoignage [oral] d’une femme n’a pas moins de valeur que des témoignages littéraires parce que la Bible contient beaucoup d’exemples de femmes qui disent la vérité. D’abord il y a Marie, la mère de Dieu, parce qu’elle a donné naissance à Jésus, qui lui-même est le Verbe de Dieu et le Verbe de Dieu est la Vérité. Deuxièmement, Marie-Madeleine est une des deux femmes qui ont découvert la résurrection du Christ et ont rapporté cette vérité aux apôtres mais Goscelin mentionne aussi le fait que d’abord, et ce n’est pas sans ironie, les apôtres ne veulent pas croire les témoignages féminins. Ensuite, la Bible mentionne des prophétesses qui, à côté des prophètes, ont été inspirées par le Saint-Esprit. En employant l’exégèse, Goscelin s’appuie sur des précédents bibliques, et donc véridiques, pour employer lui-même les témoignages oraux des femmes comme sources valides pour son œuvre hagiographique et historiographique5.

  • 6 La valeur des témoignages féminins n’est pas étudiée dans les études suivantes : T. Head, Hagiograp (...)

6Nous avons donné les exemples de l’abbesse Marsilia et du moine Goscelin de Saint-Bertin parce que leurs écrits indiquent implicitement une réticence de la part de leur public, de lecteurs qui sont peu disposés à accepter des témoignages reposant uniquement sur des paroles de femmes. Est-ce que cette réticence est réelle et est-il donc impossible de trouver des témoins féminins des miracles en Normandie ? Ou bien le problème mentionné par l’abbesse Marsilia et par Goscelin est-il un problème imaginaire ou théorique ? Quelle est l’attitude des hagiographes normands en ce qui concerne les témoignages féminins dans la tradition orale des miracula, les textes hagiographiques les plus féconds pour nos recherches6 ?

  • 7 H. Delahaye, « Les recueils antiques de miracles de saints », Analecta Bollandiana, XLIII, 1925, p. (...)
  • 8 P.-A. Sigal, « Histoire et hagiographie »…, p. 240-241.
  • 9 J.-C. Richard, « Les miracula… », p. 183-189.

7Commençons par donner quelques précisions sur le genre des miracula7. Ce sont des recueils de textes de miracles dont l’origine remonte au Ve siècle. Ils contiennent des miracles posthumes attribués à un saint et forment souvent une sorte d’appendice à des vies de saints. Les miracles constituent donc ce que les bollandistes ont appelé la gloria posthuma (la gloire posthume) du saint. La fonction d’un recueil de miracles est de montrer que le saint continue à protéger et à aider ceux qui s’adressent à lui8. Nous avons quelques collections importantes dans la Normandie des ΧIe et XIIe siècles : les miracles de Saint-Ouen de Rouen, de saint Vulfran de Saint-Wandrille, des saints Valentin, Paul, Clair et Cyr de Jumièges, de saint Nicolas de Bec, de Notre-Dame de Coutances et de saint Michel du Mont-Saint-Michel, ainsi que des miracles de Fécamp et de Saint-Pierre-sur-Dives9. Tous les recueils sont écrits par des moines ou chanoines, dans les institutions ecclésiastiques pour hommes, et aucun n’existe pour les couvents de moniales, à l’exception du miracle raconté par Marsilia. La prépondérance masculine ne signifie pas que tous les miracles ne concernent que des hommes. Environ un tiers des histoires miraculeuses concerne des femmes et leur maladies ou les maladies de leurs enfants. Il me semble évident que ces petites histoires ont été rapportées par des femmes elles-mêmes aux moines écrivains des collections de miracles. Malheureusement, les hagiographes normands ne nous donnent que très peu de références sur les femmes en tant qu’informatrices. Quand ils mentionnent les sources de leurs histoires, elles viennent presque toujours d’hommes et surtout d’ecclésiastiques ou de laïques d’un rang élevé, comme un moine, un prêtre, un abbé, un évêque ou un seigneur local. Considérons les exemples les plus manifestes.

  • 10 E. de Robillard de Beaurepaire, « Miracles du Mont-Saint-Michel », Mémoires de la Société des antiq (...)
  • 11 Ibid., p. 874 (voir note 13).
  • 12 Ibid., p. 892 : Haec bonae memoriae domnus Vuazo suis minoribus levisque animisolitus erat proponer (...)
  • 13 Ibid., p. 889 : Is postea postquam ordinatus presbyter in pago Lixoviensi, quatuor fere ab urbe mil (...)
  • 14 Ibid., p. 874 : Quibus omnes pene antiquioris aetatis, utriusque ordinis ac sexus astipulantur pers (...)

8L’auteur des miracles du Mont-Saint-Michel, connus sous le titre Introductio monachorum et miracula insigniora per beatum Michaelem archangelum patrata in ecclesia quae dicitur Tumba, periculo maris sita, nomine ipsius archangeli fabricata10, ne donne que les noms des moines ou chanoines du Mont-Saint-Michel : Gatho et Osmond, qui sont morts, et Bernier et Fromond, qui sont encore vivants ; et tous ces hommes figurent dans des miracles11. De plus, il mentionne un Dom Vuazo, qui est peut-être son ancien maître d’école, décédé12, et aussi le prêtre Péril, qui habite encore près de Lisieux13. Le nom de Péril vient du fait que sa mère lui donna naissance pendant un pèlerinage traumatisant au Mont-Saint-Michel. Dans ce cas-là, le manque de références féminines est surprenant parce qu’il dit aussi explicitement qu’il a rassemblé des miracles, dont trois ont rapport à des femmes, confirmés par des personnes des deux ordres, c’est-à-dire moines et chanoines, et des deux sexes, c’est à dire hommes et femmes14.

  • 15 Abbé Sauvage, « Des miracles advenus en l’église de Fécamp », Mélanges de la Société de l’histoire (...)
  • 16 Ibid., p. 24-25.

9L’auteur anonyme des miracles de Fécamp, écrits entre 1059 et 1088, nous dit qu’il a vu lui-même les miracles qu’il raconte ou il a reçu des rapports fidèles de ses frères, sans doute, ses moines collègues, personnes qu’il peut croire15. Il est intéressant qu’en ce cas, deux de ces dix-huit miracles concernent des femmes. Le dernier est le plus important, même si nous ne savons pas si l’écrivain a parlé avec l’homme ou avec sa femme, qui sont les personnages centraux du miracle. Par tendance misogynique, on peut penser que c’était avec l’homme. Le miracle concerne Marie, la femme d’Osmond de Melun. Marie avait eu la témérité de refuser d’accompagner Osmond dans un pèlerinage à Fécamp, parce qu’elle disait que son mari devrait élever ses enfants au lieu de se laisser aller à une vaine curiosité. Toute de suite, Dieu punit Marie en étirant sa bouche jusqu’aux oreilles, ce qui l’empêche de parler, et pas en vain, parce qu’elle comprend sa folie et change d’avis. Avec une amie, elle suit son mari à Fécamp, où elle est guérie après avoir donné son anneau précieux aux moines16. Ce genre de punition révèle la conception que les hommes se faisaient des femmes : elles devaient obéir à leurs maris, sans avoir le droit de protester contre eux, mais surtout elles ne devaient pas exprimer leurs opinions.

  • 17 A. Poncelet, « Sanctae Catherinae virginis et martyris translatio et miracula Rotomagensia saec. XI (...)
  • 18 A. Poncelet, « Sanctae Catherinae… », p. 432 : Hoc ergo miraculorum licet plurimorum ora testentur, (...)

10L’auteur anonyme des miracles de sainte Catherine de Rouen, qui écrivait à la fin du XIe siècle ou au commencement du XIIe siècle, n’introduit qu’un miracle avec un rapport des témoins17. Il concerne Isembert, le premier abbé du monastère, dont la guérison est racontée par les moines Eudes et Hugues, des contemporains âgés de l’auteur18.

  • 19 A. Poncelet, « Miracula sancti Nicholai conscripta a monacho Beccensi », Catalogus codicum hagiogra (...)
  • 20 A. Poncelet, « Miracula sancti Nicholai… », p. 414 : Brionensi castro […] fuit quidam vir, nomine I (...)
  • 21 A. Poncelet, « Miracula sancti Nicholai… », p. 417-418 : In provincia Neustria, quae post a Normann (...)
  • 22 Ibid., p. 422 : Hoc miraculum actum est circa tempus quo gens Christiana coepit iter Jerusalem, sic (...)
  • 23 Ibid., p. 429 : Tum quidam miles, genere Normannicus, vocabulo Ricardus, filius Fulconis senioris d (...)
  • 24 Ibid., p. 423 : Hoc miraculum factum est anno ab incarnatione Domini mïllesimo centesimo vicesimo n (...)
  • 25 Ibid., p. 427 : Ista quae narravimus a quodam bono et fideli homine, nomine Rainerio, de villa quae (...)

11L’écrivain anonyme des miracles de saint Nicolas, composés au Bec ou dans son prieuré de Sainte-Honorine de Conflans probablement au commencement du XIIe siècle, est très consciencieux dans le procédé d’authentification des sources orales des relations miraculeuses19. Presque toutes ses références concernent les moines du Bec qui, ou bien avaient participé eux-mêmes à un miracle, ou bien avaient raconté des miracles survenus à d’autres personnes. Parmi les moines, on trouve Robert, qui raconte un miracle du temps de son grand-père Isoardus de Brionne20, Richard, dont le père Hugues était le sujet de l’intervention de saint Nicolas pendant son voyage avec sa femme et son voisin à Lausanne21, Albold, qui plus tard devient abbé de Bury-St. Edmunds (1114-1119), au sujet d’un miracle à Bari22 et Richard, fils de Foulque d’Aunou l’ancien, à propos d’un miracle maritime23. D’autres témoins oculaires cités par l’anonyme du Bec ou de Conflans sont Abraham, un membre du clergé rouennais24, et Rainier de Pomera25.

  • 26 « Miracula sancti Audoeni… », AASS, 4 août, p. 825-837 ; L. Musset, « Recherches sur les pèlerins e (...)
  • 27 Ibid., p. 831 : […] nos quia procul a nobis, unde loquimur, gestum esse constat, visu praesenti non (...)

12Le moine Fulbert écrivait les miracles de saint Ouen à Rouen avant 109226. Sa seule référence explicite sur les sources concerne un miracle étonnant d’une femme de Touraine qui, impatiente du manque de soutien de saint Martin à Tours, est guérie d’une maladie grâce à l’intervention de saint Ouen. Son frère, qui est prêtre, raconte l’histoire à Fulbert au cours d’une rencontre à Rouen27.

  • 28 « Acta translationis capitis et miracula auctore Baldrico episcopo Dolensi », AASS, 2 février, p. 7 (...)
  • 29 Ibid., p. 758 : Ego […] monachorum Gemmeticensium puram relationem pro auctoritate recompensons, li (...)
  • 30 « Acta… », p. 761 : Hoc ex ipsius ore hausimusfratribus aliis qui cum eo illud attestati sunt audie (...)

13Baudri de Bourgueil, évêque de Dol (1107-1130), écrivait les miracles de saint Valentin pendant un séjour dans le monastère de Jumièges au commencement du XIIe siècle28. Nous apprenons dans son introduction qu’il reçoit des relations orales des moines de Jumièges et que, selon des indications insérées dans les miracles, il avait aussi été témoin de miracles lui-même29. Parmi les moines de Jumièges, il mentionne explicitement le praecentor Hugues qui raconte lui-même le miracle de sa propre guérison30.

  • 31 « Miracula ss. Pauli, Clari et Cyriaci auctore Alexandra Gemmeticensi », Analecta Bollandiana, XII, (...)
  • 32 Ibid., p. 401 : Nomina personarum et loca ideo per singula miracula apposui, ut si quis forte de ve (...)
  • 33 Ibid., 392 sq. : Anno autem ab incarnatione Domini m.c.lxxxv, mulier quaedam nomine Emma indicavit (...)
  • 34 Ibid., p. 402 : Cumque omni spe destituti nihil aliud quam mortem praestolarentur, confortatus est (...)
  • 35 Ibid., p. 406 : Femina quaedam, Duclara oriunda, quam facie quidem noverat qui rem mihi indicavit, (...)

14Alexandre de Jumièges est l’auteur d’un recueil de miracles de la fin du XIIe siècle31. Il explique qu’il nous donne des références précises sur les personnages et lieux dont il parle au cas où nous voudrions vérifier les événements miraculeux32. Son récit est intéressant parce qu’il dit que la découverte des reliques de saint Paul est l’ouvrage d’une femme et, bien que les moines aient des doutes, ils demandent l’opinion de Raoul, évêque de Lisieux (1182-1191/1192), qui décide de croire le témoignage d’une femme et donc d’approuver le nouveau culte des saints Paul, Clair et Cyr33. Alexandre rapporte aussi un miracle sur une femme de Duclair qui avait mal aux dents, miracle raconté par Durand, le prieur du monastère de Saint-Georges de Boscherville34 ; il présente un autre miracle concernant une femme de Duclair qui n’a été connue que de vue par la personne qui lui a rapporté cette histoire35.

  • 36 E.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, Imprimerie de Salettes, 1876, p. 3 (...)
  • 37 E.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances…, p. 367 : […] praedictus episcopus vir pruden (...)
  • 38 E.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances…, p. 368-369 et 371-373.
  • 39 Ibid., p. 379 : Patruus meus Galterus, sacerdos et canonicus ait […] et sicut idem meus patruus nar (...)
  • 40 Ibid., p. 382-383 (chapitres XXX-XXXIII) ; p. 382 : Sacerdote vero alio testante, comperi quod haec (...)
  • 41 Ibid. : Sacerdotis cuiusdam relatione didici […], sacerdote vero alio testante […], sicut refert ad (...)

15Le chanoine Jean est l’auteur du livre des miracles de Notre-Dame de Coutances écrits pendant le règne du roi Henri Ier (1106-1135)36. Étroitement lié à la famille des fonctionnaires de l’évêque Geoffroi de Coutances - son père Pierre a été le chambellan épiscopal - Jean nous dit que sa collection des miracles est une révision d’une collection antérieure, écrite sur la commande de Geoffroi au commencement de son épiscopat par un jeune homme allié par le sang aux personnes importantes de la cathédrale37. Certains membres de sa famille, son père Pierre38 et aussi son oncle Gautier, prêtre et chanoine de Coutances, lui ont fourni des informations au sujet des miracles39. Les miracles les plus importants concernent trois visions de Daria, la grand-mère de la femme de Goscelin, le chambellan de Pierre, quand elle visitait la cathédrale40. Ni son père ni son oncle, mais deux prêtres anonymes, sont cités par Jean comme sources d’information. On a l’impression que les prêtres sont invoqués comme témoins indirects pour authentifier et approuver les récits de la femme, Daria41. Bien que Jean de Coutances, dans l’introduction de son livre, explique que Dieu et sa mère Marie sont la vérité, il n’invoque les miracles de Daria qu’indirectement comme des témoignages féminins authentiques. Ce n’est pas par hasard que ces visions forment les trois derniers chapitres de la collection consacrée à des miracles effectués par l’intervention de sainte Marie, mère de Dieu.

  • 42 L. Delisle, « Lettre de l’abbé Haimon sur la construction de l’église de Saint-Pierre-sur-Dives en (...)
  • 43 Ibid., p. 127 : Verumtamen cum miracula et signa quotidie fierent, cum undique ad videndum populi c (...)

16Marie, mère de Dieu comme la mère de la vérité, est un thème que nous rencontrons aussi dans le recueil de miracles écrit par Hamon, abbé du monastère de Saint-Pierre-sur-Dives en 114542. Bien qu’il ne mentionne pas de relations de miracles explicites, il raconte plusieurs miracles dans lesquels des femmes ont des raisons pour aller en pèlerinage et trouvent une cure pour des subordonnés malades. Toutes sont des femmes de nobles normands, par exemple Rohais, femme de Renouf de Bayeux et la femme de Robert de Courcy43. D’abord, les maris ne veulent pas croire les récits de leurs femmes mais, confrontés aux serviteurs et aux enfants guéris, ils reconnaissent la vérité des miracles, la vérité de l’intervention de Marie, et donc la vérité des témoignages féminins.

  • 44 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni, Mélanges publiés par la Société de l’histo (...)
  • 45 « Miracula s. Vulfranni episcopi », AASS, 3 mars, p. 150-161.
  • 46 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 68 : illud preterea nequeopreterire si (...)
  • 47 Ibid., p. 66 : Quinta quoque sexus feminei persona septimo iam anno talem pectoris infirmitatem, ut (...)
  • 48 Ibid., p. 71 : Unde gravi percussa merore ad me clericum suum direxit quatinus si quid nossem remed (...)
  • 49 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 58 : Quae res nostra de preteritis mir (...)

17Tous les hagiographes dont nous avons examiné jusqu’ici les œuvres s’étaient référés à des témoins masculins, surtout ecclésiastiques et très exceptionnellement à des témoins féminins ; un pourcentage négligeable si nous considérons que presque un tiers des miracles concernent des femmes. Pour les collections de miracles normands, il y a une exception à cette règle constituée par deux textes du monastère de Saint-Wandrille : l’Inventio et miracula sancti Vulfranni composée en 1053 ou 105444 et une deuxième collection des miracles de saint Vulfran, écrite avant 106645. Comme ses collègues, l’auteur de l’Inventio cite des miracles en s’appuyant sur l’autorité des hommes comme l’abbé Robert (1047-1062), qui rapporte la guérison miraculeuse, par l’intervention de saint Vulfran, de Thibaud de Vernon, chanoine de Rouen46. Mais les indications explicites de sources orales concernent des femmes. Il dit par exemple que la cinquième femme guérie par saint Vulfran lui raconte ce miracle dans la septième année suivant l’événement47. L’auteur lui-même témoigne de la guérison miraculeuse de la fille du seigneur d’Asnebec, parce qu’à cette époque il est leur chapelain48. La plupart des miracles de l’Inventio concernent des femmes et l’auteur nous dit qu’il a examiné tous les cas et a reçu des rapports oraux de la part des personnes concernées, c’est-à-dire des femmes49.

  • 50 « Miracula s. Vulfranni episcopi »…, p. 150-151 : […] et haec, quae diximus, ipsa pro se ita esse g (...)
  • 51 « Miracula s. Vulfranni episcopi »…, p. 160 ; cf. J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vul (...)
  • 52 Ibid., p. 159 : Praeterea non est omittendum quodsanctimonialis quaedam religiosa valde et prudens, (...)

18Comme l’auteur de l’Inventio, celui de la seconde collection des miracles de saint Vulfran à Saint-Wandrille rapporte aussi des faits en s’appuyant sur l’autorité explicite des femmes. Il nous fait part d’une histoire miraculeuse que nous pouvons interpréter comme un des premiers textes concernant un avortement. Une femme de Frigeia vint à Saint-Wandrille pour relater sa guérison après avoir perdu son bébé, dont elle a vu les petits os par une coupure dans son ventre. Pour confirmer son histoire, elle montre ses cicatrices au moine écrivain50. Outre plusieurs miracles des femmes, il y en a trois relatifs à des moniales de Saint-Léger de Préaux, de Saint-Désir près de Lisieux et de Saint-Wandrille. La moniale Advenia de Saint-Désir a perdu son cheval pendant un voyage51 et une moniale dont on ne donne pas le nom et qui est l’abbesse de Saint-Léger de Préaux, a raconté sa guérison miraculeuse à l’auteur lui-même52. Advenia et l’abbesse de Saint-Léger sont des moniales, comme l’abbesse Marsilia de Saint-Amand de Rouen. Elles font partie d’un couvent de religieuses qui vivent sous une règle monastique. À la différence des autres femmes anonymes, leur rang ecclésiastique donne de l’autorité à leurs récits.

  • 53 Ibid., p. 158 ; cf. E. Van Houts, « Historiography and hagiography at Saint-Wandrille… », p. 236.
  • 54 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 57.
  • 55 A.-A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1900, t. I, p. 182-184.

19Le cas d’une moniale de Saint-Wandille est différent. Selon l’auteur des Miracula sancti Vulfranni, on trouve à Saint-Wandrille une sanctimonialis, nommée Eulalie, qui habite là avec sa fille53. Un jour, la fille donne à sa mère, pour la garder, une image du Christ faite sur parchemin, pour elle, par un des moines de Saint-Wandrille. Malheureusement, leur vulpeca domestica (« une renarde domestiquée ») la trouve et la cache. Après trois jours, Eulalie retrouve l’image qui, grâce à l’intervention de saint Vulfran, est encore intacte. Eulalie est peut-être une veuve, comme la matrona valde locuples (« la femme très riche ») mentionnée par l’auteur de l’Inventio, qui était entrée dans la vie religieuse à Saint-Wandrille54. Nous connaissons les noms de plusieurs femmes vivant dans des monastères d’hommes : au monastère du Bec vivaient des veuves comme Héloise, la mère de l’abbé Herluin du Bec, ou les trois amies âgées de saint Anselme, Eve Crispin, née de Montfort, Basilia de Gournay, née Fleitel et sa nièce Ansfride55. Nous ne connaissons pas les circonstances précises dans lesquelles ces femmes demeuraient dans des monastère de moines. Elles ne pouvaient pas habiter à l’intérieur du monastère lui-même, mais sûrement dans quelque partie du domaine monastique, pas trop loin de l’église abbatiale. Ni Saint-Wandrille, ni Le Bec n’ont été des monastères mixtes, mais les moines ont toujours offert logis, protection et support spirituel à des veuves riches, en échange de donations substantielles pour l’entretien du monastère. Il me semble évident que la présence féminine dans ces communautés masculines a créé un milieu dans lequel des moines écrivains deviennent moins réticents à accepter comme authentiques des témoignages féminins sur les miracles.

20Si cette conclusion est acceptable, comment pouvons-nous expliquer le fait que presque un tiers des miracles normands composés aux XIe et XIIe siècles concernent des femmes, sans que les auteurs indiquent explicitement des sources féminines ? Ce manque de références explicites doit sûrement refléter la théorie, observée par des moines médiévaux, selon laquelle une femme est incapable de dire la vérité. La pratique pour les écrivains des collections de miracles est différente, parce que les moines dépendent très fortement des femmes pour l’information sur les interventions des saints. Ces interventions se manifestent surtout dans les domaines de la vie familiale, de la santé et de l’élevage des animaux, où les femmes sont très actives. Dans leur rôle de mères, chargées des soins de la famille et de la santé de tous, les femmes ont besoin du secours des saints et de leurs interventions. Donc, pour la propagation du culte d’un saint, l’aide des femmes est indispensable aux moines. Les femmes constituent assurément des témoins essentiels pour les miracles féminins, en dépit du fait que les moines semblent ne tenir aucun compte de leur autorité comme sources orales.

  • 56 E. Van Houts, « Genre aspects of the use of oral information medieval historiography », in Β. Frank (...)
  • 57 P.J. Geary, Phantoms of Remembrance. Memory and Oblivion at the End of the First Millenium, Princet (...)
  • 58 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Caen, 1865, p (...)

21L’attitude des hagiographes confirme nos recherches en ce qui concerne le rôle des femmes comme informatrices des historiens56. Peu d’historiens (ce sont presque toujours des hommes) citent des femmes comme personnes d’autorité concernant des événements historiques. C’est une constatation surprenante quand nous réalisons le rôle important des femmes dans la commémoration des ancêtres, des familles, des dynasties nobles et dans la commémoration liturgique57. Les auteurs ne reconnaissent pas explicitement l’importance et la valeur de leurs témoignages concernant l’histoire de leurs familles. Le premier historien du duché de Normandie, Dudon de Saint-Quentin, évoque le rôle de Gonnor, femme du duc Richard Ier, très indirectement. Il exalte pourtant son excellente mémoire, qu’il a dû solliciter fréquemment58.

  • 59 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, XXV, Paris, 1 (...)

22Pour terminer, revenons sur la requête de Marsilia de Saint-Amand de Rouen, évoquée en introduction, et levons l’incertitude sur la réponse de l’abbé Bovon de Saint-Amand. Heureusement pour les études de l’hagiographie normande, l’abbé Bovon se laissa persuader et accepta le miracle de saint Amand. Le texte intégral sans remaniement était ajouté au dossier hagiographique du saint, collationné dans le manuscrit le plus ancien, daté de la fin du XIe siècle, copié et illuminé dans le scriptorium de Saint-Amand. Aujourd’hui préservé dans la bibliothèque municipale de Valenciennes, le manuscrit 502 contient la lettre de Marsilia dans les derniers folios du codex59. La lettre de Marsilia est un témoignage contemporain illustrant la gloire de saint Arnaud et provenant de l’abbesse et des moniales de Rouen. Elle a survécu parce que, exceptionnellement, le verbum mulieris, la parole d’une femme, avait été reconnue publiquement.

Notes

1 Historia mulieris suspensae ad vitam revocatae descripta a Marsilia abbatissa Rotomagensi…, AASS, 1er février, p. 902-903. Cf. I. van’t Spijker, « Gallia du Nord et de l’Ouest. Les provinces ecclésiastiques de Tours, Rouen, Reims (950-1130) », in G. Philippart, Hagiographies, Turnhout, Brepols, 1996, vol. II, p. 261.

2 Historia mulieris…, AASS, 1er février, p. 902 : Virtutibus et miraculis a Deo nobiscum per sanctum et communem patrem nostrum perpetratis, quoddam praeclarum nobis praesentibus in ecclesia nostra meritis eiusdem patris nostri gestum inserendum est miraculum quod breviter stylo exaratum vestrae sanctitati dignum duximus insinuare. Congruum est enim, ut sicut in castris regis aeterni, etsi sexu dissimiles proposito tamen aequales, sub uno eodemque patrono militamus, ita de virtutum eius triumphali praeconio ad honorem Dei unanimiter congaudeamus.

3 F. Barlow (éd.), The Life of King Edward who Rests at Westminster, Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 133-149, Appendix C : « Goscelin of Saint-Bertin and his Works. »

4 A. Wilmart, « La légende de sainte Edith en prose et vers par le moine Goscelin », Analecta Bollandiana, LVI, 1938, p. 36-37 : Illustrissima vero monasterii sui primiceria domna Godyua, quae ab eius digne memorie genitrice nunc habetur quinta, cetereque presentes maires, tam fideles quam generose, inter reliqua que ipse oculis conspexere, affirmant confidenter cum aliis idoneis testibus ea quae ab his venerabilibus matribus audiere, que ipsam sanctam virginem et videre, et devotissime sunt obsequute ; quorum et parentele et religiose vite non minorent fidem quam libris noscuntur habere. Neque vero est is sexus a testimonio veritatis refellendus erit, qui Domini verbum portavit, qui sua fide apostolorum incredulitatem arguit et angelica legatione dominicam resurrectionem predicavit. Postremo tam ancille Domini prophetant quam servi, et Unguis loquuntur in eadem gratia Spiritus sanctus. Cf. M. Esposito, « La Vie de sainte Vulfhilde par Goscelin de Cantorbéry », Analecta Bollandiana, XXXII, 1913, 12 : Notissima est adolescentioribus eius sanctimonialis discipula Vulfruna, Iudith cognominata, a primevo flore sub ipsa educata, que ad nostri regis Vuilielmi supervixit sceptra. Hec vero tante fidei viguisse probatur industria, ut gloriose virgines, tam ista quam beata Aethelburga, nonnulla signa ostenderint ipsius instantia. Huius quoque generis fidelia testimonia non respuenda docet prima et angelica nuncia resurrectionis Domini Maria sanctarumque prophetissarum turba.

5 G. Whalen, « Patronage engendered : how Goscelin allayed the concerns of nuns’discriminatory publics », in Women, the Book and the Godly. Selected Proceedings of the St. Hilda’s Conference, 1993, I, L. Smith et J. H. M. Taylor (éd.), Woodbridge, Boydell Press, 1995, p. 123-135.

6 La valeur des témoignages féminins n’est pas étudiée dans les études suivantes : T. Head, Hagiography and the Cult of Saints. The Diocese of Orléans 800-1200, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 et J. Smith, « Oral and written : saints, miracles, and relics in Brittany, c. 850-1250 », Speculum, LXV, 1990, p. 309-343.

7 H. Delahaye, « Les recueils antiques de miracles de saints », Analecta Bollandiana, XLIII, 1925, p. 5-85 et 305-325 ; J.-C. Richard, « Les miracula composés en Normandie aux XIe et XIIe siècles », Paris, Positions des thèses de l’École nationale des Chartes, 1975, p. 183-189 ; P.-A. Sigal, « Histoire et hagiographie : les miracula aux XIe et XIIe siècles », Annales de Bretagne, LXXXVII, 1980, p. 237-257 ; Id., L’Homme et le Miracle dans la France médiévale (XIe et XIIe siècles), Paris, Cerf, 1985 ; D. Gonthier et C. Le Bas, « Analyse socio-économique de quelques recueils de miracles dans la Normandie du XIe au XIIIe siècle», Annales de Normandie, XXIV, 1974, p. 3-36.

8 P.-A. Sigal, « Histoire et hagiographie »…, p. 240-241.

9 J.-C. Richard, « Les miracula… », p. 183-189.

10 E. de Robillard de Beaurepaire, « Miracles du Mont-Saint-Michel », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, XXIX, 1877, p. 864-892.

11 Ibid., p. 874 (voir note 13).

12 Ibid., p. 892 : Haec bonae memoriae domnus Vuazo suis minoribus levisque animisolitus erat proponere de cuius verídica assertione nullus cui notus extiterit noscitur dubitare.

13 Ibid., p. 889 : Is postea postquam ordinatus presbyter in pago Lixoviensi, quatuor fere ab urbe miliariis hodieque superest. Et huius miraculi, si qui forte sint increduli, idoneus testis adest.

14 Ibid., p. 874 : Quibus omnes pene antiquioris aetatis, utriusque ordinis ac sexus astipulantur personae qui quaedam se vidisse, pluriora ab his qui interfuerunt se fatentur audisse. Jam vero ad enarranda aliqua divinitus ibi ostensa properemus miracula, prout vel a nobis visa vel praedictorum venerabilium virorum sunt relatione comperta.

15 Abbé Sauvage, « Des miracles advenus en l’église de Fécamp », Mélanges de la Société de l’histoire de Normandie, 2e série, 1893, p. 9-49 (p. 14 : Nos autem […] silere minime possumus quae, aut nostris oculis miracula fieri conspeximus, aut facta fratrum fideli narratione cognovimus).

16 Ibid., p. 24-25.

17 A. Poncelet, « Sanctae Catherinae virginis et martyris translatio et miracula Rotomagensia saec. XI », Analecta Bollandiana, XXII, 1903, p. 423-438 et R. Fawtier, « Les reliques rouennaises de sainte Catherine d’Alexandrie », Analecta Bollandiana, XLI, 1923, p. 357-368.

18 A. Poncelet, « Sanctae Catherinae… », p. 432 : Hoc ergo miraculorum licet plurimorum ora testentur, duorum tamen maxime nostrorum venerabilium fratrum Odonis scilicet et Hugonis, certissima relatione didicimus.

19 A. Poncelet, « Miracula sancti Nicholai conscripta a monacho Beccensi », Catalogus codicum hagiographicorum latinorum Bibliotheca Nationali Parisiensi, Bruxelles, Société des bollandistes, 1890, II, p. 405-432 ; A. Wilmart, « Les ouvrages d’un moine de Bec. Un débat sur la profession monastique au XIIe siècle», Revue bénédictine, XLIV, 1932, p. 21-46 ; M. Chibnall, « The translation of the relies of Saint Nicholas and Norman historical tradition », Atti del secundo congressio sulle relazioni fra le due sponde adriatiche (Bari, 29-31 octobre 1976), Rome, 1979, p. 31-41 ; M. Gibson, « History at Bec in the twelfth century », in R. H. C. Davis et J. M. Wallace-Hadrill, The Writing of History in the Middle Ages. Essays Presented to Richard William Southern, Oxford, Oxford University Press, 1981, p. 171-172.

20 A. Poncelet, « Miracula sancti Nicholai… », p. 414 : Brionensi castro […] fuit quidam vir, nomine Isoardus, pater Moberti patris Roberti caementarii, qui extitit monachus in memorata ecclesia, a quo didicit hoc ille qui haec scripsit.

21 A. Poncelet, « Miracula sancti Nicholai… », p. 417-418 : In provincia Neustria, quae post a Normannis annominata est Normannia, est villa, quae dicitur Pons sancti Petri, sita in pago Rotomagensi, super amnem Andellae. In hac villa fuit vir quidam, Hugo nomine, admodum religiosus et inter suos non ignobilis, quamvis non multum locuples, qui et ipse habuit filium monachum in saepe superius nominata Beccensi ecclesia, bonae et simplicis vitae nomine Ricardum.

22 Ibid., p. 422 : Hoc miraculum actum est circa tempus quo gens Christiana coepit iter Jerusalem, sicut ego cognovi a quodam clerico, qui tunc Bari degebat cum hoc miraculum factum esset, nomine Alboldo, qui postea fuit monachus in Beccensi coenobio, et post aliquot annos abbas effectus est ecclesiae sancti Edmundi regis et martyris in Anglia.

23 Ibid., p. 429 : Tum quidam miles, genere Normannicus, vocabulo Ricardus, filius Fulconis senioris de Alnou, qui ibidem erat, quique postea factus monachus haec et plura alia quae in eadem navigatione vidit cum magna devotione solitus erat narrare…

24 Ibid., p. 423 : Hoc miraculum factum est anno ab incarnatione Domini mïllesimo centesimo vicesimo nono, diebus pentecostes, sicut ille qui oculis suis vidit narrando retulit, id est quidam clericus de diócesi Rotomagensi, nomine Abraham.

25 Ibid., p. 427 : Ista quae narravimus a quodam bono et fideli homine, nomine Rainerio, de villa quae dicitur Pomera, didicimus, qui haec vidit et audivit et iis omnibus praesens affuit, dum rediret de itinere Jerusalem.

26 « Miracula sancti Audoeni… », AASS, 4 août, p. 825-837 ; L. Musset, « Recherches sur les pèlerins et les pèlerinages en Normandie jusqu’à la première croisade », Annales de Normandie, XII, 1962, p. 132-133.

27 Ibid., p. 831 : […] nos quia procul a nobis, unde loquimur, gestum esse constat, visu praesenti non perspeximus sedfideli sacerdotis cuiusdam, qui praesens fuit, relatione comperimus […].

28 « Acta translationis capitis et miracula auctore Baldrico episcopo Dolensi », AASS, 2 février, p. 758-762.

29 Ibid., p. 758 : Ego […] monachorum Gemmeticensium puram relationem pro auctoritate recompensons, litteris perstringere procuravi, quod de capitis translatione audivi necnon et pauca quae de multis miraculis quae per eum Dominus operari dignatus est, ipsorum testimonio credulus cognovi ; ibid., p. 760 : […] quoniam huic rei interfuimus.

30 « Acta… », p. 761 : Hoc ex ipsius ore hausimusfratribus aliis qui cum eo illud attestati sunt audientibus.

31 « Miracula ss. Pauli, Clari et Cyriaci auctore Alexandra Gemmeticensi », Analecta Bollandiana, XII, 1893, p. 388-408.

32 Ibid., p. 401 : Nomina personarum et loca ideo per singula miracula apposui, ut si quis forte de veritate rei dubitet, ad easdem personas vel ad eorum viciniam recurrere sciat ; et quod mihi non credit, saltern ab eis ipsis, qui vitiutem miraculorum experti sunt, agnoscat.

33 Ibid., 392 sq. : Anno autem ab incarnatione Domini m.c.lxxxv, mulier quaedam nomine Emma indicavit ibi esse reliquas in altare plastreo cum litteris praestatibus quorum essent reliquiae, videlicet : de sanguine sancti Pauli apostoli, digitumque beatissimi Clari, et iuncturam sancti Cyriaci martyris. Cumque aliquanto tempore illi mulieri nemo acquiesceret propter suspicionem fallaciae, tandem advenit Radulphus Lexoviensis episcopus, vir moribus et scientia praeditus ac religione reverendus ; qui, adhibita securi, et altare secuit, et iuxta verbum mulieris non sine magna multorum admiratione omnia invenit.

34 Ibid., p. 402 : Cumque omni spe destituti nihil aliud quam mortem praestolarentur, confortatus est eos Durandus, eiusdem coenobii prior, vir senior et religione reverendus, a cuius ore nos etiam huius narrationis seriem hausimus.

35 Ibid., p. 406 : Femina quaedam, Duclara oriunda, quam facie quidem noverat qui rem mihi indicavit, nomine autem nesciebat, filium biennem habebat.

36 E.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances, Coutances, Imprimerie de Salettes, 1876, p. 367-383. Je suis très reconnaissante d’avoir reçu des copies de cette édition rare de Kathleen Quirk et Véronique Gazeau. Pour le chanoine Jean, voir aussi L. Delisle, « Notice sur un traité inédit du douzième siècle intitulé : miracula ecclesiae Constantiensis », Bibliothèque de l’École des Chartes, 2e série, IV, 1847-1848, p. 339-352.

37 E.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances…, p. 367 : […] praedictus episcopus vir prudens et providus constituit ut virtutum miracula, quae in eadem viderant ad laudem Domini et honorem gloriose Domine sue, Dei Genetricis, et edificationem successorum, veraci et competenti calamo conscriberentur, disponens et praedicens, quod eorumdem miraculorum librum, auro et geminis de foris ob honorem B. Mariae Virginis, operiret. Quo audita, quidam iuvenispraesumptuosus, maiorum ecclesiae personarum consanguineus, praeoptans magis, ut opinor, adipisci sibi temporalem episcopi favorem et hominum laudem, quam ab ipsa veritate, quae Deus est, et gloriosa Virgine, condignam retributionem ultrovenisse, ad scribendum impulit, et aliqua vera quidem conscripsit. Ibid., p. 381 : Sunt quidem ut innumerabilia nobiliora miracula quae dominus gratia gloriosae Matris suae in hac sancta Constantiensi ecclesia, in diebus praedicti praesulis et patris nostri Gaufridi, ad laudem suae maiestatis et incrementum ipsius ecclesiae operan dignitus est, quae palribus et praedecessoribus nostris cognita certaque fuerunt, et nobis ab eis relata sunt ; sed quoniam pluribus evolutis scilicet mensibus et annis, nomina et notitiam personarum et locorum, seriem gestorum nec tenaci memoria, nec scripto penes nos retinemus, malvimus ea funditus reticere, quam ipsum Creatorem nostrum, qui vero est via, Veritas et vita, a veritate deviando, offendere.

38 E.-A. Pigeon, Histoire de la cathédrale de Coutances…, p. 368-369 et 371-373.

39 Ibid., p. 379 : Patruus meus Galterus, sacerdos et canonicus ait […] et sicut idem meus patruus narrare consuevit, et ex ore eius audivi […].

40 Ibid., p. 382-383 (chapitres XXX-XXXIII) ; p. 382 : Sacerdote vero alio testante, comperi quod haec eadem anus, Daria vocatur, fuerit socrus videlicet Goscelini cubicularis mei patris […].

41 Ibid. : Sacerdotis cuiusdam relatione didici […], sacerdote vero alio testante […], sicut refert adhuc iste sacerdos […], sicut idem presbyter narrat […].

42 L. Delisle, « Lettre de l’abbé Haimon sur la construction de l’église de Saint-Pierre-sur-Dives en 1145 », Bibliothèque de l’École des Chartes, 5e série, I, 1860, p. 113-139, spécialement p. 130 : veritatis mater est.

43 Ibid., p. 127 : Verumtamen cum miracula et signa quotidie fierent, cum undique ad videndum populi certatim confluerent, multi nostrorum comprovincialium non credebant, sed, ut vulgo dicitur, in his quae etiam manu tenebantur et sentiebantur utilitate omnimodis dubitabant. Inter quos Robertus de Curceyo, vicinus noster, ita adhuc obstinantae mentis erat ut ad ecclesiam facile non posset adduci, nec posset infidelitatis eius malitia in his omnibus emolliri ; quin imo exprobrabat credentibus, et virtutes narrantibus resistebat ne credere se ullo modo, nisi magnum ipse aliquid videret oculis ac certe turn satis difficile asserebat […] Instabat igitur iam Roberti conjux ut vehiculum quo Carnotum eam dirigerent pararetur : « Nequaquam », ait subsannando ille, « sed ad sanctum Petrum, ubi, nova, ut dicitur, fiunt miracula dirigatur ». Pour Rohais, voir aussi p. 126 et 131-134.

44 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni, Mélanges publiés par la Société de l’histoire de Normandie, XIV, 1938 ; E. Van Houts, « Historiography and hagiography at Saint-Wandrille : the Inventio et miracula sancti Vulfranni », Anglo-Norman Studies, XII (1989), 1990, p. 233-251.

45 « Miracula s. Vulfranni episcopi », AASS, 3 mars, p. 150-161.

46 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 68 : illud preterea nequeopreterire silentio quod Tetbaldus sanctae Ratumagensis aecclesiae canonicus abbati Rotberto retulit de seipso.

47 Ibid., p. 66 : Quinta quoque sexus feminei persona septimo iam anno talem pectoris infirmitatem, ut nobis postmodum retulit, […].

48 Ibid., p. 71 : Unde gravi percussa merore ad me clericum suum direxit quatinus si quid nossem remedii transmitterem aut dicarem agendum egrotanti. Cf. E. Van Houts, « Historiography and hagiography at Saint-Wandrille… », p. 237.

49 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 58 : Quae res nostra de preteritis miraculis gaudia quae ipsi inspexeramus auctius cumulavit et eorum fidem, qui ea nobis duntaxat referentibus audierant ad credendum firmius informavit.

50 « Miracula s. Vulfranni episcopi »…, p. 150-151 : […] et haec, quae diximus, ipsa pro se ita esse gesta narravit ; ventris cicatrices cunctis ostendens, gratias Deo et S. Vulfranno non immerito retulit, ac postmodum laetabunda et laudans domum rediit.

51 « Miracula s. Vulfranni episcopi »…, p. 160 ; cf. J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 81.

52 Ibid., p. 159 : Praeterea non est omittendum quodsanctimonialis quaedam religiosa valde et prudens, de semetipsa retulit : quae in loco qui Pratellus antiquitus vocatur in coenobio virginum gubernatrix constituta, suscepit regiminis officium et magnifice gessit.

53 Ibid., p. 158 ; cf. E. Van Houts, « Historiography and hagiography at Saint-Wandrille… », p. 236.

54 J. Laporte (éd.), Inventio et miracula sancti Vulfranni…, p. 57.

55 A.-A. Porée, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Hérissey, 1900, t. I, p. 182-184.

56 E. Van Houts, « Genre aspects of the use of oral information medieval historiography », in Β. Frank, Th. Haye et D. Tophinke, Gattungen mittelalterliche Schrittlichkeit, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1998, p. 297-311.

57 P.J. Geary, Phantoms of Remembrance. Memory and Oblivion at the End of the First Millenium, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 48-81 ; E. Van Houts, Memory and Gender in medieval Europe, 900-1200, Londres, Macmillan, 1999, p. 65-92.

58 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Caen, 1865, p. 289 : […] Denique luculentae maiestatis virgini ex famosissima nobilium Dacorum prosapia exortae, Gonnor vocatae […] capacisque memoriae et recordationis thesauro profusius locupletatae […].

59 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, XXV, Paris, 1894, n° 502, p. 403-405 ; Archéologie du livre médiéval, exposition organisée par la bibliothèque municipale de Valenciennes et le Centre national de la recherche scientifique, Paris-Valenciennes, 1990, p. 26-27 ; B. Abou-El-Haj, The Medieval Cult of Saints. Formations and Transformations, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 156-159 et p. 250, note 6.

Auteur

Université de Cambridge

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540