Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Saints dans la Normandie médiévale

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

De l’hagiographie à l’histoire

Les hagio-toponymes auxerrois dans le Cotentin

Bernard Jacqueline

Texte intégral

1Selon un dicton populaire, « Sainte Marie et saint Martin se partagent le Cotentin » ; ce dicton est exact car les paroisses sous le patronage de Notre-Dame et de saint Martin sont particulièrement nombreuses, surtout dans le pays de Coutances. Mais pour le Nord du Cotentin, on peut dire : « Sainte Marie et saint Germain se partagent le Cotentin » tant y sont nombreuses les paroisses sous le patronage de saint Germain sans parler de celles qui ont pour patron des saints vénérés à Auxerre.

  • 1 Il s’agit d’un état des bénéfices du diocèse de Coutances rédigé probablement vers 1770-1785. L’ori (...)

2Un pouillé du diocèse de Coutances du XVIIIe siècle, dont une copie se trouve aux Archives départementales de la Manche, nous permet de connaître les paroisses placées sous le patronage de saint Germain1 :

  • Saint-Germain-le-Vicomte, aujourd’hui Saint-Germain-sur-Sèves (canton de Périers),

  • Saint-Germain-de-la-Campagne, rattaché maintenant à Gorges (canton de Périers),

  • Saint-Germain-sur-Ay (canton de Lessay),

  • Carteret, réuni à Barneville en 1964,

  • Barneville (chef-lieu de canton),

  • Saint-Germain-de-Tournebut (canton de Montebourg),

  • Saint-Germain-des-Vaux (canton de Beaumont-Hague),

  • Héauville (canton des Pieux),

  • Saint-Germain-le-Gaillard (canton des Pieux),

  • Flamanville (canton des Pieux),

  • Saint-Germain-de-Varreville (canton de Sainte-Mère-Église),

  • Querqueville (canton d’Équeurdreville-Hainneville),

  • Bretteville-en-Saire (canton de Tourlaville),

  • Moyon (canton de Tessy-sur-Vire),

  • Le Mesnil-Vigot (canton de Marigny),

  • Trelly (canton de Montmartin-sur-Mer), qui fut le siège d’un chorévêque,

  • on peut aujourd’hui ajouter Saint-Germain-sur-l’Elle (chef-lieu de canton), qui jusqu’au Concordat de 1801 fit partie du diocèse de Bayeux.

3Dans certains cas, l’hagionyme a définitivement éliminé le nom antérieur, ce qui est l’indice du rayonnement du culte du saint. C’est ainsi que Saint-Germain-des-Vaux s’est substitué à Onfreville, Saint-Germain-le-Gaillard à Oulleville et Saint-Germain-sur-Ay à Fourqueville ; mais, en revanche, Saint-Germain-de-la-Mer n’a pas réussi à s’imposer au lieu de Flamanville.

4Saint-Germain-de-Tallevende, passé dans le diocèse de Bayeux en 1801, était sous le patronage de saint Germain de Paris fêté le 28 mai, de même que Saint-Germain-la-Campagne et Saint-Germain-sur-Sèves. Dans les autres cas, il est difficile de discerner s’il s’agit de saint Germain d’Auxerre fêté le 31 juillet ou de son catéchumène fêté le 2 mai ; le pouillé Louis XVI unifie les célébrations au 31 juillet mais des traditions locales maintiennent la fête au 2 mai.

Saint Germain et le Cotentin

5La multiplicité des paroisses sous le patronage de saint Germain, auxquelles il faudrait joindre les chapelles, comme la chapelle castrale aujourd’hui disparue de Carentan, nous amène à nous demander pourquoi cette popularité du saint évêque d’Auxerre dans le Cotentin ?

  • 2 M. Prentout, « Littus Saxonicum, Saxones Bajocassini, Otlinga Saxonia », Congrès du Millénaire de l (...)
  • 3 Abbé Masselin, « Les garnisons du Littus saxonicum dans la Notitia dignitatum », Bulletin de la Soc (...)

6L’Armorique gauloise comprenait non seulement la péninsule armoricaine, mais aussi les régions côtières comprises entre Seine et Loire. Les trésors trouvés enfouis dans ces zones côtières attestent les alertes de la fin du IIIe siècle. Constance Chlore (vers 225-306) fut l’architecte de la défense du Nord-Ouest de la Gaule : on lui doit l’implantation de la Prima Flavia à Cosedia, qui prendra le nom de Constantia et la création de Constantia castra difficile à localiser. C’est aussi à cette époque que fut constitué le Littus saxonicus de part et d’autre de la Manche pour faire barrage aux envahisseurs ; le terme peut désigner soit un système défensif contre les Saxons, soit un établissement de Saxons incorporés dans le système défensif de l’Empire2. La Notitia dignitatum nous fait connaître l’organisation civile et militaire. À la tête du dispositif de défense, il y avait le dux du Tractus Armoricanus et Nervicanus, vir spectabilis qui avait d’abord sous ses ordres le Tribunus Cohortis Primae Novae Armoricanae Grannona in littore saxonico3.

7La juridiction militaire du dux du Tractus Armoricanus s’étendait sur cinq provinces : Aquitaine I et II, Sénonaise et Lyonnaise II et III.

  • 4 Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre, trad. fr. P. Borius, Paris, Cerf, « Sources chré (...)

8Nous savons par Constance de Lyon que précisément saint Germain avait la charge d’un duché et que son pouvoir s’étendait à plusieurs provinces ducatus culmen, regimen per provincias4.

9Que saint Germain ait été militaire ne doit pas nous surprendre : saint Victrice de Rouen, auquel on attribue le début de l’évangélisation de l’Armorique et l’introduction à Avranches des reliques de saint Gervais, appartenait à une famille de militaires. Saint Martin a passé un quart de siècle à l’armée dont vingt-deux ans après son baptême et la vita de saint Germain d’Auxerre (378-448) nous dira qu’il fut « chef de guerre ».

10Effectivement, à deux reprises saint Germain manifesta sa compétence militaire après son ordination épiscopale. Durant sa mission en Grande-Bretagne contre les pélagiens, quand les Saxons et les Pictes attaquent les Bretons :

  • 5 Ibid., p. 157-158.

Germain se proclama chef de guerre. Il choisit des troupes légères, parcourt les environs, observe la vallée resserrée entre les hautes montagnes par où l’on attendait l’arrivée de l’ennemi ; c’est là qu’il dispose une seconde armée et prend lui même le commandement de la colonne ; finalement les ennemis s’enfuirent, terrassés par la panique, quand l’armée bretonne poussa un triple Alleluia lancé par les prêtres5.

  • 6 R. Doranlo, « La localisation de Grannona », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, X (...)

11Saint Germain était à peine rentré de Grande-Bretagne quand le patrice Aetius (454) livra au cruel Goar, roi des Alains, les populations révoltées du Tractus Armoricanus ; celles-ci, se souvenant sans doute du gouvernement militaire de Germain dans leur région, firent appel à lui : l’évêque se porta au devant des Alains et arrêta leur armée. Les troupes chargées de défendre le « mur de l’Atlantique » étaient disparates et cosmopolites : dans le Cotentin il y avait des lètes bataves et des barbares suèves. Grannona ou Grannonum était un point de commandement militaire important situé in littore saxonico. C’était la résidence du Praefectus militum Grannonensium avec les Tribuni cohortis primae novae Armoricanae. Le Dr Doranlo a recensé quatorze localisations pour Grannona et six pour Grannonum mais il reconnaît qu’« aucune des solutions proposées ne satisfait aux exigences de la toponymie et sous ce rapport ne saurait être retenue »6.

  • 7 F. de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, Picard, 1986, (...)

12Grannonum ou Grannona était situé in littore saxonico ; même s’il ne faut pas le limiter au Bessin, on est porté à localiser le territoire des Grannonenses dans la région de Montmartin-en-Graignes (canton de Saint-Jean-de-Daye). Le site de Montmartin-en-Graignes présente un intérêt stratégique évident ; il a été exploité au Moyen Âge et durant la dernière guerre mondiale. Situé à proximité de la voie qui va d’Augustodurum (Bayeux) à Alaunas (Valognes) et défendu par les marais de l’estuaire de la Vire, il permettait de contrôler le trafic routier ainsi que la circulation fluviale sur la Vire et maritime dans la baie des Veys. Notons aussi que la dénomination Montmartin (Mons Martini) est un mode de désignation archaïque. Plus tard, le mot « saint » est en général exprimé7.

L’ancien territoire de Craignes
L’examen des limites paroissiales, devenues limites communales, montre que le primitif Graignes était centré autour de l’église saint Martin de Montmartin-en-Graignes ; c’est ultérieurement que fut constituée la paroisse de Saint-Michel-en-Graignes, dont le nom s’est par la suite simplifié en Graignes. On voit que l’actuel n’occupe plus qu’un canton de la primitive entité territoriale

13Montmartin-en-Graignes confine au nord avec Saint-Hilaire-Petitville et Saint-Pellerin (cf. carte).

  • 8 Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre…, p. 167-168.

14Saint Germain était lié au milieu lérinien et engagé comme lui dans la lutte contre le pélagianisme. Constance de Lyon nous dit qu’il « aimait comme un père » saint Hilaire d’Arles (449), qui avait été abbé de Lérins, et il alla le visiter dans sa ville épiscopale8 ; dans sa mission en Grande-Bretagne il se fera accompagner par saint Loup de Troyes (478), qui était disciple de saint Honorât, fondateur du monastère de Lérins. Ceci porte à penser que c’est à saint Hilaire d’Arles plutôt qu’à saint Hilaire de Poitiers que furent consacrées les trois églises proches de Carentan qui sont placées sous le patronage de saint Hilaire à savoir : Saint-Hilaire-Petitville (canton de Carentan), Méautis (canton de Carentan) et Brucheville (canton de Sainte-Mère-Église).

  • 9 F. de Beaurepaire, Les Noms…, p. 209.

15Quant à saint Pellerin, dont le nom a supplanté celui d’Angerville9, il fut le premier évêque d’Auxerre et mourut martyr en 304 pour avoir protesté contre le culte des idoles. Saint-Pellerin est situé dans le canton de Carentan.

16Graignes (canton de Saint-Jean-de-Daye), qui se trouvait in littore saxonico, peut être avancé, après tant d’hypothèses controversées, comme étant le pays des Grannonenses mentionné dans la Notitia dignitatum. Le cheminement de Grannona à Granis puis à Graignes n’est pas sans faire difficulté ; il n’en est pas de même du passage de Grannonenses à Graignes.

17Enfin, le récent élargissement de la route nationale 13 a révélé l’existence d’un important habitat gallo-romain à la hauteur de Saint-Pellerin et de Saint-Hilaire-Petitville.

Voyages de saint Germain outre-Manche

18En 429, le pape Célestin Ier (422-432) choisit saint Germain pour combattre le pélagianisme en Grande-Bretagne.

19Pour aller d’Auxerre à Verulam, aujourd’hui Saint-Albans, au nord-ouest de Londres, saint Germain dut tout d’abord emprunter la voie qui, par Orléans, Évreux et Bayeux, se dirigeait vers Valognes, évitant celle plus au nord conduisant à Boulogne et à Lillebonne, menacées par les Saxons et par les Francs.

  • 10 Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre…, p. 145.

20Au dire de Constance de Lyon, saint Germain s’embarqua dans le sinus gallicus10 ; ce terme est bien ambigu : il pourrait désigner des lieux aussi différents que le golfe d’Aquitaine ou le golfe du Lion ; en tout cas ce terme de sinus gallicus ne peut désigner ni l’anse de Saint-Germain-des-Vaux (canton de Beaumont-Hague) ni Lillebonne (Seine-Maritime), sur l’estuaire de la Seine, déjà touché par les invasions barbares.

21On doit plutôt penser que saint Germain s’est embarqué au fond de la baie des Veys et du golfe formé par les actuels départements de la Manche et du Calvados et à l’estuaire de la Vire non loin de Saint-Pellerin et dans la région des Grannonenses. De là, il pouvait aisément gagner l’île de Wight et la voie qui, par Winchester, conduisait à Verulam.

22Durant son séjour en Grande-Bretagne, saint Germain d’Auxerre baptisa saint Germain le Scot, c’est-à-dire l’Irlandais et non pas l’Écossais, auquel il donna son nom et qui viendra exercer son apostolat dans le Cotentin, passant par Carteret (canton de Barneville), Flamanville (canton des Pieux), Querqueville (canton d’Équerdreville-Hainneville), Montebourg et Carentan, semant des miracles sur son passage avant de gagner Bayeux. Saint Germain d’Auxerre, d’après la vita de saint Samson, aurait aussi ordonné prêtre saint Iltut. Celui-ci, ayant lui aussi renoncé à la carrière des armes, fonda au pays de Galles le monastère de Llantruit (Llantruit Major, Cardiganshire, Glamorgan, pays de Galles), où il forma beaucoup de Gallois et d’Armoricains, dont les saints Brieuc, Cadoc, David, Dubricius, Gildas, Lunaire, Paul-Aurélien et Leudad. Selon certains hagiographes britanniques, ce dernier, venu d’Armorique étudier à Llantoit, serait retourné dans son pays d’origine pour y devenir, sous le nom de Lô, évêque de Briovère (aujourd’hui Saint-Lô) et Coutances.

Dévotions auxerroises

23Le couronnement de l’idéal monastique de saint Germain est la fondation d’une abbaye en face d’Auxerre sur la rive droite de l’Yonne. Cet établissement fut créé pour attirer les populations à la foi catholique par les ordres monastiques. Saint Patrice, le futur apôtre de l’Irlande, a certainement vécu dans ce monastère dont l’existence nous est attestée par la tradition irlandaise.

24Au nord de Carentan, nous trouvons trois paroisses placées sous le patronage des saints Côme et Damien : Hiesville (canton de Sainte-Mère-Église), Angoville-au-Plain (canton de Sainte-Mère-Église) et enfin et surtout Saint-Côme-du-Mont (canton de Carentan) où, selon la tradition, se trouvait un monastère détruit lors des invasions nordiques : on est porté à penser que c’est saint Germain qui avait, comme à Auxerre, fondé ce monastère pour attirer les populations à l’Évangile par l’exemple de la vie monastique et que c’est lui qui avait introduit dans la région le culte des saints Côme et Damien.

25Sainte Colombe, martyrisée à Sens, était populaire à Auxerre : elle est vénérée aussi à Crasville (Canton de Quettehou), à Jobourg (canton de Beaumont-Hague), à Chef-du-Pont (canton de Sainte-Mère-Église) et Sainte-Colombe (canton de Saint-Sauveur-le-Vicomte).

26Saint Germain était dévot à saint Maurice et aux martyrs de la Légion Thébaine, dévotion bien normale de la part d’un militaire. Il avait fait construire à Auxerre une basilique en l’honneur de saint Maurice où il voulut être inhumé et où sa dépouille mortelle fut rapportée de Ravenne.

  • 11 Gesta pontificum Autissiodorensium, L.-M. Dumil (éd.), Auxerre, Bibliothèque historique de l’Yonne, (...)
  • 12 Le protomartyr de Coutances est saint Floscel, vénéré à Saint-Floxel (canton de Montebourg) et à Be (...)

27Une paroisse de la côte ouest du Cotentin, Saint-Maurice-en-Cotentin, est située entre le port de Portbail, important à l’époque gallo-romaine, où l’on a découvert les vestiges d’un baptistère, et les paroisses de Carteret et de Barneville dédiées à saint Germain d’Auxerre et saint Germain le Scot. C’est peut-être ce lieu de culte qui est mentionné dans les Gesta Pontificum Autissiodorensium ; parmi les dons faits à la basilique Saint-Maurice d’Auxerre figure Corvallem cum appendiciis suis nec non et molinis cum appendiciis suis11. Or, les Gesta de Fontenelle rapportent que le site de Portbail se trouvait in pago Coriovalense. On est donc porté à penser que c’est saint Germain d’Auxerre qui a introduit le culte de saint Maurice dans la région12.

Domaines d’Auxerre dans le diocèse de Coutances

28L’aristocratie gallo-romaine possédait des biens dispersés dans toute la Gaule. L’évêché d’Auxerre, quant à lui, possédait des biens à Châlons (infra muros Cabilonensium), sur le territoire du pays de Cahors (in pago Cadurcino) et même à Fréjus (villam Flaccianam sitam in pago Forojuliensi) et à Saintes (in pago Sanctonico).

  • 13 Gesta pontificum Autissiodorensium…, p. 318 et 344-345. On a découvert à Saint-Pair une inscription (...)

29Un calendrier liturgique établi par l’évêque d’Auxerre Aunaire (vers 623), repris par son successeur Tetrius (691-706), nous montre que le monastère de Scissy (Sesciacum), aujourd’hui Saint-Pair (canton de Granville), devait s’acquitter de l’office divin dans l’église Saint-Étienne d’Auxerre deux fois dans l’année, ainsi que Briodesus, qui pourrait être une cacographie pour Brioverus, aujourd’hui Saint-Lô13.

Conclusion

30Cette modeste étude sur les hagio-toponymes auxerrois dans le Cotentin complète les recherches archéologiques, encore peu développées dans le département de la Manche en comparaison du Calvados.

31Le rôle de saint Germain d’Auxerre dans l’évangélisation du Cotentin a été fondamental, en particulier en bordure de la baie des Veys, autour de l’église de saint Pellerin, premier évêque d’Auxerre, et près de Craignes, pays des Grannonenses, où se trouvait le dux du Tractus Armoricanus vir spectabilis, qualificatif qu’on est porté d’attribuer à saint Germain d’Auxerre.

32C’est lui, semble-t-il, qui a introduit dans la région le culte de saint Hilaire d’Arles, des saints Côme et Damien, de sainte Colombe et de saint Maurice.

  • 14 Le fait n’a rien d’étonnant. Les évangélisateurs de la seconde Lyonnaise sont tous des étrangers : (...)

33En passant par la baie des Veys, saint Germain d’Auxerre a ouvert la voie à de nombreux saints qui sont venus de Grande-Bretagne évangéliser le continent14. Le général (dux) Germain, évêque d’Auxerre, a joué un grand rôle dans l’évangélisation du Cotentin, qu’il ne faut pas oublier.

Notes

1 Il s’agit d’un état des bénéfices du diocèse de Coutances rédigé probablement vers 1770-1785. L’original est actuellement conservé au château de l’Île-Marie à Picauville, canton de Sainte-Mère-Église (G. Désiré dit Gosset, « Les livres noirs et les livres blancs de l’ancien diocèse de Coutances », Revue de la Manche, t. 39, fasc. 153, janvier 1997, p. 12).

2 M. Prentout, « Littus Saxonicum, Saxones Bajocassini, Otlinga Saxonia », Congrès du Millénaire de la Normandie, Rouen, Gy, 1913, t. 2, p. 561-586 et Revue historique, t. CVII, 1911, p. 285-309.

3 Abbé Masselin, « Les garnisons du Littus saxonicum dans la Notitia dignitatum », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXIII, 1917, p. 37-39.

4 Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre, trad. fr. P. Borius, Paris, Cerf, « Sources chrétiennes », n° 114, 1965, p. 136, 144, 146, 154, 156 et 174.

5 Ibid., p. 157-158.

6 R. Doranlo, « La localisation de Grannona », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, XXXV, 1921-1923, p. 546-564.

7 F. de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, Picard, 1986, p. 161.

8 Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre…, p. 167-168.

9 F. de Beaurepaire, Les Noms…, p. 209.

10 Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre…, p. 145.

11 Gesta pontificum Autissiodorensium, L.-M. Dumil (éd.), Auxerre, Bibliothèque historique de l’Yonne, 1854-1860, t. 2, p. 318.

12 Le protomartyr de Coutances est saint Floscel, vénéré à Saint-Floxel (canton de Montebourg) et à Beaune (Côte-d’Or) : c’était, semble-t-il, un jeune militaire mort pour avoir refusé, comme saint Maurice, de renier le Christ.

13 Gesta pontificum Autissiodorensium…, p. 318 et 344-345. On a découvert à Saint-Pair une inscription attestant l’existence dans cette localité d’un monastère féminin prénormand : Hic sequiescit Dedila Abbadissa et obiit X… XL novembris ; cf. P. Deschamps, « Étude sur la paléographie des inscriptions lapidaires de la fin de l’époque mérovingienne aux dernières années du XIIe siècle », Bulletin monumental, LXXXV, 1929, p. 9, note 9. On ne doit pas s’étonner de voir l’église d’Auxerre avoir des dépendances à Scissy et à Saint-Maurice-en-Cotentin. L’Église de Lyon avait des biens en Provence et en Auvergne, celle du Mans dans le Bordelais, la Provence, la Bourgogne et le Quercy. L’évêque de Reims avait obtenu des immunités pour ses biens situés en Austrasie, en Neustrie, en Bourgogne, dans les pays de Marseille, de Rennes, de Tours, de Poitiers et de Limoges ; cf. J. Imbert, Les Temps carolingiens (741-891). L’Église. La vie des fidèles, Paris, Cujas, 1996, p. 208.

14 Le fait n’a rien d’étonnant. Les évangélisateurs de la seconde Lyonnaise sont tous des étrangers : saint Vigor est artésien, saint Pair poitevin, saint Omer briard, saint Wandrille vient de Verdun, saint Valéry d’Auvergne, saint Loup de Sens ; cf. L. Musset, « De saint Victrice à saint Ouen. La christianisation de la province de Rouen d’après l’hagiographie », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXII, n° 168, janvier-juin 1975, p. 141-152 ; B. Jacqueline, « Saint Germain d’Auxerre et l’évangélisation du Cotentin », Revue historique de droit français et étranger, 70 (4), oct.-déc. 1992, p. 511-519 (bibliographie).

Table des illustrations

Légende L’ancien territoire de CraignesL’examen des limites paroissiales, devenues limites communales, montre que le primitif Graignes était centré autour de l’église saint Martin de Montmartin-en-Graignes ; c’est ultérieurement que fut constituée la paroisse de Saint-Michel-en-Graignes, dont le nom s’est par la suite simplifié en Graignes. On voit que l’actuel n’occupe plus qu’un canton de la primitive entité territoriale
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540