Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix, Traces, Avènement

 | 
Alain Goulet

« Je d’ombre ». Le scripteur inexistant

Jean-François Jeandillou

Texte intégral

Le sujet de l’écriture ne laisse jamais de traces que celles qu’il efface.
Jean Wirtz

  • 1 Cf. la préface de Michel Arrivé à nos Supercheries littéraires, Paris, Usher, 1989, p. 12, note 3.
  • 2 Deux occurrences ponctuelles de son nom apparaissent en outre dans les articles « Pataphysique » et (...)

1Les responsables du Dictionnaire des littératures de langue française ont obstinément – y compris dans la seconde édition de 1987, également parue chez Bordas – refusé d’insérer une notice, pourtant rédigée par un de leurs collaborateurs, sur Julien Torma1. Après une longue période de réserve, les services de l’Encyclopœdia universalis se sont, eux, ravisés, en sorte qu’à l’absence de traces concernant cet auteur s’est désormais substituée une page2 dont le rédacteur, néanmoins, demeure anonyme. On y apprend notamment que « Julien Torma laisse une œuvre écrite nombreuse pour une si brève existence, et des plus hétéroclites ».

  • 3 Par exemple dans le Dictionnaire des œuvres du XXe siècle, H. Mitterand (dir.), Paris, Le Robert, 1 (...)
  • 4 Préface de la seconde édition du Théâtre Dada et surréaliste, Paris, Gallimard, « Idées », 1979, p. (...)

2De cette forme d’avènement a posteriori que constitue la recension d’un auteur dans un ouvrage de vulgarisation réputé, de cette consécration (posthume ou non) qui entérine son entrée effective (sinon définitive) dans l’histoire littéraire, on trouverait bien d’autres manifestations à propos du même Torma3 ; si bien que nul ne saurait désormais nier la très particulière reconnaissance dont il bénéficie. Cependant, dès 1972, une monographie intitulée Julien Torma : essai d’interprétation d’une mystification littéraire paraissait chez Nizet, sous le nom de Michel Corvin : l’existence de l’auteur y était laborieusement niée et ses écrits imputés à Léon-Paul Fargue d’abord, à Noël Arnaud ensuite. Quelques années plus tard, Henri Béhar a pris le parti d’attribuer les œuvres de Torma à « Boris Vian, Jacques Prévert, Eugène Ionesco, Raymond Queneau et Noël Arnaud »4, pêle-mêle et sans preuve aucune.

3De telles contradictions dans la critique posent problème à qui souhaite apprécier la place occupée là par le sujet de l’écriture. Dans quelle mesure est-il possible d’entendre une voix qui n’aurait jamais résonné véritablement ? Comment déceler des traces d’un scripteur qui se révélerait à la fois factice et fictif ? Au lecteur s’offrent en l’occurrence deux attitudes également inconfortables : il s’agit soit de croire soit de ne pas croire à la réalité historique du sujet en question. Dans le premier cas, les œuvres seront reçues comme celles de n’importe quel autre écrivain dont l’existence est bien attestée ; mais c’est alors, pour le commentateur confiant, risquer d’être dupé par son objet. Dans le second cas, elles seront au pire ignorées – en tant que viles supercheries –, au mieux soumises au crible de la démystification, saisies dans un processus de réattribution tendant à substituer au pseudonyme qui leur sert de signature le nom exact de leur producteur. Mais c’est alors, pour le critique suspicieux, risquer d’en fausser la spécificité en les imputant à qui ne les a précisément pas reconnues pour siennes.

  • 5 Ainsi Martin Esslin lui a-t-il consacré plusieurs pages de son Théâtre de l’absurde, trad. fr. Pari (...)

4Or, plus que tout autre, sans doute, dans la longue cohorte des écrits soupçonnés d’inauthenticité, l’exemple de Julien Torma requiert une posture différente, du seul fait que le doute n’a jamais été levé avec certitude. Et sa présence dans les anthologies, dans les études même de type universitaire5, oblige à considérer sa vie, comme a fortiori son œuvre, pour ce qu’elles sont incontestablement, à savoir des textes : discours biographiques et exégétiques d’une part, discours poétiques (au sens large) d’autre part.

5Nul besoin d’inférer, à partir de traces textuelles multiples et patentes, la réalité charnelle d’un individu clairement identifié sous ce nom. Tout texte est par nature lisible en tant. que tel, et l’ignorance quant à l’identité civile d’un auteur n’a jamais empêché d’apprécier son discours, fût-il sans origine assignable. Ce que rendent caduc le parcours de Torma et les approches y afférentes, c’est précisément l’opposition / vie / versus / mort /, au point que la question de l’existence se trouve dénuée de pertinence. Qu’il n’est pas nécessaire d’être (ni d’avoir été) pour énoncer quelque chose, chacun le constate en lisant, par exemple, les propos tenus par un narrateur fictif, par un personnage imaginaire ou encore, dans le cadre des forgeries littéraires, par un auteur supposé : Ossian, Clara Gazul, Bilitis, Sally Mara, Émile Ajar, etc. Mais l’univers de langage dans lequel baigne Torma a en outre pour particularité de récuser sans cesse ce clivage convenu – et illusoirement rationnel – entre fiction et réalité : car il se fonde sur une conception pataphysique qui, à la suite de Jarry, prône l’équivalence des contraires et la précellence des « solutions imaginaires ».

Un sujet à caution

  • 6 Pour une présentation plus détaillée, lire J. Wirtz, Métadiscours et Déceptivité, Paris – Berne, Pe (...)

6De fait, c’est principalement au Collège de Pataphysique que l’on doit la révélation du phénomène Torma. On sait que cette savante institution, officiellement fondée en 1950, a publié depuis lors une revue trimestrielle – et force publications internes, tirées à part ou éditions originales (de Jarry, Torma, Vian, Ionesco, entre autres) – vouée tant à la défense qu’à l’illustration de la pataphysique, comprise comme « science des exceptions ». Sans en examiner la très complexe organisation administrative6, retenons qu’elle est dominée par l’instance d’un personnage notoirement fictif, le docteur Faustroll :

  • 7 Statuts [du College de Pataphysique], art. 4, § 1 et 3.

Un Curateur inamovible, sis dans l’éthernité élémentaire du non-être mais suréminemment plus réel que toute réalité y compris la divine, préside tant à l’essence qu’à l’existence du Collège qu’il meut par l’attraction de sa Perfection Pataphysique. […] Il est assisté en second lieu et sur le plan phénoménal, d’un Vice-Curateur, […] qui dirige le Collège de Pataphysique tant au spirituel qu’au temporel7.

7Ce voisinage du non-être et du phénoménal se retrouve à chaque niveau de l’institution, le principe d’équivalence permettant de construire un espace d’« éthernité » qui subsume les contradictions et abolit toute distinction entre le signe linguistique et son référent. Selon Jarry, la pataphysique

  • 8 Gestes et Opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Pl (...)

étudiera les lois qui régissent les exceptions et expliquera l’univers supplémentaire à celui-ci ; ou moins ambitieusement décrira un univers que l’on peut voir et que peut-être l’on doit voir à la place du traditionnel8.

  • 9 Dans ses Euphorismes, Torma ne prônera qu’une « seule solution : la solution de continuité » (p. 15 (...)

8Quoique cette abstraction dynamique reste foncièrement spéculative, les potentialités qu’elle révèle ne sont pas sans conséquence sur l’appréhension du monde. Descriptive et explicative, la science des « solutions imaginaires » apporte une série de réponses, ou de résolutions fictives, aux problèmes physiques et métaphysiques ; mais celles-ci fonctionnent précisément comme des solutions de continuité9 qui viennent dissoudre l’homogénéité du réel, tel un clinamen instaurant de multiples interférences imaginaires. Un nominalisme ludique détermine ainsi l’hétérogénéité de la population collégiale. Beaucoup des noms propres qui se côtoient dans les publications pataphysiques sont ceux d’écrivains ou d’artistes devenus célèbres dans la seconde moitié du XXe siècle (Duchamp, Queneau, Prévert, Dubuffet, Siné, Leiris, etc.), ou bien de personnalités ayant acquis une notoriété dans le journalisme ou la critique, la recherche, l’édition, etc. (Le Lionnais, Arnaud, Caradec, Blavier, Arrivé, Décaudin, Robillot, Paul-Emile Victor…). Mais il est aussi des membres dont le rayonnement n’excède guère le cadre institutionnel de la pataphysique. Marie-Louise Aulard, Urbain Le Hennuyeux, Janvier J. Mauvoisin, Quatrezoneilles, Jules Salicional, Jeanne de Valsenestre, Vasco Tartuca ou Bélisaire Monomaque sont des dignitaires dont les noms, très récurrents dans la prose collégiale, peuvent légitimement être envisagés, au moins par hypothèse, comme supposés. Certains d’entre eux sont par exemple porteurs de ce trait caractéristique de la cryptonymie qu’est la construction par anagramme (Amélie Templenul/Mélanie Le Plumet, Oktav Votka, C. Ogliastro) ; d’autres se déchiffrent par recours à l’initialisme, tel Jean-Hugues Sainmont – nom d’un des principaux spécialistes de Torma –, fréquemment abrégé en J.-H. S, à l’instar du monogramme christique. Orthonymiques ou non, les signatures – et les titres honorifiques qui, souvent, leur sont pompeusement accolés – fonctionnent à la fois comme critères d’identification virtuelle et comme signaux de connivence entre initiés.

  • 10 Gestes et Opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, p. 665.

9Il est clair que de telles pratiques ouvrent magistralement la voie à tous les types de supercheries, littéraires ou autres. À qui en ignore ou n’en admet pas les principes de simulation, la pataphysique peut apparaître tantôt comme une farce délirante, tantôt comme une source de fâcheuses confusions. Dans ce dernier cas, l’équivalence alléguée des contraires ou les « propriétés des objets décrits par leur virtualité » seront improprement rattachées à l’univers actuel au lieu d’être projetées dans l’épaisseur des mondes possibles. Si néanmoins le verbe pataphysique tend à se confondre avec son objet, c’est parce que l’un comme l’autre se déploient principalement « à travers l’espace feuilleté »10 des livres. Au juste, le débordement de l’imaginaire dans le réel induit moins une négation qu’une annexion de ce dernier : n’est niée, par postulat, que la coupure entre l’un et l’autre. Producteur d’un langage ésotérique et d’un rituel savamment crypté, le Collège fait alors de l’univers où évolue Julien Torma (avec quelques autres) un univers de mots. Ses limites même (ou sa clôture) ne tiennent qu’à des jeux de lettres.

  • 11 Promptuaire récapitulatif des publications, 98 È[re] P[ataphysique] [1971], p. 47-48.

10À partir des années cinquante furent donc publiés par le Collège nombre d’inédits : poèmes de jeunesse (Premiers Écrits, 1955), théâtre (Le Bétrou, 1956), carnet de notes (Porte battante, 1963). Quant aux œuvres parues du vivant de l’auteur (entre 1920 et 1926), il n’est pas indifférent de noter que le Collège a pu s’en procurer, « par occasions ou par relations […] de RARES exemplaires » : La Lampe obscure (1920), Le Grand Proche (1925), Coupures et les Euphorismes (1926) ont été « mis à la disposition de ses Membres »11. De manière analogue, la correspondance de Torma (lettres à Desnos, à Daumal, à Montmort) fut partiellement recueillie, en 1963, dans le Cahier 22 où figuraient aussi plusieurs lettres de Charles Filiger et de Pierre Fort à Jarry. En somme, l’auteur du Bétrou semble traité sur un pied de relative égalité avec des auteurs réputés qui, eux-mêmes, se sont vu consacrer dossiers autonomes ou numéros spéciaux (Rabelais, Rimbaud, Jarry, Queneau, Dubuffet, Vian, etc.). Cette équivalence même constitue une procédure d’authentification d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur des documents manuscrits et photographiques concernant aussi bien Torma que ses contemporains (tels Max Jacob, Arthur Cravan ou René Daumal).

11À cette importante activité éditoriale s’ajoute une double recherche biographique et critique, présentée sous forme de préfaces, d’avertissements, de notes ou d’articles entiers (« Place de Julien Torma », « Julien Torma et le théâtre », « Un poète mystique : Julien Torma », « Julien Torma à Charleville : petit guide illustré », etc.). Et il est remarquable que, depuis bientôt cinquante ans, les rédacteurs de la revue émaillent régulièrement leurs propos – quel qu’en soit le thème – de références ponctuelles à Torma, d’allusions et souvent de brèves citations. Des origines à 1975, l’Index officiel recensait quelque trois cent cinquante pages où figurent soit un texte, soit un portrait, soit simplement le nom de Torma. Dans la plupart des cas, il est invoqué comme une autorité venant confirmer, ou à tout le moins illustrer, les dires du scripteur :

  • 12 Cahier 2, p. 21. Cf. la lettre de Torma à Daumal du 20 oct. 1929, Cahier 8, p. 52 : « Faustroll dit (...)

Alors que Dieu est Dieu par nature (il ne pourrait pas faire autrement que d’être ce qu’il est, comme ironisait Julien Torma), Faustroll n’est Faustroll que parce qu’il lui plaît12.

  • 13 Dossier 7, p. 94.

On y peut reconnaître aussi, exemplairement décrits, les linéaments et les virtualités de la « Méthode », pour employer le terme dont use Torma dans Le Bétrou13.

  • 14 François Le Lionnais (Subsidia 24, p. 37) évoque ici la fin du poème « Liquidation » du Grand Troch (...)

D’ailleurs, pour paraphraser Julien Torma, existe-t-il seulement des routes14 ?

  • 15 Max Jacob, Correspondance, Paris, Éd. de Paris, 1953, p. 187-191 et 194-196.
  • 16 René Daumal, Lettres à ses amis, Paris, Gallimard, 1958, p. 134-137.

12Pour autant, le fait que l’œuvre et la personnalité torméennes soient principalement connues grâce aux travaux des pataphysiciens ne prouve pas qu’elles soient « une émanation du seul Collège de Pataphysique », comme l’affirme Henri Béhar. On retrouve au reste le nom de Torma dans des publications totalement étrangères au Collège, en particulier dans la Correspondance officielle de Max Jacob15, dans les Lettres à ses amis de René Daumal16 ou dans la célèbre étude de Gaston Ferdière sur les mots-valises, parue en 1952 dans Les Temps modernes. L’essentiel est, en l’occurrence, que jamais n’ait été rétabli un orthonyme en lieu et place de l’hypothétique hétéronyme consacré : contrairement à la plupart des suppositions d’auteur (Mérimée / Clara Gazul, Louÿs / Bilitis, Apollinaire / Louise Lalanne, Vian / Vernon Sullivan, Gary / Ajar, etc.), aucun désaveu a posteriori, aucune réédition définitive ne sont venus révéler la contribution d’un écrivain directement impliqué dans l’affaire. Si l’opération démystificatrice n’a pas lieu d’être, c’est parce qu’elle est toujours déjà prescrite, autrement dit repérable, dans un système qui mime et subvertit les mécanismes de la production et de la réception littéraires. Au lieu de tromper les destinataires, l’astucieuse mise en scène des textes y donne à lire la simulation même.

Du sujet biographique

13Une fois resitué dans son environnement textuel, le sujet Torma peut être appréhendé au gré des diverses traces qu’il a laissées. Pour ce faire, il nous faut considérer la double interprétation à laquelle se prête le syntagme « sujet de l’écriture ». D’une part, le sujet peut se définir comme ce sur quoi porte l’écriture, c’est-à-dire son thème : en l’occurrence, Torma constitue bien un motif d’étude et de réflexion privilégié pour le Collège, au point de devenir une référence quasi obligée. Mais, d’un autre point de vue, cette expression désigne le sujet écrivant qui, agent de l’énonciation scripturale, en est également le garant. Par sa voix – et par les actes de parole qui la laissent percevoir – se constitue la figure ambiguë d’un locuteur sans lien avec une personne d’écrivain. Trois types d’indices nous suffiront ici à comprendre comment il finit par devenir un sujet fantôme.

Des traces et des trous

14Si l’on en croit le Robert des œuvres du XXe siècle, Torma se trouve « pourvu d’une biographie complète ». Cela est incontestable, à condition de restreindre ladite complétude au repérage des principaux jalons chronologiques – ceux, notamment, de la venue au monde (6 avril 1902) et de la disparition (début mars 1933). Mais la reconstruction demeure par ailleurs remarquablement lacunaire. Elle est étayée par un ensemble de témoignages ou de textes sources, qui ont valeur de documents fondateurs :

    • 17 Ruy Launoir, Clés pour la pataphysique, Paris, Seghers, 1969, p. 42.

    souvenirs fragmentaires de Jean Montmort, ami d’enfance qui « écrivait ce qui aurait probablement pris la forme d’une biographie préparant à la lecture » des œuvres17 ;

    • 18 Ce tenancier tyrolien du Gasthaus zur Wildespitze serait la dernière personne à avoir vu l’écrivain (...)

    brefs témoignages ou interviews de Mme Pérou (veuve de l’éditeur de Torma), de Mme Veuve Bomdernat (logeuse éphémère), de Philippe Merlen et d’Alois Pirpamer18 ;

  • correspondance de l’auteur : incomplète mais éditée in extenso, elle fournit des repères pour la datation des manuscrits et constitue « une des sources de la biographie de Julien Torma et, malgré sa nature si allusive qu’elle reste parfois indéchiffrable, la plus importante de toutes ».

15La biographie officielle s’autorise en somme de notes éparses et inachevées, de témoignages partiels et de textes épistolaires reconnus abscons, qui, tous, jouent un rôle de caution :

  • 19 Cahier 7, p. 48-52.

Ce fut la profession que par la suite il déclarait sur ses papiers officiels. Il y réussit merveilleusement, d’après Mme Pérou.
Le récit de Jean Montmort selon lequel au temps de l’école primaire, Torma vola miraculeusement un énorme Saint-Honoré […]. Tout ce que nous savons par Montmort, c’est qu’à peu près vers le début 50 […].
Un peu plus tard, c’est la rupture de ce que Max [Jacob] appelait leur « amitié très pure »19.

16Par voie de conséquence, l’absence de sources, ou leur défaut de précision, entraîne de facto un non-savoir qui anéantit toute possibilité de reconstitution linéaire et continue. À ce titre, la métaphore récurrente du trou traduit nettement la prétention de réserve des biographes, et leur souci de ne jamais livrer des spéculations oiseuses :

  • 20 Ibid.

À ce moment, il y a un trou dans les renseignements […]. Il n’existe plus de notes de Jean Montmort sur cette période : ou bien ce sont de rares indications comme celle-ci : « D. I. fin 1926. » Qu’est-ce que cela veut dire ? […] Allusions que seul leur auteur pouvait comprendre. […] Pas de renseignements sur la période qui suit […]. Là-dessus, Mme Pérou n’a aucun souvenir […]. Séjour dont on ne sait rien20.

  • 21 Dossier 22, p. 40 et 45.

Il y a là un de ces « trous » que comporte la biographie et à propos desquels on ne peut que faire des hypothèses. […] On n’est pas autrement renseigné […]. Reste à savoir si… […] L’année 1930 est un nouveau « trou » dans la biographie de Torma21.

  • 22 Ne citons en comparaison que la vie de Bilitis, dont Pierre Louÿs se plaît à énumérer les mystères  (...)

17C’est là, comme on sait, une précaution constante de tout biographe circonspect, mais aussi… un des principaux lieux communs de la supercherie22. L’hermétisme des documents, précisément parce qu’il résiste et fait obstacle, fournit une excellente occasion pour valoriser l’objectivité et l’exhaustivité de l’enquête, les vides interstitiels du récit garantissant la plénitude de l’histoire. Car c’est bien se montrer exhaustif que de baliser méthodiquement le champ des connaissances, si peu étendu soit-il. La complétude ne consiste pas à dire toute la vérité sur le sujet mais tout ce qui est su, fût-ce de manière aussi neutre qu’imprécise :

  • 23 Dossier 22, p. 28-30 et Cahier 7, p. 26-33.

Il n’est pas facile d’identifier précisément… Selon toute probabilité… les documents paraissent témoigner…
Il semble que les Euphorismes, dédiés à Crevel, aient paru presque aussitôt après Coupures. C’est du moins ce qui ressort… Toutefois, sur d’autres exemplaires…
Assurément cela ne prouve rien… On peut imaginer que… Il semble, certes, moins vraisemblable que les deux ouvrages aient paru presque ensemble…
Il serait allé à Olympie et à Athènes : aurait-il accompagné quelqu’un ? […]
Peut-être avait-il même oublié la littérature23.

18Si la prolifération des modalisateurs d’incertitude et d’approximation (adverbes d’opinion, verbes modaux, termes exprimant le potentiel, etc.) ne prouve rien – comme le stipule judicieusement Sainmont, ci-dessus –, la scrupuleuse exigence dont elle témoigne produit un indéniable effet de réel. Dans ce discours interprétatif où ne s’organise jamais qu’un jeu de démonstration à vide, le dire persuasif l’est d’autant plus qu’il dit moins. Mais, à l’inverse, la faillite constante du projet biographique dévoile le fonctionnement d’un récit mis à nu par ses énonciateurs même. Au lieu de la justifier, les restrictions invalident la reconstitution en la réduisant à un protocole entièrement conjectural, aléatoire et quasi phatique.

  • 24 Seule l’inflation des supputations devient significative, car il est sûr que toute recherche biogra (...)

19De fait, les modalisateurs sont susceptibles d’une double lecture. Tout en servant à la simulation référentielle, ils la désignent comme telle et mettent en évidence le leurre, le faire-semblant dont elle dépend. Par le biais de l’impersonnel et de l’amphibologie, la redondance des précautions oratoires et des prédicats vagues referme sur lui-même un discours irrémédiablement inadéquat. Cette clôture entraîne du même coup le sabordage de toute la rhétorique persuasive. La « vie de Julien Torma » n’est pas crédible parce qu’elle n’est qu’un tissu d’hypothèses24, une sorte de conjecture filée qui, substituant au contrat de véridiction bio-bibliographique un pacte de fiction, tend en somme vers une autotélicité ludique.

Le sujet en son temps

  • 25 Euphorismes, p. 45.

Le temps est toujours là, pour nous emporter hors de nous-mêmes25.

20Dans l’édition critique et l’interprétation des documents manuscrits, le Collège de Pataphysique use d’un double système de repérage temporel. La correspondance, ainsi que les événements officiels ou concernant des proches de Torma, sont datés dans l’ère chrétienne, à l’aide du calendrier grégorien :

  • la famille déménage : 1916

  • réunion surréaliste au bar du Château : 11 mars 1929

  • lettres de l’hôtelier Pirpamer : 2 et 16 mars 1933 puis 10 janvier 1934

  • Ph. Merlen, élève au Lycée Henri IV : 1933-1935

  • Mort de J. Montmort : juin 1940

  • 26 Le terminus a quo du comput est en l’occurrence le 8 septembre 1873, date de la « Nativité d’Alfred (...)

21À l’intérieur de ce cadre, l’inscription des programmes narratifs s’effectue au moyen d’une transposition supplémentaire. Seule une chronologie seconde permet de situer les épisodes de la vie torméenne sur un axe ici fondamental, celui de l’Ère pataphysique26. La Notice écrite par Sainmont est ainsi balisée de constantes références au Calendrier pataphysique perpétuel, et chaque date y fait l’objet d’une véritable traduction chrononymique :

  • naissance de J. Torma : 15 clinamen 29 E. P. (6 avril 1902)

  • rencontre de Max Jacob : milieu 46 (printemps 1919)

  • publication de Coupures : pédale 53 (mars 1926)

  • déplacement à Lille : 22 gidouille 54 (6 juillet 1927)

  • déplacement à Cambrai : haha 55 (octobre 1927), etc.

22Comme le « calendrier vulgaire » sert uniquement de référence annexe, voire décorative, l’itinéraire de l’auteur se trouve inscrit dans un univers parallèle, mais à même d’être projeté dans le réel. D’une part, quelques indications provoquent une impression d’historicité, tel cet épisode relatant avec force détails – et sous l’autorité accessoire de l’Histoire du surréalisme signée par Maurice Nadeau – les heurts entre sectateurs d’André Breton et membres du Grand Jeu ; mais, d’autre part, le temps mondain semble n’avoir aucune prise sur les aventures de Torma.

  • 27 Cahier 7, p. 79.

23Tout en esquissant le simulacre d’un référent strictement circonscrit grâce à un travail d’incrustation, de marqueterie historico-littéraire, le transcodage chrononymique le déplace dans un domaine à part où prévalent des durées imaginaires. Il est au reste symptomatique que la datation des documents photographiques s’opère de manière distincte selon qu’ils représentent les lieux où vécut Torma, ou des portraits de celui-ci. Les premiers sont régulièrement situés dans l’ère chrétienne (rue de Rivoli, « de 1920 à 1925 » ; rue des Cinq-Diamants, « depuis l’automne 1926 jusqu’en juin 1927 » ; le Gasthaus tyrolien, durant 1’« hiver 1932-1933 »), tandis que les seconds rapportent ce temps apparent au temps réel qui n’est autre que l’éthernité pataphysique : « J. Torma vers 49-50 (1922) », « J. Torma en 51 (1924) », « J. Torma en 58 (1931) », « J. Torma en 59 (1932) », etc. On comprend pourquoi Charbonnier, dans son article précisément intitulé « Place de Julien Torma », s’étonne discrètement de ce que la vie de l’écrivain « semble offrir de tout préparé à la biographie romancée »27. Saisi à travers une suite de synchronies fugitives entre les ères chrétienne et pataphysique, l’être temporel se dématérialise, le sujet se vide en passant d’un code à l’autre.

  • 28 Cette « fête Suprême Première première » n’a d’équivalent, dans la hiérarchie des réjouissances, qu (...)

24Le 15 clinamen (6 avril), jour anniversaire de la naissance de Torma, est par exemple célébré l’un des deux événements majeurs de l’année : l’INVENTION DE LA PATAPHYSIQUE28. Tout comme les Euphorismes, dédicacés à Fargue le 6 avril 1926, la biographie torméenne procède donc au premier chef d’un avènement littéraire, c’est-à-dire d’un événement linguistique et non pas biologique : placée sous le signe de l’invention, elle manifeste son indépendance vis-à-vis du compte rendu et sa participation à la création continuée du Verbe. L’ipséité textuelle du héros se traduit en outre, dans le calendrier, par la succession immédiate des deux « Fêtes Suprêmes Quartes » :

23 gueules : Occultation de S. J. Torma, euphoriste.
24 gueules : Conversion de S. Matorel, bateleur.

25Désignée au moyen d’un terme euphémisant, la mort supposée n’est qu’une disparition, un effacement délibéré, un nouveau jeu de cache-cache avec la vie, mais elle n’a rien d’un décès ni d’un trépas. De manière comparable, la sanctification de « S[aint] J. Torma » découle d’un jeu anagrammatique sur le nom de Saint Matorel, héros éponyme de Max Jacob. Célébré dans l’éthernité pataphysique, au point de convergence de l’invention, de la conversion et de l’occultation, le sujet Torma se caractérise donc par la pérennité imaginaire de son rôle de décepteur ; et sa biographie se laisse lire comme une combinatoire qui ne met jamais en forme que l’absence. Quant à sa voix même, elle fait résonner comme un assourdissant silence.

Une « façade sans rien derrière »29

  • 29 Cette formule, concernant la pataphysique, figure dans une lettre rédigée le 20 octobre 1929, en ré (...)

26Si l’on tente en effet d’appréhender Torma non plus comme sujet biographique mais comme agent de l’énonciation littéraire, on constate que ses empreintes demeurent pareillement incertaines et brouillées. À défaut d’analyser par le menu chacune de ses œuvres, on se contentera de relever les principaux indices d’autodénégation qui viennent remettre en cause son propre passage ici-bas.

Au-delà et en deçà de l’expérience littéraire

27Dès les Premiers Écrits, l’ego scribans clamait son viscéral refus de naître, d’une manière que Desnos (dans « La colombe de l’arche ») ne se privera pas d’imiter par la suite :

  • 30 Cahier 7, p. 38 : « Au premier de ces messieurs. »

De juillet ou d’août mil neuf cent un
Maudite soit la seconde
Où la gouttelette de sperme de mon père
Atteignit l’ovaire de ma mère
Je me rétractais déjà et je criais NON30

28Quoique l’énonciation poétique soit, par nature, toujours débrayée de l’instance auctoriale dont elle émane, il est en l’occurrence tentant de rapporter à cette dernière les multiples actes de parole qui, tout en la manifestant, la situent dans un Néant où le Verbe même ne subsiste qu’à peine. Ainsi dans ce recueil « mystique » qu’est La Lampe obscure :

Je me tais
– Les mots ne sont-ils pas sur les choses comme des housses –
Et j’attends […]
Car je sais maintenant te contempler en moi
Homme,
Divin lapsus.

  • 31 Cf. Euphorismes, p. 42 : « La malédiction n’est qu’un défaut de prononciation. Si Dieu, – et pas ma (...)

29La volonté de retour au chaos ante originem va de pair avec ce constat que le Monde, et 1’homo loquens qui l’habite, ne sont eux aussi que des ratages, des fautes de langage. Si l’humain est lapsus, c’est parce qu’il est déchu – Adam étant traditionnellement nommé, comme on sait, protolapsus –, mais surtout parce que la Divine Création se réduit à un fiat performatif qui a mal tourné31, et dont il convient d’annuler tous les effets :

Jésus fils de Dieu,
Refais à l’envers le geste de la Création,
Fais que l’homme n’ait jamais existé,
Et rends au néant ce qui appartient au Néant.

30À travers cette remise en cause essentielle, le sujet de l’écriture en vient à se poser comme un locuteur dont la parole serait garante moins de son identité que, paradoxalement, de son non-avènement. L’usage même de la première personne, dans Le Grand Troche en particulier, semble la dissoudre en une pluralité indéfinie – « Combien faut-il de « moi » pour un Julien Torma ? », « Je suis ? Je suis celui que j’attends » – où l’être reste toujours à venir, en attente de ce qu’il n’est pas encore et qu’il se contente de poursuivre.

  • 32 Émile Benveniste, « De la subjectivité dans le langage » (1958), in Problèmes de linguistique génér (...)

31L’œuvre poétique donne en somme raison à Benveniste, selon qui « le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l’être, le concept d’“ego” »32. Mais, s’il n’y a « pas d’autre témoignage objectif de l’identité du sujet que celui qu’il donne ainsi lui-même sur lui-même », Torma s’empresse de fragmenter, de faire éclater le JE censé le représenter. Rejetant l’illusion qui ferait de l’énonciateur une source unique et univoque, il en vient à

oublier ses lettres
oublier son nom
oublier comme on sourit en pensant à autre chose

  • 33 Cahier 7, p. 84.

32C’est bien dans et par le texte que se constitue un sujet qui, malgré l’inscription de sa signature, demeure anonyme. Il n’est alors pas étonnant de retrouver dans son (anti- ?) théâtre de semblables procédures d’anéantissement. La tragédie en neuf tableaux intitulée Coupures est composée, conformément à son titre, de collages à la manière surréaliste qui évitent précisément à l’auteur de prendre la parole, fût-ce pour la déléguer aux personnages. Dans ce cut off, dans ce centon fait de citations implicites (entre autres du Don Sanche d’Aragon cornélien), seuls la sélection et l’agencement des segments relèvent d’un acte d’autorité – au sens propre du mot – sans que transparaisse jamais, au fil du discours, une quelconque subjectivité auctoriale. Cependant, y apparaît sous le nom d’Osmur – anagramme de surom (qui évoque à son tour Surhomme…) – un fils ancillaire du dieu Jupiter dont le rôle consiste à énoncer les indications scéniques. Ce proférateur de didascalies, qui met à nu le ressort ultime de la dramaturgie, l’annihile du même coup en le déplaçant jusque sur la scène et dans la parole. Aussi dérisoire que fatidique, aussi prégnant que ridicule, Osmur est en fait, comme l’a bien montré Sainmont, « la grosse ficelle de toutes les pièces de théâtre : à savoir qu’il y a un auteur. Nul ne l’ignore mais il est gênant de trop y penser »33. Comme les personnages ne font qu’exécuter ses volontés, la convention du tragique par excellence se voit explicitée en même temps qu’annulée, si bien que l’on assiste conjointement « à la genèse et à la dissolution du théâtre, réunies par un beau tour de force pataphysique en un processus identique ».

33Coupures se caractérise ainsi par l’effacement du sujet de l’écriture là où on l’attendrait (dans les propos échangés), et par son dévoilement là où n’est pas sa place (via une sorte d’hypostase transgressive). C’est en revanche un autre type de ressort que fausse Le Bétrou, drame où nombre de protagonistes passent leur temps à mourir pour ressusciter à l’acte suivant (d’où cette réplique : « Vos assassinés ne savent plus qu’ils sont morts, ni vos morts s’ils ont été bien assassinés »). Surabondamment exploité, l’artifice de la mort théâtrale est aussi invalidé selon un inéluctable compte à rebours qui, de l’Acte moins trois à l’Acte zéro, fait progresser la pièce vers sa propre disparition, sans laisser de traces. Tout comme dans la biographie de Torma, la mort est non avenue parce que leur avènement, purement textuel, prête voix aux individus sans leur donner corps. Rien n’ayant jamais lieu qu’une imaginaire expérience langagière, celle-ci s’affranchit librement des principes de cohérence mondaine.

Aux sources vives de la parole

34Puisque les tentatives littéraires de Torma traduisent, comme sa vie, un souci constant de détruire ce qu’elles ne vont pas même jusqu’à construire, on peut se demander si les autres témoignages laissés par lui – sous forme de messages épistolaires ou de fragments divers – soumettent le sujet de l’écriture à pareille négation.

35En ce qui concerne les Euphorismes, force est de constater que Torma n’est aucunement responsable de leur publication : il s’agit d’un ouvrage conçu et édité par son ami Jean Montmort, à partir de notes éparses ou de propos « rassemblés avec l’assentiment de l’auteur ». Quoique celui-ci les ait « revus et parfois retouchés », ils n’en traduisent pas moins son profond désintérêt pour la chose écrite. Là où l’on aurait enfin pu espérer l’atteindre sans médiation, le locuteur s’absente à nouveau d’un recueil pourtant signé de son nom. Voilà pourquoi les multiples occurrences du JE, loin de référer à une instance clairement circonscrite, fonctionnent à vide, comme des embrayeurs sans ancrage repérable. On retrouve ainsi, sous d’autres aspects plus aphoristiques (et euphorisants…), les récusations déjà énoncées par ailleurs :

Les JE sont faits. […] Si j’étais moi !
Je suis aussi cette ombre qui me suit et que je fuis : Ombre d’une ombre, dansant sur les murs croulants de hasard.
Vivre est une manière de cache-cache.
Pas la vie mais une simple tricherie entre la vie et la mort.
Tout ce que je ferai sera de trop.

36Il n’y a pas que l’ego qui soit un « phallacieux » mirage. La réalité comme la parole (qui « implique le mensonge ») ne sont que farce, illusion, fiction parmi d’autres ; aussi le canular égale-t-il en vérité le propos le plus « sérilleux », eu égard à l’équivalence pataphysique. Et il n’est certes pas indifférent que, par ce biais, Torma explicite en quelque sorte son propre statut d’auteur, notamment quand il envisage de « parler LEUR langage » – « C’est la meilleure blague qu’on puisse faire et la seule vraiment déplacée » –, quand il réfute l’existence de maux de l’âme vu qu’« il n’y a que des mots », ou encore quand il dénonce le leurre de son ipséité :

  • 34 Fragments non retenus dans les Euphorismes, insérés dans le Dossier 21, p. 65.

Passer par une série de « moi », d’existences, d’avatars, de réincarnations ? Pas besoin, je les ai tous à la fois. S’ILS savaient QUELS je suis ! Précisément ILS ne le sauront jamais. Ce qui m’est foutrement indifférent34.

  • 35 C’est du reste un principe commun à la plupart des suppositions d’auteur, comme nous l’avons signal (...)
  • 36 D’où l’effet de « je d’ombre » évoqué par Launoir, op. cit., p. 49.

37Si supercherie il y a, on voit qu’elle ne va pas sans une certaine démystification35. Le JE se définit, de manière quasi paranoïaque, par son antagonisme avec ILS, mais aussi, de manière quasi schizophrénique, par sa non-réductibilité à un « moi » singulier36. Or, prises à la lettre, de telles assertions autorisent à déceler, sous le nom (et les écrits) de Torma, une pluralité (un collège, pourrait-on dire…) de collaborateurs. Toutes les formules d’apparence contradictoire, que l’on pourrait tenir pour boutades ou jeux sur l’absurde, révèlent la nature exacte du sujet en question. Et c’est sans doute dans sa correspondance qu’elles gagnent leur pleine efficience. Les lettres à Montmort, au moyen d’une constante saturation déictique, insistent régulièrement sur la non-présence du scripteur en ce qui n’est jamais que non-lieu :

  • 37 Dossier 22, p. 34 et 36.

La raison de mon absence – de mon absence de tout lieu où je puisse être – est que je ne suis pas là.
Inutile de venir ici. Ici n’est même pas ici37.

  • 38 Avant-dernière lettre, expédiée du Tyrol, dans laquelle Torma reprend pour le récrire (« J’isse ! S (...)

38Même lorsque l’épistolier semble céder, pour ainsi dire, au génie du lieu – « Ce n’est rien, J’y suis, J’y suis toujours »38 – la référence est moins géographique qu’intertextuelle, puisqu’il s’agit d’une allusion à Rimbaud. C’est à nouveau dans le texte, non dans le monde, que s’enracine le sujet de l’écriture. Si l’on en croit l’appareil critique, ces diverses dépêches « révèlent leur auteur sous un jour direct et dans une attitude à peu près spontanée (dans la mesure où il n’est pas naïf de croire que celui qui met la main à la plume puisse être spontané) ». Et cette spontanéité, pour relative qu’elle soit, a précisément le mérite de confirmer, une fois encore et comme par défi, le jeu de lettres et de néant dont Torma est le grand maître :

J’en étais arrivé à être si inexistant qu’ils ne s’en apercevront peut-être pas.
Faire n’importe quoi est peut-être une raison d’être, mais comme je me passe de raison d’être, je vais une fois de plus être en « défaut » ou défaillance.

39Loin d’apporter une preuve dirimante à la réalité de sa vie, ces pièces à conviction manuscrites, ces documents holographes ne font jamais que marquer la place vacante que Torma occupe sans la remplir jamais. Moins anecdotiques, les missives échangées avec Daumal appréhendent cette étrange posture d’un point de vue théorique. L’adepte du Grand Jeu, qui souhaite attirer son ami dans l’aventure de la revue nouvellement créée, estime ainsi que ses refus systématiques donnent à sa

  • 39 Dossier 8, p. 48.

personne un poids essentiel de vide. Il y a en toi une force qui émerveille parce qu’elle ne s’appuie sur rien. C’est ce rien qui est précieux. […] On n’a jamais trop de vide en soi. Si tu restes éloigné, sois du moins un mythe39.

40Jamais à court d’arguments décisifs, Torma décline l’offre en invoquant le Faustroll jarryque, dont il brosse un portrait qui, à lui-même, sied aussi comme un gant :

  • 40 Ibid., p. 50-52.

Il a l’air d’être naturel et n’est pas naturel. […] Sa navigation n’existe même pas. Ces personnages ni leurs aventures ne sont réels. On le voit dans la mort et la résurrection de Bosse-de-Nage. Mais ils ne sont pas imaginaires non plus au sens où le sont les héros de romans et de contes fantastiques. Car pour ces derniers on suppose au moins provisoirement et si extravagante que soit cette hypothèse, qu’ils pourraient sans trop d’invraisemblance, exister40.

41En somme, le caractère foncièrement déceptif de ce vaste édifice que forment les écrits de et sur Torma tient à la large part d’indécidable qu’ils comportent. La mystification apparaît trop évidente pour ne pas en être une, trop évidente aussi pour duper effectivement. La grande originalité du dispositif tient en outre à cette réflexivité métatextuelle, à ces gloses multiples qui, de manière plus ou moins ludique et détournée, représentent le sujet de l’écriture comme ce qu’il est : une voix sans origine, une trace sans cause, un processus d’avènement sans fin. À ce titre, le scepticisme absolu de Torma a bien pour fonction de guider le lecteur, en lui donnant accès à une légende cousue de fil blanc :

Si on en est encore à croire que quoi que ce soit puisse être connu, il n’y a pas de pataph[ysique]. – C’est d’une naïveté. Quant à moi, que l’opaque soit opaque, ça ne me dérange pas. L’ignorance ne me trouble ni ne m’angoisse. Je trouve ça très drôle et satisfaisant.

42Mais, plus encore que textuel, ce sujet « mythique » est par essence littéral. Sa parole évanescente, c’est dans le corps des mots, des noms surtout, qu’elle prend sa source. Au point que son propre patronyme, loin de constituer un indice d’identification discriminant, finit par se dissoudre au long d’un déroutant circuit paragrammatique.

La non-trace du nom

  • 41 La Lampe obscure, p. 87.

43Et comme les masques étaient transparents41 !

  • 42 Cahier 8, p. 46. Rappelons que le Saint Matorel de Max Jacob fut imprimé en 1909. Sur ce texte, lir (...)
  • 43 Ces procédés ne sont pas rares dans les suppositions : cf. notamment l’inversion GAZUL/GUZLA chez M (...)
  • 44 Le Carnet intime de l’auteur met clairement en évidence la dimension mortifère de telles manipulati (...)

44À l’instar du calendrier collégial, qui rapproche « S[aint] J. Torma » et « S[aint] Matorel », la biographie signale que l’un des exemplaires de La Lampe obscure fut ainsi dédicacé à René Daumal : « Pour découvrir en St Matorel l’anagramme de Torma le Saint »42. Résultat d’un travail combinatoire, la signature ne représente là que par défaut l’orthonyme auctorial. Ce dernier s’inscrit, avec ses variantes formelles, dans une mouvance intertextuelle, dans un désordre littéral programmant un jeu de découverte complexe : plutôt qu’un signe caché, le labyrinthe onomastique des textes invite en effet à rechercher les fragments d’un nom éclaté. Un premier fil d’Ariane relie ainsi à Torma le saint / Saint Matorel le couple Sain-mont / Mont-mort, à quoi s’ajoute le (B) OM(de)R(n)AT désignant la propriétaire du « Vins et Hôtel » déjà évoquée. On trouverait encore plusieurs items participant de cette saturation révélatrice : tels (L)A(u)TR(é)AMO(n)T – dont les Euphorismes font suggestivement l’éloge – et surtout ce doublet presque spéculaire dans Porte battante : « Marot nié m’a rogné. » Ce n’est ni le référent ni l’éventuel signifié linguistique des noms, mais la forme de leur expression qui les rapproche sans pour autant les confondre43. En somme, les difficultés du parcours tiennent moins à l’indistinction entre désignateurs réels et désignateurs fictifs qu’au déplacement constant de toute nomination. S’y met en place une double filiation : celle du sang, imaginaire, et celle du texte, lisible à travers l’échange symbolique de segments coalescents44.

  • 45 Cahier 7, p. 78.

45Dans la mesure où tout auteur supposé se définit, par excellence, comme l’autre de son nom, il paraît logique que le nom (impropre) de Torma ne soit pas étranger aux autres. La valeur d’individuation dont il est censément porteur n’a plus cours car il s’agit moins d’un nom de personne que du nom de personne (i. e. de n’importe qui). Cet évidement généralisé – qu’on pense encore au personnage du Bétrou dénommé VIDEFORME… –, cette absence de soi à soi se traduisent par une dispersion, un inlassable retour des lettres et des syllabes qui construisent une manière de nom en commun protéiforme. À perdre toute puissance référentielle, le patronyme ainsi décliné – au double sens du terme – gagne une dimension proprement poétique. Pur avènement par soi, il n’est jamais nom du père ni même nom de famille, mais représentant provisoire d’une famille de noms qui, en se ramifiant, ne dénomment plus spécifiquement : aussi la disparition de Montmort, en juin 1940, peut-elle être qualifiée de « seconde mort pour Julien Torma »45. La désignation in absentia ne fait pas prendre corps au sujet de l’écriture ; elle ne se répète, au moyen de signifiants intriqués, que pour signifier son occultation définitive.

Notes

1 Cf. la préface de Michel Arrivé à nos Supercheries littéraires, Paris, Usher, 1989, p. 12, note 3.

2 Deux occurrences ponctuelles de son nom apparaissent en outre dans les articles « Pataphysique » et « Absurde », respectivement signés par Noël Arnaud et Pierre Brunel.

3 Par exemple dans le Dictionnaire des œuvres du XXe siècle, H. Mitterand (dir.), Paris, Le Robert, 1995, et dans le Dictionnaire de littérature française, Ph. Hamon (dir.), Paris, Le Robert, 1998. On sait que Clotilde de Surville et Bilitis, au siècle dernier, ou plus récemment Émile Ajar, connurent de semblables privilèges.

4 Préface de la seconde édition du Théâtre Dada et surréaliste, Paris, Gallimard, « Idées », 1979, p. 21.

5 Ainsi Martin Esslin lui a-t-il consacré plusieurs pages de son Théâtre de l’absurde, trad. fr. Paris, Buchet-Chastel, 1971.

6 Pour une présentation plus détaillée, lire J. Wirtz, Métadiscours et Déceptivité, Paris – Berne, Peter Lang, 1996, chap. 1.

7 Statuts [du College de Pataphysique], art. 4, § 1 et 3.

8 Gestes et Opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Pléiade », t. I, 1976, p. 668. Dans le droit-fil de ce projet, la nécrologie du vice-curateur fondateur du Collège l’honorera pour avoir été « le jaillissement de la pataphysique incréée qui nous guidait dans les ténèbres mouvantes de tous les mondes réels ou non » (Cahier, 26, p. 2).

9 Dans ses Euphorismes, Torma ne prônera qu’une « seule solution : la solution de continuité » (p. 15).

10 Gestes et Opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien, p. 665.

11 Promptuaire récapitulatif des publications, 98 È[re] P[ataphysique] [1971], p. 47-48.

12 Cahier 2, p. 21. Cf. la lettre de Torma à Daumal du 20 oct. 1929, Cahier 8, p. 52 : « Faustroll dit : Je suis Dieu, et certes il a le droit de le dire autant que Dieu lui-même » ; et aussi les Euphorismes, p. 30 : « Pour Dieu, n’être que Dieu, ce n’est vraiment pas très fort. »

13 Dossier 7, p. 94.

14 François Le Lionnais (Subsidia 24, p. 37) évoque ici la fin du poème « Liquidation » du Grand Troche : « Ce Monde où l’on voudrait se perdre loin des routes / – mais il n’y a même pas de routes. »

15 Max Jacob, Correspondance, Paris, Éd. de Paris, 1953, p. 187-191 et 194-196.

16 René Daumal, Lettres à ses amis, Paris, Gallimard, 1958, p. 134-137.

17 Ruy Launoir, Clés pour la pataphysique, Paris, Seghers, 1969, p. 42.

18 Ce tenancier tyrolien du Gasthaus zur Wildespitze serait la dernière personne à avoir vu l’écrivain, avant son énigmatique disparition au cours d’une « excursion solitaire ».

19 Cahier 7, p. 48-52.

20 Ibid.

21 Dossier 22, p. 40 et 45.

22 Ne citons en comparaison que la vie de Bilitis, dont Pierre Louÿs se plaît à énumérer les mystères : « un amour sur lequel nous savons peu de choses […], je regrette seulement qu’on n’en ait pas parlé davantage et que les auteurs anciens, ceux du moins qui ont survécu, soient si pauvres de renseignements sur sa personne […], nous ne savons rien sur cette dernière période de sa vie. Nous ne savons même pas à quel âge elle mourut » ; cf. Les Chansons de Bilitis, Paris, Gallimard, « Poésie », 1990, p. 31-37.

23 Dossier 22, p. 28-30 et Cahier 7, p. 26-33.

24 Seule l’inflation des supputations devient significative, car il est sûr que toute recherche biographique est condamnée, comme le signale Claude Chabrol, à « re-constituer hypothétiquement une réalité d’ailleurs découpée selon des principes de pertinence fondateurs, à travers des schémas abstraits théoriques, en produisant des modèles seulement possibles et dont la vérification n’entraîne pas du tout qu’ils soient « vrais » mais seulement provisoirement non falsifiables » ; cf. « Récits de vie et sciences sociales », Revue des sciences humaines, n° 191, 1983, p. 75. En tout état de cause, c’est bien son caractère fortement déceptif qui rend la vie de Torma si peu conforme à celles – de Rimbaud, Vaché, Rigaut, Crevel, etc. – qui pourtant lui servent de modèle sous-jacent.

25 Euphorismes, p. 45.

26 Le terminus a quo du comput est en l’occurrence le 8 septembre 1873, date de la « Nativité d’Alfred Jarry ». Notons qu’en se dotant de sa propre grille calendaire (avec ses fêtes et ses saints), le Collège suit le modèle non seulement de Jarry (avec l’Almanach du Père Ubu) mais aussi des Calendriers Positiviste (par Auguste Comte) et Républicain.

27 Cahier 7, p. 79.

28 Cette « fête Suprême Première première » n’a d’équivalent, dans la hiérarchie des réjouissances, que l’ONTOGÉNIE PATAPHYSIQUE, célébrée le 22 merdre (8 juin).

29 Cette formule, concernant la pataphysique, figure dans une lettre rédigée le 20 octobre 1929, en réponse à celle de Daumal (Cahier 8, p. 50).

30 Cahier 7, p. 38 : « Au premier de ces messieurs. »

31 Cf. Euphorismes, p. 42 : « La malédiction n’est qu’un défaut de prononciation. Si Dieu, – et pas mal d’autres après lui –, avaient pris des leçons de diction, ils auraient évité de se rendre ridicules. Mais ce n’est pas moi qui le regretterai. »

32 Émile Benveniste, « De la subjectivité dans le langage » (1958), in Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, 1966, p. 258-266.

33 Cahier 7, p. 84.

34 Fragments non retenus dans les Euphorismes, insérés dans le Dossier 21, p. 65.

35 C’est du reste un principe commun à la plupart des suppositions d’auteur, comme nous l’avons signalé dans notre Esthétique de la mystification, Paris, Éd. de Minuit, 1994.

36 D’où l’effet de « je d’ombre » évoqué par Launoir, op. cit., p. 49.

37 Dossier 22, p. 34 et 36.

38 Avant-dernière lettre, expédiée du Tyrol, dans laquelle Torma reprend pour le récrire (« J’isse ! Suit tout jour… Ce nez rie, hein ? ») cet extrait des Vers nouveaux qu’il a déjà cité (également sans référence) dans sa lettre du 25 sept. 1928, postée de Charleville (Dossier 22, p. 42 et 49).

39 Dossier 8, p. 48.

40 Ibid., p. 50-52.

41 La Lampe obscure, p. 87.

42 Cahier 8, p. 46. Rappelons que le Saint Matorel de Max Jacob fut imprimé en 1909. Sur ce texte, lire notamment l’étude de Leiris, « Saint Matorel martyr », in Brisées, Paris, Mercure de France, 1966, p. 82-90.

43 Ces procédés ne sont pas rares dans les suppositions : cf. notamment l’inversion GAZUL/GUZLA chez Mérimée, et la lumineuse analyse des hétéronymes de Pessoa par Jakobson, Questions de poétique, Paris, Seuil, 1973, p. 512 : « La signature du maître Ca-eir-o entre, avec deux métathèses, dans le prénom et le nom, “ajustés” pour désigner le disciple Ricaido Reis […]. »

44 Le Carnet intime de l’auteur met clairement en évidence la dimension mortifère de telles manipulations littérales : « Tomar / marto / t’amor / À mort. »

45 Cahier 7, p. 78.

Auteur

Université de Nanterre, Paris X

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540