Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix, Traces, Avènement

 | 
Alain Goulet

Le rôle des déictiques dans la constitution du sujet

Pierre Van Den Heuvel

Texte intégral

Préliminaires : narration et narrateurs

  • 1 Pour des informations complémentaires et des données bibliographiques concernant les déictiques, vo (...)

1Toute énonciation, tout acte de production d’un énoncé, est conditionné par une situation (ego, hic et nunc) qui détermine l’émission et la forme de l’énoncé. On appelle cette situation la deixis, l’univers du sujet parlant qui établit un rapport entre l’énoncé et son acte producteur. Les éléments linguistiques qui, dans un énoncé, réfèrent à cette situation du sujet s’appellent les déictiques ou les embrayeurs1.

2Pour situer clairement la question qui nous occupera aujourd’hui, prenons quelques exemples.

3Voici l’incipit bien connu de L’Étranger de Camus :

  • 2 Albert Camus, L’Étranger, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 9.

Aujourd’hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile […].
L’asile des vieillards est à Marengo, à quatre-vingts kilomètres d’Alger. Je prendrai l’autobus demain […]2.

4Dès le début, la situation de l’élocution est claire. « Maman », puis « je » réfèrent à un sujet-narrateur à la première personne ; « aujourd’hui », « hier » et « demain » à sa situation temporelle ; « Marengo » et « Alger » le situent dans l’espace algérien.

5L’incipit de La Symphonie pastorale de Gide présente d’abord une date, « 10 février 189. », qui précède les phrases :

  • 3 André Gide, La Symphonie pastorale, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 11.

La neige, qui n’a pas cessé de tomber depuis trois jours, bloque les routes. Je n’ai pu me rendre à R… où j’ai coutume depuis quinze ans de célébrer le culte deux fois par mois. Ce matin trente fidèles seulement se sont rassemblés dans la chapelle de La Brévine3.

6Ici encore, les déictiques précisent bien l’identité du sujet parlant, sa profession, son espace et son temps. Dans les deux cas, l’observation des déictiques nous permet de reconnaître, dès le début, le mode narratif (récit à la première personne), le genre du discours (journal intime ou roman-mémoires ; on sait bien qu’il ne s’agit pas d’une autobiographie) et même la catégorie à laquelle appartiennent, dans la typologie genettienne, les narrateurs (intra-, homo-, voire autodiégétiques).

7Prenons maintenant le début de Germinal de Zola :

  • 4 Émile Zola, Germinal, Paris, Gallimard, « Folio », 1978, p. 49.

Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves4.

8Ici, il s’agit d’une narration à la troisième personne, où le narrateur premier, extradiégétique, reste invisible.

9Plus complexe est le début de Jacques le Fataliste de Diderot :

  • 5 Denis Diderot, Jacques le Fataliste, Paris, Gallimard, « Folio », 1970, p. 25.

Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe ? Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va ? Que disaient-ils ? Le maître ne disait rien ; et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut5.

10Et plus loin :

Vous voyez, lecteur, que je suis en beau chemin…

11Ici, la narration à la troisième personne est beaucoup plus subjective. Certains déictiques réfèrent même directement au sujet de l’écriture qui fait régulièrement des intrusions dans l’énoncé narratif pour le commenter ou, s’adressant directement au lecteur, pour montrer l’arbitraire de sa stratégie discursive.

12Ce qu’il y a de commun à ces quatre discours, même dans le cas de Diderot, c’est que la déictisation se fait par des références à des locuteurs internes qui font partie intégrante de l’univers fictionnel de l’énoncé.

13Considérons maintenant quelques autres types de discours narratifs qui prouvent bien qu’un récit, en tant qu’énoncé-objet, n’a de sens que par rapport à la situation du sujet de l’élocution et au contexte de son émission. L’importance capitale de ce lien s’illustre le mieux par l’exemple de la parabole, cette forme primitive, embryonnaire, du discours romanesque.

14Dans le Nouveau Testament figure le récit du Bon Samaritain qui commence ainsi :

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho ; il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent […].

15Plusieurs personnages passent sur cette route sans porter secours au blessé demi-mort jusqu’au moment où un Samaritain, appartenant à un groupe social peu respecté, l’aide, l’emmène dans une auberge et le soigne jusqu’à sa guérison (Saint Luc, X, 29-37). Cette histoire n’a de sens que par rapport au contexte énonciatif qui la précède :

Un docteur de la Loi demanda à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus répondit : « Un homme descendait. »

16Le récit constitue donc une réponse à une question, réponse qui passe par la voie indirecte d’un discours narratif fictionnel. Considéré comme un énoncé autonome, l’intérêt de cette histoire ne dépasse pas celui de la simple anecdote. Par contre, rattachée à la situation énonciative, elle prend une valeur tout autre et illustre parfaitement le rapport qui devrait unir les êtres humains.

17L’importance de cet aspect apparaît aussi très clairement, à mon avis, dans l’emploi des proverbes, si courant dans le discours social : certains proverbes, constituant de véritables mini-récits fortement contractés, présentent une assez grande diversité sémantique d’après la situation qui détermine leur émission. Comme dans la parabole, les termes contenus dans l’énoncé n’ont, tels quels, aucun rapport avec l’intentionnalité discursive, mais ils se chargent de signification grâce au contexte énonciatif de leur réemploi.

18Qu’en est-il maintenant des déictiques ? Les deux derniers exemples (la Bible et les proverbes) montrent bien que la deixis de l’énoncé narratif (l’univers fictif du Bon samaritain, etc.) n’a, en elle-même, qu’un sens très réduit. La valeur des déictiques qui déterminent l’univers de l’énoncé (le narrateur, sa situation, le lieu, le temps) est totalement subordonnée aux déictiques qui figurent dans le cadre énonciatif qui entoure le récit : qui raconte la parabole ? À qui ? Quand ? Où ? Pourquoi ? Ce sont les réponses à ces questions qui permettent d’interpréter le sens du récit. Cela est évident.

  • 6 Cf. Nomi Tamiz, « Personal Narrative and Linguistic Foundation », Journal for Descriptive Poetics a (...)

19L’importance de l’énonciation est bien moins évidente quand il s’agit de romans. En lisant les récits de L’Étranger, de la Symphonie et de Jacques, nous ne disposons que du seul énoncé narratif où figure une série de locuteurs internes. Le véritable sujet de l’énonciation, celui qui nous présente le récit comme une parabole, est absent. Obéissant aux lois des conventions littéraires, il s’est retiré afin de donner un statut d’autonomie à son énoncé. Pourtant, nous savons bien que celui-ci, comme toute communication, ne tire son vrai sens que de la situation énonciative et contextuelle. C’est dans ce sens que l’on peut considérer un discours romanesque, dans sa totalité, comme un énoncé au style direct, qui à l’origine était précédé par l’incise déclarative : « Je raconte (dis) : “…” », mais où l’on a effacé cette formule attributive ainsi que les guillemets. La situation originelle n’est donc plus que dans l’implicite6.

20Ici se pose le grand problème de la déictisation littéraire. Un roman, nous l’avons vu, contient les déictiques qui situent le locuteur interne de l’univers fictionnel, non pas ceux qui référeraient à la véritable instance productrice puisque celle-ci s’est retirée de son énoncé.

  • 7 On trouvera des exemples d’une telle recherche dans mes articles « À la recherche du sujet perdu : (...)

21Partant de l’hypothèse que tout discours élaboré contient des éléments qui réfèrent à son origine énonciative, nous posons aujourd’hui la question suivante : une étude de la déictisation de l’énoncé narratif peut-elle mener à la découverte de déictiques qui référeraient à la situation du sujet de l’énonciation7 ?

22Avant de répondre à cette question difficile, il faut définir les déictiques et tracer les grandes lignes du cadre théorique et méthodologique où se situe cette recherche.

Les déictiques : définition et terminologie

23Les déictiques sont les mots qui explicitent l’acte énonciatif par la référentialité situationnelle : ils montrent les circonstances de l’activité langagière, le contexte énonciatif. Le terme vient du grec deiknumi = montrer (deixis = monstration, exhibition). Ce sont donc des « indicateurs » qui désignent le locuteur, le sujet de la parole orale ou écrite.

24L’attention accordée à ces mots du discours est très récente et s’est manifestée, d’abord, par l’étude de ce qu’on appelle les shifters ou embrayeurs. Le terme de shifter apparaît pour la première fois en 1954, dans une publication d’Otto Jespersen qui le définit ainsi :

  • 8 Otto Jespersen, Language, its Nature, Development and Origin, Londres, Allen and Unwin, 1954, p. 12 (...)

Une catégorie de mots qui présentent de sérieuses difficultés pour les enfants sont ceux dont la signification change d’après la situation de sorte que, pour l’oreille de l’enfant, ils sont appliqués tantôt à telle chose tantôt à une autre chose8.

25C’est le cas de mots comme « père » et « mère ». Le philologue désigne comme la catégorie la plus importante de shifters celle des pronoms personnels.

  • 9 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, I, Paris, Éd. de Minuit, 1963, chap. 9, p. 178-184

26En 1957, Roman Jakobson consacre un article célèbre à ces embrayeurs dont il décrit les caractéristiques majeures, mais sans en faire l’énumération complète. Cette étude intitulée « Shifters, verbal categories and the Russian verb » a été reprise dans l’édition française des Essais de linguistique générale9.

  • 10 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, t. I, 1966, t. II, 1974.
  • 11 Ce dernier texte, très important, avait d’abord paru en 1970 dans Langages, n° 17.

27En 1966, Émile Benveniste, dans ses Problèmes de linguistique générale10, approfondit l’étude du phénomène en question dans les chapitres V, « L’homme dans la langue », XVIII, « Structures des relations de personne dans le verbe » et XX, « La nature des pronoms ». Dans le tome II, de 1974, il continue cette recherche dans les chapitres IV, « Le langage et l’expérience humaine » et V, « L’appareil formel de l’énonciation »11.

28Généralement, on part de ces trois auteurs pour aborder le domaine des déictiques. Nous verrons tout à l’heure comment les linguistes ont su mettre à profit, par des voies très diverses, la connaissance de ces petits mots du discours.

29L’étude des déictiques n’est pas chose facile. La terminologie en usage pour désigner ces mots est encore assez hétérogène et varie selon les auteurs. Le plus souvent on rencontre, outre déictiques et embrayeurs, les termes d’indicateurs, indices, signes iconiques, opérateurs, etc.

  • 12 Cf. les dictionnaires : Jean Dubois et al., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage(...)

30Cette incertitude terminologique, qui est heureusement en train de se stabiliser, va de pair avec une assez grande diversité des définitions et des typologies que l’on applique à cette catégorie de mots. Jespersen et Jakobson insistent à juste titre sur le fait qu’il s’agit de mots dont le sens varie selon la situation de parole, d’où le terme de shifters et d’embrayeurs. C’est dans ce sens qu’ils constituent toujours des référents qui relient l’énoncé à un locuteur déterminé, à un sujet de parole dont ils précisent l’identité et la situation spatio-temporelle. Aujourd’hui on entend généralement par déictiques tous les éléments linguistiques qui, dans un énoncé, varient avec la situation de parole, réfèrent au sujet parlant et déterminent ensemble la deixis, l’univers du sujet qui établit, par ce moyen, un rapport entre son énoncé et son acte de parole12.

31La catégorie la plus visible de ces référents est celle des pronoms personnels qui désignent ceux qui participent à la communication : je/nous s’adressent à un tu/vous pour parler de il/on/ça, pronoms auxquels correspondent les adjectifs et pronoms possessifs, etc. D’autres référents explicitent la situation temporelle (aujourd’hui, hier, demain) et spatiale (ici/là, ceci/cela, etc.). Outre les pronoms personnels et possessifs, des adverbes et adjectifs – démonstratifs surtout – et des locutions adverbiales, il y a encore certains temps (le présent notamment) et modes du verbe ainsi que les procédés qui introduisent la citation d’énoncés d’autrui (styles direct, indirect et indirect libre à valeur « testimoniale »). Ensemble, ces référents contribuent à la déictisation du sujet du discours, à l’instauration de la deixis.

32Il existe d’autres procédés de référentiation qui n’appartiennent pas au domaine de la linguistique, mais à celui de la poétique. Outre les stratégies discursives de la sélection et de l’organisation (la logique du récit, les grammaires narratives), ce sont les figures métadiscursives, réflexives et inter-ou transtextuelles qui renvoient également, d’une manière indirecte, au contexte de l’instance énonciative du discours.

33Du point de vue philosophique, on peut considérer l’ensemble de ces éléments textuels, qu’ils soient d’ordre linguistique ou littéraire, comme des traces volontaires ou involontaires ou, dans l’optique de la déconstruction derridienne, comme des « écarts », des « restes » qui constituent en même temps un « supplément » inévitable dans la construction textuelle, voire une « condition » qui se trouve à la base de toute production discursive.

Cadre théorique : énonciation et énoncé

34J’ai déjà montré très globalement l’intérêt de ces mots à l’aide de quelques exemples. La fonction qu’exercent ces mots se comprend encore mieux quand on les observe dans la perspective très large de la théorie de la communication.

35Dans toute communication, qu’elle soit orale ou écrite, il y a une différence fondamentale entre l’énoncé et l’énonciation, distinction que l’analyse littéraire a si longtemps négligée en se limitant à l’étude du seul énoncé. L’énonciation, c’est l’acte de produire un énoncé. Celui-ci est donc le résultat de cet acte, le message oral ou écrit. L’énonciation concerne essentiellement le domaine où un sujet (sujet parlant, destinateur, narrateur) établit un échange communicationnel avec un ou plusieurs interlocuteurs (allocutaires, destinataires, narrataires). En prenant en charge cet acte énonciatif, l’analyse se trouve ipso facto confrontée à certains aspects importants du discours, non seulement à celui de la subjectivité, mais aussi à celui de l’intersubjectivité puisque le discours, lors de sa réalisation, fonctionne grâce à une activité conjointe, à une interaction situationnelle, de nature dialogique, entre deux instances.

36Quant à la communication écrite, littéraire notamment, il faut signaler tout de suite trois grandes difficultés.

  • 13 Cf. Jacques Derrida, De la grammatologie, Paris, Éd. de Minuit, 1967, et Manar Hammad, « L’énonciat (...)

37Premièrement, quand il s’agit de discours écrit, on ne peut étudier l’énonciation que dans l’énoncé, dans le résultat visible (lisible) de l’acte antérieur, donc dans le texte. C’est pourquoi la communication orale – in praesentia – est bien plus riche : on y voit les interlocuteurs, leurs gestes, leur mimique, leurs hésitations, etc. ; on entend le débit, l’intonation, etc. Dans le cas de l’écrit – in absentia –, la situation est radicalement différente puisque l’énoncé est détaché de son origine contextuelle. Ici, l’énonciation est toujours une « énonciation énoncée »13. C’est pourquoi il est si difficile d’étudier cet aspect dans certains types de discours, par exemple dans un manuel de mathématiques.

38Cette question a fortement occupé la réflexion contemporaine sur le langage, par exemple dans le groupe Tel Quel qui s’est intéressé au « prélangagier » et à la « productivité de la parole », à partir du dialogisme bakhtinien et de la distinction kristévienne entre « géno-texte » (énonciation) et « phéno-texte » (énoncé). Sur cette discussion s’est ensuite greffé le débat sur la distinction derridienne entre oral et écrit, sur l’implicite, sur l’antériorité de l’oral et sur la différence qui s’est creusée entre les modes d’expression.

39Une deuxième remarque doit être faite à propos de la notion de sujet dans l’écrit, notion à laquelle réfèrent les déictiques. Ce terme désigne l’instance de parole, non pas la personne de l’auteur, mais une instance quasi abstraite qui est « un effet du texte », une « position dans le texte », une « condition » qui se constitue au cours de la lecture. Le sujet est donc le produit de l’agencement discursif, qui se fonde sur le présupposé qu’à l’origine de tout énoncé se trouve un énonciateur. C’est cette présence que nous savons derrière les mots lus qui donne sens au système signifiant du discours scripturalement concrétisé. Cela est évident, par exemple, dans le discours ironique qui se fonde essentiellement sur la tension établie entre le plan de l’énoncé et celui, sous-jacent, de l’énonciation. Il sera clair que, dans un tel discours, l’intentionnalité ne pourra être déterminée que par un effort d’interprétation puisque le texte dit autre chose qu’il ne dit (il dit même le contraire !). Cela implique que le sens du texte n’est pas seulement créé par l’instance productrice (le sujet, l’énonciateur), mais aussi par l’instance réceptrice (le lecteur, l’énonciateur) qui collabore à la réalisation du discours et de son sens. Dans ce contexte, il importe donc d’éviter la confusion des concepts de sujet et d’auteur, erreur si courante chez ceux qui cherchent l’origine du discours dans le biographique de l’écrivain (la critique historique, la critique des sources). Cela n’empêche que tout discours a ses racines dans le vécu, dans le réel, et il arrive souvent que la constitution du sujet nous oblige à constater que la déictisation dans un texte nous conduit à des faits biographiques. Mais là encore, tout est dans la méthode : partir de l’instance conceptuelle du sujet et non pas de l’état civil de l’auteur réel.

  • 14 Roland Barthes, « La mort de l’auteur », Manteia, V, 1968, p. 12-17.

40La troisième difficulté concerne le discours littéraire. La particularité de ce type de discours est que son énoncé se fonde sur un dédoublement du plan de l’énonciation. En effet, dans le discours romanesque, un sujet premier, externe, se sert d’un medium, d’un substitut, d’une voix autre, pour nous parler. La parole littéraire est donc « une parole intermédiaire ». En écrivant, l’auteur réel se dissimule et disparaît derrière l’écran textuel que nous voyons et où la communication est prise en charge par des sujets fictifs, un narrateur et des personnages. Il s’agit donc là d’une « pseudo-énonciation ». Tout en contrôlant l’espace scénique de l’illusion écrite, l’instance productrice est devenue invisible. La vie d’un texte littéraire va ainsi de pair, nous apprend Roland Barthes, avec « la mort de l’auteur »14. Cependant, cela n’est pas tout à fait vrai. À la lecture, nous savons très bien, par l’implicite, que les instances imaginaires de la communication textuelle sont d’un bout à l’autre dominées par l’instance hiérarchiquement supérieure d’un sujet producteur.

41Cette dernière difficulté, dont on devine les conséquences énormes pour l’analyse, mérite qu’on s’y arrête un peu plus longuement.

La deixis complexe dans le discours littéraire

42Explicitons la spécificité de la déictisation dans le texte littéraire du type romanesque. Nous venons de signaler que ce discours est fondé sur un dédoublement du niveau de l’énonciation. La communication y est transposée au plan de la fictionnalité où elle semble se contenir dans le seul univers artificiellement créé. Dans les romans que nous avons cités, les situations de parole appartiennent à des sujets fictifs, à Meursault dans L’Étranger et au pasteur dans La Symphonie, tandis que celles des véritables sujets de l’écriture restent dans l’obscurité. Ces énonciateurs producteurs de l’objet narratif concrétisé (les auteurs Camus et Gide dans leur fonction de « poète ») n’y occupent pas de positions explicites, mais implicites.

43En littérature, il faut donc distinguer entre deux sortes de sujets, ceux du narratif, situés dans l’univers imaginé (la deixis imaginaire de l’énoncé) et celui de l’écriture, situé hors de cet univers (la deixis du sujet de l’énonciation primaire). C’est dans ce sens que le discours littéraire constitue un langage indirect qui est organisé sur le mode de l’imaginaire, mais où le fictionnel reste indissolublement lié à une origine qui ne veut se montrer.

44Ceci a pour conséquence qu’il y a aussi, dans de tels textes, deux sortes de déictiques : ceux qui situent les sujets fictifs évoluant dans le temps et l’espace de l’univers romanesque, et ceux qui constituent des références à l’énonciateur sous-jacent. En littérature, il s’agit ainsi d’un système référentiel particulier puisqu’il se scinde en une référentialité fictionnelle (ou interne) et une référentialité réelle (ou externe). Cette bidimensionnalité est de la plus grande importance pour le repérage et l’exploitation des déictiques. Si ceux qui appartiennent à l’énoncé narratif sont faciles à dépister, il en est tout autrement pour les déictiques qui concernent le sujet de l’énonciation. En fait, cette dernière référentiation est même interdite en littérature, ou plutôt elle est supposée se renfermer dans l’implicite de par la seule existence de l’énoncé.

45Comme je l’ai déjà annoncé, c’est pourtant ce sujet invisible qui nous intéresse ici et dont nous voulons reconstituer la deixis. Nous savons que, dans tout discours, l’activité productrice laisse des traces, même involontaires, dans l’espace de la construction formelle. Ces traces, souvent très légères et à peine perceptibles, ce sont certains déictiques « anormaux » ou ambigus dont la présence ne s’explique que par rapport à la situation de l’énonciation externe. Grâce à de tels référents, on peut établir un lien entre la configuration actancielle et discursive de l’imaginaire et l’instance qui en est à l’origine, mais qui se cache dans l’espace transcendantal que nous savons.

46Puisqu’on ne peut saisir le fonctionnement de l’énonciation que dans l’énoncé, examinons d’abord la référentialité interne, celle qui régit la communication entre les sujets du romanesque.

  • 15 Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, « Poétique », 1972, p. 191-193.

47Ici, la multiplicité des énonciateurs s’accompagne d’autant de situations de parole. Dans chaque récit, le discours est pris en charge par un narrateur à la première personne (Meursault, le pasteur) ou à la troisième personne (dans Germinal). Tout énoncé qui n’appartient pas à ce discours du narrateur premier fait partie du discours des personnages. Le passage de l’un à l’autre se fait par le rapportage dont les procédés (style direct, indirect, indirect libre) sont hiérarchiquement dominés par le narrateur. C’est ce qui a amené Gérard Genette à modifier la terminologie grammaticale et à introduire les termes : discours rapporté, transposé et narrativisé15. Chaque transition est marquée par la passation de la parole (les incises, les dit-il, etc.) et par la typographie (les guillemets, les tirets, les alinéas). De plus, tout énoncé étranger est introduit ou suivi par un exposé du contexte situationnel qui précise les conditions de l’élocution (identité du locuteur, de l’interlocuteur, temps, espace). Ces précisions du contexte dialogique, indispensables à la compréhension du récit, peuvent s’accompagner de remarques très variées sur les conditions physiologiques et psychologiques de l’élocution. Ainsi, Meursault situe avec un grand souci de précision les paroles de Marie, et le pasteur de la Symphonie s’efforce d’expliciter au maximum les particularités contextuelles qui accompagnent les paroles de sa femme Amélie (c’est dans de tels passages que se constate bien la richesse de l’oral).

48Si la communication interne, régie par les règles très strictes du code des conventions littéraires, est parfaitement claire, même dans le cas de la construction subversive de Jacques le Fataliste, il n’en est pas de même pour la communication externe où la référentialité fait problème. Très globalement, on peut poser qu’il y a toujours un sujet réel, l’auteur qui a écrit le roman (Camus, Gide, Diderot). Généralement, cependant, mis à part le cas de l’autobiographie, un auteur ne s’inscrit pas dans son texte tel qu’il « est » (un poète qui consacre de multiples odes à la gloire du vin n’est pas nécessairement un ivrogne ; et Du Bellay, grand chantre de l’amour, ne s’est guère senti attiré, paraît-il, par le sexe féminin…). En littérature, on écrit moins pour dire qui on est que pour dire qui on n’est pas, qui on aimerait être ou ne pas être. Se fondant sur l’imaginaire, sur les désirs et les craintes, sur les fantasmes et les obsessions, le discours littéraire contient donc un sujet qui ne représente pas tant l’individualité ou la personnalité de l’écrivain que son alter ego. Dans cette perspective, le sujet littéraire doit donc être vu, plutôt, comme une fonction dans le texte, comme une abstraction qui réapparaît au moment de la réalisation du discours à la lecture lorsqu’il est reconstitué comme un effet de l’écriture.

49En tenant compte de ces observations, on peut dire qu’un discours romanesque contient quatre sortes de sujets à l’œuvre :

  1. Le sujet réel, concret ou empirique : c’est l’auteur dans sa condition de « personne », situé dans le vécu et extradiégétique par rapport au récit.

  2. Le sujet abstrait : c’est le sujet primaire de l’énonciation, le sujet originel qui est à la base du discours, qui se manifeste comme un « effet du texte » et qui est constitué au cours de la lecture. Ce sujet-fonction ou sujet de l’écriture est défini par Greimas comme un sujet discursif. Il est également situé hors de la diégèse narrative (sujet externe). C’est ce sujet qui nous intéresse dans cette étude.

  3. Le sujet-narrateur : ce sujet textuel est chargé de la narration dans l’énoncé narratif. Ce narrateur premier qui peut fonctionner à la première ou à la troisième personne se charge du discours du narrateur et réglemente le discours des personnages. Ce sujet peut être actant dans le récit (intradiégétique) ou se situer hors de la diégèse narrative (extradiégétique).

  4. Les sujets-acteurs : ce sont les sujets textuels (personnages) auxquels le sujet-narrateur donne la parole. Les énoncés de ces actants forment ensemble le « discours des personnages ». Ils sont toujours intradiégétiques.

50Les sujets du 3e et du 4e type sont donc les sujets textuels qui produisent la communication interne.

51À ces énonciateurs textuels s’opposent les énonciateurs du 1er et du 2e type qui sont des sujets externes qui agissent sur le plan de l’énonciation.

  • 16 Cf. Pierre Van den Heuvel, op. cit., p. 9.

52Pour mieux saisir la complexité des situations de parole de ces sujets et, par là, les déictiques qui y réfèrent, on peut se faire aider par le schéma suivant des instances du discours littéraire16 :

53En considérant les instances comme des sujets énonciateurs, on peut, à partir de ces quatre types d’instances de parole, admettre l’existence d’autant de sortes de situations, donc aussi d’autant de types de déictiques.

54Une remarque encore à propos des rapports qui se tissent entre ces diverses situations. Dans le cadre de la psychocritique, on admet généralement que la littérature permet de transposer des éléments du réel (sujet 1) et de l’imaginaire (sujet 2) à un niveau « artificiel », celui de la représentation fictionnelle où le sujet primaire est substitué par des sujets inventés, un sujet-narrateur (3) et des sujets-acteurs (4). Les diverses « personnalités » que le sujet initial porte en lui sont ainsi transfigurées par le moyen de plusieurs sujets imaginaires qui sont les manifestations d’une identité incertaine et problématique (les transferts). Il s’agit, dans cette optique, d’un sujet unique qui se scinde en plusieurs identités et se place en plusieurs situations selon les critères de ses désirs et de ses craintes.

Conclusions

55J’ai maintenant résumé les notions indispensables à la compréhension du jeu complexe des déictiques. En traçant les grandes lignes du terrain qui sépare les espaces de l’énoncé et de l’énonciation, il faut maintenant élucider les liens qui les unissent. Il ne suffit pas de dire que l’énonciation se reconnaît dans l’énoncé littéraire par l’implicite, par le mouvement général de l’écriture et des opérations stratégiques de la narration et de l’argumentation. Pour saisir vraiment le sujet de l’écriture, il faut répertorier les marques déictiques par lesquelles il réfère à sa présence. Le repérage minutieux de ces référents directs et indirects, notamment des déictiques, permet de préciser les circonstances de l’acte de parole, de déterminer le type de discours, d’éclairer la distance que le locuteur crée à l’égard de son propre énoncé et de formuler, dans la mesure du possible, l’intentionnalité textuelle, donc de parvenir à une interprétation argumentée.

Notes

1 Pour des informations complémentaires et des données bibliographiques concernant les déictiques, voir Pierre Van den Heuvel, Parole, Mot, Silence. Pour une poétique de renonciation, Paris, Corti, 1985, où l’on trouvera également des analyses appliquées à des textes littéraires.

2 Albert Camus, L’Étranger, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 9.

3 André Gide, La Symphonie pastorale, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 11.

4 Émile Zola, Germinal, Paris, Gallimard, « Folio », 1978, p. 49.

5 Denis Diderot, Jacques le Fataliste, Paris, Gallimard, « Folio », 1970, p. 25.

6 Cf. Nomi Tamiz, « Personal Narrative and Linguistic Foundation », Journal for Descriptive Poetics and Theory of Literature, 1, 1976, p. 403-429 et P. Van den Heuvel, op. cit., p. 89-91.

7 On trouvera des exemples d’une telle recherche dans mes articles « À la recherche du sujet perdu : Hemingway, In Our Time », Neophilologus, vol. LXXIII, n° 2, 1989, p. 189-206, et « Réel imaginaire et imaginé vécu dans les Romanesques d’Alain Robbe-Grillet », in Alfred Hornung et Ernstpeter Ruhe (éds), Autobiographie & Avant-garde, Tübingen, Günter Narr Verlag, 1992, p. 91-96.

8 Otto Jespersen, Language, its Nature, Development and Origin, Londres, Allen and Unwin, 1954, p. 123.

9 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, I, Paris, Éd. de Minuit, 1963, chap. 9, p. 178-184.

10 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, t. I, 1966, t. II, 1974.

11 Ce dernier texte, très important, avait d’abord paru en 1970 dans Langages, n° 17.

12 Cf. les dictionnaires : Jean Dubois et al., Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse, « Trésors du français », 1994 ; Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil, « Point », 1972 ; Algirdas Julien Greimas, Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 1993.

13 Cf. Jacques Derrida, De la grammatologie, Paris, Éd. de Minuit, 1967, et Manar Hammad, « L’énonciation : procès et systèmes », Langages, n° 70, 1983, p. 35-46.

14 Roland Barthes, « La mort de l’auteur », Manteia, V, 1968, p. 12-17.

15 Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, « Poétique », 1972, p. 191-193.

16 Cf. Pierre Van den Heuvel, op. cit., p. 9.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

Université de Nimègue

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540