Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voix, Traces, Avènement

 | 
Alain Goulet

Introduction

Alain Goulet

Texte intégral

  • 1 Écritures autobiographiques et romanesques, Catherine Henry (éd.), [Dublin], ERASMUS, Programme Int (...)

1Le programme « Erasmus » qui lie depuis tant d’années les Départements de français des universités de Dublin (UCD), de St Andrews et de Caen est loin de s’être limité à des échanges pédagogiques et amicaux, puisque voici le troisième ouvrage que nous produisons en commun et qui témoigne de la vigueur et de la fécondité de notre collaboration intellectuelle et scientifique. Après un volume d’études consacrées aux « écritures autobiographiques et romanesques » d’écrivains contemporains, de Cendrars à Modiano, puis un second, Le Moi et ses espaces, qui explore l’univers psychique et littéraire de divers romanciers français du XXe siècle, de Sartre à G.-O. Châteaureynaud et J.-Ph. Toussaint1, voici les actes d’un colloque sur « Le sujet de l’écriture : voix, traces, avènement », que nous avons conçu en commun et qui s’est déroulé à Cerisy-la-Salle du 2 au 5 octobre 1997, sous la direction de Paul Gifford et d’Alain Goulet.

2Cette question du « sujet de l’écriture » nous plonge au cœur d’un problème vaste et complexe, cumulant les ambiguïtés des notions de « sujet » et d’« écriture », mais que nous savons fondamental et central chaque fois que nous sommes confrontés à la lecture et à l’analyse des textes littéraires. Car elle engage non seulement le sens et l’enjeu d’un texte, mais aussi mon propre rapport à lui, mon interprétation, et par conséquent mon rapport au monde. Commençons donc par dire qu’à mon sens la question du « sujet de l’écriture » est inséparable de celle du « sujet de la lecture », en raison du travail de transfert et de signification que ne cesse de renouveler chaque lecture.

  • 2 Gilles Deleuze, Nietzsche et la Philosophie, Paris, PUF, 1970, p. 84.

3Se penchant par exemple sur le travail de la citation, Antoine Compagnon ne peut que dépasser le constat d’une opération mécanique de « couper-coller », et après avoir rappelé la déclaration de Gilles Deleuze selon laquelle « un mot ne veut dire quelque chose que dans la mesure où celui qui le dit veut quelque chose en le disant »2, il remonte à la question du sujet :

  • 3 Antoine Compagnon, La Seconde Main ou le Travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 39 et 82.

La force qui investit la chose, qui la cite, renvoie toujours, de quelque manière, à un sujet. […] Il faudrait donc distinguer, dans l’énonciation, un sujet de la redite et un sujet de la répétition. […] L’objet d’interprétation est toujours la place du sujet dans le discours3.

4Au-delà, la question de l’intertextualité, de l’écriture envisagée comme réécriture, ne saurait être envisagée hors d’une problématique du « sujet de l’écriture ».

  • 4 Samuel Beckett, L’Innommable, Paris, Éd. de Minuit, 1953, p. 31, 81 et 98 : « Tout se ramène à une (...)
  • 5 Jean-Bertrand Pontalis, « La jeune fille », Préface à Sigmund Freud, Le Délire et les Rêves dans la(...)
  • 6 Bernard Sichère, Éloge du sujet, Paris, Grasset, 1990, p. 99.
  • 7 Ibid., p. 101.
  • 8 Élisabeth Guibert-Sledziewski, « Penser le sujet de l’histoire », Penser le sujet aujourd’hui, Pari (...)

5Sans doute peut-on s’accorder par provision sur ce que n’est pas le « sujet de l’écriture ». Il n’a pas une identité fixe ni même stable, il n’est ni l’individu, ni la personne, ni le moi, ni même le « je » ; ce n’est pas l’auteur (personne existant hors de l’œuvre), ni le narrateur, mais cette présence qui fait advenir le texte et qui advient par lui et en lui, qui se manifeste comme « voix » (on songe à « l’innommable » de Beckett se définissant comme « une grande boule parlante »4) ; par ses « traces », celles des mots et celles dont ils témoignent dans un sujet (« l’événement, pour [Freud], c’est la trace », écrit J.-B. Pontalis5) ; et comme « avènement » sensible d’un sujet, selon la trinité des termes du titre de cet ouvrage. « Le sujet n’est pas une réalité substantielle donnée au départ »6, il n’est ni conscience ou identité stables, il est ce qui advient dans un processus dynamique, par un réel conquis par la pensée, et par l’écriture qui est le lieu de ce procès. Il est, écrit Bernard Sichère, « ce qui se produit à un moment donné du temps sous une certaine forme, dans une certaine conjoncture »7, c’est-à-dire que sa caractéristique fondamentale tient à la notion de dynamique, de tension vers, d’intentionnalité et de mouvement - non seulement à l’œuvre dans le travail de la genèse du texte, mais aussi dans les forces qui lui donnent sa cohésion, et le mouvement qui en emporte la lecture. « Le sujet de l’écriture » est ce qui s’engage dans un texte, « s’énonce, ce qui se constitue dans l’acte même d’énoncer »8, cette force en mouvement qui ne cesse de questionner le monde et soi, de réinventer son rapport au monde, s’expose ou se trahit, est responsable, non tant du texte – c’est la question de l’auteur – que de l’effet-texte, de son pouvoir. Entre contraintes et pulsions, entre savoir et non-savoir, entre le même et l’Autre, – autant de champs de tensions qui l’animent et l’agitent –, il est ce qui fait advenir l’écriture et ce qui advient par elle.

6Ce qui donc me paraît fondamental pour notre propos, c’est la notion d’activité du texte qui fait dire à Henri Meschonnic :

  • 9 Henri Meschonnic, Politique du rythme. Politique du sujet, Lagrasse, Verdier, 1995, p. 192.

L’activité du poème fait du texte tout entier un je, et transforme par là le je du lecteur, en sorte qu’il participe, même […] s’il ne le sait pas, de ce je nouveau, continu, contagieux, historique et transhistorique, transsubjectif9.

7C’est donc bien non une essence, mais une virtualité et un procès qui ne cesse de se remettre en jeu à chaque lecture.

8En 1969, au moment où les pensées dominantes tendaient à éliminer la question du sujet, Michel Foucault, dans sa fameuse conférence « Qu’est-ce qu’un auteur ? », n’hésitait pas à la relancer par ces mots :

  • 10 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 3e  (...)

Comment, selon quelles conditions et sous quelles formes quelque chose comme un sujet peut-il apparaître dans l’ordre des discours ? Quelle place peut-il occuper dans chaque type de discours, quelles fonctions exercer, et en obéissant à quelle règle ? Bref, il s’agit d’ôter au sujet […] son rôle de fondement originaire, et de l’analyser comme une fonction variable et complexe du discours10.

9Nous pouvons volontiers souscrire à la manière dont le sujet est ici récusé comme essence extérieure et antérieure à l’œuvre, pour être circonscrit comme une « fonction du discours ». Pour sa part, bien avant que ne soit formulée la question théorique du sujet de l’écriture, Gide écrivait, dans son Dostoïevsky :

  • 11 André Gide, Dostoïevsky, in Œuvres complètes, Paris, NRF, t. XI, 1936, p. 161.

Le véritable artiste reste toujours à demi inconscient de lui-même, lorsqu’il produit. Il ne sait pas au juste qui il est. Il n’arrive à se connaître qu’à travers son œuvre, que par son œuvre, qu’après son œuvre… Dostoievsky […] s’est perdu dans chacun des personnages de ses livres ; et c’est pourquoi dans chacun d’eux, on le retrouve11.

10C’était bien reconnaître à quel point l’écriture fait advenir l’auteur comme sujet, ce que Gide ne cesse de redire :

Se connaître ; c’est bien la dernière chose à laquelle l’artiste doive prétendre ; et il n’y peut arriver que par ses œuvres, qu’en les produisant.
…………………………………………………………….

  • 12 André Gide, Journal, t. I, 1887-1925, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1996, p. 1171 et 1182 (10 févr (...)

Le livre, sitôt conçu, dispose de moi tout entier, et […], pour lui, tout en moi, jusqu’au plus profond de moi s’instrumente. Je n’ai plus d’autre personnalité que celle qui convient à cette œuvre […]12.

  • 13 Ibid., p. 41, et Alain Goulet, « Aux sources de la mise en abyme : la “rétroaction du sujet sur lui (...)

11Et ce sujet de l’écriture peut alors rétroagir sur le sujet écrivant, selon l’ébauche de théorie de la « rétroaction du sujet sur lui-même » par laquelle Gide encadre sa conception de la « mise en abyme »13.

12De telles déclarations se trouvent corroborées et éclairées par tout le discours psychanalytique sur le « sujet », en particulier à la suite de J. Lacan :

  • 14 Michèle Bertrand, Francis Pasche, Paris, PUF, « Psychanalystes d’aujourd’hui », 1997, p. 30. La cit (...)

La notion de sujet se réfère d’abord à un processus, à une dynamique, celle de la subjectivation, entendue comme la possibilité d’admettre en soi, c’est-à-dire de reconnaître comme siennes (d’introjecter) les motions inconscientes d’abord éprouvées comme un autre en soi : « […] L’inconscient étant le seul lieu où sens et force coïncident, la fonction de représentance des représentations psychiques de la pulsion permet d’interpeller les actes inconscients dans le texte des actes conscients »14.

13On voit donc à quel point le sujet de l’écriture est une production ; il est en définitive et a posteriori ce qui justifie l’auteur, et le consacre véritablement comme écrivain.

14La notion de sujet est compliquée non seulement par son aspect Janus – avec la gamme de ses effets « passifs » (en tant qu’il est soumis à une série de contraintes : sociales, culturelles, linguistiques, psychiques,…) et de ses effets « actifs » (désir, projet, organisation artistique,…) –, mais aussi par la diversité des champs conceptuels qui la pensent : il y a un « sujet » pour le psychanalyste, pour le philosophe, pour le politique et pour le juriste, pour le marxiste et pour le grammairien, etc. Il serait vain d’entreprendre une synthèse de leurs conceptions dans la mesure où les problématiques sont parfois très spécifiques et les divergences parfois patentes. Mais il est probable que nous avons à les écouter et que nous pouvons en tirer des notions utiles pour penser et questionner celle de « sujet de l’écriture », cette entité qui se crée et se déploie dans l’écriture du texte.

15Henri Meschonnic, dans sa somme Politique du rythme. Politique du sujet, n’a pas hésité à déployer les enjeux de la question du sujet de l’écriture en centrant son étude sur l’interaction du poétique, de l’éthique et du politique. Selon lui cette question du sujet est fondamentalement au cœur de la réalité de l’homme, de sa réalisation, du pour-soi aurait dit Sartre. Elle concerne l’éthique, puisque le sujet s’invente lui-même tout en construisant son faisceau de relations à l’autre, au destinataire, aux multiples lecteurs. Elle concerne le politique, engageant un rapport au monde qui n’est pas de reproduction, mais de fabrication d’une perception du monde et d’une mise en scène du sujet dans le monde – d’où la fonction potentiellement subversive de la littérature. Et la poétique, l’écriture littéraire, occupe une place centrale pour Meschonnic, car, dit-il,

  • 15 Selon Henri Meschonnic, le rythme est en effet la caractéristique centrale du sujet de l’écriture, (...)
  • 16 Henri Meschonnic, Politique du rythme. Politique du sujet, p. 376.

sans la poétique – sans le sujet spécifique de la poétique, que seule l’analyse du rythme15 et de la prosodie dans un discours peut reconnaître, car c’est dans et par son langage qu’il se réalise – l’éthique est seule, car c’est par le langage qu’un sujet advient comme sujet, c’est poétiquement qu’est sujet celui par qui un autre est sujet16.

16C’est dire combien, après les deux volumes de notre collection « Colloque de Cerisy-la-Salle » : Le Stéréotype (1994) et L’Auteur (1996), celui-ci aborde une nouvelle question aussi fondamentale qu’inépuisable, qui déborde de tous côtés les cantons de notre savoir, mais à laquelle l’ensemble des contributions apporte de précieux éclairages. On constatera la diversité des perceptions et des modes de saisie du « sujet de l’écriture », en sorte que Paul Gifford, dans un bouquet final conçu à la fois comme une postface et un envoi, s’est efforcé de dresser un bilan de la succession et de la confrontation de nos différentes conceptions théoriques, de nos visées, et surtout de nos pratiques, de nos expériences de lecteurs, d’enseignants, de chercheurs, d’auteurs.

17Le volume s’ouvre avec trois modes d’approche et trois caractérisations complémentaires du « sujet de l’écriture ». Une première manière consiste à ausculter et à suivre sa genèse et son avènement grâce aux traces laissées par l’auteur dans ses brouillons et manuscrits, ce à quoi s’est appliqué Paul Gifford, à l’affût des « pas de l’écriture » dans La Jeune Parque. Une autre consiste à écouter et à caractériser une voix et une musique singulières, comme l’indique à sa suite Anne Chevalier. Mais on peut aussi montrer, comme Michael Sheringham, à quel point l’écriture d’un poème permet l’avènement d’une subjectivité irréductible et inconnue. Après quoi l’enquête se poursuit par l’examen de divers textes de prose modernes, de Stendhal à Hélène Cixous, chaque article mettant l’accent sur un point de vue critique particulier. Enfin les deux dernières contributions nous déportent vers les limites de la notion de « sujet de l’écriture », l’interrogeant et la mettant en question.

Notes

1 Écritures autobiographiques et romanesques, Catherine Henry (éd.), [Dublin], ERASMUS, Programme Interuniversitaire de Coopération, 1993 ; et David Gascoigne (éd.), Le Moi et ses espaces. Quelques repères identitaires dans la littérature française contemporaine, Caen, Presses universitaires de Caen, 1997.

2 Gilles Deleuze, Nietzsche et la Philosophie, Paris, PUF, 1970, p. 84.

3 Antoine Compagnon, La Seconde Main ou le Travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 39 et 82.

4 Samuel Beckett, L’Innommable, Paris, Éd. de Minuit, 1953, p. 31, 81 et 98 : « Tout se ramène à une affaire de paroles […]. C’est une question de voix, […] comme si c’était ma voix à moi, disant des mots à moi […]. Tout est une question de voix. Ce qui se passe, ce sont des mots. »

5 Jean-Bertrand Pontalis, « La jeune fille », Préface à Sigmund Freud, Le Délire et les Rêves dans la Gradiva de W. Jensen, Paris, Gallimard, 1986, p. 16.

6 Bernard Sichère, Éloge du sujet, Paris, Grasset, 1990, p. 99.

7 Ibid., p. 101.

8 Élisabeth Guibert-Sledziewski, « Penser le sujet de l’histoire », Penser le sujet aujourd’hui, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988, p. 216.

9 Henri Meschonnic, Politique du rythme. Politique du sujet, Lagrasse, Verdier, 1995, p. 192.

10 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 3e trim. 1969, p. 95.

11 André Gide, Dostoïevsky, in Œuvres complètes, Paris, NRF, t. XI, 1936, p. 161.

12 André Gide, Journal, t. I, 1887-1925, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1996, p. 1171 et 1182 (10 février et 22 juillet 1922).

13 Ibid., p. 41, et Alain Goulet, « Aux sources de la mise en abyme : la “rétroaction du sujet sur lui-même” », Elseneur, n° 11, De l’auteur au sujet de l’écriture, déc. 1996, p. 101-120.

14 Michèle Bertrand, Francis Pasche, Paris, PUF, « Psychanalystes d’aujourd’hui », 1997, p. 30. La citation insérée est de Raymond Cahn, Revue française de psychanalyse, LV, 6, « Le sujet », 1991, p. 1358.

15 Selon Henri Meschonnic, le rythme est en effet la caractéristique centrale du sujet de l’écriture, étant défini comme « l’organisation continue du langage par un sujet, telle qu’elle transforme les règles du jeu par la partie qu’il joue et qu’il est seul à jouer ». Cf. La Rime et la Vie, Lagrasse, Verdier, 1989, p. 111.

16 Henri Meschonnic, Politique du rythme. Politique du sujet, p. 376.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540