Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Auteur

 | 
Gabrielle Chamarat
, 
Alain Goulet

De la vedette à l’autorité

Françoise Bermann

Texte intégral

1Notre propos est de survoler à travers les bibliographies et les catalogues de bibliothèques – plus particulièrement ceux de la Bibliothèque nationale – l’évolution des règles qui président à la présentation du nom de l’auteur. Le problème, ardu à l’origine, va en se complexifiant avec les années. C’est pourquoi j’ai tenté une synthèse rapide.

2La règle de base est de décrire un ouvrage dans sa réalité matérielle, telle que l’éditeur la présente. Mais il faut considérer qu’à cette aune, on a compté jusqu’à quatorze manières différentes d’écrire Victor Hugo dont une parmi d’autres, celle du catalogue général de la Bibliothèque nationale : Hugo, Cte Victor Marie qui se différencie du Victor Marie, comte Hugo, de Péguy à partir du moment où l’on prétend à un classement alphabétique.

3Car il faut aussi que le lecteur reconnaisse son auteur. Et, épreuve suprême, qu’il le reconnaisse facilement dans les différentes bibliothèques qu’il fréquente. Enfin, le souci de mettre à la disposition des lecteurs des catalogues collectifs mettant en commun les collections de plusieurs dépôts exige que la superposition s’opère grâce à une description uniforme d’une bibliothèque à l’autre. D’où un effort permanent pour codifier les pratiques anciennes jusqu’à l’établissement de normes modernes qui, à peine promulguées, nécessitent la préparation d’une nouvelle mouture pour pallier les insuffisances des précédentes.

4Pour faire bref, on peut dire qu’en bibliothèque, l’auteur est l’auteur d’un livre singulier. C’est lui qui est imprimé sur la page de titre. Cependant, on doit le mettre en forme après un examen critique qui le complète, le traduit, lui retire des attributions fausses ou lui restitue ce qui manque. Quand la forme est enfin jugée convenable, on l’inscrit en tête de la notice, en vedette, pour servir au classement alphabétique.

5Comme j’ai eu, dans ma carrière, l’occasion de fusionner des fichiers de dates et de conceptions différentes, j’ai passé un temps non négligeable à décider si le Pro Murena devait être classé à Tullius ou à Cicéron, la Cerisaie à Tchekoff avec un Τ ou avec un Č. Ce mouvement perpétuel des noms d’auteur a fini par m’intriguer, et j’ai donc tenté de repérer les différentes conceptions qui ont abouti aux notions actuellement en vigueur.

6La première fonction du bibliothécaire est de ranger les livres sur des étagères de façon à ce qu’on les retrouve commodément. On considère qu’à partir d’une certaine quantité – trois à cinq mille – il devient humainement impossible de surmonter la difficulté de mémoire. Il faut dont adopter un principe directeur de classement qui tourne autour de quatre possibilités principales : le sujet de l’ouvrage, sa date de parution ou d’entrée dans la collection, la taille du volume et, plus rarement, son auteur, car cette méthode exige des reclassements incessants à chaque nouvelle acquisition et surtout à ranger ensemble des livres de formats différents, ce qui est à la fois un gaspillage de place et préjudiciable à la bonne conservation des volumes.

7Rapidement, la nécessité d’avoir un catalogue en main s’impose d’abord pour des raisons de maniabilité, puis parce que l’ordre du catalogue peut corriger l’organisation matérielle des livres, leur donner de nouvelles clés d’accès.

8Cependant, les premiers catalogues de manuscrits ont tendance à reproduire l’ordre des rayonnages auquel on adjoint parfois une liste, une table des auteurs.

9Il faut, selon Théodor Besterman, attendre la moitié du XVIe siècle pour voir les auteurs rangés selon l’ordre alphabétique même si c’est encore souvent celui des prénoms… C’est tout de même plus accessible que les autres modes de classement dont voici quelques exemples :

  • ordre chronologique chez Gennadius ;

  • ordre des livres de la Bible qu’ils ont commentés chez Buston of Bury ;

  • ou encore, chez Symphorien Champier, les anciens médecins qui ont écrit sur la médecine, puis les philosophes et les ecclésiastiques ayant traité du même sujet, avant d’aborder, pour les modernes, les médecins italiens et, dans une dernière partie, un mélange d’auteurs français, espagnols, allemands et anglais. Les auteurs ne sont donc pas encore considérés individuellement mais classés par catégorie.

10Aussi, lorsque Nicolas Clément entreprend sa deuxième édition du catalogue de la Bibliothèque royale entre 1688 et 1714, c’est encore l’ordre méthodique des ouvrages qui est choisi pour les pesants 14 volumes de base. Mais il est rapidement complété par une table alphabétique des auteurs et des titres en 21 volumes. Il y a naturellement beaucoup plus d’auteurs que de livres. De plus, l’usage intensif de cette table est souligné par le fait qu’elle est reliée en 45 volumes plus maniables qui permettent à un nombre plus important de lecteurs de travailler en même temps sur le catalogue.

11On constate donc qu’à l’époque des Lumières, c’est par son auteur que l’on cherche principalement un livre.

12Et c’est d’ailleurs le Catalogue général des auteurs que l’on commencera à éditer de 1897 à 1974 lorsque les afflux des confiscations révolutionnaires obligèrent à une réorganisation de la Bibliothèque royale, devenue nationale.

13Mais comment sont-ils traités ?

14Léopold Delisle, administrateur présidant à sa conception, précise :

L’attention des rédacteurs est principalement fixée sur les points suivants.

15Il n’y a donc pas encore de normes, mais de fermes recommandations que nous regarderons de plus près après avoir souligné le rôle des rédacteurs.

16C’est bien évidemment l’institution Bibliothèque nationale qui reste l’auteur du catalogue, mais, en tête de chaque volume, le nom des bibliothécaires figure en regard de la tâche accomplie. C’est là le début d’une nouvelle difficulté juridique : le rédacteur d’une notice bibliographique fait-il œuvre d’auteur ? D’où la difficulté actuelle de constituer des catalogues collectifs internationaux lorsque certains pays protègent les notices catalographiques par le copyright.

17Mais revenons aux recommandations de Léopold Delisle.

18La première est d’arrêter la forme sous laquelle le nom de l’auteur doit se présenter dans la série alphabétique :

C’est, lorsqu’il s’agit d’auteurs bien connus, la forme la plus généralement usitée en France.

19La référence impérative à des notions de réputation et d’usage sous-entend un milieu intellectuel national homogène disposant d’un solide code tacite.

20Ce qui n’empêche pas de trouver un Érasme (Désiré) bien déconcertant, alors que le catalogue aujourd’hui porte une forme savante Erasmus, Desiderius (rejetée), une forme française consacrée par l’usage Érasme, Didier (retenue) et trois renvois à des formes possibles : Érasme, Erasmus et, pour les nostalgiques du vieux catalogue, Érasme, Désiré.

21Et si l’auteur n’est pas « bien connu » ?

Nous prendrons les noms tels que les auteurs les écrivent dans leur langue maternelle, ou bien dans la latine si c’est en latin qu’ils ont publié leurs œuvres.

22Inutile d’épiloguer longuement sur les difficultés que soulève un tel développement. Qu’est-ce qu’une langue maternelle ? Doit-on resiniser des patronymes d’auteurs chinois naturalisés américains ? Que faire des traductions qui ne s’annoncent pas comme telles ? Doit-on développer l’omlaüt allemand ?

23En fait, l’essentiel est de regrouper dans un même article toutes les œuvres d’un même auteur et d’établir des renvois de chaque forme rejetée à la forme choisie, de façon à ce que, tant bien que mal, le lecteur s’y retrouve dans ce jeu de piste infernal.

24Il faut encore traquer les pseudonymes et les anonymes qui n’existent pas puisqu’ils sont dévoilés. Par exemple :

Segrais. – Zaïde, histoire espagnole par M. Segrais avec un traité de l’origine des romans par M. Huet. – Paris : C. Barbin, 1670-71. 2 vol. In 8°.

* Voir à l’article Lafayette (Marie-Madeleine Pioche de la Vergne, comtesse de) les autres éd. de cet ouvrage dont elle est le véritable auteur.

25Ici, les fait étant bien connus, on ne justifie même pas la source de l’attribution qui est de notoriété publique. Alors qu’à l’article Lafayette, on note :

La princesse de Clèves par [Mme de la Fayette].
– Paris : C. Barbin, 1678
– Paris : Didot Aîné, 1780

* Cette édition ainsi que les suivantes portent le nom de l’auteur. Le crochet carré indique que le nom de l’auteur a été rétabli grâce aux éditions suivantes qui ont quitté l’anonymat.

26Il faut surtout, « tâche extrêmement délicate hérissée de difficultés souvent insolubles », distinguer les auteurs homonymes que l’on classe généralement dans l’ordre alphabétique des qualificatifs qu’on leur attribue.

27Mais, très souvent, un ordre chronologique, dit de sens commun, vient troubler l’alphabet : ainsi l’on trouve, dans l’ordre, Dumas (Alexandre), père ; Dumas (Alexandre), fils ; Dumas (Alexandre), député de l’Allier.

28Quand il ne s’agit pas d’une hiérarchie due à la qualité de l’auteur : ainsi, pour les Robert, le saint précède le bienheureux, abbé de Saint Héribert de Tuy, lequel a le pas sur le roi d’Écosse et le roi de Jérusalem. Précisons qu’un empereur qui se fût appelé Robert et qui eût écrit un livre conservé à la Bibliothèque nationale se fût intercalé entre le bienheureux et le roi d’Écosse.

29Ensuite vient la liste alphabétique et démocratique des Robert qui ont signé sans prénom distinctif. Je ne résiste pas au plaisir de la citer, car elle donne un aperçu assez impressionnant des épithètes pouvant qualifier un auteur :

Abbé ; abbé, curé de Cunfin ; abbé de Saint-Rémy de Reims ; adjoint au maire de la Murette ; aéronaute, l’aîné ; aîné, ingénieur ; avocat ; avocat au Parlement de Metz ; de Bayonne ; capitaine du génie ; capucin ; chansonnier ; chasseur ; chef d’institution ; comique des cafés chantants ; commandant ; directeur de l’école primaire de Sainte-Menehould ; directeur des services agricoles de la Meuse ; docteur, médecin des hôpitaux de Langres ; docteur, médecin major de 2e classe ; doyen de la faculté d’Angers ; évêque d’Avranches ; évêque de Lincoln ; évêque d’Oxford ; de Foix ; géographe du roi ; intendant général ; jeune ; le jeune ; lieutenant ; de Lyon ; madame ; maître de forge à Ruffec ; membre de la fanfare de Sens ; membre de la Société d’agriculture de Seine-et-Oise ; le moine ; le neveu ; notaire ; officier d’administration ; officier de marine ; d’Orgerus ; le père ; pharmacien à Saint-Amour ; pharmacien à l’hôtel Dieu de Rouen ; préparateur à l’école polytechnique ; président de l’Association des étudiants d’Alger ; procureur au Châtelet ; professeur au lycée de Toulouse ; propriétaire d’usine ; quartier-maître de la garde nationale ; supérieur du Mont-Saint-Michel ; de Sigonce ; sous-inspecteur des forêts de Toulouse ; vétérinaire au 1er régiment de carabiniers.

30Dès 1897, la règle de classer les publications officielles à l’administration dont elles émanent est clairement édictée. Mais, dans ce catalogue, seul le rédacteur figure. La notion d’auteur ès-qualité paraît donc assez claire, mais celle de collectivité-auteur n’est pas encore très bien établie et, en tout état de cause, ne semble pas avoir de dignité suffisante pour figurer dans un catalogue auteur.

31Pour nous résumer, les règles énoncées sont simples et pratiques parce que la notion d’auteur n’a pas encore trop fait de difficultés. Ainsi, pour les ouvrages collectifs, on recense jusqu’à six auteurs, ce qui repousse bien loin la notion d’anonyme par excès d’auteurs. Et, si les annotateurs, traducteurs, éditeurs intellectuels en tous genres ont bien un statut légèrement inférieur puisqu’ils ne sont « vedette » que d’une notice abrégée, les « avertissement », « préface » et « prolégomènes » sont tout simplement classés dans la rubrique de l’auteur à la lettre initiale du genre pris comme titre : « Avant-propos » à A et « Postface » à P. Actuellement, chaque auteur comprend une rubrique principale pour les textes dont il est l’auteur original et une rubrique annexe pour les œuvres dont il est l’auteur secondaire.

32Toutefois ces règles simples sont peut-être trop simples et, peu à peu, le doute saisit le catalogueur. La tradition orale et le consensus sont battus en brèche par la complexification du monde intellectuel et le développement de l’édition. Nous sommes dans un système cumulatif où les nouveaux auteurs s’ajoutent aux anciens et ne sont pas majoritairement morts.

33Mais le catalogue met près d’un siècle à s’éditer, interdisant à tout auteur, dont la lettre initiale précède dans l’ordre alphabétique le volume en cours, toute chance d’y figurer. Cette course-poursuite aurait pu durer indéfiniment si, aux environs de Tite-Live, on n’avait pris la décision d’arrêter le recensement à 1959, publiant un supplément 1960-1969 et laissant les infortunés intermédiaires dans un fichier supplément qui sera microfiché en attendant un CD Rom.

34Cette chronologie donne certaines surprises pour certains auteurs ayant une vie plus agitée que d’autres. Ainsi, à la lettre J (1924), on trouve cette étonnante vedette : Jouvenel (Mme Henry Gautier-Villars puis Mme Henri de), née Colette, pseud. Colette Willy. En 1976, on rétablit comme on peut à Willy (Colette) en renvoyant au catalogue général à Jouvenel et, au supplément, à Colette (Sidonie-Gabrielle).

35Un besoin de normalisation se fait sentir : en 1945, l’AFNOR fait paraître ce qui est encore un guide intitulé Code de catalogage des Imprimés communs : dictionnaire des cas.

36On y définit clairement la notion d’auteur principal et d’auteur secondaire. On y préconise de distinguer les homonymes par leurs prénoms, les initiales, l’ordre chronologique ou les qualificatifs.

37On y insiste surtout sur le fait que l’auteur, vedette de classement, doit aussi figurer dans la notice à la place qu’il occupe sur la page de titre :

Scarabeus per [Des.] Erasmum
Dulcoratio amarulentiarum Erasmicae responsionis
Apophegmatum opus… Desiderio Erasmo, auctore
Antibarborum D. Erasmi.

38Le jeu des cas et des flexions montre très clairement qu’il y a une différence entre la présentation de l’auteur et l’identité qu’on lui a choisie pour figurer dans la bibliothèque.

39Les années 50 à 70 sont riches en normes successives qui apportent autant de réponses qu’elles soulèvent de questions.

40La tendance au respect de la présentation matérielle du livre s’accentue. L’auteur est l’auteur d’un livre mis en vedette sur une fiche et intercalé dans un fichier auteurs, anonymes et collectivités-auteur.

41On constate que la logique anglo-saxonne a gagné du terrain dans les bibliothèques françaises : le copyright contre le droit d’auteur jusqu’à adopter, dans les années 1970, la description ISBD (International Standard Book Description).

42La notice ISBD commence par le titre auquel on adjoint après une barre de rapport la mention de responsabilité dans la même zone : l’auteur n’est plus premier dans la logique du catalogueur de base. Il n’est plus que le responsable d’un ouvrage.

43En fait, le catalogueur de base se voit même purement et simplement retirer l’auteur, dont le traitement est confié à un spécialiste : le gestionnaire des autorités « auteurs personnes physiques » ou « auteurs collectivités ».

44Il est symptomatique qu’il soit désormais nécessaire de préciser l’épaisseur juridique et biologique de l’auteur. Avant les normes internationales, il paraissait tellement normal que l’auteur soit de chair et de sang qu’on ne précisait que par défaut lorsqu’il s’agissait d’une personne morale.

45Si le choix de l’Autorité-auteur est effectué avec des critères traditionnels (usage habituel, prénom usuel, orthographe nationale), ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. L’auteur fait l’objet d’une véritable enquête biographique avec liste des prénoms, dates biographiques, nationalité, langues dans lesquelles il écrit, domaine de recherche, titres, profession, lieux d’exercice et sources utilisées pour réunir les informations sur l’auteur.

46Naturellement, on dépasse ici largement la notion d’auteur d’un objet-livre que l’on tient en main pour aller vers celle d’identité pour ne pas dire d’état-civil. Ce qui implique, pour l’auteur, le droit d’accès et de rectification, voire de confidentialité, en ce qui concerne les renseignements contenus dans la base bibliographique.

47Toute son histoire se trouve verrouillée dans une notice dont la structure est comparable à celle des marques déposées de l’Institut national de la propriété industrielle.

48De corpus principal du catalogue, la liste des noms d’auteurs est redevenue une table annexe comme celles qui, au XVIIIe siècle, résolvaient le problème de Boivin :

Lorsqu’on veut savoir tout ce qu’on a des ouvrages de Saint-Augustin, il faut les chercher dans la classe des Saint-Pères parmi les livres In fol, In-4°, In-8°, etc. Ce qui a sans doute beaucoup d’incommodité.

49C’est ce travail de tri que fait l’ordinateur pour le chercheur, sous quelque forme qu’il ait posé sa question, à condition, bien entendu, que cette forme qui n’est plus une vedette figure bien dans le fichier-autorité.

50Alors que dans le Catalogue général auteurs de la Bibliothèque nationale, les auteurs importants bénéficiaient d’une rubrique assortie d’un appareil bibliographique de qualité : œuvres complètes, œuvres choisies, œuvres séparées, table de pseudonymes, des commentateurs ou des titres traduits… (cette rubrique d’ailleurs vendue en tiré-à-part peut prendre, pour Voltaire, la forme de deux gros volumes), c’est désormais le titre de l’œuvre qui initie la description bibliographique : l’auteur n’y apparaît plus que sous forme de mention de responsabilité. Comme dans les bibliothèques d’Ancien Régime, l’auteur n’apparaît plus que dans un fichier index qui sert de point d’accès à la base de données. Il y survit comme il peut, noyé sous des informations d’état-civil surabondantes, qui permettront de le distinguer plus facilement de ses futurs homonymes quand il sera mort.

51On traite d’ailleurs de façon toute égalitaire les auteurs « bien connus » et la « Pensée universelle ».

52Si l’on se demande toujours avec soin « qui parle » pour parodier Foucault, c’est dans le but de faire venir sur l’écran la succession atomisée des notices d’ouvrages séparés. On pourrait espérer que, lorsque nous disposerons de moyens informatiques plus performants, nous aurons la possibilité de tirer des bibliographies organisées de façon scientifique et critique. Il faut noter que les recherches actuelles portent davantage sur la numérisation des textes eux-mêmes, voire sur la navigation en mode hyper-texte. A sauter ainsi d’un texte à l’autre, l’auteur risque bien de se perdre corps et bien. Il faudra concevoir d’autres méthodes pour en préserver l’autorité, même s’il n’y a plus de catalogues…

Auteur

Conservateur
Bibliothèque universitaire de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540