Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Auteur

 | 
Gabrielle Chamarat
, 
Alain Goulet

Les rapports auteur/éditeur

Monique Nemer

Texte intégral

1Entreprendre de donner « le point de vue de l’éditeur » sur la notion d’auteur dans un colloque à vocation essentiellement littéraire ne va pas sans un certain inconfort tant cette notion, telle qu’elle est aperçue par l’éditeur, peut apparaître n’entretenir que des rapports lointains avec les modes d’approche qui ont prévalu jusqu’ici. Néanmoins, la solidarité du couple auteur/éditeur est indéniable – elle est même fondatrice – et peut-être y aura-t-il dans les quelques remarques que je proposerai, parce qu’elles procèdent d’un regard différent, des matériaux utiles à l’ensemble de la réflexion sur ce sujet.

2Cette étude ne sera pas une analyse de la fonction éditoriale, qui excéderait le cadre de ce sujet dans ses implications économiques et techniques, mais elle ne sera pas non plus – du moins je l’espère – un « point de vue » au simple sens d’opinion. Il s’agira plutôt d’un point de vue au sens topographique du terme – voire touristique. En d’autres termes, je voudrais tenter une description du lieu d’où on regarde cette notion d’auteur quand on est éditeur, de ce qu’on en voit et de quelques-unes des conséquences découlant de cette « situation ». Peu de théorie donc, mais l’évocation d’une pratique – et plus de questions que de réponses.

  • 1 Cf. supra.

3On l’a vu tout au long de l’étude de Sandra de Faultrier1, l’auteur est une « qualité dépendante ». Or cette « dépendance » renvoie à une seule instance, la décision éditoriale de publication. Pour dire les choses en termes simples, l’éditeur décide qui sera ou ne sera pas « auteur ». D’où, bien sûr, une première série de questions face à ce pouvoir : s’il tient sa légalité du système contractuel, lui-même adossé à un ensemble économique et technique qui permet à l’éditeur d’honorer les clauses du contrat, qu’est-ce qui lui confère une légitimité ? Et à quelles séries d’instances l’éditeur se réfère-t-il, consciemment ou non, pour nommer X ou Y auteur, faire d’une personne une fonction et d’un texte un livre, puisque ce sont là les deux données de base du contrat qui lie les deux parties, et en même temps donne existence à l’auteur ?

4Tous les contrats posent d’emblée cette mutation. On y lit qu’il s’agit d’un contrat :

Entre
Michel Dupont,…
ci-dessous dénommé l’Auteur
et
Les Éditions X, représentées par Jacques Durand,
ci-dessous dénommé l’Éditeur

  • 2 Même s’il s’agit d’un auteur « pluriel ».
  • 3 Simplement pour des raisons de droit de préférence. En général, le « droit de préférence » – c’est- (...)

5La suite du contrat détaillera les droits et devoirs de chacune des parties sous ces seuls intitulés de l’Auteur2 et de l’Éditeur. A ce lieu, l’un et l’autre sont de pures entités juridiques, dénuées de toute singularité – la majuscule étant peut-être le seul signe lointain qui indique qu’il s’agit de personnes… Quant au texte faisant l’objet de la publication, il sera uniformément l’« ouvrage ». Au reste, les contrats sont des contrats-types où ne varient en général que les clauses financières, les délais de remise du manuscrit pour les ouvrages de commande et le « genre » du texte3 (fiction ou non-fiction).

  • 4 Les problèmes posés par le multi-média sont ici laissés de côté. Leur complexité est d’ailleurs tel (...)
  • 5 Entres autres, disparition de la maison d’édition ou, dans le cas d’ouvrage de commande, refus du m (...)

6La personne est donc devenue l’Auteur, et le texte, l’ouvrage, un livre4. Cette accession de l’ouvrage à l’existence publique dans un temps déterminé et sous une forme convenue est d’ailleurs l’objet même du contrat, puisque l’éditeur « s’engage à publier, distribuer et promouvoir » l’ouvrage. S’il ne le fait pas, l’auteur récupère évidemment sa liberté, comme il peut le faire en cas de cessation d’exploitation du titre. La situation est pourtant différente : dans le premier cas – contrat signé mais non publication pour diverses raisons5 –, la personne n’est pas devenue « auteur » ; dans le second, elle reste l’auteur, même si l’ouvrage n’est plus exploité.

  • 6 Cf. infra, p. 197 sq., notamment p. 208.

7Ces remarques – fort triviales – ont une conséquence qui l’est beaucoup moins : la décision éditoriale statue sur l’auteur et non sur l’écrivain. J’ai noté quelques phrases lors des études précédentes, du genre : « X ne serait pas un auteur digne de ce nom si… », « L’auteur, le bon auteur, doit… » : pour un éditeur, l’auteur est une notion qui ne souffre pas de degré d’intensité – on n’est pas « plus ou moins » auteur, comme une statue n’est pas « plus ou moins » équestre… Jacques Lévine s’interroge6 sur « les capacités dont l’écrivain » doit faire preuve : la liste des « capacités dont l’écrivain doit faire preuve » peut éventuellement déterminer les critères de définition de l’écrivain, mais l’ensemble des traits de définition de l’écrivain n’est pas en totalité superposable aux traits de définitions de l’auteur. J’aimerais toutefois insister sur un point : ils ne sont plus toujours opposés… En d’autres termes, mettre l’auteur (désigné par une instance mercantile) en opposition systématique avec l’écrivain (qui serait dès lors désigné dans une parfaite innocence idéologique, dans une appréciation esthétique parfaitement a-historique et a-économique…) est à l’évidence simpliste. J’aurais pour ma part tendance à proposer de voir dans l’auteur et l’écrivain des qualités également dépendantes, l’une a priori, de l’éditeur ; l’autre a posteriori, du public – mais ce point serait à creuser.

  • 7 Ne serait-ce que parce qu’un guide pratique, par exemple, a un auteur…
  • 8 Article « poésie » de Jaubert.

8Il s’ensuit toutefois que je tenterai de m’expliquer sur les critères de désignation de l’auteur, et non de l’écrivain, étant admis que tous les auteurs ne sont pas des écrivains7 – et en laissant suspendue la question de savoir si tous les écrivains sont des auteurs (c’est-à-dire ont au moins un ouvrage publié…) : dans une maison d’édition, on n’utilise (prudemment ?) que le mot auteur, mais on peut y entendre des phrases comme « cet auteur est vraiment un écrivain » (ou « n’est vraiment pas un écrivain »…). Je ne sais si la comparaison est pertinente, mais c’est un peu du même ordre que la distinction opérée à partir du XVIIIe siècle entre « vers » et « poésie ». Alors que, jusque-là, la poésie se définit par « ce qui est écrit » en vers, le supplément à l’Encyclopédie déclare que « tout ce qui s’écrit en vers n’est pas nécessairement poésie »8, déclenchant les problèmes que l’on sait sur la « définition » de la poésie… Pour l’éditeur, la condition nécessaire et suffisante pour qu’il y ait auteur est la publication. Si je me place à ce lieu, celui de la fonction, tous les auteurs sont strictement égaux, ce qui ne m’interdit nullement d’avoir, en tant que personne, une opinion portant sur leur – éventuelle – qualité d’écrivains. Il serait toutefois malhonnête de nier ce qu’un tel raisonnement – pourtant le seul opératoire – a de biseauté : si c’est « l’opinion » qui octroie le statut d’écrivain, cela suppose que le livre a pu accéder à une existence publique : donc l’éditeur ne peut totalement se réfugier dans cette position en tangence entre critères d’écrivains et critères d’auteurs, ce qui rend passablement difficile la responsabilité éditoriale.

 

  • 9 Cf. supra, p. 169 sq.
  • 10 Dont L’Histoire de l’édition française de Roger Charrier et Henri-Jean Martin, Paris, Fayard, 1991.
  • 11 Singulièrement à l’IMEC (Institut de la mémoire de l’édition contemporaine), entre autres, Éditions (...)
  • 12 Les correspondances auteurs-éditeurs sont sur ce point éloquentes.
  • 13 L’idéal est dans ce cas d’être propriétaire de la maison d’édition dont on a la responsabilité édit (...)

9Avant d’aborder, très hâtivement, les critères de la décision éditoriale, je voudrais revenir un instant à la question de la légitimité de l’éditeur, que j’ai soulevée au début de cette étude. Sandra de Faultrier a parlé du « baptême juridique » de l’auteur9 : il est aussi baptême juridique de l’éditeur, puisque ces qualités sont profondément interdépendantes – pas plus d’éditeur sans auteur que d’auteur sans éditeur. Mais, cela dit, cette fonction est en constant déficit de légitimation. A la différence de la médecine, aucun diplôme n’y est indispensable. A la différence de la justice, aucun code, aucun corpus de lois n’y vient dire le bien et le mal, le licite et l’illicite. A la différence de la prêtrise, aucune parole révélée ne se pose en référence suprême. Il est notable que, si l’édition a fait l’objet d’importantes études historiques10, s’il y a quelques monographies sur des maisons d’édition11 ou des biographies d’éditeur, le métier d’éditeur a fort peu fait l’objet de réflexions théoriques. Je n’ai pas l’ambition de combler cette lacune ici – ce n’est d’ailleurs pas le sujet – mais je voudrais juste faire remarquer que les notions de « bon éditeur » ou de « grand éditeur » sont extrêmement dépendantes du point de vue d’où est émis le jugement. Si ce sont les autorités de tutelle économiques, l’aptitude à faire fonctionner ce qui est aussi une entreprise aura son importance (grande). S’il s’agit d’un aspirant auteur, cela dépendra beaucoup de l’accueil fait à son manuscrit : il faut une rare grandeur d’âme pour juger « bon éditeur » quelqu’un qui refuse de vous publier ! Et s’il s’agit d’un auteur en titre, les résultats (en presse ou en vente) ne sont pas étrangers à son appréciation. Quant au « grand éditeur », désigné tel par la postérité, il n’est pas rare qu’il n’ait été jugé « bon » ni par les auteurs12, ni par les gestionnaires dont il dépendait13

 

  • 14 Encore que l’appréciation de cette probabilité – surtout dans le domaine économique – soit très app (...)
  • 15 Et parfois des deux à la fois : il existe des textes très honorables qui se vendent très bien…
  • 16 J’aurais tendance à nommer ces derniers plutôt publisher qu’editor, pour user d’une distinction que (...)

10Reste que bon, grand, médiocre, mercantile, idéaliste, indépendant, aliéné – ou tout à la fois –, l’éditeur décide – ou non – de publier. Il s’inscrit alors dans un double horizon d’évaluation. D’une part, il se réfère à un ensemble de représentations de la littérature, de ce qu’est pour lui un auteur, de sa fonction dans la Cité. D’autre part, il prend en compte les conséquences probables14 de sa décision sur l’entreprise – en termes de rentabilité ou de notoriété, d’image15. La manière dont sont hiérarchisés ces deux types d’évaluation dépend évidemment des éditeurs : certains ont une tactique économique pour une stratégie éditoriale, liée à l’ensemble des représentations esthétiques et politiques qui sont les leurs, d’autres16 ont une tactique éditoriale pour une stratégie économique.

11En toute hypothèse, le « point de vue » de l’éditeur sur l’auteur ne saurait – sauf regrettable inconséquence – se dispenser de cette double évaluation.

 

  • 17 Dont les connotations ont une grande importance pour la réception.

12S’il est fondateur, le rapport de l’éditeur et de l’auteur ne se limite pas à ce « baptême » mutuel. S’y ajoute une relation, différente selon les individus, qui dure tout le temps qui sépare la remise du manuscrit de l’ouvrage terminé – c’est-à-dire du livre en tant qu’objet, techniquement fabriqué, d’une part, et dont l’existence publique est amorcée par les circuits de distribution (vente) et de médiatisation (notoriété), d’autre part. Il y a là un ensemble de transformations dont l’éditeur doit être, pour l’auteur, le médiateur : passage de sa durée personnelle au temps économique et social dans lequel va s’inscrire le livre, passage d’une intériorité singulière à une extériorité plurielle, passage d’une conscience des intentions d’écriture à la conscience des effets de lecture. Tout ceci, que je ne peux que nommer rapidement, construit, on le mesure, un type d’échanges complexes dont le livre achevé porte la trace. C’est évident pour son aspect physique17 (s’il est préférable de les décider avec l’accord de l’auteur, la couverture, le format, la typographie, la nature du papier, la « quatrième de couverture » dépendent de l’éditeur), c’est assez souvent vrai pour le texte lui-même, dans des proportions très variables. L’éditeur étant le premier lecteur, il n’est pas rare que ce qu’il décrit des « effets de lecture » entraîne quelques modifications. Ainsi suis-je au regret de dire que tel lapsus, qui aurait pu faire l’objet d’une communication fort éclairante si l’« auteur » devient objet d’études, aura – avec l’accord de l’auteur – été rectifié par tout « bon » éditeur. S’il n’en fait rien, l’auteur, qui se sera fait « épingler » par la presse pour avoir confondu deux peintres ou deux lieux, lui en tiendra rigueur… Autant de perdu, c’est vrai, pour « l’obsession de l’Italie dans l’œuvre de X », si X a attribué Don Juan à… Verdi !

 

13Enfin, ultime point du rapport auteur-éditeur, ce dernier est vecteur de l’existence publique du livre. Mais, s’il doit contractuellement en assurer les conditions de possibilité, son rôle – et son pouvoir – s’arrête là. Le public prend alors le relais – et les éléments qui modèlent son jugement échappent au cadre de cette intervention. Reste que c’est lui qui achève la nomination de l’auteur, l’éditeur ayant procédé à une sorte de désignation suspendue – « suspension » qui d’ailleurs peut durer un temps indéterminé.

14Indéterminé ? Illimité ? Y a-t-il un moment où l’on cesse d’être auteur ? En théorie, la question est dénuée de sens. On l’a dit et répété, être auteur n’est pas une essence ou une nature, c’est une position structurelle dans un triangle auteur-éditeur-ouvrage publié. C’est pourquoi on est « l’auteur de… » et non « auteur » en soi, qualité à la fois inaliénable au regard d’un ouvrage, et perpétuellement rejouée.

 

15Au moment de clore cette étude, je me sens aussi mal à l’aise qu’en la commençant. J’ai tenté, tout en mesurant à quel point mes propos étaient approximatifs, de décrire ce qu’est l’Auteur pour l’Éditeur. Mais, en confidence, j’avoue que cet Auteur majuscule, je ne le vois guère plus que l’Éditeur également majuscule… Je vois des hommes et des femmes, avec leur imaginaire, leurs mots, leurs mondes. Je me demande si, selon l’étymologie du mot « auteur », ils « augmentent » – d’un peu de pensée, de rire, de rêve, de beauté, de conviction – ce temps qui est le nôtre. Je me demande également, soyons franche, s’ils « augmentent » ou au contraire diminuent les ressources de la maison d’édition dont j’ai non seulement la responsabilité éditoriale mais la responsabilité économique. Je compense celui-ci par celle-là, et je décide. Après, j’essaie de faire en sorte que soit réalisé le meilleur livre possible – dans sa catégorie. Il y a ceux que je pense écrivain, ceux dont je sais qu’ils ne le sont pas. Et ceux pour lesquels j’hésite, fort peu sûre de moi. J’ai déjà refusé des textes (pas trop) qui ont fait un grand succès commercial ailleurs. Cela n’a pas toujours été par vertu, mais parce que je me suis trompée. Il est possible – probable ? – que j’ai refusé ou refuserai le premier roman d’un écrivain qui comptera dans le futur. Comme je ne suis pas Gide et que mon nom a fort peu de raison de passer à la postérité, on ironisera seulement sur « l’éditeur », avec minuscule…

16Tout ceci est fort peu savant, comme l’ensemble de cet article – un simple « point de vue » lié à une pratique. La seule chose dont je sois certaine, c’est qu’à cette pratique, l’auteur – les auteurs – peuvent s’opposer, la vilipender, mais qu’ils ne peuvent totalement s’en exonérer, sauf à sortir de toute réalité. Pour cela, sa description n’aura peut-être pas été inutile aux réflexions tenues dans le cadre de ce colloque.

Notes

1 Cf. supra.

2 Même s’il s’agit d’un auteur « pluriel ».

3 Simplement pour des raisons de droit de préférence. En général, le « droit de préférence » – c’est-à-dire l’obligation faite à l’auteur de proposer son prochain manuscrit au même éditeur – joue pour deux ou trois ouvrages « du même genre », pour ne pas trop entraver la « liberté de circulation » des auteurs…

4 Les problèmes posés par le multi-média sont ici laissés de côté. Leur complexité est d’ailleurs telle qu’elle risque de remettre sérieusement en question les notions même d’auteur et d’éditeur…

5 Entres autres, disparition de la maison d’édition ou, dans le cas d’ouvrage de commande, refus du manuscrit par l’éditeur.

6 Cf. infra, p. 197 sq., notamment p. 208.

7 Ne serait-ce que parce qu’un guide pratique, par exemple, a un auteur…

8 Article « poésie » de Jaubert.

9 Cf. supra, p. 169 sq.

10 Dont L’Histoire de l’édition française de Roger Charrier et Henri-Jean Martin, Paris, Fayard, 1991.

11 Singulièrement à l’IMEC (Institut de la mémoire de l’édition contemporaine), entre autres, Éditions de Minuit et Flammarion.

12 Les correspondances auteurs-éditeurs sont sur ce point éloquentes.

13 L’idéal est dans ce cas d’être propriétaire de la maison d’édition dont on a la responsabilité éditoriale – ce qui était le cas de Gaston Gallimard. Ce sont actuellement des cas rarissimes. Soit parce que les maisons d’édition relèvent de « groupes » – Hachette, Presse de la Cité, Le Seuil – soit parce qu’elles ont dans leur capital des minorités de blocage ou de contrôle – Gallimard –, l’autonomie éditoriale est rarement soutenue par une autonomie financière. Le seul cas « parfait » (de ce point de vue) est, à ma connaissance, Flammarion, où la famille possède 91 % du capital.

14 Encore que l’appréciation de cette probabilité – surtout dans le domaine économique – soit très approximative.

15 Et parfois des deux à la fois : il existe des textes très honorables qui se vendent très bien…

16 J’aurais tendance à nommer ces derniers plutôt publisher qu’editor, pour user d’une distinction que le français, hélas, ne fait pas.

17 Dont les connotations ont une grande importance pour la réception.

Auteur

Université de Caen
Éditions Stock

© Presses universitaires de Caen, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540