Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Auteur

 | 
Gabrielle Chamarat
, 
Alain Goulet

Ovide ou la difficulté d’être un auteur : réflexions sur les Tristes et les Pontiques

Jean-Pierre Néraudau

Texte intégral

  • 1 Actuelle Constanza, en Roumanie.

1En 8 de notre ère, Ovide était à Rome un poète mondain, fêté et reçu jusque dans l’entourage d’Auguste. Il mettait la dernière main aux Métamorphoses et il travaillait aux Fastes, dont les six premiers livres étaient largement avancés. Soudain, un décret impérial le relègue aux marches extrêmes de l’empire, à Tomes, sur les rives du Pont-Euxin1. C’est une relégation, et non un exil, qui l’aurait privé de ses droits civiques et de ses biens, toutes choses qu’il conserve, sans pouvoir, du reste, en faire grand usage dans cette lointaine contrée.

  • 2 Les Tristes comptent 3 420 vers, les Pontiques, 3 198. La longueur des élégies varie entre 22 et 16 (...)

2Il quitte donc Rome pour cette nouvelle résidence forcée, où il reste confiné jusqu’à sa mort, en 17 ou 18, sans qu’Auguste ni, après lui, Tibère consentent à le rappeler, ni même à adoucir son sort. Il est important de ne jamais oublier que tout ce que nous savons de cette affaire, nous le tenons d’Ovide lui-même et d’Ovide seul, qui envoya à Rome cinquante élégies, groupées sous le titre de Tristia (carmina), « Les poèmes tristes », et quarante-six autres, dont l’ensemble porte le titre de Pontica (carmina), « Les poèmes du Pont »2.

3Ces élégies ont longtemps été lues comme des confidences lyriques des états d’âme d’un poète, épris et privé de Rome, de ses fastes et de ses mondanités, et l’on a cru y reconnaître l’invention de l’épanchement sincère dans un genre littéraire jusque-là réservé à l’aveu ludique d’émotions feintes. Or, et c’est l’objet du texte qui va suivre, il me semble qu’Ovide propose dans ses poèmes d’exil une réflexion continue sur la relation entre son je, incarné et historique, et un je, écrivant et transhistorique. Mais, en changeant plusieurs fois de point de vue, il offre de cette relation des images anamorphiques, dont le fractionnement ne peut se ramener à l’unité que si l’on prend, pour le regarder, un peu de distance et de hauteur.

  • 3 Plus connue sous le titre impropre d’Art d’aimer.
  • 4 Tristes, II, 237-238.

4Sa réflexion repose tout d’abord sur la mise en place d’une énigme, qui requiert une enquête. Souvent, il revient sur les deux causes qui ont agi en sa défaveur et qu’il traite différemment. La première, la cause officielle, invoquée sans doute dans l’édit d’Auguste, est l’immoralité du « Manuel de séduction », la fameuse Ars Amatoria3, qui couronne un cycle de productions dites érotiques, et dont la liberté de pensée s’accorde mal avec la restauration des mœurs qu’Auguste tente à cette époque d’imposer à un siècle porté au libertinage. Mais l’Ars Amatoria était parue une dizaine d’années auparavant, et Ovide joue les naïfs, quand il prétend admettre qu’Auguste, accablé de tâches surhumaines, n’avait pas encore eu le temps de la lire4.

5Quoi qu’il en soit, Ovide déclare clairement et répète qu’il a été relégué à cause de l’une de ses œuvres, qui, de plus, a été enlevée des bibliothèques publiques. Mais il est clair que ce motif de châtiment est controuvé et qu’il a été tardivement invoqué pour cacher un autre motif qu’Ovide évoque aussi à plusieurs reprises, par exemple dans la longue élégie adressée à Auguste, où il écrit :

  • 5 Ibid., II, 103-104.

Pourquoi ai-je vu quelque chose ? Pourquoi ai-je rendu mes yeux coupables ? Pourquoi n’ai-je compris ma faute qu’après avoir eu l’imprudence de la commettre5 ?

6Nous n’en saurons pas plus, et ce mystère, dont l’Antiquité ne dit rien, a transformé depuis la Renaissance une foule d’érudits en détectives qui ont curieusement obtenu un des effets littéraires préférés d’Ovide, qui consiste à opacifier la question qu’on prétend rendre transparente. Ces détectives érudits ont cherché à résoudre l’énigme par curiosité, en tenant pour évident qu’Ovide ne devait pas révéler quelque secret d’Etat ou quelque scandale qu’il avait par hasard découvert. Ils sont allés chercher du côté des scandales qui frappaient alors la famille d’Auguste. La même année qu’Ovide, en effet, Julie, petite-fille du Prince, était exilée, pour motif d’immoralité (impudicitia), presque en même temps que son frère, Agrippa Postumus, le dernier petit-fils vivant d’Auguste, accusé, lui, de brutalité et de déraison.

7Or, ces deux jeunes gens étaient les fils de Julie, la fille d’Auguste, qui elle-même avait été exilée, quelques années auparavant, aussi pour immoralité, alors qu’elle fomentait un complot contre son père. Il est vraisemblable que Julie la cadette avait trempé elle-aussi dans quelque complot et qu’Auguste, une nouvelle fois, dissimulait sous le grief d’impudicitia une opposition à son pouvoir. Ovide, très certainement, a été compromis dans une affaire qui touchait à la succession d’Auguste, que certains souhaitaient voir revenir à la descendance légitime et d’autres à Tibère, qui, on le sait, lui succédera finalement.

  • 6 Ibid., IV, 10, 99-100 : « La cause de ma perte est trop connue de tous pour qu’elle ait besoin de m (...)

8De même qu’Auguste dissimulait sous des prétextes moraux ce que tout Rome savait, de même Ovide taisait un secret de polichinelle. Le mystère de sa faute existe seulement pour la postérité, et ses allusions vagues sont, de son temps, aussi indiscrètes que l’auraient été des aveux circonstanciés, ce que, du reste, il avoue lui-même6.

9En bref, il ouvre dans ses confidences un creux qui attire l’attention sur le fait que la condamnation atteint sa personne et qu’il est fallacieux d’y impliquer l’auteur. Il transforme la situation produite par l’hypocrisie du pouvoir en un débat sur la position respective de l’auteur et de la personne, débat ouvert par Auguste lui-même, à son insu peut-être.

10Dès lors qu’on relit les Tristes et les Pontiques à cette lumière, on s’aperçoit qu’ils sont une recherche constante sur la nature du je écrivant, officiellement condamné comme tel, par rapport à celui qui est engagé dans la vie.

11Pour défendre le premier, Ovide déploie une argumentation, qui est récurrente dans l’ensemble des deux livres mais qui est surtout développée dans l’élégie adressée à Auguste. On y lit par exemple cet aveu :

  • 7 Ibid., II, 1-10 :
    Quid mihi uobiscum est, infelix cura, libelli,
    ingenio perii qui miser ipse meo ?
    Cu
    (...)

Qu’ai-je à faire de vous, misérable souci, pauvres livres, moi qui dois, hélas ! ma perte à mon génie ? Pourquoi revenir à ces Muses, qui viennent d’être condamnées et qui sont mon crime ? De m’avoir une fois valu un châtiment est-ce trop peu ? C’est la faute de mes chants, si hommes et femmes, pour mon malheur, ont voulu me connaître ; c’est la faute de mes chants, si ma personne et mes mœurs ont subi la censure de César, après qu’il eut enfin jeté les yeux sur mon Manuel. Enlevez-moi la passion des vers, en même temps vous enlevez tous les crimes de ma vie ; je reconnais que ce sont eux qui m’ont rendu coupable7.

12La situation commande à Ovide de préciser quelques constats qui lui permettent de définir la cause contre laquelle il va argumenter. D’une part, les Muses, c’est-à-dire la poésie, constituent son crime, et, par conséquent, sa mésaventure donne un sens à la proximité des mots crimina et carmina, jusque-là restée une rencontre occasionnelle, désormais devenue prophétique de son destin, voire du destin de tous les poètes. D’autre part, il est clairement établi qu’Auguste a glissé de l’œuvre à l’homme, du Manuel de séduction à la personne et à la moralité de l’auteur.

13Une stratégie en deux points est opposée à ce glissement. L’une, souvent reprise dans les deux livres, consiste à nier que l’Ars Amatoria soit immorale. Le lieu n’est pas ici de la développer, car elle n’est pas essentielle à mon propos, mais je remarquerai à son sujet une légère anomalie, qui trahit la tricherie qu’Ovide met en œuvre dans l’ensemble de ce procès.

14Au début du Manuel, Ovide avait pris la précaution d’annoncer que ses conseils licencieux ne s’adressaient pas aux jeunes filles et aux dames de naissance libre. Il écrivait alors :

  • 8 Ars Amatoria, I, 33-34 : « Nous chanterons une Vénus sans risques et des larcins permis, et on ne t (...)

Nos Venerem tutam concessaque furta canemus,
inque meo nullum carmine crimen erit
8.

15Depuis son exil, il rappelle à Auguste ces vers, où déjà carmine et crimen étaient dans une proximité dangereuse, mais il en donne une citation légèrement différente :

  • 9 Tristes, II, 249-250 : « Nous ne chanterons rien qui ne soit légitime et aucun larcin qui ne soit p (...)

Nil, nisi legitimum, concessaque furta canemus,
inque meo
9.

16Vénus a disparu, au profit d’une expression métriquement équivalente et plus fermement engagée dans la moralité. Ovide a-t-il parié qu’Auguste n’irait pas vérifier l’exactitude de la citation ? S’est-il trompé ? Le plus vraisemblable est qu’il a délibérément falsifié sa citation, pour mieux marquer à quel point l’accusation était fragile et fondée sur une lecture tâtillonne. Le maniérisme de l’expression Venerem tutam est affaire de style et non de moralité, la preuve en est que l’expression nisi legitimum, dépourvue de l’antonomase ornementale mais banale (Vénus pour l’amour) et totalement prosaïque, a le même sens.

17L’intention du poète apparaît plus clairement à travers le second point de sa stratégie. Toujours dans l’élégie à Auguste, il écrit :

  • 10 Ibid., II, 347 sq.

Ce libertinage m’a perdu à tes yeux, à cause de ce Manuel que tu regardes comme une incitation à courir les alcôves interdites. Mais les femmes mariées n’ont pas appris sous mon magistère à commettre des adultères, et personne ne peut enseigner ce qu’il ne connaît pas. Ainsi moi, j’ai écrit des vers galants et des poèmes légers, sans qu’aucune rumeur n’ait altéré ma réputation… Crois-moi, mes mœurs sont loin de ressembler à mes chants : ma vie est sage et ma Muse folâtre. Mes œuvres, en grande partie mensonges et fictions, se sont accordé plus de licence que leur auteur, et mon livre, sans révéler l’état de mon âme, est un délassement innocent qui, le plus souvent, offre aux oreilles des rythmes charmants. Sans quoi Accius serait un furieux et Térence un parasite et ceux qui chantent la violence des combats seraient belliqueux10.

18Catulle avait déjà énoncé cet argument dans cette formule sentencieuse :

  • 11 Catulle, Poèmes, 16, 5-6.

Un poète dévoué aux Muses doit être chaste de sa personne, pour ses vers ce n’est pas nécessaire11.

19Ovide n’a donc pas inventé ce lieu devenu commun, mais les circonstances l’ont amené à en préciser la teneur et à multiplier les exemples qui en prouvent la justesse. Aussi énumère-t-il une kyrielle de poètes lyriques, qui ont parlé d’amour, sans être inquiétés, à commencer par Anacréon et Sappho jusqu’aux Romains presque contemporains, comme Tibulle et Properce, sans compter tous ceux qui, dans d’autres genres, n’ont pas évité les sujets amoureux, d’Homère à Virgile.

  • 12 Cf. Balzac dans la Préface de La Peau de chagrin.

20Ovide plaide donc la distinction entre l’homme et l’œuvre et isole dans sa personnalité l’inspiration, l’ingenium, qui le portait à la poésie légère avec un déterminisme si irrésistible qu’il l’innocente de toute intention perverse. On est tenté de commenter cette distinction en citant Balzac qui disait à quel point il était difficile de persuader les lecteurs qu’un auteur peut concevoir un crime sans être criminel12.

***

21Cependant cette plaidoirie est compliquée et obscurcie par le fait qu’il n’a pas été condamné seulement pour l’immoralité de son Manuel. Comme nous l’avons vu tricher quand il se cite lui-même, nous le surprenons encore en position ambiguë quand il pratique un amalgame entre les deux chefs d’accusation qui lui ont valu la relégation. C’est ainsi qu’il leur oppose le récit de sa vie, dans une élégie qui constitue la première apparition de l’autobiographie dans la littérature ancienne. Comme dans les procès, il utilise pour argument la uita ante acta, la vie menée jusque-là, dont la qualité apporte des présomptions favorables ou défavorables à l’accusé.

22Naturellement, les présomptions qu’apporte la sienne sont favorables, mais on apprend peu de choses de cette vie et surtout pas la raison de sa relégation, qu’il évoque avec un laconisme que cache mal la complication de la formulation :

  • 13 Tristes, IV, 10, 95-98. Ovide fait une allusion savante aux Jeux Olympiques, célébrés tous les quat (...)

Depuis ma naissance, dix fois, le cavalier vainqueur, couronné de l’olivier de Pise, avait remporté le prix, lorsque la colère d’un prince offensé m’ordonna de rejoindre Tomes13.

  • 14 Pontiques, IV, 2, 5-6.

23De même, les autres élégies ne livrent presque rien de la vie d’Ovide à Tomes, ni où il habite, ni quel est son train de vie, ni le déroulement de l’ennui quotidien qu’il déplore. De-ci de-là émerge un détail, comme la révélation qu’il entretenait avec l’un de ses amis un commerce régulier de lettres, mais en prose14. Il en allait sans doute de même avec les autres amis et avec sa femme à qui les élégies sont adressées.

24C’est là, dans cette correspondance privée, que tout se disait des questions matérielles difficiles à régler entre Tomes et Rome et que se traitaient les demandes d’intervention auprès d’Auguste. Les Tristes et les Pontiques sont une entreprise poétique, dont le but n’est pas seulement d’obtenir la grâce d’Auguste, si même il l’est, mais de créer une situation pour l’exposer à un public plus vaste que le seul cercle des correspondants d’Ovide, et surtout à l’usage de la postérité.

  • 15 Tristes, V, 7,25-26.

25Ce qu’Ovide veut diffuser le plus largement possible, c’est l’absurdité de sa position. A Rome, où il n’est plus, des adaptations de ses poèmes sont acclamées dans des théâtres combles15, et les élégies qu’il envoie depuis Tomes sont lues. Alors, qui est relégué ? Pas le poète, mais son incarnation périssable. Il aurait été plus logique de le faire taire que de le laisser parler de loin.

26C’est ce que ne cesse de démontrer Ovide. D’abord, il explore sa relation à son œuvre par une série d’images qui font de ses livres des émanations concrétisées de son génie poétique et définies comme des enfants par rapport à leur père. Conformément à ses goûts esthétiques, il brode sur cette image et envoie ses livres à Rome se glisser à la place laissée vacante par leurs frères, les trois livres du Manuel, ou encore il les autorise à appeler le même Manuel du nom d’Œdipe ou de Télégone, tous deux meurtriers de leur père.

27Mais ces livres venus du Pont ont surtout pour fonction d’entrer dans Rome, comme le montre cette plainte :

  • 16 Ibid., I, 1, 58.

Dieux, que ne puis-je maintenant être mon livre16 !

28Ou encore, il imagine qu’un de ses livres attend que son ami Sextus Pompée, devenu consul, le regarde et l’interroge. Il s’adresse alors à ses vers et leur dicte la réponse qu’ils doivent lui faire :

  • 17 Pontiques, IV, 5, 31 et sq.

Il vit encore, et sa vie, c’est à toi qu’il la doit, et avant toi à la clémence de César. C’est toi, dit-il souvent d’une bouche reconnaissante, c’est toi qui, dans son voyage pour l’exil, as su lui fournir des routes sûres, au milieu de la Barbarie… En reconnaissance de ces mérites, il jure d’être à jamais ton serviteur17

  • 18 Ibid., IV, 9, 41 : Mente tamen, quae sola loco non exsulat, utar.

29Cette prosopopée des vers, qui prononcent eux-mêmes une prosopopée de leur auteur, de leur père, absent, cette mise en abyme de sa fonction d’auteur, ne traduit pas seulement l’étroitesse de ses liens avec son œuvre mais elle est encore le mode suprême de transgression que le poète a inventé pour pénétrer dans la ville interdite. Il y entre par ses vers et aussi par son imagination, qui, seule, dit-il, ne peut pas être exilée18.

30Comme une antithèse inversant la thèse de la distinction entre l’auteur et son œuvre, voici que le poète révèle une coïncidence entre le je souffrant et le je écrivant, qui révèle elle-même une étroite complicité entre son œuvre et lui.

***

31Mais il n’y a pas là d’antinomie entre deux postures irréductibles. En effet, si le poète ne cesse d’écrire de la poésie, c’est pour transcender leur apparente irréductibilité et la sublimer.

  • 19 Voir sur ce point Anne Videau-Delibes, Les Tristes d’Ovide et l’élégie romaine, Paris, Klincksieck, (...)

32Les motifs récurrents dans les Tristes et les Pontiques, l’interdit, le gardien sévère, l’écrit qui tente de contourner l’interdit et qui y parvient, la séparation, la déchirure d’avec des êtres chers, sont aussi ceux de l’élégie amoureuse. Ovide relégué reste le poète qu’il a toujours été. Dans ses lettres, qui sont pour la plupart des héroïdes, il met en scène un héros élégiaque auquel il donne lui-même le nom de Naso, qui est son surnom, et qu’il distingue ainsi du poète que tout le monde appelait Ovide et qu’Auguste a relégué au bout du monde19.

33La belle des élégies amoureuses, c’est désormais Rome, gardée par un époux intransigeant, qui est Auguste. Le paraclausithuron, ce poème que les poètes adressaient à la porte de leur maîtresse inaccessible, c’est telle ou telle élégie où Rome est évoquée en pensée.

34Naso est condamné à vivre dans un locus terribilis, analogue à ceux qu’il décrivait autrefois dans ses poèmes mythologiques, où le froid et la glace correspondent à son froid intérieur et où les Barbares entourent sa solitude. Pour y parvenir, il a traversé les mers et il a connu une tempête aussi tumultueuse que celles que les dieux agitaient pour tourmenter Ulysse ou Énée. Il compare ses expériences avec celles des héros dont il avait exploré les aventures, et il conclut qu’il est plus malheureux qu’Ulysse et qu’Énée, qui, du moins, avaient un but au terme des épreuves. Il est comparable aussi à Actéon, puni, comme lui, pour une faute du regard, et il pense que l’étonnant changement de son destin ferait un poème digne de compléter ses Métamorphoses.

35En un mot, Ovide, sous le nom de Naso, se constitue en personnage mythique de l’exilé, auctor d’élégies, au sens qu’il les écrit, mais auctor aussi, au sens d’inventeur et de garant d’une situation exemplaire.

36Alors que la souffrance de l’exil semblait postuler une coïncidence idéalement parfaite entre le je souffrant et le je écrivant, Ovide recrée la fiction propre au genre élégiaque d’un je qui, par l’écriture, se constitue en personnage poétique et reconstitue la différence revendiquée entre l’homme et l’œuvre.

37Ce qui ne signifie pas que l’exil ne l’ait pas fait souffrir, mais les Tristes et les Pontiques, loin d’être une suite de plaintes ressassées et de suppliques lancinantes, comme on les a lus depuis la fin du siècle dernier, sont surtout la réplique d’un auteur quand on attente à sa personne.

38L’auteur qui va se constituer en explorant les blessures de sa personne dispose de la force incomparable de la poésie, telle qu’il la définit par exemple dans ce passage :

  • 20 Pontiques, IV, 8, 55 sq. Le passage de l’élégie est adressé à Germanicus, descendant de César par a (...)

Ce sont les vers, s’il est permis de le dire, qui font les dieux eux-mêmes, et une telle majesté a besoin d’une voix qui la célèbre… Naguère César, ton aïeul, que sa vertu ajouta aux astres, ce sont les vers qui l’ont en quelque sorte consacré20.

39Or le poète est le premier à bénéficier de sa capacité de conférer l’immortalité. Le je qui écrit est immortel, et il est absurde de vouloir le tuer. Ainsi à un ami, qui lui écrit qu’il garde un portrait (imago) de lui, Ovide conseille-t-il de lire ses Métamorphoses qui sont un plus grand portrait de lui-même, maior imago. Cette affirmation survient dans un poème du Pont, alors qu’Ovide, relégué depuis longtemps, n’invoque plus une distance entre son œuvre et lui mais reconnaît dans ses Métamorphoses l’un des accomplissements de ce qu’il appelle « le meilleure part de lui-même », c’est-à-dire l’ingenium poétique. Ainsi, pour finir, la personne et l’auteur finissent par coïncider dans des textes qui sont en même temps la démonstration d’une fabrique poétique.

  • 21 Sénèque le Rhéteur, Controverses, X, préface, 5-7.

40La rélégation pose de façon dramatique la question de la responsabilité de l’auteur. La critique littéraire antique est étroitement liée à la morale, mais elle juge une œuvre sur des critères de goût, en particulier sur la convenance des moyens employés à la finalité du texte, et non sur le contenu, qui, de par son statut littéraire, échappe à la morale. Auguste a condamné une œuvre qui ne l’attaquait nulle part de front, et c’est une première. La situation est tout autre, en effet, que celle de Labienus, dont, à la même époque, à peu près, Auguste condamne les livres à être brûlés, mais qui était un opposant ouvert à sa politique. Labienus alla s’enfermer dans le monument funéraire de ses ancêtres et il s’y laissa mourir21. Ne pouvant plus écrire, il ne survécut pas à ses livres, alors qu’Ovide survit, parce qu’il peut continuer d’écrire et d’être un auteur.

41Sans doute la crise de conscience que provoque le geste d’Auguste est-elle à mettre en relation avec le passage de la République au Principat, qui modifie la conception de l’individu et de la société civile, et avec la crise des croyances religieuses, qui laisse l’homme seul face à son destin. La création poétique devient l’exaltation de l’ultime miracle que permet un Olympe de moins en moins plausible et qui est l’élection de certains individus à dépasser la condition mortelle et à redonner l’espoir d’une nouvelle métaphysique.

42Ovide a donc transformé son je victime et souffrant en un je triomphant par l’écriture de l’arbitraire du pouvoir et des risques de dissolution de son âme. La figure mythique de l’exilé qu’il a composée est devenue une référence primordiale pour tous les exilés du monde, qu’ils le soient vraiment, ou qu’ils en éprouvent seulement le sentiment. Du Bellay en offre un exemple particulièrement expressif, puisqu’il imite Ovide pour se plaindre de vivre, malgré lui mais pas en tant qu’exilé, dans cette même Rome dont Ovide regrettait tant d’être écarté. C’est au point qu’il transpose l’expression même d’Ovide, exsul eram (« j’étais exilé »), en écrivant :

J’estois à Rome, au milieu de la guerre,

  • 22 Du Bellay, Les Regrets, Dédicace à Monsieur d’Avanson, v. 5, reprenant Ovide, Tristes, IV, 1, 3.

43et qu’il assimile la guerre qui environne l’exil du poète latin, cerné par des tribus hostiles, à celle qui bouleverse l’Europe des années 155022.

44Pas plus exilé que Du Bellay, Gœthe, sur le point de quitter Rome, où il venait de séjourner longuement, éprouve un sentiment qu’il voudrait « nommer héroïque, élégiaque et dont la forme poétique devait être une élégie ». C’est dire qu’il éprouve le même sentiment qu’Ovide, dont il se récite les vers les plus émouvants :

  • 23 Gœthe, Voyage en Italie, Rome, 14 avril, 1788, in fine. Citation des Tristes, I, 3, 1 sq.

Quand cette nuit funèbre occupe ma pensée,
cette dernière nuit qu’à Rome j’ai passée…
je sens les pleurs encor s’échapper de mes yeux23.

  • 24 Vintila Horia, Dieu est né en exil, Paris, 1960.

45En revanche, Vintila Horia était réellement exilé, quand il fit de l’exil d’Ovide le sujet de son roman Dieu est né en exil24.

***

46La fortune du mythe de l’exilé à travers les siècles apporte un éclairage nouveau aux questions posées par Ovide. La relégation l’a conduit, à travers quelques tâtonnements et quelques palinodies apparents, à préciser la position de l’auteur par rapport à son œuvre. Il montre si bien leur interdépendance et leur interaction qu’on peut se demander si la liberté virtuelle dont dispose l’œuvre n’est pas encore un signe de maîtrise de l’auteur qui l’a conçue. Mais qui se le demande, sinon le lecteur, qui a pour fonction d’exploiter les virtualités offertes par le texte et de les actualiser ? Du Bellay, Gœthe, Vintila Horia et tous ceux, fort nombreux, qui se sont reconnus dans le modèle offert par Ovide, montrent à quel point c’est toujours le lecteur qui a le dernier mot et qui reçoit, en définitive, la tâche de déterminer l’autorité de l’instance auctoriale sur l’œuvre.

47Ovide suggère quelques principes théoriques, valables sans doute pour toute œuvre et tout auteur. Si son exil n’éclaire pas complètement les Tristes et les Pontiques, c’est qu’il ne faut pas réduire l’œuvre à la biographie de l’auteur, car celle-ci, présente dans les œuvres, invite à reconnaître la sincérité là où il y a feinte et construction d’un ethos. Mais, comme l’œuvre parle d’un exil véritable, en recourant, de surcroît, à des lieux communs de la poésie élégiaque créée et largement illustrée avant elle, il est impossible d’écarter radicalement l’auteur de son œuvre, en oubliant qu’il est inscrit dans son temps social et littéraire.

Notes

1 Actuelle Constanza, en Roumanie.

2 Les Tristes comptent 3 420 vers, les Pontiques, 3 198. La longueur des élégies varie entre 22 et 166 vers. Il s’en détache l’élégie de 578 vers qui constitue à elle seule le livre II des Tristes.

3 Plus connue sous le titre impropre d’Art d’aimer.

4 Tristes, II, 237-238.

5 Ibid., II, 103-104.

6 Ibid., IV, 10, 99-100 : « La cause de ma perte est trop connue de tous pour qu’elle ait besoin de mon témoignage. »

7 Ibid., II, 1-10 :
Quid mihi uobiscum est, infelix cura, libelli,
ingenio perii qui miser ipse meo ?
Cur, modo damnatas, repeto, mea crimina, Musas ?
An semel est poenam commeruisse parum ?
Carmina fecerunt, ut me cognoscere uellent
omine non fausto femina uirque, mea :
carmina fecerunt, ut me moresque notaret
iam demum uisa Caesar ab Arte meos.
Deme mihi studium, uitae quoque crimina demes ;
acceptum refero uersibus esse nocens.

8 Ars Amatoria, I, 33-34 : « Nous chanterons une Vénus sans risques et des larcins permis, et on ne trouvera dans mon poème aucun crime. »

9 Tristes, II, 249-250 : « Nous ne chanterons rien qui ne soit légitime et aucun larcin qui ne soit permis… ».

10 Ibid., II, 347 sq.

11 Catulle, Poèmes, 16, 5-6.

12 Cf. Balzac dans la Préface de La Peau de chagrin.

13 Tristes, IV, 10, 95-98. Ovide fait une allusion savante aux Jeux Olympiques, célébrés tous les quatre ans et au terme desquels le vainqueur recevait une couronne d’olivier venue de la ville voisine de Pise. Comme les Romains comptaient l’année de départ de l’Olympiade et l’année qui commençait l’Olympiade suivante, l’espace de temps intermédiaire était de cinq ans, de sorte qu’Ovide dit ici qu’il avait 50 ans (en fait, sans doute 51).

14 Pontiques, IV, 2, 5-6.

15 Tristes, V, 7,25-26.

16 Ibid., I, 1, 58.

17 Pontiques, IV, 5, 31 et sq.

18 Ibid., IV, 9, 41 : Mente tamen, quae sola loco non exsulat, utar.

19 Voir sur ce point Anne Videau-Delibes, Les Tristes d’Ovide et l’élégie romaine, Paris, Klincksieck, 1991.

20 Pontiques, IV, 8, 55 sq. Le passage de l’élégie est adressé à Germanicus, descendant de César par adoption et poète lui-même.

21 Sénèque le Rhéteur, Controverses, X, préface, 5-7.

22 Du Bellay, Les Regrets, Dédicace à Monsieur d’Avanson, v. 5, reprenant Ovide, Tristes, IV, 1, 3.

23 Gœthe, Voyage en Italie, Rome, 14 avril, 1788, in fine. Citation des Tristes, I, 3, 1 sq.

24 Vintila Horia, Dieu est né en exil, Paris, 1960.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Caen, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540