Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Brigitte Diaz
, 
Isabelle Hoog-Naginski

Voix auctoriales

L’édition complète des œuvres de George Sand « chaos pour le lecteur » ou essai de poétique éditoriale

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

  • 1 N. Mozet, George Sand, écrivain de romans, Saint-Cyr-Sur-Loire, Christian Pirot, 1997.
  • 2 Sur la naissance et le développement des œuvres complètes au XVIIIe siècle, nous renvoyons à La Not (...)

1« Sand appartient elle aussi au siècle des œuvres complètes » écrivait Nicole Mozet dans la préface de son George Sand, écrivain de romans1. Effectivement, le XIXe plus encore que le XVIIIe, qui a pourtant vu naître cette pratique2, est le siècle des œuvres complètes. Alors que le XVIIIe siècle pensait encore les œuvres complètes comme un projet éditorial (exclusion de l’écrivain, choix du texte en partie hasardeux, importance accordée, dans le classement des œuvres, au « succès » qui détermine le « mérite »), dès 1775, on voit naître des projets d’œuvres complètes réalisées du point de vue de l’auteur. Et le XIXe siècle signe le règne de l’œuvre complète comme projet auctorial. Beaucoup des grands écrivains du XIXe siècle depuis Chateaubriand jusqu’à Hugo, en passant évidemment par Balzac, ont souhaité, conscients de l’enjeu commercial mais aussi plus encore poétique, maîtriser la collection de leurs œuvres. Pourtant l’œuvre complète multiplie les ambitions et les contraintes : restituer un texte dans son exactitude, rendre la totalité d’une œuvre saisie dans sa cohérence et pour l’écrivain faire une opération quasiment testamentaire. Elle se veut à la fois contrôle final de l’œuvre, imposition d’un sens (avec toutes les acceptions de ce terme) mais aussi rituel funéraire d’immortalisation. C’est le dernier acte de poétique que peut accomplir l’écrivain après l’écriture de l’œuvre. Au moment où le XIXe siècle prend conscience des effets de poétique éditoriale, c’est-à-dire des effets spécifiques de sens et de style induits par les différents modes de publication, le phénomène des œuvres complètes s’avère évidemment d’une importance capitale.

2En témoignent les cas exemplaires de Chateaubriand, Balzac et Victor Hugo qui ont chacun à leur manière modélisé une poétique de l’œuvre complète. Pour Chateaubriand, le travail sur l’œuvre complète est essentiel. Il s’agit de tout publier, de donner un ordre à l’ensemble, une architecture à l’œuvre mais aussi au moi. La préface générale que Chateaubriand ajoute à l’édition accentue la vocation autobiographique des œuvres complètes :

  • 3 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’Outre Tombe, Paris, Classiques Garnier, t. I, p. 837-838, append (...)

J’ai traversé plusieurs fois les mers ; j’ai vécu dans la hutte des Sauvages et dans le palais des rois, dans les camps et dans les cités. Voyageur aux champs de la Grèce, pèlerin à Jérusalem, je me suis assis sur toutes sortes de ruines. J’ai vu passer le royaume de Louis XVI et l’empire de Buonaparte ; j’ai partagé l’exil des Bourbons, et j’ai annoncé leur retour3.

3Chez Chateaubriand, c’est d’ailleurs sans doute la faillite des œuvres complètes parues entre 1826 et 1831 chez Ladvocat et conçues comme une première tentative pour faire du moi un texte qui entraîne la remobilisation de l’écrivain sur les Mémoires d’Outre Tombe, désormais chargés de la postérité de l’écrivain.

4Avec Balzac, vraisemblablement plus sensible encore à la poétique éditoriale, chaque édition complète se proclame comme une victoire, que ce soit celle chez la veuve Béchet en 1833 ou celle de 1841. Mais l’opération et la capitalisation « Comédie humaine » ne sont rendues possible qu’en 1841, à la fois par la signature du contrat Furne-Paulin-Hetzel-Dubochet mais aussi évidemment par l’imposition de l’architecture verticale, horizontale et pyramidale, la suppression de toutes les préfaces, le silence fait sur certaines œuvres de jeunesse ou journalistiques, l’ajout de dédicaces et l’apposition d’un avant-propos commun.

  • 4 Sur Victor Hugo, nous renvoyons à G. Rosa, « Hugo complet » in Penser, classer, écrire. De Pascal à (...)
  • 5 Il s’agit d’une expression heureuse de Guy Rosa, ibid., p. 84.

5Quant à Victor Hugo4, particulièrement sensible à l’« énonciation éditoriale »5 (le prix, le format, le papier des livres), il a très tôt accordé l’importance qu’elle méritait à l’opération de totalisation de ses œuvres. Il écrivait le 8 décembre 1859 :

  • 6 V. Hugo, lettre à un inconnu du 8 décembre 1859, in Guy Rosa, « Hugo complet », p. 84.

L’ensemble de mon œuvre fera un tout indivisible […] Les libraires qui, abusant du domaine public, tronqueront mon œuvre sous prétexte de choix […] seront, je le dis d’avance, des imbéciles. J’existerai par l’ensemble6.

6Il a non seulement revu l’édition Furne de ses œuvres complètes (1840-1846), mais il a eu le soin de laisser avant sa mort une dernière édition complète, celle d’Hetzel-Quantin publiée à partir de 1880 et même de donner des instructions à ses exécuteurs testamentaires pour ses œuvres posthumes : il invitait ses exécuteurs à réunir tous les manuscrits « sans exception et quelle qu’en soit la dimension » ; et à publier premièrement les « œuvres tout à fait terminées » ; deuxièmement les « œuvres commencées, terminées en partie, mais non achevées », troisièmement « les ébauches, fragments, idées éparses, vers ou prose, semées çà et là, soit dans mes carnets, soit sur des feuilles volantes ». Certes, cette dernière disposition invalide ou met en péril par l’instabilité conséquente, le monument des œuvres complètes. Mais comme le souligne Guy Rosa, cette instabilité indique justement un principe poétique essentiel chez Hugo. L’impossibilité de l’édition d’œuvres complètes renvoie à une exigence auctoriale hugolienne, elle signe et valide l’opération.

7Significativement, moins lus, mal lus sont les auteurs qui n’ont pas voulu ou pu procéder à cette opération à temps. Contacté par le bibliophile Lovenjoul à la mort de Théophile Gautier, l’éditeur Dreyfous refuse la publication de l’œuvre complète au nom de la vulgarisation et de la diffusion prioritaire des chefs-d’œuvre de l’écrivain :

  • 7 Lettre de Dreyfous à Lovenjoul, Paris, 16 novembre 1872, G. 1161, chemise Charpentier, pièce 10. Ci (...)

Nous avons comme je vous l’ai déjà dit une œuvre de vulgarisation à accomplir toute entière avant de nous lancer dans des éditions savantes et annotées […]. Voyez-vous maintenant à quoi servirait une édition qui n’attirerait pas un public nouveau, qui ne créerait pas un public qui n’existe pas encore ; nous ferions notre poète sans un intérêt nouveau pour le grand nombre et nous ne contenterions que quelques bibliophiles auxquels au total nous enseignerions non à l’aimer plus mais à le connaître plus à fond7.

  • 8 Nous faisons référence ici au projet d’œuvres complètes conduit par Patrick Berthier aux éditions H (...)

8Certes, une œuvre complète n’est pas forcément une édition populaire encore moins une édition commerciale. L’édition d’œuvres complètes est bien une opération de poétique, c’est-à-dire qu’elle relève de la responsabilité d’un auteur confronté à un système de contraintes qui ne sont plus textuelles (les règles du sonnet, les trois unités) mais qui viennent du système éditorial lui-même. Théophile Gautier, pourtant activement aidé par le bibliophile Lovenjoul, n’a pas connu cette édition d’œuvres complètes et l’on voit aujourd’hui que seule la publication progressive d’une édition complète en cours8 lui permet de sortir du ghetto des romantiques mineurs.

9L’absence d’édification d’une œuvre complète est une malchance pour la fortune littéraire de l’écrivain et pour l’édification du lecteur qu’elle prive d’une forme essentielle de testament littéraire poétique. Si l’on en vient à George Sand, la construction des œuvres complètes sandiennes aurait permis ultimement et explicitement à cet écrivain de positionner son œuvre-monde par rapport à celle de Hugo et de Balzac et surtout de lui donner son visage face à l’Histoire. Cette dernière signature sandienne, ultime acte testamentaire, est restée largement illisible du fait même de la réalisation magmatique et chaotique d’une édition prétendument complète chez Calmann Lévy. Illisible peut-être pas complètement car le chercheur, dans ses pérégrinations solitaires dans les fonds d’archives des bibliothèques, a quelquefois de prodigieuses surprises…

Études de collections

  • 9 Étude bibliographique sur les œuvres de Sand par le bibliophile Isaac, Bruxelles, 1868. Cet ouvrage (...)

10Au premier abord, George Sand semble loin d’être desservie par l’édition du XIXe siècle. Sa correspondance la montre traitant avec d’innombrables éditeurs (Bonnaire, Lecou, Levy, Hetzel, Buloz) et avec de tout aussi nombreux directeurs de journaux (Houssaye, Girardin, Thoré, Véron, Charles-Edmond). Signe de son succès, elle a « subi », comme Hugo et Lamartine et comme la plupart des grands auteurs romantiques, plusieurs opérations d’œuvres complètes avant que l’œuvre ne soit achevée, opérations commerciales très en vogue sous la Restauration et sous la Monarchie de Juillet. Trop précoces pour être testamentaires, ses œuvres complètes sont motivées par le commerce de la librairie. « Elles sont d’ailleurs toutes fort incomplètes même pour l’époque où elles furent publiées » souligne le bibliophile Isaac, alias le vicomte de Lovenjoul, dans un opuscule bibliographique9 paru en 1868. La première édition est celle éditée chez Bonnaire en 24 volumes in-8° de 1836 à 1840. Elle est essentiellement chronologique. La deuxième édition négociée chez Perrotin en 1842-1844, puis continuée chez Garnier, comporte 16 volumes in-18. Elle est très approximativement chronologique et inclut un prospectus-préface où George Sand s’associe à cette entreprise d’œuvres complètes. La troisième édition « œuvres complètes de George Sand illustrées par Maurice Sand et Tony Johannot » comporte neuf volumes parus chez Hetzel de 1851 à 1856 : à cette édition faite de romans et d’articles publiés sans aucun ordre décelable s’adjoint une deuxième préface auctoriale. Si George Sand a toujours été plus ou moins impliquée dans la réalisation de ces œuvres complètes (notamment par la rédaction de préfaces inédites), elle n’a vu dans aucune de ces entreprises un monument à ériger et elle n’a jamais proposé ni système de classement ni aide à l’exhaustivité. Ces éditions, plutôt qu’à des œuvres complètes, s’apparentent à ce que le XVIIIe siècle appelait des « collections complètes » : elles rassemblent à un moment donné et lorsque l’écrivain est consacré, tout ce qui est disponible de lui sur le marché.

  • 10 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne, 1836-1891, Paris, Calma (...)

11La dernière édition d’œuvres complètes est publiée chez Hetzel-Lecou en in-12 d’abord puis chez Michel Lévy10 ensuite à partir de 1856. Cette édition d’abord imprimée sur les clichés de la précédente finit par réunir toutes les œuvres anciennes et nouvelles de Sand. En effet, en 1860, un contrat signé entre Buloz et Michel Lévy permet à l’éditeur de publier toutes les œuvres nouvelles de Sand dans sa collection « bibliothèque contemporaine » après la publication en revue. Dans les années 1860-1870, beaucoup de romans de Sand sont disponibles en librairie dans une des trois collections Lévy (collection bibliothèque contemporaine, collection Michel Lévy, collection George Sand), certains romans étant d’ailleurs présents simultanément dans plusieurs collections et chaque collection visant son public particulier. George Sand commence également à construire à partir de ses articles des recueils : Autour de la Table (1862), Promenades autour d’un village (1866), Impressions et souvenirs (1873).

« Le chaos pour le lecteur »

12La mort de l’écrivain et de l’éditeur en 1876 n’interrompt pas cette publication des œuvres complètes. Maurice et Solange vendent la propriété littéraire de leur mère, le 27 janvier 1880, pour quarante-six ans, en échange de 125 000 francs. Ils cèdent également la propriété sur la correspondance. La correspondance paraît donc à titre posthume, tout comme une série d’articles réunis dans des recueils : Dernières pages (1877), Nouvelles lettres d’un voyageur (1877), Questions politiques et sociales (1878), Questions d’art et de littérature (1879), Souvenirs de 1848 (1880), Impressions et idées (1904 au moment du centenaire).

13À maints égards, cette édition d’œuvres complètes est un désastre même si l’on peut noter à son actif une véritable tentative d’exhaustivité : terminée en 1926, elle comporte 115 volumes. Elle constitue selon la crainte et l’expression de George Sand elle-même un véritable « chaos pour le lecteur ». Les romans suivis, comme Pierre qui roule et Le Beau Laurence y sont séparés sans qu’aucune indication paratextuelle ne les rapproche. Certaines nouvelles et articles sont insérés en dépit de toute logique pour terminer un volume : « Fanchette » dans Légendes rustiques en 1888, l’article « Sur la langue d’oc et de la langue d’oil » paru dans L’Éclaireur de L’Indre le 2 novembre 1844 dans Nouvelles lettres d’un voyageur. De cette pratique, elle écrivait déjà à Lévy le 7 janvier 1875 : « c’est un système bien défectueux pour une édition sérieuse ».

  • 11 Nous utilisons à dessein ce néologisme qui comble une lacune dans la langue française.
  • 12 Sauf peut-être Souvenirs et impressions littéraires, non repris chez Lévy, qui semblent être laissé (...)
  • 13 Nous avons fait cette étude de manière plus détaillée encore pour le recueil Lettres d’un voyageur. (...)
  • 14 G. Sand, Promenades autour d’un village, Paris, Lévy, p. 143.

14Le plus aberrant est sans doute la construction des recueils posthumes comme le prouve de manière saisissante la comparaison entre les recueils « anthumes »11 et les recueils posthumes dans l’œuvre complète telle qu’elle nous a été léguée par les Lévy. J’insiste sur cette poétique du recueil car la mise en recueil constitue une opération de poétique éditoriale et même représente une sorte de mise en abyme, la miniature de l’opération « œuvre complète ». Or tous les recueils anthumes témoignent d’une conscience aiguë des possibilités de la mise en recueil qui, pour Sand, à la différence de beaucoup de ses contemporains, ne se réduit pas à une pratique compilatoire12. La réunion de textes à la genèse disparate, à l’origine variée doit aboutir non pas à l’agrégation forcée de textes autonomes mais composer une totalité signifiante. Cette œuvre composite est unifiée à la fois par le lecteur qui ajoute un supplément de sens au texte et qui est en charge de la construction de la continuité mais aussi et surtout par la volonté auctoriale. Car la création d’une œuvre n’est possible que lorsque le recueilleur joue un rôle d’auteur. Et Sand, sans être partisan de la réécriture complète du recueil, a veillé sur chacune des parutions, notamment en composant l’ordre du recueil et surtout en veillant à la mise en place liminaire dans chacun de ses recueils d’un mode d’emploi poétique. Promenades autour d’un village en constitue un exemple éclairant13 : lors de la mise en recueil, Sand veille à la suppression des passages d’actualité et de références aux conditions premières d’énonciation, elle décide d’amputer le recueil d’un article essentiel mais un peu digressif sur le réalisme qu’elle réserve pour un autre recueil littéraire, elle recompose l’ordre des articles en veillant à la fusion de deux séries d’origines différentes (des feuilletons publiés dans Le Courrier de Paris, des études de mœurs parues dans L’Illustration et Le Magasin pittoresque). L’ensemble lui permet de construire un scénario auctorial original en se posant en « Walter Scott du Berry »14 et en tissant un hymne à sa province. Dès les premières lignes du recueil, le mode d’emploi poétique de l’œuvre est posé grâce au pacte générique du récit de voyage ou plutôt du récit de promenade et le lien est fait entre titre du recueil et poétique de l’œuvre. La composition du recueil, l’orchestration des thèmes, le mode d’emploi poétique sont pensés chez Sand comme pour un recueil en vers.

15Or tout ce travail original sur la poétique du recueil en prose est passé largement inaperçu du fait même de la totale incohérence des recueils posthumes. Dès le 6 juillet 1876, deux mois après la disparition de George Sand, Calmann Lévy adresse une lettre à Lovenjoul où il annonce la publication de recueils aléatoires et composites :

  • 15 Lettre de Calmann Lévy à Lovenjoul, 6 juillet 1876. Un autographe en est gardé à la bibliothèque de (...)

Pour le volume de Contes, nous nous en tiendrons, comme vous nous le conseillez vous-même, à la liste qui m’a été fournie par madame Maurice Sand. Seulement, il sera nécessaire pour compléter le volume, de prendre plusieurs morceaux dans les Impressions et souvenirs non encore parus en librairie. Nous vous saurons gré de nous dire lesquels vous paraîtraient convenir le mieux pour former le complément15.

16Et effectivement, sous le titre programmatique il est vrai « Dernières pages », paraît un an après la mort de Sand un recueil mêlant nouvelles et articles de prose. De même, les recueils d’articles politiques présentent une incohérence dramatique pour la pensée de Sand : Questions politiques et sociales réunissent un lot d’articles assez lacunaire (notamment on n’y trouve pas Fanchette republié ailleurs), choisis entre 1843 et avril 1848, deux articles datant de la fin 1848 et 1849, et surtout les brochures sur la guerre et Garibaldi de 1859. Pour trouver les articles parus dans La Cause du peuple puis dans La Vraie République en 1848, il faut se reporter au recueil Souvenirs de 1848 qui comporte outre un florilège d’articles datant effectivement de 1848 une large rubrique intitulée « mélanges » reprenant des articles littéraires parus entre 1854 et 1868 ! Comprenne qui pourra. Je terminerai par un dernier exemple de circonstance. En 1904 au moment du centenaire de la naissance de Sand, Lovenjoul adressait une lettre assez virulente à Aurore Sand :

  • 16 Lettre de Lovenjoul à Aurore Sand, Bruxelles, 21 août 1904, G. 1194, Aurore Sand, pièce 33. Cité pa (...)

Dès après mon retour, il m’a été possible de m’occuper des derniers volumes parus, j’ai été stupéfait en ouvrant Souvenirs et idées, de voir à quel degré la publication de cet ouvrage était regrettable pour la grande mémoire du nom dont il est signé. À la lettre, je le trouve véritablement déshonorant littérairement parlant, pour son célèbre auteur. On trahit ses intentions, on le diminue à plaisir, en publiant de pareils recueils. Celui-ci mériterait de porter seulement pour titre : Lettres de M. Harisse, accompagnées de quelques pages de G. Sand ! […]. Bref, tel qu’il est mis au jour, ce soi-disant livre sera renié par tous les vrais admirateurs de George Sand autant qu’il l’est par moi. Si votre illustre Grand-mère peut voir ce qui passe ici bas, elle doit être révoltée d’un pareil abus fait de son nom, pour protéger des publications aussi inférieures. De son vivant ainsi présentées, elle ne les eut jamais autorisées, mais bien au contraire interdites et même désavouées au besoin16.

17L’édition des œuvres complètes de Sand, telle qu’elle existe, non seulement dénature l’œuvre de Sand mais aussi masque la conscience aiguë qu’elle avait des questions de poétique éditoriale que ce soit dans la pratique du recueil ou de l’œuvre complète. La nouvelle lecture qu’elle pouvait proposer de son œuvre, lecture historique comme toute lecture mais lecture testamentaire, disparaît derrière les initiatives d’un éditeur qui outrepasse ces fonctions. Un des signes manifestes de cet échec est l’étonnante liste alphabétique d’œuvres de Sand qui figure en tête de chaque volume de l’édition Lévy. À l’architecture rêvée par chaque auteur, correspond dans cette édition sandienne l’ordre le plus aléatoire et le plus factice possible. Pas de portrait figé en pied de l’auteur pour l’éternité, mais un vaste chaos, un magma…

Le mode d’emploi poétique de l’œuvre complète

  • 17 Voir notamment à la bibliothèque de l’Institut, le document « Projet d’une édition des œuvres compl (...)
  • 18 Quelques articles et d’ouvrages spécialisés ont utilisé ce document dans une perspective d’histoire (...)

18Et pourtant l’auteur nous a bien légué, comme les plus grands écrivains romantiques, son mode d’emploi de l’œuvre. En effet au début de l’année 1875, l’érudit et bibliophile belge Spoelberch de Lovenjoul est mandaté par Michel Lévy pour préparer l’édition des œuvres complètes de Sand. Issu d’une vieille noblesse flamande, né en 1836, il s’est lancé dans une collection de livres modernes et de journaux dès l’âge de dix-sept ans. Il a rencontré Michel Lévy, l’éditeur de Sand entre 1853 et 1855, et a été associé par lui à la publication des œuvres complètes de Nerval et de Balzac. Il entame une collaboration insistante avec une George Sand d’abord méfiante puis de plus en plus coopérative, collaboration dont il garde toutes les traces possibles, recopiant précieusement chaque indication de l’écrivain. Et les hasards de l’histoire font donc que sans disposer du monument des œuvres complètes de Sand, nous disposons des documents préparatoires17 à cette édition18, sous forme d’un cahier de documents manuscrits conservés à la bibliothèque de l’Institut. Comme Chateaubriand, Balzac, Hugo, George Sand avait pris conscience des enjeux nouveaux de la poétique éditoriale et elle a su donner une armature originale à son grand œuvre. Appelée sans doute à évoluer, cette structure mutante révèle les grands principes et priorités de l’écriture sandienne en 1875.

  • 19 Ibid., p. 197.

19Spoelberch de Lovenjoul, précisons-le d’emblée, a lui-même sa propre vision d’historien, voire d’historien « beuvien » des œuvres complètes. Cette conception est assez classique : il classe les œuvres chronologiquement (car l’œuvre, c’est l’homme et le déroulement du temps de l’œuvre rythme la vie de l’homme) à l’intérieur d’une division par genres elle-même canonique pour le XIXe siècle (romans et nouvelles, contes fantastiques, autobiographie, politique, théâtre, variétés), il préconise une longue préface générale d’élucidation du projet de l’œuvre complète et des dédicaces pour chaque œuvre. Bibliophile, il envisage aussi l’œuvre comme une totalité dont nul mot ne doit être dédaigné. Chaque modification de texte doit être consignée dans une perspective absolument totalisatrice. Et même, selon Catherine Gaviglio-Faivre d’Arcier sa biographe, « son rêve aurait été de compléter les œuvres complètes suivies de la correspondance, par un Index général et par son Histoire des œuvres, éventuellement par une biographie de l’auteur »19. En quelque sorte, Lovenjoul a tiré de chaque expérience d’œuvre complète précédente un enseignement : il désire cumuler le caractère autobiographique de l’œuvre complète à la Chateaubriand, la nécessité de la structure et de l’appareil paratextuel balzacien et la vision totalisatrice hugolienne.

20Avant d’en venir aux modifications considérables que George Sand apporte au modèle de Lovenjoul, il faut rendre hommage au travail du bibliophile, toujours à la recherche de la moindre bribe sandienne, corrigeant Sand à la moindre erreur, lui brandissant incessamment des textes à identifier alors qu’elle n’en peut plus. L’absence très étonnante de mémoire de Sand et son manque de vocation archiviste la rendaient effectivement incompétente à une opération « œuvres complètes ». Lovenjoul fut pendant quelques mois la mémoire textuelle de Sand. Mais il faut aussi souligner que le dédoublement des fonctions traditionnelles de l’opérateur « œuvres complètes » entre un secrétaire autoritaire et scrupuleux et un écrivain constamment bridé dans ses initiatives a sans doute considérablement freiné l’imagination poétique sandienne.

21Il s’avère rapidement que George Sand récuse les modèles historiques de Lovenjoul et compose son propre monument en inventant ses caractéristiques propres. D’abord, elle rejette une vision totalisatrice de l’œuvre et elle désire avoir un droit de sélection sur les œuvres complètes. Tout ce qui est signé Sand ne mérite pas forcément l’insertion. Elle a conscience, comme Balzac, que le système éditorial et journalistique contraint l’écrivain à écrire et contrairement à la logique productiviste qui oblige généralement l’écrivain et souvent Sand elle-même à exploiter plusieurs fois des textes mineurs en les rééditant, elle rejette pour ses œuvres complètes la nécessité commerciale de faire du volume. Elle récuse certains textes et elle adresse à plusieurs reprises un avertissement à l’éditeur :

  • 20 G. Sand, lettre à Michel Lévy, 3 février 1875. Repris dans la Correspondance [désormais abrégé en C (...)

Je vous redis encore que je veux voir avant composition tous les articles ou lettres de source douteuse. Vous m’en assurez, il me faudra relire le tout20.

22Assez comiquement, elle tente même parfois de renier certains textes, à la grande fureur d’un secrétaire qui la force à plusieurs reprises, preuves à l’appui, à reconnaître sa paternité littéraire. Ainsi, lorsqu’elle finit par être convaincue de la responsabilité de La Fille d’Albano, il ne lui reste plus qu’à écrire : « Mon avis serait de ne pas publier cette bluette ». Et surtout, le 12 mai 1875, elle précise :

  • 21 Ibid., p. 267.

Quant à la recherche minutieuse de mes bribes oubliées, je ne puis vous aider et je vous assure que ces choses étant de nulle valeur, ne valent pas la peine que vous vous donneriez21.

23Elle situe paradoxalement l’œuvre complète du côté de l’œuvre choisie, ou même de l’œuvre élue, s’éloignant du modèle archiviste et totalitaire hugolien.

24Surtout, elle modifie sensiblement la répartition générique proposée par Lovenjoul : il suggérait d’abord pour la fiction une répartition entre des romans d’études sociales et des romans fantaisistes. Aux très balzaciennes « études sociales », elle préfère « études de sentiment ». Elle hésite de même sur le titre de la deuxième partie, finit par s’entendre avec Lovenjoul sur « romans fantastiques, contes, fantaisies ». Elle redistribue ensuite son œuvre fictionnelle entre ses deux catégories selon ses critères propres :

  • 22 Cahier G. 1109, p. 14.

J’approuve le classement chronologique mais je ne persiste à mettre dans la première division que les récits ou dialogues qui se passent dans la réalité. J’établis une liste spéciale pour tout ce qui est fantastique et allégorique22.

25Cette frontière entre les textes « de réalité » et textes allégoriques et fantaisistes lui semble être une fracture essentielle et continue de son continent romanesque. La première liste « du réel » commence à Indiana et se termine par Flamarande, la deuxième division « fantaisiste, allégorique et fantastique » débute à La Reine Mab et s’achève avec Les Contes d’une grand-mère. Les liens s’entrelacent continûment à toutes les époques entre les deux divisions. Elle suggère donc une vision à deux niveaux de son œuvre fictionnelle, que l’on peut comparer aux deux premiers étages de la pyramide balzacienne (études de mœurs/études philosophiques), le syntagme « études de sentiment » renvoyant d’ailleurs explicitement à la construction de La Comédie humaine. Entre ces deux listes, figureraient d’ailleurs des textes jumeaux ou textes-miroirs : certains motifs seraient traités dans la réalité d’un côté et de manière allégorique de l’autre : L’Orco classé dans la deuxième rubrique et L’Uscoque dans la première seraient des doubles comme l’indique peut-être la paronomase, de même pour Les Sept cordes de la lyre et Gabriel insérés respectivement dans la seconde et première division. L’étude précise de cette double liste élaborée en 1875 permettrait sans doute de renouveler ou d’historiciser la question récurrente des rapports chez Sand entre réalisme et idéalisme.

  • 23 C., XXIV, 190.

26Elle valide la troisième division proposée par Lovenjoul – « autobiographie » – mais accorde une conception particulièrement élargie à la notion. L’autobiographie recoupe pour elle l’autofiction, les souvenirs et surtout la pratique journalistique. Elle définit notamment une sorte de journalisme intime à la croisée entre le reportage et le journal intime en ouvrant cette rubrique de manière un peu inattendue par exemple à la « Relation d’un voyage chez les sauvages de Paris » ou encore à Impressions et souvenirs : « tout y est dit dans un sens personnel »23 écrit-elle à Lévy le 3 janvier 1875. Cette rubrique est rythmée par une double temporalité : comme les autres divisions, elle semble régentée par la date de la publication de chaque œuvre mais la chronologie choisie renvoie aussi aux événements décrits dans les textes. La rubrique débute donc par le temps de l’enfance raconté dans des articles très tardifs comme « Nuit d’Hiver » ou « Voyage chez M. Blaise », puis est suivie du recueil Lettres d’un voyageur. Histoire de ma vie constitue alors le cœur symbolique de cette rubrique, suivie ensuite par les Nouvelles lettres d’un voyageur, le Journal d’un voyageur pendant la guerre et Impressions et souvenirs. L’imposition d’un ordre chronologique différent de celui des autres divisions renforce la vocation autobiographique de cette division et au-delà des œuvres complètes elles-mêmes.

27En pendant à l’autobiographie, elle propose d’introduire une quatrième division, « Histoire », qu’elle sera forcée de supprimer faute d’éléments suffisants. Elle n’y mettait que Jean Ziska et Procope le grand. La présence d’un Lovenjoul trop rationnel se fait peut-être sentir ici. Le modèle balzacien témoigne qu’il peut exister dans la conception d’une œuvre complète des cases quasiment vides, éloquemment vides.

28Elle accepte évidemment la cinquième division « Théâtre » et elle crée elle-même la sixième division « Études rustiques ou paysages », formant dans l’espace textuel de l’œuvre complète significativement un « espace des terroirs ». Mais, au cœur de l’œuvre, dans un premier temps, cet espace des terroirs n’inclut que la terre berrichonne ou l’espace annexe de Gargilesse : il s’agit de la division des espaces essentiels du moi (« Le Cercle hippique de Mézières en Brenne », « La Berthenoux », « L’If de la Motte-Feuilly », « Les bois », « Promenades autour d’un village », « la Vallée noire », « Un Coin de la Marche et du Berry », « Mœurs et coutumes du Berry »). Mais Lovenjoul y agglomère d’autres textes oubliés de Sand, faisant de cette partie une terre des terroirs : « Les Jardins en Italie », « Souvenirs d’Auvergne ». Très nettement, cette veine des terroirs se développe après 1848 au moment même où la septième catégorie, quant à elle, s’essouffle.

29Pour la septième catégorie, au titre « Politique et Polémique », elle préfère un moins tonitruant « Philosophie et Polémique » et accepte une division qui regrouperait tous ses articles politiques. Elle reclasse les titres, quelquefois au mépris de l’ordre chronologique, revenant à sa conception forte du recueil. Elle s’en justifie dans une lettre à Lévy le 7 janvier 1875 :

  • 24 Ibid., p. 194.

J’ai beaucoup remanié votre classement dans ces dernières divisions. Je l’ai fait aussi logique que possible. Je ne sais pas si l’intérêt de la publication vous engagera à la changer, je le regretterais, parce que ces variétés en mélange seraient un chaos pour le lecteur et que maintenant, je leur ai donné de l’ordre24.

  • 25 G. Sand, lettre à Michel Lévy, 3 janvier 1875, dans « Extraits inédits de George Sand à Michel Lévy (...)

30L’ensemble polémique dessine un parcours net depuis les Lettres à Marcie jusqu’à « La réponse à Napoléon », entre 1837 et 1848. Elle décide de ne pas publier les Bulletins de la République, elle s’en justifie dans une lettre à Lévy en 1875 : « Ils n’étaient pas signés, et je ne jouais là que le rôle d’un secrétaire, sans responsabilité, qui rédige et que l’on relit et corrige comme l’on veut. »25 Très nettement, elle propose une réécriture à distance et un nouveau scénario de son engagement politique qu’elle édulcore et circonscrit à la période pré-1848.

31Elle accepte enfin la dernière catégorie de mélanges sous le titre « Art, Critique, Variétés ». Une des dernières pressions contestables de Lovenjoul sera de lui faire renoncer à cette distinction et, selon le modèle balzacien, de faire rentrer l’ensemble des deux divisions (« Philosophie et polémique » et « Arts et variétés ») sous le titre « Œuvres diverses ». Le 1er août 1875, lasse de l’insistance de Lovenjoul, elle sacrifie la séparation en recueils thématiques :

  • 26 « Philosophie, Polémique, Critique, Mélanges ».
  • 27 27 juillet 1875. Dossier G. 1109, p. 110.

Puisque vous avez eu la patience de relire tout mon fatras de pièces détachées, je dois vous donner raison. Vous êtes maintenant meilleur juge que moi des titres à donner aux séries et des sous-titres explicatifs. J’adopte donc ce que vous proposez, l’ordre chronologique et le titre d’Œuvres diverses avec le sous-titre26 que vous indiquez27.

32Il n’est pas dit qu’elle aurait à la réflexion accepté ce classement chronologique qui revenait sur une conception forte du recueil qu’elle a illustrée toute sa vie. Si l’on fait le bilan de ce document, se détache une conception en mosaïque de l’œuvre sandienne régie par un classement générique, taxinomie classique sans doute mais dont la terminologie et la logique sont revisitées par George Sand. On peut dégager de ce document quelques principes forts : proposition d’une structure double de l’œuvre romanesque qui, en palimpseste, retravaille le schéma balzacien ; primat donné au moi par la promotion de deux catégories « Autobiographie » et « Études rustiques et paysages » ; minoration de la dimension politique de l’œuvre par le rejet des appellations « Études sociales » et « Politique » et par le déplacement d’articles politiques vers la division « Autobiographie ». Il semble évident que les grandes lignes de fracture proposées par Sand en 1876 revisitent et édulcorent les prises de position militante de l’avant-1848 au profit d’une lecture plus poétique de l’œuvre. Un autre point à souligner consiste en l’absence de détermination de la fiction. La fiction pour Sand, en raison même de son essentialité, ne constitue pas une catégorisation générique valide. La fiction n’est nulle part car elle est partout. Un dernier point à mettre en évidence est le souci de conservation de ses recueils qui pouvaient apparaître comme de circonstance. Elle se refuse absolument à démanteler ces constructions et notamment Lettres d’un voyageur (1837), Autour de la table (1862), et Impressions et souvenirs (1873). Sur ces derniers textes, elle est particulièrement explicite :

  • 28 G. Sand, lettre à Michel Lévy, 7 janvier 1875, dossier G. 1109, p. 3. Repris dans C., XXIV, 195.

Les articles Autour de la table forment aussi un tout, c’est une série de jugements en dialogues, cela ne peut pas être séparé et réparti, il en est de même d’Impressions et souvenirs28.

33Elle suggère même la constitution d’un autre recueil « Nouvelles lettres d’un voyageur » dont elle donne la table des matières fort différente du recueil qui porte aujourd’hui ce nom. En octobre 1875, la nécessité de renégocier les contrats d’édition de Sand aboutit à un net ralentissement du projet. Devant le pressentiment d’un avortement, Sand se désintéresse des « Œuvres complètes ». La préface qu’elle écrit et qui paraît en avril 1896 dans La Revue de Paris manque de conviction. La mort de Michel Lévy en février puis de Sand elle-même en mai, l’absence de volonté du frère de Michel, Calmann, aboutissent au renoncement au projet et pire à une dénaturation essentielle de l’œuvre sandienne.

  • 29 Sur ce point, nous renvoyons à notre article « Quantifier l’immatériel. Des chiffres et des lettres (...)

34L’aventure de l’édition complète des œuvres de Sand prouve la nécessité pour l’auteur du XIXe siècle de se familiariser avec un nouveau domaine, la poétique éditoriale. Cette nouvelle section de la poétique concerne non seulement la mise en recueil et la mise en « Œuvres complètes » mais aussi plus largement la fragmentation en volumes, en chapitres, le respect des blancs typographiques, le rôle donné au paratexte29… Si George Sand fut une poéticienne avertie du recueil, elle n’a pas voulu saisir (elle était au même moment plongée dans des tractations financières) l’importance de l’opération « Œuvres complètes » qui permettait d’ajouter une dimension poétique à l’ensemble de son œuvre et d’en proposer aussi une relecture à distance. À côté du monument balzacien figure le chaos sandien.

35Pour conclure, je laisserai encore une fois la parole à Lovenjoul. À Aurore Sand qui lui demandait sa participation au comité d’organisation du centenaire – charge et honneur qu’il refusa – ainsi que des conseils en matière de publication, il répondit :

  • 30 Lettre de Lovenjoul à Aurore Sand, Bruxelles, 21 août 1904, G 1194, Aurore Sand, pièce 33, Biblioth (...)

Mais le véritable monument du centenaire, à mon avis, ce serait d’entreprendre la publication des œuvres complètes, fût-ce dans une édition quasi populaire, comme le Hugo à 25 centimes et le Lamartine du même genre qu’on veut commencer chez Hachette en ce moment. Pour ma part, je suis aussi opposé qu’il est possible de l’être aux Œuvres choisies que MM. Meurice et Levy vous conseillent. Les publier, c’est tuer à tout jamais les Œuvres complètes, c’est-à-dire le dernier vœu de votre grand-mère, à la réalisation duquel elle et moi avons tant travaillé ensemble30.

  • 31 Sous la direction de Béatrice Didier, commence en 2007 chez Champion une édition des Œuvres complèt (...)

36Cent ans plus tard, nous commençons cette réalisation31. C’est donc le moment de souhaiter le succès de cette opération « Œuvres complètes » dans le respect de la poétique éditoriale de George Sand.

Notes

1 N. Mozet, George Sand, écrivain de romans, Saint-Cyr-Sur-Loire, Christian Pirot, 1997.

2 Sur la naissance et le développement des œuvres complètes au XVIIIe siècle, nous renvoyons à La Notion d’œuvres complètes, J. Sgard et C. Volpilhac (éd.), Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

3 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’Outre Tombe, Paris, Classiques Garnier, t. I, p. 837-838, appendice.

4 Sur Victor Hugo, nous renvoyons à G. Rosa, « Hugo complet » in Penser, classer, écrire. De Pascal à Perec, J. Neefs (éd.), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1990.

5 Il s’agit d’une expression heureuse de Guy Rosa, ibid., p. 84.

6 V. Hugo, lettre à un inconnu du 8 décembre 1859, in Guy Rosa, « Hugo complet », p. 84.

7 Lettre de Dreyfous à Lovenjoul, Paris, 16 novembre 1872, G. 1161, chemise Charpentier, pièce 10. Citation donnée par C. Gaviglio-Faivre d’Arcier et C. Avallone-Le Tourneau dans leur article « Lovenjoul et l’édition des poésies complètes de Théophile Gautier », Bulletin de la société Théophile Gautier, 1999, p. 21.

8 Nous faisons référence ici au projet d’œuvres complètes conduit par Patrick Berthier aux éditions Honoré Champion.

9 Étude bibliographique sur les œuvres de Sand par le bibliophile Isaac, Bruxelles, 1868. Cet ouvrage se trouve à la côte G. 1107 à la bibliothèque de l’Institut.

10 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne, 1836-1891, Paris, Calmann Lévy, 1984.

11 Nous utilisons à dessein ce néologisme qui comble une lacune dans la langue française.

12 Sauf peut-être Souvenirs et impressions littéraires, non repris chez Lévy, qui semblent être laissés à l’initiative des éditeurs comme en témoigne leur avertissement : « Nous continuons à recueillir dans ce volume des écrits de George Sand qui n’existaient que très dispersés. Quelques-uns, devenus très rares, sont extrêmement recherchés ; nous citerons entre autres les éloquentes Lettres à Marcie, aujourd’hui presque introuvables et si dignes d’être lues », Souvenirs et impressions littéraires, Paris, Librairie J. Hetzel et Lacroix, 1866, p. 1.

13 Nous avons fait cette étude de manière plus détaillée encore pour le recueil Lettres d’un voyageur. Nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Le recueil contre la revue : le problématique voyageur » à paraître en 2007 dans la revue Recherches & travaux de l’Université de Grenoble.

14 G. Sand, Promenades autour d’un village, Paris, Lévy, p. 143.

15 Lettre de Calmann Lévy à Lovenjoul, 6 juillet 1876. Un autographe en est gardé à la bibliothèque de l’Institut, cahier G. 1109, p. 145.

16 Lettre de Lovenjoul à Aurore Sand, Bruxelles, 21 août 1904, G. 1194, Aurore Sand, pièce 33. Cité par C. Caviglio-Faivre d’Arcier, Charles de Spoelberch de Lovenjoul, (1836-1907)-biographie, Lille, ANRT, 2003, p. 294.

17 Voir notamment à la bibliothèque de l’Institut, le document « Projet d’une édition des œuvres complètes de G. Sand, Correspondance du vicomte de Lovenjoul avec G. Sand et la maison Lévy », G. 1109.

18 Quelques articles et d’ouvrages spécialisés ont utilisé ce document dans une perspective d’histoire du livre et de l’édition : Ch. Ryelandt, « Le vicomte Spoelberg de Lovenjoul et George Sand », Bulletin de l’académie royale de langue et de littérature française de Belgique, t. 36, no 2, 1958, p. 71-101 ; R. Joly, « Un dernier rêve de George Sand : l’édition de ses œuvres complètes », Bulletin du bibliophile, 1972, p. 48-55 et surtout C. Gaviglio Faivre d’Arcier, Charles de Spoelberch de Lovenjoul (1836-1907) : biographie.

19 Ibid., p. 197.

20 G. Sand, lettre à Michel Lévy, 3 février 1875. Repris dans la Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du numéro de page en chiffres arabes], G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, XXIV, 210.

21 Ibid., p. 267.

22 Cahier G. 1109, p. 14.

23 C., XXIV, 190.

24 Ibid., p. 194.

25 G. Sand, lettre à Michel Lévy, 3 janvier 1875, dans « Extraits inédits de George Sand à Michel Lévy pour la publication de la grande édition de ses œuvres », dossier G. 1109, p. 5.

26 « Philosophie, Polémique, Critique, Mélanges ».

27 27 juillet 1875. Dossier G. 1109, p. 110.

28 G. Sand, lettre à Michel Lévy, 7 janvier 1875, dossier G. 1109, p. 3. Repris dans C., XXIV, 195.

29 Sur ce point, nous renvoyons à notre article « Quantifier l’immatériel. Des chiffres et des lettres sous la Monarchie de Juillet », Actes du colloque Production de l’immatériel, à paraître aux Presses universitaires de Lyon en 2007.

30 Lettre de Lovenjoul à Aurore Sand, Bruxelles, 21 août 1904, G 1194, Aurore Sand, pièce 33, Bibliothèque de l’Institut.

31 Sous la direction de Béatrice Didier, commence en 2007 chez Champion une édition des Œuvres complètes de George Sand.

Auteur

Université de Montpellier III – CERD

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540