Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Brigitte Diaz
, 
Isabelle Hoog-Naginski

Poétiques sandiennes

« L’histoire du cœur » dans les romans des années 1840 : réalisme ou utopie ?

Catherine Mariette-Clot

Texte intégral

« Ce que les hommes nomment amour est bien petit, bien restreint et bien faible, comparé à cette ineffable orgie, à cette sainte prostitution de l’âme qui se donne tout entière, poésie et charité, à l’imprévu qui se montre, à l’inconnu qui passe ».
Baudelaire « Les foules », Petits poèmes en prose.

1« Raconter le cœur », telle est l’ambition romanesque que Sand formule dès 1832, pendant la rédaction d’Indiana, dans une lettre à Émile Regnault :

  • 1 G. Sand, Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du (...)

[…] quoi de plus intéressant que l’histoire du cœur quand elle est vraie ? Il s’agit de la faire vraie, voilà le difficile […]1.

  • 2 Gustave Flaubert – George Sand, Correspondance (désormais abrégé en CFS), A. Jacobs (éd.), Paris, F (...)
  • 3 La narratrice d’Histoire de ma vie entend bien « raconter la vie intérieure, la vie de l’âme, c’est (...)
  • 4 C., II, 276.

2Cette « vérité du cœur » est au centre de la problématique sandienne, non seulement comme postulat moral mais comme interrogation littéraire, comme « principe esthétique »2. L’expression revient, à chaque tentative de définition d’un projet narratif et vaut comme théorie d’ensemble3 : « Ce dont je m’occupe c’est du fond des pensées et des sentiments sérieux, c’est de ce qu’on appelle le cœur » écrit-elle le 29 octobre 1834 à Charles Duvernet4. Peindre la réalité intérieure, proposer une représentation de la subjectivité et ouvrir aux personnages de roman l’accès à la profondeur du cœur est un geste romantique que Sand revendique implicitement ici.

3La romancière se refuse en effet à envisager la littérature comme un simple constat ou un strict inventaire du réel, et ce sera son principal argument contre les réalistes à partir des années 1860 :

  • 5 CFS, p. 511. Dans son article sur Obermann, Sand, en 1833, met déjà en perspective cette opposition (...)

L’art n’est pas seulement de la peinture, écrit-elle le 18 décembre 1875 à Flaubert, la vraie peinture est, d’ailleurs, pleine de l’âme qui pousse la brosse […]. Il me semble que ton école ne se préoccupe pas du fond des choses et qu’elle s’arrête trop à la surface […] on est homme avant tout. On veut trouver l’homme au fond de toute histoire et de tout fait5.

  • 6 Th. Pavel, La Pensée du roman, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2003, p. 141.

4Mais le roman sandien n’est pas seulement psychologique ou roman de l’intériorité, comme ont pu l’être René ou Obermann, même si dans les premiers romans, et particulièrement dans Lélia, c’est ce modèle qui domine. Il n’évacue pas le monde pour dire l’intime ; il se propose plutôt de dire comment le monde est perçu, vécu et rêvé par les personnages, comment il résonne dans l’intime, et particulièrement dans la « belle âme amoureuse »6. À travers l’histoire du cœur, des désirs et des idéaux des personnages se dit aussi l’histoire des mentalités d’une époque, plus invisible, certes, à l’œil que le paysage du monde. Représenter le présent et en offrir une vision critique par des moyens qui lui sont propres, c’est-à-dire en projetant une autre réalité parallèle, à proprement parler utopique, et faire vibrer cette réalité par les chemins du récit, voilà ce que Sand entend faire. Les médiateurs de cette irreprésentable « pensée du roman » selon l’expression de Thomas Pavel seront les personnages amoureux et la narration qui les conduit. C’est ce que j’essaierai ici de montrer.

5Tous les romans de Sand mettent en effet en scène un couple amoureux et racontent son histoire, c’est-à-dire sa naissance, ses doutes, sa crise, et sa résolution, le plus souvent par un mariage heureux. Mais rien de plus banal, si l’on réduit « l’histoire du cœur » à une histoire d’amour qui se finit bien.

6Sand présente, certes, dans la plupart de ses romans, une utopie morale et sentimentale où prédominent les beaux sentiments des personnages et où la passion trouve sa solution dans un mariage fusionnel et quasi-mystique. Mais cet enchantement dont certains critiques ont reproché le caractère trop uniforme et trop artificiel n’est que le résultat d’un conflit des personnages avec des valeurs, dans un monde semé d’embûches et d’obstacles variés. Dramatisés et historicisés, ses romans n’ont pas lieu hors contexte dans un univers de bergerie que le temps n’atteint pas : le cœur a une histoire comme le siècle a une histoire, en route vers le progrès dont la romancière fait davantage confiance à l’aspect humain que matériel.

7Mais ce progrès n’est possible que parce que la Révolution a eu lieu : la plupart des romans, qui disent le monde moderne et ne peuvent pas se situer ailleurs, ont pour horizon la Révolution, qu’elle soit à venir comme dans Mauprat, Consuelo, Nanon et quelques autres romans, ou déjà accomplie. Le narrateur du Piccinino qui met en place son récit prend bien soin de noter ces liens qui attachent les héros à leur environnement historique :

  • 7 Le Piccinino, R. Bourgeois (éd.), Grenoble, Glénat (collection de l’Aurore), p. 26. Voir aussi la P (...)

Quant à l’époque où la scène se passe […] vous serez parfaitement libres de la choisir vous-mêmes, cher lecteur. Mais comme mes personnages seront pleins des idées qui sont actuellement en circulation dans le monde, et qu’il me serait impossible de vous parler comme je le voudrais des hommes du temps passé, je me figure que l’histoire de la Princesse Agathe de Palmarosa et de Michel-Ange Lavaratori prend naturellement place entre 1810 et 18407.

  • 8 « Le fait d’une œuvre philosophique est réellement de prouver. Mais les œuvres d’art ou de littérat (...)

8Les romans de Sand interrogent donc, à la faveur d’une intrigue, la réalité contemporaine8. Dans une perspective à la fois intime et sociale, ils traitent de la nouvelle difficulté d’aimer dans cette société en pleine mutation, toujours figée par les préjugés mais que les idées nouvelles ont modifiée. Ce qui était à proprement parler impensable avant 1789 est désormais pensable sinon vivable. Les héros et les héroïnes de Sand sont là pour montrer les paradoxes de cette société.

  • 9 Voir M. Hecquet, Poétique de la parabole. Les romans socialistes de George Sand, 1840-1845, Paris, (...)
  • 10 Pour une synthèse sur cette notion d’« utopie », voir I. Hoog Naginski, George Sand : L’Écriture ou (...)
  • 11 G. Sand, Le Meunier d’Angibault, B. Didier (éd.), Paris, Le Livre de poche, 1985, p. 149. Ces trois (...)

9Le sentiment amoureux serait donc plutôt chez Sand le sentiment-source, celui à partir duquel s’envisagent toutes les autres formes du Bien, social, économique, politique et familial. Cette synthèse me semble particulièrement évidente dans quelques romans des années 1840 (Le Compagnon du Tour de France, 1840 ; Le Meunier d’Angibault, 1845 ; Le Péché de Monsieur Antoine, 1845), romans dits « socialistes »9 ou « utopiques »10 mais que je préférerai qualifier de « politiques », si la politique est la « recherche du bonheur et de la justice humaine », selon la définition que Sand donne à ce mot dans Le Meunier d’Angibault11 ; ils me paraissent exemplaires de ce que Sand entend par « raconter le cœur » de la manière la plus vraie possible, c’est-à-dire en tenant ce pari de raconter à la fois l’amour – l’amour-passion qui envisage la durée sans amoindrir la force du sentiment – et d’interroger la réalité de son temps, en la captant de l’intérieur, « côté cœur ».

10Les problèmes qui s’y disent se situent dans le contexte bien précis de l’avant 1848, avant les désillusions de la Révolution dont Sand attendait que se réalisent les idéaux sociaux qu’elle met en scène dans ses romans, à un moment où le possible était encore réalisable, où l’utopie était encore pensable.

  • 12 Cité par B. Didier dans George Sand écrivain « Un grand fleuve d’Amérique », Paris, PUF, 1998, p. 6 (...)
  • 13 G. Sand, Le Péché de M. Antoine, Meylan, Éditions de l’Aurore, 1982, p. 158.

11Ces trois romans parlent de la mésalliance : Henri Lemor et Marcelle de Blanchemont, Pierre Huguenin et Yseut de Villepreux, Émile Cardonnet et Gilberte de Châteaubrun n’appartiennent pas au même monde. Mais ce qui fait obstacle, ce n’est pas tant la naissance que la fortune. Les préjugés aristocratiques qui séparent Pierre Huguenin et Yseut de Villepreux ne sont pas tout à fait du même ordre que ceux qui séparent Gilberte et Émile ou Lemor et Marcelle, ou à un autre niveau, Grand-Louis et Rose. Dans le premier cas l’obstacle est plutôt d’ordre social – le père d’Yseut, même s’il conçoit théoriquement et politiquement la possibilité d’un mariage entre deux êtres de classe sociale différente ne l’accepte plus lorsqu’il s’agit de sa fille ; dans les autres romans, c’est plutôt l’inégalité des fortunes qui contrarie les projets de mariage : dans Le Meunier d’Angibault, Lémor ne peut épouser Marcelle que lorsqu’elle est ruinée, et Grand-Louis ne peut penser à Rose que lorsqu’il a hérité du mendiant Cadoche ; dans Le Péché de M. Antoine, Gilberte ne se marie avec Émile qu’une fois que M. de Boisguibault lui a légué sa fortune. « Le capital est un obstacle aux passions humaines » écrit Pelletan dans La Presse du 31 août 1845 à propos du Meunier d’Angibault12, et c’est pourquoi l’égalité entre les hommes et les femmes dans le mariage, que Sand appelle de ses vœux, est d’abord l’égalité matérielle. L’idéal de l’amour fou passe par les exigences des réalités sociales, de l’« horreur économique » comme dira Rimbaud dans Les Illuminations (« Soir historique »), et l’intrigue sentimentale n’aurait aucun relief dans la dynamique romanesque, elle n’existerait pas, si elle ne s’appuyait pas sur ces contradictions pour les dépasser. Le suspense repose donc sur cette question : la position sociale contrastée des personnages amoureux permettra-elle leur union ? Émile Cardonnet la résume par ce traditionnel dilemme romanesque : « Je l’aime, je ne peux pas l’aimer »13. Rien de plus traditionnel en effet au premier abord, sauf qu’ici l’obstacle, le tiers gênant, n’est pas le mari ou la dissymétrie des rapports amoureux (A aime B qui n’aime pas A qui aime C qui lui-même aime A !), comme dans la comédie ou la tragédie classiques, c’est l’argent, c’est la société. Que veut montrer Sand par ces unions problématiques ? D’une part, que la vertu, naguère réservée aux héros d’exception et aux aristocrates, est maintenant accessible à tous : Pierre Huguenin, le compagnon artisan, est plus noble que M. de Villepreux, malgré ses origines ; les « belles âmes » se manifestent, quelles que soient leur naissance ou leur fortune, par leurs qualités intrinsèques, leurs vertus propres et leur générosité naturelle. Mais elle veut aussi montrer que l’amour est plus fort que tout – que la « vie positive » et les préjugés sociaux – et qu’il n’est rien d’impossible aux âmes aimantes une fois qu’elles se sont choisies et reconnues. Même si, à la fin du Compagnon du Tour de France, Yseut cède à M. de Villepreux en renonçant à épouser Pierre, elle garde intact le sentiment qu’elle lui porte :

  • 14 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, R. Bourgeois (éd.), Grenoble, Presses universitaires de Gr (...)

Ce que je vous ai dit, je l’ai juré à Dieu et à moi-même. Je ne me parjurerai pas. Ainsi, dans un an comme dans dix, le jour où je serai libre, si vous avez eu la patience de m’attendre, Pierre, vous me retrouverez dans les sentiments où vous me laissez aujourd’hui14.

  • 15 En cela, Sand diffère de ses contemporains Stendhal et Balzac, qui éludent le dialogue amoureux. Qu (...)
  • 16 G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, p. 373.

12De même, dans Le Péché de M. Antoine, Gilberte préfère attendre des temps meilleurs pour épouser Émile plutôt que de le voir renoncer à ses idéaux. La jouissance de l’amour passe surtout, dans les romans, par l’aveu de l’amour réciproque qui efface les doutes des personnages et les incertitudes du lecteur. On a chez Sand de vibrantes déclarations d’amour qui rendent sensibles cet absolu de l’amour, étranger aux atteintes du temps, plus fort que les contraintes passagères des événements de ce monde15. Par cette figure de l’attente, Sand veut sans doute montrer que, à l’image du siècle, le progrès du cœur humain est en marche et que son avènement se situe dans un temps encore à venir (« La vérité éternelle aura son jour ici-bas » prophétise M. de Boisguibault dans Le Péché de Monsieur Antoine)16. Par l’amour, Sand propose une image frappante et exemplaire de la vertu contre la médiocrité de l’âge moderne.

  • 17 Pour un examen approfondi de cette notion de « romanesque » dans la production sandienne, on pourra (...)

13On le voit, dans cette représentation du sentiment amoureux tel qu’il se dit dans les romans des années 1840, Sand fait le choix de l’utopie contre le romanesque, envisagé comme illusion négative de l’amour. Stérile, la fabrication de romans intérieurs ne débouche sur rien d’autre qu’une contemplation narcissique contraire à la vérité17. Joséphine, dans Le Compagnon du Tour de France, s’oppose ainsi à la sévère Yseut, elle est son double négatif. Le narrateur avertit ainsi sa lectrice virtuelle des dangers de cette forme illusoire de l’amour :

  • 18 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 212.

La pauvre Joséphine ayant lu beaucoup de romans (que ceci vous soit un avertissement salutaire) éprouvait le besoin irrésistible de mettre dans sa vie un roman dont elle serait l’héroïne ; et le héros était trouvé18.

14Alors que le romanesque renvoie au ressassement égocentrique des codes du passé, l’utopie invente un présent généreux, ici et maintenant. La vérité du cœur se trouve donc chez Sand dans l’utopie de la fusion entre l’amour et l’amour du bien, l’amour individuel et l’amour de l’humanité dont l’exemple le plus abouti dans la production sandienne est évidemment Consuelo. L’utopie construit l’avenir d’une manière dynamique et les romans des années 1840, sous l’influence de Pierre Leroux et les amis socialistes de Sand, insèrent le roman social dans le roman d’amour. Ainsi, la déclaration d’amour de Lémor dans Le Meunier d’Angibault est autant destinée à Marcelle qu’à l’humanité tout entière :

  • 19 G. Sand, Le Meunier d’Angibault, p. 351.

Aimons-nous comme deux passagers qui traversent les mers pour conquérir un nouveau monde, mais qui ne savent pas s’ils l’atteindront jamais. Aimons-nous, non pour être heureux dans l’égoïsme à deux, comme on appelle l’amour, mais pour souffrir ensemble, pour prier ensemble, pour chercher ensemble ce que à nous deux, pauvres oiseaux égarés dans l’orage, nous pouvons faire, jour par jour, pour conjurer ce fléau qui disperse notre race, et pour rassembler sous notre aile quelques fugitifs brisés comme nous d’épouvante et de tristesse19 !

  • 20 G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, p. 373.
  • 21 H. James, George Sand, Paris, Mercure de France, 2004, p. 36.

15L’idéal poursuivi est inspiré par l’amour comme contribuant à l’avènement d’un monde meilleur. Dans Le Péché de Monsieur Antoine, Gilberte et Émile vont fonder le « jardin de la commune », pour accueillir des « hommes libres, heureux, égaux, unis, c’est-à-dire justes et sages »20. C’est la « force sentimentale »21 des héros qui inspire la force vitale de l’idéal du renouveau social :

  • 22 G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, p. 212.

Dans une société où tout serait en harmonie, l’amour deviendrait à coup sûr, un stimulant au patriotisme et au dévouement social. Mais lorsque les intentions hardies et généreuses sont condamnées à une lutte pénible avec les hommes et les choses qui nous entourent, les affections personnelles nous captivent et nous dominent jusqu’à produire l’engourdissement des autres facultés22.

16Sentimental et réaliste, utopique et vraisemblable, idéaliste et plongé dans l’actualité la plus immédiate, ce sont là les paradoxes qui par leur constante tension définissent le roman sandien. Là, pas d’oppositions binaires, pas de séparation mais conciliation et synthèse :

  • 23 CFS, p. 462.

Il s’agirait de mêler le réel et le poétique, le vrai et le fictif. Est-ce que l’art complet n’est pas le mélange de ces deux ordres de manifestations23 ?

  • 24 Voir ses lettres à Champfleury dans la Correspondance, notamment cette déclaration du 30 juin 1854 (...)

17C’est donc, me semble-t-il au-delà d’un quelconque débat sur le réalisme ou l’idéalisme que se situe la position de Sand, elle-même n’ayant jamais voulu appartenir à aucune école24, le plus important étant l’énergie et l’enthousiasme qui l’animent pour contester les conditions admises de l’existence et inventer un autre usage de la vie :

  • 25 G. Sand, Lettre à Champfleury du 30 juin 1854, C., XII, 484.

Tout est vrai dans ce que l’homme ressent avec force. Hamlet voit le spectre de son père, il le voit réellement […] Tout ce qui est beau est vrai. C’est le privilège du véritable artiste de rendre vrai l’idéal quand bon lui semble, comme de rendre beau ce qui n’est que vrai25.

18La vérité ne passe donc pas par la représentation fidèle du réel mais par « le poème, le roman humain », comme elle l’explique à Balzac dans le dialogue fictif qu’elle entreprend avec lui dans la Notice du Compagnon du Tour de France :

  • 26 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 32.

Moi, je me sens porté à peindre [l’homme] tel que je souhaite qu’il soit, tel que je crois qu’il doit être26.

  • 27 « La critique des vingt dernières années nous ayant appris à nous méfier de la notion de réalisme, (...)
  • 28 La formule est de Heidegger, citée par M. Kundera, L’Art du roman, Paris, Gallimard, 1986, p. 18.
  • 29 « Que ferons-nous ? Toi à coup sûr, tu vas faire de la désolation et moi de la consolation », CFS, (...)

19La réalité chez Sand n’est pas tyrannique, limitée à la seule observation ou à la description, parce qu’elle est toujours « modifiable », c’est-à-dire perfectible, et prospective. Le champ d’investigation du roman sandien englobe donc toute la réalité, et pas seulement l’ignoble réalité figurée par les réalistes à la même époque. À travers l’« histoire du cœur », la romancière peut raconter l’avenir du présent, les songes, les espérances et les fantasmes des personnages, car cela aussi appartient à la réalité du XIXe siècle27. Le réel de l’homme, c’est, autant que la réalité matérielle et visible, son rêve de bonheur, sa dimension spirituelle, au cœur même du présent. La fiction est là pour témoigner de cette complexité, pour lutter contre « l’oubli de l’être »28. Les lecteurs de Sand le savent bien, qui choisissent au lieu de la « désolation » un peu de « consolation »29.

Notes

1 G. Sand, Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du numéro de page en chiffres arabes], G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, II, 47.

2 Gustave Flaubert – George Sand, Correspondance (désormais abrégé en CFS), A. Jacobs (éd.), Paris, Flammarion, 1981, p. 511.

3 La narratrice d’Histoire de ma vie entend bien « raconter la vie intérieure, la vie de l’âme, c’est-à-dire l’histoire de son propre esprit et de son propre cœur en vue d’un enseignement fraternel » (Histoire de ma vie, D. Zanone (éd.), Paris, GF, t. I, p. 50). Le voyageur des Lettres d’un voyageur prétend lui aussi rapporter « l’histoire de [son] cœur » et « laisser voir [au lecteur] les mouvements de ce cœur personnifié » (H. Bonnet (éd.), Paris, GF, 1971, p. 38). La marquise, à la fin de la nouvelle éponyme, dit au jeune homme à qui elle raconte son histoire : « Misérables hommes, vous ne comprenez rien à l’histoire du cœur » (La Marquise, M. Reid (éd.), Arles, Actes Sud (Babel), 2002, p. 74).

4 C., II, 276.

5 CFS, p. 511. Dans son article sur Obermann, Sand, en 1833, met déjà en perspective cette opposition entre ce qu’elle ne peut pas encore nommer « réalisme » et ce qu’elle annonce comme le sujet d’une « nouvelle littérature » : « Le mouvement des intelligences entraînera dans l’oubli de la littérature réelle, qui ne convient déjà plus à notre époque. Une autre littérature se prépare et s’avance à grand pas, intérieure, ne relevant que de la conscience humaine […] » (Questions d’art et de littérature, Paris, Des Femmes, 1991, p. 66). La nouvelle littérature, dont elle donne pour exemple le livre de Senancour, représentera « le cœur avec ses extases et ses tortures pour sujet permanent de ses études » (ibid., p. 76).

6 Th. Pavel, La Pensée du roman, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2003, p. 141.

7 Le Piccinino, R. Bourgeois (éd.), Grenoble, Glénat (collection de l’Aurore), p. 26. Voir aussi la Préface à l’édition Hetzel de 1851 (Questions d’art […], p. 25-26) : « Quel est donc l’artiste qui peut s’abstraire des choses divines et humaines, se passer du reflet des croyances de son époque, et vivre étranger au milieu où il respire ? […] C’est qu’il n’est pas possible d’être poète ou artiste, dans aucun genre et à quelque degré que ce soit, sans être un écho de l’humanité qui s’agite ou se plaint, qui s’exalte ou se désespère ».

8 « Le fait d’une œuvre philosophique est réellement de prouver. Mais les œuvres d’art ou de littérature n’ont pas une mission aussi élevée, bien qu’elle soit utile aussi. Leur affaire est de montrer l’état du cœur et de l’esprit humain à certaines époques ou dans certaines conditions. C’est à la philosophie de conclure », préface-dédicace inédite de Consuelo, citée par M. Reid, Signer Sand, Paris, Belin, 2003, p. 154.

9 Voir M. Hecquet, Poétique de la parabole. Les romans socialistes de George Sand, 1840-1845, Paris, Klincksieck, 1992.

10 Pour une synthèse sur cette notion d’« utopie », voir I. Hoog Naginski, George Sand : L’Écriture ou la vie, Paris, Champion, 1999, chap. VII « De la “désolation” à la “consolation” : l’utopie au secours d’un enfant du siècle ».

11 G. Sand, Le Meunier d’Angibault, B. Didier (éd.), Paris, Le Livre de poche, 1985, p. 149. Ces trois romans appartiennent à la « période blanche », selon les catégories qu’établit Isabelle Hoog Naginski : « Leur point d’aboutissement est l’aveuglante métaphore de la blancheur qui traduit l’espoir de voir triompher une nouvelle morale dans un univers désormais chargé de sens », p. 20.

12 Cité par B. Didier dans George Sand écrivain « Un grand fleuve d’Amérique », Paris, PUF, 1998, p. 629.

13 G. Sand, Le Péché de M. Antoine, Meylan, Éditions de l’Aurore, 1982, p. 158.

14 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, R. Bourgeois (éd.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1988, p. 382.

15 En cela, Sand diffère de ses contemporains Stendhal et Balzac, qui éludent le dialogue amoureux. Que l’on songe au laconique « Entre ici, ami de mon cœur » de Clélia à Fabrice dans La Chartreuse de Parme.

16 G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, p. 373.

17 Pour un examen approfondi de cette notion de « romanesque » dans la production sandienne, on pourra se reporter à l’article de D. Zanone, « Romantiques ou romanesques ? Situer les romans de George Sand », George Sand Studies, vol. 22, 2003.

18 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 212.

19 G. Sand, Le Meunier d’Angibault, p. 351.

20 G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, p. 373.

21 H. James, George Sand, Paris, Mercure de France, 2004, p. 36.

22 G. Sand, Le Péché de Monsieur Antoine, p. 212.

23 CFS, p. 462.

24 Voir ses lettres à Champfleury dans la Correspondance, notamment cette déclaration du 30 juin 1854 (C., XII, 267) : « Les écoles abrutissent, quelques bonnes qu’elles soient. Les manières renouvellent l’art ; et c’est pourquoi toutes les manières sont bonnes ». On lira aussi sur cette question l’article de B. Didier « George Sand écrivain réaliste ? » repris dans Georges Sand écrivain « un grand fleuve d’Amérique », Paris, PUF, 1998, p. 672.

25 G. Sand, Lettre à Champfleury du 30 juin 1854, C., XII, 484.

26 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 32.

27 « La critique des vingt dernières années nous ayant appris à nous méfier de la notion de réalisme, nous savons que les fantasmes disent autant sur la réalité d’une époque que les descriptions les plus fidèles », N. Mozet, George Sand écrivain de romans, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot, 1997, p. 137.

28 La formule est de Heidegger, citée par M. Kundera, L’Art du roman, Paris, Gallimard, 1986, p. 18.

29 « Que ferons-nous ? Toi à coup sûr, tu vas faire de la désolation et moi de la consolation », CFS, p. 511. Voir aussi la lettre de G. Sand à Jean Dessoliaire du 2 novembre 1848 : « J’ai essayé de soulever des problèmes sérieux dans des écrits dont la forme frivole et toute de fantaisie permet à l’imagination de se lancer dans une recherche de l’idéal absolu qui n’a pas d’inconvénients en politique. Un roman n’est pas un traité. Les romans parlent au cœur et à l’imagination et quand on vit dans une époque d’égoïsme et d’endurcissement, on peut, sous cette forme, frapper fort pour réveiller les consciences et les cœurs. Pourvu que ces ouvrages soient animés d’un esprit de générosité et qu’ils tendent à l’amour du bien, ils ne peuvent faire de mal et même ils peuvent faire un peu de bien », G. Sand, C., VIII, 685.

Auteur

Université Stendhal – Grenoble III

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540