Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

George Sand

 | 
Brigitte Diaz
, 
Isabelle Hoog-Naginski

De la tradition à l'invention

Le Compagnon du Tour de France entre tradition et invention

Martine Watrelot

Texte intégral

  • 1 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, R. Bourgeois (éd.), Grenoble, Presses universitaires de Gr (...)
  • 2 Les chansonniers du Compagnonnage arguent de la faiblesse de leur « Muse » pour s’attirer la bienve (...)

1« Critique impartial (lecteur bénévole, comme nous disions jadis), sois indulgent pour le traducteur impuissant qui te transmet la parole de l’ouvrier »1. Adoptant la manière d’entrer en relation avec le lecteur des poètes du compagnonnage2 – façon assez inusitée par les romanciers – la supplique du narrateur aux lecteurs du Compagnon du Tour de France résume les audaces et les enjeux de cette œuvre charnière dans la carrière et l’esthétique romanesque de celle qui s’affirme – ce qui est nouveau pour elle – tributaire et promoteur de la parole du peuple. Reconnaissant la souveraineté des lecteurs en matière de goût littéraire, George Sand fait acte d’allégeance à cette démocratie qui affaiblit le pouvoir des auteurs, communauté dont elle se réclame par un « nous » ambigu, nostalgique des vieilles conventions. Confondant traduction et transmission, elle conçoit sa poétique comme une politique d’intégration d’une culture dans une autre, en l’occurrence celle de la culture ouvrière dans la grande tradition littéraire. L’impuissance avouée relève moins d’une incapacité langagière que de l’obstacle fort que présente l’attachement têtu des compagnons du Tour de France à la préservation de leurs secrets. Comment la romancière a-t-elle procédé pour marier des traditions littéraires hétérogènes au sein d’une forme romanesque ? Michèle Hecquet ayant dégagé des romans socialistes de Sand une « poétique de la parabole », nous étudierons plutôt les marques de la littérature populaire et compagnonnique dans le roman et relèverons quelques-uns des moyens discursifs employés par Sand pour affaiblir les éventuelles résistances de son lectorat habituel. Dans le cadre de cette communication, nous nous concentrerons sur une scène littéraire, « La rencontre de deux frères », insérée par Agricol Perdiguier dans Le Livre du Compagnonnage, pour mettre au jour le travail d’écriture et l’engagement de Sand, qui relaie par sa fiction la propagande que Perdiguier mène sur le Tour de France pour pacifier les sociétés du Compagnonnage et prêcher la fraternité. Après avoir présenté quelques grandes lignes du texte source du roman, nous analyserons les effets du jeu paradoxal dans lequel Sand entraîne ses lecteurs.

Le texte source

  • 3 Ce sera Perrotin, et non Bonnaire, qui tirera 1 500 exemplaires d’une édition illustrée et bon marc (...)
  • 4 Ni le socialiste Ange Guépin – recommandé à Sand par Leroux comme étant un spécialiste de l’histoir (...)
  • 5 Ce qu’elle appelle « l’histoire de la morale sociale des ouvriers » (Lettre à Ange Guépin déjà cité (...)
  • 6 Lettre à Agricol Perdiguier de début novembre 1840, C., V, 171-172.

2Le menuisier Avignonnais-la-Vertu écrit afin de dresser un état des sociétés du Compagnonnage menacées par l’essor du mutuellisme. De cette organisation traditionnelle, il voudrait sauvegarder les structures et les valeurs fortes et pérennes – la fraternité, l’union – tout en réformant ce qui choque les mentalités modernes, à savoir, les rites, les usages désuets et les divisions. S’engageant de manière radicale, y compris sur le plan financier et publicitaire aux côtés de l’artisan, Sand passe l’été 1840 à rédiger le Compagnon du Tour de France, une œuvre qu’on pourrait présenter comme le produit du défi et du paradoxe. Malgré des difficultés financières dues à l’échec de Cosima, la romancière se met en quête d’un nouveau lectorat – un lectorat populaire – en se risquant à prendre pour objet de sa narration d’autres groupes sociaux que ceux dépeints jusque-là. Elle change également d’éditeur3. Le Livre du Compagnonnage de Perdiguier est l’unique matrice de cette œuvre de fiction, parce que la romancière a cherché en vain4 un traité – inexistant – d’histoire des associations ouvrières5 pour compléter sa documentation. En matière de peinture morale des ouvriers, ce sont les compagnons du Tour de France qui se poseront en juges – redoutablement formés à l’exercice – de la qualité de son roman. Encore ne dispose-t-elle que du premier tome de l’ouvrage source – l’édition augmentée par son auteur, Agricol Perdiguier, étant alors en cours de préparation – ce qui obligera la romancière à un incessant échange oral et épistolaire avec Perdiguier, à qui elle demande, dès son retour à Paris, de vérifier la vraisemblance de certaines pages de son roman6.

  • 7 Voir A. Assier, La Bibliothèque bleue, Nîmes, Lacour Ollé, 1991, et plus récemment, Lise Andriès et (...)

3L’ouvrage de Perdiguier, à la fois recueil de fables et documentaire sur les sociétés populaires, est pour le moins original en 1839 puisqu’aucun travail aussi systématique de conservation de pratiques populaires n’a encore vu le jour. Perdiguier y relate la légende selon laquelle le roi Salomon aurait fondé les sociétés compagnonniques, avant d’établir des notices ethnographiques sur les us et coutumes de ces groupements d’artisans. Le premier tome du Livre du Compagnonnage regroupe essentiellement, outre la notice « historique » sur les Devoirs, une pièce de moralité, des chansons et un traité de géométrie. Il s’agit d’un condensé des ouvrages familiers au peuple7, qui récupère les formes traditionnelles d’expression populaire – légendes, dialogues, chansons… – des textes courts propices à une lecture de délassement, partagée en chambrée le soir. Par des dialogues didactiques, il mêle la tradition littéraire propre aux catéchismes de la Bibliothèque bleue à la culture technologique et artisanale du traité illustré, satisfaisant ainsi le public compagnonnique tout en pouvant étendre son lectorat. La forme dialoguée, par son pouvoir de simplification et de fixation mnésique, permet de mieux servir le prosélytisme d’Avignonnais, et Sand conservera cette forme dans les deux tiers de son roman. Sollicitant la mémoire auditive, ces dialogues instructifs, peuvent ne jamais être joués, ils n’en auront pas moins rempli leur fonction de simplification et de fixation, voire de caricature.

  • 8 Voir à ce sujet notre thèse : Le Rabot et la Plume. Le Compagnonnage littéraire au temps du Romanti (...)

4Dans la littérature de colportage, la catéchèse avait donné lieu à une autre forme de production dérivée : celle du dialogue comique parodiant les rites de la réception dans la corporation ou dans le Compagnonnage. Cette veine parodique et burlesque prolifère sous l’Ancien Régime, notamment au moment de la Cabale des dévots du Saint-Sacrement (vers 1680), pour s’épanouir sous la Restauration dans le théâtre des boulevards et s’éteindre à partir de 1845 suite au procès des Charpentiers de Paris8. L’idiome compagnonnique, comme la représentation de batailles d’ouvriers porteurs de couleurs ou d’insignes, sert une scénographie friande de pittoresque. Les dramaturges professionnels persistent à se moquer des rites et rivalités des gens des métiers du bois ou de la cordonnerie tandis que Sand, poursuivant sa supplique au lecteur du Compagnon du Tour de France, écrit :

  • 9 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 108.

Descends dans ces régions où la poésie comique puise si largement pour le théâtre et la caricature ; daigne envisager la face sérieuse de ce peuple pensif et profondément inspiré que tu crois encore inculte et grossier : tu y verras plus d’un Pierre Huguenin à l’heure qu’il est9.

5Sand considère « La rencontre de deux frères » comme le meilleur de l’ouvrage de Perdiguier. Plus rien de burlesque dans la scène imaginée par Perdiguier qui s’inspire des motifs populaires du « topage » et de la bataille compagnonnique, en les colorant de teintes autrement sombres. Écrite en langage soutenu, cette saynète, divisée en quatre mouvements, reprend sous forme condensée et dramatique les propos didactiques qui précédent et les thèmes chers au réformateur social. Le narrateur témoigne de la rencontre d’un compagnon cordonnier et d’un compagnon maréchal appartenant à des Devoirs différents qui s’interpellent : « – Tope pays quelle vocation ? ». Le topage dégénère, le maréchal déjà gît à terre tandis que l’autre s’acharne et soudain reconnaît son frère de sang en cet ennemi qu’il était prêt à mettre à mort. Introduit par une brève narration homodiégétique, le premier tableau ne répugne pas à mettre en scène la violence d’un crime, et seule une marque portée par l’un des deux adversaires sur la poitrine empêche le fratricide.

  • 10 Le premier de ces drames, Le Jeu d’Adam, apparaît au milieu du XIIe siècle et illustre le fratricid (...)
  • 11 Épisode du célèbre Mystère du vieil Testament, la pièce « Les deux frères », narrant l’histoire d’A (...)

6La reconnaissance finale des comédies classiques se trouve en position initiale dans le drame, afin de justifier le glissement vers un genre familier aux lecteurs de la Bibliothèque bleue, l’exemplum, qui par la forme dialoguée ici donnée, s’inscrit dans la lignée des drames religieux. Chargé d’un fort potentiel didactique, ce genre qui naît en France au XIIe siècle, vise à émouvoir le peuple10 pour le moraliser. Le drame édifiant, concurrent du sermon, s’était révélé un efficace moyen de communication de masse de la culture urbaine, c’est aussi l’effet recherché ici : le narrateur emmenant les blessés à l’auberge compagnonnique profite de l’exemple des deux frères11 pour prêcher la tolérance et dénoncer les funestes conséquences d’actes aussi fanatiques. Son art de la démonstration est tel que les compagnons affirment avec enthousiasme, et en chœur, leur désir et leur volonté de justice et de fraternité.

  • 12 A.-N. Laroussi-Rouibate, « Des écrits politiques à La Petite Fadette : George Sand et l’utopie de l (...)
  • 13 Lettres dites de « Blaise Bonnin ».

7Le second mouvement du texte fait l’apologie du Compagnonnage et vante les mérites de ceux qui savent repousser l’égoïsme individuel et s’associer. Ils doivent étendre désormais leur dévouement pour le compagnonnage à la patrie et à l’humanité. Pierre Huguenin, le menuisier du Devoir de Liberté, héros du roman sandien, rappellera son antagoniste Jean-le-Dévorant au devoir supérieur de fraternité envers tous les hommes. Abdel-Nasser Laroussi-Rouibate a montré la continuité de l’utopie de fraternité dans les textes politiques et les romans champêtres de Sand sous la Seconde République12. Dans les lettres écrites à la demande du ministère de l’Intérieur, – dont Sand voulait confier la rédaction à Perdiguier qui se déroba à cette mission13 – c’est l’ouvrier, celui dont la conscience sociale est éveillée, qui en appelle aux liens du sang pour raisonner son frère paysan. Tandis qu’elle agite le spectre du fratricide pour avertir des dangers de la non-reconnaissance mutuelle entre artisan et paysan, elle amène les protagonistes à résoudre leurs divergences par un appel à la cohésion nationale, à une fraternité construite.

8Le troisième mouvement de la saynète de Perdiguier introduit des contradicteurs, partisans des vieilles coutumes flattant l’orgueil et les prérogatives de tel ou tel métier, que le dialogue avec les progressistes amène à la reddition. Les compagnons sont appelés à participer à l’extinction des préventions entre races, de l’intolérance religieuse, de la division sociale ; ce progrès devant résulter d’un mouvement international.

  • 14 Le Tour de France de Perdiguier s’effectuera en diligence du 16 juillet 1840 au 20 septembre 1840. (...)

9Le dernier mouvement est pris en charge par un charpentier, prophète en son pays, qui convainc aisément les compagnons de partir en mission à travers toute la France pour jeter les germes du progrès et de la fraternité dans les grandes villes de France (idée reprise par Sand en 1848). Pourtant le narrateur se dispense de cette évangélisation de proximité pour livrer à l’impression le compte rendu de cette mémorable assemblée, et toucher ainsi des lecteurs ouvriers. La saynète, vendue en fascicule séparé et par souscription sur le Tour de France, est vouée à une lecture publique à haute voix et non pas à être incarnée par des comédiens. La réalité dépassant la fiction, ce dernier mouvement n’avait pas à être transposé par la romancière puisque Perdiguier était réellement parti convertir les ouvriers citadins au nouvel évangile social14 durant le temps de la rédaction du roman.

Transformations narratives de « La rencontre de deux frères » : Pierre Huguenin et Jean-le-Dévorant

  • 15 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 69.
  • 16 Elle présente ainsi M. Lerebours, intendant du château : « J’invoque le souvenir de ceux qui ont eu (...)

10George Sand va jouer de la confusion entre roman dialogué et écriture dramatique pour faire succomber un public masculin aux charmes des « transports d’imagination »15. Après s’être accordé le temps, en six chapitres savoureux, de planter le décor, de camper quelques personnages du conte et de se poser en narrateur extra / intra / diégétique dont les narrataires sont pris à témoin de la bonne foi16, Sand décide de lancer Pierre Huguenin sur les routes du Loir-et-Cher pour aller à Blois recruter de bons compagnons menuisiers.

11Péripétie du voyage et de la narration, Jean le Dévorant, tailleur de pierres, révèle d’emblée sa triple nature dramatique, picaresque et polémique par une interpellation : « Tope, coterie, quelle vocation ? » – régurgitation du texte de Perdiguier sans en être la copie. Substituer à « pays » le terme de « coterie » (spécifique aux tailleurs de pierre) montre la finesse de perception de l’écrivain qui instaure la vraisemblance de son texte et son autorité de traducteur expert vis-à-vis du lectorat compagnonnique, sans priver les lectrices non-initiées de la coloration folklorique ou les amateurs de théâtre populaire d’un autre niveau de lecture. Pour adapter la saynète de Perdiguier, Sand doit résoudre la difficulté de maintenir dans une forme romanesque une conversation philosophique ou morale, un projet politique, un documentaire d’ethnologie et un drame.

  • 17 Cette correspondance est publiée dans le second tome du Livre du Compagnonnage.
  • 18 Louis Reybaud, alias Léon Durocher, a rendu compte du Compagnon… dans Le National, des 4 et 18 janv (...)

12Les personnages de Perdiguier, conformément aux us populaires et compagnonniques, ne sont identifiés que par des prénoms ou des surnoms. Ils manquent de consistance psychologique mais construisent de manière très réglée, sans emportement, avec respect pour la parole d’autrui, un débat d’idées. En dépit des tensions entre les personnages, Sand conserve un débit équilibré aux réparties de ses protagonistes. Cette normalisation de l’expression Sand l’impute au rite – qui contraint à contenir l’agressivité et mesurer la prise de parole –, à son pouvoir civilisateur, et au niveau de réflexion des ouvriers. Elle a pu évaluer au travers de la correspondance reçue par Perdiguier, cette autre forme de littérature populaire17, que les ouvriers sont habitués à discuter ainsi. Louis Reybaud aura donc tort de reprocher à Sand d’avoir laissé s’exprimer ses héros sur des questions confuses, hors de portée d’un peuple qu’il se représente comme incapable de réflexion philosophique18. Si dans un premier temps Sand condamne son héros Pierre Huguenin au mutisme, peu à peu l’art de la conversation se déploie dans un texte « carrefour », si j’ose dire, tant il se situe à la croisée de diverses traditions littéraires.

  • 19 Préfaces de George Sand, A. Szabó (éd.), Debrecen, Kossuth Lajos Tudomanyegyetem (Studia Romanica), (...)

13Le tailleur de pierre Jean-le-Dévorant fait irruption dans un paysage romanesque qui offre à ses lecteurs un poncif romantique : Pierre Huguenin le marcheur, se reposant un moment, s’abîme dans la contemplation d’une Nature bucolique et la quête de son moi. Le brusque retour au « réel », et à la dimension conflictuelle que le Dévorant impose, va affaiblir la figure de Pierre Huguenin au point de lui faire garder le silence sur sa propre identité. Pierre s’abstient du rite de reconnaissance imposé par Jean afin de ne pas renoncer à lui-même ; incisif, il manie l’ironie pour déstabiliser son rival et l’obliger à poursuivre un dialogue utile à détourner le défi en joute oratoire. Tout le ressort dramatique repose sur une crise de l’identité et de la nomination des personnages qui co-construisent la fiction par des dialogues, les opposant de manière frontale. On songe ici à Diderot : les personnages sont des types sociaux et moraux et quelques didascalies aident le lecteur à tracer une image scénique de cette rencontre. Plus encore qu’à Diderot c’est à Sedaine, ce tailleur de pierre devenu dramaturge, que Sand, dans des écrits plus tardifs – notamment dans l’Avant-propos de François le Champi de 1847 – se réfère. Le souvenir d’une représentation du Philosophe sans le savoir19, peut avoir été réactivé par l’intérêt qu’elle porte alors à un cordonnier écrivain du compagnonnage : Fidèle Laugier, dit Toulonnais-l’enfant-du-Génie, auteur de Poésies fugitives et de poèmes épiques sur la discorde des Compagnons. La nouvelle surnomination de Pierre-le-philosophe, donnée par le tailleur de pierre Jean la terreur à Pierre Huguenin, prêche en tout cas en faveur d’une dette reconnue vis-à-vis d’une œuvre qui respire l’honneur, la fermeté de caractère de personnages bien trempés et bien français qui luttent « contre les fausses idées de leur siècle ». C’est la condition sociale des protagonistes qui sert de base à cette scène détachée, cherchant à soutenir par son art une action – bien concrète celle-là – menée sur le Tour de France. C’est la prégnance du groupe et de ses traditions qui pervertit la relation entre Jean et Pierre.

14Puisque le siècle des encyclopédistes n’a pas jeté sur l’artisan de regard péjoratif, sans se résoudre pour autant à le prendre pour héros de roman, Sand assume la tradition du théâtre philosophique du XVIIIe, tout en refusant la valorisation de l’espace clos pour lui préférer, comme Perdiguier, l’espace ouvert.

  • 20 En 1837 déjà, dans Mauprat, Sand montre que Patience, l’ouvrier encore illettré, s’initie à la poés (...)

15La fidélité à Perdiguier est loin d’être totale. À aucun moment Sand ne consent à sermonner, elle dote le personnage trublion d’une épaisseur psychologique et d’une conscience morale qui lui permettent de prendre en charge directement les leçons de ses erreurs, sans pour autant s’en corriger d’ailleurs. Alors que les personnages de Perdiguier, bouleversés par la gravité de leur faute, se laissent aisément convertir par les prêches, celui de Sand résiste sans raison autre qu’un attachement obstiné à ce qui, dans un roman de chevalerie, passerait pour des valeurs positives parce qu’aristocratiques (honneur, gloire, suprématie, guerre). Ces valeurs aristocratiques véhiculées par la poésie sont partagées par un lectorat ouvrier imprégné des hauts faits de La Jérusalem délivrée du Tasse20. Ils mesurent ici les effets pervers de l’attachement à ces données. Ce qui intéresse Sand ce n’est pas le crime qui a déjà eu lieu ; elle préfère instaurer un climat lourd de tensions, ou alternativement comique, par les déconvenues successives d’un personnage hâbleur, borné, imprévisible voire dangereux sans être antipathique ni amoral, qui s’obstine à faire reconnaître à son adversaire la suprématie de son « clan » sur les autres.

16Elle mélange les tons en empruntant des nuances du genre tragique et du genre comique et s’attache à des traditions théâtrales mineures, comme celle, héritée des moralités du Moyen Âge, vouées à la critique des travers des gens de métier, peints comme enclins à commettre des péchés capitaux et pleins de passions humaines. Jean le Dévorant fait une apparition éphémère mais il laisse une forte impression tant il est le nœud gordien de la réussite scripturaire de Sand : elle attribue à cet agent un pouvoir d’exemplification en conformité avec les valeurs sociétales des lecteurs – ouvriers ou pas – et avec les valeurs de l’auteur qu’est Perdiguier comme de l’auteur qu’est Sand.

  • 21 Le Devoir se donne pour Père fondateur légendaire Maître Jacques, le Devoir de Liberté le roi Salom (...)
  • 22 Citons la répartie : « Je ne vous ferai aucune soumission, répondit Pierre, fussiez-vous maître Jac (...)

17Sand concède aux représentations bourgeoises qui confondent classes laborieuses et classes dangereuses quelques traits caricaturaux de l’ouvrier par une onomastique éloquente : Jean Sauvage dit la « Terreur des gavots » est un Dévorant, un enfant du Devoir de Maître Jacques. Pierre Huguenin – enfant de Salomon21 – a vite compris la volonté de puissance de ce « maître Jacques »22 qui transfère le conflit maître / valet dans le monde traditionnellement hiérarchisé des métiers.

  • 23 Voir la correspondance envoyée par les Compagnons à Perdiguier en mai 1840 citée dans le second tom (...)
  • 24 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 91.

18Si Jean veut forcer Pierre à se révéler c’est qu’il est au nombre des personnages partis en quête d’eux-mêmes qui ne se sont pas trouvés. À la lecture des lettres que Perdiguier lui envoie du Tour de France, Sand perçoit que la pratique du commérage, fort répandue dans le petit monde compagnonnique, génère du lien social mais sert aussi de mode de sanction23, d’où le souci de la renommée sans cesse activée par la rumeur qui préoccupe Jean. La scène de reconnaissance mutuelle qui suit la nomination de chaque protagoniste va permettre à Jean de trouver son identité profonde : il est en réalité « un cœur brisé »24, sa souffrance naît de ce qu’il obéit trop aux lois de la société.

19Tandis que de prime abord Sand confie au personnage la mission d’incarner l’idée que les ennemis du peuple se trouvent en son sein même, elle rend ensuite plus évidente la part du déterminisme social pour nuancer ce jugement repris de Perdiguier et trouver des circonstances atténuantes au coupable, travaillé par le remords et capable de sacrifice pour réparer les préjudices causés à autrui. Jean ne se soustrait pas à son devoir de fraternité, simplement il n’a jamais songé qu’il devait ou pouvait l’étendre à tous les hommes. La surprise de cette révélation, provoquée par le dialogue avec Pierre, va le laisser moitié méfiant moitié pénétré. Il esquisse un geste de réconciliation vite refoulé, pour rester crispé sur ses certitudes. Finalement, il n’y a pas de véritable modification des personnages, cette rencontre au fond s’avère inféconde mais sert l’argument central de Perdiguier, elle prélude à une série de variations sur le thème du conflit et de la violence développées au fil de la narration. Moins optimiste que Perdiguier dans les attendus de sa fiction, Sand est plus réaliste ; elle s’attache à traduire les rapports cohérents, logiques, entre l’existence d’un personnage et le contexte idéologique et social qui lui a donné naissance.

Jeu subversif

20La romancière joue librement de la transformation narrative à laquelle elle se livre – ou au contraire résiste – pour séduire par des variations de ton et de discours. Quelques chapitres insèrent de courts fragments de chansons compagnonniques, un peu modifiées parfois, voire totalement pastichées – avec talent et respect de la métrique – par la narratrice. On peut y voir le signe de la résistance de Sand à la répétition mécanique, au ressassement du vieux monde. Elle cherche une troisième voie qui, sous le masque des conventions et traditions populaires libérerait l’expression individuelle, c’est pourquoi la part des poésies dites populaires reste congrue, elles ne peuvent prévaloir sur le devoir de création, d’invention. La littérature orale du Compagnonnage se soumet totalement aux innovations de l’interprète, voire à ses usurpations intellectuelles, et Sand n’hésite pas à profiter de cette faiblesse. Elle soustrait ces fragments à toute collusion avec le vaudeville. Ainsi les quelques vers philosophiques chantés par Berrichon-la-clef-des-cœurs, personnage balourd et malicieux, seront-ils disjoints des scènes de veine comique assumées par le personnage. Elle évite aussi les accents mélodramatiques. René Bourgeois cite, dans l’introduction au roman qu’il a édité, un paragraphe que Sand supprime au chapitre IX en raison d’effets larmoyants faciles, contraires à la mentalité compagnonnique.

  • 25 Ibid., p. 324-325.

21Il convient de souligner un effet important du roman, resté inaperçu, qui est d’avoir fait accéder à l’espace romanesque et à l’imprimé la correspondance des compagnons. Un courrier, adressé par Romanet – le dignitaire des compagnons – à Pierre25, offre à Sand l’occasion de reprendre la manière des lettres que Perdiguier fait circuler sur le Tour de France pour défendre son ouvrage. Elle trouve, dans la liste des souscripteurs au livre de Perdiguier, des modèles de signatures chiffrées qu’elle met ainsi au jour, transgressant les interdits traditionnels des sociétés compagnonniques concernant la publication de leurs documents. Dès lors, Perdiguier pourra saisir l’opportunité de cette innovation pour consacrer l’essentiel de son second volume à la publication de la correspondance échangée avec ses confrères et inciter tous ceux qui s’intéressent au progrès populaire à la lire avec attention.

22Ayant remarquablement assimilé la matière et la manière de Perdiguier, Sand ne parvient pas toujours à éviter les hiatus avec son projet romanesque, dans la mesure où le roman se développe en fonction d’un modèle littéraire mais aussi documentaire. Sand doit bouleverser les pratiques culturelles de son lectorat habituel et adopte pour ce faire diverses stratégies.

  • 26 Agricol Perdiguier, Le Livre du Compagnonnage [1846], Marseille, Laffite reprints, t. I, p. 52-56.

23Elle invite les lecteurs à ne pas rester inactifs en les renvoyant explicitement à la lecture de Perdiguier ou en les y forçant par l’inclusion de fragments du texte source, ainsi un paragraphe du chapitre X énumère-t-il fidèlement l’intitulé des notices de Perdiguier26. L’esthétique du fragment remplit ici une prosaïque fonction d’échantillon publicitaire. Pour atténuer l’opacité de l’idiome compagnonnique, elle laïcise ce vocabulaire spécifique en lui assignant une place restreinte dans des formes familières à l’un et l’autre des horizons de réception. La romancière peut également faire des pauses dans la narration qui ne sont plus uniquement des digressions ou des discours didactiques mais aussi des apartés avec le(s) narrataire(s). Ainsi, commentant avec lyrisme la sanglante légende d’Hiram, Sand soudain interpelle ironiquement ses lectrices :

  • 27 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 111.

Madame, madame ! Hâtez-vous d’être belle et de faire briller vos diamants. Peut-être sont-ils trempés dans le sang d’Hiram, et peut-être faudra-t-il un jour les cacher, ou les jeter loin de vous27.

24L’interpellation, faite pour choquer et faire frissonner, est contraire à la visée globale de l’œuvre. L’incongruité de cette apostrophe tient à distance la fable poétique qui alimente ce que Sand appelle la vendetta des ouvriers, tout en transposant dans l’univers féminin et bourgeois l’efficacité d’une légende dans laquelle elle implique ses lectrices.

  • 28 L’origine de cette fable est obscure : elle serait apparue pour certains au début du XVIIIe siècle.
  • 29 Agricol Perdiguier, Le Livre du Compagnonnage, t. II, p. 80.

25Affectant un ton dégagé, Agricol présente la légende d’Hiram28 comme une « vieille fable où l’on voit des crimes et des châtiments » sans rien en révéler du contenu. De fait, il se contente de narrer l’histoire du roi Salomon telle qu’on la trouve dans La Bible, sans plus. Dans l’édition augmentée, il reste prudent sur l’authenticité compagnonnique de la légende d’Hiram qu’il regarde comme « une invention toute maçonnique […] introduite dans le Compagnonnage par des hommes initiés aux deux Sociétés secrètes »29. Pourtant des images fortes, sanglantes, marquent aussi durablement la mémoire et la culture populaire. Sand semble voir en Hiram le médiateur qui permet d’intégrer le Compagnonnage à la tradition chevaleresque de la Franc-Maçonnerie – qu’elle ne nomme pas – ou de sociétés sectatrices de l’Évangile et persécutées par l’Église. Cette analyse développée ultérieurement dans Consuelo perturbe l’image que l’ouvrier a de lui-même et, au nom de la mémoire collective, désespère de sa capacité à se réconcilier avec son semblable :

  • 30 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 111-112.

Quelques ouvriers lettrés et érudits (car il y en a, et ce n’est pas le fait le moins certain que je puisse vous attester) ont cherché philosophiquement à lever le voile de ce mystère. […]. N’allez pas en Corse chercher la poésie tragique de la vendetta, elle est à votre porte, elle est dans votre maison. Le tailleur de pierres qui a élevé votre demeure est l’irréconciliable ennemi du charpentier qui l’a couverte ; et pour un mot, pour un signe, pour un regard, leur sang a coulé sur cette pierre, écusson de leur noblesse, fondement mystique de leur droit30.

  • 31 Ibid., p. 110.

26Ne narrant pas la légende, elle noue un complexe réseau d’analyses et de supputations qui égarent le lecteur dans le labyrinthe de traditions oubliées et des implicites du texte. Elle décrit Amaury le Corinthien, jeune compagnon faisant son Tour de France, devenu furieux comme « le jeune Renaud du Tasse » (p. 144) quand les charpentiers attaquent les menuisiers et blessent la Mère, l’aubergiste des menuisiers. En véritable chevalier, il défend la veuve, et Pierre voulant le protéger, manque de périr avec lui, accablé par les coups et le nombre des assaillants. George Sand, elle, suspecte dans la fable d’Hiram, une façon de cacher « quelque grand fait historique, ou quelque principe vital du passé et de l’avenir du peuple […], sous une fiction qui n’est pas sans poésie »31. Cette légende a à ses yeux quelque chose d’essentiel : elle permet d’attribuer une valeur positive au ressentiment face aux oppresseurs, et la romancière se démarque ici radicalement de Perdiguier. Si les conflits changent au fil de la narration, la fin du roman se prononce en faveur de l’oppression des rêveurs ; l’enlèvement d’Yseult effectué par son père pour empêcher toute alliance avec l’ouvrier renvoie à elle-même la conscience lucide du Compagnon qui devient étranger aux normes et aux valeurs du monde. Cette œuvre charnière dans l’évolution de Sand, désormais convertie à la cause du peuple, n’accepte qu’en apparence l’héritage du XVIIIe siècle. Finalement, la dynamique de migration sociale du héros sera brisée par la force du pouvoir patriarcal et féodal. L’éthique de l’ascension sociale étant une valeur bourgeoise, Pierre Huguenin ne pourra être suspecté d’arrivisme, toute promotion, même au sein de son Devoir, lui étant refusée.

27La romancière piège ses lecteurs en leur confisquant la donnée aristocratique d’héroïsme, la donnée sensitive et libertine de plaisir, la donnée populaire de réparation des injustices sociales. Cette triple frustration permet de renvoyer les regards vers le futur pour interroger les possibilités contemporaines de mobilité sociale. En situant l’action en 1823, époque du Tour de France de formation professionnelle de Perdiguier, elle permet l’assimilation du passé au présent pour souligner que, dans les temps présents, les conflits sociaux sont encore irrigués par ce passé révolu. Privant son couple de héros du droit au bonheur que les fictions du XVIIIe siècle lui auraient sans doute accordé, elle ne l’accable pas d’un spleen romantique mais interroge par la fiction – et par la réalité de l’intertextualité avec une littérature non académique – les échanges culturels inter-classes. Elle ne ferme pas les voies d’espérance, envisage de possibles assouplissements des rapports sociaux pour établir le règne de la fraternité et de l’égalité. Elle dégage ainsi de sa fiction une éthique vraie, sans se dispenser de renvoyer chacun des horizons de réception aux conventions de lecture qui sont les siennes.

  • 32 « Lire c’est vivre », émission de Pierre Dumayet (diffusée sur Antenne 2 en 1982) sur le roman de G (...)

28Pierre Huguenin, comme le reprochera la critique, peut ne pas apparaître comme un personnage de roman car il est sans ambiguïté : sa seule part d’ombre étant son sentiment de culpabilité et son isolement. Le personnage qui demeure lui-même est le personnage type des romans populaires, trait idéal et synthétique d’une part de la société dont Pierre Huguenin est chargé de rendre sensible le système de pensée. Sur ce point, la romancière a réussi puisque les compagnons se sont identifiés à Pierre Huguenin, comme le prouvent les chansons écrites alors, mais également des interviews télévisées plus récentes32.

Notes

1 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, R. Bourgeois (éd.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (1re édition, 1841, Perrotin).

2 Les chansonniers du Compagnonnage arguent de la faiblesse de leur « Muse » pour s’attirer la bienveillance de l’auditoire. Nous renvoyons aux études de Claire Barel Moisan notamment infra : « Pour une poétique de l’adresse au lecteur dans les préfaces et les fictions sandiennes », p. 361-371.

3 Ce sera Perrotin, et non Bonnaire, qui tirera 1 500 exemplaires d’une édition illustrée et bon marché. Escomptant un revenu un peu substantiel Sand conçoit la première livraison « comme le frontispice d’un recueil plus étendu » retraçant le mouvement […] d’idées et de sentiments du prolétaire (lettre à Ange Guépin de septembre 1840, Correspondance [désormais abrégé en C., suivi du numéro de tome en chiffres romains et du numéro de page en chiffres arabes], G. Lubin (éd.), Paris, Garnier, 1964-1991, V, 135), mais le projet devra être abandonné en raison de contraintes matérielles. En réalité, elle tirera peu de profit de la publication de ce roman, il s’agit avant tout d’un acte militant.

4 Ni le socialiste Ange Guépin – recommandé à Sand par Leroux comme étant un spécialiste de l’histoire des associations ouvrières – ni l’ouvrage d’Alexis Monteil, Histoire des Français (Lettre à F. Bonnaire C., V, 83), n’ont pu lui procurer les informations attendues sur « l’ancienneté des idées émises par Perdiguier » (Lettre à Ange Guépin, C., V, 136).

5 Ce qu’elle appelle « l’histoire de la morale sociale des ouvriers » (Lettre à Ange Guépin déjà citée.)

6 Lettre à Agricol Perdiguier de début novembre 1840, C., V, 171-172.

7 Voir A. Assier, La Bibliothèque bleue, Nîmes, Lacour Ollé, 1991, et plus récemment, Lise Andriès et Geneviève Bollème, La Bibliothèque bleue, Paris, Laffont (Bouquins), 2003.

8 Voir à ce sujet notre thèse : Le Rabot et la Plume. Le Compagnonnage littéraire au temps du Romantisme populaire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Thèse à la carte), p. 66-85.

9 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 108.

10 Le premier de ces drames, Le Jeu d’Adam, apparaît au milieu du XIIe siècle et illustre le fratricide de Caïn.

11 Épisode du célèbre Mystère du vieil Testament, la pièce « Les deux frères », narrant l’histoire d’Abel et Caïn.

12 A.-N. Laroussi-Rouibate, « Des écrits politiques à La Petite Fadette : George Sand et l’utopie de la fraternité », Les Amis de George Sand, no 25, 2003, p. 11-19.

13 Lettres dites de « Blaise Bonnin ».

14 Le Tour de France de Perdiguier s’effectuera en diligence du 16 juillet 1840 au 20 septembre 1840. Sand lui donne les moyens de distribuer dans les villes, en deux mois, quelque 500 exemplaires du Livre du Compagnonnage.

15 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 69.

16 Elle présente ainsi M. Lerebours, intendant du château : « J’invoque le souvenir de ceux qui ont eu le bonheur de le connaître. N’est-il pas vrai que c’était un petit homme très sec, très jaune, très actif, au premier abord sombre et taciturne, mais qui devenait peu à peu communicatif à l’excès ? », ibid., p. 42.

17 Cette correspondance est publiée dans le second tome du Livre du Compagnonnage.

18 Louis Reybaud, alias Léon Durocher, a rendu compte du Compagnon… dans Le National, des 4 et 18 janvier 1841.

19 Préfaces de George Sand, A. Szabó (éd.), Debrecen, Kossuth Lajos Tudomanyegyetem (Studia Romanica), 1997, 2, p. 372-373.

20 En 1837 déjà, dans Mauprat, Sand montre que Patience, l’ouvrier encore illettré, s’initie à la poésie épique du Tasse comme figuration de l’histoire héroïque des générations humaines et comme espace commun avec les autres hommes. Voir M. Hecquet, Lecture de Mauprat de George Sand, Lille, Presses universitaires de Lille, 1990, p. 82-84.

21 Le Devoir se donne pour Père fondateur légendaire Maître Jacques, le Devoir de Liberté le roi Salomon.

22 Citons la répartie : « Je ne vous ferai aucune soumission, répondit Pierre, fussiez-vous maître Jacques en personne. » G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 87.

23 Voir la correspondance envoyée par les Compagnons à Perdiguier en mai 1840 citée dans le second tome du Livre du Compagnonnage.

24 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 91.

25 Ibid., p. 324-325.

26 Agricol Perdiguier, Le Livre du Compagnonnage [1846], Marseille, Laffite reprints, t. I, p. 52-56.

27 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 111.

28 L’origine de cette fable est obscure : elle serait apparue pour certains au début du XVIIIe siècle.

29 Agricol Perdiguier, Le Livre du Compagnonnage, t. II, p. 80.

30 G. Sand, Le Compagnon du Tour de France, p. 111-112.

31 Ibid., p. 110.

32 « Lire c’est vivre », émission de Pierre Dumayet (diffusée sur Antenne 2 en 1982) sur le roman de G. Sand Le Compagnon du Tour de France. Émission suivie d’un débat avec des Compagnons.

Auteur

Université de Lille III – ALITHILA

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540