Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Stéréotype

 | 
Alain Goulet

Stéréotypie et argumentation

Ruth Amossy

Texte intégral

1Tout discours argumentatif se situe d’emblée à un double niveau : celui des enchaînements logiques et des stratégies de persuasion qui déterminent son organisation de surface ; et celui des présupposés et des idées reçues qui sous-tendent son déroulement. D’une part, donc, les modalités de présentation de la thèse à démontrer, c’est-à-dire l’articulation logique du discours et l’exploitation qu’il fait des artifices rhétoriques et stylistiques les plus divers. D’autre part, les stéréotypes, les opinions admises et les lieux communs de la communauté sur lesquels s’appuie le discours pour se fonder en vérité. La stéréotypie entendue au sens large du terme fournit son soubassement au discours argumentatif en le fondant sur une strate d’images et d’idées familières susceptibles de produire un effet d’évidence. C’est dire que la bonne marche de l’argumentation dépend en partie du maniement des idées reçues et des stéréotypes.

Les modalités de la stéréotypie dans l’argumentation

  • 1 Chaim Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Universit (...)
  • 2 Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann, 2e éd. co (...)
  • 3 Ruth Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

2Une analyse rhétorique attentive aux dessous du discours doit donc redéfinir les diverses modalités de la stéréotypie en fonction de leur potentiel argumentatif. Il faut différencier ici entre la notion de stéréotype à proprement parler, telle qu’elle a été pensée depuis le début du siècle par les sciences humaines, et les diverses formes du préconstruit qui s’étendent de la présupposition au lieu commun en passant par l’idée reçue. Pour ce faire, je reprendrai, dans la perspective ouverte tant par la nouvelle rhétorique de Chaim Perelman1 que par l’analyse présuppositionnelle d’Oswald Ducrot2, les considérations présentées dans Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype3.

3Afin de faciliter le passage de la taxinomie à l’analyse rhétorique, je partirai d’un exemple précis, extrait d’un texte de Romain Rolland publié le 15 septembre 1914 dans le Journal de Genève sous le titre « Au-dessus de la mêlée » et réédité avec d’autres articles dans un ouvrage du même titre paru en 1915 chez Ollendorf :

Vous faites votre devoir. Mais d’autres l’ont-ils fait ?
Osons dire la vérité aux aînés de ces jeunes gens, à leurs guides moraux, aux maîtres de l’opinion, à leurs chefs religieux ou laïques, aux Églises, aux penseurs, aux tribuns socialistes.
Quoi ! vous aviez, dans les mains, de telles richesses vivantes, ces trésors d’héroïsme ! A quoi les dépensez-vous ? Cette jeunesse avide de se sacrifier, quel but avez-vous offert à son dévouement magnanime ? L’égorgement mutuel de ces jeunes héros ! La guerre européenne, cette mêlée sacrilège, qui offre le spectacle d’une Europe démente, montant sur le bûcher et se déchirant de ses mains, comme Hercule !

De la présupposition au lieu commun

4En un premier temps, l’analyse présuppositionnelle relève ce qui se dit sans avoir à être affirmé, à savoir qu’il existe pour le vous (les jeunes combattants) un devoir à remplir. La notion de présupposition mise en place dès 1972 par Oswald Ducrot permet de repérer l’implicite à l’intérieur même du littéral ; elle désigne les données à partir desquelles on parle, mais qui n’entrent pas directement en jeu dans la parole. Ainsi l’ouverture de Romain Rolland ne prend pas la peine de poser le bien-fondé du devoir, considéré comme allant de soi, et n’affirme sur le mode explicite que son accomplissement (« Vous faites votre devoir »).

5On peut rejeter le posé et prétendre que, contrairement à ce qu’affirme Romain Rolland, les jeunes auxquels il s’adresse n’accomplissent pas leur devoir. On peut également, et c’est plus grave, rejeter le présupposé sur lequel se fonde l’orateur, et nier qu’il existe un devoir à accomplir. Semblable réfutation couperait court à tout développement futur. Ainsi le refus des socialistes extrémistes, avant le déclenchement des hostilités, de considérer l’enrôlement dans la guerre comme un devoir, rendrait caduque le cadre de réflexion que l’écrivain propose à son interlocuteur. Le refus des présupposés, souligne Oswald Ducrot, est ressenti comme particulièrement agressif dans la mesure où il coupe court à l’échange en déclarant les conditions inacceptables. A partir du moment, cependant, où l’auditoire a laissé passer le présupposé sans le relever ni le contester, il a tacitement donné son accord à la vérité qu’il énonce.

  • 4 Chaim Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, op. cit., p. 87.
  • 5 Ibid., p. 113.

6En insistant sur l’importance de l’accord qui s’établit sur les présupposés, Oswald Ducrot rejoint l’une des préoccupations essentielles de la « nouvelle rhétorique » de Chaim Perelman. Dans son étude de l’argumentation définie comme discours visant à emporter l’adhésion des esprits aux thèses présentées à leur assentiment, Chaim Perelman note : « Le déroulement aussi bien que le point de départ de l’argumentation supposent accord de l’auditoire4. » D’où l’attention portée aux prémisses, ou à ce qui est admis comme point de départ de l’argumentation, et aux lieux, définis comme « les prémisses les plus générales, souvent d’ailleurs sous-entendues, qui interviennent pour justifier la plupart de nos choix »5.

  • 6 Christian Plantin, Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé, 1990, p. 43.
  • 7 Marc Angenot, La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, p. 385.
  • 8 Georges Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Librairie générale française, coll. « Poche », 1992, p (...)
  • 9 Marc Angenot, op. cit., p. 162.

7Chaim Perelman se situe cependant à un tout autre niveau qu’Oswald Ducrot et Christian Plantin note bien, dans sa mise au point sur l’argumentation, que les deux courants se développent parallèlement sans jamais se référer l’un à l’autre6. On le conçoit aisément lorsqu’on confronte la notion de présupposition à celle de lieu commun ou topos. La première féconde une théorie générale de la langue dans la mesure où elle marque l’introduction de l’implicite à l’intérieur du littéral. C’est l’inscription du présupposé dans la littéralité même de l’énoncé qui en fait tout l’intérêt pour le sémanticien. Chaim Perelman, qui dit reprendre la rhétorique aristotélicienne, se situe sur un plan différent, celui des principes logiques qui sous-tendent nos raisonnements. Ainsi le lieu (ou topos) de la cause et de l’effet : « Si un phénomène est la conséquence nécessaire d’un autre, et si ce phénomène existe, la cause existe aussi7. » C’est ce qui fait dire à Georges Molinié, dans sa réévaluation du topos aristotélicien, qu’il relève de « méthodes d’argumentation, d’ordre d’abord logique, mais consubstantiel à la mise en discours »8. Sans doute, il s’agit toujours d’un implicite qui réclame un accord, à défaut duquel le discours ne peut se poursuivre. On est néanmoins passé du littéral au logico-discursif, et de l’élément sémantique au principe abstrait. Le lieu commun est une « structure relationnelle dont la proposition n’est qu’une des innombrables actualisations possibles »9.

  • 10 Ibid., p. 386.

8Dans cette optique, on relèvera que le texte de Romain Rolland est sous-tendu par un lieu qui définit le rapport de l’accident au sujet : « Si l’accident est au sujet qui l’admet le moins, il sera de préférence au sujet qui l’admet le plus… Si le premier degré de l’accident convient au sujet, le degré le plus élevé convient au degré le plus élevé du sujet10. » Dans ce cas précis, la première partie de l’argumentation repose bien sur le lieu « ce qui vaut pour le moins vaut pour le plus », à savoir : si ceux qui ont le moins de responsabilités civiques font leur devoir, ceux qui ont le plus de responsabilités civiques doivent faire leur devoir. Ou : si les jeunes assument leurs responsabilités, les aînés doivent à plus forte raison le faire.

  • 11 Ibid., p. 163.
  • 12 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, Paris, Colin, 1986, p. 30.

9Si on peut rapprocher la présupposition du topos rhétorique, c’est donc uniquement dans la mesure où il s’agit dans les deux cas de « l’implicite régulateur des discours ». La théorie des lieux est « une réflexion sur l’implicite, dans son double caractère occulté et régulateur. Elle dévoile la nature du non-dit, de “ce qui va de soi” mais ce sans quoi le dicible serait privé d’intelligibilité », note Marc Angenot11. La fonction des présupposés comme forme d’implicite, écrit Catherine Kerbrat-Orecchioni, est « de constituer pour le discours une sorte de soubassement sur lequel viennent s’échaffauder les posés, à assurer, grâce au “recouvrement présuppositionnel”, sa cohérence et sa redondance internes »12. Il s’agit dans un cas comme dans l’autre des strates enfouies qui fournissent au discours ses assises et en déterminent les conditions de possibilité.

10Mais n’y a-t-il aucun relais entre la présupposition qui participe de la littérature de l’énoncé, et le lieu commun qui sous-tend son articulation logique sans vraiment s’y inscrire ?

L’idée reçue et la présupposition

11Les croyances qui sous-tendent le discours argumentatif sans avoir elles-mêmes à être démontrées s’expriment à travers un appareil stéréotypique qui comprend les idées reçues ou opinions admises, et le stéréotype au sens strict du terme. Ces différentes modalités du préconstruit constituent le bloc immergé d’idées reçues, de représentations sociales, de schèmes collectifs figés sur lequel se construit le discours argumentatif.

12Prenons tout d’abord le cas de l’idée reçue, qui exprime les croyances profondes de l’époque. Dès la déclaration de guerre, tous les citoyens, et jusqu’aux pacifistes qui avaient prêché l’insoumission en cas de conflit, se regroupent autour d’un appel de mobilisation interprété en termes de morale civique. Un article d’historien réédité dans 14-18 : Mourir pour la patrie souligne que, si les thèmes patriotiques enseignés à l’école, comme « la France phare de civilisation » ou « la récupération des provinces perdues » semblent tenir peu de place chez les combattants,

  • 13 Stéphane Audoin-Rouzeau, « L’enfer, c’est la boue ! » in 14-18 : Mourir pour la patrie, Paris, Le S (...)

en revanche, la notion de devoir est très présente ; faire son devoir ne se discute pas. Un vigneron écrit à sa cousine, en 1916 : « D’ici quelques jours on doit faire une grande attaque enfin que veut (sic) tu je ferai bien mon devoir13. »

  • 14 Anne Herschberg-Pierrot, Le dictionnaire des idées reçues de Flaubert, Presses Universitaires de Li (...)
  • 15 Ibid., p. 31.
  • 16 Anne Herschberg-Pierrot, « Histoire d’idées reçues », à paraître dans Romantisme, 1994.

13L’idée reçue peut se laisser deviner dans une phrase ou un fragment de texte, comme elle peut s’exprimer ouvertement sous forme d’énoncé doxique (« le soldat doit faire son devoir »). « C’est une idée préfabriquée et qui circule comme telle. Elle procède du discours des majorités14. » Soldat, dirait Flaubert : doit faire son devoir. Jeunesse : a le sens du sacrifice. Chez l’auteur du Dictionnaire des idées reçues, celles-ci se distinguent par trois caractéristiques essentielles : elles consistent en une association figée dans un jugement préconstruit ; elles relèvent du discours dominant ; elles émanent d’une autorité énonciative supposant la passivité de la réception15. En bref, c’est l’idée dominante au pouvoir qui, dès le milieu du xixe siècle, prend un sens péjoratif. Dans son historique du syntagme « idée reçue », Anne Herschberg-Pierrot souligne bien cependant qu’il reçoit tantôt la valeur positive, ou tout au moins neutre, d’opinion admise, et tantôt celle, négative, de préjugé courant lié aux convenances, à la morale sociale16.

14L’idée reçue se distingue nettement de la présupposition, comme suffit à le montrer une analyse succincte de la suite du texte : « Mais d’autres l’ont-ils fait ? Osons dire la vérité aux aînés de ces jeunes gens… »

15On repère dans la première phrase deux présuppositions principales. La première marque l’existence d’un devoir pour les non-combattants ; la seconde s’inscrit dans l’utilisation du « mais » en tête d’une interrogative, qui laisse entendre que les intéressés n’ont pas rempli leur devoir. Ainsi s’exprime implicitement l’idée que certains ont failli à un devoir qui n’est pas encore spécifié. Le « osons dire la vérité » qui ouvre le paragraphe suivant présuppose que : dire la vérité est une entreprise risquée qui demande du courage (sens du verbe « oser ») ; qu’il faut avoir cette témérité (sens de l’impératif « osons ») ; mais aussi qu’il y a une vérité périlleuse à dire – à savoir, comme le suggère l’ouverture, que les aînés définis comme dirigeants n’accomplissent pas leur devoir.

16Jusque-là le tout s’inscrit, selon la règle d’or du présupposé, dans la littéralité même de l’énoncé.

17Or, ces évidences qui se glissent subrepticement dans les dessous du texte reposent sur un ensemble de croyances et d’opinions sans lesquelles elles seraient impensables, et qui ressortent du discours de Romain Rolland sans participer de la littéralité des énoncés. Ainsi, l’idée que ceux qui ne sont pas envoyés au front ont également un devoir à accomplir repose sur des préceptes puisés dans la morale civique et sur une certaine conception des obligations du citoyen en régime démocratique. Tout d’abord, l’idée qu’il y a égalité de tous devant le devoir civique : personne n’en est exempté, du militaire au civil, du plus humble au plus puissant. Ensuite, la conviction que les dirigeants sont des responsables qui ont eux aussi un devoir à remplir, et que les citoyens (le « nous » de « osons ») possèdent le droit non seulement de demander des comptes à ceux qui les dirigent, mais aussi de leur dire une vérité désagréable à entendre lorsqu’ils ont mal assumé leurs responsabilités. Ces vues sur les droits et les devoirs du citoyen sous-tendent le discours sans avoir à être explicitement énoncées. Elles vont de soi, c’est-à-dire qu’elles doivent paraître évidentes à tous ceux qui vivent en régime démocratique. C’est un public imbu de ces croyances que vise le discours, et c’est sur ces points d’accord qu’il mise pour déployer son argumentation. Une logique de la dictature effacerait ces opinions admises, pierre de touche du texte de Romain Rolland.

  • 17 Oswald Ducrot, op. cit., p. 232.
  • 18 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 32.

18On voit bien que le présupposé, qui fait partie de la littéralité de l’énoncé et relève de la sémantique, ne peut se confondre avec l’idée reçue qui sous-tend l’énoncé sans participer de son sens littéral et relève du doxique. Pour reprendre un exemple cher à Oswald Ducrot, on ne voit pas pourquoi le présupposé de l’énoncé « Pierre a cessé de fumer », à savoir, « Pierre fumait auparavant », relèverait d’une croyance ou doxa d’époque. Les formulations de Oswald Ducrot et de Catherine Kerbrat-Orecchioni risquent ici de prêter à confusion lorsqu’elles utilisent les notions de « voix collective » et de « on » pour désigner l’énonciateur de la présupposition. En effet, dans ses travaux sur la polyphonie, Oswald Ducrot a modifié son analyse initiale en déclarant que dans l’exemple précité apparaît un énonciateur, distinct du locuteur qui prend en charge le posé, et qui « est assimilé à une voix collective ». En d’autres termes, « lorsqu’il y a présupposition, on assimile l’un des énonciateurs à un on, à l’intérieur duquel le locuteur est lui-même rangé »17. Ce « on » représenterait donc un groupe anonyme qui, connaissant l’individu Pierre, serait au fait de sa tabagie passée. C’est dans ce sens, et uniquement dans ce sens, que l’on peut considérer « qu’il s’agit là d’unités de contenu qui au lieu d’être, à l’instar du posé, construites par le discours qui les véhicule, semblent empruntées à un discours préexistant plus ou moins confus »18. Si doxa et idée reçue il y a dans « Pierre a cessé de fumer », elles se situent à un tout autre niveau – celui où la voix collective souffle un savoir de sens commun, et suggère que fumer nuit à la santé et que cesser de fumer est un acte positif. En bref, il s’agit d’un discours doxique sur les effets nocifs du tabac et les bienfaits de l’abstention, qui ne ressort nullement du sens du verbe cesser de : on peut tout aussi bien cesser de suivre un régime bienfaisant.

19Peut-être ne sera-t-il pas inutile de nuancer la distinction entre le présupposé et l’idée reçue, en marquant que le premier peut être plus ou moins proche du second. Ainsi dans l’exemple : « Jacques se doute que Pierre est venu », le présupposé « Il est vrai que Pierre est venu » ne participe nullement à un quelconque discours social. Par contre, dans « Vous faites votre devoir », l’existence d’un devoir pour les combattants est extrêmement proche, et difficilement discernable, de la doxa d’époque. Dès que la présupposition revêt un caractère de généralité et peut être assumée par un groupe social différencié, elle rejoint l’idée reçue qu’elle redouble en quelque sorte en l’inscrivant dans la littéralité de l’énoncé.

Le stéréotype

20On peut donc, à ce stade, différencier entre deux modalités essentielles du préconstruit qui composent le bloc immergé du discours argumentatif. On opposera l’idée reçue, qui participe du doxique, au présupposé et au lieu commun, qui n’en relèvent pas directement. Le stéréotype, qui est nécessairement prélevé sur la doxa d’époque, s’apparente de ce point de vue à l’idée reçue.

  • 19 Emilio Willems, Dictionnaire de sociologie, adaptation française par A. Cuvillier, 2e éd. augmentée (...)
  • 20 Louis-Marie Morfaux, Vocabulaire de la philosophie et des sciences, Paris, Colin, 1980, p. 341.
  • 21 Cf. Walter Lippmann, Public Opinion, New York, Penguin Books, 1922 (réimpression Pelican Pooks, 194 (...)
  • 22 Daniel Katz & Kenneth, W. Braly, « Verbal stereotypes and Racial Prejudice », Readings in Social Ps (...)
  • 23 Pour une discussion de la notion de stéréotype, on consultera mon ouvrage Les idées reçues, Chapitr (...)

21Dans la tradition des sciences sociales, on définira ici le stéréotype comme une « représentation collective (…) constituée par l’image simplifiée d’individus, d’institutions ou de groupes »19, image préconçue et figée qui détermine nos manières de penser, de sentir et d’agir20. « Pictures in our head », avait écrit le journaliste Walter Lippmann en introduisant dès 1922 la notion dans les sciences sociales21. Les travaux empiriques inspirés de la méthode Katz and Braly22 montrent bien qu’il s’agit en réalité de schèmes collectifs figés, qui ne se manifestent qu’à condition chaque fois d’être reconstruits23. Prenons, par exemple, le stéréotype du jeune combattant chez Romain Rolland. Il se caractérise par :

Discipline

Dévouement

Bravoure, héroïsme

Générosité

Sens du sacrifice

Idéalisme

22C’est bien la représentation collective du soldat de 14-18 que charrie le texte de Romain Rolland, pour peu que le lecteur prenne la peine de rassembler les éléments du schème figé, épars dans : « vous faites votre devoir », « trésors d’héroïsme », « avides de se sacrifier », « dévouement magnanime ». L’image stéréotypée du combattant s’articule par ailleurs sur celle de la jeunesse, renforçant ainsi l’effet d’évidence produit par un ensemble de représentations collectives qui s’emboîtent parfaitement l’une dans l’autre. Conception toute conventionnelle qui « colle » bien, trop bien sans doute, aux discours officiels de l’époque.

23Les stéréotypes qui sous-tendent le texte peuvent être plus ou moins explicites et plus ou moins complets. Pour rassembler les constantes de prédicats qui s’attachent à un thème, le lecteur est astreint à une série d’opérations dont la complexité varie. Ainsi, dans le texte de Romain Rolland, la représentation stéréotypée de l’Europe, qui ne participe pas du discours dominant de cette époque déchirée, apparaît de façon moins directe et moins ramassée. Elle se laisse reconstruire à partir d’un ensemble d’éléments complexes qu’il faut ramener à leur plus simple expression. « Une Europe… se déchirant de ses mains, comme Hercule » : l’Europe est une, elle est une totalité semblable à un organisme. « Les trois grands peuples d’Occident » : elle représente la supériorité de l’Occident, face « aux barbares », et la race blanche, face « aux âmes et peaux de toutes les couleurs ». Elle est le bastion de la civilisation (« gardiens de la civilisation », « notre civilisation ») et la maîtresse du monde (« la répartition équitable entre vous du travail fécond et des richesses du monde »). On trouve dès lors le schème familier suivant :

Unité, homogénéité

Civilisation

Occident

Supériorité

Race blanche

Maîtrise, domination

24Romain Rolland s’est défendu, dans une note postérieure, d’avoir marqué quelque mépris que ce soit à l’égard des peuples d’Asie et d’Afrique. Il n’en reste pas moins que son texte construit et se construit sur une représentation stéréotypée de l’Europe et de sa place dans le monde qui, à quelques nuances près, est fortement en vigueur à l’époque.

 

25Il apparaît nettement, d’après ces exemples, que le stéréotype ne peut se laisser saisir que dans un processus de lecture qui dépasse le repérage ponctuel autorisé par la présupposition et l’idée reçue. Il se met en place à partir du déchiffrement d’un pan de texte entier, et ne peut en conséquence être construit qu’à partir d’une vue d’ensemble qui permet de repérer et de rassembler les divers constituants du schème collectif figé.

Stéréotypie et stratégies de discours

Stratégies argumentatives

  • 24 Marc Angenot, 1889, op. cit., p. 19.

26La doxa d’époque circule dans un discours social qui présente une certaine homogénéité puisqu’il exprime « les manières de connaître et de signifier le connu qui sont le propre de cette société »24. Marc Angenot fonde sur cette remarque la tentative d’embrasser l’ensemble du discours social en France en l’année 1889. Dans la perspective argumentative, il faut néanmoins tenir compte non seulement de l’entité nommée discours social, mais aussi de sa pluralité constitutive. Il ne peut en effet s’inscrire un champ unifié qu’à partir d’une série de tensions, de conflits et de points de ruptures. C’est qu’il consiste par définition en diverses paroles de faction dont chacune possède sa logique interne, elle-même en prise sur celle des paroles concurrentes. Ces interférences et interactions antérieures à toute argumentation la situent ipso facto dans un espace dialogique qui conditionne le maniement de ses composantes stéréotypiques.

27Ainsi le texte de Romain Rolland, qui entend dénoncer la monstruosité de la guerre alors que celle-ci vient d’éclater, s’écrit sur le fond du discours social qui se tient à l’époque sur la légitimité du conflit armé. Il ne peut être analysé qu’en perspective : il s’agit de faire entendre une parole pacifiste qui, si elle était jusqu’alors légitime dans certains cercles, est tombée dans un discrédit total en septembre 1914, période où l’exaltation patriotique n’est plus attitude de parti mais valeur dominante. Le discours de Romain Rolland se situe d’emblée dans une perspective conflictuelle où il se doit de « répondre » aux justifications de la guerre entonnées en chœur dans toute la France. C’est le duel du discours pacifiste actuellement refoulé, et du discours patriotique triomphant, qui se déroule dans l’article très controversé de Romain Rolland.

28Dans ce contexte polémique où il tente d’établir un dialogue plutôt que d’ouvrir une discussion, l’auteur commence par se placer sur un terrain d’entente aussi large que possible. Il s’agit d’abord de communier dans les mêmes valeurs avec l’auditoire qu’on veut amener à des thèses violemment contestées. Aussi l’argumentation, loin de se donner comme un débat sur le bien-fondé du pacifisme, se situe-t-elle en un premier temps sur le terrain des grands principes de la démocratie. Romain Rolland établit des points d’accord sûrs en faisant appel à la doxa majoritaire. Plaçant le débat sur le plan de la morale civique, il s’appuie sur l’idée que tous les citoyens ont des devoirs (et des droits), mais aussi qu’il y a égalité de tous devant la responsabilité civique, la notion d’égalité étant au fondement même de la République. Les premiers énoncés se construisent ainsi sur des présupposés et des idées reçues qui participent d’un consensus très large.

29Le procédé n’est cependant pas dénué de risques. Sans doute permet-il de rallier la majorité ; mais il menace de ramener aux grandes lignes du discours militariste de l’époque, qui se réclame également des principes sacro-saints de la iiie République. Romain Rolland ne l’ignore pas, qui cite dans la première partie de son texte une lettre reçue du front :

  • 25 Romain Rolland, Au-dessus de la mêlée, Paris, Paul Ollendorf et Neuchâtel, Attinger Frères, 1915, p (...)

La guerre de la Révolution contre le féodalisme se rouvre. Les armées de la République vont assurer le triomphe de la démocratie en Europe et parfaire l’œuvre de la Convention. Ce n’est plus la guerre inexpiable au foyer, c’est le réveil de la liberté25.

30C’est dire que le recours aux valeurs dominantes menace de conduire aux positions belliqueuses qu’elles sous-tendent.

31Face au discours familier de l’« Union sacrée », la tactique de l’orateur consiste ici à faire glisser, dès les premières phrases, les valeurs républicaines vers le champ des valeurs éthiques universelles. Dès lors que chacun doit faire son devoir, en dehors de toute spécification (« Mais d’autres l’ont-ils fait ? »), on se trouve dans le domaine des obligations morales et des responsabilités que tout être humain se doit d’assumer. « Osons dire la vérité », par l’emploi même de l’impératif, stipule par ailleurs que la vérité est bonne à dire, quels que soient les inconvénients et les périls auxquels elle expose. Ainsi se définit une éthique de l’honnêteté où prime la vérité. On est dans le champ d’une morale universelle qui se relie sans encombre à la morale civique, puisqu’il incombe aux citoyens d’avoir le courage de demander des comptes à ceux qu’ils ont élus comme à ceux à qui ils se sont confiés (Église, parti politique). Le passage des valeurs civiques aux valeurs humaines universelles permet à Romain Rolland de s’élever « au-dessus de la mêlée » en situant le débat sur un plan qui échappe aux contingences socio-historiques. C’est sur ce plan qu’il pourra opposer des considérations générales de type humaniste au patriotisme agressif de ses contemporains ; c’est en se dégageant du contexte immédiat qu’il travaille à déjouer les arguments en faveur de la belligérance. On voit que le soubassement stéréotypique du discours lui permet de se situer selon ses besoins dans l’espace global de la doxa contemporaine.

32Il en va du stéréotype comme des idées reçues. Si Romain Rolland reprend l’image stéréotypée du jeune combattant, ce n’est pas pour la renforcer dans un grand enthousiasme patriotique. Le consensus national imbrique l’image idéalisée de la jeunesse héroïque dans une célébration de la bravoure et une exaltation de la France au combat ; Romain Rolland souligne au contraire le violent contraste qui s’établit entre la grandeur du jeune combattant et la bassesse du but qu’on lui impose. Dissociant l’image du brave poilu de l’idéologie militariste à laquelle elle est normalement associée, il la récupère dans le cadre du jugement négatif porté sur la lutte sanglante qui met aux prises la France et l’Allemagne. C’est dire qu’il emprunte un stéréotype au discours dominant, pour le faire servir à la cause adverse en l’insérant dans un jeu d’oppositions.

33Le schème collectif figé qui articule plus ou moins discrètement le texte peut être diversement exploité dans une stratégie argumentative particulière. Considérons, dans cette perspective, l’usage que Romain Rolland fait du stéréotype de la guerre. Le texte propose en effet deux conceptions diamétralement opposées, grâce à un maniement habile des schèmes collectifs figés qui lui permet de ne pas s’engager dans une confrontation explicite. En effet, « Au-dessus de la mêlée » semble au départ accréditer une certaine acception de l’expression « faire la guerre », à savoir : obéir aux ordres, être discipliné, défendre la patrie, se sacrifier pour la France… En réalité, il développe une vision radicalement différente, qui s’exprime par les phrases suivantes : « … quel but avez-vous offert à son dévouement magnanime ? L’égorgement mutuel de ces jeunes héros ! La guerre européenne, cette mêlée sacrilège, qui offre le spectacle d’une Europe démente, montant sur le bûcher et se déchirant de ses mains, comme Hercule ! » La guerre, ici qualifiée d’européenne, se définit comme un « égorgement mutuel » et une « mêlée sacrilège ». Rappelons que égorger signifie, soit tuer un animal en lui coupant la gorge, soit tuer en tranchant la gorge, assassiner, soit encore immoler une victime. Une mêlée est une « confusion de combattants au corps à corps », et « sacrilèges » renvoie à la profanation du sacré.

34Et Romain Rolland de poursuivre :

Ainsi, les trois plus grands peuples d’Occident, les gardiens de la civilisation, s’acharnent à leur ruine (…) On dirait l’empire romain au temps de la Tétrarchie, faisant appel, pour s’entredévorer, aux hordes de tout l’univers ! Notre civilisation est-elle donc si solide que vous ne craignez pas d’ébranler ses piliers ? Est-ce que vous ne voyez pas que si une seule colonne est ruinée, tout s’écroule sur vous  ?

35« S’acharnent à leur ruine », « s’entredévorer », « tout s’écroule » dessinent une image de ruine matérielle, et de destruction des valeurs (c’est la civilisation occidentale qui se trouve menacée). En gros, on trouve ici une représentation de la guerre elle aussi familière, mais dont la logique repose sur des valeurs humanistes en conflit total avec les définitions patriotiques. Le texte esquisse ainsi deux constellations stéréotypées, deux représentations contradictoires de la Guerre :

Faire son devoir

Transgresser la Loi

Défendre la patrie

Détruire

Mourir, se sacrifier pour la France

Tuer, assassiner

Se battre pour des valeurs

Travailler à la perte des valeurs

Respecter la discipline et l’ordre

Ruiner l’ordre, retomber dans les chaos

36Le stéréotype patriotique et le stéréotype pacifiste s’indexent manifestement à des idéologies conflictuelles. Le premier se réclame d’une défense à tout prix de l’identité nationale, et se situe dans une logique de l’opposition entre le moi et l’autre (le jeune Allemand comme ennemi) ; le second se réclame d’un respect à tout prix de la vie et des valeurs humaines, et se situe dans une logique du même (le jeune Allemand comme semblable et frère). Il ne s’agit plus de combattre héroïquement, mais de s’autodétruire ; de mourir pour la défense de son pays, mais de contribuer à la ruine de l’Europe. L’habileté du texte consiste à ne pas confronter les deux conceptions rivales, mais à feindre d’assumer la première, tout en assurant insensiblement sa dérive vers le point de vue pacifiste que défend l’article de Romain Rolland. Il enchaîne deux stéréotypes conflictuels sans les opposer, gommant en quelque sorte la dichotomie. Plutôt que d’exacerber les antagonismes, l’auteur cherche à s’appuyer sur les stéréotypes existants pour glisser vers d’autres, plus appropriés à sa thèse.

Stéréotypie et énonciation

37La stéréotypie sous ses différentes formes a été jusque-là considérée essentiellement au niveau de l’énoncé. Il faut bien voir cependant que, dans le discours argumentatif, les phénomènes de stéréotypie interviennent sur le plan de l’énonciation aussi bien que de l’énoncé.

  • 26 Je renvoie ici à Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, 1982.

38En effet, si la force argumentative du préconstruit s’exerce au niveau de ce qui se dit et se laisse entendre, elle dérive aussi de la situation de communication. De la thèse présentée sur la guerre de 14, il importe autant de savoir dans quelle mesure elle repose sur les évidences de la communauté, que de voir qui est l’orateur, quelle image le public en possède, quelles sont les conditions de l’échange verbal et à quel modèle elles correspondent dans l’esprit du destinataire. Ces éléments déterminent en grande partie l’efficace du discours argumentatif, dont le fonctionnement interne ne suffit pas à assurer le pouvoir de persuasion. L’image du loculeur, bien que diverse et changeante, est toujours mesurée aux modèles culturels et institutionnels en cours. Il n’est pas indifférent que ce soit un homme du commun, un prêtre, un dirigeant politique ou un intellectuel qui propose le texte d’« Au-dessus de la mêlée ». Et ceci dans la mesure où le public se fait une représentation stéréotypée de ces personnages, de ce qu’ils sont ou non autorisés à dire, du rituel auquel est astreinte leur parole pour demeurer légitime26.

  • 27 Oswald Ducrot, op. cit., p. 199.

39Reprenons donc l’exemple de Romain Rolland par le biais de la situation de communication. Avant d’examiner les stéréotypes au gré desquels est façonnée l’image de l’« orateur », il faut d’abord différencier entre trois instances du sujet d’énonciation. On peut tout d’abord, à la suite d’Oswald Ducrot, opérer une distinction entre le sujet empirique et le locuteur comme être de discours27. Oswald Ducrot s’inspire ici de la narratologie, à laquelle on se reportera pour préciser le statut du sujet empirique dans le cadre de l’écrit plutôt que de l’oral. Il apparaît en effet comme le référent hors-texte désigné par le nom propre. Dans le cas de l’article journalistique, c’est la signature qui fait intervenir, non bien sûr la personne réelle de Romain Rolland, mais l’image que l’on possède de l’écrivain préalablement à ce qu’il transmet dans le discours nouveau. Un autre nom – Maurice Barrès, par exemple, ou encore M. Dupont – ou l’absence de signature, l’anonymat, transformerait en profondeur le sens et l’impact du discours argumentatif.

40La seconde instance est au sujet empirique ce que le narrateur est à l’auteur dans la narratologie contemporaine. Le locuteur comme être de discours est en effet entièrement construit dans le texte, si bien que son image dépend des modalités et de la tonalité du texte en question. On distinguera cependant ici, une fois de plus avec Oswald Ducrot, l’image produite par l’activité oratoire comme telle, de celle qui se dégage de ce que l’orateur peut dire sur lui-même. La première relève des modalités de l’énonciation, la seconde des contenus de l’énoncé :

  • 28 Ibid., p. 201.

Il ne s’agit pas des affirmations flatteuses qu’il peut faire sur sa propre personne dans le contenu de son discours (…), mais de l’apparence que lui confèrent le débit, l’intonation, chaleureuse ou sévère, le choix des mots, des arguments28.

41C’est uniquement de la seconde, et de son rapport aux représentations collectives de l’auteur, qu’il sera ici question.

42Dans l’article de Romain Rolland, quels sont le statut et les pouvoirs du sujet de l’énonciation au moment où il prend la plume ? C’est le statut de l’orateur dans le discours argumentatif qu’il faut d’abord prendre en compte, comme le dit bien Chaim Perelman :

  • 29 Chaim Perelman, op. cit., p. 25.

Comme l’argumentation se propose d’agir sur un auditoire, de modifier ses convictions ou ses dispositions, par un discours qu’on lui adresse et qui vise à gagner l’adhésion des esprits, au lieu d’imposer sa volonté par la contrainte ou le dressage, c’est déjà une qualité non-négligeable que d’être une personne à l’opinion de laquelle on attache quelque valeur29.

43Romain Rolland fait-il partie de la catégorie de ceux dont on respecte l’opinion ? On peut répondre sans hésiter par l’affirmative, puisqu’il jouit à cette époque d’une grande notoriété due au succès de Jean-Christophe, paru de 1904 à 1912. Écrivain reconnu, intellectuel qui a fait ses preuves, homme de bonne volonté qui s’est donné pour tâche de travailler au rapprochement des peuples : à tous ces titres, il a droit à la parole. Il est d’autant plus investi d’autorité, que de nombreux lecteurs voient en lui moins l’artiste brillant, que le guide spirituel prêchant l’union européenne et la fusion du génie français et allemand. L’auteur de Romain Rolland, l’Allemagne et la guerre note que :

  • 30 René Cheval, Romain Rolland, L’Allemagne et la guerre, Paris, puf, 1963, p. 236.

Jean-Christophe apporte à Romain Rolland une confirmation : il sait désormais qu’il a l’étoffe d’un guide, et que pour beaucoup de ses contemporains son personnage a une valeur symbolique. On aurait intérêt à examiner son attitude, dans les années qui vont suivre, du point de vue de ce qu’on appelle aujourd’hui la psychologie des rôles. Qu’il le veuille ou non, Romain Rolland sera amené, par le succès même de son livre, par son retentissement international, à endosser un certain personnage, à jouer un certain rôle30.

44On ne saurait mieux dire que l’on a désormais affaire, non pas simplement à un individu dans son unicité, mais à un « personnage » perçu à la fois par celui qui l’endosse et par son public. Le nom même de Romain Rolland renvoie dès lors à une image doublement stéréotypée : l’image publique, nécessairement stéréotypée, d’un écrivain célèbre, et le stéréotype culturel de l’écrivain comme guide sprituel et comme figure appelée à remplir une mission sociale. Ce stéréotypage est censé assurer l’écoute, sinon le succès, d’« Au-dessus de la mêlée ».

45Suffit-il cependant à constituer un gage dans la délicate entreprise de persuasion de 1914 ? En réalité, l’image collective figée de l’auteur de Jean-Christophe joue également en sa défaveur. D’abord parce que la mission de marier l’esprit français à l’esprit allemand représenté par le héros musicien est désormais perçue comme un signe certain de germanophilie qui discrédite l’écrivain. Comment faire confiance à celui dont l’œuvre était appréciée par l’ennemi allemand comme echt deutsch ? Lors de sa parution, Jean-Christophe avait déjà soulevé contre Romain Rolland des intellectuels tels que Maurice Barrès ou Charles du Bos, qui lui reprochaient son idéal de « dénationalisation ». On comprend donc que, dans le contexte de la conflagration, l’image de marque de Romain Rolland ait pu le rendre dès l’abord suspect.

  • 31 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours(...)

46Cette image de marque est d’ailleurs peu compatible avec celle que la France récemment entrée en guerre se fait de ses écrivains et de ses intellectuels. On est, ne l’oublions pas, à l’âge d’or de l’« Union sacrée ». Si « l’attitude [des] clercs “patriotes” fut longuement commentée et critiquée, notamment par la génération suivante, tout au long de l’entre-deux guerres »31, elle fait le consensus en cette année de 1914. Il s’agit de tenir sa partition dans le concert patriotique et de soutenir l’effort de guerre. Tout écrivain usant de son esprit critique pour dénoncer la situation apparaît dans ces conditions comme un mauvais citoyen, sinon comme un démoralisateur et un traître. Le titre même de l’article, « Au-dessus de la mêlée », indique un désengagement coupable et un refus de se ranger parmi les défenseurs de la patrie en danger.

  • 32 René Cheval, op. cit., p. 241.

47La situation d’énonciation ne peut en l’occurrence que faire empirer les choses. L’article est en effet rédigé et publié à Genève. Vivant en-dehors de France, Romain Rolland est perçu par une grande partie du public comme un déserteur. On l’a même accusé d’avoir littéralement déserté, ce dont il s’est justifié en invoquant le fait qu’il avait été jugé inapte au service militaire et avait décidé de rester en Suisse, où il séjournait par hasard au moment de la déclaration de guerre. « Il a adopté, notent certains, un point de vue helvétique, il parle comme le Suédois32. »

  • 33 Cf. Gérard Genette, Seuils, Paris, Le Seuil, 1987.

48C’est donc en fonction d’un arsenal de stéréotypes patriotiques d’époque que Romain Rolland est menacé de discrédit avant même d’avoir pu faire pleinement entendre ses arguments. Le paratexte : nom de l’auteur, titre de l’article, titre du journal, date33 – suffit à dessiner une constellation défavorable à la visée argumentative du discours. L’image publique de l’auteur le fait soupçonner de germanophilie ; son désengagement critique va à l’encontre du modèle de l’écrivain-patriote, et le lieu dont il parle au moment des combats le représente en déserteur.

49Conscient de la stéréotypie qui conditionne dès l’abord la réception de son texte, Romain Rolland tente de la déjouer en produisant par sa parole une image positive du locuteur. Il la modèle sur le stéréotype accrédité de l’intellectuel qui veille à conserver son esprit critique et sa lucidité dans les périodes les plus éprouvantes. Ce n’est pas par hasard que Romain Rolland demande à ce que ses écrits de guerre, dont « Au-dessus de la mêlée », soient republiés dans un volume intitulé L’esprit libre. Ce paradigme de l’intellectuel français, ancré dans l’époque encore toute proche de l’Affaire Dreyfus, s’oppose à la représentation de l’écrivain en défenseur de la patrie en danger qui a cours en cette année 1914. Le locuteur doit, par les modalités de sa prise de parole, désamorcer l’image toute faite que le paratexte donne du sujet empirique.

50Comment y parvient-il ? Ce sont ici les indications données par les formes discursives mises en œuvre qui permettent de reconstruire l’image du locuteur. Son autorité se fait jour dans la façon impérieuse qu’il a de manier l’assertion : « Vous faites votre devoir », ou « Ils attisent l’incendie ». Ces affirmations fortes sont porteuses de jugements de valeurs : elles distribuent l’éloge ou le blâme. Elles décrètent aussi des vérités générales et posent l’écrivain en détenteur du savoir, sinon de la sagesse : « La fatalité, c’est ce que nous voulons ». De plus, l’emploi répété de l’impératif permet au locuteur d’exhorter son lecteur : « Osons dire la vérité », « Qu’en ce moment, chacun de nous fasse son mea culpa ! » On notera que le locuteur se présente comme partie intégrante du nous qui ponctue le discours, et ne parle jamais à la première personne. S’il prend la parole, conseille ou ordonne, c’est au nom et en faveur de la collectivité à laquelle il participe pleinement. Collectivité vers laquelle il ne cesse de se tourner en l’interpellant directement. Les termes et expressions choisis renvoient à l’éthique plus qu’au politique et marquant un désir de communier avec l’interlocuteur sur des valeurs humaines : « supporter chacun les grandes vertus et les grands vices de l’autre », « esprit de paix », « répartition équitable ».

51On remarque par ailleurs le rythme du texte, tout entier en exclamations indignées soulignées par des points d’exclamation (« L’égorgement mutuel de ces jeunes héros ! »…). L’accumulation des questions rhétoriques, qui a créé un effet pathétique, se donne comme l’expression directe et spontanée d’une émotion violente. Le clerc qui pense se double d’un homme impliqué affectivement, qui joint le sentiment à la réflexion pure.

52On voit comment l’image que produit l’énonciation du locuteur travaille à effacer celle que le paratexte risque de donner du sujet empirique. A la représentation stéréotypée de l’intellectuel en traître, s’oppose celle de l’écrivain :

Guide spirituel

Impliqué dans la communauté

Détenteur du savoir

Engagé affectivement

Représentant des valeurs morales

Passionné dans la défense du juste

53Représentation qui reprend et renforce l’image publique du Romain Rolland d’avant-guerre, elle-même en prise, comme nous l’avons déjà vu, sur une représentation collective valorisée de l’intellectuel français.

54Une dernière remarque à partir de la réception effective du texte à son époque. Nous constatons que, des deux images concurrentes, la représentation de l’écrivain germanophile et désengagé ait prévalu malgré les efforts déployés par le discours pour la déconstruire. Sans doute les stéréotypes de la majorité des lecteurs étaient-ils trop teintés de patriotisme pour autoriser la dérive des valeurs républicaines vers la vision plus largement humaniste proposée par R. Rolland. Le texte peut avoir un impact tout différent aujourd’hui. Mais on aborde là un autre terrain : celui du procès de déchiffrement au sein duquel interfèrent, selon des modalités qui restent à étudier, les présupposés sur lesquels repose le texte, et la doxa « décalée » du public.

Notes

1 Chaim Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Université de Bruxelles, 1970 ; Chaim Perelman, L’empire rhétorique. Rhétorique et Argumentation, Paris, Vrin, 1988.

2 Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann, 2e éd. corrigée 1980 (1e éd. 1972) ; Le dire et le dit, Paris, éd. de Minuit, 1984.

3 Ruth Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

4 Chaim Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, op. cit., p. 87.

5 Ibid., p. 113.

6 Christian Plantin, Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé, 1990, p. 43.

7 Marc Angenot, La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, p. 385.

8 Georges Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Librairie générale française, coll. « Poche », 1992, p. 191.

9 Marc Angenot, op. cit., p. 162.

10 Ibid., p. 386.

11 Ibid., p. 163.

12 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’implicite, Paris, Colin, 1986, p. 30.

13 Stéphane Audoin-Rouzeau, « L’enfer, c’est la boue ! » in 14-18 : Mourir pour la patrie, Paris, Le Seuil, Coll. « Histoire », 1992, p. 147.

14 Anne Herschberg-Pierrot, Le dictionnaire des idées reçues de Flaubert, Presses Universitaires de Lille, 1988, p. 29.

15 Ibid., p. 31.

16 Anne Herschberg-Pierrot, « Histoire d’idées reçues », à paraître dans Romantisme, 1994.

17 Oswald Ducrot, op. cit., p. 232.

18 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 32.

19 Emilio Willems, Dictionnaire de sociologie, adaptation française par A. Cuvillier, 2e éd. augmentée, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1970, p. 277.

20 Louis-Marie Morfaux, Vocabulaire de la philosophie et des sciences, Paris, Colin, 1980, p. 341.

21 Cf. Walter Lippmann, Public Opinion, New York, Penguin Books, 1922 (réimpression Pelican Pooks, 1946).

22 Daniel Katz & Kenneth, W. Braly, « Verbal stereotypes and Racial Prejudice », Readings in Social Psychology, T.M. Newcomb & E.L. Hartley eds., 1947.

23 Pour une discussion de la notion de stéréotype, on consultera mon ouvrage Les idées reçues, Chapitre : « La notion de stéréotype dans la réflexion contemporaine ».

24 Marc Angenot, 1889, op. cit., p. 19.

25 Romain Rolland, Au-dessus de la mêlée, Paris, Paul Ollendorf et Neuchâtel, Attinger Frères, 1915, p. 22.

26 Je renvoie ici à Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, 1982.

27 Oswald Ducrot, op. cit., p. 199.

28 Ibid., p. 201.

29 Chaim Perelman, op. cit., p. 25.

30 René Cheval, Romain Rolland, L’Allemagne et la guerre, Paris, puf, 1963, p. 236.

31 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Colin, 1986, p. 66.

32 René Cheval, op. cit., p. 241.

33 Cf. Gérard Genette, Seuils, Paris, Le Seuil, 1987.

Auteur

Université de Tel-Aviv

© Presses universitaires de Caen, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540