Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Stéréotype

 | 
Alain Goulet

Stéréotype : sémiologie d’un concept

Denis Slakta

Full text

Ouverture

  • 1 Ruth Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.
  • 2 Umberto Eco, De Superman au Surhomme, Paris, Grasset, 1993.

1C’est le livre stimulant de Ruth Amossy1 qui m’a conduit à proposer ce titre pour l’analyse qui va suivre : Stéréotype : sémiologie d’un concept. L’autre raison s’articule au bon conseil que formule Umberto Eco dans son dernier livre2 : dorénavant, évitez d’utiliser le terme de sémiologie ; on pourrait vous en tenir rigueur. On verra bien.

  • 3 Remy de Gourmont, La culture des idées (1899) : « La dissociation des idées », Paris, 10/18, 1983.

2Pourquoi ne pas commencer cette analyse par quelques exemples ? Remy de Gourmont3 propose, en effet, une liste plaisante où se montre la force de quelques relations qui font « cliché ». On devrait donc accueillir, sans autre forme de mauvaise humeur, un lot de couples recommandables : vertu/récompense ; vice/châtiment ; devoir/bonheur ; malheur/punition ; crime/remords ; Dieu/bonté ; et encore : acte sexuel/procréation. Il n’est pas douteux que ces couples si unis donnent vigueur à plusieurs ensembles de discours, faciles à identifier : il suffit de les rapporter à quelques institutions majeures. Le monde contemporain manifeste aussi, à lire Ruth Amossy, les bonnes relations que la femme entretient avec certaines propriétés aussi connues ou reconnues que la soumission, la dépendance, le bavardage ou la passivité. Sans compter que « la mère au foyer » mérite encore quelques éloges ; au moins le jour de « la fête des mères ». A ces gracieusetés on pourrait ajouter les trois attributs essentiels administrés à la langue française : perfection, clarté, universalité ; ce qui a permis naguère de justifier quelques conquêtes : outre-mer.

3Ces exemples suffisent, semble-t-il, à éclairer le concept qui supporte le développement du stéréotype : pour qu’il y ait stéréotype, il faut que se trouvent associés deux objets au moins, deux notions ou encore un objet et une représentation. De plus le terme association n’est pas privé de synonymes, tels union, conjonction ou lien. Étant entendu que les « bonnes unions » sont tenues pour indissolubles, stables ; ou solides comme le dit si bien l’étymologie.

4C’est ce que reconnaît aussi un philosophe analytique contemporain – Hilary Putnam – dont nous aurons à reparler plus avant. Le stéréotype désigne « une idée conventionnelle associée à un objet », à une notion ou à une autre idée. Il suit que cette association solide ou figée est répétable, tire sa force de possibles répétitions ou de répétitions imposées. De sorte qu’un stéréotype se fonde sur deux concepts conjoints : association et répétition.

5Rien ne le montre mieux que Le Dictionnaire des idées reçues, cette machine de guerre montée par Flaubert. Évidemment, dans ce curieux dictionnaire, on rencontre des associations qui dépassent le seul mot : elles courent volontiers du syntagme à la phrase (on parle alors de clichés). Voici quelques exemples, au gré de structures syntaxiques simples et parfaitement admises :

(1) Nom – adjectif : « Critique : toujours éminent ».
(2) Syntagme nominal – verbe : « Défaite : s’essuie ».

6Un stéréotype peut emporter en outre, sous la forme d’une définition, un jugement de valeur, ou une croyance qu’on espère partagée, qu’il s’impose de partager :

(3) « Première communion : le plus beau jour de la vie ».

7Il y a plus séduisant encore ; on y insistera parce que ce point demeure négligé – comme si on avait peur des conséquences. Un stéréotype détermine au premier chef des « consignes », ou des « instructions », pour des conduites, des comportements divers, y compris langagiers : discursifs souvent, mais pas exclusivement. Comme on va le voir, il s’agit de mettre en place des groupements d’obligations sociales auxquels un bon sujet se soumet : « il y croit » comme on dit. Sans surprise pour le coup, le stéréotype, pour s’imposer, exploite des structures linguistiques exhibant des obligations ou des interdictions ; le semi-auxiliaire devoir ; l’infinitif précédé ou non de à ; l’infinitif précédé de ne pas :

(4) Auteur : « On doit connaître des auteurs » (Les « bons » ou les « meilleurs », il va sans dire).
(5) Conversation : « La politique et la religion doivent en être exclues ».
(6) Galbe : « Dire devant une statue qu’on examine : ça ne manque pas de galbe ».
(7) « La religion de nos pères doit se dire avec onction ».

8Les relations ne manquent pas à devenir plus complexes, et à circonscrire avec fermeté tous les domaines du permis, et surtout de l’interdit :

(8) Chaleur : 1. « Toujours insupportable ».
    2. « Ne pas boire quand il fait chaud ».

9Et les « pures consignes » ont tôt fait de se transformer en instructions, puis en obligations :

(9) « Épicure : le mépriser ».
(10) « Les foudres du Vatican » : en rire.

10Le dernier exemple est plutôt pervers. D’un stéréotype, il n’est pas absolument interdit de rire. Mais il est des cas, les plus nombreux, où il doit être fini de rire. Une définition qu’il serait intolérable de déniaiser s’abîme alors dans une mare d’obligations, comme un ru se perd dans la mer.

(11) 1. « Les bases de la société sont la propriété, la famille, la religion, le respect des autorités ».
  2. Suit illico le comportement requis : « En parler avec colère si on les attaque ».

11Un exemple encore pour montrer que les modèles de Flaubert sont d’une parfaite efficacité. Soit un objet réputé « fragile » depuis au moins deux siècles : la langue française. La suite est (trop) connue :

(12) 1. Ce qui n’est pas clair n’est pas français.
  2. Le français : toujours menacé.
  3. Conclusion : le défendre sans repos ; bec et ongles au besoin.

Stéréotype et obligations

12Dès lors, d’autres conclusions s’imposent ; comme d’elles-mêmes. Aux deux concepts déjà avancés, association et répétition, on adjoindra – à la manière de Flaubert – celui d’obligation. Trop soucieux, ou inquiet, de convaincre, le stéréotype cherche encore à contraindre – en créant des « automatismes » de répétition. Il s’agit bel et bien de mettre au pas les « mauvais sujets » ; voire de les écarter ou de les « exclure ». Du coup, les difficultés surgissent ; et des constatations, des réserves, des louanges ou des protestations s’élèvent ; discordantes au besoin ; jouant du pour ou du contre, selon les bien-pensants ou les mal-pensants (moins nombreux qu’on pourrait le croire).

13Roland Barthes, par exemple, parle « d’obligation à dire », et conclut (un peu vite) à une forme de « fascisme » linguistique. Pour être moins violente, la définition du Robert n’est pas absolument « objective » ; le stéréotype serait « une image simplifiée (…) que des groupes humains élaborent au sujet d’un individu ou d’un fait, et qui joue un rôle déterminant dans leur comportement et leur appréciation » (je souligne). Nul n’ignore qu’un joli syntagme comme « le génie colonisateur de la France » (associé au « génie de la langue française ») a soutenu fort longtemps, malgré les massacres et les désastres, le moral de nos troupes. Mais est-on sûr que cet autre lieu commun soumis à l’exégèse par Léon Bloy ait perdu toute efficacité : « Tout le monde ne peut être riche ? »

  • 4 Je souligne.

14Il serait peut-être juste, outre qu’il n’est pas toujours interdit de rire, de donner aussi la parole à quelques vaillants défenseurs du stéréotype. Ruth Amossy fournit quelques bons exemples, les moins idiots probablement. Ouvrez le ban : les stéréotypes seraient « indispensables à la vie communautaire ». L’argument avait été développé par Walter Lippmann : « Les systèmes de stéréotypes constituent un tableau bien ordonné du monde (…) Là, nous nous sentons chez nous (…) Là, nous trouvons le charme du familier, du normal4. » Et voici pour fermer le ban : le stéréotype, si on voulait bien le « repenser », serait reconnu comme « un trait de la pensée humaine ». Ni plus, ni moins. Mais enfin ce trait, est-il bon ? est-il méchant ?

  • 5 Voir Ruth Amossy, op. cit., p. 98.
  • 6 Hilary Putnam, « The meaning of ‘meaning’ », Philosophical papers, vol. 2, Cambridge, Cambridge up, (...)

15La question se pose avec d’autant plus de force si l’on admet, comme dit un autre, que « rien n’échappe au stéréotype » ; ni le mot, ni la phrase, ni le discours. Sans compter que les mythes contemporains se définissent « comme la mise en récit des stéréotypes ». Et Roger Caillois ajoute aussitôt, mais lucidement, qu’il s’agit alors « d’images destinées à s’imposer » ; dans l’exacte mesure où « elles possèdent une certaine force de contrainte »5. La visée générale est bel et bien de contraindre, par le fer ou par l’amour, les populations laborieuses à « se conformer » aux images et aux récits que les institutions dominantes leur dispensent sans compter. Et Hilary Putnam écrit encore6 : « Rendre compte théoriquement du stéréotype ne peut manquer de conduire à la notion d’obligation linguistique », ou « sociale » pourrait-on ajouter (je traduis et je souligne).

16Une telle analyse, chez Caillois ou chez Putnam, entraîne quelques interrogations ; celle-ci en particulier : les stéréotypes sont-ils aussi stables ou solides qu’on le prétend ? Plusieurs constatations pourraient bien alimenter les doutes.

17Tout comme les significations, l’histoire montre que les stéréotypes peuvent changer, en mal ou en bien. On sait que Littré voyait « une chute » dans l’évolution de fripon, qui a signifié gourmand, avant de s’abaisser à désigner un voleur. Il arrive aussi que des « associations reçues » se dissocient et disparaissent. Hilary Putnam cite volontiers sorcière, que nul n’oserait encore, ouvertement du moins, associer au diable. Quant à Remy de Gourmont, on l’a vu, il a mis à mal, au début du siècle, quelques associations respectables. Et faut-il convoquer à nouveau Flaubert ou Léon Bloy ?

Saussure, la sémiologie et la langue

18Dans l’immédiat, il paraît opportun de souligner une manière d’impasse ; ou de contradiction si l’on préfère. Reprenons. Le concept de stéréotype – mais le stéréotype n’est pas un concept – se définit d’une association, que son caractère d’obligation devrait rendre stable. Or il n’est pas impossible de « dissocier » l’association convenue : l’histoire au besoin s’en charge. D’autre part, le stéréotype n’est pas étranger au concept de signification ; et plus largement, selon Putnam, au champ de la sémantique. Comment donc résoudre l’opposition, apparemment insurmontable, entre le sémiologue Roland Barthes qui tient que « dans chaque signe dort ce monstre : un stéréotype » et le philosophe analytique qui annonce « une théorie sémantique du stéréotype » ? Étant entendu que « la sémantique est une science sociale », ce que Putnam nous présente comme une nouveauté.

19Rappelons d’abord que les trois aspects du stéréotype – association, répétition, obligation – sont très exactement ceux que la sémiologie linguistique, saussurienne au premier chef, met en avant. Et il faut, hélas, toujours revenir sur l’essentiel : la double définition de la langue procurée par Saussure dans le CLG. Les deux définitions sont complémentaires, au sens strict : l’une ne va pas sans l’autre, ou ne se comprend pas sans l’autre. Choisir l’une ou l’autre, au gré de ses intérêts ou de ses ambitions ou de son ignorance, ne peut conduire qu’à des approximations, dans le meilleur des cas.

(13) 1. « La langue est un système de signes ou de pures valeurs ».
  et 2. « La langue est une institution sociale », en relation avec les autres institutions qui assurent, elles aussi, la reproduction d’une société.

20Il suffit donc de se reporter au CLG pour comprendre que dans la langue tout est association (de phonèmes, de morphèmes, de syntagmes, de phrases) ; et que tout, au bout du compte, repose corrélativement sur l’analyse, autre nom possible pour dissociation. Poursuivons. Reçu ou admis dans la langue, tout signe est ipso facto répétable. Mais qu’en est-il alors de l’obligation (et de la nécessité) ?

21Tout le monde sait, exceptions omises, qu’un signe se définit de l’association d’un signifiant (Sa) et d’un signifié () ; et de ses relations avec tous les autres signes. Or, a priori, dit Claude Lévi-Strauss, l’association Sa/Sé est arbitraire. Aristote dirait contingente : ça « peut être autrement ». Caballo n’est ni meilleur ni pire que cheval ou Pferd pour désigner ce bel animal qui vient de remporter le prix de Diane.

  • 7 Denis Slakta, Sémiologie et grammaire de texte, Nanterre, Paris x, 1981.

22Reste que, a posteriori : dans une communauté donnée – l’association Sa/Sé devient obligatoire. Tel est le travail de l’institution linguistique, semblable de ce point de vue aux autres institutions ; lesquelles ont pour fonction, pour mission, de déterminer les systèmes de normes ou d’obligations. Autrement dit, l’institution linguistique, comme toutes les institutions, a pour objet de « réduire la contingence ». Mais la langue seule conjoint obligation et nécessité : pour être compris, un sujet français est non seulement soumis à l’obligation, mais à la nécessité (ça « ne peut être autrement » ici) d’utiliser cheval ; à l’exclusion de Caballo ou de Pferd. Et des rapports du signe aux autres signes, il résulte que tout signe est doté d’une « valeur » reconnue, ou « condition de signification »7.

23Il serait faux pourtant de juger que toutes les parties constitutives d’un système linguistique se trouvent sur le même plan. En particulier, toute association ne conduit pas à la répétition. On admettra que les signes, une fois grammaticalisés en morphèmes nominaux, adjectivaux, verbaux, etc, s’associent ou se combinent selon des règles syntaxiques explicitables pour produire des syntagmes, des phrases et des textes. Seulement, si un signe (tel cheval) est à l’évidence répétable au gré des sujets parlants, il n’en va pas de même pour les syntagmes (sauf quand ils sont « figés ») et pour les phrases (sauf quand elles sont prises comme proverbes par exemple) qui ne sont pas répétables. Les phrases d’une langue, dit même Noam Chomsky, sont « toujours nouvelles ».

24Les unités lexicales seraient donc répétables, alors que les construits syntaxiques seraient éphémères : ils ne survivraient pas à l’instant de leur énonciation. Les dictionnaires que nous connaissons ne sont pas encore sortis de cette « contradiction » entre lexique et syntaxe.

La pratique lexicographique

  • 8 Dernière édition en cours.

25Que montre en effet la pratique lexicographique ? L’unité lexicale est d’abord définie, de manière à légitimer ses emplois possibles, i.e. sa répétition. Suivent alors, après la définition, les exemples, qui, de fait – et le plus souvent, sont des phrases. A titre d’illustration, elles sont empruntées à des écrivains plus ou moins célèbres ; ou bien au discours commun, i.e. au discours qui doit devenir commun. L’Académie française, on le sait, choisit la seconde voie – comme en témoigne l’entrée pour alcool8 :

(14) 1. « Boisson contenant de l’alcool ; spiritueux ».
  2. « L’alcool tue lentement, mais sûrement ».
  • 9 Édition de 1993. On résume un peu.

26Soit maintenant l’entrée consacrée à Drapeau dans le Petit Robert9 :

(15) 1. « Pièce d’étoffe attachée à une hampe et portant les couleurs, les emblèmes (d’une nation, d’un gouvernement, d’un chef) ».
  2. Spécialement : le drapeau d’une armée, d’un régiment. Au drapeau !
  3. Fig. : symbole de l’armée, de la patrie.

27D’où la suite :

(16) 1. Un exemple, de Lamartine : « Le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la Patrie ».
  2. Le respect, le culte du drapeau.
  3. Mourir pour le drapeau (Les drapeaux : l’armée. Être sous les drapeaux).

28Qui ne serait victime de « l’effet zému » à lire la constitution d’un superbe stéréotype ? Une pièce d’étoffe, colorée, se trouve associée à la patrie ; et la valorisation assurée débouche sur quelques obligations. Bel exemple qui illustre « la réduction de la contingence », au nom de l’obligation : en unissant étoffe et patrie. Les idées, disait Gourmont, « s’accrochent au hasard » ; et les institutions bénissent les unions pour les rendre indissolubles. Malgré cela, une question demeure : est-ce que patrie fait partie de « la valeur » de drapeau ? Si oui, à quels titres ? Tout se passe comme si les définitions lexicographiques, y compris dans les dictionnaires dits « de langue », ne pouvaient ignorer à chaque fois les stéréotypes associés aux différentes unités lexicales.

Une théorie sémiologique du stéréotype

  • 10 Dans ses différents ouvrages cités à la note 6.

29Il devient dès lors urgent d’analyser la théorie du stéréotype esquissée par Hilary Putnam10. Tout commence par l’examen de quelques objets chers à la philosophie analytique américaine : les citrons, les tigres et l’eau – dits encore « espèces naturelles ». L’eau ne constitue pas un mauvais exemple ; il n’est pas obligatoire, aux yeux de la loi, d’en user avec modération. A suivre Putnam donc, quatre ensembles composent la signification du terme ; la dite signification étant définie comme possibilité ou « capacité d’utiliser » :

(17) 1. Les marqueurs syntaxiques spécifient eau comme nom, féminin, concret et massif (Ernest boit de l’eau vs Ernest dévore deux cailles).
  2. Marqueurs sémantiques : eau dénote une espèce naturelle ; en l’occurrence : un liquide.
  3. Stéréotypes (ou propriétés associées) : sans couleur ; sans goût ; transparente ; étanche la soif ; etc.
  4. On décrit alors l’extension du terme : h2o.

30Le point (17.3), la présence d’un stéréotype, pourrait justifier la position de Roland Barthes, à une nuance importante près : le stéréotype n’est pas le tout du signe ; mais une partie de la valeur de tout signe.

31Un second exemple n’est pas inutile ; passons au citron :

(18) 1. Marqueur syntaxique : nom masculin concret ; comptable (Ursule a pressé trois citrons).
  2. Marqueur sémantique : espèce naturelle. S’explicite par un hyperonyme : fruit.
  3. Stéréotype : jaune, goût acide ; doté d’un certain type de peau ; etc.

32Les propriétés associées permettent de reconnaître « les exemplaires normaux ». Gardons en mémoire la normalité requise. Or, dit Putnam, certains critères peuvent changer, sans que change le mot : des citrons verts restent des citrons ; « anormaux » peut-être, mais des citrons tout de même. Il suit que les propriétés retenues pour le stéréotype ne sont pas « des vérités analytiques », pour deux raisons au moins : certains stéréotypes peuvent être faux, mais il y a bien un objet dit citron ; et certains stéréotypes peuvent changer sans que l’objet cesse d’exister.

33Tous les objets, cependant, ne peuvent être classés comme espèce naturelle (i.e. sucre, sel, sable, etc.). Comme dans les bonnes enquêtes, pourquoi ne pas chercher la femme ? Soit (19) donc, et en suivant le modèle de Putnam :

(19) 1. Marqueur syntaxique : nom féminin concret, et comptable (comme le sait bien le grammairien Sganarelle).
  2. Marqueur sémantique : être humain, adulte, de sexe féminin (« femelle »).
  3. Soit un des stéréotypes : soumission.

34On peut alors préciser le rapport entre marqueur sémantique et stéréotype. Imaginons que la propriété d’être soumise se révèle fausse, l’objet femme (si l’on peut dire) existe toujours. Dieu merci. Changeons maintenant le trait « femelle » pour le trait « mâle ». Est-il besoin de continuer ? Voilà plutôt qui illustre la « faiblesse » du stéréotype : si nous supprimons les marqueurs sémantiques/être humain/, /de sexe féminin/, nous supprimons la femme. En revanche, une femme non soumise est toujours une femme. A la différence donc des marqueurs syntaxiques et sémantiques, il est possible de mettre en cause la validité des stéréotypes, ici d’allure plus sociale (obligatoire) que proprement linguistique (obligatoire et nécessaire).

  • 11 Ruth Amossy, op. cit., p. 29.

35Ruth Amossy pourtant cite un incomparable « chercheur » américain11 qui explique sans trouble apparent que « rien ne différencie le concept de « fruit » du stéréotype du « Noir ». Celui-ci se range dans la catégorie des hommes comme l’orange dans la catégorie des fruits… » Et les uns comme les autres se caractérisent « par des traits intensionnels : appétissant, convient au petit déjeuner ; inférieur en intelligence, paresseux ». On voudrait rêver. Alors insistons.

36Tout repose, à toutes fins utiles, sur d’étranges confusions, assez familières au demeurant. D’abord, un mot à propos des hyperonymes et des stéréotypes : veut-on nous faire croire que « être une orange » c’est « être un fruit », comme « être Noir c’est être paresseux », comme « être femme c’est être soumise » ? En d’autres termes, un « Noir travailleur » serait un exemplaire « anormal », au même titre qu’une femme non-soumise. Il ne paraît pas que le « chercheur » cité ait pour premier objet de nous faire rire. Laissons ce brave homme à ses oranges, et à sa femme ; et il sera clair que le marqueur sémantique diffère absolument du stéréotype social. C’est pourquoi d’autres institutions que la langue, ou d’autres discours, prennent le relai : pour imposer les stéréotypes en les mettant sur le même plan que les marqueurs syntaxiques et sémantiques.

37Il convient donc de travailler plus avant le concept de stéréotype avancé par Hilary Putnam.

38On admettra sans réserve le caractère normatif de tout stéréotype, à condition de distinguer les effets : un stéréotype normatif, selon les cas, comporte un versant descriptif : être jaune pour un citron ; et un versant prescriptif (que trop de linguistes se hâtent d’oublier) : être soumise pour une femme. Être une femme « normale », ce serait donc être « une femme soumise ».

39Autrement dit encore, le stéréotype vise un objet du monde, mais implique (ou suppose, ou impose) ce que Wittgenstein appelait « une théorie sur le monde » et ses objets : sur les citrons, les Noirs, les Juifs, les femmes, etc. Hilary Putnam trouve la formule « un peu pompeuse », appliquée à l’eau ou aux citrons. Est-ce si sûr ? Tout change, on vient de le voir, si l’on s’intéresse aux femmes, ou si l’on admire les drapeaux.

40Reprenons, par exemple, l’entrée du Petit Robert, pour la reformuler sous la perspective de Putnam :

(20) 1. Marqueur syntaxique : nom masculin, commun ; concret ; comptable.
  2. Marqueur sémantique : objet fabriqué, en étoffe, inanimé (/non-humain/ ; /non-animal/).
  3. Stéréotypes associés : Patrie, respect, culte ; (Mourir (essentiellement « prescriptif ») pour le drapeau).
  • 12 Georg Von Wright, Norm and Action, London, Routledge and Kegan Paul, 1963.

41Comme on voit, l’organisation du tout permet à la fois de viser un objet et d’établir une « théorie » (ou représentation) du drapeau ; étant entendu que tout citoyen peut accorder la description de l’objet dénoté, sans admettre « obligatoirement » la théorie qu’une institution comme l’Armée cherche à imposer. C’est qu’il faut soigneusement distinguer règles linguistiques et normes sociales ; en éclairant la faiblesse cachée des normes. Georg Von Wright12 a montré en effet que toute norme s’articule en norme primaire : ce qu’il faut faire (e.g. « dire bonjour à la dame ») et en norme secondaire : comment il faut faire (« lui tendre la main droite »). Il suit que l’énoncé d’une norme explicite ipso facto la manière de la transgresser : si l’on apprend à un enfant qu’« il faut tendre la main droite pour dire bonjour », on ne lui cache pas la volupté de tendre la main gauche. Au contraire. C’est pourquoi établir une norme impose aussi de mettre en place un arsenal de sanctions ; même si les institutions préfèrent le respect « spontané ».

42Il n’est donc pas impossible de transgresser les normes ; à ses risques et périls : un « mauvais esprit » peut toujours « dissocier », disait Gourmont, un stéréotype. Une idée reçue, c’est toujours une idée à recevoir ; à mettre en pratique. Les stéréotypes prescriptifs sont « orientés vers l’action ». Associer la femme et la soumission, c’est déterminer un comportement autant qu’une évaluation : pour une femme, se soumettre c’est se comporter comme une femme doit se comporter ; comme une femme « normale ». Au rebours, refuser la norme ou la transgresser, c’est se conduire comme « un mauvais sujet », un vaurien, un mauvais citoyen, une mauvaise épouse, une mauvaise mère ; un mauvais maître, etc.

Fermeture – ou l’enfermement

  • 13 Alfred Jarry, La chandelle verte, Paris, Le Livre de Poche, 1969.

43Même si les bien-pensants ne manquent pas non plus, le discours littéraire n’a jamais manifesté un respect immodéré pour les stéréotypes imposés. Alfred Jarry13, entre autres, a réussi plusieurs dissociations réjouissantes dont voici quelques exemples.

44Il est assez facile d’abord d’évaluer les effets résultant de la Passion du Christ, quand elle est « considérée comme une (simple) course de côtes » : on voit Jésus, « les deux mains écartées sur son guidon » ; le reportage peut commencer : « Jésus, très en forme, démarra, mais l’accident de pneu arriva tout de suite. Un semis d’épines cribla tout le pourtour de sa roue avant » ; etc.

  • 14 Ibid., p. 81.

45Il est aussi de bon ton d’associer armée et courage. Pour rendre à César ce qui lui revient, il suffit d’une bonne définition : « Le courage est un état de calme et de tranquillité en présence d’un danger, état rigoureusement pareil à celui où l’on se trouve quand il n’y a pas de danger » ; et d’un exemple qui distingue : « Gérard le Tueur de lions oubliait le fauve pour songer au prestige de la France relevé par lui aux yeux des Arabes14. »

  • 15 Ibid., p. 191.

46Transformons maintenant un marqueur sémantique ; en passant par exemple d’un trait /Non-Animé/aux traits/Animé/, /Animal/, nous obtiendrons évidemment un autre nom : « Quand l’animal a pris (une) posture menaçante, l’un des piqueurs pousse un cri convenu : Au drapaud15 ! » Même « la plus grossière linguistique » dirait Jarry permet de définir, au moins en première approximation, le substantif drapaud (à comparer naturellement avec drapeau) :

(21) 1. Marqueur syntaxique : nom masculin commun ; concret ; comptable.
2. Marqueur sémantique : espèce naturelle ; animé ; animal.
3. Stéréotype normatif
a. descriptif : gibier ; on le chasse ; couleur : bariolé.
b. prescriptif :
1) Cri requis : Au drapaud ! (sur le modèle de « Au voleur ! », « A l’assassin ! »)
2) pour le mettre en fuite, il s’impose d’user « d’une musique

47Voilà qui illustre, semble-t-il, les effets particuliers obtenus si l’on s’en prend aux marqueurs sémantiques : on se trouve devant une autre unité lexicale ; et on se trouve contraint de formuler d’autres stéréotypes.

48Au vrai, il n’est pas sans danger de mettre au jour les fondements arbitraires, ou sociaux, des stéréotypes prescriptifs. Que l’on songe, sans frémir outre mesure, à Sade qui mit ses forces à dissocier les stéréotypes les plus sacrés, ceux qui associent non sans complaisance vertu et récompense, vice et châtiment, loi et justice, Nature et bonté morale, Devoir et bonheur, ou Dieu et bonté, etc. Robespierre n’a pas aimé « l’Être suprême en méchanceté » : Sade faillit perdre la tête. Et plus généralement il devenait « infâme » de tenir qu’on pût, selon la formule de Jacques Lacan, « être bien dans le mal ». Le prix à payer est trop connu pour qu’on y insiste longuement : vingt-sept ans de prisons ; dont treize à Charenton au milieu des malades mentaux : Sade, on le sait de reste, passait pour « un monstre » ; anormal en un mot. D’autres régimes, plus tard, inventeront des hôpitaux psychiatriques pour tenter de réduire les opposants qui refusaient de vénérer les pères du peuple. Faut-il continuer ?

49Dernière question tout de même : Faut-il douter de tous les stéréotypes ? Ne peut-on concevoir de « bons » stéréotypes ? A cette question, Voltaire avait déjà répondu, d’un trait : « Il y a de très bons préjugés » – et de très bons stéréotypes –, « ce sont ceux que le jugement ratifie quand on raisonne ».

Notes

1 Ruth Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

2 Umberto Eco, De Superman au Surhomme, Paris, Grasset, 1993.

3 Remy de Gourmont, La culture des idées (1899) : « La dissociation des idées », Paris, 10/18, 1983.

4 Je souligne.

5 Voir Ruth Amossy, op. cit., p. 98.

6 Hilary Putnam, « The meaning of ‘meaning’ », Philosophical papers, vol. 2, Cambridge, Cambridge up, 1975 ; « Is semantics possible ? », Philosophical papers, vol. 2 ; Représentation et réalité, Paris, Gallimard, 1990 ; Le réalisme à visage humain, Paris, Le Seuil, 1994.

7 Denis Slakta, Sémiologie et grammaire de texte, Nanterre, Paris x, 1981.

8 Dernière édition en cours.

9 Édition de 1993. On résume un peu.

10 Dans ses différents ouvrages cités à la note 6.

11 Ruth Amossy, op. cit., p. 29.

12 Georg Von Wright, Norm and Action, London, Routledge and Kegan Paul, 1963.

13 Alfred Jarry, La chandelle verte, Paris, Le Livre de Poche, 1969.

14 Ibid., p. 81.

15 Ibid., p. 191.

Author

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1994

Terms of use: http://www.openedition.org/6540