Version classiqueVersion mobile

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

Les formes : continuité et renouvellements

Modèles classiques de l’hexamètre historiographique normand

Edoardo D’Angelo

Résumé

Cet article propose une analyse métrique de la production en vers dactyliques (hexamètres stichiques et distiques élégiaques) dans les œuvres historiographiques (poèmes en vers ou prosimètres) écrites en Normandie, Angleterre et Italie méridionale entre le Xe et le XIIe siècle. Sont soumises à examen les œuvres des écrivains suivants : Dudon de Saint-Quentin, Serlon de Bayeux, Geoffroi Malaterra, Guillaume de Pouille, Raoul de Caen, Étienne de Rouen, Henri de Huntington et Pierre d’Éboli.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mises à part quelques rares exceptions, il n’existe pas d’étude sur la versification latine médiévale provenant de l’espace géographique normand. Il est d’ailleurs difficile de délimiter de façon précise et sans appel un espace culturel qui, durant le Moyen Âge, puisse être, à proprement parler, appelé « normand », surtout après les conquêtes de l’Angleterre et de l’Italie méridionale, la fondation de la principauté d’Antioche, et en raison de la migration de nombreux lettrés originaires du monde anglo-normand dans différents points de l’Europe (Espagne, France méridionale), mais pas uniquement (royaume de Jérusalem, etc.). Les rapports très étroits que la Normandie entretenait avec les centres de culture de la vallée de la Loire ainsi qu’avec la Bretagne compliquent encore plus l’identification d’un tel espace.

Il est évidemment possible d’établir quelques lieux sûrs : la culture normande est identifia...

Auteur

Edoardo D’Angelo, docteur de la Sorbonne (EPHE), est professeur de philologie latine médiévale à l’université de Naples Suor Orsola Benincasa. Il a bénéficié d’une chaire d’excellence à l’université de Caen Basse-Normandie. Il a publié quatorze monographies et plus de cent articles dans des revues et des volumes de Mélanges. Parmi les monographies, il s’est occupé notamment des éditions critiques du Chronicon Beneventanum de Falcon (Sismel – Edizioni del Galluzzo, 1998), du Waltharius (Luni, 1999), du Liber Gomorrhianus de Pierre Damien (Edizioni dell’Orso, 2001), de l’œuvre hagiographique de Pierre Sous-Diacre (Sismel – Edizioni del Galluzzo, 2002), de l’Historia de via Ierosolymitana (Florence, 2009), de la Vita Griphonis preceptoris (Spoleto, 2011), et du Tancredus de Raoul de Caen (Brepols, 2011).

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search