Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle)

 | 
Pierre Bauduin
, 
Marie-Agnès Lucas-Avenel

La matière historique

L’histoire antique à l’époque anglo-saxonne tardive

Yann Coz

Résumé

Dans la culture anglo-saxonne tardive, l’historiographie antique voit sa place et son rôle évoluer : alors que, depuis l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable, le passé romain de l’île était un élément fondateur de l’identité collective des Angles et des Saxons, le développement d’une littérature vernaculaire et l’affirmation d’une monarchie unifiée autour d’une famille royale, soucieuse d’exalter son passé glorieux, tendent à faire perdre à l’Antiquité de son importance. Moins comprise, soumise à interprétation héroïque, elle n’est plus la référence indépassable qu’elle constituait deux siècles auparavant.

In the late Anglo-Saxon culture, ancient historiography saw its place and its role evolve : while, since the Ecclesiastical history of the English people by the Venerable Bede, the Roman past of the British Isles was a foundational element for the collective identity of the Angles and Saxons, the development of a vernacular literature and the assertion of a unified monarchy around a royal family concerned about the exaltation of its glorious past, tended to push Antiquity into the background. Not as well understood as before, subjected to heroic interpretation, it was no longer the unsurmountable reference it had been two centuries before.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Traiter de l’histoire antique en Angleterre anglo-saxonne dans un volume consacré à l’historiographie normande se justifie de deux manières : par comparaison, puisque les Anglo-Saxons ont en commun avec les Normands, à l’inverse des Francs, d’être arrivés et de s’être installés sur des territoires qui n’étaient plus sous domination romaine. Certes, la chronologie et les conditions de ces conquêtes divergent, mais il était impossible à ces deux peuples de se présenter comme les continuateurs des Romains, ce que pouvaient faire par exemple les Francs. La deuxième justification est l’étroitesse et l’ancienneté des relations anglo-normandes, la Manche n’ayant jamais constitué une barrière infranchissable durant le haut Moyen Âge. Après 1066, et donc hors du champ chronologique ici retenu, les deux traditions historiographiques confluèrent et donnèrent naissance à la grande historiographie anglo-normande de Guillaume de Malmesbury et Henri de Huntingdon.

Pour comprendre la place attribuée...

Auteur

Yann Coz, ancien élève de l’École normale supérieure de Paris, agrégé d’histoire, a soutenu en 2007 une thèse sur l’image de la Rome antique chez les Anglo-Saxons (Rome en Angleterre. L’image de la Rome antique dans l’Angleterre anglo-saxonne, du VIIe siècle à 1066, Garnier, 2011). Il est aujourd’hui élève à l’ENA.

© Presses universitaires de Caen, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540