Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La Publication périodique

« There’s no such thing as an Honest Ulsterman »

La revue The Honest Ulsterman

Maryvonne Boisseau

Texte intégral

  • 1 Tom Clyde, Irish Literary Magazines. An Outline History and Descriptive Bibliography, Dublin, Iris (...)

Alors que l’ombre de son fondateur, James Simmons, plane toujours sur la revue et que pèse encore la très importante contribution de Frank Ormsby, il apparaît évident qu’une nouvelle période s’ouvre pour The Honest Ulsterman (HU) qui continuera d’être la revue de référence du nord de l’Irlande1.

1C’est ainsi que Tom Clyde, optimiste, terminait sa présentation de la revue HU dans son ouvrage consacré aux revues et périodiques publiés en Irlande depuis le xviiie siècle. En 2003, année de la publication de cet ouvrage, le dernier numéro répertorié était le numéro 107, paru en avril 1999. Il n’y eut que quatre numéros supplémentaires ; le dernier, paru en 2003, était un hommage à James Simmons lui-même, décédé en 2001. Déclin précipité en fin de parcours ou difficultés endémiques aboutissant à la disparition de la revue, ou bien encore sort inéluctable de ce genre de publications, là n’est pas la question pour l’instant. L’intérêt réside dans le fait que l’ensemble des numéros de la revue constitue désormais un « corpus » fini, et fourni, de textes divers constituant en soi un objet d’étude.

2Tout le problème est de savoir comment aborder ce matériau. La question se pose sans doute d’ailleurs pour toute cette production littéraire souvent considérée comme marginale, anecdotique ou exotique et disparate, puisqu’elle comprend aussi bien le « petit » journal étudiant que la revue spécialisée luxueuse sur papier glacé. Cependant, The Honest Ulsterman se démarque d’emblée de bon nombre d’autres revues du même genre par sa longévité, puisque sa parution s’étend sur trente-cinq années, de 1968 à 2003. De plus, la phrase de Tom Clyde précédemment citée nous donne, à son sujet, mais aussi de façon générale, plusieurs indications sur un certain nombre d’éléments à intégrer dans une problématique visant à dégager notamment l’histoire de la revue elle-même, en l’articulant au contexte intellectuel et littéraire, à l’environnement social et à l’arrière-plan politique :

  • le poids des éditeurs (« l’ombre de son fondateur, James Simmons », « la contribution très importante de Frank Ormsby ») ;
  • les changements (« une nouvelle période s’ouvre ») ;
  • la qualité et la réputation de la revue (« la revue de référence du nord de l’Irlande »).
  • 2 Les mots « nation », « petit État », « région », « province », « communauté » sont tour à tour uti (...)

3En d’autres termes, la prise en compte de ces éléments et leur insertion dans un champ plus large nous améneront d’abord à décrire une revue dont on reconnaît généralement l’importance, puis à considérer son rôle dans une société aux prises avec la haine, le sectarisme et la violence pendant de longues années. Comment cette revue a-t-elle construit à la fois son image et son public ? Comment a-t-elle capté et reflété l’humeur littéraire et culturelle du nord de l’Irlande, tout en la façonnant ? Comment a-t-elle pu échapper ou résister aux pressions de la politique tout en se montrant attentive aux enjeux locaux, nationaux, européens qui, de près ou de loin, ne laissaient pas d’interpeller poètes, écrivains, critiques, intellectuels ? Des questions au problème, nous avancerons alors l’hypothèse que la revue The Honest Ulsterman est, à elle seule, an Ulster imagined, construisant un discours pour une « nation », ou pour le dire de façon plus neutre, pour une « communauté » idéale, si tant est que ce mot de « communauté »2 puisse être neutre en Irlande du Nord. Néanmoins, c’est en ce sens que son discours, littéraire, réputé apolitique, prend un sens politique, dans l’acception générale du terme, et que son influence déborde alors son lectorat. En quelque sorte elle devient, potentiellement, un contre-pouvoir, ou l’expression d’un contre-pouvoir, soit en termes de résistance soit en termes d’innovation (c’est une dimension à approfondir), et sa longévité en tant que little magazine (« petite revue ») dépend alors en partie de l’évolution des conditions socio-politiques et culturelles qui déterminent son existence. Nous rejoignons sans doute en partie, ou nous exprimons autrement, la thèse développée par Malcolm Ballin qui situe son propos dans la perspective d’une théorie des genres en phase avec l’évolution politique de ces dernières années en Grande-Bretagne, évolution marquée par la « dévolution », et qui écrit ceci :

  • 3 Malcolm Ballin, Irish Periodicals 1937-72 : Critical Contexts, Genre Formations and Cultural Compa (...)

Je défendrai la thèse que les genres des périodiques entrent dans une évolution qui est parallèle aux pressions exercées en vue de la dévolution des pouvoirs, au sens politique du terme3.

4C’est donc en étudiant le discours lui-même qu’il conviendra de dégager la spécificité de la revue, étant entendu que ce qui caractérise les « petites revues », c’est l’hétérogénéité du discours, ou des discours, en raison de la variété des auteurs, de la diversité des genres représentés dans la revue, depuis la poésie jusqu’au courrier des lecteurs en passant par la critique littéraire, plus ou moins journalistique, plus ou moins académique, en raison aussi de l’image instable que la revue se fait de son lectorat.

Description

  • 4 Cet extrait figure, dans une version remaniée par l’auteur, dans son article publié dans ce même vo (...)

[…] Peu épais, léger, de la couleur sur la couverture, une assez mauvaise qualité d’impression, ce périodique propose un mélange de textes de poésie, de fiction et d’essais. Le titre est quelque peu humoristique et les collaborateurs, bien que nommés, ne sont pas immédiatement reconnus. Son prix, modique, est clairement indiqué. Cela serait-il une « petite revue » du xxe siècle ? Si oui, elle contiendra vraisemblablement des opinions dissidentes et peut-être des formes artistiques expérimentales. Se la procurer sera, pour celui qui l’achète, une marque d’appartenance à un groupe minoritaire. L’aspect de la revue a, peut-être, l’air un peu provisoire. Sa présentation laissera entendre qu’on y critique les valeurs établies4.

  • 5 Les variations du nom semblent refléter l’instabilité de la revue à deux niveaux : celui des rédact (...)
  • 6 On rappellera qu’une livre comprenait vingt shillings (notés /-), chacun comprenant douze pence (n (...)

5Ce scénario correspond peu ou prou à la description que l’on peut faire de la revue The Honest Ulsterman, en particulier à ses débuts. Publiée sous un format A5 avec de la couleur sur la couverture (selon les numéros), et une qualité d’impression et de présentation loin d’être parfaite (même si au fil des années son apparence s’est sensiblement améliorée), elle offre aux lecteurs un éventail de textes divers, privilégiant d’emblée la poésie nouvelle, inédite, prometteuse. Elle a aussi revendiqué très tôt l’ouverture sur toutes les formes d’art, notamment le théâtre quand la scène de Belfast ne rencontrait guère de public. Quant à son nom, il s’entend, en effet, comme une plaisanterie, qui a d’ailleurs immédiatement appelé la proposition inverse (ainsi, le titre de cet article). Ce nom, à la fois sérieux et humoristique, a assurément contribué à l’identité de la revue dès le départ et l’ironie de l’oxymore que certains (les initiés peut-être) y ont vue, méritera qu’on s’y attarde. Il se doublait d’un sous-titre, « A Monthly Handbook for a Revolution », qui annonçait la périodicité de la revue mais aussi son orientation, envisagée, espérée, voulue par James Simmons, son fondateur, à la personnalité fantasque, imprévisible, attachante et irritante. Toutefois, ce sous-titre, comme le nom, n’était pas à prendre au pied de la lettre : à demi sérieux, il se faisait l’écho de l’air du temps, de l’effervescence des années soixante tant aux États-Unis qu’en Angleterre, en France et un peu partout en Europe. Et si le premier numéro paraît en mai 1968, sans doute n’y a-t-il là qu’une de ces coïncidences qu’on est toujours enclin, après coup, à interpréter nostalgiquement dans le « bon sens », pour ainsi dire, un sens quelque peu « romantique ». La France et ses événements étaient, selon un certain nombre de témoignages, relativement loin de l’Irlande du Nord, en tout cas de ses préoccupations. L’ensemble, nom et sous-titre, manifestait plutôt, à certains égards, une certaine vision du rôle d’une « petite revue », plus romantique, plus idéaliste, que véritablement révolutionnaire, assignant à la littérature, et plus particulièrement à la poésie, le pouvoir de changer la société et le monde. Le sous-titre en particulier affichait donc, mi-figue, mi-raisin, une ambition messianique (mais aussi pragmatique, après tout c’est un manuel, « a handbook »), qui dépassait sans doute le format de la revue elle-même. C’est d’ailleurs l’un des traits caractéristiques du genre, que d’excéder les ambitions qu’il se donne. Ce sous-titre, devenu problématique dans le contexte politique d’alors sera abandonné lorsque James Simmons passera la main à un autre rédacteur en chef après deux années d’investissement personnel, au sens propre et au sens figuré, dans une aventure enthousiasmante mais soumise aux aléas d’une conjoncture peu favorable. Plus tard, The Honest Ulsterman deviendra HU, dans l’espoir que le simple acronyme d’un nom devenu trop familier masquera certaines de ses connotations initiales et « accrochera » davantage, tout en conservant son identité5. Son prix, 3/-, est resté inchangé jusqu’en 1972, époque du passage de la Grande-Bretagne au système décimal. Il est alors devenu 15p ou 30p selon que le numéro était simple ou double, pour passer à £1.50 à la fin des années quatre-vingt et £2.50 pour les derniers numéros6. Dès 1970, la revue a été subventionnée par l’Arts Council d’Irlande du Nord, ce qui ne veut pas dire que l’obtention de ces subventions était facile. Toutefois ce soutien financier de l’Arts Council, aussi insuffisant fût-il, a été constant et a permis à la revue de survivre. Un autre apport financier, sans doute modeste, provenait des quelques encarts publicitaires paraissant dans la revue, et cela dès les premiers numéros.

  • 7 Il faut également souligner le rôle formateur non négligeable de ce qu’on a appelé « The Belfast G (...)

6Quant aux auteurs, qu’ils soient poètes, critiques ou traducteurs, c’est finalement sur eux que reposait la vitalité de la revue. De la qualité de leur production dépendait en grande partie la fidélisation ou non des lecteurs, l’autre nécessité vitale pour assurer sa pérennité. Il serait fastidieux de donner ici une liste des auteurs mais on retrouve, parmi les poètes et critiques, des noms désormais familiers. Seamus Heaney, Michael Longley, Derek Mahon, Paul Muldoon, Ciaran Carson, Robert Greacen, James Simmons et Frank Ormsby ont été des valeurs sûres et fidèles et la revue leur a souvent servi de tremplin pour la première publication d’un poème avant que celui-ci ne trouve sa forme définitive dans une publication ultérieure. En ce sens, la revue était bien un espace ouvert à l’expérimentation, au ballon d’essai, à l’imagination7. On y signait de son nom ou d’un pseudonyme. On y tançait son voisin car elle était aussi une sorte de forum où chacun pouvait donner libre cours à son humeur critique, ou bien user de son droit de réponse pour fustiger, ou rectifier le tir, quand trop d’agressivité dans le style s’apparentait à de l’éreintage gratuit. Deux exemples viennent à l’esprit :

7– le premier est une réaction de Heaney lui-même au style adopté par Michael Foley, qui avait succédé à James Simmons et qui, si l’expression a un sens dans ce contexte, se voulait plus royaliste que le roi, exacerbant par sa prose d’une agressivité toute adolescente les contradictions d’une situation générale tendue et désespérée. Heaney écrivait donc ceci :

  • 8 Seamus Heaney, The Honest Ulsterman, n° 31, Nov.-Dec. 1971, p. 7 : « Your prose style, I must say, (...)

Le style de votre prose, je dois l’admettre, est excellent,
instrument parfait pour le coup mortel ou le soufflet cinglant
mais tout ce courage, quand il faut y aller
est-il chevillé par du vrai de vrai ou quelque godemiché8 ?

8Ce n’est pas de la prose, c’est écrit en vers, et ce n’est là qu’une strophe, de ce qu’on pourrait appeler un poème d’opinion ;

  • 9 Edna Longley, « Fire and Air, The Snow Party by Derek Mahon », et Ciaran Carson, « Escaped from th (...)

9– le second exemple est une critique sévère, sinon féroce, de Ciaran Carson, à l’encontre du recueil de poèmes de Seamus Heaney intitulé North, paru en 1975, et quelques remarques d’Edna Longley qui, dans le même numéro9, conclut son propre compte rendu critique de The Snow Party de Derek Mahon, également paru en 1975, en comparant les deux recueils et en reprochant à Heaney de tomber dans le piège facile des clichés. Cette année-là, marquée par une victoire politique des unionistes qui remportent un succès électoral et la fin du statut spécial des terroristes emprisonnés, est une année importante dans l’histoire du conflit. C’est, incontestablement, l’un des moments où l’on saisit que la revue n’échappe pas à l’expérience de la guerre en Irlande du Nord, à l’expérience des « Troubles », en dépit de l’ailleurs qu’elle cherche à construire, de l’espace autre qu’elle invente, participant plus ou moins clairement à la reconfiguration d’une géographie bousculée par l’écart apparu entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne, la haine entre deux communautés, et une certaine porosité de la frontière Nord-Sud.

10Il faut enfin, pour terminer cette description, signaler une rubrique spéciale intitulée la « Business section ». Elle apparaît pour la première fois dans le numéro 29 de juillet-août 1971 et ne disparaîtra jamais. Elle est sans doute l’une des rubriques qui distingue The Honest Ulsterman d’autres revues par sa régularité, sa longévité, la constance dans la forme (le long « essay ») et le ton, sûr de ses jugements et sans nuances. S’intéressant aux arts en général, son auteur, qui signe Jude the Obscure, discourt en toute liberté sur les grands écrivains (Joyce et Beckett, par exemple), sur la musique (classique ou le jazz), la peinture, ou tout autre sujet, comme s’il se voulait « l’honnête homme », au sens des Lumières, de The Honest Ulsterman, ajoutant par cette prétention, nous semble-t-il, encore un peu de dérision au nom lui-même.

  • 10 En voici quelques exemples : James Simmons, Songs for Derry, Paul Muldoon, Knowing my Place (dates (...)

11Sept rédacteurs en chef sont intervenus dans la gestion de la revue, travaillant seul ou à deux, voire à trois lorsque Tom Clyde était éditeur. Deux périodes se détachent : les deux premières années (1968-1969) sous la houlette de James Simmons et les années 1972-1985 avec Frank Ormsby qui a dirigé, seul, quelque quarante numéros (n° 35 à n° 74), ajoutant à la revue proprement dite une série de fascicules de poèmes (« pamphlets ») qui confirmaient la vocation poétique de la revue10, spécialisant aussi certains numéros comme celui consacré à Louis MacNeice (n° 73) ou cet autre en mémoire de John Hewitt (n° 84, en collaboration avec Robert Johnstone). Cette longue période pendant laquelle Ormsby a dirigé la revue est en général, et à juste titre sans doute, considérée comme sa période faste. Les autres périodes sont plus instables et la revue, moins régulière, de qualité plus inégale, donc moins lue, tangue dangereusement jusqu’à disparaître complètement.

An Ulster imagined ou le temps des illusions

12C’est à dessein que nous mentionnons John Hewitt et Louis MacNeice. En effet, le sentiment que le Nord était un désert culturel, une terre ingrate peu propice à l’émergence d’une littérature riche – l’adjectif qui revient souvent lorsque l’on décrit la vie littéraire d’alors en Irlande du Nord est barren –, est indirectement démenti par cette présence conjointe des deux poètes dès le premier numéro. Ils représentent l’un et l’autre le sentiment identitaire écartelé que James Simmons exprime dans le long éditorial du premier numéro. Leur présence est donc une manière de revendiquer une filiation littéraire et une histoire. La couverture du premier numéro qui, incidemment, est « ratée », montre en arrière-plan une de ces hautes tours celtes, dont l’un des plus beaux spécimens se trouve à Antrim, érigées, dit-on, pour se défendre des invasions et stocker des vivres si nécessaire, et en premier plan le visage de MacNeice. L’une et l’autre image devaient se superposer et la surimpression aurait manifesté la double appartenance britannique et irlandaise, ou saxonne et celte. Ce souci identitaire transparaît dans la volonté d’ancrer la revue en Ulster, pour reprendre la dénomination même de Simmons :

  • 11 James Simmons, The Honest Ulsterman, n° 1, May 1968, p. 6 : « […] the magazine originates in Ulste (...)

[…] la revue prend sa source en Ulster, elle offre une occasion unique pour les écrivains d’Ulster et pour les lecteurs d’Ulster. On la lira ici et là dans le monde : mais si elle doit avoir une influence profonde, c’est en Ulster que cette influence a le plus de chances de s’exercer11.

13Toutefois, le sommaire de ce même premier numéro invite à lire cette déclaration non pas comme un repli sur soi mais, au contraire, comme un appel à une prise de conscience de la complexité du sentiment d’identité propre aux habitants d’Ulster. En effet, dès ce tout premier numéro, figurent parmi les noms désormais familiers de Derek Mahon, James Simmons, John Hewitt, ceux de Brendan Kennelly, Stevie Smith et Gavin Ewart. Pour Simmons, c’est grâce à la littérature que l’individu, l’homme de la rue, comprendra cette complexité et agira :

  • 12 Ibid., p. 5 : « My analysis explains my action in starting the magazine, and hereafter what appear (...)

Mon analyse explique mon initiative de lancer cette revue, et désormais ce qui apparaîtra dans les pages de cette revue sera de la littérature, un discours inspiré par ce que l’on ressent, éveillant chez le lecteur des émotions, lui proposant du vécu, lui inspirant des actions fondées sur son propre sentiment. Du moins, c’est ce que j’espère12.

  • 13 Ces revues ne se ressemblent certes pas. Cependant, The Honest Ulsterman s’inscrit sans doute dans (...)

14Émotion, sentiment, honnêteté, action, les ingrédients d’une littérature engagée qui d’emblée se positionne à côté de la politique sont là, mais la suspicion et la violence auront, à terme, raison de cet enthousiasme. Car, paradoxalement la revue ne s’engage pas (c’est l’un des reproches que l’on adressera aux poètes de cette génération), et ce n’est donc que de manière oblique que la revue, usant généralement de la dérision, inscrira sa production dans l’histoire du conflit qui constitue, nous l’avons déjà dit, l’arrière-plan dramatique de cette production. La stratégie de la revue a été en quelque sorte de se protéger de « l’infection » de la violence en restant au-dessus de la mêlée. À certains égards, héritière des revues Lagan (1943-1945) et Rann (1948-1953)13, The Honest Ulsterman s’est exceptionnellement maintenue jusqu’à une date récente mais le temps des illusions était bel et bien fini.

15Ce survol ne permet pas de tirer des conclusions définitives. Tout au plus peut-on formuler quelques remarques : les relations entre la littérature et la politique à travers le projet de la revue et le contexte dans lequel il a vu le jour sont encore à évaluer plus finement. De même la revendication d’une fidélité à l’esprit initial mérite d’être mise à l’épreuve de l’analyse et l’on peut se demander si la construction identitaire espérée par James Simmons ne s’est pas diluée dans l’ouverture à l’Europe et au monde, dans la distension de la frontière entre Nord et Sud, déplaçant alors la vérité du discours ailleurs.

16En tout cas, il y avait de l’utopie dans le projet, et l’utopiste, d’abord préoccupé de l’accueil, ou de la réception, du discours qu’il tient, s’inquiète de déclarer son honnêteté :

Voyez-vous, je tiens vraiment à l’exactitude des faits que je présente et, lorsque je ne suis pas sûr, si je suis amené à dire des mensonges, ce sera à mon corps défendant car je préfère de beaucoup que l’on me croie honnête plutôt qu’intelligent.

  • 14 Thomas More, « More’s Letter to Peter Gilles », in Utopia [1965], Paul Turner (trad.), Londres, Pe (...)

17C’est Thomas More, l’auteur d’Utopia, qui écrit cela dans la lettre adressée à son ami, Peter Gilles, lettre qui figure en guise d’avant-texte, ou d’avertissement au lecteur, avant le récit lui-même14. Il y avait donc aussi sans doute une fausse naïveté, certes mêlée de sincérité, et l’espoir de réformer par le seul pouvoir des mots une société rongée par le sentiment d’infériorité et de subordination à un pouvoir éloigné des réalités du pays, déprimée par le marasme économique, le sectarisme, la violence et l’engrenage de la violence.

  • 15 James Simmons, The Honest Ulsterman, n° 1, May 1968, p. 6 : « Perhaps it is a Puritan streak in me (...)

Peut-être est-ce un fond de puritanisme en moi qui me fait dire tant de choses à propos du courage et de l’honnêteté mais rien sur la beauté et la joie… l’avers et le revers des mêmes médailles15,

18écrit encore Simmons dans son premier éditorial. Réintroduire, dans la revue et dans la société tout à la fois, la beauté et le rire allait sans doute sans dire, c’était là affaire de poésie et de littérature.

Notes

1 Tom Clyde, Irish Literary Magazines. An Outline History and Descriptive Bibliography, Dublin, Irish Academic Press, 2003, p. 256 : « While still not clear of the shadow of either Simmons’s founding efforts or of Ormsby’s massive contribution, it is clear that a new phase in the life of HU has begun, and that it will continue as the North of Ireland’s preeminent literary magazine. » Dans cet ouvrage, Tom Clyde recense les bibliothèques qui détiennent tout ou partie de la collection (p. 252).

2 Les mots « nation », « petit État », « région », « province », « communauté » sont tour à tour utilisés pour désigner l’Irlande du Nord. De même, il n’est pas indifférent de parler du « nord de l’Irlande » (the North of Ireland) ou de l’» Irlande du Nord ». Chacune de ces expressions renvoie à une certaine idée de l’Irlande du Nord et elles sont donc politiquement marquées. Leur emploi, dans la neutralité de leur acception linguistique, ou dans la réalité de leur délimitation géographique, est presque impossible. C’est pourtant ainsi qu’il faut les entendre dans cet article d’introduction à une étude plus approfondie.

3 Malcolm Ballin, Irish Periodicals 1937-72 : Critical Contexts, Genre Formations and Cultural Comparisons, thèse, université de Cardiff, School of English, Communication and Philosophy, soutenue le 20 août 2002, 399 p. (dactyl.), p. 2 : « I shall argue that periodical genres enter into a process that is parallel to the pressures towards devolution in a political sense. »

4 Cet extrait figure, dans une version remaniée par l’auteur, dans son article publié dans ce même volume. Ci-après la version originale de l’extrait cité dans le présent article : « This periodical is slim, physically lightweight, with a colourful cover, rather poorly printed. The text presents a mixture of poetry, fiction and essay styles. The title has a jocular ring to it, the contributors, though named, are not immediately familiar. The price is low and clearly marked. Could this be a “little magazine” of the twentieth century ? If so, it is likely to contain dissident opinions and perhaps experimental art-form. Buying it will mark the purchaser as a member of a minority group. The periodical may have an air of the temporary about it. Its appearance will suggest an implied critique of established values. » (ibid., p. 31-32).

5 Les variations du nom semblent refléter l’instabilité de la revue à deux niveaux : celui des rédacteurs en chef et celui de la réception d’une revue qui n’a jamais été assurée de son public. Entre 1969 et 1972, avec Michael Foley comme rédacteur en chef, l’acronyme HU apparaîtra sur la couverture ainsi que le nom complet, The Honest Ulsterman. Frank Ormsby (1972-1989) maintiendra le nom initial, sans l’acronyme. Par contre, avec Tom Clyde (qui dirigera la revue à partir de 1994), le déterminant et le nom in extenso disparaîtront complètement. En hommage à James Simmons, pour le tout dernier numéro, Ruth Hooley reprendra la version initiale.

6 On rappellera qu’une livre comprenait vingt shillings (notés /-), chacun comprenant douze pence (notés p). Depuis le passage au système décimal (1971), la livre (notée £) équivaut à cent pence. Trois shillings (3/-) étaient donc équivalents à quinze (nouveaux) pence (15p).

7 Il faut également souligner le rôle formateur non négligeable de ce qu’on a appelé « The Belfast Group ». Certains de ces auteurs se retrouvaient, en effet, dans les années 1965-1970 autour de Philip Hobsbaum, venu d’Angleterre enseigner la littérature à Queen’s University. Ces rencontres étaient l’occasion de débats passionnés et d’échanges poétiques. Le numéro 53 (Nov-Dec. 1973) de la revue lui est consacré.

8 Seamus Heaney, The Honest Ulsterman, n° 31, Nov.-Dec. 1971, p. 7 : « Your prose style, I must say, is excellent, / fit instrument for cheek-slash and death-blow / but is all that courage at the sticking point / screwed up by the real thing or some dildo ? » Notons au passage l’intertexte shakespearien : « Macbeth. – If we should fail ? / Lady Macbeth. – We fail ! / But screw your courage to the sticking-place / And we’ll not fail. […] » (Macbeth, I, vii, 58-61), et la traduction en français : « Macbeth. – Et si nous échouions ? / Lady Macbeth. – Nous échouerons ! / Il suffit de bander la corde de votre courage, / Et nous n’échouerons pas. » (William Shakespeare, Tragédies II, Macbeth [p. 585-727], Jean-Claude Sallé (trad.), Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1995, p. 630631). Une note de bas de page précise le sens de sticking-place : « le point de blocage d’une vis, ou de la cheville d’un instrument de musique » (c’est moi qui souligne). Dans le texte de Heaney, la modulation introduite par la particule adverbiale up à la suite de screw nous a amenée à concentrer sur le mot dildo (« godemiché ») la provocation de l’allusion sexuelle contenue dans le texte.

9 Edna Longley, « Fire and Air, The Snow Party by Derek Mahon », et Ciaran Carson, « Escaped from the Massacre ?, North by Seamus Heaney », The Honest Ulsterman, n° 50, 1975, p. 179-183 et p. 183-186.

10 En voici quelques exemples : James Simmons, Songs for Derry, Paul Muldoon, Knowing my Place (dates de publication non précisées), Ciaran Carson, The Insular Celts, 1973, Derek Mahon, Light Music, 1977. Certains fascicules étaient livrés avec un numéro, surtout au début, d’autres publiés séparément. Cette politique de publications séparées (Ulsterman Publications) s’est poursuivie jusqu’en 1996.

11 James Simmons, The Honest Ulsterman, n° 1, May 1968, p. 6 : « […] the magazine originates in Ulster, it pro-vides a special opportunity for Ulster writers and Ulster readers. It will be read here and there about the world : but if it has any profound effects they are most likely to be seen in Ulster. »

12 Ibid., p. 5 : « My analysis explains my action in starting the magazine, and hereafter what appears in these pages will be literature, language inspired by feeling, awakening feeling in the reader, offering him experience, inspiring him to action based on his own feeling. Or so I hope. »

13 Ces revues ne se ressemblent certes pas. Cependant, The Honest Ulsterman s’inscrit sans doute dans la lignée régionaliste de Rann et partage avec Lagan l’ambition de publier de la « littérature ». Toutes deux ont ouvert la voie à la génération des années soixante, Threshold (1957-1990) et The Honest Ulsterman.

14 Thomas More, « More’s Letter to Peter Gilles », in Utopia [1965], Paul Turner (trad.), Londres, Penguin Classics, 1970, p. 30 : « You see, I’m extremely anxious to get my facts right, and, when in doubt, any lies that I tell will be quite unintentional, for I’d much rather be thought honest than clever » (la première édition, en latin, d’Utopia date de 1516). Dans cette lettre, Thomas More demande à son ami de s’assurer de l’exactitude d’un détail qu’il croit avoir mal enregistré. L’ouvrage Utopia, on s’en souvient, est la transcription du récit de son séjour de cinq années sur l’île de Utopia, prétendument fait par Nonsenso aux deux amis. La revendication affichée d’honnêteté tout comme la forme même du récit construisent l’ambiguïté comme procédé permettant de se protéger. Peut-être est-ce le même ressort qui, de façon plus ou moins calculée, se retrouve à l’œuvre dans le programme que le nom de la revue, The Honest Ulsterman, suggère.

15 James Simmons, The Honest Ulsterman, n° 1, May 1968, p. 6 : « Perhaps it is a Puritan streak in me that has made me say so much about courage and honesty and nothing about beauty and laughter… different sides of the same coins. »

Auteur

Maryvonne Boisseau est maître de conférences à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle où elle enseigne principalement la traduction. Auteur d’une thèse de linguistique et poésie et de plusieurs articles d’analyse linguistique de textes poétiques et de traductions, sa recherche se situe à l’articulation des domaines de la linguistique, de la poésie et de la traduction. Elle est membre des groupes de recherche TRACT de Paris III (Traduction et communication transculturelle anglais-français, français-anglais) et Études irlandaises (Caen – Lille – Paris III).

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540