Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

La société urbaine dans les villes normandes

Les élites sociales et politiques dans les petites villes de Normandie orientale (1450-1540)

Bruno Sintic

Texte intégral

  • 1 E. Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, 2e éd., Paris, Flammarion (Champs), 1969, p. 1 (...)
  • 2 Sources utilisées : – comptabilités : Pont-Audemer, Archives municipales (AMPA), Comptes du (...)

1L’ambition du chercheur en histoire est d’approcher au plus près des réalités humaines, de « regarder agir, lutter, penser les hommes vivants » comme a pu l’écrire Emmanuel Le Roy Ladurie1. D’où le choix de ce sujet d’histoire sociale. Plus que le cadre urbain, sur lequel a porté jusqu’à présent mon travail, c’est la société urbaine que je souhaiterai décrire ici autant qu’il est possible. Cependant, les sources limitent fortement les objectifs initiaux de la recherche. La documentation que j’ai pu dépouiller concernant certaines villes haut-normandes ne renseigne que sur une fraction de la population urbaine. On observe vite que les humbles sont absents des actes notariés, des comptabilités et autres types de documents utilisés et que, pour l’essentiel, c’est la partie « supérieure » des citadins médiévaux que l’on peut entrevoir : responsables administratifs et militaires royaux, clercs, membres de conseils municipaux ou d’institutions ecclésiastiques, administrateurs d’hôpitaux, etc.2. Seuls, les hommes travaillant au transport et à la construction manifestent l’existence du monde des petites gens. Les sources témoignent donc principalement de l’action des catégories aisées et influentes de la société urbaine.

2La documentation ne nous renseigne pas sur toutes les petites villes. Elle est assez abondante pour Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel. Mon propos s’appuiera principalement sur ces quatre cas.

  • 3 Voir les travaux de M. Nortier : « Contribution à l’étude de la population de la Normandie (...)

3Toutes ces villes peuvent être dites villes « secondaires ». Secondaires par leur taille : comprenant entre deux et quatre paroisses, comptant entre 500 et 1 000 feux environ, elles ne peuvent être mesurées à l’aune des effectifs démographiques rouennais3. Elles sont également secondaires par leurs fonctions et leur place dans la hiérarchie administrative de la Normandie : ce sont des villes qui exercent une influence économique sur leur immédiate périphérie rurale, rarement au-delà, et qui sont sièges d’une vicomté, d’un grenier à sel, d’assises secondaires du bailliage, d’un doyenné, mais elles ne sont pas siège d’un bailliage ou d’une élection.

4Quel est donc, dans ces « petites » villes, le profil social des classes dirigeantes ? À quels organes de pouvoir les riches bourgeois ont-ils accès ? Telles sont les interrogations que ce travail cherche à éclairer.

Les élites sociales dans quelques petites villes normandes

5Dans les sources, les indications qui qualifient socialement les personnes sont assez rares. Leur regroupement peut cependant donner une certaine vision de la société urbaine et permettre de définir l’élite sociale des petites villes normandes.

Les mentions sociales utilisées

6Partons des registres des notaires de Neufchâtel, dont on a pu conserver un nombre assez abondant pour les xve et xvie siècles. Dans la majorité des actes, les notaires mentionnent uniquement le nom du contractant et la paroisse où celui-ci est domicilié. Une minorité de ces contractants est cependant socialement définie : les personnes qui ont le plus de biens, qui manient les plus grosses sommes, qui achètent les maisons les plus chères, sont en général qualifiées soit de « noble homme et escuier », soit de « bourgois ». Ces deux termes tracent les contours de l’élite sociale de Neufchâtel et de sa région.

7Si le terme d’« écuyer » est assez connu, celui de « bourgeois » pose problème : il n’est explicité dans aucun document consulté. Comment devient-on « bourgeois » dans nos petites villes ? On ne le sait. Le terme peut être mis en lumière par l’exploration du contenu des actes notariés de Neufchâtel et de quelques autres documents concernant Louviers et Pont-Audemer.

  • 4 Archives municipales de Louviers (AML), fonds de l’Hôtel-Dieu de Saint-Jean, PF 2, ch. (...)

8La formule, couramment utilisée, « les bourgois, manants et habitants de la ville de… », insiste sur la résidence durable d’un homme et de sa famille dans une ville donnée. À Louviers, le bailli de l’archevêque de Rouen fait publier et crier par les carrefours « que chascun chief d’hostel habitant en ladite ville et es fauxbourgs a ce jour et heure se comparussent [en] cette cohue de Louviers »4. Le bourgeois serait donc le « chef d’hostel », celui qui vit depuis longtemps en ville, dont la famille est connue, parfois sur plusieurs générations. Il est l’homme installé, celui qui a « feu » et « lieu », qui réside à l’intérieur de l’enceinte urbaine. Cette population stable s’oppose à tous les hommes errants, migrants et gyrovagues qui composent une partie importante des villes, celles-ci étant traditionnellement alimentées en hommes par les migrations. Les désastres de la guerre de Cent Ans ont encore accentué les flux migratoires et le brassage des populations en Normandie.

9Cependant, les habitants durables d’une ville ne sont pas tous désignés comme bourgeois. D’autres caractères paraissent contenus dans ce terme. Celui-ci renvoie-t-il à un statut juridique ? Impossible de donner une réponse satisfaisante à cette question en raison du silence des sources. En revanche, le terme paraît lié à la profession et au niveau de vie.

Activités professionnelles et sources de revenus

10Dans les nombreux actes notariés dont on dispose, il arrive fréquemment que le terme « bourgois » soit complété par une indication professionnelle, nous renseignant ainsi sur les occupations des bourgeois.

Bourgeois et marchands

  • 5 Un cas exemplaire est celui de Robin Le Bigre de Louviers (ADSM, 2E 14 (...)

11Un aspect important de leur situation provient de leurs activités commerciales. On rencontre, en effet, la mention « bourgeois et marchand », parfois même « bourgeois, marchand et mercier ». Ce type d’indications est plus fréquent après 1500 qu’auparavant, vraisemblablement parce que l’activité commerciale grossit après 1500, que la croissance économique est forte et que, dans ces circonstances, le métier de marchandise est plus « présentable », socialement plus valorisant qu’autrefois. Entre 1450 et 1500, les bourgeois passent devant notaire presque uniquement pour enregistrer leurs transactions foncières, ce qui est un aspect particulier de leur « commerce ». Après 1500, d’autres transactions donnent lieu à des actes notariés, comme l’achat de denrées alimentaires ou de produits de l’artisanat, etc. Dans les registres de 1535 et 1542, on repère facilement la nature du commerce auquel se livrent ces hommes. Ils achètent et vendent de tout : laine, fer, bois, outils, chevaux, vaches, moutons, blé, orge5. Les ruraux viennent en ville pour leur vendre ces diverses denrées, que les bourgeois entreposent dans leur maison. Ces marchandises sont ensuite revendues aux citadins. C’est à la ville, chez le « bourgois et marchand », que le paysan de Fesques, Esclavelles, Londinières ou Bully, villages de la région de Neufchâtel, va pouvoir vendre son orge, sa laine, son bois et faire acquisition de vin, de fer, de drap, de cuir, de chevaux ou parfois même de grains. Par l’intermédiaire de ces bourgeois marchands, la ville est un lieu de redistribution des denrées produites dans la région que la ville domine.

Bourgeois et artisans

  • 6 AMPA, CRV, 1530, fo 13.

12À Neufchâtel, avant 1500, la mention de « bourgois » est assez rarement utilisée à l’égard d’un drapier, d’un teinturier ou d’un tanneur. Après 1500, les mentions comme « bourgois et drapier » ou « bourgois et tenneur » deviennent plus fréquentes. À Pont-Audemer, ces mentions sont rares également, mais les comptes municipaux signalent quelques « bourgois et drapiers » impliqués dans les affaires municipales. Cependant, les choses évoluent : vers 1540, à Neufchâtel, il est plus courant de rencontrer la mention « bourgois et boucher », « bourgois et brasseur », « bourgois et tanneur », « bourgois et coutelier » ; à Pont-Audemer, on rencontre un « maréchal » qualifié de bourgeois, et aussi un « maignan »6. Ces changements sont le reflet de la reprise économique, de la diversification des tâches de l’artisanat urbain, du repeuplement de la ville et de son plat pays, de l’enrichissement de ces professions et de leur respectabilité. Les métiers du bâtiment (maçon, charpentier, couvreur…) ne sont jamais associés au qualificatif de « bourgois ».

13Inversement, les artisans du cuir et du textile sont très présents dans les registres notariés lovériens. De ce fait, Louviers paraît être une ville industrieuse et commerciale où les hommes de métier et les marchands occupent une grande place, alors qu’à Neufchâtel et à Pont-Audemer, villes de vicomté, sièges d’assises, les « gens de justice » sont plus nombreux et semblent dominer l’espace social. Il faut rappeler ici la chronologie. Les troubles de la guerre de Cent Ans ont fortement perturbé l’économie et la démographie normandes. Nous pouvons saisir ces sociétés urbaines grâce à des registres notariés datant des années 1460-1480 pour Neufchâtel, époque du sac de la ville par les troupes bourguignonnes en 1472. Neufchâtel et Pont-Audemer ont probablement vécu dans une sorte d’anémie économique et humaine jusque vers 1480-1490. Dans le cas de Louviers, nos documents sont plus tardifs (1503-1505). Même si Louviers a subi de plein fouet les effets de la guerre vers 1430-1440, la reprise économique semble en avoir effacé les principales traces. Les assises et la vicomté sont installées à Pont-de-l’Arche. Peu de gens de justice donc, et au xvie siècle, la tradition artisanale et textile reprend son cours.

Bourgeois et prêteurs

  • 7 Exemple d’acte de ce type : ADSM, 2E 14 1138, 15 mars 1462, l’avocat Guillaume de Che (...)

14Dans la deuxième moitié du xve siècle, le bourgeois de Neufchâtel ou de Louviers est un homme qui achète des rentes, ce qui signifie qu’il possède de l’argent liquide. Il place cet argent en achetant une rente, par exemple, pour 100 livres à un homme qui s’engagera à payer annuellement 10 livres. Le bourgeois, dans ce cas, est un prêteur d’argent, comme la fourmi de la fable, qui stipule quelquefois dans l’acte notarié que la rente vendue doit lui être rachetée dans deux, trois, quatre ans7, ce qui est pour lui un moyen commode de faire fructifier son argent. Il joue ainsi dans sa ville le rôle d’un petit banquier.

Bourgeois et fermiers des aides

  • 8 Quelques exemples de prix : en 1488 Jehan Marc, de Pont-Audemer, se cha (...)

15À Pont-Audemer, à Louviers, certains des bourgeois de la ville tirent une part de leur revenu de la perception des taxes sur les transactions commerciales. À Pont-Audemer, les fermes les plus chères, donc les plus prisées car les plus rentables pour le fermier, sont celles du cidre, du vin, de la draperie et de la boucherie8. En conséquence, une partie importante des bourgeois de nos petites villes sont des hommes d’affaires et de marchandise. Les autres appartiennent généralement à la catégorie des « gens de justice ».

Bourgeois et hommes de loi

  • 9 Cas des Sérée à Neufchâtel, des Dufay à Pont-Audemer, entre autres.
  • 10 C. Marot, Œuvres complètes, Paris, Garnier-Flammarion, 1973, p. 62, vers 50.

16Certains sont dit bourgeois et « conseiller en cour laie ». C’est qu’ils sont issus de familles de notaires, ont fait quelques études de droit et exercent une charge juridique dans leur ville. La société médiévale est chicanière. Avec la reprise démographique et économique, les procès, les plaideurs et, partant, les hommes de loi se sont multipliés. Les familles « bourgeoises » locales ont souvent un fils qui s’est engagé dans cette voie9. Ces activités peuvent être fort lucratives, à en croire Clément Marot qui se plaint souvent dans ses épîtres des « procureurs », « conseillers » et de la « plaiderie » : « par plaiderie, on peut menger son bien », écrit-il10.

Bourgeois et officiers

  • 11 ADSM, 2E 14 1138, 15 juillet 1463.
  • 12 ADSM, 2E 14 1137, 27 avril 1464.
  • 13 ADSM, 2E 14 1187, 18 août 1542.
  • 14 Entres autres actes, ADSM, 2E 14 1187, 23 juin 1542.

17D’autres encore ont obtenu et acquis des offices comme sergent de la ville ou sergent royal, lieutenant du bailli de Caux, avocat du roi, ou encore sont tabellion et notaire : en 1461, Jehan de Frey, appartenant à une famille de notables de Neufchâtel, est sergent de la ville11. Autre membre d’une famille de bourgeois, Nicolas Sérée est lieutenant commis de Jehan Lambert, écuyer, vicomte de Neufchâtel12. Jehan Guerre est dit « honorable homme », « bourgois, contrôlleur de la dite ville [de Neufchâtel] »13. Un membre probable de la même famille, Pierre Guerre, est sergent royal à Neufchâtel14. Les bourgeois occupent souvent des offices royaux subalternes et jamais les offices supérieurs, réservés aux écuyers et aux chevaliers.

  • 15 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XVI, Paris, Imprimerie royale (...)

18Outre les connotations de résidence et de profession, le terme de « bourgois » semble contenir aussi une notion de niveau de vie, de standing social, de notabilité, comme l’indique une formule concernant Louviers : en 1467, l’assemblée des habitants se réunit pour élire « 12 notables hommes, bourgois, marchans et habitans de la ville »15. Ce rang social atteint par certains bourgeois se mesure par la qualité de leurs biens.

Éléments de fortune et de patrimoine

  • 16 ADSM, 2E 14 1187, 5 septembre 1542.
  • 17 ADSM, 2E 14 1187, 26 septembre 1542.

19Les registres de notaires renseignent sur les propriétés possédées par certains bourgeois. Ceux-ci sont propriétaires de terres. Par les transactions nombreuses qu’ils pratiquent, les citadins aisés se sont constitués des patrimoines fonciers composés de terrains, de jardins, de terres cultivables, de prés ou encore de vignes, biens situés en ville et dans l’immédiate périphérie. Avec la remise en état des campagnes, il semble que les investissements citadins se soient plus volontiers portés sur le plat pays que sur la ville et ses abords. En 1542, Christophe de la Boe, bourgeois et marchand de Notre-Dame de Neufchâtel, établit un « bail à ferme et à louage » pour une propriété comprenant maison, jardin et une demi-acre de pré qu’il possède à Esclavelles (à 4-5 kilomètres)16. Un autre bourgeois et marchand de Neufchâtel est propriétaire de bois près du village de Flamets (à 20 kilomètres environ)17.

  • 18 AMPA, CRV, 1510, fo 24.
  • 19 AML, PF1, ch. 16 ; ADSM, Saint-Saëns, 2E 93 14, 1535, 18 juin 1535.
  • 20 ADSM, 2E 14 1187, 7 mai 1545.
  • 21 ADSM, 2E 14 1187, 17 mai 1545.
  • 22 ADSM, 2E 14 1187, 8 août 1542, bail à fieffe d’un « moulin à couteller » ; 2E 14 1173, (...)

20Les bourgeois sont souvent des acheteurs et propriétaires de maisons. On ne peut parler d’une quelconque concentration des riches bourgeois au centre de la ville, ou dans un quartier donné : les indications sont trop peu nombreuses pour que l’on puisse conclure ainsi. Cependant, il est vrai que certains notables sont installés autour de l’église Notre-Dame de Louviers ou en face de la halle au blé, lieux centraux particulièrement fréquentés de cette ville ; à Pont-Audemer, l’hôtel du lieutenant du vicomte Richard Bodin se trouve « près de Saint-Ouen », donc en position centrale18. Ces maisons bourgeoises se distinguent par une décoration, une enseigne ou une peinture particulières. Elles comportent généralement un étage, sont entourées de cours, de jardins, de vergers ; elles possèdent quelques appentis extérieurs ; ce sont parfois des maisons en longueur, que l’on peut diviser au moment des partages successoraux. Certaines d’entre elles sont de pierre (quelques cas à Louviers, comme la maison du conseiller en cour laie Jehan Langlois, en 1497, qui a deux pignons de pierre et est située devant l’église Notre-Dame19). Nos bourgeois habitent ces maisons, mais ils louent aussi certaines de leurs possessions : manoirs ruraux, comme l’un d’entre eux à Quiévrecourt en 154220, maison de ville avec forge louée à un orfèvre en 154221. Ces biens leur fournissent donc des rentrées d’argent. Il en va de même pour les terres labourables, les prés ou les vignes. Parmi les biens achetés et possédés par nos bourgeois figurent aussi d’autres biens exploitables et sources de profits comme des tuileries, des carrières, des moulins, des jardins où l’on a fait pousser du chanvre, du houblon22.

  • 23 ADSM, 2E 14 1141, 1494-1495, succession d’Étienne Houe.
  • 24 ADSM, 2E 14 1140, 1486-1487, acte no 3, partage d’une maison entre parents et enfants à (...)

21Les rentes sont une autre part importante des patrimoines bourgeois : ceux-ci en achètent beaucoup. Certaines sont gardées pendant un temps long et assurent des rentrées d’argent régulières, d’autres sont rachetées et constituent – on l’a vu – une forme de placement à court terme. Un acte, que l’on peut tenir pour exceptionnel parce que les registres dépouillés n’en contiennent aucun autre, résume et illustre ce qui précède : un avocat et bourgeois de Neufchâtel, Étienne Houe, et sa femme Robine décèdent. Leurs héritiers se partagent leurs biens. Le document qui règle cette succession donne le détail des biens possédés par le couple défunt et donne un exemple du patrimoine d’un homme de loi. Ce patrimoine est composé de 40 rentes reposant sur des hommes, d’un montant de 2 à 10 sous pour les plus faibles, de 1 à 3 livres pour les plus élevées, 2 rentes sur des terres (dont une de 8 livres), 2 sur des jardins, 16 rentes assises sur des maisons de Neufchâtel (dont plusieurs de 4 livres), 16 pièces de terre dont 2 prés, d’une taille moyenne de 2 à 3 acres et formant une surface totale de 34 acres environ. Cet homme perçoit annuellement un total de 64 livres de rentes, foncières ou non : une belle somme23. Ce n’est probablement pas la totalité des biens et propriétés dont Étienne Houe avait la jouissance. Des partages ont pu intervenir de son vivant, à l’occasion du mariage de ses trois filles24. Dans ces cas-là, c’est généralement la maison principale, celle où demeurait Étienne Houe, qui a pu être partagée.

22À tout cela il faut ajouter la charge d’un office municipal ou royal, qui entraîne la perception de gages et de gratifications régulières, comme des dons de vin ou de pain, ou encore des récompenses ponctuelles, en argent, pour la qualité des services rendus au cours d’une mission particulière.

23Ceux que les actes nomment « bourgois » sont donc des personnages enracinés dans leur ville, des propriétaires de terres et maisons, des hommes d’affaires et des hommes de loi. Ils jouissent d’une certaine aisance matérielle.

Les « bourgois » et les « escuiers »

  • 25 Rares sont les écuyers qui aient une plus grande envergure. Un cas à Neufchâtel, « nobl (...)

24Une autre catégorie de l’élite sociale est formée par les écuyers. Les actes notariés montrent que ces nobles sont nombreux dans la région de Neufchâtel et possèdent des terres, des manoirs, des fiefs nobles dans tous les villages environnants. Il semble que généralement ils n’aient qu’un fief, dans un village donné25. On rencontre exceptionnellement des écuyers comme le seigneur de Beaussault qui a des possessions dans trois autres villages et qui est un homme de cour, proche du roi. Les écuyers locaux seraient plutôt comparables au sire de Gouberville, bien connu des historiens. Ils se rendent quelquefois à la ville, pour y faire quelques affaires (baux à fieffe, achat de rente, écoulement de leur production agricole). Leur séjour principal semble être leur manoir rural.

  • 26 ADSM, 2E 14 1138, 27 avril 1464 : « Thomas Marchant bourgeois de Neufchâtel et Jourdain (...)
  • 27 ADSM, 2E 14 1141, 1494-1495, succession d’Étienne Houe.

25Cependant une partie d’entre eux a acquis des maisons et des terres en ville : certains sont dits « demourant à Neufchâtel ». Les rôles de fouage précisent que ces écuyers constituent une minorité : à Neufchâtel, on dénombre dans la paroisse Saint-Jacques 2 feux nobles sur 110 feux. Séjournant une partie de l’année en ville, ils sont plus au contact de la société locale et en particulier de ces bourgeois qui nous intéressent. Certains actes illustrent les relations d’affaires qu’ils ont pu entretenir : un bourgeois achète une rente, une terre, une maison à un écuyer ; la réciproque est plus rare. Dans nos villes, certains offices royaux « supérieurs » sont occupés par des écuyers : vicomte, lieutenant du bailli, grenetier à sel, contrôleur du grenier. Là, les écuyers sont conduits à fréquenter les représentants de la ville, des marchands, des hommes de loi, c’est-à-dire ce milieu aisé et influent des villes. Relations utiles pour se procurer de l’argent : ainsi, en 1464, deux bourgeois de Neufchâtel se portent caution pour deux écuyers cherchant à obtenir un office de verdier26. Autre exemple de cette proximité : en 1481, Nicolas Sérée est procureur de noble homme Guillaume de Bouquedalle, écuyer, c’est-à-dire qu’il a obtenu le droit d’agir en justice à la place de l’écuyer, qui ne réside pas en ville alors que Sérée est sur place. Cette proximité sociale est consolidée par les mariages : l’avocat Étienne Houe, de Neufchâtel, a marié sa fille à « Anthoine de Bourbel, escuier seigneur d’Esclavelles »27.

  • 28 La famille Le Carpentier paraît avoir connu un destin comparable : en 1482 un (...)
  • 29 R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, Paris, PUF, 1941, p. 115-117 ; G. Huppe (...)

26S’enrichissant, acquérant des manoirs et des propriétés terriennes, occupant des offices, certains citadins ont adopté un mode de vie proche de celui de la noblesse et ont pu être progressivement assimilés à celle-ci. C’est ce que semblent montrer les actes relatifs à la famille de Chenevelle. On a trace d’un Étienne de Chenevelle, tabellion à Neufchâtel en 1404, puis d’un Guillaume de Chenevelle, également tabellion en 1434. Vers 1460, Guillaume de Chenevelle l’aîné (le même homme probablement) occupe encore cette charge ; mais, vers 1480, son fils Guillaume est, lui, toujours désigné comme avocat du roi et écuyer ; dans les années 1495, un autre membre de cette famille, Laurent de Chenevelle, est dit « noble homme », « escuier, seigneur de Grosmesnil », ce qui dessine une possible ascension vers la noblesse d’une famille de bourgeois par le moyen de la justice et de l’achat de fiefs nobles28. Ce phénomène a été courant en France au cours de cette période29.

27Il nous faut voir maintenant comment cette élite de bourgeois notables, de bourgeois anoblis et d’écuyers, s’est impliquée dans la direction politique des villes.

Les élites politiques urbaines

28Comment les petites villes de la région rouennaise sont-elles dirigées et par qui ? Les bourgeois ont-ils investi les organes du pouvoir local ? À quelles fonctions les élites locales ont-elles eu accès ?

Les organes de pouvoir présents dans les petites villes

29La plus grande partie des villes normandes appartient au domaine royal et est placée sous l’autorité directe du roi. D’autres villes, comme Eu, dépendent d’un seigneur laïc, le comte d’Eu, ou d’un seigneur ecclésiastique comme Louviers, qui est une seigneurie de l’archevêque de Rouen.

30Le roi est représenté en Normandie par des baillis (à Rouen, Gisors, Évreux, Caudebec) et par des capitaines, en poste dans les villes stratégiques (Harfleur, Pont-Audemer, Neufchâtel). Ces responsables sont de hauts personnages, hommes de cour, membres de la maison du roi, comme par exemple en 1465 Dunois, bâtard d’Orléans, capitaine d’Harfleur, ou vers 1480, Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, capitaine de Harfleur et de Montivilliers. Exerçant aussi d’autres fonctions, ces hommes sont presque toujours absents. Ils visitent une ou deux fois par an les villes dont ils sont capitaines. Il en va de même pour l’archevêque de Rouen ou le comte d’Eu. Tous ces hauts responsables administratifs, militaires et politiques se font représenter. L’incarnation effective du pouvoir royal était le lieutenant du capitaine, toujours chevalier ou écuyer, personnage de rang inférieur, mais résidant sur place et séjournant généralement plusieurs années. Les baillis sont représentés à Pont-Audemer, Montivilliers, Neufchâtel par leurs lieutenants particuliers, qui résident également en ville, y tiennent les assises du bailliage et font appliquer les directives de la royauté. Il faut encore ajouter la présence dans nos villes de vicomtes, plus présents, semble-t-il, que les baillis, et de « grenetiers à sel ». Les seigneurs laïcs et ecclésiastiques sont représentés dans leur seigneurie par des baillis seigneuriaux, qui sont résidents. Dans nos villes, c’est un représentant subalterne du pouvoir qui est réellement présent.

31Ces hommes sont assistés dans leur tâche par des aides : greffiers, clercs, sergents, tabellions. L’activité administrative et judiciaire fait vivre tout un peuple de procureurs, d’avocats, de conseillers juridiques. Tous ces représentants locaux de pouvoirs supérieurs collaborent étroitement et presque quotidiennement avec les représentants des villes.

  • 30 Grâce à quelques listes de bourgeois dont on dispose, on compte à Louviers, (...)

32Les villes possédaient leurs propres institutions, apparues généralement au cours du xiie siècle. On constate, pour le xve siècle, que les diverses organisations municipales que les documents nous permettent de connaître, à Pont-Audemer, Neufchâtel, Harfleur, Louviers, possèdent un profil commun. Une « assemblée des habitants » réunissait tous les « bourgois de la ville », c’est-à-dire tous les chefs de maisons domiciliés dans la ville et les faubourgs, soit une centaine de personnes30. Cette assemblée, en réunion plénière, nommait plusieurs représentants, selon une périodicité variable d’une ville à l’autre :

  • quatre ou cinq « élus » ou « gouverneurs » ou « conseillers », c’est-à-dire des échevins, responsables des dépenses, représentant leur ville devant la justice, effectuant des missions auprès de l’administration royale ;
  • un « procureur des habitants », véritable porte-parole de la ville, sorte de maire, mais sans pouvoir de justice31 ;
  • le « receveur », trésorier de la ville.

33Ces hommes assurent la continuité administrative et politique de la ville. Ils sont assistés d’une assemblée restreinte, composée de 10 à 20 bourgeois de la ville, qui est une émanation de l’assemblée générale des habitants.

34Tous ces hommes, représentants du roi ou du seigneur et représentants des villes, travaillent ensemble : lorsqu’à Pont-Audemer ou Harfleur, le lieutenant du capitaine inspecte un chantier de construction, il est suivi du procureur des habitants, du receveur, des élus et de quelques bourgeois de la ville. À Louviers, lorsqu’il faut organiser la collecte d’une somme d’argent demandée par le roi, le bailli, représentant l’archevêque, et les bourgeois de la ville se réunissent pour organiser la levée. Il y a donc dans chaque cas une équipe dirigeante à l’œuvre, qui est l’élite politique agissante de la ville.

Participation des bourgeois au pouvoir

35Quelle place occupent, dans ces institutions, les bourgeois décrits plus haut ?

  • 32 Ordonnances des rois de France…, t. XVI, « Privilèges de Louviers », p. 567-570 ; AML, (...)

36En premier lieu, ils sont membres des assemblées d’habitants, plénière et restreinte. À Louviers, en 1467, dans la composition de l’assemblée restreinte des bourgeois, on relève les noms de cinq marchands-drapiers parmi les douze bourgeois élus32.

37Ensuite, certains des notables qui ont été évoqués précédemment deviennent officiers de la ville (c’est-à-dire sergent, conseiller, receveur, procureur) et parfois aussi officiers royaux, avec un passage possible de l’un à l’autre ou bien cumul, ce qui dessine les contours d’une carrière. Ainsi, à Pont-Audemer, on voit vers 1490 Jehan Chuffes, bourgeois, conseiller en cour laie, participer aux affaires de la ville ; il est parfois chargé de mission et effectue quelques déplacements, notamment à Tours ; il est élu en 1494 député aux États de Normandie ; entre 1497 et 1504, il est lieutenant particulier du bailli de Rouen à Pont-Audemer. Autre exemple comparable : Pierre Cardonel, conseiller en cour laie et bourgeois en 1465, est lieutenant du bailli de Rouen en 1484. Autre cas : Pierre Poitevin est dit bourgeois, « besognans pour le fait de la ville » et également lieutenant général du vicomte de Pont-Audemer vers 1475. Les hommes de loi investissent donc les charges municipales et certains offices royaux.

  • 33 AMPA, CRV, 1487, fo 20 : Jaquet Lenfant vend pour 96 livres « 12 aunes d’escarlate de l (...)

38La famille Lenfant présente un cas différent, car c’est une famille de marchands et non de « gens de justice ». Jacques Lenfant est bourgeois et marchand de draps à Pont-Audemer vers 1480 ; il est aussi changeur33 ; il vend du sel au grenier à sel de la ville ; il devient receveur de la ville en 1501-1503 ; son fils Guillaume est commis du grenier à sel en 1512 ; son frère Pierre est curé ; un autre frère ou un enfant, Jacques, est dit « honorable homme » et défend les intérêts de la ville à la cour en 1525 ; il est aussi un des marchands qui fournissent vers 1525-1526 le grenier à sel de la ville.

  • 34 AMPA, CRV, 1502-1503, fo 44-48.

39Les taverniers de Pont-Audemer participent aux affaires municipales : Sanson Fortin est chargé de diverses missions de négociation vers 1495. Les artisans accèdent plus rarement aux fonctions municipales, et généralement aux fonctions de comptable : un teinturier, Jehan Le Villain, devient receveur et trésorier de Pont-Audemer en 150234.

40Les officiers royaux supérieurs (vicomte, lieutenant du capitaine, capitaine, lieutenant du bailli) sont toujours écuyers ou chevaliers, parfois extérieurs à la région. Il semble cependant que les fonctions municipales puissent être un marchepied pour accéder à ces offices, de sorte que des familles de notables locaux investissent ces charges.

Tâches remplies par les bourgeois dans leurs fonctions « politiques »

41Dans les postes relevant des institutions urbaines, les bourgeois sont surtout chargés de représenter les intérêts de leur ville devant les diverses cours de justice (cas du procureur, du receveur, des conseillers en cour laie et avocats des villes…). Ils participent à un certain nombre de réunions où ils débattent avec les responsables régionaux ou royaux de questions financières et militaires principalement, ce qui entraîne pour eux des déplacements assez fréquents vers Rouen ou vers le roi, qui est à Paris ou sur les bords de la Loire. Ils effectuent aussi des avances de fonds pour la ville ou consentent à lui prêter des sommes dont elle a besoin et dont elle ne dispose pas. Quelquefois, certains bourgeois reçoivent chez eux du matériel municipal qui ne peut être entreposé ailleurs (armes, pierres, outils…). À partir de 1500-1510, on voit, à Pont-Audemer du moins, se multiplier les fonctions des « ménagiers » : il s’agit de bourgeois, membres du conseil de la ville, auxquels la ville confie une somme d’argent pour réaliser un projet de construction ou de réparation. Pour cela, ils recrutent et paient les ouvriers, rassemblent les outils et les matériaux, surveillent la poursuite des travaux, tiennent et rendent le compte de leurs dépenses, avancent les fonds quand ceux-ci viennent à manquer. Dispositif souple pour la municipalité, mais plus contraignant pour le bourgeois qui en est chargé. Néanmoins, celui-ci effectue là une expérience de gestion et de direction des hommes, à laquelle il était, par son activité professionnelle, peut-être déjà habitué.

42Cette participation paraît exigeante en temps et coûteuse. Elle semble être plutôt une activité d’exécution que de commandement et de décision. Quels intérêts ou satisfactions les élites bourgeoises pouvaient-elles en retirer ?

Intérêt de la participation au gouvernement des villes

43Les bourgeois y trouvent un intérêt financier et matériel. En tant que receveur, procureur des habitants, conseiller ou avocat de la ville, ils perçoivent des gages. Gages réduits, sauf pour les plus importantes charges comme celle de capitaine (200 livres par an à Harfleur avec logement de fonction meublé par la ville) ; le receveur et le procureur à Pont-Audemer reçoivent 8 à 12 livres par an. La modestie des gages explique la pratique du cumul des emplois : Jehan Pinchon, vers 1480, est à la fois receveur de la ville et receveur du domaine de la vicomté ; Hesbert Néel, bourgeois de Pont-Audemer, conseiller de la ville et contrôleur du grenier à sel vers 1504 ; Jehan de Fréville, qui est entre 1500 et 1525 « avocat du roi en la vicomté de Pont-Audemer », est aussi « avocat de la ville ».

44Il arrive de ce fait que la ville récompense solennellement de temps à autre les hommes qui l’ont servie par des dons en argent, des cadeaux (viandes, repas, vin), par des distributions périodiques (dons de vin, de pain, de sel ou de vêtements à Noël, Pâques, la Pentecôte, l’Ascension).

45Cette participation au pouvoir local est généralement bonne pour les « affaires ». Certains bourgeois attirent à eux les marchés publics : vente des matériaux de construction ou de tissu, par exemple. Les dépenses de boissons et de restauration améliorent l’activité de certains taverniers, membres des assemblées urbaines. D’autres mettent la main sur certaines terres ou maisons particulièrement intéressantes dont la ville dispose. D’autres encore réussissent à détourner de l’argent sur les recettes de la ville, comme le reproche, dans une lettre, François Ier, qui institue en 1517 un contrôleur des deniers à Pont-Audemer.

46Dans l’exercice des tâches administratives, le bourgeois entreprenant se constitue un réseau de relations parmi les élites rouennaises ou bien à la cour. C’est par ce biais que les offices royaux s’obtiennent plus facilement. La participation au pouvoir municipal peut donc être une voie d’accès à des fonctions plus importantes : Jehan Chuffes, conseiller en cour laie, a longtemps travaillé pour la ville de Pont-Audemer ; puis en 1497 il devient lieutenant particulier du bailli de Rouen et le reste jusqu’en 1504. Ces offices royaux permettent aux bourgeois de pénétrer les rangs de la noblesse. C’est ce que laisse penser le cas de la famille Dufay de Pont-Audemer : vers 1480, Guillaume Dufay est avocat et défend les intérêts de l’Hôtel-Dieu ; des parents, Pierre et Nicolas Dufay, sont conseillers en cour laie en 1510, tandis que Claude Dufay est curé et prieur de l’Hôtel-Dieu, et sera plus tard en 1529 doyen de Pont-Audemer ; en 1525, Nicolas Dufay (le même que précédemment ?) est un des « conseillers de la ville », effectuant pour elle plusieurs missions. En 1529, il est avocat du roi et écuyer.

47Un exemple comparable se rencontre à Harfleur : en 1466, le procureur des habitants est Guillaume Vienneis ; d’autres membres de cette famille sont impliqués dans les affaires municipales, comme Jehan Vienneis qui est un des « bourgois et élus aux affaires et gouvernement de la ville » ; vers 1484, Loys Vienneis est à son tour procureur des habitants ; il le reste jusqu’en 1502, date à laquelle il est pour la première fois désigné comme « escuier, seigneur de Seintot » ; puis en 1509 il est « noble homme Loys Vienneis ». Par la suite, on trouve d’autres procureurs des habitants d’Harfleur qui sont écuyers : Robert d’Esquambourg en 1505, Loys Auber, écuyer, procureur vers 1520.

48On observe aussi que certains, à Harfleur ou Pont-Audemer, « placent » leurs enfants ou parents dans les assemblées de bourgeois ou dans les petits offices : Michel Dumont, le fils du procureur des habitants de Pont-Audemer Mélaigne Dumont, effectue quelques missions à Rouen pour la ville. On note ainsi une légère tendance à la succession de père en fils au sein des équipes municipales. Il y a cependant du renouvellement dans la composition des élites bourgeoises et pas de mainmise nette d’une famille sur une fonction.

  • 35 AMPA, CRV, 1528-1529, fo 36 : « 17 livres 10 sous à Maître Jaques de La Rade, escuier, (...)

49La participation au pouvoir donne aussi à une partie des bourgeois des satisfactions d’ordre plus symbolique ; elle permet de les « distinguer ». Ils figurent en bonne place dans les processions religieuses et les entrées royales. Les vêtements qui leur sont offerts pour la circonstance, vivement colorés35, manifestent leur visibilité accrue dans l’espace social (ce que montre une scène de procession sur le vitrail de Saint-Ouen de Pont-Audemer) ; dans les quittances et les comptes des villes, les maisons des différents notables servent souvent de point de repère pour localiser les travaux à réaliser. C’est que leur maison est réellement plus visible, mais c’est aussi le signe que le propriétaire de la maison compte dans l’esprit du clerc qui recopie les quittances. Quelques bourgeois font des dons pieux à leur paroisse qui sont aussi des moyens de paraître : le bailli de Louviers Binot Briselet apparaît comme donateur sur un vitrail de l’église Notre-Dame ; la famille Challenge de Louviers est depuis longtemps liée aux affaires municipales ; elle entretient une chapelle située au pied d’une des tours de l’église Notre-Dame, appelée de ce fait « tour Challenge ».

50L’exercice du pouvoir « distingue » socialement et donne une dignité particulière, ce qu’enregistrent les formules comme « honorable homme et sage » : à la fin du xve siècle, les Hébert, les Fortin ou les Piédelièvre sont des taverniers, métier qui connaît alors une certaine prospérité. Vers 1500, tous les taverniers sont dits « hôtelliers » et très souvent désignés comme bourgeois ; puis vers 1520 certains, comme Jehan Tesson, bénéficient de mentions distinctives comme « honorable homme Jehan Tesson, bourgois, hôtellier de Pont-Audemer ».

  • 36 AMPA, CRV, 1521-1522, fo 23 : « 60 sous à Robert Delaunnay, avocat en cour laie, roy de (...)
  • 37 AMPA, CRV, 1505, fo 19 : Jehan Ernoult est « roi » de la confrérie ; CRV, 1530, fo 14, (...)

51L’appartenance de certains bourgeois de Pont-Audemer au monde des avocats et des conseillers en cour laie les introduit dans un cercle restreint et certainement choisi : celui de la confrérie de Saint-Yves, patron des avocats. La confrérie réunit, d’après les membres que l’on arrive à identifier, uniquement des gens de justice. Elle reçoit chaque année une gratification de la ville : celle-ci paie le vin bu lors du banquet annuel36. C’est la seule des confréries de Pont-Audemer qui émarge ainsi au budget urbain. Des relations assez étroites devaient exister entre l’équipe municipale et cette confrérie. Les hommes de loi qui sont employés de temps à autre par la ville ou par l’administration royale en font partie. Cette confrérie est-elle la confrérie de l’élite sociale et politique de cette petite ville ? Deux des plus éminentes personnalités politiques locales, Jehan Ernoult, écuyer, seigneur du Pont, lieutenant du bailli de Rouen en 1505, et Jehan Le Nepveu, seigneur de Brumare, écuyer, contrôleur des deniers en 1518, en font partie37. La confrérie de Saint-Yves réunit probablement la majeure partie des élites politiques de Pont-Audemer.

 

52Marchands, artisans et hommes de lois dominent la société des petites villes de la région rouennaise. Leurs activités – affaires commerciales, production artisanale et fonctions juridiques – ont bénéficié du relèvement économique de la fin du xve siècle. En prenant part à la conduite des affaires municipales et en obtenant des offices royaux qui fonctionnent comme un ascenseur social, certains de ces hommes ont pu accéder à la noblesse.

53Mais comment ont-ils exercé leur pouvoir ? En profiteurs avides et prédateurs des finances urbaines, comme un acte de François Ier le laisse penser ? Ou animés par un « patriotisme » urbain mêlé de fidélité envers le roi, comme le montrent certains comptes municipaux ? Les sources feraient pencher vers la deuxième solution. N’est-il pas courant dans les lettres et actes administratifs d’utiliser une certaine « langue de bois », n’y a-t-il pas un discours à tenir pour obtenir gain de cause ? Le très faible écho des problèmes financiers des villes, le manque d’implication de la royauté dans la désignation des élites locales laissent penser que l’esprit de sérieux et le loyalisme politique animaient généralement les bourgeois des petites villes normandes.

Notes

1 E. Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, 2e éd., Paris, Flammarion (Champs), 1969, p. 10.

2 Sources utilisées : – comptabilités : Pont-Audemer, Archives municipales (AMPA), Comptes du receveur de la ville (CRV), 1477-1537 ; Harfleur, Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), 3 E 6 114 à 132, 1453-1525 ; Louviers, ADSM, comptes de l’archevêque de Rouen, G 647-692, 1450-1511. – Registres de notaires : Neufchâtel, ADSM, 2 E 14 1137, 1460-1461, 2 E 14 1138, 1461-1464, 2 E 14 1139, 1481-1482, 2 E 14 1140, 1486-1487, 2 E 14 1144, 1502, 2 E 14 1159, 1525, 2 E 14 1173, 1535-1536, 2 E 14 1187, 1542 ; Louviers, ADSM, 2 E 14 1442, 1502-1505, 2 E 14 1443, 1510 ; Saint-Saëns, ADSM, 2 E 93 12, 1506, 2 E 93 13, 1530, 2 E 93 12, 1535.

3 Voir les travaux de M. Nortier : « Contribution à l’étude de la population de la Normandie au bas Moyen Âge (XIVe-XVIe siècles). Inventaire des rôles de fouage et d’aide », Cahiers Léopold Delisle, 3e série : 1422-1458, t. XXII, 1973 ; 4e série : 1461-1497, t. XXV, 1976. À partir de ces documents lacunaires et d’interprétation malaisée, on obtient quelques chiffres incertains, constituant des minima : une des trois paroisses de Neufchâtel, Saint-Jacques, compte 110 feux en 1500 ; Pont-Audemer, 300 feux environ vers 1460, Eu, 518 feux en 1490, Saint-Saëns, 275 feux en 1464, Montivilliers, 418 feux en 1452. Si un feu égale 5 habitants, 100 feux sont égaux à 500 habitants, 300 égalent 1 500 habitants, 500 égalent 2 500 habitants.

4 Archives municipales de Louviers (AML), fonds de l’Hôtel-Dieu de Saint-Jean, PF 2, ch. 12 ter.

5 Un cas exemplaire est celui de Robin Le Bigre de Louviers (ADSM, 2E 14 1442, 1502-1505) ; autre exemple, Guillaume Rasset, marchand de Neufchâtel, passe une quinzaine d’actes pour des achats de marchandises diverses en 1542 (ADSM, 2E 14 1187, 1542-1543).

6 AMPA, CRV, 1530, fo 13.

7 Exemple d’acte de ce type : ADSM, 2E 14 1138, 15 mars 1462, l’avocat Guillaume de Chenevelle achète une rente à Jehan Defrey l’aîné pour 10 livres ; cette rente doit être rachetée par Defrey dans 4 ans.

8 Quelques exemples de prix : en 1488 Jehan Marc, de Pont-Audemer, se charge de la ferme du vin (80 livres), celle du cidre (184 livres), celle de la draperie (72 livres), soit 336 livres qu’il doit à la ville cette année-là (AMPA, CRV, registre 1481-1492, recettes 1488).

9 Cas des Sérée à Neufchâtel, des Dufay à Pont-Audemer, entre autres.

10 C. Marot, Œuvres complètes, Paris, Garnier-Flammarion, 1973, p. 62, vers 50.

11 ADSM, 2E 14 1138, 15 juillet 1463.

12 ADSM, 2E 14 1137, 27 avril 1464.

13 ADSM, 2E 14 1187, 18 août 1542.

14 Entres autres actes, ADSM, 2E 14 1187, 23 juin 1542.

15 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XVI, Paris, Imprimerie royale, 1814, « Privilèges de Louviers », p. 567-570.

16 ADSM, 2E 14 1187, 5 septembre 1542.

17 ADSM, 2E 14 1187, 26 septembre 1542.

18 AMPA, CRV, 1510, fo 24.

19 AML, PF1, ch. 16 ; ADSM, Saint-Saëns, 2E 93 14, 1535, 18 juin 1535.

20 ADSM, 2E 14 1187, 7 mai 1545.

21 ADSM, 2E 14 1187, 17 mai 1545.

22 ADSM, 2E 14 1187, 8 août 1542, bail à fieffe d’un « moulin à couteller » ; 2E 14 1173, 24 mars 1535, jardin à usage de « cannevière ».

23 ADSM, 2E 14 1141, 1494-1495, succession d’Étienne Houe.

24 ADSM, 2E 14 1140, 1486-1487, acte no 3, partage d’une maison entre parents et enfants à l’occasion d’un mariage.

25 Rares sont les écuyers qui aient une plus grande envergure. Un cas à Neufchâtel, « noble et puissant seigneur Jehan seigneur de Roye, chevalier », seigneur de Beaussaut (près de Neufchâtel), qui a des possessions dans deux autres villages, « Bretheul et Miret » et qui est un homme de cour « conseiller et chambellan du roi », 2E 14 1141, 1494-1495, fo 85 vo.

26 ADSM, 2E 14 1138, 27 avril 1464 : « Thomas Marchant bourgeois de Neufchâtel et Jourdain le Cuvier, de Mesnières plègent et cautionnent Pierre de Chantepye écuyer, et Robert de la Fère, écuyer, demeurant tous deux à Lucy, pour exercer un office de verdier. »

27 ADSM, 2E 14 1141, 1494-1495, succession d’Étienne Houe.

28 La famille Le Carpentier paraît avoir connu un destin comparable : en 1482 un Jehan Le Carpentier est conseiller en cour lai (ADSM, 2E 14 1139, 18 novembre 1481), un autre acte signale un Jehan Le Carpentier, « bourgeois, honorable homme et sage », probablement le même (ADSM, 2E 14 1139, 27 août 1482). En 1494 apparaît « honorable homme et sage Jehan Le Carpentier, conseiller en cour laie » (ADSM, 2E 14 1141, fo 82 et 155). En 1523, Adrien Le Carpentier est grenetier du grenier à sel de Neufchâtel et est reconnu noble (ADSM, F 39, « roole de la perquisition faitte des personnes nobles du baillage de Caux »). En 1542, un Le Carpentier, issu peut-être de la même famille, est dit « maitre Pierre Le Carpentier escuier » (ADSM, 2E 14 1187, 23 juin 1542).

29 R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, Paris, PUF, 1941, p. 115-117 ; G. Huppert, Bourgeois et Gentilhommes, la réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1983.

30 Grâce à quelques listes de bourgeois dont on dispose, on compte à Louviers, en 1482, 42 personnes, en 1483, 93 personnes, en 1497, 80 personnes, en 1532, 40 personnes ; à Pont-Audemer, en 1503, 125 personnes, en 1529, 33 personnes, en 1539, 258 personnes.

31 La ville d’Eu s’écarte un peu de ce modèle : il y a un maire, des échevins jusqu’à 12 et un « conseil » de 25 à 30 membres. Voir S. Deck, La Ville d’Eu, Paris, Champion, 1924, p. 115 sq. ; un acte de 1498 énumère au moins 59 noms de bourgeois d’Eu participant à la municipalité de la ville : ADSM, archives d’Eu, CC1, aides.

32 Ordonnances des rois de France…, t. XVI, « Privilèges de Louviers », p. 567-570 ; AML, PF 8, FF 9, 1454.

33 AMPA, CRV, 1487, fo 20 : Jaquet Lenfant vend pour 96 livres « 12 aunes d’escarlate de lui acheté présenté et donné à Madame de Beaujeu » à l’occasion de l’entrée de Charles VIII à Pont-Audemer ; CRV, 1492, pièce attachée au compte, 16 août 1497, Lenfant a « pesé et calcullé » les monnaies d’or reçues par le receveur Jehan Pinchon ; il est désigné comme « changeur et bourgois ». La famille de Genouville, qui donnera au XVIe siècle un procureur des habitants, est semblable à la famille Lenfant : Michel de Genouville est dit « bourgois et drapier », il vend 8 aunes de drap violet en 1487 (CRV, fo 20).

34 AMPA, CRV, 1502-1503, fo 44-48.

35 AMPA, CRV, 1528-1529, fo 36 : « 17 livres 10 sous à Maître Jaques de La Rade, escuier, demourant à Pont-Audemer, pour accoutrements ordonnés assavoir, un pourpoing de satin noir rouge et orange avec chausses bouffés méruez de taffetas orange à la devise de monseigneur le sénéchal de Normandie », à l’occasion de l’entrée de celui-ci à Pont-Audemer.

36 AMPA, CRV, 1521-1522, fo 23 : « 60 sous à Robert Delaunnay, avocat en cour laie, roy de la frairie de Saint-Yves pour le vin de la confrairie au jour de Saint-Yves. »

37 AMPA, CRV, 1505, fo 19 : Jehan Ernoult est « roi » de la confrérie ; CRV, 1530, fo 14, Jehan Le Nepveu est « roi » de la confrérie.

Auteur

Université de Rouen

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540