Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

La société urbaine dans les villes normandes

Argentan à la fin du Moyen Âge

Marie-Anne Moulin

Texte intégral

  • 1 Seul un volume couvre, très partiellement, les années 1496-1499 (Archives départementales d (...)
  • 2 Le testament de la veuve d’un maître et administrateur de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas semble (...)

1Dans le cadre de cet article, il avait d’abord été envisagé de dresser un portrait de la société de la ville d’Argentan à la fin du xve siècle. Ce projet s’est rapidement révélé irréalisable. Les sources disponibles pour l’étude de cette ville à la fin du Moyen Âge sont certes riches, mais ce sont, de fait, les lacunes documentaires qui ont déterminé les points abordés dans ce travail. La connaissance des groupes sociaux de cette petite ville du duché d’Alençon pâtit à la fin du xve siècle de l’absence de tabellionage1, de la rareté des testaments et des actes privés2. Deux séries comptables constituent donc l’essentiel de la documentation disponible. La première série, les comptes du trésor de l’église Saint-Germain, présente un nombre non négligeable d’individus, mais omet d’en indiquer le statut social, ainsi que le type et la localisation des biens sur lesquels portent les rentes perçues par le trésor. Le deuxième ensemble comptable, celui de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas, offre l’avantage de présenter les rentes perçues par quartier – ce qui a déjà permis d’ébaucher une géographie sociale de la ville au xve siècle – , d’indiquer le statut des personnes citées et de préciser certains liens familiaux tout en décrivant précisément les biens sur lesquels sont établies les rentes. Certaines catégories sociales ou groupes d’individus sont par ailleurs systématiquement signalés dans ces comptes : les pauvres et malades de l’Hôtel-Dieu, les ouvriers du bâtiment, les artisans du drap, de la toile et du cuir, les métiers de bouche et, surtout, les officiers ducaux et royaux et les bourgeois. C’est sur ces derniers que les renseignements collectés se sont révélés les plus nombreux et les plus instructifs, aussi a-t-il été finalement décidé de cadrer cette étude sur ces personnalités, leurs statuts et privilèges, leur participation au gouvernement urbain et les moyens d’expression et d’exercice de ces pouvoirs urbains, pour finalement aborder les limites de leur influence sur la ville.

Statuts, privilèges et réalités sociales

2Le statut des habitants n’est, de prime abord, perceptible que par le biais du vocabulaire employé dans les actes, et la réalité de ces statuts sociaux ne transparaît que par les avantages et droits dont bénéficient ces différentes catégories.

3Dans la documentation apparaissent habituellement les termes de « bourgeois, manans et habitans » lorsque l’ensemble de la communauté urbaine est intéressée, et dans les actes de constitution de rentes, les gens se désignent eux-mêmes soit en tant que « demourant en la ville d’Argenthen », soit comme étant « d’Argenthen » ou « bourgeois d’Argenthen ».

4Les « demourant en la ville d’Argenthen » sont a priori des gens originaires des paroisses rurales environnantes, venus, peut-être à l’occasion de la guerre ou de la présence de brigands dans la région, chercher refuge en ville en y louant une habitation. Ils ne bénéficient d’aucun privilège particulier et restent de fait assimilés à des étrangers à la communauté urbaine.

5Les gens désignés comme étant « d’Argenthen » sont, pour la plupart, natifs de la ville, habitent majoritairement hors de l’espace fortifié et bénéficient de quelques privilèges au même titre que les bourgeois, qui, eux, rappellent constamment leur statut en accolant l’appellation « bourgeois » à leur nom, et jouissent de quelques avantages supplémentaires.

  • 3 L’exemple le plus flagrant en est celui de Charles le Mesnagier maître et administrateur (...)
  • 4 ADO, H 5 236 / 4 – 1304, le mardi après la Saint-Denis : vente par « Nichole de Bordeaus (...)

6Être bourgeois n’entraîne pas d’obligation de résidence dans un quartier donné de la ville, bien que la majorité d’entre eux habitent au Nouvel Aclos, au cœur de la ville fortifiée, et que seuls quelques-uns vivent dans les faubourgs. Les descriptions de l’habitat ne permettent aucunement de dégager un profil de logement propre aux bourgeois. Leur préférence va aux manoirs urbains et aux maisons avec cour. Être ou devenir bourgeois n’implique pas non plus d’être natif de la ville3. Il est juste certain qu’un niveau de fortune minimal est exigé pour l’accession à ce milieu restreint des bourgeois argentanais. L’appartenance à la bourgeoisie se définit donc par la seule jouissance de privilèges particuliers et par un orgueil commun. L’expression la plus courante de cet orgueil des bourgeois argentanais est le rappel de leur statut dans tout acte les engageant. Pas une pièce de comptabilité, pas une constitution de rente qui ne signale que le donateur est bourgeois, et parfois même qu’il est « le plus vieil borgeis de la ville »4.

  • 5 ADO, H 5 238 / 2 – 1424, 16 juin.
  • 6 ADO, H 1 239 / 4 – 1422, 3 juillet.
  • 7 Méd. Argentan, ms. 17 – 1445, fo 54 ro.

7Ces trois statuts légaux correspondent en fait à des situations sociales très contrastées. L’examen des cas de « demourants » qui nous sont connus permet de percevoir des réalités très variables : de l’habitant d’une paroisse rurale qui a fui les destructions liées à la guerre et le brigandage au noble venu chercher le confort de la vie urbaine tout en profitant de l’abri des murailles. Ainsi voit-on un couple originaire de la paroisse de Beauvain louer un appentis accoté à l’église Saint-Jacques, au faubourg du même nom, « pour y demourer et estre hebergier leurs vies durant »5. La date de leur installation, 1424, ne laisse pas de doute sur leur besoin de sécurité. Guillaume de Groucie, également dit « demourant en ladicte ville », est quant à lui écuyer6, tandis que Simon Le Corme, qui lui aussi établit sa résidence à Argentan, est marchand de drap, de grosse toile et de ruban7.

  • 8 L’habitat des personnes « d’Argentan » varie de la demie masure, ou petite maison, à la (...)
  • 9 ADO, H 1381 – 1440, 18 novembre : donation par Perrin Le Bouvier « d’Argentan » (...)
  • 10 L’impôt levé en 1463 pour la restauration de ce lieu de pèlerinage, situé au faubourg Sai (...)
  • 11 Gien Chauvin d’Argentan, par exemple, tel un bourgeois fortuné, vit au Nouvel Aclos dans (...)

8Le groupe des gens « d’Argentan » paraît plus cohérent. Tous sont propriétaires d’au moins une maison dans laquelle ils résident, qu’elle se situe dans ou au dehors de l’espace fortifié8. Même si ce groupe est assimilable aux classes moyennes actuelles, certains de ses membres se distinguent par un niveau de fortune assez élevé pour leur permettre de faire des dons d’importance aux abbayes voisines9, ou pour être imposés lors de la réfection de la chapelle Notre-Dame de la Place10. Parmi ces habitants plus aisés, le mode de vie adopté est donc le même que celui des bourgeois, dont ils ne se différencient que par les droits et privilèges auxquels ils peuvent prétendre11. Notons que la profession de ces habitants de la ville n’est pas connue.

  • 12 Pour illustrer les variations de fortune et de position sociale du groupe des b (...)
  • 13 Le terme même de « bourgeois » apparaît pour la première fois dans les années 1130, (...)
  • 14 ADO, H dépôt 2 / 184, no 3 – 1480 (n. s.), 7 février : inventaire des biens de (...)
  • 15 Ainsi, la majorité des artisans du bâtiment ne bénéficient pas du statut de bourgeois qui (...)

9Le terme « bourgeois » recouvre, de même, des variations de position sociale et de fortune sensibles12, mais son emploi depuis le xiie siècle correspond véritablement à un statut particulier13. La majorité des bourgeois se retrouve dans le monde restreint des officiers du roi et du seigneur, bien que marchands et artisans en composent une partie non négligeable. Il est très probable que, dans un premier temps, le statut de bourgeois ait été lié à la résidence soit dans l’espace du Nouvel Aclos, soit au Bourg Saint-Martin, et que cette notion de lieu de résidence se soit atténuée pour favoriser la notion de fortune et de notabilité. Ainsi voit-on au xve siècle des bourgeois essentiellement installés dans l’espace fortifié, alors qu’un petit nombre d’entre eux logent aussi dans les faubourgs. Le lieu de résidence n’a jamais été le critère exclusif d’appartenance à la bourgeoisie. Tout habitant de l’enclos n’est pas systématiquement bourgeois comme le montrent les nombreux exemples de familles dites « d’Argentan » disposant de biens dans la zone emmurée au xve siècle. Il n’est pas non plus nécessaire d’être d’un lignage de la ville pour atteindre le statut de bourgeois, ainsi que le prouve l’exemple de Charles Le Mesnagier. Ce dernier devient maître et administrateur de Saint-Thomas, fonction qui ne peut être tenue que par un bourgeois de la ville, quoiqu’il soit natif d’une paroisse du Perche14. L’absence de bourgeois dans certaines catégories sociales implique que devenir bourgeois15 c’est aussi rechercher un avantage pécuniaire et que l’intégration à la bourgeoisie est parfois le fruit d’une démarche volontaire.

10Ce statut de bourgeois correspond évidemment à une position sociale privilégiée et à une situation économique confortable. Son rappel constant est un acte d’orgueil évident de la part de ceux qui le portent et n’entraîne dans les faits, en dehors d’une considération sociale enviable, que l’exercice de privilèges avant tout économiques.

  • 16 ADO, H 1 309 / 2 – 1453, 29 mai : témoignages divers concernant le droit des habitants d’ (...)

11Ces différences de statuts se reflètent dans la jouissance de certains avantages au profit des habitants et des bourgeois, les « demourants » ne bénéficiant d’aucun avantage, puisqu’étrangers à la ville. Bourgeois et habitants profitent ensemble d’une exemption d’utiliser les moulins banaux de la ville, appartenant au duc d’Alençon. Ils ont donc en commun le droit de porter leurs grains à moudre et leurs draps à fouler au moulin de leur choix, qu’il soit moulin banal ou non. Les droits relatifs aux moulins sont parmi les plus intéressants au plan pécuniaire pour eux. Les habitants ont d’abord recours aux moulins à grains du seigneur implantés le long de l’Orne, à la Noé et à Dorion ou même un peu plus loin à la Gravelle. Mais il ne leur est pas interdit de faire moudre le grain dans les moulins des paroisses voisines. La seule condition à cette liberté de choix est que les grains doivent alors être apportés par les bourgeois de la ville jusqu’au moulin de leur choix, interdiction étant faite aux fermiers de ces moulins de venir chercher les grains à Argentan. Sont exclus de cette exemption de banalité des moulins à grains les boulangers et pâtissiers. Divers procès opposant les représentants seigneuriaux et l’abbaye de Silly prouvent la liberté des gens de la ville à faire de même fouler leurs draps dans la campagne environnante, à la seule condition de les y amener16. Il est possible qu’à l’image des grains, l’exemption ne s’étende pas au métier des drapiers. Le droit est plus symbolique que réel, dans la mesure où le coût du transport des draps jusqu’aux moulins de Silly-en-Gouffern, seuls autres moulins foulons de la région, situés à une dizaine de kilomètres de la ville, absorbe l’éventuelle économie faite.

  • 17 ADO, H dépôt 2 non coté – 1783, 2 juillet : arrêt de la commission établie par (...)
  • 18 É. Littré, Dictionnaire de la langue française.
  • 19 ADO, H dépôt 2 non coté – 1783, 2 juillet.
  • 20 ADO, 70 J.5. C : ce droit est stipulé lorsque, en 1216, les assises tenues à Argentan per (...)
  • 21 Archives nationales (AN), K 48 / 5 – 1360, 3 mai.
  • 22 F.-O. Touati, Vocabulaire historique du Moyen Âge (Occident, Byzance, Islam), 3e (...)
  • 23 AN, K 48 / 5 – 1360, 3 mai : le droit levé s’élève alors à 8 deniers tournois par charret (...)

12Seuls les bourgeois sont exempts des droits de « havage, hallage, mesurage et coutume et autres »17. Le droit de havage consiste en un droit grevant toute transaction ayant pour objet des fruits et légumes. La location d’un emplacement aux halles urbaines implique le paiement du droit de hallage. Il est difficile de définir précisément le droit de mesurage dont il est seulement possible de savoir qu’il s’agit d’un droit pris sur chaque mesure18. Peut-être s’agit-il du droit à payer pour pouvoir user d’une capacité de mesure propre à la ville – une mesure d’Argentan est notamment utilisée pour les grains et attestée dans les comptes hospitaliers. Être exempté de droits de coutume épargne un nombre important de taxes et de droits seigneuriaux, et cette exemption touche l’ensemble des bourgeois, alors qu’un nombre restreint d’entre eux jouissent effectivement de la liberté de moudre et fouler en dehors des moulins seigneuriaux. De façon plus anecdotique, les bourgeois jouissent du privilège de laisser paître leurs animaux dans les prés seigneuriaux de la ville après la première coupe de l’herbe19. Les bourgeois d’Argentan n’ont pas à s’acquitter non plus du droit de faîtage lors de la construction de leur habitation20. Les bourgeois argentanais sont aussi très probablement exempts du droit de pavage dont il est fait mention dans un acte de 136021. Le terme de « pavage » désigne le péage levé à partir du xive siècle pour financer l’entretien du pavage des rues et des chaussées22, tout spécialement levé sur les charrettes passant dans la ville23.

  • 24 AN, JJ 180 – 1449, 4 octobre : lettres de Charles VII confirmant la capitulation en vertu (...)
  • 25 Ibid.

13Ces droits hétéroclites ne sont pas anecdotiques aux yeux des Argentanais, qui, à chaque changement de pouvoir, veillent à en assurer la conservation. Ainsi, au lendemain de la prise de la ville par les Anglais en 1417, les Argentanais obtiennent le rétablissement comme « au précédent de la decente faite à Touque par le roy d’Angleterre [de l’]ensemble des dignitez franchises et libertez telles quilz les avoient lors dicelle descente »24, confirmation qui leur est renouvelée par le roi de France après la reconquête de la ville en 144925. La nature de ces droits, à la fois très ruraux ou très orientés vers le commerce et les métiers du drap et de la toile, peut expliquer l’absence de bourgeois parmi les membres des métiers du bâtiment, en dehors des métiers du fer. Aucun de ces droits n’est effectivement intéressant au plan financier pour les maçons, les charpentiers ou les couvreurs.

  • 26 Cette attaque est l’un des faits marquants de la chevauchée du duc de Lancastre en Norman (...)
  • 27 ADO, H 5 228 : extraits des comptes de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas de 1405-1406. À cette da (...)

14L’ensemble des titres de bourgeoisie est, depuis 1356 et jusqu’à la Révolution, conservé à l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas que la communauté urbaine contrôle souverainement. Auparavant, leur garde était assurée dans l’enceinte du château, mais une attaque anglaise détruit une partie du site et l’essentiel des archives26. Précieux aux yeux des habitants, ces titres sont dès lors jalousement gardés dans la chambre du maître, dans un coffre réservé à cet usage et nommé « coffre aux bourgeois »27.

Exercice des pouvoirs urbains et modes de représentation de la communauté urbaine

15Les domaines de compétence de la communauté urbaine sont très limités par l’existence depuis 1204 d’un pouvoir seigneurial fort. L’entretien des équipements urbains tels ponts, portes et murs fortifiés, rues et pavage, puits et fontaines sont de son ressort. Le soin d’organiser le guet aux murailles de la ville et de faire garder les portes par la mise en place d’une milice urbaine est l’autre grand pouvoir des instances locales. Quatre des foires annuelles appartiennent à la ville elle-même qui se doit de les organiser et d’exercer pendant leur tenue les pouvoirs de justice et de police dont elle ne dispose pas autrement. La gestion de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas, reconnu de fondation bourgeoise, relève, quant à elle, de la seule autorité des bourgeois de la ville, qui doivent annuellement veiller à l’audition et à la vérification des comptes hospitaliers. Le choix du maître et administrateur de Saint-Thomas, ainsi que le pouvoir de le destituer, est également l’apanage des bourgeois d’Argentan.

16La communauté urbaine, pour mener à bien ces missions, mais aussi pour veiller à la préservation des libertés et franchises de ses membres, s’exprime par le biais des assemblées de ville et de délégués des habitants : les procureurs.

  • 28 New British Library, Rot. Norm., 5e année du règne du roi Jean, memb. 2 – 1203, (...)
  • 29 Le nombre de procureurs ou élus communs varie en fonction des tâches requises. Plusieurs (...)

17En effet, il n’y a ni commune ni système municipal institué à Argentan. Seul un texte de 1203 fait mention d’un maire – mais non d’échevins – , indice d’un système communal embryonnaire, très certainement octroyé par Jean sans Terre moyennant finances, et qui disparaît avec la domination française sans que les habitants réclament son rétablissement28. La fonction et le titre de maire ne réapparaissent dans les sources qu’au début du xvie siècle, époque où est aussi créé le mandat d’échevin. À la fin du Moyen Âge, la ville est donc gérée par une consultation plus ou moins régulière de la population, sous la forme de réunions d’assemblées de ville. Celles-ci réunissent au moins un procureur des bourgeois représentant leurs intérêts et désigné par eux29, le bourgeois choisi comme receveur des aides ainsi que quelques autres membres de la bourgeoisie, dont ni le nombre ni le mode de désignation ne peuvent être appréhendés. Habitants, manants et bourgeois ont le droit d’assister à ces assemblées, mais sans y avoir voix délibérative, et sans être en aucune façon consultés. Il est à noter que le lieu de réunion des assemblées de ville, la chambre située au deuxième étage de la tour-porte de la Chaussée, restreint en raison de son exiguïté le nombre des participants possible.

  • 30 Méd. Argentan, ms. 43 – 1769, p. 183.
  • 31 Ibid. Les finances urbaines sont, de fait, d’un revenu très fluctuant et vraisemblablemen (...)
  • 32 Parmi les procureurs des bourgeois de la fin du XVe siècle, Jehan Hatesse, Hion (...)
  • 33 C’est le cas de Romain Pigache, clerc, qui a également tenu les fonctions de procureur du (...)
  • 34 En plus d’avoir été trésorier de Saint-Germain, Guillaume de la Pallu a été pro (...)
  • 35 Andrieu Avesgo est avocat, non seulement pour l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas, pour l’abbaye No (...)
  • 36 ADO, H dépôt 2 / 184, no 2 – 1475, 5 novembre : cet acte établissant sept procureurs est (...)

18Ces assemblées de ville ont donc pour mission essentielle de discuter avec les représentants royaux et ducaux « des franchises et privilèges des bourgeois de cette ville, établissement d’octroi, commutation de la taille, établissement de la milice bourgeoise »30. Il revient donc à ces quelques hommes de défendre les privilèges pécuniaires de leurs semblables, de modérer les exigences fiscales du roi et du prince et de choisir les capitaines de quartier ayant en main le guet urbain. Le ou les procureurs présents lors de ces séances représentent également les intérêts de la ville dans les affaires relatives à la gestion de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas et aux impositions consenties par la communauté pour la réfection des lieux de culte. Mais surtout, le procureur est saisi « des titres et deniers communs »31 : lui reviennent donc la conservation des chartes d’octroi de privilèges et la gestion des finances urbaines. C’est la raison pour laquelle les procureurs sont, de fait, choisis parmi les membres les plus fortunés de l’élite urbaine, mais aussi parmi les bourgeois ayant des compétences juridiques solides. Leur sens des affaires et de la gestion est aussi l’un des facteurs du choix. La plupart d’entre eux ont donc auparavant exercé des fonctions d’administration ou de gestion, qu’ils aient été présents à l’audition des comptes de fabrique ou trésoriers de la prestigieuse fabrique de Saint-Germain32, membres de l’administration ducale ou royale en tant que receveur de la vicomté33 ou procureur du duc d’Alençon34, avocat35 ou tabellion. Rares sont ceux dont l’expérience de gestionnaire ou d’administrateur n’a pas été éprouvée. Leur réputation et leur bonne connaissance de la coutume locale entrent aussi en ligne de compte lors de leur désignation et les procureurs se doivent d’être « habilles saiges et discrepts »36.

  • 37 Ibid. : en 1475, ce sont 28 bourgeois qui désignent les 7 procureurs.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid. : à cette occasion 2 des 7 procureurs élus sont des bourgeois constituants particip (...)

19Les circonstances du choix des procureurs sont inconnues, mais ils sont désignés par un groupe de bourgeois dits « bourgeois constituants »37. Ces bourgeois chargés, on ne sait comment, de sélectionner les procureurs ont eux aussi déjà exercé une fonction représentative de la communauté, soit en tant que procureur, soit en tant que syndic. Tous sont membres de l’élite urbaine et appartiennent aux lignages les plus connus de la ville. Peut-être est-ce là encore leur réputation qui donne du poids à leur décision et en fait un choix représentatif de la volonté de l’ensemble des bourgeois. Le choix que les bourgeois constituants expriment est effectivement « fait tant en leurs noms que eulx faisant fors pour les bourgeois et habitans d’icelle ville et bourgeoisie »38. Il est à noter que les bourgeois constituants peuvent se désigner eux-mêmes comme procureurs39 !

Conclusion : les limites des pouvoirs urbains et de l’autorité de la communauté argentanaise

20Les pouvoirs des habitants et leur implication dans la gestion des domaines de compétence de la ville, bien établis en théorie, sont très limités dans les faits. La très forte tutelle exercée par le pouvoir royal et ducal sur les instances représentatives muselle les prétentions de la communauté. Toute assemblée de ville se déroule effectivement en présence du vicomte d’Argentan et / ou du lieutenant du bailli d’Alençon. Leur influence sur les décisions des assemblées urbaines est très perceptible, notamment dans le domaine des fortifications. Les campagnes de réfection des murailles de la ville sont impulsées à la demande des officiers du roi et du duc, les autorités royales et ducales en favorisant l’exécution par des dons en argent, des exemptions fiscales… Si au plan de l’organisation militaire, les assemblées de ville nomment les capitaines de quartier, qui organisent le guet de chaque zone urbaine, et leurs lieutenants, ce choix est dans la pratique soumis à l’approbation du capitaine du château, lui-même choisi, selon les périodes, par le roi ou par le duc d’Alençon.

21Une autre limite importante à l’exercice de ces pouvoirs est celle des finances urbaines. La ville d’Argentan, à la fin du xve siècle, en dehors de divers droits et amendes, ne dispose pas de revenus réguliers. Les autorités royales, pour les grands chantiers de fortification surtout, lui octroient pour une période d’un an les revenus de la « maille », aide levée localement sur les boissons vendues sur place. Cet octroi, souvent répété, n’est pas systématique, et il est permis de penser que son octroi dépend de la soumission du corps de ville aux décisions royales. L’absence de personnel « municipal » interdit de surcroît l’application des décisions des assemblées. Mais plus que tout, la confusion entre élites urbaines et pouvoirs royaux et ducaux font des assemblées de ville des institutions plus formelles qu’efficaces. Les familles les plus en vue, celles qui désignent les procureurs en leur sein, sont aussi celles qui fournissent leurs cadres locaux à l’administration royale et ducale. 19 des familles bourgeoises fournissent à elles seules 40 % des procureurs et c’est dans ces mêmes familles que sont recrutés 45 % des officiers exerçant dans la ville au nom du roi ou du duc. Ce sont ces familles qui, de façon très générale, tendent à l’anoblissement en cette fin de xve siècle, soit par une politique matrimoniale réfléchie, soit par l’achat de petites seigneuries rurales proches d’Argentan.

22On ne peut connaître la société argentanaise, pour la fin du xve siècle, que par le biais de ses élites, qui accaparent l’ensemble des instances de gouvernement.

Notes

1 Seul un volume couvre, très partiellement, les années 1496-1499 (Archives départementales de l’Orne (ADO), 4 B 194, 1496-1499).

2 Le testament de la veuve d’un maître et administrateur de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas semble être l’unique exemplaire conservé pour la période envisagée (ADO, H dépôt 2 / C 37 Fondations, no 3 – 1481, 30 juin : testament de Jehanne de Bures, veuve de Charles le Mesnagier, naguère maître et administrateur de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas).

3 L’exemple le plus flagrant en est celui de Charles le Mesnagier maître et administrateur de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas. Il est natif de la paroisse de Notre-Dame-de-Bure au Perche (ADO, H dépôt 2 / 184, no 3 – 1480, 7 février : inventaire des biens de Saint-Thomas établi à la mort de Charles le Mesnagier).

4 ADO, H 5 236 / 4 – 1304, le mardi après la Saint-Denis : vente par « Nichole de Bordeaus le plus viel borgeis d’Argenthen et Floreste sa fame » d’une rente à l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas.

5 ADO, H 5 238 / 2 – 1424, 16 juin.

6 ADO, H 1 239 / 4 – 1422, 3 juillet.

7 Méd. Argentan, ms. 17 – 1445, fo 54 ro.

8 L’habitat des personnes « d’Argentan » varie de la demie masure, ou petite maison, à la maison.

9 ADO, H 1381 – 1440, 18 novembre : donation par Perrin Le Bouvier « d’Argentan » d’une place et d’une cour en faveur de l’abbaye Notre-Dame de Silly-en-Gouffern.

10 L’impôt levé en 1463 pour la restauration de ce lieu de pèlerinage, situé au faubourg Saint-Martin, est basé sur le niveau de fortune. Seuls deux chefs de famille sont « d’Argentan » et non bourgeois. Il s’agit de Perrin Le Bouvier, précédemment cité, et de Guillot des Rotours (ADO, H 3 590 / 2 – 1463, juin : rôle de l’imposition pour la reconstruction de Notre-Dame de la Place).

11 Gien Chauvin d’Argentan, par exemple, tel un bourgeois fortuné, vit au Nouvel Aclos dans un hôtel doté de dépendances.

12 Pour illustrer les variations de fortune et de position sociale du groupe des bourgeois, citons deux extrêmes, à savoir Perrin Clotet, propriétaire d’une maison au Nouvel Aclos, qui exerce la profession de barbier (ADO, H dépôt 2 tome I – compte de Saint-Thomas de 1453-1454, p. 248), et Guillaume de la Pallu, lui aussi bourgeois qui, habitant un manoir au Nouvel Aclos, est membre de l’administration ducale en tant que procureur du duc d’Alençon. Ce dernier est plusieurs fois choisi comme procureur des bourgeois et acquiert la seigneurie du Mesnil-Hubert (ADO, H 1 309 / 1 – 1454, fo 2 ro ; H dépôt 2 tome I – compte de Saint-Thomas de 1453-1454, p. 225).

13 Le terme même de « bourgeois » apparaît pour la première fois dans les années 1130, lorsque Henri Ier, roi d’Angleterre, fait don d’une terre à Argentan à deux de ses armuriers avec l’accord des bourgeois de la ville : BnF, ms. lat. 10 083, no 4 – [1130-1135].

14 ADO, H dépôt 2 / 184, no 3 – 1480 (n. s.), 7 février : inventaire des biens de Saint-Thomas établi à la mort de Charles le Mesnagier.

15 Ainsi, la majorité des artisans du bâtiment ne bénéficient pas du statut de bourgeois qui ne leur est d’aucun intérêt particulier dans l’exercice de leur profession.

16 ADO, H 1 309 / 2 – 1453, 29 mai : témoignages divers concernant le droit des habitants d’Argentan à mener leurs draps aux moulins foulons de Silly, sans obligation pour eux d’utiliser les moulins foulons ducaux de Fontenai.

17 ADO, H dépôt 2 non coté – 1783, 2 juillet : arrêt de la commission établie par le Roi qui maintient les habitants d’Argentan dans leurs privilèges d’exemption.

18 É. Littré, Dictionnaire de la langue française.

19 ADO, H dépôt 2 non coté – 1783, 2 juillet.

20 ADO, 70 J.5. C : ce droit est stipulé lorsque, en 1216, les assises tenues à Argentan permettent aux religieux de Saint-Martin de Sées de construire des maisons à Argentan sans autorisation ni paiement du droit de faîtage.

21 Archives nationales (AN), K 48 / 5 – 1360, 3 mai.

22 F.-O. Touati, Vocabulaire historique du Moyen Âge (Occident, Byzance, Islam), 3e édition augmentée, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2000.

23 AN, K 48 / 5 – 1360, 3 mai : le droit levé s’élève alors à 8 deniers tournois par charrette passant dans la ville.

24 AN, JJ 180 – 1449, 4 octobre : lettres de Charles VII confirmant la capitulation en vertu de laquelle les habitants d’Argentan doivent jouir de leurs biens, droits et libertés comme avant la conquête anglaise.

25 Ibid.

26 Cette attaque est l’un des faits marquants de la chevauchée du duc de Lancastre en Normandie (juin-juillet 1356).

27 ADO, H 5 228 : extraits des comptes de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas de 1405-1406. À cette date, un serrurier de Sées est rémunéré pour la façon d’une serrure « de fer à bende pour mectre au coffre aux borgeois », serrure à laquelle est ajoutée une deuxième serrure à ressort. La chambre du maître est elle-même pourvue de serrures de bois.

28 New British Library, Rot. Norm., 5e année du règne du roi Jean, memb. 2 – 1203, 1er octobre : lettres de Jean sans Terre avisant le maire et les bourgeois d’Argentan de la nomination d’un nouveau capitaine à la tête de la place forte.

29 Le nombre de procureurs ou élus communs varie en fonction des tâches requises. Plusieurs procureurs sont de toute façon désignés en cas d’empêchement de l’un d’eux du fait de ses affaires personnelles ou de ses activités professionnelles (ADO, H dépôt 2 / 184, no 2 – 1475, 5 novembre : désignation des sept procureurs des bourgeois d’Argentan chargés de l’audition et de la vérification des comptes de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas : « pour ce que iceulx esleuz communs ne pourroient pas estre touz présens […] obstant les occupations que ilz pourroient avoir en leurs propres affaires »).

30 Méd. Argentan, ms. 43 – 1769, p. 183.

31 Ibid. Les finances urbaines sont, de fait, d’un revenu très fluctuant et vraisemblablement peu élevé, ne dépassant jamais quelques centaines de livres. Les sources principales de ces finances sont le rachat du guet, les droits de passage levés sur les ponts de l’Orne, ainsi que l’octroi annuel par les autorités royales des droits d’entrée grevant le commerce des boissons vendues au détail ou en gros dans la ville, droits désignés sous le vocable général de « maille ».

32 Parmi les procureurs des bourgeois de la fin du XVe siècle, Jehan Hatesse, Hion Pinel et Jehan Dupuis ont auditionné les comptes des trésoriers de Saint-Germain, tandis que Guillaume de la Pallu, Girot Droulin et Macé Gaultier ont été trésoriers de cette fabrique. Seul Henri de Blesais, lui aussi procureur à cette époque, est trésorier de l’autre fabrique de la ville, Saint-Martin.

33 C’est le cas de Romain Pigache, clerc, qui a également tenu les fonctions de procureur du vicomte d’Argentan.

34 En plus d’avoir été trésorier de Saint-Germain, Guillaume de la Pallu a été procureur du duc d’Alençon et substitut du procureur du roi.

35 Andrieu Avesgo est avocat, non seulement pour l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas, pour l’abbaye Notre-Dame de Gouffern, mais aussi du duc d’Alençon. En plus de sa connaissance du droit, Avesgo a fait preuve de ses qualités de gestionnaire en étant trésorier de Saint-Germain.

36 ADO, H dépôt 2 / 184, no 2 – 1475, 5 novembre : cet acte établissant sept procureurs est le seul relatif à leur désignation qui nous soit parvenu.

37 Ibid. : en 1475, ce sont 28 bourgeois qui désignent les 7 procureurs.

38 Ibid.

39 Ibid. : à cette occasion 2 des 7 procureurs élus sont des bourgeois constituants participant à ce choix.

Auteur

Doctorante, EHESS

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540