Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

La société urbaine dans les villes normandes

Le terme « bourgeois » dans les sources narratives normandes des XIe-XIIe siècles

Laurence Jean-Marie

Texte intégral

1Il s’agit de faire ici le point sur un aspect d’une recherche en cours menée dans une perspective comparatiste concernant bourgeois et bourgeoisie dans les villes de Normandie aux xie-xiiie siècles. Au cours de cette période, on constate clairement une évolution du sens du mot « bourgeois », elle n’est pas simple à saisir et le terme peut avoir plusieurs acceptions contemporaines. Entre un sens plutôt juridique ou bien social, voire simplement topographique, on hésite souvent. C’est à l’emploi du terme qu’est consacrée cette enquête. L’étude sémantique n’épuise toutefois pas l’ensemble du sujet, la prosopographie devrait pouvoir compléter l’approche.

  • 1 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », (...)

2Le sujet n’est pas nouveau et Lucien Musset l’a autrefois abordé pour la Normandie en liaison avec l’étude des bourgs. Il apparaît cependant que la réflexion mérite d’être reprise. Ainsi, il n’est pas sûr que l’on peut encore accepter sans discussion l’idée que burgensis s’oppose à civis au moins jusqu’au milieu du xiiie siècle1, y compris dans les chartes. D’après L. Musset, le bourgeois se différencie en outre du rusticus, du miles, vavassor, bordarius et serviens. Sans doute, mais en quoi exactement ?

  • 2 Le mot, dans le sens qui nous intéresse ici, apparaît au IXe siècle, par exemple à Tours au (...)
  • 3 Au moins quatre des sept cités normandes ont un bourg ou plusieurs au XIe siècle : Rouen, É (...)

3Les premiers bourgs normands sont mentionnés dans la deuxième moitié du xe et au début du xie siècle2 et les bourgs sont rapidement devenus nombreux : à la périphérie des cités, au pied d’un château, d’un établissement religieux ou bien en complément d’un autre centre préexistant3. Le terme « bourgeois » apparaît partout après celui de « bourg ». Ceci a peut-être son importance : les habitants des bourgs sont-ils différents du reste de la population au point de nécessiter une appellation particulière ? Il faut toutefois se méfier du vocabulaire, l’apparition d’un terme n’indique pas obligatoirement celle de ce qu’il désigne, mais elle peut être liée à un souci de mieux dénommer et à une évolution de la documentation.

  • 4 Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), M. Fauroux (éd.), Mémoires de la Sociét (...)
  • 5 Ibid., no 167, 1035-1066 (bourgeois du duc à Argentan) ; no 224, 1063-1066 (un bour (...)
  • 6 L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles…, p. 45.

4Il y a peu de bourgeois dans la documentation normande de la première moitié du xie siècle : des bourgeois de Rouen (burgarii) sont témoins d’une charte du duc Guillaume entre 1037 et 1040, après des nobiles – il faut ici noter que ce n’est pas civis qui est employé, terme qu’il est aussi nécessaire d’étudier4. Des bourgeois sont cités à Argentan et Cherbourg dans les actes de Guillaume toujours avant 1066, ou encore à Douvrend au nord-est du duché près de la Béthune5. À Caen, on rencontre un bourgeois (burgarius) entre 1031 et 1035 et deux autres avant 10876. Ces premières allusions figurent dans des chartes et diplômes et en dehors de ceux de Rouen qui sont témoins, les bourgeois sont cités à propos de la cession des charges qui pèsent sur eux.

  • 7 L’acte est connu par une copie du XIVe siècle.
  • 8 S. Deck, Essai sur la formation urbaine et l’administration des villes et des bourgs en hau (...)
  • 9 L. Musset, « Peuplement en bourgage… », p. 181 et 189 ; Recueil des actes des ducs (...)
  • 10 L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles…, p. 45-47.

5Dans tous les cas les mentions se rapportent à des bourgs. L’acte concernant Rouen reste toutefois problématique puisque l’on voit mal, à une date si ancienne, les habitants de la cité qualifiés de « bourgeois » ; peut-être est-ce justement là un témoignage précoce des liens sémantiques entre civis et burgensis7. Il n’est pas évident que tous ces bourgeois aient eu des conditions de tenure particulièrement avantageuses, le manque de chartes de fondation des bourgs rend l’analyse difficile ; cependant certains éléments des coutumes de Breteuil semblent dater du xie siècle, et celles de Verneuil remontent en partie à Henri Ier, elles montrent une fixation / limitation des exigences seigneuriales8. De même, à Argentan, la situation des bourgeois paraît meilleure que celle des gens des moines de Saint-Vigor de Cerisy vivant sur les biens cédés à l’abbaye par Tustinus Haudub puisque le duc, qui confirme la donation, ajoute qu’il n’exigera plus de corvées d’eux que lorsque ses bourgeois d’Argentan en devront9. À Caen, les bourgeois du duc et des abbayes bénéficient d’exemptions mais restent soumis à l’autorité seigneuriale10.

 

  • 11 La Ville en France au Moyen Âge, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), in Histoire (...)
  • 12 C’est le cas à Caen (par exemple Archives du Calvados, abbaye de Troarn, H 7 795, 1225) et (...)

6Traditionnellement11, on considère que le terme acquiert ensuite un autre sens ou plutôt un sens supplémentaire : le statut ou la condition de certains bourgeois pouvant être considérés comme enviables, le terme prend un sens plus social et au xiiie siècle il peut désigner les notables de la ville. La notion de consensus est à envisager là comme ailleurs : est bourgeois celui que l’on reconnaît comme tel parce qu’il habite l’agglomération et qu’il y occupe une place reconnue. Une étude prosopographique est toutefois nécessaire pour mettre cet aspect en évidence. Le terme « bourgeois » semble s’appliquer alors avant tout à des citadins et perd progressivement son lien avec la notion de bourg. Il faut, dans cette évolution, porter intérêt à l’emploi du terme au singulier. C’est souvent uniquement au début du xiiie siècle que le terme est employé dans les chartes comme qualificatif personnel12.

7Le schéma général que je viens d’évoquer brièvement suscite de nombreuses questions. Le succès du terme – dont témoigne sa prééminence sur le terme citain dans les sources en ancien français – est-il lié à la notion de supériorité sociale à laquelle il renvoie progressivement ? Cette supériorité, elle-même, est-elle le résultat de franchises (d’un « droit de bourgeoisie » qu’on aimerait mieux saisir), du service des maîtres de la ville ou de la multiplication des activités économiques en relation avec les seigneurs ou de l’ensemble de ces éléments ? En quoi consiste cette supériorité sociale, n’est-ce qu’une notion de richesse ? Tous les bourgeois sont-ils riches et les riches sont-ils tous bourgeois ? Tous les habitants d’une ville ont-ils vocation à être bourgeois ?

8Les réponses à ces questions ne peuvent venir que d’une analyse fine fondée sur des sources diversifiées. Les sources narratives peuvent apporter un éclairage différent de celui des chartes et ainsi enrichir le dossier. C’est à certaines d’entre elles que je consacre cette étude qui a pour but de faire des constatations, de lancer des pistes, mais non de répondre à l’ensemble des interrogations précédentes.

  • 13 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mémoi (...)
  • 14 E. M. C. Van Houts souligne que pour la dernière partie Wace travaille comme un véritable h (...)
  • 15 Wace, Le Roman de Rou, A. J. Holden (éd.), Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol. (cité d (...)
  • 16 Benoit de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, C. Fahlin (éd.), Uppsala, Almqvist (...)
  • 17 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon (...)

9On ne rencontre bien sûr pas le mot « bourgeois » dans Dudon de Saint-Quentin, qui écrit au début du xie siècle (vers 1010-1025), mais le texte du De moribus et actis primorum Normanniae ducum13 est l’un de ceux sur lesquels s’appuient Wace14 pour son Roman de Rou15 et Benoît de Sainte-Maure pour sa Chronique des ducs de Normandie16, textes écrits après le milieu du xiie siècle en vers et en ancien français. L’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital, rédigée par le moine de Saint-Évroult au début du xiie siècle, constitue également une source essentielle17.

  • 18 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum Ducum, J. Marx (éd.), Rouen – Paris, Lestr (...)
  • 19 La version utilisée par Wace ne va que jusque vers 1070 / 1071, ensuite l’auteur fait sa pr (...)
  • 20 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi ducis, R. Foreville (éd.), Paris, Les Belles Lettres (...)
  • 21 Chronique de Robert de Torigni, L. Delisle (éd.), Rouen, Métérie, 1872-1873, 2 vol.

10D’autres sources peuvent être mises à contribution. Les Gesta Normannorum ducum de Guillaume de Jumièges, qui écrit peu après 1066, sont ensuite interpolées et adaptées par Orderic Vital et Robert de Torigni (ce dernier ajoute un huitième livre sur Henri Ier)18. Ce texte est utilisé par Wace et Benoît et constitue même une de leurs sources essentielles, mais dans des rédactions différentes19. Dans les Gesta Normannorum Ducum, on ne rencontre que le terme civis dans les passages correspondant à ceux de Dudon, Wace et Benoît étudiés. Pour le reste, l’absence d’index rend l’étude difficile. Les Gesta Guillelmi ducis de Guillaume de Poitiers20 ont été éditées mais ni civis ni burgensis ne se trouvent dans les index consultés, le texte ne paraît pas particulièrement fécond pour ce sujet. Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel (1154-1186), évoque l’histoire anglo-normande du xiie siècle dans sa chronique, où le terme burgensis est parfois employé21.

  • 22 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, W. Stubbs (éd.), Londres, Eyre and S (...)
  • 23 Brevis relatio de origine Willelmi Conquestoris, in Scriptores Rerum Gestarum Willelmi (...)

11D’autres sources pourront être mises à contribution. Guillaume de Malmesbury, moine anglais, écrit vers 1125 les Gesta Regum Anglorum. L’éditeur de Wace indique qu’il existe des liens entre le Roman de Rou et le texte de Guillaume de Malmesbury à partir du règne de Guillaume le Conquérant qui font penser à une source commune22, mais là encore pas d’index rerum. De même, y a-t-il des liens entre Wace et la Brevis relatio de origine Willelmi Conquestoris23 ?

  • 24 Je tiens à ce propos à remercier Pierre Bouet et Catherine Bougy pour les éclaircissements (...)
  • 25 Informations communiquées par Pierre Bouet.

12L’exploitation d’un point de vue lexicographique de textes narratifs en latin et en ancien français peut s’avérer riche d’enseignements, mais il faut avoir à l’esprit un certain nombre de points préliminaires. Le premier tient aux difficultés d’utilisation des sources littéraires, qui réclament à la fois les compétences des historiens et des littéraires, linguistes et spécialistes de lexicologie24. Le vocabulaire dépend des sources, orales et écrites, utilisées par les auteurs et de leur dépendance ou liberté à leur égard. Le choix des termes est lié au sujet abordé, mais aussi à une volonté d’effet littéraire, à la nécessité d’utiliser des synonymes d’ailleurs plus ou moins adaptés. Dudon emploie parfois des termes comme synonymes, même s’il sait très bien qu’ils ne le sont pas, ainsi pour monasterium, ecclesia, basilica, delubrum (temple)25. Il faut aussi prendre en compte les problèmes de polysémie et ceux posés par le passage du latin à l’ancien français, de la prose à la versification.

  • 26 G. Duby, Les Trois Ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978.

13Le récit est la traduction d’une certaine réalité sociale, mais la part d’adéquation avec cette réalité – de l’époque de l’auteur plutôt que des événements décrits – est difficile à distinguer de la représentation d’une conception de la société telle qu’elle devrait être. Ainsi, chez Dudon, y a-t-il une réflexion sur la place ou le rôle que chacun doit tenir selon la volonté de Dieu ou, chez Benoît, selon la volonté du prince, Henri II. Georges Duby a jadis évoqué cet aspect et mon propos n’est pas d’étudier ici la représentation d’une société idéale, mais plutôt ce que le vocabulaire donne à voir de la société26.

14On a donc relevé toutes les occurrences du mot burgenses / bourgeois et celles de termes connexes tels cives / citain. On peut noter au passage le problème posé par l’absence d’index dans un certain nombre d’éditions – les références des glossaires de Wace et Benoît étant, elles, notoirement incomplètes.

15L’étude exhaustive du vocabulaire des sources narratives normandes se heurte à des difficultés techniques et il n’est pas certain qu’elle permettra d’apporter des éclaircissements proportionnés à l’investissement demandé. On a donc limité les dépouillements complets aux sources les plus riches pour ce propos. Quelques exemples ont ici été choisis parmi les plus représentatifs dans Dudon, Wace et Benoît, puis dans Orderic Vital, et seront complétés par des allusions ponctuelles à d’autres mentions, parfois dans d’autres textes.

 

  • 27 Dudon, I, 22.
  • 28 Le récit de Guillaume de Jumièges (Gesta Normannorum Ducum) est également très bref et n’ap (...)
  • 29 Wace, 2e partie, v. 818-820.
  • 30 Ibid., v. 824.
  • 31 L’adjectif « manant » a ce sens en ancien français : voir les dictionnaires de Godefroy, W. (...)

16Le premier épisode qui mérite qu’on s’y arrête est le siège de Chartres par Rollon en 911. Dudon27 passe rapidement sur cet événement, il mentionne simplement les habitants à propos d’une procession du clergé et des cives hors de la ville28. Le récit de Wace est plus long et comporte cinq allusions à des bourgeois. Quand Rou et les siens arrivent devant Chartres, Wace annonce que la ville « estoit moult bonne de grant antiquité, /  borjoiz y avoit riches et d’avoir grant plenté, /  yglise y avoit bele de grand auctorité… »29. C’est donc le mot « bourgeois » que Wace choisit pour qualifier les habitants de Chartres. Ils sont riches : ils ont « avoir grand plenté » (de l’avoir, de l’argent en quantité) et un peu plus loin, ils sont « manant et asazé »30, termes assez redondants marquant la richesse et, pour le premier, également la puissance31.

  • 32 Wace, 2e partie, v. 879.
  • 33 La définition du dictionnaire de Godefroy est la suivante : « soldat à pied, armé d’une (...)

17La défense de la ville est assurée par des barons, chevaliers, bourgeois, archers et geldons32 (soldats à pied33), qui participent à la procession. Les bourgeois sont cités aux côtés d’hommes de guerre. Le fait qu’ils figurent immédiatement après les barons et chevaliers et avant les archers et geldons peut laisser penser qu’ils ne combattent pas comme les piétons ; on les reverra associés aux chevaliers plus loin.

  • 34 Dudon, II, 23 (clero cum civibus).
  • 35 Wace, 2e partie, v. 851.
  • 36 Benoît, v. 7528.
  • 37 Un recueil d’études a récemment été consacré au petit peuple. P. Boglioni note que chez Tho (...)

18Il n’est pas sans intérêt de noter un rapprochement entre les trois textes. Dudon décrit l’évêque sortant de la ville muni de la tunique de la Vierge suivi du clergé avec les cives34, Wace évoque aussi l’évêque qui assemble « le clergié » et le « peuple menu » au moment où il sort de sa châsse la chemise de la Vierge35. Dans le passage de Benoît concernant la précédente relique, figurent « li citaain e li clergez » qui sont équipés d’armes36. On peut ici établir le lien entre cives / citains et « peuple menu » et dire que sans doute les cives forment l’ensemble de la population laïque de la cité et que « peuple menu » ne s’applique peut-être pas uniquement aux couches les plus basses37. Le problème reste toutefois que Dudon rend compte d’une société au tournant des xe-xie siècles, alors que Wace et Benoît ont comme référence celle de la deuxième moitié du xiie siècle.

19Le vocabulaire de Wace dans ce passage est beaucoup plus varié que celui de Dudon et de Benoît. Est-ce la prise en compte d’une diversification sociale accrue à son époque ? Le deuxième passage choisi montre pourtant que Dudon témoigne déjà d’une société urbaine composite.

 

  • 38 Dudon, IV, 70.
  • 39 Le récit de Guillaume de Jumièges apporte peu ici encore : seul le terme civis est (...)
  • 40 L. Musset, in Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 54.
  • 41 J. Le Maho, « Coup d’œil sur la ville de Rouen autour de l’an mil », in La Normandie vers l (...)

20L’un des passages de Dudon38 des plus intéressants pour ce sujet est celui de la révolte des Rouennais contre Louis IV (d’Outremer)39. Ce dernier est à Rouen après la mort du duc Guillaume Longue Épée en 943 et les Rouennais considèrent qu’il retient son fils Richard, enfant. Dudon évoque les cives de Rouen mais aussi les suburbani qui participent à la révolte. Ces derniers sont peut-être les habitants du bourg qui s’est développé hors les murs autour de l’abbaye Saint-Ouen40 ou ceux d’autres habitats suburbains, en particulier le secteur à l’ouest des murs41 ; suburbanus peut-il être considéré ici comme un terme annonciateur du mot « bourgeois » ?

  • 42 Dudon, IV, 70, 71.
  • 43 Dudon, IV, 71.
  • 44 Guillaume de Jumièges, E. M. C. Van Houts (éd.), t. I, p. 100-101.
  • 45 Dudo of Saint-Quentin. History of the Normans, E. Christiansen (trad.), Woodbridge, The Boy (...)
  • 46 Guillaume de Jumièges, E. M. C. Van Houts (éd.), t. I, p. 100.
  • 47 Dudon, E. Christiansen (trad.), note 333, p. 211 ; E. M. C. Van Houts considère que c’est u (...)

21Les principes civitatis ou les optimates civitatis tiennent une place dans ces événements42. Certains sont nommément désignés : Rodulfus, Anslec et Bernardus, tous trois optimates civitatis, sont appelés par le roi auprès de lui43. Guillaume de Jumièges cite les trois mêmes qu’il qualifie de gardiens du duché de Normandie44. Bernard semble être Bernard le Danois, conseiller de Guillaume Longue Épée et tenant un rôle important dans ces événements45. Anslec est mentionné par Guillaume de Jumièges comme l’un des trois secretarii du duc Guillaume46. Rodulfus peut être hypothétiquement assimilé à Raoul Torte qui à cette époque cherche à établir son autorité sur la Normandie47. On est donc à un très haut niveau, celui des gens qui sont liés à Rouen en tant que centre du pouvoir mais dont l’influence est bien plus large. C’est un témoignage de la présence à Rouen de membres de la plus haute aristocratie, formant l’entourage ducal.

  • 48 Dudon, IV, 70.
  • 49 Guillaume de Jumièges, E. M. C. Van Houts (éd.), t. I, p. 100.

22Le terme plebs est utilisé à plusieurs reprises dans ce passage. Il peut être mis en relation avec le mot cives. Tout d’abord, les suburbani s’associent aux cives pour se ruer plebeioque more sur les maisons des principes de la cité et leur faire des reproches, ensuite ces derniers effrayés par le langage des cives rejoignent le peuple armé (armata plebs) et enfin le peuple (plebs) et les milites armés s’en prennent au roi48. Chez Guillaume de Jumièges, dont le vocabulaire de la société est beaucoup moins riche que celui de Dudon à cet endroit, on trouve les cives mixti cum militaribus turmis, cives mêlés aux foules de milites49. Il semble bien que l’on puisse considérer que cives et plebs sont ici synonymes ou au moins qu’ils recouvrent des réalités voisines. Les suburbani peuvent être associés aux cives et former la plebs mais il semble bien aussi que cives puisse désigner à la fois les habitants de l’intérieur des murs et ceux des faubourgs.

 

  • 50 Wace, 2e partie, v. 2089.
  • 51 P. Boglioni, dans son article « Populus, vulgus et termes apparentés chez Thomas d’Aquin », (...)

23Sous la plume de Wace, le récit met en scène les bourgeois à quatre reprises, c’est le terme civis de Dudon qui est ainsi rendu dans le Roman de Rou. « Bourgeois » est associé à d’autres termes, ainsi dans le vers « Grant noise font borjoiz et autre genz menues »50. Les deux membres de cette phrase sont-ils comparables ou s’opposent-ils ? Difficile de répondre, mais le mot « autre » laisse penser que les bourgeois pourraient être les plus notables des gens menus sans s’en distinguer véritablement51. Reste à définir ce que Wace entend par « gens menus », expression semblable au « peuple menu » évoqué plus haut. On peut raisonnablement établir un rapprochement avec les cives et la plebs de Dudon.

  • 52 Ceci n’indique toutefois pas que les milites de Dudon soient obligatoirement des ch (...)
  • 53 M. de Boüard, « La Normandie ducale à travers l’œuvre de Wace. III : la guerre anglo-norman (...)
  • 54 Voir ci-dessous.
  • 55 Dictionnaires de Godefroy, W. von Wartburg (Französiches Etymologisches Wörterbuch, (...)

24Des membres du corps social sont parfois associés dans un même vers, tels les « chevaliers et borjois, vilain et païsant » qui partent chercher des armes lorsqu’ils apprennent que Richard est aux mains du roi. Cette énumération peut-elle être mise en parallèle avec la suivante dans Dudon : suburbani cum cives, milites cum rustici ? On ne peut l’affirmer parce qu’il ne s’agit pas exactement du même moment du récit de l’événement – Wace adapte assez librement Dudon – et que les termes ne peuvent être tous associés. Si milites et chevaliers52, cives et bourgeois le peuvent, suburbani et vilains apparaissent bien dissemblables. « Vilain » en Normandie peut désigner une catégorie de paysans, tenanciers de villenages. M. de Boüard note, à propos de l’emploi de ces termes par Wace dans un autre passage, que « paysan » pourrait désigner les campagnards en général alors que « vilain » désignerait plus particulièrement ceux qui cultivent la terre53. On peut toutefois se demander pourquoi paysans et vilains sont cités ensemble. Est-ce un effet littéraire, une volonté d’utiliser des synonymes, fréquente dans ce type de sources ? Il faut noter que Wace use du mot « vile » pour un village le plus souvent mais aussi pour une ville semble-t-il54. « Vilain » pourrait-il alors désigner l’habitant d’une telle agglomération ? Il ne semble pas d’après les dictionnaires d’ancien français55, mais les faubourgs pourraient être peuplés en partie de paysans.

  • 56 Benoît, v. 15126.
  • 57 L. Musset, « Peuplement en bourgage… », p. 184.
  • 58 Ibid., p. 180.
  • 59 On peut dès maintenant noter qu’Orderic Vital, lui, n’emploie pas suburbanus alors (...)

25Décrivant les mêmes événements, Benoît utilise « citain » à quatre reprises et « bourgeois » deux fois seulement. Il écrit même « li citaain et li borgeis »56. Ceci peut être justifié par les nécessités de la versification puisque « borgeis » forme la rime. Ce vers pourrait aussi être la traduction de suburbani conglobati cum civibus de Dudon. En effet, on rencontre des suburbani monachorum à Mortain en 1082 qui pourraient bien être les habitants d’un bourg57 ; et dans un acte pour Saint-Hilaire de Poitiers, burgenses est utilisé comme synonyme de suburbani58. Les bourgeois de Benoît pourraient être à la fois les cives et les suburbani de Dudon59 et ceci pourrait s’appliquer au vers de Wace précédemment étudié.

26On rencontre chez Benoît une autre association de termes : le roi Louis s’adresse aux « chevaliers e citaains / Comunes, geudes e vilains ». On peut de nouveau faire un parallèle avec Dudon : c’est pour décrire la même scène qu’il emploie la liste déjà évoquée, suburbani cum cives, milites cum rustici. Milites et chevaliers, cives et citains vont très bien ensemble. Le terme « comunes » rend-il compte du mot suburbani ? Commune ou commun désignerait plutôt le peuple, les habitants de la ville dans leur ensemble. Si rustici et vilains peuvent être associés, que faire de « geudes » qui est le même terme que « geldon » et désigne vraisemblablement de simples soldats, des « gens de pied » d’après le glossaire de K. Fahlin ? Comparaison n’est pas raison et celle-ci a quelque chose d’artificiel, Benoît s’est-il réellement soucié de restituer mot pour mot le texte de Dudon ? Certes non. Les exemples évoqués mettent surtout en évidence une « géométrie variable » du vocabulaire avec des termes qui se complètent et se recouvrent aussi en partie. Tout ceci procède ou bien d’un effet de style par la réitération de synonymes ou bien – ce qui n’exclut pas la première hypothèse – d’une volonté de compenser par la multiplication des signifiants un certain flottement du vocabulaire lié aux transformations d’une société dont Benoît comme Wace se font l’écho.

 

27Revenons plus spécifiquement au terme « bourgeois » et essayons de dégager de son emploi quelques premières conclusions en utilisant aussi les occurrences plus isolées dans les œuvres de Wace et Benoît.

  • 60 Wace, 3e partie, v. 2827 et 2901 (Falaise), v. 9652 (Domfront), v. 11317 (Caen).
  • 61 Ibid., v. 9970.
  • 62 Ibid., v. 10911-10916.

28Toutes les mentions s’appliquent à des habitants de villes et en cela il y a une différence avec Orderic Vital, on le verra. Dans certains cas, le terme désigne l’ensemble des habitants de cités telles Rouen ou Chartres. Des villes nouvelles ont acquis un rang urbain notable, comme Caen et dans une moindre mesure Falaise ou Domfront ; leurs habitants, qualifiés de « bourgeois », sont semblables à ceux des cités60. Toutefois, le terme peut aussi s’appliquer, chez Benoît comme chez Wace, aux habitants de petites agglomérations, ainsi les places autour du Mans61 citées à propos d’événements du règne de Guillaume le Roux. Bourgeois et bourgs sont associés dans ce passage. Même rapprochement dans un autre passage où les bourgeois préfèrent se cacher dans les abbayes plutôt que de rester dans les bourgs lors de la guerre entre Robert Courteheuse et Henri Ier 62. Les bourgeois sont d’abord des citadins mais peuvent tout aussi bien vivre dans des cités, dans des bourgs d’importance ou dans de petites agglomérations, de petits bourgs dont le caractère urbain n’est peut-être pas très marqué. Dans ce dernier cas, l’emploi du mot « bourgeois » paraît plus étroitement lié à l’aspect juridique de la notion de bourg. Ceci illustre la polysémie du vocabulaire.

  • 63 Wace, 3e partie, v. 8415.
  • 64 Benoît, v. 15166.

29Wace utilise le terme « bourgeois » beaucoup plus que Benoît qui écrit fréquemment « citain » alors que Wace ne l’emploie a priori qu’une seule fois dans l’ensemble du roman pour désigner les Rouennais dans la liste de ceux qui étaient à Hastings en 106663. Pourquoi cette différence ? Peut-on avancer l’idée que Wace, un clerc séculier qui vécut un temps à Caen, connaissait mieux que Benoît – qui pourrait avoir été moine – l’évolution de la société ? Pour Wace, le citadin est un bourgeois et ce terme est le mieux à même de désigner la population urbaine, ce qui expliquerait que le mot tend à être beaucoup plus employé en ancien français que « citain ». Ce dernier n’est plus l’unique représentant de la population d’une grande ville. À ce propos, il faut porter attention à l’utilisation par Benoît des termes « commun », « commune », « comunaument » dans le passage concernant Rouen après la mort de Guillaume Longue Épée. Employés à plusieurs reprises, ils semblent traduire ici l’existence d’une communauté d’intérêts entre tous les habitants de la ville qui n’hésitent pas à s’opposer à Louis. En allant plus loin, on pourrait y voir le témoignage de l’existence d’une véritable communauté d’habitants et de solidarités notamment dans l’expression « commune citaaine »64, c’est-à-dire « communauté de la cité, citadine, citoyenne » (il n’y a pas d’adjectif en français actuel pour donner tout son sens à celui de l’ancien français). Ceci montre que Benoît est en réalité parfaitement au courant de l’évolution de la société urbaine.

  • 65 Wace, 2e partie, v. 2072-2073.
  • 66 Ibid., v. 2115.
  • 67 Benoît, v. 19232-19235.
  • 68 Dudon, IV, 87.

30Quelle est la place de ces bourgeois dans la société ? Le récit de Dudon conduit à penser qu’au xe siècle – ou plutôt au début du xie quand il écrit – la société urbaine est diversifiée. Les cives n’appartiennent pas au groupe des principes, optimates civitatis donc à la grande aristocratie (?), ils sont en revanche souvent associés aux milites. Quand Bernard le Danois, l’un des barons normands, conseiller du duc Guillaume Longue Épée et intermédiaire entre le roi et les habitants de la ville, s’adresse aux Rouennais, Wace utilise les mots « chevaliers » et « bourgeois » pour les désigner65. Quelques vers plus loin, bourgeois et vavasseurs sont alliés66. Benoît cite aussi ensemble chevaliers et bourgeois67. Ils semblent constituer dans ces allusions les éléments essentiels de la société urbaine. À Chartres comme à Rouen, dans ces chroniques du xiie siècle, les chevaliers urbains tiennent une place importante. Bien avant, Dudon évoquait les Rotomagenses milites68.

  • 69 Wace, 2e partie, v. 4349.
  • 70 The Roman de Rou, G. Burgess (trad.), Jersey, Société jersiaise, 2002, p. 107.
  • 71 « La compaigne Richart aloiz touz tens creissant / quer de Roem acorent borjoiz et (...)

31Bourgeois et aristocrates représentent-ils l’ensemble de la population des villes ? Il faut évoquer de nouveau le problème des « vilains ». La plupart des mentions chez Wace et Benoît se rapporte à des paysans. Le doute est cependant permis pour quelques cas. Ainsi, les vers « les vilainz sont as viles et as bors reperrié, / et marcheanz alerent a foire et a marchié »69 sont-ils traduits par Glyn Burgess, le récent traducteur de Wace, par « the peasants went back to the towns and the burghs / boroughs and the merchants went to the fairs and markets »70, c’est-à-dire « les paysans revinrent dans les villes et les bourgs et les marchands allèrent aux foires et marchés ». Ceci soulève des questions ; si les vilains sont des paysans, pourquoi les « viles » ne sont-ils pas des villages (traduction que l’on rencontre pour d’autres passages) ? La question inverse est également valable. Le fait qu’ils « reviennent » dans les bourgs et les « viles » n’implique-t-il pas qu’ils y résident ? Ces vers suggèrent aussi que la population des bourgs n’était pas exclusivement désignée par le mot « bourgeois ». Se pose aussi le problème plus général des paysans présents dans la cité, ainsi à Rouen dans des exemples précédemment envisagés. Sont-ils des habitants, des faubourgs en particulier, ou viennent-ils des établissements ruraux des alentours ? Dans ce dernier cas, pourquoi sont-ils présents en ville ? La même question se pose à propos d’un autre vers : des bourgeois et des paysans qui accourent de Rouen et renforcent les forces de Richard71. Ces informations portent témoignage des liens entre ville et campagne et de la présence de populations rurales en ville d’une part et d’autre part du fait que « bourgeois » ne désigne pas toujours l’ensemble de la population de la cité.

  • 72 Cf. aussi « conmune jent » au vers 40 580.

32On a déjà évoqué le problème de la distinction – ou non – entre bourgeois et « gens menus », et « commun »72 chez Benoît. Ces mots restent aussi à étudier plus précisément. De même, on a vu dans Dudon que cives et plebs pouvaient être équivalents, il en est parfois de même de « bourgeois » et « peuple » lorsqu’il s’agit d’urbains.

33En définitive les bourgeois n’appartiennent pas à l’aristocratie, ce ne sont pas des paysans. Qu’est-ce qui les caractérise, les distingue d’autres catégories ? La question n’ayant de validité que si l’on considère qu’ils constituent une catégorie et que le terme « bourgeois » dans les œuvres ici analysées correspond à une notion suffisamment définie.

  • 73 Wace, 2e partie, v. 1413 ; 3e partie, v. 3520-3521.
  • 74 Benoît, v. 24572.
  • 75 S. Deck, Essai sur la formation urbaine…, p. 159.

34Les bourgeois ont un rôle dans la protection de la ville. Bourgeois et chevaliers en sont les défenseurs en plusieurs occasions, ainsi lors du siège de Chartres ou à Rouen73. Les « citains » de Benoît participent aussi à la défense à Rouen74. Les coutumes de Breteuil et de Verneuil font allusion au service d’ost dû par les bourgeois75. Leur association à plusieurs reprises avec les chevaliers, le rôle qu’ils jouent dans la révolte contre Louis à Rouen laissent penser qu’ils occupent une place notable dans la ville.

  • 76 Wace, 3e partie, v. 10911-10916.

35Ils sont parfois riches. Tous le sont-ils ? À Rouen, l’une des mentions est reliée à celle d’un marché. À la fin de son poème, lors du récit de la guerre entre le duc Robert Courteheuse et son frère Henri, roi d’Angleterre au début du xiie siècle, Wace explique que le duc taxe les bourgeois pour payer ses troupes et que ceux-ci résistent et cachent leur argent et richesses dans les abbayes où eux-mêmes se réfugient76.

  • 77 Ibid., v. 2826.

36On a peu d’informations sur les activités de ces bourgeois. Wace affirme que la mère de Guillaume le Bâtard est la fille d’un bourgeois de Falaise77 et Benoît annonce qu’il était pelletier, activité artisanale assez prestigieuse parmi les divers artisanats.

 

37Sans prendre le contre-pied de ce qui vient d’être dit, on peut apporter des éléments nouveaux grâce à l’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital. Le récit écrit par ce moine de Saint-Évroult vers 1115-1130, soit avant Wace et Benoît, est d’abord une histoire de son abbaye, de la Normandie et de la société du duché.

  • 78 Ce décompte a été rendu possible grâce au riche index établi par M. Chibnall.
  • 79 Orderic Vital, vol. I, p. XXXVI.

38Orderic utilise de nombreux termes pour désigner les habitants des villes78. Burgensis est cité 20 fois (burgus 21), cives 111 (et concives 1 fois), urbanus 4, oppidanus 69 et hospes 13. Marjorie Chibnall a mis l’accent sur les problèmes de traduction de certains mots employés par Orderic79. Elle prend l’exemple des nombreux termes utilisés pour désigner un château. Oppidum, castrum ou castellum peuvent signifier château ou ville fortifiée voire simplement ville. La même ambiguïté existe pour le vocabulaire de la société. Ainsi oppidanus peut s’appliquer à un habitant d’une ville ou à un membre d’une garnison. D’ailleurs, Marjorie Chibnall traduit burgensis par « bourgeois » ou par « townsman ». Ceci souligne l’importance de l’analyse contextuelle.

  • 80 Ibid., vol. II, p. 36 ; vol. III, p. 130 et 250.

39Pour Orderic, les bourgeois ne sont pas toujours des « urbains », en ce sens l’utilisation du terme par cet auteur se rapproche du vocabulaire des chartes dont il reprend parfois le texte. Ainsi évoque-t-il un bourgeois à Montreuil (l’Argillé), un autre à Breteuil et « sex burgenses » à Auffay entre Rouen et Dieppe dans la deuxième moitié du xie siècle80. Il est incontestable que ce ne sont pas là de très importantes agglomérations. Auffay est un petit centre économique et peut-être un simple village. Ces bourgeois sont donnés – ou plutôt les coutumes qui pèsent sur eux – à Saint-Évroult. « Bourgeois » désigne alors des individus dépendant d’un seigneur, habitant un bourg. On peut aussi envisager ici une acception juridique du terme. On connaît le texte des coutumes de Breteuil : le bourgeois est le tenancier du bourg bénéficiant d’obligations clairement définies.

  • 81 Ibid., vol. IV, p. 268.
  • 82 Ibid., vol. VI, p. 312.
  • 83 Robert de Torigni associe aussi agrarios milites, burgenses et rustici (Chronique de Robert (...)

40Burgenses et rustici sont associés à deux occasions. L’une est très générale : après la mort de Lanfranc, des maux se répandent sur le monde et les militares viri, suivis par les burgenses, les rustici et tout le vulgus, abandonnent les coutumes vestimentaires de leurs ancêtres81. L’autre mention figure dans le passage narrant les troubles à Cluny sous l’abbé Pontius et concerne les chevaliers et « gens de la région » (comprovinciales) à la fois rustici et burgenses82. Dans les deux cas, Orderic relate les difficultés de la période (1089 et 1122) et les bourgeois constituent alors l’un des éléments de la société, ni paysans, ni chevaliers – ici le parallèle peut être effectué avec les mentions dans Wace et Benoît – mais sans lien évident avec la notion de ville83.

  • 84 Orderic Vital, vol. VI, p. 92.
  • 85 Ibid., p. 204.
  • 86 Ibid., vol. IV, p. 224.

41Orderic emploie aussi « bourgeois » pour qualifier les habitants d’agglomérations qui sont clairement des villes : Falaise en 110684, Alençon en 111885 parmi les exemples les plus manifestes. Une seule fois, le mot désigne les habitants d’une cité : les Rouennais qui sont tués en 1090 lors d’une révolte, sous la direction de Conan, contre le duc86. Cives est plusieurs fois utilisé dans le même passage, les deux termes sont clairement synonymes. C’est toutefois la seule mention chez Orderic de bourgeois comme habitants d’une cité, ce n’est peut-être pas sans rapport avec le fait qu’il décrit une révolte, se faisant peut-être l’écho de l’opinion des ecclésiastiques à l’égard des revendications urbaines associées à la notion de bourgeois.

  • 87 Ibid., vol. VI, p. 46 et 524.

42À deux reprises, on peut établir un lien entre bourgeois et richesse. Un bourgeois de Meulan est très riche (1103) et les biens de ceux de Breteuil, ville riche (opulenta villa), sont brûlés en 113887. On a ici le témoignage de l’existence de nettes différenciations sociales dans des agglomérations de taille modeste.

  • 88 Archives du Calvados, abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, H 4369 ; cité par L. Musset, « (...)
  • 89 Un censier normand du XIIIe siècle. Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Ro (...)

43En définitive, les bourgeois d’Orderic ne sont pas toujours des urbains. Le terme est parfois utilisé dans son sens premier d’habitant d’un bourg, à l’image du vocabulaire des chartes du xie siècle et bien au-delà, puisque l’on trouve le terme employé dans ce sens au xiiie siècle encore, ainsi à Argences en 1269, petit bourg près de Caen88 ou à Saint-Martin-des-Bois (Calvados)89. De ce point de vue on constate une réelle différence entre Orderic Vital et Wace, qui écrit plus tard et en langue vernaculaire. Cela pourrait être encore une manifestation de ce qui distingue un moine d’une abbaye rurale d’un clerc séculier urbain. Toutefois, bien que le terme ne paraisse pas être l’un des favoris d’Orderic, puisqu’il utilise systématiquement civis pour les cités, il en connaît l’évolution sémantique et l’emploie pour les Rouennais ou l’associe à l’idée de richesse à deux reprises.

 

  • 90 On peut citer un vers de la Chanson de la Croisade albigeoise (exemple tiré de T. Dutour, L (...)

44Le bilan que l’on peut tirer de cette étude est provisoire. Les recherches demandent à être étendues au xiiie siècle qui, du point de vue du vocabulaire et de l’évolution de sa signification, s’annonce être une période charnière, et ce dans une perspective comparatiste puisque dans les sources narratives d’autres régions, on peut trouver la même terminologie90. Les études sur le sujet ne sont pas légions.

45Les précautions à l’égard des sources doivent rester en mémoire. Elles ont été évoquées en introduction et se révèlent d’autant plus nécessaires que l’acception du terme « bourgeois » a connu des variations synchroniques et diachroniques. S’il est difficile d’y voir clair, c’est aussi parce que ces sources cherchent à définir des catégories mais que la représentation correspond mal à la réalité.

46D’ores et déjà des orientations apparaissent. La population de Rouen telle que Wace nous la laisse entrevoir est composite. Trouve-t-on là les signes de l’essor urbain, de l’enrichissement et de la diversification sociale au xiie siècle, dont l’emploi du terme « bourgeois » pourrait en partie rendre compte ? Sans doute, mais on doit aussi noter que dans le récit des mêmes événements par Dudon, la société urbaine est déjà bien diverse. Ceci souligne les continuités. Chez Dudon, Wace et Benoît la variété du vocabulaire des énumérations – au-delà des effets de style et de la polysémie – rend compte de cette société. Indirectement apparaissent les liens entre société rurale et société urbaine par la présence en ville ou à ses abords de populations agricoles.

47Des caractéristiques souvent liées au terme « bourgeois » à partir du xiie siècle ont été mises en évidence. Si « bourgeois » peut désigner l’ensemble de la population d’une agglomération et peut être synonyme de cives – et ce bien avant le xiiie siècle – , de plebs / peuple ou de « commun », il s’applique aussi à des membres des couches supérieures de la société urbaine, mais non aristocratiques, semble-t-il. C’est un sens plutôt social qui est ici mis en avant, mais il est vrai que les sources narratives se préoccupent peu de problèmes juridiques.

48Comment analyser la multiplication des occurrences du mot burgensis : est-ce une évolution de la langue ou est-ce l’essor d’une nouvelle catégorie sociale ? D’abord habitant du bourg – mais sans que l’on trouve dans ce type de source un sens obligatoirement juridique au mot – puis d’une ville quelle qu’elle soit, le bourgeois apparaît alors au service du pouvoir, ayant une certaine envergure sociale. On peut risquer une formule : le succès du mot « bourgeois » pourrait être lié à l’émergence d’un « homme nouveau » – pas au sens de Pirenne, c’est-à-dire venu de nulle part et différent du reste de la société, mais comme un type d’homme qui se diffuse dans la société féodale en ayant compris comment l’utiliser à son profit. N’est-ce pas le signe du succès de nombreux bourgs ? Si « bourgeois » concurrence plutôt victorieusement civis / citain, est-ce réellement l’émergence d’une nouvelle catégorie ou plutôt le signe d’une diversification sociale liée à la croissance urbaine et à l’essor marqué et marquant d’agglomérations récentes ? Peut-on faire un parallèle avec l’emploi de « chevalier » en ancien français alors que la racine du mot latin miles n’a pas de postérité immédiate ? Si oui, en quel sens ?

49La multiplication de l’emploi du mot « bourgeois » peut être liée à la prise en compte de l’évolution sociale, le mot burgensis semblant plus approprié que civis ou bien permettant de rendre compte de la pluralité des situations. Pourtant les cives de Dudon ont peut-être déjà bien des caractéristiques des bourgeois du xiie siècle.

  • 91 T. Dutour, La Ville médiévale, p. 165 sq.

50Bourgeois / cives et aristocrates, souvent associés, paraissent constituer deux formes de la « supériorité sociale »91, deux formes dont la distinction n’est pas absolument évidente : richesse, service armé sont valables pour les deux. Peut-être faut-il alors parler d’ancienneté du lignage, de niveau de richesse et de service, de proximité avec les pouvoirs pour mieux distinguer, mais les frontières entre catégories sociales ne sont sans doute pas closes. Tout ceci « colle » difficilement avec le schéma théorique des trois ordres que l’on trouve aussi véhiculé par ces auteurs.

51Enfin, chez Benoît (mais l’étude demande à être étendue), on trouve dans certaines utilisations des termes « commun / commune » et leurs dérivés l’expression de l’existence d’une communauté urbaine, d’intérêts communs qui transcendent parfois la division en catégories différentes. La recherche dépasse donc obligatoirement le cadre de l’analyse d’un mot ou même de plusieurs et conduit à envisager l’ensemble de la société urbaine.

Notes

1 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, t. IX, no 2, avril-juin 1966, p. 177-208 (p. 182).

2 Le mot, dans le sens qui nous intéresse ici, apparaît au IXe siècle, par exemple à Tours autour du monastère Saint-Martin (ibid., p. 178).

3 Au moins quatre des sept cités normandes ont un bourg ou plusieurs au XIe siècle : Rouen, Évreux, Sées et Bayeux (ibid., p. 183). Caen est un burgus en 1025 (L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Caen, La Mandragore, 2000, p. 28).

4 Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), M. Fauroux (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXVI, 1961, no 95, 1037-1040 env.

5 Ibid., no 167, 1035-1066 (bourgeois du duc à Argentan) ; no 224, 1063-1066 (un bourgeois du bourg de Cherbourg) ; no 208, 1055-1066 (les bourgeois de Douvrend).

6 L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles…, p. 45.

7 L’acte est connu par une copie du XIVe siècle.

8 S. Deck, Essai sur la formation urbaine et l’administration des villes et des bourgs en haute Normandie des origines à la révolution, document dactylographié, 1961, p. 156-159.

9 L. Musset, « Peuplement en bourgage… », p. 181 et 189 ; Recueil des actes des ducs de Normandie…, no 17, p. 358-359.

10 L. Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles…, p. 45-47.

11 La Ville en France au Moyen Âge, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), in Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), t. II, Paris, Seuil, 1998, p. 131 sq. ; pour une approche plus récente, voir T. Dutour, La Ville médiévale, Paris, Odile Jacob, 2003, p. 165 sq. et 201 sq.

12 C’est le cas à Caen (par exemple Archives du Calvados, abbaye de Troarn, H 7 795, 1225) et à Falaise (J.-M. Vallez, « Recherches sur l’histoire sociale et économique de Falaise du XIe siècle à la Guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LV, 1959-1960, p. 39-85).

13 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1865, p. 115-301 (cité désormais Dudon).

14 E. M. C. Van Houts souligne que pour la dernière partie Wace travaille comme un véritable historien et non comme un compilateur / traducteur (E. M. C. Van Houts, « The adaptation of the Gesta Normannorum Ducum by Wace and Benoît » [1984], in History and Family Traditions in England and the Continent, Aldershot, Ashgate, 1999, XI, p. 115-124).

15 Wace, Le Roman de Rou, A. J. Holden (éd.), Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol. (cité désormais Wace).

16 Benoit de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, C. Fahlin (éd.), Uppsala, Almqvist & Wiksells, 1951-1954, 2 vol. (cité désormais Benoît) ; Benoît, Chronique des ducs de Normandie, F. Michel (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1836-1844, 3 vol.

17 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1969-1980, 6 vol. (cité désormais Orderic Vital).

18 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum Ducum, J. Marx (éd.), Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1914 ; The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigni, E. M. C. Van Houts (éd.), Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1992-1995, 2 vol.

19 La version utilisée par Wace ne va que jusque vers 1070 / 1071, ensuite l’auteur fait sa propre continuation jusqu’en 1106 alors que Benoît est plus un traducteur qu’un historien (E. M. C. Van Houts, « The adaptation of the Gesta Normannorum Ducum… »).

20 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi ducis, R. Foreville (éd.), Paris, Les Belles Lettres (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), 1952 ; The Gesta Guillelmi of William of Poitiers, R.H.C. Davis, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1998 (un index général recense quelques noms communs tels que castle, knight mais le vocabulaire de la société urbaine n’y figure pas).

21 Chronique de Robert de Torigni, L. Delisle (éd.), Rouen, Métérie, 1872-1873, 2 vol.

22 Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, W. Stubbs (éd.), Londres, Eyre and Spottiswoode, 1887-1889, 2 vol. ; William of Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, R. A. B. Mynors, R. M. Thomson, M. Winterbottom (éd.), Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1998-1999, 2 vol.

23 Brevis relatio de origine Willelmi Conquestoris, in Scriptores Rerum Gestarum Willelmi Conquestoris, J. A. Giles (éd.), Londres, Publications of the Caxton Society, 1845.

24 Je tiens à ce propos à remercier Pierre Bouet et Catherine Bougy pour les éclaircissements qu’ils m’ont donnés.

25 Informations communiquées par Pierre Bouet.

26 G. Duby, Les Trois Ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978.

27 Dudon, I, 22.

28 Le récit de Guillaume de Jumièges (Gesta Normannorum Ducum) est également très bref et n’apporte rien à notre sujet. Cf. l’édition d’E. M. C. Van Houts, t. I, p. 62-63.

29 Wace, 2e partie, v. 818-820.

30 Ibid., v. 824.

31 L’adjectif « manant » a ce sens en ancien français : voir les dictionnaires de Godefroy, W. von Wartburg (Französiches Etymologisches Wörterbuch) et A. Tobler, E. F. Lommatzsch (Altfranzösisches Wörterbuch).

32 Wace, 2e partie, v. 879.

33 La définition du dictionnaire de Godefroy est la suivante : « soldat à pied, armé d’une lance, ordinairement paysan, levé par une sorte de conscription », les exemples cités viennent en particulier de Benoît.

34 Dudon, II, 23 (clero cum civibus).

35 Wace, 2e partie, v. 851.

36 Benoît, v. 7528.

37 Un recueil d’études a récemment été consacré au petit peuple. P. Boglioni note que chez Thomas d’Aquin infimus populus correspond au peuple en tant que « couches inférieures » (« Populus, vulgus et termes apparentés chez Thomas d’Aquin », in Le Petit Peuple dans l’Occident médiéval : terminologies, perceptions, réalités (Actes du congrès international de Montréal, 18-23 octobre 1999), P. Boglioni, R. Delort, C. Gauvard (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 72-74). N. Bériou constate dans les sermons ad status que le mot « menu » est « souvent porteur du simple constat de différences de rang et de richesse dans la société » (« Le petit peuple dans les sermons ad status du XIIIe siècle », ibid., p. 23).

38 Dudon, IV, 70.

39 Le récit de Guillaume de Jumièges apporte peu ici encore : seul le terme civis est employé (peu de fois) ; cf. l’édition d’E. M. C. Van Houts, t. I, p. 100-112.

40 L. Musset, in Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 54.

41 J. Le Maho, « Coup d’œil sur la ville de Rouen autour de l’an mil », in La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2000, p. 175-178.

42 Dudon, IV, 70, 71.

43 Dudon, IV, 71.

44 Guillaume de Jumièges, E. M. C. Van Houts (éd.), t. I, p. 100-101.

45 Dudo of Saint-Quentin. History of the Normans, E. Christiansen (trad.), Woodbridge, The Boydell Press, 1998, note 235, p. 199.

46 Guillaume de Jumièges, E. M. C. Van Houts (éd.), t. I, p. 100.

47 Dudon, E. Christiansen (trad.), note 333, p. 211 ; E. M. C. Van Houts considère que c’est un personnage non identifié (t. I, p. 101).

48 Dudon, IV, 70.

49 Guillaume de Jumièges, E. M. C. Van Houts (éd.), t. I, p. 100.

50 Wace, 2e partie, v. 2089.

51 P. Boglioni, dans son article « Populus, vulgus et termes apparentés chez Thomas d’Aquin », note qu’« il est à remarquer que, assez souvent, ces termes sont employés en couple, voire en triade, comme des termes presque synonymes, mais malgré tout complémentaires : ce redoublement de terminologie n’est peut-être rien d’autre qu’un effet stylistique. Mais il est permis de se demander si cette recherche d’une définition plus exacte, par l’accumulation de termes complémentaires, comme si plusieurs traits étaient nécessaires pour définir un concept mal défini, ne révèle pas chez Thomas d’Aquin une certaine difficulté à cerner et exprimer le concept difficile de “petit peuple” ou “bas peuple” » (p. 74).

52 Ceci n’indique toutefois pas que les milites de Dudon soient obligatoirement des chevaliers. Ce n’est pas l’objet de cette communication de discuter de la traduction du mot miles et de l’assimiler ou non au terme « chevalier », il mériterait d’ailleurs aussi une enquête dans les sources normandes des Xe-XIe siècles. Voir à ce sujet P. Bauduin, « À propos d’un acte inédit du fonds de Saint-Ouen de Rouen : aperçu sur les débuts de la féodalité normande », in La Normandie vers l’an mil, p. 93-103.

53 M. de Boüard, « La Normandie ducale à travers l’œuvre de Wace. III : la guerre anglo-normande de l’an mil », supplément aux Annales de Normandie, 1952, p. 1-9.

54 Voir ci-dessous.

55 Dictionnaires de Godefroy, W. von Wartburg (Französiches Etymologisches Wörterbuch, t. XIV) et A. Tobler, E. F. Lommatzsch (Altfranzösisches Wörterbuch).

56 Benoît, v. 15126.

57 L. Musset, « Peuplement en bourgage… », p. 184.

58 Ibid., p. 180.

59 On peut dès maintenant noter qu’Orderic Vital, lui, n’emploie pas suburbanus alors qu’il utilise suburbium.

60 Wace, 3e partie, v. 2827 et 2901 (Falaise), v. 9652 (Domfront), v. 11317 (Caen).

61 Ibid., v. 9970.

62 Ibid., v. 10911-10916.

63 Wace, 3e partie, v. 8415.

64 Benoît, v. 15166.

65 Wace, 2e partie, v. 2072-2073.

66 Ibid., v. 2115.

67 Benoît, v. 19232-19235.

68 Dudon, IV, 87.

69 Wace, 2e partie, v. 4349.

70 The Roman de Rou, G. Burgess (trad.), Jersey, Société jersiaise, 2002, p. 107.

71 « La compaigne Richart aloiz touz tens creissant / quer de Roem acorent borjoiz et païssant / machues et guisarmes et haches aportant » (Wace, 1re partie, v. 4092-4094).

72 Cf. aussi « conmune jent » au vers 40 580.

73 Wace, 2e partie, v. 1413 ; 3e partie, v. 3520-3521.

74 Benoît, v. 24572.

75 S. Deck, Essai sur la formation urbaine…, p. 159.

76 Wace, 3e partie, v. 10911-10916.

77 Ibid., v. 2826.

78 Ce décompte a été rendu possible grâce au riche index établi par M. Chibnall.

79 Orderic Vital, vol. I, p. XXXVI.

80 Ibid., vol. II, p. 36 ; vol. III, p. 130 et 250.

81 Ibid., vol. IV, p. 268.

82 Ibid., vol. VI, p. 312.

83 Robert de Torigni associe aussi agrarios milites, burgenses et rustici (Chronique de Robert de Torigni, t. I, p. 320-321). Les mentions de « bourgeois » dans sa chronique ne sont pas très fréquentes et n’apportent pas vraiment d’élément supplémentaire à la réflexion.

84 Orderic Vital, vol. VI, p. 92.

85 Ibid., p. 204.

86 Ibid., vol. IV, p. 224.

87 Ibid., vol. VI, p. 46 et 524.

88 Archives du Calvados, abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, H 4369 ; cité par L. Musset, « Peuplement en bourgage… », p. 185.

89 Un censier normand du XIIIe siècle. Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, H. Dubois, D. Angers, C. Bébéar (éd.), Paris, CNRS, 2001, p. 75.

90 On peut citer un vers de la Chanson de la Croisade albigeoise (exemple tiré de T. Dutour, La Ville médiévale, p. 170) qui évoque les « cavalers e sirvens et borze e peos » membres de l’armée qui assiège Toulouse en 1217-1218.

91 T. Dutour, La Ville médiévale, p. 165 sq.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540