Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Archéologie des villes normandes

L’urbanisation d’un espace au sud-ouest de Rouen au bas Moyen Âge

Bénédicte Guillot, Paola Calderoni et Bérengère Le Cain

Texte intégral

  • 1 Les dessins et photos sont de B. Guillot, sauf mention contraire.

1En 2001, une opération d’archéologie préventive a permis d’étudier un secteur de Rouen situé à proximité de la Seine, sur la paroisse de Saint-Éloi (fig. 1)1. Nous avons pu cerner son urbanisation entre le xiie et le xive siècle. Les niveaux antérieurs au xiie siècle n’ont pas été atteints.

Fig. 1 – Localisation du chantier archéologique sur le plan de Rouen

Fig. 1 – Localisation du chantier           archéologique sur le plan de Rouen

2Le site est délimité par les quais au sud, la rue des Charrettes au nord, la rue Saint-Éloi à l’ouest, et, à l’est, une portion aujourd’hui disparue de la rue de la Vicomté (fig. 2). Ces rues sont mentionnées dans des textes du bas Moyen Âge ; les deux dernières aboutissaient à des portes ouvertes dans le mur d’enceinte de la ville. Cette partie des fortifications, le long des quais de Seine, n’est connue que par la documentation de la fin du Moyen Âge et de la période moderne ; son existence entre le xiie et le xive siècle n’est pas attestée.

Fig. 2 – Extrait du plan de Rothomagus-Rouen de Jacques Gomboust réalisé en 1655

Fig. 2 – Extrait du plan de Rothomagus-Rouen de Jacques           Gomboust réalisé en 1655

L’emplacement du chantier archéologique est marqué par une étoile noire.

  • 2 D. Pitte, B. Guillot, « Vestiges médiévaux sur le site de l’ancienne gare routière », Bulle (...)

3La fouille s’est déroulée à l’emplacement de l’ancienne gare routière, construite après la Seconde Guerre mondiale2. À cette époque, le front de Seine a été surélevé avec les déblais issus des bombardements, ce qui laissait espérer une bonne conservation des vestiges antérieurs. Malheureusement, à l’ouest, des caves ont détruit pratiquement tous les niveaux médiévaux et modernes.

4En revanche, à l’est, un vaste entrepôt lié aux activités du port et de la douane n’a détruit qu’une partie de l’occupation médiévale, grâce à des fondations sur plots et arcs de décharge. Les vestiges les mieux conservés sont localisés sous la rue de l’Entrepôt, créée au milieu du xixe siècle afin de relier la rue des Charrettes et les quais (fig. 3)

Fig. 3 – Recalage du cadastre actuel (en grisé) sur celui de 1827 (trait noir)

Fig. 3 – Recalage du cadastre actuel (en           grisé) sur celui de 1827 (trait noir)

Les noms de rues disparues sont en italiques, les murs de l’Entrepôt Réel en blanc et ceux de la maison médiévale en noir.

Édification d’une grande maison à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle

5La partie sud de cette grande maison (fig. 4, no 1) n’a pas été retrouvée, mais on peut reconstituer un bâtiment rectangulaire, avec au nord un escalier extérieur, dont les quatre premières marches ont été conservées. La présence de cet escalier permet de restituer avec certitude un étage. La maison a une surface au sol de plus de 230 m2 et se compose au rez-de-chaussée d’au moins deux pièces de plain-pied. Les murs sont construits en pierre de taille calcaire. Le ressaut de fondation est chanfreiné à l’intérieur et à l’extérieur. Les niveaux extérieurs, très perturbés, n’ont conservé aucune trace de circulation.

Fig. 4 – Plans de l’occupation médiévale sur le site

Fig. 4 – Plans de l’occupation             médiévale sur le site

6À chaque angle, deux portes (1,10 m de large) permettent d’entrer dans la pièce nord (A), de plus de 60 m2 de surface (10,90 m x 5,60 m). Le sol de la pièce, composé de calcaire damé, s’est affaissé et se trouve sous la nappe phréatique. Une cheminée de style roman est incorporée au centre du mur nord (ouverture 1,10 m, hauteur 1,60 m et profondeur 0,89 m) (fig. 5). Elle est encadrée par deux colonnes adossées, placées dans deux renfoncements du parement. À l’ouest, le chapiteau à godrons est associé à une base moulurée polygonale. Le chapiteau est montre un décor végétal stylisé ; la base moulurée de la colonne est ornée d’une griffe. Seuls les blocs d’impostes, supportant un arc surbaissé, sont saillants du nu du mur. Les deux colonnes reposent sur le ressaut de fondation, qui sert aussi de fond à cette structure. Le contrecœur concave a été maçonné au moyen de fragments de tuiles romaines (tegulae et imbrices) disposés en « arêtes de poissons ».

Fig. 5 – Vue de la cheminée de style roman

Fig. 5 – Vue de la cheminée de style             roman

[avec l’aimable autorisation de D. Pitte]

7Cette première salle communique avec la suivante (B) par au moins une ouverture dont on a retrouvé la feuillure et une empreinte laissée par un gond en fer. Le seuil est marqué par une grande pierre chanfreinée des deux côtés. Une fenêtre étroite à double ébrasement assure l’éclairage de la pièce. En vis-à-vis, un piédroit semble marquer l’emplacement d’une autre baie, sans qu’il soit possible d’en déterminer la nature, porte ou fenêtre.

8La disposition des ouvertures laisse supposer un environnement dégagé sur au moins trois côtés. La maison semble occuper le centre d’une parcelle, sous réserve que son extrémité sud ne vienne pas aboutir à une rue, aux quais de Seine ou même à une éventuelle enceinte.

Environnement

  • 3 Étude archéozoologique par B. Clavel, INRAP / ESA 8045 CNRS (Compiègne) ; é (...)

9Un sondage a été effectué à 15 m à l’ouest de la maison et a révélé l’existence d’un cloaque au xiie et au début du xiiie siècle. Le milieu humide a permis la bonne conservation d’éléments périssables comme le bois, les graines ou le cuir. Les analyses3 ont également fourni quelques indications sur les habitudes alimentaires des usagers du dépotoir. Concernant les poissons, les espèces marines sont majoritaires et, parmi elles, les harengs sont les plus consommés. On peut d’ailleurs signaler la présence de la rue Harenguerie toute proche. Les poissons d’eau douce sont représentés par les anguilles et les carpes. Les ossements d’animaux appartiennent aux bœufs, porcs, caprinés, chevaux, coqs, canards et oies. Les plantes cultivées comprennent en majorité des céréales (avoine, orge, seigle et froment), une légumineuse (le pois) et des essences fruitières (noyer, pêcher et vigne). La consommation de froment et de pêches suggère un statut social élevé des utilisateurs du dépotoir.

10Le mode de fossilisation des graines prouve une immersion permanente et sous une profondeur d’eau importante. On peut restituer un environnement déboisé de la maison, avec quelques bosquets d’arbustes et une végétation typique des prairies humides et des berges de cours d’eau calme. Nous ne pouvons toutefois pas savoir si nous sommes en présence d’un bras mort de la Seine en cours d’envasement ou d’une zone marécageuse créée par la divagation d’un petit affluent. Ce dernier pourrait être la Renelle, un des ruisseaux de Rouen qui circulait au bas de la rue Herbière pour aller se jeter dans la Seine. Quoi qu’il en soit, cet espace sera entièrement viabilisé au cours du xiiie siècle.

Datation

  • 4 B. d’Ymonville, « Fragment sculpté d’une cheminée romane du XIIe siècle dan (...)

11Nous disposons de deux éléments pour dater la construction de cette maison. Tout d’abord, un critère stylistique apporté par la cheminée, qui situerait le bâtiment entre le milieu du xie siècle et le xiie siècle. En contexte d’habitat, nous n’avons qu’un exemple de comparaison pour la Normandie, rue Saint-Pierre à Caen. Il s’agit d’une cheminée beaucoup moins bien conservée, située au deuxième étage d’une maison4. Plus près de Rouen, mais cette fois-ci dans un contexte castral, le donjon de Brionne a conservé, dans l’épaisseur de ses murs, la moitié d’une cheminée présentant de fortes similitudes avec celle de Rouen. Une colonne est surmontée d’un chapiteau et une partie du contrecœur en briquettes se trouve juste à la base du conduit de fumée de forme cylindrique.

  • 5 Il s’agit de deux tessons dont la production est attribuable au XIIe siècle (un fragmen (...)

12Par ailleurs, le mobilier céramique recueilli dans le niveau d’occupation du sol ne remonte pas en deçà de la fin du xiie siècle, voire du début du xiiie siècle. L’échantillonnage céramique est réduit puisque nous ne disposons que de quelques tessons5. L’édification de cette maison prend donc place dans une fourchette chronologique relativement large, couvrant tout le xiie siècle, avec davantage d’arguments pour la fin du siècle.

Observations

  • 6 D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison ro (...)

13Une maison sans étage bas, équipée d’une cheminée dans une salle du rez-de-chaussée, constitue une singularité. Les exemples rouennais de constructions civiles aux xiie et xiiie siècles présentent généralement un niveau semi-enterré dépourvu de cheminée, celle-ci se trouvant dans la grande salle du premier étage6.

14La construction d’un habitat de plain-pied est probablement une réponse à la nature marécageuse du terrain. La présence de la cheminée nous permet d’assimiler la pièce à une partie du logis, en complément du niveau d’habitation traditionnellement situé au premier étage de la maison. Les entrées ne donnant pas sur la rue, une fonction commerciale paraît improbable.

  • 7 Ces ouvertures sont courantes dans les celliers ; au contraire les fenêtres des pièces (...)

15Nous disposons de peu d’éléments pour définir la fonction de la seconde pièce ; seul le type de fenêtre7 (étroite et dispensant un faible éclairement) permet d’émettre l’hypothèse d’un lieu destiné au stockage.

Développement de l’habitat aux xiiie et xive siècles

Premier réaménagement dans la maison et construction d’un habitat à l’est

16Au xiiie siècle, de profonds changements ont lieu dans la maison (fig. 4, no 2). La porte mettant en relation les deux pièces est bouchée. Une nouvelle maçonnerie est construite, divisant la salle nord en deux parties inégales. À l’ouest (A1), une salle de 6 m de large contenant la cheminée est remblayée. Un sol en mortier est mis en place et, dans la cheminée, un nouveau socle est aménagé à la même hauteur. Le rehaussement masque la base des colonnes. À l’est (A2), un espace plus petit (3,70 m de large) est également remblayé mais on n’y constate aucun aménagement. Toutes ces modifications semblent conditionnées par une ou plusieurs inondations, comme en témoigne la présence d’oxyde ferreux dans les remblais.

17Dans le même temps, un habitat se développe à l’est de cette maison. L’angle d’un bâtiment (C) a été mis au jour, ainsi que le départ d’un mur qui pourrait servir de limite de parcelle.

Constitution d’un îlot autour de la maison à la fin du xiiie siècle

18À l’étape suivante, la cloison est abattue et la salle A retrouve son volume initial. À la fin du xiiie siècle (fig. 4, no 3), la cheminée est définitivement condamnée. À l’extérieur, l’escalier permettant d’accéder à l’étage est détruit. Aux alentours, le terrain humide est affermi par des apports de remblais composés essentiellement de matériaux issus de démolitions, dont celle de l’escalier.

19Des maçonneries sont ensuite construites autour de la maison, qui se trouve ainsi englobée dans un îlot d’habitation borné au nord par la rue des Charettes. À l’ouest, une voie se dirige vers la Seine. Un caniveau et un trottoir réduisent la largeur de la voie à 3 m environ. À l’est, un nouveau mur est construit. Il possède un décor de façade composé d’un petit pilier adossé en calcaire (0,22 m x 0,25 m, hauteur 0,40 m), dont les arêtes sont chanfreinées. Ce mur donne sur un passage étroit (largeur 2 m), au milieu duquel se trouve un puisard couvert par un dallage et qui recueille les eaux pluviales de la maison.

20Les nouvelles constructions ont un impact direct sur les dispositions intérieures de la grande maison en pierre. Une structure voûtée (D) obstrue la fenêtre de la pièce sud. Une des portes d’entrée de la maison est bouchée. On ne peut rien dire sur l'autre porte qui a été largement détruite par un plot de l’entrepôt au xixe siècle. Après la condamnation de la cheminée et de la plupart des ouvertures, il est impossible de déterminer l’utilisation de ces salles, mais la fonction d’habitat est devenue improbable.

21Au nord de la grande maison, deux pièces nouvellement aménagées présentent des installations adaptées à la vie domestique (E et F). En effet, elles sont dotées de petites cheminées construites en argile avec des fragments de tuiles à crochet posées de chant. Des latrines sont incluses dans l’épaisseur d’un mur. Leur évacuation se dirige vers l’ouest, dans une cour.

  • 8 Il s’agit de la partie inférieure de pot en pâte beige avec un effet d’engobe (...)

22Les latrines semblent rapidement abandonnées. Le mobilier céramique retrouvé dans leur comblement n’est pas postérieur au xiiie siècle8. La cour est alors aménagée avec un sol en calcaire damé. Elle est cloisonnée et équipée de cheminées. Ces dernières sont de plus grande taille que celles des pièces E et F et sont composées d’un encadrement en bois limitant un niveau d’argile.

  • 9 J. G. Hurst, cité par M. Levalet, « Quelques observations sur les cuisines en France et (...)

23L’existence de grandes cheminées, placées hors des pièces de résidence, évoque une spécialisation de ce lieu, probablement une cuisine (G). En effet, on note au bas Moyen Âge une volonté d’isoler la cuisine du reste de l’habitation. On utilise fréquemment le bois comme matériau de construction, qui est ici également employé pour l’encadrement des cheminées et pour la cloison. Les deux cheminées peuvent appartenir à la même pièce et servir à des opérations très diverses, par exemple l’une pour cuire des aliments dans des pots, l’autre pour rôtir, griller ou frire. Ces structures étaient protégées soit par un toit couvrant toute la cour, soit sous des appentis, « tout juste suffisants pour les abriter de la pluie, et pas assez importants pour constituer un danger réel en cas d’incendie »9. Ceci s’est vérifié à Rouen puisque ces premiers aménagements ont subi un incendie qui a ravagé l’ensemble des structures légères, sans affecter les parties résidentielles construites en pierre. La cuisine est remise en état et on l’équipe d’une unique cheminée surmontée d’un appentis, dont un des plots a été découvert. La cuisine connaît deux autres réaménagements successifs durant le xive siècle.

Les autres vestiges d’habitat

24À l’ouest du chemin, un large mur construit à la fin du xiiie ou au début du xive siècle délimite un nouvel espace (H) établi sur l’ancienne zone marécageuse. La première occupation correspond à un bâtiment sur sablière, dont trop peu avait subsisté pour en reconnaître le plan. Le bâtiment a été ravagé par un incendie. Des fragments de planches carbonisées étaient conservés par endroits. Ils peuvent correspondre à des parois effondrées ou à un plancher. Un amas de graines calcinées, des résidus de plaques de métal cuivreux et de la vaisselle en terre indiquent la vocation domestique de ce bâtiment, peut-être une dépense.

25Les niveaux d’incendie sont ensuite étalés. Une grande cheminée quadrangulaire est construite. Elle est incomplète mais couvre une surface minimale de 10 m2. Sur l’angle sud-est, elle est restaurée avec des carreaux de pavage en terre cuite, unis ou à décor incrusté (fig. 6). L’assemblage des pavés de formes variées rappelle les carrelages romans. Peut-être proviennent-ils de récupérations faites dans la grande maison en pierre ? Autour, le sol est composé d’argile ou de calcaire.

Fig. 6 – Détail de la grande cheminée mise au jour dans la pièce H

Fig. 6 – Détail de la grande cheminée               mise au jour dans la pièce H

26Nous avons peu d’indices pour déterminer la fonction de cette grande pièce munie d’une cheminée. La présence d’une fosse dépotoir suggère qu’il ne s’agit pas de la salle principale de l’habitation. Nous pouvons être dans un cas de figure similaire à celui observé à l’est du chemin, une cuisine située à l’arrière d’un habitat, qui se développerait au nord ou à l’ouest.

27Dans cette dernière direction, des vestiges incomplets de la même période ont été découverts au milieu du bâti moderne et contemporain. Ils témoignent de l’urbanisation du secteur jusqu’à la rue Saint-Éloi.

 

28En conclusion, au xiie siècle, la maison apparaît isolée au milieu d’un environnement qui n’est pas encore totalement domestiqué. L’assèchement du site au cours du xiiie siècle va permettre le développement de l’habitat autour du noyau d’origine.

  • 10 La recherche historique est en cours et fera l’objet d’une publication ulté (...)

29C’est d’ailleurs la question de l’assainissement qui a fourni le fil conducteur pour la recherche historique menée par Philippe Cailleux. En effet, la mise en relation des réseaux découverts en fouille avec les plans du xixe siècle a permis de situer un égout nommé « aqueduc du Pont Aritaine ». Le toponyme « taritaine » apparaît sur un plan de la ville du milieu du xviie siècle comme Pontarritaine (fig. 2). Cette mention topographique se retrouve sous diverses formes dans des textes plus anciens, comme la rue Taritayne et la renelle de Taritaine en 1528 ou le pont de Tiretaigne en 1477. Il s’agit donc d’un pont, d’une rue ou d’un ruisseau canalisé. Cette référence permet de localiser « pres le pont aritaine » un tènement décrit à la fin du xive siècle comme « contenant plusieurs estages, maisons, seulles, meuleries, kay, et appartenances ». Une clause revient sur la meulerie et d’autres font état des greniers et de la location des « seulles ». Les plus anciens détenteurs cités sont Jehan Cabot et Guillaume Le Grant, qui figurent tous deux dans la liste des maires de Rouen10.

Notes

1 Les dessins et photos sont de B. Guillot, sauf mention contraire.

2 D. Pitte, B. Guillot, « Vestiges médiévaux sur le site de l’ancienne gare routière », Bulletin des Amis des monuments rouennais, octobre 2001-septembre 2002, p. 90-95.

3 Étude archéozoologique par B. Clavel, INRAP / ESA 8045 CNRS (Compiègne) ; étude palynologique par M. Boulen, INRAP / Centre archéologique de Soissons ; étude carpologique par M.-F. Dietsh-Sellami, INRAP / UMR 6566 (Rennes).

4 B. d’Ymonville, « Fragment sculpté d’une cheminée romane du XIIe siècle dans une maison de Caen, 105 rue Saint-Pierre », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LVI (1961-1962), 1963, p. 738-739.

5 Il s’agit de deux tessons dont la production est attribuable au XIIe siècle (un fragment de panse de cruche à surface cannelée ornée d’une bande appliquée digitée et la partie supérieure d’une oule à bord en bandeau avec la surface peinte) et de cinq tessons datés de la fin du XIIe ou du tout début du XIIIe siècle (fragments de céramiques recouverts d’une épaisse glaçure mouchetée verte et un bord d’un grand diamètre, avec la lèvre confondue et la surface nervurée) ; étude par E. Lecler / INRAP.

6 D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », Archéologie médiévale, t. XXIV, 1994, p. 251-299 ; D. Pitte et P. Cailleux, « L’habitation rouennaise aux XIIe et XIIIe siècles », in La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre (Actes des tables rondes de Rouen (16-17 octobre 1998) et de Norwich (16-17 avril 1999)), D. Pitte et B. Ayers (éd.), Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2002, p. 79-93.

7 Ces ouvertures sont courantes dans les celliers ; au contraire les fenêtres des pièces de séjour sont plus larges et souvent géminées.

8 Il s’agit de la partie inférieure de pot en pâte beige avec un effet d’engobe orangé en surface et d’un fond et de la partie supérieure, avec l’anse et le goulot, de tonnelets recouverts de glaçure mouchetée verte (étude par E. Lecler / INRAP).

9 J. G. Hurst, cité par M. Levalet, « Quelques observations sur les cuisines en France et en Angleterre au Moyen Âge », Archéologie médiévale, t. VIII, 1978, p. 225-244 (citation p. 236).

10 La recherche historique est en cours et fera l’objet d’une publication ultérieure.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du chantier archéologique sur le plan de Rouen
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 849k
Titre Fig. 2 – Extrait du plan de Rothomagus-Rouen de Jacques Gomboust réalisé en 1655
Légende L’emplacement du chantier archéologique est marqué par une étoile noire.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 3 – Recalage du cadastre actuel (en grisé) sur celui de 1827 (trait noir)
Légende Les noms de rues disparues sont en italiques, les murs de l’Entrepôt Réel en blanc et ceux de la maison médiévale en noir.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 4 – Plans de l’occupation médiévale sur le site
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 5 – Vue de la cheminée de style roman
Légende [avec l’aimable autorisation de D. Pitte]
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9459/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Titre Fig. 6 – Détail de la grande cheminée mise au jour dans la pièce H
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/9459/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

Auteurs

INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives)

INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives)

INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives)

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540