Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Histoire des villes normandes, des origines gallo-romaines à la fin du Moyen Âge

Les villes normandes et l’occupation anglaise : l’importance du siège de Rouen (1418-1419)

Anne Curry

Texte intégral

1Le roi Henri V et ses contemporains firent preuve d’une excellente compréhension de cette vérité militaire : à savoir que le contrôle des villes principales donne le contrôle de toute la région. En cette fin de période médiévale, les villes de Normandie étaient pour la plupart bien fortifiées grâce à leurs murs et à leurs portes, et elles possédaient un château. Elles constituaient les pivots de l’infrastructure administrative, financière et militaire. Lorsque ces villes étaient tombées, l’arrière-pays passait automatiquement sous le contrôle du conquérant, sans nécessiter d’autre action militaire. En outre, la prise d’une ville principale incitait les villes moins importantes des environs à se rendre sans difficulté.

  • 1 Rotuli parliamentorum ut et petitiones et placita in parliamento, J. Strachey et al. (éd.), (...)
  • 2 A. Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise au XVe siècle, Rouen, E.  (...)

2Le chancelier d’Angleterre s’exprimait donc avec sagesse, au parlement d’octobre 1416, en faisant remarquer qu’Harfleur était « la principale clé [cleave] de la France »1. Bien qu’aucune autre conquête n’ait suivi immédiatement la chute d’Harfleur, il est certain qu’Henri V avait l’intention d’entreprendre d’autres sièges urbains en 1415. Cette ville s’avéra effectivement être la clé de la porte du royaume de France. Si elle n’avait pas tenu face aux pressions françaises qui s’exercèrent pendant les deux années qui suivirent, Henri n’aurait pas pu lancer sa seconde campagne de 1417, caractérisée par la prise systématique de nombreuses villes. Quand vint l’été 1418, presque toutes les villes de la Basse-Normandie étaient tombées entre les mains des Anglais. Le vendredi 29 juillet 1418, Henri était arrivé à Rouen avec toute son armée, par le flan est. Le jeudi 13 janvier 1419, la ville conclut un traité par lequel elle acceptait de se rendre dans un délai de six jours2. La ville avait alors été assiégée pendant 24 semaines, à un jour près. Aucun renfort ne se manifestant, la reddition devint effective le 19 janvier, comme convenu. Henri entra dans la ville l’après-midi du 20 janvier, à 14 heures.

  • 3 Chronique de Normandie, in Henrici quinti Angliae regis gesta cum chronica Neustria (...)

3La prise de Rouen scella le succès d’Henri en tant que conquérant. Comme l’indiquent à la fois les textes des chroniques et les archives administratives de l’armée, une fois Rouen tombée, les villes de la Haute-Normandie et de la vallée de la Seine se rendirent aux Anglais, sans opposer la moindre résistance. Selon une version de la Chronique de Normandie, « par celle rendue de Rouen furent rendues toutes les forteresses du pays de Caulx en son obeyssance jusques au nombre de xx forteresses tant dun coste que dautre de la rivière de Seine par composition »3. Nous avons donc ici une excellente illustration de ce que nous avons affirmé au début de cette contribution. Compte tenu du statut de Rouen, les conséquences de la reddition n’étaient pas simplement locales ou régionales. Comme l’ont bien fait remarquer les contemporains, la capitulation de Rouen livrait en fait tout le duché à Henri.

  • 4 Recueil des croniques et anchiennes istories de la Grant Bretagne a present nomme E (...)

La ville de Rouen ainsi conquise par le roy d’Angleterre et par conséquent toute la duchie de Normandie qui avoit este en lobeissance des rois de France depuis l’espace de deux cens et quinze ans que le roy Phelippe, grand-père du roy Saint Loys, lavoit concquise sur le roy Jehan d’Angleterre4.

  • 5 Les croniques de Normandie, Rouen, 1505, p. 174.

4Cette réalité trouva une expression symbolique lors de la première apparition publique d’Henri dans sa nouvelle capitale, un mois après la reddition : le roi d’Angleterre se présenta alors vêtu d’une robe aux armes ducales5.

  • 6 J. Page, « The Siege of Rouen », in The Historical Collections of a Citizen of Lond (...)
  • 7 J. H. Wylie et W. T. Waugh, The Reign of Henry the Fifth, Cambridge, The University Press, (...)
  • 8 Henri V fut reconnu héritier du trône de France aux termes du traité de Troyes (21 mai 1420 (...)

5Nous disposons d’une autre preuve de la prise de conscience par les contemporains de l’importance du siège de Rouen : il s’agit d’un poème narratif exceptionnel d’environ 1 300 vers, écrit par un observateur anglais, John Page6. Nous ne savons rien de cet auteur, si ce n’est qu’il nous dit « at that sege with the kyng I lay ». Nous ignorons également la date de la composition de cette œuvre. La première version du poème fut probablement terminée avant la mort du frère du roi, Thomas, duc de Clarence, à la bataille de Baugé (en mars 1421)7. L’absence de références à la reconnaissance d’Henri comme héritier et régent8 indique, à notre avis, qu’il fut probablement écrit peu après la fin du siège : il représente donc la source la plus ancienne dont nous disposons. Vers le début du poème, Page fait la remarque suivante :

  • 9 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 1 (traduction de Dominique Medley).

a more solempne sege was nevyr sette
Syn Jerusalem and Troy was gotte9.

On n’avait jamais vu un siège plus solennel
Depuis la prise de Jérusalem et de Troie.

6À première vue, cette affirmation semble très exagérée. Cependant, l’importance du siège de Rouen ne devrait pas être sous-estimée, qu’il s’agisse de l’histoire de la guerre ou de celle des villes. Nous ne sommes pas certains que, dans ces deux domaines, ses caractéristiques aient été suffisamment soulignées. Nous aimerions donc présenter ce que nous considérons comme des particularités, en essayant de montrer en quoi elles sont si importantes. Notre argumentation s’articule en trois temps. En premier lieu, Rouen fut la plus grande place assiégée par les Anglais pendant toute la guerre de Cent Ans. Par conséquent, sa taille et sa portée politique déterminèrent la nature du siège mené par Henri V. Enfin, le prélude à la capitulation et la capitulation elle-même furent des événements politiques et militaires déterminants pour ses habitants tout autant que pour Henri.

7En examinant ces trois points, nous ferons abondamment appel au poème de John Page ainsi qu’aux récits du siège dans les chroniques anglaises, françaises et bourguignonnes. Bien que leurs versions des événements du siège ne soient peut-être pas aussi fiables que celle des archives administratives, elles n’en sont pas moins fondamentales, car elles donnent un aperçu des perceptions contemporaines. À notre avis, le siège de Rouen est aussi important à cause de ce que les gens pensèrent de ce qui se passait qu’à cause de ce qui s’y est réellement passé. Cela s’applique aux trois points que nous allons développer.

  • 10 Ibid., p. 14.
  • 11 J. H. Wylie et W. T. Waugh, The Reign of Henry the Fifth, t. III, p. 124.
  • 12 M. Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 529. À (...)
  • 13 R. A. Massey, « Lancastrian Rouen : Military Service and Property Holding 1419-1449 », in E (...)
  • 14 A. Curry, « The Impact of War and Occupation on Urban Life in Normandy 1417-1450 », French (...)
  • 15 Monstrelet, t. III, p. 282 ; Wavrin, t. II, p. 246.

8Tout d’abord, on considère généralement que Rouen fut la ville la plus peuplée dont les Anglais firent le siège pendant toute la guerre de Cent Ans. Le chiffre exact de sa population à l’époque du siège n’est pas certain. John Page donne le chiffre de 310 000 habitants dans une version et 410 000 dans une autre10. Ces chiffres sont à l’évidence le produit de la liberté poétique, mais ils révèlent que Page considérait Rouen comme une ville d’importance considérable, d’après sa propre expérience des implantations urbaines. Avons-nous des sources plus fiables pour nous aider à établir sa véritable taille ? Le pouillé dit d’Eudes Rigaud fournit un nombre de chefs de familles par paroisse pour le milieu du xiiie siècle : à partir de cette source, les historiens ont donné des estimations variant entre 40 000 et 70 000 habitants11. Pour la fin du xve siècle, Michel Mollat avance le chiffre de 40 000 habitants12. Compte tenu de l’impact de la peste au cours du xive siècle et de la reprise économique de la Normandie pendant la deuxième moitié du xve siècle, nous pouvons suggérer que la population était moindre en 1418, mais de combien ? On a suggéré le chiffre de 10 000 à 15 000 habitants pendant l’occupation anglaise13, mais cela semble trop bas pour l’époque où Henri mena son siège. La population habituelle avait été accrue par les réfugiés, non seulement ceux qui étaient arrivés après la chute d’Harfleur, en 1415, mais également ceux qui avaient été admis plus récemment. Il s’agissait en particulier de ceux qui venaient des banlieues et de l’arrière-pays de Rouen même, après que les habitations y aient été rasées pour protéger la ville et priver les Anglais de ravitaillement14. À l’inverse, Enguerrand de Monstrelet et Jean de Wavrin rapportent tous les deux les faits suivants : on proclama dans la ville que tous ceux qui désiraient rester devaient se procurer des victuailles pour dix mois et que ceux « qui n’avoient puissance de ce faire se partissent et alassent ou bon leur sembleroit ». Ces deux auteurs prétendent que certains partirent effectivement, bien que la liste qu’ils donnent – les pauvres, les dames, les demoiselles, les hommes d’église, les vieux et les impotents – est tellement proche des groupes qui, d’après eux, furent expulsés de la ville pendant le siège, que l’on peut soupçonner qu’il y a eu convergence entre les deux événements15.

  • 16 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 14.
  • 17 Monstrelet, t. III, p. 282 ; Le Fèvre, t. I, p. 343.

9En plus de la population civile, nous savons que Rouen abritait une importante garnison, qui avait encore été accrue suivant les ordres du duc de Bourgogne, prévoyant une attaque anglaise. Une fois encore, hélas, le chiffre exact n’est pas certain. John Page mentionne le nom de sept commandants français, indiquant que chacun d’entre eux avait 5 000 hommes sous ses ordres16. Il pense donc que la garnison comprenait 35 000 hommes en tout. Son estimation est trop élevée, comme celle de la population. Il y a cependant suffisamment de preuves pour confirmer son point de vue : il y eut sans conteste de nombreuses offensives lancées de la ville contre l’armée assaillante. Une telle activité suggère que la garnison était de taille non négligeable. Monstrelet et Le Fèvre avancent le chiffre de 4 000 hommes, ajoutant que les citoyens eux-mêmes pouvaient fournir 16 000 hommes bien armés, prêts à défendre la place17. Au total, nous aurions donc tendance à suggérer qu’il y avait au moins 20 000 personnes dans la ville de Rouen à l’époque du siège.

  • 18 C. J. Rogers, War Cruel and Sharp. English Strategy under Edward III, 1327-1360, Woodbridge (...)
  • 19 J. Sumption, The Hundred Years War. Trial by Fire, Londres, Faber, 1999, p. 286.
  • 20 C. J. Rogers, War Cruel and Sharp…, p. 207.
  • 21 P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 526 sq
  • 22 C. J. Rogers, War Cruel and Sharp…, p. 405-409.

10Même si nous adoptons un chiffre plus modéré, Rouen n’en demeure pas moins l’une des plus grandes places jamais assiégées par les Anglais, et la plus grande jamais prise. Certes, ce siège a été dépassé, en terme de durée, par celui de Calais, qui se prolongea durant onze mois (1346-1347). Calais ne comprenait toutefois que 6 000 à 7 000 habitants18. Au xive siècle, les sièges de villes plus importantes furent un échec. Rennes, seconde ville de Bretagne après Nantes, avec une population d’environ 15 000 habitants, fut assiégée par Henri, duc de Lancastre, pendant environ neuf mois, à partir d’octobre 1356, mais elle ne tomba pas entre ses mains19. Tournai, assiégée par Édouard III au cours de l’été 1340, avait une population de 15 000 habitants et une garnison de 4 000 hommes, mais le siège fut abandonné après huit semaines20. Reims fut, sans aucun doute, la plus grande ville assiégée par Édouard. Sa population fut estimée à 20 000 personnes en 130021, mais elle était probablement moindre à l’époque du siège, à cause de la peste. Or Édouard en abandonna le siège après quarante jours seulement22. À Tournai comme à Reims, les Anglais durent lever le siège parce qu’ils n’avaient pas trouvé de nourriture pour ravitailler leur armée. C’est un point sur lequel nous reviendrons plus tard lorsque nous examinerons l’action d’Henri à Rouen.

11Avant qu’Henri ne s’attaque à Rouen, il avait déjà mené des sièges contre plusieurs autres villes normandes. Aucune, cependant, n’avait été une grande capitale ducale. Rares étaient celles qui avaient tenu plus de quelques jours. Caen s’était rendue après deux ou trois semaines. Falaise avait résisté deux mois et demi et Cherbourg cinq mois. Après la chute de Rouen, seule Domfront tint plus de quelques jours, avec un siège de trois mois. Plus tard Henri conduisit deux longs sièges contre Melun (quatre mois et demi) et Meaux (six mois, une partie de la ville tenant pendant deux mois supplémentaires), mais l’importance de ces villes était sans commune mesure avec celle de Rouen. Pour faire une véritable comparaison, nous devons considérer le cas d’Orléans, où le siège conduit par le comte de Salisbury commença le 17 octobre 1428 et fut levé par les Français le 8 mai de l’année suivante. Bien que la ville d’Orléans ait abrité plus de monde que Rouen en 1418, elle ne tomba pas aux mains des Anglais. Je maintiens donc que Rouen fut la plus grande des villes assiégées par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans.

  • 23 Mémoires de Pierre Fenin, É. Dupont (éd.), Paris, Société de l’histoire de France – J. Reno (...)
  • 24 Monstrelet, t. III, p. 283 ; Le Fèvre, t. I, p. 343 ; Wavrin, t. II, p. 247.

12Dans le cadre de la conquête de la Normandie par Henri V, le siège de Rouen fut également remarquable par sa durée, ce qui n’échappa pas à ses contemporains. Pierre Fenin considéra qu’il avait duré neuf ou dix mois23. Monstrelet et Le Fèvre placent le point de départ « au mois de juin », et Wavrin « droit a lentree du moys de juing », le faisant donc durer sept ou huit mois24. À moins d’écarter simplement ces dates comme erronées, nous devons présumer que ces auteurs prennent en compte la période précédant la mise en place formelle du siège. Même si, dans l’optique qui nous intéresse, on accepte le chiffre de six mois, de fin juillet 1418 à la mi-janvier 1419, nous sommes en présence du siège le plus long de la campagne normande d’Henri, ce qui rend le cas de Rouen particulièrement intéressant.

13Ces considérations nous amènent clairement à notre second point. On peut se demander dans quelle mesure la taille et l’importance politique de Rouen ont déterminé la nature du siège mené par Henri. Nous soutenons qu’il n’eut recours ni à des assauts ni à des bombardements, mais préféra affamer les habitants jusqu’à ce qu’ils se rendent. Il nous faudra en examiner les raisons.

  • 25 Ibid.
  • 26 Monstrelet, t. III, p. 285 ; Wavrin, t. II, p. 249.

14La question du ravitaillement en nourriture est cruciale dans tous les récits de siège. Comme nous l’avons vu, les citoyens auraient reçu l’ordre de stocker dix mois de provisions en prévision du siège, mais cela est-il plausible ? Mettre en application de telles dispositions aurait été difficile, compte tenu de la taille de la ville qui la rendait dépendante d’un vaste arrière-pays et du transport fluvial. La région était déjà peu sûre, en raison de l’avance anglaise, et elle était troublée par le conflit entre Armagnacs et Bourguignons. Les chroniqueurs suggèrent – et c’est intéressant – qu’Henri commença le siège « avant que iceulx assegez peussent ester pourvez de nouvaulx grains », c’est-à-dire avant la moisson, l’un d’eux ajoutant « ne de nouveaux vins »25. Cependant, il n’a jamais été facile de bloquer une ville, surtout une ville aussi grande que Rouen. Le déploiement des troupes d’Henri était sans aucun doute très habile. Le roi d’Angleterre établit ses campements à des points clés qui contrôlaient l’accès de la ville, c’est-à-dire à chacune des portes d’entrée, le long du fleuve et sur le mont Sainte-Catherine. En outre, Henri déploya un groupe d’Irlandais au nord-est de la ville : ceux-ci se livraient à des actions de type « guérilla » pour maintenir l’ordre dans les villages environnants et s’assurer que le ravitaillement ne passerait pas. Dans ce contexte, il est essentiel de noter qu’Henri ne commença pas le siège avant d’avoir pris le contrôle de Pont-de-l’Arche, en amont de Rouen (le 20 juillet). La prise de cette ville cruciale, au confluent de l’Eure et de la Seine, empêcha les Français de ravitailler Rouen par le fleuve. John Page et les chroniques confirment les archives administratives selon lesquelles le roi avait fait placer des chaînes en travers de la rivière pour empêcher les bateaux de remonter vers la ville. Ayant pris ces mesures de sûreté, Henri put bénéficier en outre d’une bénédiction d’un autre ordre. La ville de Caudebec, en aval de Rouen, considérant que son propre destin dépendait de la conclusion du siège de Rouen, décida qu’elle s’abstiendrait entre-temps de la moindre action hostile contre les Anglais. Par ailleurs, les Anglais profitaient de l’occupation vitale d’Harfleur, ville à travers laquelle était acheminée la nourriture venue d’Angleterre pour l’armée de siège. Le groupe de soldats irlandais allait également battre la campagne, « ramenant en leur ost grant proye »26. De telles dispositions permettent d’expliquer comment Henri parvint à garder son propre contingent bien ravitaillé par le fleuve et par la route. Il évita ainsi les problèmes de ravitaillement qui avaient contraint Édouard III à abandonner les sièges qu’il avait entrepris. Ce bon approvisionnement en nourriture fut incontestablement la clé qui permit de prolonger le siège pendant une période aussi longue.

  • 27 Wavrin, t. II, p. 257.
  • 28 Ibid., p. 256 ; Monstrelet, t. III, p. 299. Jean de Wavrin et Enguerran de Monstrelet donne (...)
  • 29 Chronique du Religieux de Saint-Denys concernant le règne de Charles VI de 1380 à 1 (...)

15Pour ce qui concerne la ville de Rouen, les récits des chroniqueurs situent le début de la pénurie de nourriture à la fin d’octobre 1418, trois mois environ après le début du siège. Nous savons qu’à cette époque Henri avait pu amener des renforts de Basse-Normandie. Les chroniqueurs racontent comment les gens qui transportaient de la nourriture dans les rues furent attaqués, car on ne vendait plus rien à marché ouvert « depuis trois mois »27. Ceci nous rappelle encore une fois combien la ville de Rouen dépendait de l’afflux de produits provenant de la campagne. Or son approvisionnement était grandement perturbé, autant par la création d’un no man’s land autour de la ville que par la présence des Anglais qui battaient la campagne dans l’arrière-pays pour y faire leurs provisions. John Page et les chroniqueurs énumèrent une liste, digne d’un mantra, de tous les « mets raffinés » que les habitants étaient contraints de manger : « chevaulx, chiens, chatz, rats, soris, et autres vilitez non loisibles a creature humaine »28. Cette liste provient du texte d’un appel au secours que les habitants parvinrent à transmettre au roi Charles VI. Cet appel est mentionné par le Religieux de Saint-Denis ainsi que par les chroniqueurs de Bourgogne29.

  • 30 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 18-19.
  • 31 Ibid., p. 43.
  • 32 Le Fèvre, t. I, p. 353.
  • 33 Ce qui laisse entendre que la pratique normale était d’utiliser des cimetières à l’extérieu (...)
  • 34 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 44-45 : ceux qui se trouvaient da (...)
  • 35 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 43.

16John Page situe la pénurie croissante de nourriture pendant la période « où Noël approchait ». Il prétend que les habitants continuaient à avoir beaucoup d’eau propre, ainsi que du vinaigre, pour la conservation et la purification de l’eau. Mais il ajoute que le pain – toujours l’aliment de base pour les pauvres – commençait à manquer et que les prix de toutes les denrées grimpaient en flèche30. C’est alors, prétend-il, que les décès commencèrent à se produire, plus vite qu’on ne pouvait enterrer les morts : « They dyde faster than cartys might cary a way »31. Les chroniques font, elles aussi, mention d’un nombre élevé de morts, estimant ceux-ci entre 10 000 et 50 000. Selon Jean Le Fèvre, 32 000 furent enterrés dans le seul cimetière de La Madeleine32. Le fait que de nombreux décès eurent lieu et qu’il devint impossible de procéder aux funérailles33 est confirmé par une clause du traité de capitulation, qui accordait aux habitants de la ville la permission d’enterrer leurs morts34. Selon John Page, quand les Anglais pénétrèrent enfin dans la ville, ils découvrirent que les habitants n’avaient plus que la peau et les os et les yeux creusés, « unlyke unto lyvys men but unto dede »35.

  • 36 Ibid., p. 22.

17Quand bien même les chroniqueurs et les poètes auraient exagéré, il n’y a aucun doute que Rouen fut affamée jusqu’à ce qu’elle se rendît. Comme l’indique John Page, « for hunger breaketh the stone wall »36. Cependant cette situation ne représente pas la norme des sièges de la fin de la période médiévale. La même chose s’était passée dans une certaine mesure à Calais, mais dans aucun des autres cas que j’ai cités, et surtout dans aucun des sièges menés par Henri auparavant, y compris celui d’Harfleur. Il faut donc se poser une question fondamentale : pourquoi Henri conduisit-il un siège consistant à affamer les habitants jusqu’à leur capitulation ? Était-ce par choix ou par nécessité ?

  • 37 Ibid., p. 15.

18Pour répondre à cette question nous devons d’abord considérer les aspects militaires du siège en tenant compte des particularités rouennaises. Rouen était une grande ville, bien protégée par des murs et des tours. Ses ressources militaires étaient substantielles autant en ce qui concernait les hommes que les armes. John Page souligne en particulier combien les tirs d’artillerie, émanant des murs de la ville, causèrent de dégâts dans les rangs anglais37. Les campements de siège d’Henri étaient constamment confrontés à des sorties de la ville, souvent conduites à une grande échelle par la garnison et la milice, qui jaillissaient de plusieurs portes à la fois. De telles sorties eurent lieu avant même le début du siège et persistèrent jusqu’à son dernier mois. Le poème de John Page, tout comme les récits des chroniques, sont illustrés d’exemples, mais il ne m’est pas possible d’en donner tous les détails ici. Bien que certaines sorties s’avérèrent moins réussies qu’on ne l’avait espéré, et que les Anglais ne furent jamais chassés, toutes les sources semblent mentionner la capture de prisonniers anglais et le meurtre de certains d’entre eux. John Page émet un commentaire intéressant quant au niveau de résistance fourni par les Rouennais. Certains habitants qui tentèrent de quitter la ville furent interceptés par l’armée anglaise. Ils expliquèrent à leurs ravisseurs la précarité des conditions de vie à Rouen, causée par la pénurie de nourriture. Les Anglais avaient du mal à les croire, compte tenu du nombre d’attaques subies par les campements de siège :

  • 38 Ibid., p. 20.

and yet we can not them be-leffe,
That they shulde stoned in such a state
By-cause that hyr warre dyd not a-bate38.

Et pourtant nous ne pouvons pas croire
Qu’ils soient dans un tel état,
Car leur guerre n’avait pas faibli.

  • 39 Monstrelet, t. III, p. 283 ; Wavrin, t. II, p. 247 ; Le Fèvre, t. I, p. 344.
  • 40 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 15.

19Les préparatifs et les efforts continus d’Henri étaient fortement influencés par la crainte des attaques provenant de la ville. Une observation intéressante est faite par Monstrelet, Wavrin et Le Fèvre. Ils font remarquer qu’Henri commença son siège de nuit pour éviter toute attaque venant de l’intérieur pendant qu’il déployait ses hommes et son artillerie39. En réponse à une recrudescence ultérieure des attaques, il ordonna de creuser un fossé entre la ville et ses campements de siège, pour protéger son armée contre les sorties et les tirs d’artillerie (on n’est pas sûr toutefois du moment exact où cette mesure fut mise en œuvre). Le fossé était protégé par des piquets et une haie artificielle de branchages40. John Page sous-entend que le fossé entourait complètement la ville, mais je pense qu’il était plus probablement creusé autour des différents campements de siège du côté de la ville, comme le sous-entendent les autres chroniqueurs. Ces derniers signalent également le creusement de fossés de communication « pour aller securement de logis en autre ».

  • 41 Wavrin, t. II, p. 249 ; Monstrelet, t. III, p. 285.
  • 42 « And oft our men were fully slayne, / for rennynge of the walle soo gayne, / that was both (...)

20Les mesures prises par Henri pendant le siège furent prises en réponse aux attaques : elles se sont révélées entièrement défensives. Il n’y a aucune mention d’assauts qu’il aurait mené contre la ville. Il n’y a aucune preuve non plus qu’il ait jamais fait usage de ses canons, bien que les chroniqueurs fissent remarquer qu’il avait installé devant les portes et les murs de la ville « pluisieurs gros canons et bombardes avec mortiers et autres engines pour icelle confondre et abattre »41. Ni Wavrin, ni Monstrelet, ni Page ne suggèrent qu’Henri ait jamais utilisé ses canons contre la ville, alors que, nous l’avons vu, ils soulignent que les assiégés n’hésitèrent pas à tirer avec leur artillerie contre les positions anglaises42. Je ne leur connais aucune raison de vouloir nous induire en erreur sur ce point.

  • 43 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc, Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1931, p (...)
  • 44 Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records, XLII, Londres, Eyre and S (...)
  • 45 http://www.arch-projects.org.uk/rouen.htm.
  • 46 R. A. Newhall, The English Conquest of Normandy 1416-1424, New Haven, Yale University Press (...)
  • 47 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 3-4, d’après Archives municipales (...)

21Paul Le Cacheux prétend que, dès qu’il entra dans la ville, Henri demanda « l’etoupement » des brèches que son artillerie avait faites dans l’enceinte, mais il ne cite aucune référence à ce sujet43. Le 13 avril 1419, trois mois après la fin du siège, les habitants eurent le droit de percevoir des impôts pour la réparation des fortifications de la ville, et ils reçurent une autre subvention de ce genre en avril 142244. De telles subventions étaient courantes, et les recherches de Richard Jones n’ont mis à jour aucune réparation majeure des fortifications urbaines, sous-entendant qu’il y avait eu très peu de dégâts45. Il faudrait plutôt imputer la responsabilité des dégâts aux habitants eux-mêmes, avec leurs travaux de renforcement de la ville dans la crainte d’un siège. Nous savons qu’avant le début du siège, les Français brûlèrent des bâtiments dans la banlieue et, en particulier, des maisons qui jouxtaient l’extérieur des murs46. Un document des Archives municipales indique que, dès le 30 janvier 1418, la reine de France, Isabeau de Bavière, avait fait parvenir au capitaine et au bailli l’ordre de convoquer le procureur du roi ainsi que les autorités laïques et ecclésiastiques afin de visiter la banlieue et d’identifier tous les édifices à démolir : églises, maisons fortes et autres emplacements, « en telle maniere qu’ils ne peussent nuire a la dite ville au siège que l’on disoit que les ennemis se preparoient a metre »47. Les réflexions faites à ce sujet par John Page sont intéressantes.

  • 48 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 3. Voir aussi Archives départementales de Seine (...)

I wylle you tell a cursyde deede,
How evylle they wrought there,
to oure kyng com hem by fore,
Subbarbys with owte the towne,
Chyrchys and howse they drew down48.

Je vous parlerai d’un fléau
Combien maléfique ils ont fait
Avant que notre roi soit arrivé.
Des banlieues hors de la ville
Ils démolirent les églises et les maisons.

22De telles actions avaient créé une zone militaire autour de la ville, à la périphérie de laquelle Henri avait établi ses campements de siège. Une telle zone aurait pu compliquer les choses s’il avait voulu lancer des assauts ou amener ses canons, sans exposer son armée à des attaques ennemies. Il est peu probable qu’il ait eu suffisamment d’artillerie pour causer de véritables dégâts, d’autant plus que la ville était bien défendue et à même de lui répliquer.

23Il y a, pensons-nous, d’autres raisons pour lesquelles Henri ne bombarda pas la ville de Rouen jusqu’à ce que capitulation s’ensuive, comme cela avait été le cas pour Harfleur, Caen, Falaise et Cherbourg. Comme il avait l’intention de prendre Rouen et d’en faire sa capitale, il ne voulait pas détruire ses défenses sans que cela ne soit nécessaire. Fortement endommagée, la ville aurait été vulnérable à d’autres attaques ennemies, comme cela s’était passé à Harfleur. Mais derrière ces explications techniques, il y a des considérations politiques. Le siège de Rouen était une épreuve de force autant politique que militaire. Dans les récits de John Page, ainsi que dans les chroniques, on insiste sur le fait que les Français étaient incapables de défendre leur propre population et, plus encore, de la nourrir. En patientant à l’extérieur de Rouen sans essayer, ou sans pouvoir amener le siège à une conclusion plus rapide, Henri pouvait éprouver la volonté politique des Français.

  • 49 The Brut or the Chronicles of England, F. W. D. Brie (éd.), Londres, Kegan Paul, Trench, Tr (...)
  • 50 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 16-17.
  • 51 Le Fèvre, t. I, p. 355.

24Pour libérer Rouen, les Français n’avaient pas d’autre choix que de livrer bataille. Cela aurait bien pu faire partie intégrale du jeu de patience d’Henri, quoique, comme nous l’avons suggéré, il n’ait peut-être pas eu d’autre choix. Une chronique anglaise, connue sous l’appellation de « Le Brut », suggère qu’il avait même élaboré une prétendue bataille, en déguisant certains de ses hommes avec la croix de Saint-Georges et d’autres avec la croix de Saint-André de Bourgogne, pour laisser croire aux citadins qu’ils allaient être délivrés49. John Page nous raconte également comment Henri prépara ses hommes pour la bataille à la mi-décembre, leur ordonnant de dormir dans leurs armures et les déployant ensuite, dos à la ville50. Le roi de France avait bien pris l’oriflamme et convoqué un arrière-ban en novembre, et une grande armée s’était avancée vers Pontoise, puis vers Beauvais. Mais, peu après Noël, les Français décidèrent qu’ils n’étaient pas suffisamment forts, à ce moment précis, pour affronter les Anglais ou pour leur faire quitter le siège51. Les raisons de cette décision doivent être situées dans le contexte de la guerre civile française et, peut-être, liées au souvenir d’Azincourt.

  • 52 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 26.

25Cette décision donna à Henri la victoire finale, politique et donc militaire. Grâce à cette épreuve de force politique, il avait triomphé des ses rivaux français. Dans le traité qui mit fin au siège, Henri fit de son mieux pour être le souverain bienveillant et juste, à même de protéger les libertés et les intérêts du peuple de Rouen. À part la perception d’une forte rançon et l’exécution d’un seul homme, le traité était un modèle de compassion et de bon gouvernement. Comme le souligne John Page, Henri agit avec bonté à l’égard des Rouennais, bien que ceux-ci aient mutilé et tué un grand nombre de ses hommes et lui aient fait dépenser des sommes considérables52. La magnanimité était une puissante arme politique. Rendue d’autant plus efficace par la manière dont Henri orchestra les négociations avec les Rouennais, les tenant à bout de bras le plus longtemps possible, les faisant progresser au travers de toute une série d’intermédiaires jusqu’à ce qu’elles aboutissent enfin, en présence du roi lui-même, l’homme dont dépendait le destin des vaincus. Par contraste, les Français n’avaient rien d’autre à offrir à leur peuple que les luttes de factions entre Armagnacs et Bourguignons. Les chroniqueurs s’empressèrent d’imputer toute la responsabilité aux Français désunis.

26Mais nous devons observer que les citoyens de Rouen avaient essayé, lors du siège, de politiser leur détresse afin de faire pression sur la couronne française. Nous devons également insister sur le fait que, de plus en plus, ils choisirent d’agir en vue de leurs propres intérêts, se rendant compte que le roi de France n’était plus en mesure de les protéger. Dans ce contexte, leur reddition fut davantage guidée par des raisons politiques que par des raisons militaires, ce qui sera l’objet de notre dernier point.

27La politisation du siège par les Rouennais se manifeste au travers de deux formes d’action : tout d’abord des appels à l’aide adressés à Charles VI et ensuite l’expulsion de certaines personnes hors de la ville. À deux occasions, au moins, les Rouennais présentèrent de tels appels au roi de France. Le premier, passé secrètement par un prêtre, probablement fin octobre, fut présenté au roi et à son conseil à Paris après un bon sermon sur le thème quid faciemus (« que ferons-nous ? »), prononcé par Eustache de Pavie, « ung docteur augustin ». Le texte de l’appel prononcé ensuite par le prêtre nous est transmis mot à mot par Wavrin, Monstrelet et Le Fèvre. Le prêtre parlait au nom des « habitans de la bonne ville de Rouen », s’adressant au roi et au duc de Bourgogne, « qui avez le gouvernement du roy et de son royaume » pour évoquer l’oppression causée par les Anglais :

Je vous signifie loppression quilz ont des Anglais, si vous mandent et font scavoir par moy que se par faulte de vostre secours il les convient estre subgets au roy dAngleterre vous naurez en tout le monde pires annemis deulz, et se ilz peuent destruiront vous et votre génération.

28Il s’agissait là de franc-parler, faisant une référence très claire aux implications politiques autant que militaires de l’éventuelle chute de Rouen. On leur promit de l’aide, et, comme nous l’avons déjà noté, Charles VI alla chercher l’oriflamme à Saint-Denis le 17 novembre 1418. Et pourtant la faiblesse de la volonté royale n’en devint que plus claire pour les Rouennais car, au lieu d’intervenir militairement, les Français acceptèrent de négocier avec les Anglais à Pont-de-l’Arche, où deux cardinaux servirent de médiateurs. Henri V, lui aussi, ne put que remarquer des signes de nervosité chez les Français, ce qui l’amena sans doute à présenter des exigences inacceptables, afin que les négociations échouent.

  • 53 Wavrin, t. II, p. 253.

29Les Rouennais avaient parfaitement conscience de ce que signifiait pour eux l’échec des négociations : le secours espéré s’éloignait d’eux (« voians que longuement mettoit leur secours a venir »)53. Leur réponse fut de prendre eux-mêmes l’initiative, de deux manières différentes : lancer de nouvelles sorties contre les Anglais et expulser certains habitants de la ville.

30De plus, un second appel à l’aide fut envoyé par une délégation de quatre gentilhommes et quatre bourgeois qui se présentèrent devant le roi à Beauvais (probablement dans la seconde moitié du mois de décembre). Cet appel faisait allusion aux conditions désespérées de la ville, citant la liste des denrées que les citoyens étaient contraints de manger et mentionnant l’expulsion de ceux qui étaient « mal aidables ». Le texte du discours apparaît, une fois encore, dans les chroniques. Cette fois-ci, le ton se fait plus menaçant :

les bonnes gens de Rouen vous ont par plusieurs fois signifie et fait scavoir la grant necessite et distresses quilz sceuffrent pour lamour de vous a quy navez ancores pourvue, comme promis avez, et pour tant a cester darreniere fois sommes envoyez pardevers vous pour vous nunchier qui se dedens briefz jours ne sont secourus ilz se renderont au roy dAngleterre, et des maintenant se ne faites ilz vous rendent la foy serment, loyaulte et homage qui ont a vous.

31Il ne peut pas y avoir de déclaration plus claire : les Rouennais choisissent de faire allégeance aux Anglais parce que leur propre souverain n’est pas à même de les protéger. Le duc de Bourgogne continua à promettre de l’aide, disant même qu’il serait à Rouen dès le 14e jour après Noël (probablement le 8 janvier). Mais dès le 2 janvier, il parut évident aux Rouennais qu’aucune aide ne leur serait accordée, le duc ayant envoyé un ordre secret « quilz traitassent pour leur sauvement au roy dAngleterre le mieulx quilz porraient ».

32Les négociations commencèrent, bien que certains habitants aient fait valoir leur préférence pour une action directe, en proposant de brûler la place avant de se précipiter contre les Anglais. On pourrait en dire davantage, bien entendu, sur les divisions et les frictions au sein même de Rouen, à commencer par celles qui opposaient les chefs et le peuple, les civils et la garnison. Dans ce dernier cas, la rupture des relations entre les civils et la garnison joua un rôle fondamental dans la décision de se rendre. Les chroniqueurs suggèrent que les citoyens perdirent confiance dans leur capitaine, Guy le Boutellier (tout comme trente ans plus tard, en 1449, ils allaient perdre confiance dans les chefs militaires anglais face au siège mené par Charles VII).

  • 54 Monstrelet, t. III, p. 299 ; Wavrin, t. II, p. 256.

33L’appel envoyé au roi de France en décembre soulignait qu’il avait été nécessaire d’expulser de la ville les membres les plus faibles de la société. Les chroniqueurs ont nommé parmi ces personnes expulsées « povres homes, femmes et enfants quy navoient de quoy vivre, aussi prestres, dames, demoiselles, bourgeois et anchiens qui mengoient et si ne sen povoit on autre chose aidier ». Leur nombre varie de 8 000, selon Monstrelet, à 20 000, selon Wavrin et Le Fèvre. John Page restreint ce nombre à « quelques centaines ». La détresse de ces personnes, qui finirent prisonnières et affamées dans le no man’s land entre la ville et les lignes anglaises, est souvent citée dans les livres concernant la guerre de siège à l’époque médiévale. Les chroniqueurs soulignent leur détresse en racontant des histoires de bébés, nés dans les fossés, hissés dans des paniers par-dessus les murs de la ville pour être baptisés, avant d’être renvoyés dans le no man’s land pour y mourir, ou essayant de téter leur mère décédée54. John Page insiste sur cet incident, pour en tirer un maximum d’avantage politique pour les Anglais. De son point de vue, ceux qui avaient été expulsés avaient été désavoués par leurs propres concitoyens.

  • 55 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 20.

Meny of them sayde they hadde levyr ben slayne,
thane in to the cytte goo a-gayne.
They turned thenne with murmuracyon,
And cursed hyr owne nacyon.
The cytte wolde not lete them yn,
There of I wote they dyd gret syn55.

Beaucoup d’entre eux dirent qu’ils préféraient périr
Plutôt que de retourner dans la ville
Et maudirent leur propre nation.
La ville ne voulait pas les laisser entrer.
Je sais donc qu’ils commirent un grand péché.

34L’objectif de John Page devient très clair lorsqu’on poursuit la lecture. Tout de suite après, il explique comment, à Noël, le roi Henri fit porter de la nourriture aux personnes qui se trouvaient dans les fossés. Ces derniers répondirent par un hymne de louange, adressé au roi anglais, qui avait plus de compassion que leur propre souverain :

  • 56 Ibid., p. 22.

of us nowe hath more compassion
Thanne hath our owne nacyon,
That God as thou art fulle of might,
Graunt hym grace to wynne hys ryght56.

De nous il a plus de compassion
Que n’en a notre propre nation
Que Dieu qui comme vous est tout-puissant
Lui accorde la grâce de gagner son bon droit.

35John Page se sert de cet incident pour étayer sa démonstration. Non seulement Henri avait déjà conquis les cœurs et les esprits des habitants avant même la chute de Rouen, mais encore les Français étaient responsables des souffrances endurées par leurs propres compatriotes. John Page le fait dire à Henri, s’adressant au premier groupe de négociateurs de Rouen :

  • 57 Ibid., p. 30.

Felowys, hoo put them there
To the dyche of that cytte
I putte them not there and that wote ye57.

Les gens qui les ont mis
Dans le fossé de cette ville,
Ce n’est pas moi qui les y ai mis,
Ce que vous le savez bien.

36Mais qui donc les y avait mis et pourquoi ? Était-ce une ruse de la part des Rouennais pour faire pression sur Henri, peut-être même une pression militaire en recourant à un « bouclier humain » autour de Rouen ? Était-ce un acte humanitaire – il n’y avait plus de nourriture dans la ville et les pauvres auraient peut-être plus de chance en quittant la ville et en cherchant de l’aide auprès des Anglais ? Les pauvres étaient-ils partis d’eux-mêmes ? Était-ce un acte égoïste pour préserver le peu de nourriture subsistante au bénéfice de ceux qui restaient ? Était-ce un signe de division, au sein de la ville, entre les habitants réguliers et les réfugiés qui avaient envahi la ville, et qui en étaient maintenant expulsés ? Il est intéressant, sur ce point, de mettre en avant une clause du traité de capitulation du 13 janvier 1419, qui obligeait la ville à réintégrer ceux qui se trouvaient dans les fossés et à les nourrir pendant les six jours précédant le transfert de pouvoir à Henri. La clause se terminait de la façon suivante : « comme a Dieu et au dict seigneur roy ils en vouldroient respondre », ce qui soulignait une fois de plus la magnanimité d’Henri. Une dernière interprétation peut être avancée : les chefs de Rouen auraient délibérément expulsé les éléments faibles et vulnérables pour souligner leur détresse et faire pression sur Charles VI, afin qu’il vienne à leur secours. Dans les récits des chroniques, la juxtaposition des expulsions et de l’ambassade envoyée au roi confèrent une grande crédibilité à cette interprétation. Les Rouennais avaient agi de leur propre initiative, dans l’espoir de faire réagir le gouvernement royal. Noël approchant, un tel geste témoignait, de façon dramatique et symbolique, des difficultés profondes dans lesquelles la ville se débattait.

37De la même manière, l’absence de réaction de la part des Français incita les Rouennais à tenter une dernière action indépendante. Comme l’indiquent clairement les comptes rendus de la capitulation, ce sont les citoyens de Rouen eux-mêmes qui cherchèrent à signer un traité avec Henri. Son jeu de patience avait payé, un jeu qu’il ne pouvait faire autrement que de jouer !

Notes

1 Rotuli parliamentorum ut et petitiones et placita in parliamento, J. Strachey et al. (éd.), Londres, 1767-1777, t. IV, p. 94.

2 A. Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise au XVe siècle, Rouen, E. Le Grand, 1840, pièces justificatives, p. 39-49.

3 Chronique de Normandie, in Henrici quinti Angliae regis gesta cum chronica Neustriae gallice, B. Williams (éd.), Londres, Sumptibus Societatis, 1850, p. 191.

4 Recueil des croniques et anchiennes istories de la Grant Bretagne a present nomme Engleterre par Jean de Wavrin, W. L. Hardy et E. L. C. P. Hardy (éd.), Londres, Rolls Series, 1864-1891 [cité désormais Wavrin], t. II, p. 263 ; La Chronique d’Enguerran de Monstrelet, L. Douet-D’Arcq (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1857-1862 [cité désormais Monstrelet], t. III, p. 307 ; La Chronique de Jean le Fèvre, Seigneur de Saint Remy, F. Morand (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1876-1881 [cité désormais Le Fèvre], t. I, p. 358.

5 Les croniques de Normandie, Rouen, 1505, p. 174.

6 J. Page, « The Siege of Rouen », in The Historical Collections of a Citizen of London in the Fifteenth Century, J. Gairdner (éd.), Londres, Camden Society, 1876, p. 1-46 (p. 1). C’est la première des deux versions du poème, mais il y a peu de variantes entre elles.

7 J. H. Wylie et W. T. Waugh, The Reign of Henry the Fifth, Cambridge, The University Press, 1929, t. III, p. 125, n. 6.

8 Henri V fut reconnu héritier du trône de France aux termes du traité de Troyes (21 mai 1420). En attendant la mort de Charles VI, il exercerait les fonctions de régent du royaume.

9 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 1 (traduction de Dominique Medley).

10 Ibid., p. 14.

11 J. H. Wylie et W. T. Waugh, The Reign of Henry the Fifth, t. III, p. 124.

12 M. Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 529. À l’époque de l’invasion d’Henri V, la population totale du duché de Normandie était probablement d’environ 600 000 habitants.

13 R. A. Massey, « Lancastrian Rouen : Military Service and Property Holding 1419-1449 », in England and Normandy in the Middle Ages, D. Bates et A. Curry (éd.), Londres, Hambledon Press, 1994, p. 271.

14 A. Curry, « The Impact of War and Occupation on Urban Life in Normandy 1417-1450 », French History, 1987, 1, part 2, p. 168.

15 Monstrelet, t. III, p. 282 ; Wavrin, t. II, p. 246.

16 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 14.

17 Monstrelet, t. III, p. 282 ; Le Fèvre, t. I, p. 343.

18 C. J. Rogers, War Cruel and Sharp. English Strategy under Edward III, 1327-1360, Woodbridge, The Boydell Press, 2000, p. 276, n. 15.

19 J. Sumption, The Hundred Years War. Trial by Fire, Londres, Faber, 1999, p. 286.

20 C. J. Rogers, War Cruel and Sharp…, p. 207.

21 P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 526 sq.

22 C. J. Rogers, War Cruel and Sharp…, p. 405-409.

23 Mémoires de Pierre Fenin, É. Dupont (éd.), Paris, Société de l’histoire de France – J. Renouard, 1837, p. 103.

24 Monstrelet, t. III, p. 283 ; Le Fèvre, t. I, p. 343 ; Wavrin, t. II, p. 247.

25 Ibid.

26 Monstrelet, t. III, p. 285 ; Wavrin, t. II, p. 249.

27 Wavrin, t. II, p. 257.

28 Ibid., p. 256 ; Monstrelet, t. III, p. 299. Jean de Wavrin et Enguerran de Monstrelet donnent la même liste, mais finissent par les mots suivants : « autres choses non appartenans a user a creature humain ». John Page donne même des prix estimés pour de tels « mets délicats » (« Siege of Rouen », p. 18). Par comparaison, voir une lettre écrite par le capitaine de Calais à Philippe VI en 1347, qui est incluse mot à mot dans la chronique de Robert d’Avesbury : « Car sachietz qe ly naad riens qe ne soit tout maunge et les cheens et les chates et les chevals si nous ne mangeons chares des gentz ». Adae Murimuth Continuatio Chronicarum, Robertus de Avesbury De Gestis Mirabilibus Regis Edwardi Tertii, E. Maunde Thompson (éd.), Londres, Rolls Series, 1889, p. 386.

29 Chronique du Religieux de Saint-Denys concernant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, L.-F. Bellaguet (éd.), Paris, De Crapelet, 1839-1852, 6 vol., rééd. Paris, CTHS, 1994, t. VI, p. 298-299. Cf. infra.

30 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 18-19.

31 Ibid., p. 43.

32 Le Fèvre, t. I, p. 353.

33 Ce qui laisse entendre que la pratique normale était d’utiliser des cimetières à l’extérieur de la ville.

34 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 44-45 : ceux qui se trouvaient dans la ville et le château avant le 19 janvier 1419 « pourront suffisament et honnestement faire ensevelir et inhumer les corps mors de ceulx qui illec seroient decedes et de ceux qui jusqu’a present pourroient deceder ».

35 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 43.

36 Ibid., p. 22.

37 Ibid., p. 15.

38 Ibid., p. 20.

39 Monstrelet, t. III, p. 283 ; Wavrin, t. II, p. 247 ; Le Fèvre, t. I, p. 344.

40 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 15.

41 Wavrin, t. II, p. 249 ; Monstrelet, t. III, p. 285.

42 « And oft our men were fully slayne, / for rennynge of the walle soo gayne, / that was bothe grace and Goddys wylle, / Both gounnys and quarellys went so thrylle, / Trypget and spryngalde and grete ingyne. / They wrought our e men fulle moche pyne » (J. Page, « The Siege of Rouen », p. 6).

43 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc, Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1931, p. XXIX.

44 Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records, XLII, Londres, Eyre and Spottiswoode, 1881, p. 316 et 447.

45 http://www.arch-projects.org.uk/rouen.htm.

46 R. A. Newhall, The English Conquest of Normandy 1416-1424, New Haven, Yale University Press, 1924, p. 105.

47 A. Chéruel, Histoire de Rouen…, pièces justificatives, p. 3-4, d’après Archives municipales de Rouen, U f, fo 75 vo.

48 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 3. Voir aussi Archives départementales de Seine-Maritime G 251, amendes de l’officialité de Rouen, poursuites, 1426-1427.

49 The Brut or the Chronicles of England, F. W. D. Brie (éd.), Londres, Kegan Paul, Trench, Trübner & Co. (Early English Text Society, Original series, 131, 136), 1906-1908, t. II, p. 387-391 et 394-422.

50 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 16-17.

51 Le Fèvre, t. I, p. 355.

52 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 26.

53 Wavrin, t. II, p. 253.

54 Monstrelet, t. III, p. 299 ; Wavrin, t. II, p. 256.

55 J. Page, « The Siege of Rouen », p. 20.

56 Ibid., p. 22.

57 Ibid., p. 30.

Auteur

Université de Southampton

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540