Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Villes normandes au Moyen Âge

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Introduction

François Neveux

Texte intégral

  • 1 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris – La Haye, EHESS, 1 (...)
  • 2 J.-P. Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles, Paris, SEDES, 1983.
  • 3 J.-P. Chaline, Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Paris, Pre (...)
  • 4 L. Jean-Marie, Caen aux xie et xiie siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Caen, La M (...)
  • 5 P. Cailleux, Trois paroisses de Rouen à la fin du Moyen Âge, xiiie-xve siècle (Saint-Lô, No (...)
  • 6 F. Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, (...)
  • 7 P. Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie orientale (xive-xve siècles). Les matéria (...)

1L’histoire urbaine de la Normandie n’en est qu’à ses débuts. Les thèses sur des villes normandes sont peu nombreuses, et une bonne partie de leurs auteurs ont contribué à cet ouvrage. Les premières concernent la Haute-Normandie et se rattachent à l’époque moderne ou à l’époque contemporaine. Citons la thèse de Jean-Claude Perrot sur Caen au xviiie siècle1, celle de Jean-Pierre Bardet sur Rouen2 ou celle de Jean-Pierre Chaline sur la bourgeoisie rouennaise3. Pour la période médiévale, les recherches sont plus récentes et les travaux qu’on peut mentionner datent des dix dernières années. Signalons la thèse de Laurence Jean-Marie sur Caen aux xie et xiie siècles4, celle de Philippe Cailleux sur Trois paroisses de Rouen à la fin du Moyen Âge, xiiie-xve siècle5, ou notre propre thèse sur Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge6. Ajoutons-y dans un domaine particulier la thèse de Philippe Lardin sur les chantiers de construction rouennais et haut-normands7.

  • 8 A. Plaisse, La Baronnie du Neubourg. Essai d’histoire agraire, économique et sociale, Paris (...)
  • 9 A. et S. Plaisse, La Vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans, Évreux, Société (...)
  • 10 A. Plaisse, Évreux et les Ébroïciens au temps de Louis XI, Évreux, Société libre de (...)
  • 11 P. Wolff, Commerce et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954. Cette (...)

2Aux thèses proprement dites, il faut ajouter un certain nombre d’études d’un grand intérêt scientifique. Mentionnons d’abord les ouvrages d’André Plaisse, historien ruraliste reconverti dans l’histoire urbaine8 : La Vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans (1978)9 ou Évreux et les Ébroïciens au temps de Louis XI (1986)10. Pour les deux principales villes de Normandie, nous disposons également de deux histoires collectives écrites il y a près d’un quart de siècle par les meilleurs spécialistes du moment, qui furent aussi nos maîtres. Elles ont été publiées aux éditions Privat, de Toulouse, dans la collection « Pays et villes de France », longtemps dirigée par Philippe Wolff, éminent historien de l’économie urbaine11.

  • 12 Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979.
  • 13 M. Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952.
  • 14 Histoire de Rouen, p. 31-178.
  • 15 Ibid., p. 5-29 et 179-426.

3Parue en 1979, L’Histoire de Rouen était dirigée par Michel Mollat12, auteur d’une thèse célèbre sur Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge (1952)13, qui s’intéresse de près aux villes, et en particulier à celle de Rouen. La période médiévale était couverte par Lucien Musset (« Rouen au temps des Francs et sous les ducs »), Alain Sadourny (« L’époque communale », et « Des débuts de la guerre de Cent Ans à la Harelle », xiiie-xive siècle), et par Michel Mollat lui-même (« Une expansion différée par la guerre » et « Mue d’une ville médiévale », xve-milieu xvie siècle)14. Pour les autres périodes, on retrouve les auteurs que nous avons déjà cités, Jean-Pierre Bardet et Jean-Pierre Chaline, ainsi que Michel Mangard, Philip Benedict, Claude Mazauric et François Gay15.

  • 16 Histoire de Caen, G. Désert (dir.), Toulouse, Privat, 1981.
  • 17 G. Désert, Les Paysans du Calvados au xixe siècle, Caen, Annales de Normandie, 1971.
  • 18 CRHQ, fondé par Pierre Chaunu et actuellement dirigé par Bernard Garnier.
  • 19 CRAM, devenu aujourd’hui CRAHM (Centre de recherches archéologiques et historiques (...)
  • 20 GRHIS, dont le directeur est aujourd’hui Anne-Marie Flambard.
  • 21 M. de Boüard, « Aux origines de Caen : l’apport archéologique », in Histoire de Caen, p. 7- (...)
  • 22 Histoire de Caen, p. 23-70.
  • 23 Ibid., p. 71-113.
  • 24 Ibid., p. 115-320.

4Dans la même collection, l’Histoire de Caen parut en 198116. Elle était dirigée par Gabriel Désert, plutôt spécialiste de l’histoire rurale17, qui se trouvait alors à la tête du Centre de recherche d’histoire quantitative de l’université de Caen18. Le premier des auteurs est Michel de Boüard, fondateur de l’autre grand centre de recherche de notre université, le Centre de recherches archéologiques médiévales19. Une bonne partie des intervenants à ce colloque se rattachent à l’un ou l’autre de ces deux centres de recherche. D’autres appartiennent au Groupe de recherches d’histoire de l’université de Rouen20. Michel de Boüard a eu le grand mérite d’introduire la dimension archéologique dans l’histoire urbaine de la Normandie21. La voie qu’il a ouverte a été suivie par beaucoup de ses élèves et de ses émules, dont plusieurs ont participé au présent ouvrage. Lucien Musset rédigea deux chapitres couvrant la période xie-xiiie siècle (« Premier éclat sous les ducs de Normandie » et « Caen dans la monarchie capétienne »)22. La difficile période des xive et xve siècles fut étudiée par Roger Jouet (« Le temps des guerres et des pestes » et « La ville anglaise et la réadaptation au royaume »)23. Les autres auteurs, pour les périodes moderne et contemporaine, sont Hugues Neveux, Paul Longuet, Gabriel Désert et Pierre Brunet24.

  • 25 L. Musset, « La renaissance urbaine des xe et xie siècles dans l’ouest de la France : (...)
  • 26 L. Musset, « Essai sur la bourgeoisie caennaise (1150-1250) », in Recueil d’études offert e (...)
  • 27 L. Musset, « Les villes épiscopales et la naissance des églises suburbaines en Norm (...)
  • 28 J.-L. Roch, « Entre draperie rurale et draperie urbaine ? La draperie foraine de Rouen à la (...)
  • 29 L. Jean-Marie, « Anthroponymie caennaise et origine géographique des Caennais (xie-milieu d (...)

5Outre ces ouvrages et ces thèses, il faut signaler de nombreux articles se rapportant à l’histoire urbaine. Parmi les plus importants, mentionnons deux études de Lucien Musset : « La renaissance urbaine des xe et xie siècles dans l’ouest de la France : problèmes et hypothèses de travail » (1974)25, qui replace le cas normand dans un ensemble plus vaste, et « Essai sur la bourgeoisie caennaise (1150-1250) » (1982)26, qui reprend et complète sa contribution à l’histoire de Caen. Lucien Musset a encore écrit des articles sur Bayeux et sur les villes épiscopales, entre autres27. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres secteurs des études normandes, il apparaît comme un précurseur. D’autres articles concernant des sujets d’histoire urbaine ont paru notamment dans de nombreux numéros des Annales de Normandie. Bornons-nous à citer ceux de Jean-Louis Roch (sur la draperie rouennaise)28 et de Laurence Jean-Marie (sur Caen et les Caennais)29.

  • 30 A. Lemoine-Descourtieux, La Frontière normande de l’Avre de la fin du xe siècle au début du (...)
  • 31 M.-A. Moulin, Argentan au xive siècle, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1996 (dacty (...)
  • 32 F.-X. Lemercier, Falaise pendant la guerre de Cent Ans, mémoire de maîtrise, Université de (...)
  • 33 Cf. note 47.

6À ces publications émanant de spécialistes reconnus, il faut ajouter de nombreux travaux d’étudiants non publiés, mémoires de maîtrise, de DEA ou de « master ». À l’université de Caen, Lucien Musset a donné de nombreux sujets de maîtrise concernant l’histoire urbaine, de même que ses successeurs, André Debord, Claude Lorren, Laurence Jean-Marie et moi-même. Ce fut aussi le cas à l’université de Rouen pour Jean Favier, Jean-Pierre Leguay, Alain Sadourny, Anne-Marie Flambard Héricher, Philippe Lardin ou Jean-Louis Roch. D’autres collègues des universités parisiennes ont aussi donné des sujets normands. Certains des étudiants ou anciens étudiants concernés contribuent à cet ouvrage et y présentent l’état de leurs recherches. Mentionnons Astrid Lemoine-Descourtieux (sur Verneuil, Breteuil ou Nonancourt)30, Marie-Anne Moulin (sur Argentan)31 et François-Xavier Lemercier (sur Falaise et Honfleur)32, entre autres33.

  • 34 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (xie-xiiie siècles), Paris, Klincksieck, 1973.
  • 35 B. Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520), Paris – Louvain, Van der Nauwelaerts (...)
  • 36 P. Desportes, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, Picard, 1979.
  • 37 J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et x (...)
  • 38 Cf. infra ma contribution : « La constitution d’un réseau urbain en Normandie ».
  • 39 Une nouvelle édition de cet ouvrage est parue en collection de poche : La Ville en France a (...)
  • 40 B. Chevalier, Les Bonnes Villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier Mon (...)

7Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’une histoire urbaine en plein renouvellement, en France et à l’étranger. Dans notre pays, ce domaine de recherche a été d’abord défriché, dans les années 1970, sous la forme de grandes synthèses, que permettait l’ancienne thèse d’État. Mentionnons les thèses d’André Chédeville sur Chartres (1973)34, de Bernard Chevalier sur Tours (1975)35 et de Pierre Desportes sur Reims (1979)36. Jean-Pierre Leguay a été le premier à étudier un réseau urbain, celui des villes bretonnes37, thème que nous reprendrons dans cet ouvrage à propos de la Normandie38. Parallèlement à ces monographies généralistes abordant tous les aspects de l’histoire urbaine, ont été rédigées plusieurs synthèses, individuelles ou collectives, concernant l’ensemble des villes du royaume de France (ou même de l’Occident). Citons l’Histoire de la France urbaine, sous la direction de Georges Duby (1980), en particulier le volume II, consacré au Moyen Âge, sous la direction de Jacques Le Goff 39, pionnier dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, ou Les Bonnes Villes de France de Bernard Chevalier (1982)40.

  • 41 C’est le cas de Bruno Sintic pour la Haute-Normandie. Cf. infra sa contribution à cet ouvra (...)
  • 42 Mentionnons, à titre d’exemple, le premier de ces colloques, qui comprend plusieurs contrib (...)

8Aujourd’hui, le temps des grandes synthèses réalisées par une seule personne est sans doute passé. Les chercheurs choisissent des sujets d’études plus restreints (un quartier par exemple, et non plus une ville ou même plusieurs). Ils s’intéressent aux villes moyennes et petites, qui avaient été laissées de côté par leurs prédécesseurs41. Ils abordent des thèmes nouveaux : topographie sociale, structuration des villes dans l’espace, zone d’influence, rapports avec les campagnes, mais aussi loisirs urbains ou peurs citadines… et plus généralement sociabilité urbaine (un thème qui a été développé à l’université de Rouen au fil de plusieurs colloques, depuis 1983)42.

  • 43 A. Higounet-Nadal, Périgueux aux xive et xve siècles, Bordeaux, Fédération historique du Su (...)

9Les historiens des villes se tournent vers des documents qui ont été négligés jusqu’à présent, parce qu’ils paraissaient difficilement exploitables. Prenons l’exemple des comptes et des documents fiscaux, qui sont nombreux pour la fin du Moyen Âge. Ils peuvent apporter un éclairage nouveau sur l’économie et la société urbaines, mais aussi sur la vie quotidienne ou sur la démographie, comme l’a montré Arlette Higounet-Nadal dans sa thèse pionnière sur Périgueux (1978)43. Autre type de document qui fait l’objet d’un nouvel intérêt : le tabellionage, parfois bien conservé pour les derniers siècles du Moyen Âge, mais dont les gros registres avaient jusqu’à présent rebuté les chercheurs.

  • 44 Je remercie Laurence Jean-Marie, qui m’a suggéré cette idée.
  • 45 Histoire urbaine, no 1, juin 2000, à no 14, décembre 2005 (deux puis trois (...)
  • 46 Plusieurs d’entre eux collaborent à cet ouvrage (Astrid Lemoine-Descourtieux et François-Xa (...)
  • 47 Plusieurs maîtrises ont déjà été soutenues : M.-C. Pierre, Les Biens des abbayes no (...)
  • 48 Ce groupe est placé sous la codirection de Pierre Bergel (Géographie) et de Vincent Milliot (...)

10Les universitaires entreprennent parfois des recherches collectives réunissant des spécialistes de diverses disciplines, ou des historiens s’intéressant à différentes périodes de l’histoire. Car l’histoire urbaine est par nature une histoire « transpériodique » : les villes naissent et se développent le plus souvent au long de nombreux siècles. C’est le cas des villes de l’Occident, et des villes de Normandie en particulier, comme cet ouvrage le démontre, s’il en était besoin. On assiste à une remise en cause des « rup-tures » qui ne correspondent pas à de véritables changements, mais seulement au passage d’une période académique à une autre44 ! De telles recherches sont encouragées en France, notamment dans le cadre de la nouvelle Société française d’histoire urbaine (SFHU), fondée en 2000, qui publie un bulletin tout simplement intitulé Histoire urbaine45. À l’université de Caen, au sein du CRHQ, s’est constitué un axe de recherche « Villes ». Il réunit les universitaires du centre qui s’intéressent à l’histoire urbaine, quelle que soit leur période de prédilection, ainsi que de jeunes chercheurs46. D’ores et déjà, nous avons lancé une recherche collective sur les petites villes de Normandie, et notamment sur Falaise47. De même, dans le cadre de la Maison de la recherche en sciences humaines (MRSH) de l’université de Caen, s’est constitué un groupe de recherche pluridisciplinaire consacré à la ville48.

  • 49 Florence Delacampagne est directrice du Service départemental d’archéologie du Calvados. El (...)
  • 50 C’est ce que montre Christiane Huet dans sa thèse sur Bayeux au siècle des Lumières. Embell (...)
  • 51 D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen, du xie au xiiie siècle. La maison romane (...)

11L’histoire urbaine peut également être renouvelée par l’apport de l’archéologie. En France, les villes n’ont pas été l’objet de campagnes systématiques de prospection après la Deuxième Guerre mondiale, comme ce fut le cas en Angleterre et en Allemagne. C’est particulièrement regrettable pour la Normandie, dont beaucoup de villes furent détruites, surtout au moment du débarquement de 1944. Néanmoins, de nombreuses fouilles de sauvetage (et quelques fouilles programmées) ont été conduites sous la direction des services régionaux de l’archéologie ou des services départementaux, quand ils existent (comme dans le Calvados, sous la direction de Florence Delacampagne)49. Les résultats de ces fouilles ont permis de réaliser des progrès considérables dans la connaissance des villes normandes, et en particulier de Rouen, Caen, Bayeux et Lisieux. On pourra s’en rendre compte à la lecture de cet ouvrage. Nos villes occidentales (dont celles de Normandie) conservent également beaucoup de bâtiments anciens, et souvent plus anciens que leurs façades remaniées pourraient le laisser croire50. Notre connaissance de ces maisons anciennes a beaucoup progressé grâce à l’archéologie du bâti. Des chercheurs, historiens des textes et archéologues, se sont associés pour étudier les habitations. C’est en particulier le cas pour les maisons médiévales de Rouen avec Dominique Pitte et Philippe Cailleux51.

12Enfin, la recherche en histoire urbaine bénéficie, comme la recherche historique en général, des avancées dues à l’outil informatique. Après un long et fastidieux travail de saisie (indispensable), l’ordinateur permet des multiples recoupements entre les informations concernant les habitants des villes, leur habitat, leurs activités économiques, etc. Il permet de réaliser facilement des graphiques, des tableaux ou des cartes. Il fournit aux chercheurs de nouveaux moyens d’investigation et facilite leur réflexion. L’ordinateur est devenu l’auxiliaire indispensable de l’historien des villes.

  • 52 Vieux, canton d’Évrecy, Calvados.

13Cette publication illustre ces nouvelles tendances de l’histoire urbaine, appliquées à la Normandie. La première partie est consacrée à l’histoire des villes normandes. Élizabeth Deniaux présente dans leur ensemble les cités romaines, qui sont les premières véritables villes de la région. Un certain nombre d’entre elles ont survécu au Moyen Âge et jusqu’à nos jours : elles ont longtemps constitué l’armature urbaine de la future Normandie (province de Lyonnaise Seconde au Bas-Empire). Quelques-unes cependant n’ont pas résisté au choc des invasions du iiie siècle et à leurs conséquences : Pascal Vipard évoque l’échec urbain le plus spectaculaire, celui d’Aregenua (Vieux, non loin de Caen)52.

  • 53 Signalons à ce sujet les publications de Jacques Le Maho, consécutives à ses fouilles et, e (...)
  • 54 Cf. notamment à ce sujet : L. Musset, « Les translations de reliques en Normandie (ixe-xiie(...)
  • 55 Sur ce point, signalons trois publications récentes : L’Héritage maritime des Vikings en Eu (...)

14Nous avons peu d’informations sur les villes normandes pendant le haut Moyen Âge, du ve au xe siècle. Seule l’archéologie pourra nous apporter de nouveaux éléments, comme ce fut le cas pour Rouen53. Dans l’ensemble, on a l’impression (sans doute fausse) que le paysage urbain est resté quasiment immobile pendant plusieurs siècles. Les villes de Normandie ont-elles subi des transformations au cours de l’époque carolingienne ? C’est certainement le cas pour Rouen. Pour les autres villes, les sources manquent. Dans la seconde moitié du ixe siècle, les villes normandes ont été frappées par les invasions vikings, comme toutes celles des côtes occidentales de la Gaule. Nous savons que les membres du clergé urbain ont souvent pris la fuite avec leurs reliques54. L’impact de ces invasions a été fondamental pour la région, puisqu’il a entraîné la fondation de la Normandie55. Aucune ville cependant n’a disparu à cette époque : le capital urbain hérité de l’Antiquité a pu être transmis aux générations suivantes.

  • 56 Cf. l’article déjà cité (note 25) de L. Musset, « La renaissance urbaine des xe et xie sièc (...)
  • 57 Astrid Lemoine-Descourtieux a soutenu en juin 2003 sa thèse de doctorat d’histoire de l’uni (...)
  • 58 Au cours du colloque, Julien Deshayes a assuré la visite de deux bourgs du Cotentin (...)
  • 59 Cf. note 4.

15C’est seulement au xie siècle, cependant, qu’a lieu une véritable renaissance urbaine. Celle-ci s’inscrit dans le grand mouvement qui affecte alors la France de l’Ouest56, mais aussi l’ensemble de l’Occident. En Normandie, on assiste du xie au xiiie siècle à la constitution d’un véritable réseau urbain, comme nous avons tenté de le démontrer. Cette évolution est illustrée par l’exemple de Nonancourt et de Verneuil, agglomérations de la frontière de l’Avre, apparues au début du xiie siècle, qui sont étudiées par Astrid Lemoine-Descourtieux57. Ces villes nouvelles normandes sont partout qualifiées de « bourgs »58. À vrai dire, tous les bourgs ne parviennent pas à se hisser au rang de villes. Beaucoup d’entre eux restent de modestes habitats, purement ruraux, mais il existe de véritables réussites. La plus remarquable est celle de Caen, bourg né au début du xie siècle et devenu, en moins d’un siècle, la seconde ville de Normandie (après Rouen), qui a fait l’objet de la thèse de Laurence Jean-Marie59.

16Les siècles de la fin du Moyen Âge sont marqués, en Normandie comme dans tout le royaume de France, par la guerre de Cent Ans, qui se double d’une grave crise économique et démographique. Philippe Lardin étudie « les transformations de la ville de Dieppe pendant la guerre de Cent Ans », c’est-à-dire (théoriquement) de 1337 à 1453. La phase cruciale de cette guerre pour la Normandie fut celle de l’occupation anglaise, qui dura 33 ans (de 1417 à 1450). Celle-ci est évoquée par Ann Curry, qui démontre l’importance majeure du siège de Rouen (1418-1419), et par François-Xavier Lemercier, qui nous présente le cas particulier de Falaise.

17Nous avons déjà dit à quel point l’archéologie avait permis de renouveler l’histoire urbaine. C’est l’objet de la seconde partie. Deux contributions concernent Rouen. Jacques Le Maho se penche sur les origines du « grand Rouen », en étudiant la périphérie de la capitale normande au temps des ducs. Paola Calderoni, Bérengère Le Cain et Bénédicte Guillot analysent l’évolution d’un îlot d’habitation au sud-ouest de la ville, d’après les fouilles qu’elles ont conduites. Plus généralement, Dominique Pitte évoque les « apports récents de l’archéologie à la connaissance des villes de Haute-Normandie au Moyen Âge ». Florence Delacampagne, enfin, présente le résultat de l’une des nombreuses fouilles qu’elle a menées autour de la cathédrale de Bayeux.

  • 60 C’est le sujet de sa thèse (cf. note 31).

18La troisième partie de cet ouvrage comprend des études concernant la société urbaine. En premier lieu, Laurence Jean-Marie s’intéresse aux habitants des bourgs, qualifiés de « bourgeois », en étudiant ce terme à travers les sources normandes du xiie siècle. Ensuite plusieurs contributions sont consacrées à la société rouennaise. À vrai dire, il s’agit surtout de la ville dans les derniers siècles du Moyen Âge, après la conquête française de 1204. Alain Sadourny présente les grandes familles rouennaises au xiiie siècle, qui jouent un rôle majeur dans la cité, sur le plan économique comme sur le plan politique. Jean-Louis Roch évoque la draperie, métier dominant de la ville, et son organisation sociale aux xive et xve siècles. Philippe Cailleux est l’un de ceux qui ont renouvelé l’histoire urbaine en utilisant des sources négligées ou mal exploitées, comme le tabellionage. Il en fait la démonstration à propos du marché immobilier à Rouen au xve siècle. Deux villes de Basse-Normandie sont étudiées dans une perspective comparable : Marie-Anne Moulin présente la société urbaine d’Argentan à la fin du Moyen Âge60 et Denise Angers se penche sur Caen après 1450, c’est-à-dire précisément après le « recouvrement » de la Normandie par Charles VII. Elle utilise, elle aussi, le très riche fonds du tabellionage conservé aux Archives départementales du Calvados. Elle aborde en même temps la période qui suit la guerre de Cent Ans, marquée par une difficile reconstruction puis un nouvel essor, qui ne se manifeste guère avant le début du xvie siècle. Il s’agit d’un long Moyen Âge, qui se poursuit jusqu’au milieu de ce siècle. C’est dans ce cadre élargi que Bruno Sintic étudie « les élites sociales et politiques dans les petites villes de Normandie orientale (1450-1540) ».

19Cet ouvrage se termine par un « épilogue » consacré à « l’image de la ville ». Pierre Bouet évoque l’image littéraire de la ville dans les sources latines des xie et xiie siècles, et Bernard Beck traite de l’iconographie, qui opère souvent une transposition, nous faisant passer « de la ville réelle à la ville rêvée ».

 

20Le colloque sur Les villes normandes au Moyen Âge avait pour ambition de faire le bilan des recherches en cours. Le livre qui en est issu permet de réaliser en grande partie ce programme. Il associe les chercheurs normands et quelques chercheurs étrangers (trop rares dans ce domaine). Il réunit des universitaires confirmés et un nombre significatif de jeunes chercheurs. Espérons qu’il sera, grâce à eux, le point de départ d’un renouveau de l’histoire urbaine de la Normandie.

Notes

1 J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris – La Haye, EHESS, 1975, 2 vol.

2 J.-P. Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles, Paris, SEDES, 1983.

3 J.-P. Chaline, Les Bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982.

4 L. Jean-Marie, Caen aux xie et xiie siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Caen, La Mandragore, 2000.

5 P. Cailleux, Trois paroisses de Rouen à la fin du Moyen Âge, xiiie-xve siècle (Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland). Étude de topographie et d’urbanisme, à paraître dans la « Bibliothèque du Pôle universitaire normand ».

6 F. Neveux, Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du Lys, 1996.

7 P. Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie orientale (xive-xve siècles). Les matériaux et les hommes, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1995.

8 A. Plaisse, La Baronnie du Neubourg. Essai d’histoire agraire, économique et sociale, Paris, PUF, 1961.

9 A. et S. Plaisse, La Vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans, Évreux, Société libre de l’Eure, 1978.

10 A. Plaisse, Évreux et les Ébroïciens au temps de Louis XI, Évreux, Société libre de l’Eure, 1986. Concernant Évreux, signalons également l’intéressant travail réalisé par Pierre Bauduin (et Dominique Cliquet), comprenant des plans et une notice : cf. P. Bauduin, « Évreux », in Atlas historique des villes de France, J.-B. Marquette (dir.), Talence – Paris, Maison de l’archéologie (Bordeaux III) – CNRS, 1997.

11 P. Wolff, Commerce et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954. Cette collection comprend aussi l’Histoire de la Normandie publiée en 1970, sous la direction de Michel de Boüard. Une Nouvelle histoire de la Normandie est parue en 2004 aux éditions Privat, sous la direction d’Alain Leménorel. Y ont collaboré les auteurs suivants : Alain Becchia, Pierre Brunet, Élizabeth Deniaux, François Neveux, Éric Saunier, Guy Verron et Éric Wauters.

12 Histoire de Rouen, M. Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979.

13 M. Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952.

14 Histoire de Rouen, p. 31-178.

15 Ibid., p. 5-29 et 179-426.

16 Histoire de Caen, G. Désert (dir.), Toulouse, Privat, 1981.

17 G. Désert, Les Paysans du Calvados au xixe siècle, Caen, Annales de Normandie, 1971.

18 CRHQ, fondé par Pierre Chaunu et actuellement dirigé par Bernard Garnier.

19 CRAM, devenu aujourd’hui CRAHM (Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales), dirigé par Claude Lorren.

20 GRHIS, dont le directeur est aujourd’hui Anne-Marie Flambard.

21 M. de Boüard, « Aux origines de Caen : l’apport archéologique », in Histoire de Caen, p. 7-21.

22 Histoire de Caen, p. 23-70.

23 Ibid., p. 71-113.

24 Ibid., p. 115-320.

25 L. Musset, « La renaissance urbaine des xe et xie siècles dans l’ouest de la France : problèmes et hypothèses de travail », in Études de civilisation médiévale (ixe-xiie siècles). Mélanges offerts à Edmond-René Labande, Poitiers, CESCM, 1974, p. 563-575.

26 L. Musset, « Essai sur la bourgeoisie caennaise (1150-1250) », in Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Boüard, Caen, Annales de Normandie, 1982, vol. II, p. 409-436.

27 L. Musset, « Les villes épiscopales et la naissance des églises suburbaines en Normandie », Revue d’histoire de l’Église de France, t. XXXIV, 1948, p. 5-14 ; Id., « Recherches sur Bayeux de l’époque franque au xiiie siècle », Revue historique de droit français et étranger, 4e série, n° 35, 1958, p. 620-621 (résumé).

28 J.-L. Roch, « Entre draperie rurale et draperie urbaine ? La draperie foraine de Rouen à la fin du Moyen Âge », Annales de Normandie, n° 3, juin 1998, p. 211-230.

29 L. Jean-Marie, « Anthroponymie caennaise et origine géographique des Caennais (xie-milieu du xive siècle) », Annales de Normandie, n° 1, mars 1998, p. 33-65.

30 A. Lemoine-Descourtieux, La Frontière normande de l’Avre de la fin du xe siècle au début du xiiie siècle : la défense et les structures du peuplement, thèse de doctorat sous la direction de F. Neveux, Université de Caen, 2003, 3 vol. (dactyl.). Cf. également sa contribution au présent ouvrage : « Les bourgs castraux de Nonancourt et de Verneuil-sur-Avre au xiie siècle » (Verneuil-sur-Avre, Breteuil et Nonancourt, chefs-lieux de canton de l’Eure).

31 M.-A. Moulin, Argentan au xive siècle, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1996 (dactyl.) ; Id., L’Occupation anglaise à Argentan, 1417-1450, mémoire de DEA, Université de Caen, 1997 (dactyl.) (sous la direction de F. Neveux). Marie-Anne Moulin prépare actuellement une thèse sur Argentan au Moyen Âge à l’EHESS (sous la direction de Philippe Braunstein). Cf. également sa contribution au présent ouvrage : « Argentan à la fin du Moyen Âge ».

32 F.-X. Lemercier, Falaise pendant la guerre de Cent Ans, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1997 (dactyl.) ; Id., Honfleur et la mer à la fin du xvie siècle (1574-1600), mémoire de DEA, Université de Caen, 1999 (dactyl.). François-Xavier Lemercier prépare actuellement une thèse sur Honfleur du xve au xviie siècle (sous la direction de François Neveux et d’André Zysberg). Cf. également sa contribution au présent ouvrage : « Falaise pendant l’occupation anglaise ».

33 Cf. note 47.

34 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (xie-xiiie siècles), Paris, Klincksieck, 1973.

35 B. Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520), Paris – Louvain, Van der Nauwelaerts, 1975.

36 P. Desportes, Reims et les Rémois aux xiiie et xive siècles, Paris, Picard, 1979.

37 J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, Maloine, 1981.

38 Cf. infra ma contribution : « La constitution d’un réseau urbain en Normandie ».

39 Une nouvelle édition de cet ouvrage est parue en collection de poche : La Ville en France au Moyen Âge, A. Chédeville, J. Le Goff, J. Rossiaud (dir.), Paris, Seuil (Points Histoire), 1998.

40 B. Chevalier, Les Bonnes Villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier Montaigne (Collection historique), 1982. Mentionnons encore, entre autres, l’ouvrage d’Y. Barel, La Ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1977.

41 C’est le cas de Bruno Sintic pour la Haute-Normandie. Cf. infra sa contribution à cet ouvrage : « Les élites sociales et politiques dans les petites villes de Normandie orientale (1450-1540) ».

42 Mentionnons, à titre d’exemple, le premier de ces colloques, qui comprend plusieurs contributions concernant les villes médiévales (et quelques cas normands) : Sociabilité, pouvoirs et société (Actes du colloque de Rouen, 24-26 novembre 1983), F. Thélamon (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1987.

43 A. Higounet-Nadal, Périgueux aux xive et xve siècles, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1978.

44 Je remercie Laurence Jean-Marie, qui m’a suggéré cette idée.

45 Histoire urbaine, no 1, juin 2000, à no 14, décembre 2005 (deux puis trois numéros par an).

46 Plusieurs d’entre eux collaborent à cet ouvrage (Astrid Lemoine-Descourtieux et François-Xavier Lemercier).

47 Plusieurs maîtrises ont déjà été soutenues : M.-C. Pierre, Les Biens des abbayes normandes à Falaise, 2005 (sous la direction de L. Jean-Marie) ; C. Guillouet, Les Établissements hospitaliers de Falaise au Moyen Âge (xiie-xve siècles) ; M. Hervieu, Falaise en 1448-1449, d’après le compte municipal du receveur Robert Johan ; V. Pay, Falaise en 1464-1465, étude d’un compte municipal (ces trois dernières maîtrises ont été soutenues en 2004 sous ma direction). Rappelons en outre la maîtrise de François-Xavier Lemercier, déjà citée, qui fut également soutenue sous ma direction en 1997 (cf. note 32). Par ailleurs, Emmanuel Garnier, maître de conférences à l’université de Caen, et Christiane Huet, chargée de cours, travaillent ou dirigent des travaux sur Falaise à l’époque moderne. Outre cette recherche sur les petites villes, d’autres enquêtes sont ouvertes sur les polices urbaines ou la notabilité, par exemple.

48 Ce groupe est placé sous la codirection de Pierre Bergel (Géographie) et de Vincent Milliot (Histoire moderne).

49 Florence Delacampagne est directrice du Service départemental d’archéologie du Calvados. Elle a personnellement dirigé de nombreuses fouilles urbaines, notamment à Bayeux. Cf. infra sa contribution à cet ouvrage : « Une maison urbaine à Bayeux (ixe-xviiie siècle). De la maison canoniale à la maison de la fabrique ».

50 C’est ce que montre Christiane Huet dans sa thèse sur Bayeux au siècle des Lumières. Embellissements, urbanisme et architecture au xviiie siècle, Caen, La Mandragore, 2001.

51 D. Pitte, « Architecture civile en pierre à Rouen, du xie au xiiie siècle. La maison romane », Archéologie médiévale, t. XXIV, 1994, p. 253-299 ; D. Pitte et P. Cailleux, « L’habitation rouennaise aux xiie et xiiie siècles », in La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre (Actes des tables rondes de Rouen (16-17 octobre 1998) et de Norwich (16-17 avril 1999)), D. Pitte et B. Ayers (éd.), Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2002, p. 79-89 ; D. Pitte, « La maison médiévale rouennaise : orientation bibliographique, 1975-2000 », ibid., p. 91-93. Cf. infra les contributions de Dominique Pitte (« Apports récents de l’archéologie à la connaissance des villes de Haute-Normandie au Moyen Âge (1975-2000) ») et de Philippe Cailleux (« Le marché immobilier rouennais au xve siècle »).

52 Vieux, canton d’Évrecy, Calvados.

53 Signalons à ce sujet les publications de Jacques Le Maho, consécutives à ses fouilles et, en particulier : « Les fouilles de la cathédrale de Rouen de 1985 à 1993. Esquisse d’un premier bilan », Archéologie médiévale, t. XXIV, 1994, p. 1-49.

54 Cf. notamment à ce sujet : L. Musset, « Les translations de reliques en Normandie (ixe-xiie siècles) », in Les Saints dans la Normandie médiévale (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 26-29 septembre 1996), P. Bouet et F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 97-108.

55 Sur ce point, signalons trois publications récentes : L’Héritage maritime des Vikings en Europe de l’Ouest (Actes du colloque de Flottemanville-Hague, 30 septembre-3 octobre 1999), É. Ridel (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2002 ; La Progression des Vikings, des raids à la colonisation, A.-M. Flambard Héricher (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen (Cahiers du GRHIS ; 14), 2003 ; Les Fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 25-29 septembre 2002), P. Bauduin (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2005. Notons qu’aucune de ces publications n’aborde directement la question des villes normandes pendant les invasions du ixe siècle. Cette question n’est pas non plus traitée dans le présent ouvrage.

56 Cf. l’article déjà cité (note 25) de L. Musset, « La renaissance urbaine des xe et xie siècles dans l’ouest de la France… ».

57 Astrid Lemoine-Descourtieux a soutenu en juin 2003 sa thèse de doctorat d’histoire de l’université de Caen, consacrée à la frontière de l’Avre (cf. note 30).

58 Au cours du colloque, Julien Deshayes a assuré la visite de deux bourgs du Cotentin : Bricquebec et Saint-Sauveur-le-Vicomte (chefs-lieux de canton de la Manche). Ceux-ci sont des « bourgs castraux », qui sont de bons exemples de ces petites villes nouvelles apparues en Normandie à partir du xie siècle.

59 Cf. note 4.

60 C’est le sujet de sa thèse (cf. note 31).

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540