Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La Publication périodique

Dana

Une contribution au modernisme irlandais ?

Fabienne Garcier

Texte intégral

  • 1 Dana peut être consulté dans les principales bibliothèques d’Irlande, bibliothèques publiques (Nat (...)
  • 2 Dans son étude des « petites revues » irlandaises, Peter Denman déclare Dana premier périodique de (...)
  • 3 Pour Alf Mac Lochlainn, « [Dana is] a node in which we may see the junction of several interesting (...)

1Ce n’est pas par sa longévité dans l’histoire des périodiques irlandais que Dana1 se signale : alors que des publications périodiques couvrent des décennies, comme The Dublin University Magazine (1833-1877), The Irish Homestead (1895-1923) ou The Leader (1900-1971), il ne paraît du mensuel Dana que douze numéros, entre mai 1904 et avril 1905. Ce n’est pas non plus par l’aspect accrocheur de sa présentation qu’il a pu retenir l’attention, comme certaines revues britanniques fin de siècle, telles que The Yellow Book avec sa célèbre couverture jaune et les remarquables illustrations d’Aubrey Beardsley, ou modernistes, telles que Blast et la non moins célèbre couverture rose de son premier numéro. Dana est une « petite revue » in-octavo très sobre, à la couverture brochée gris bleu, sans illustrations, sinon dans ses quelques publicités, et le sommaire, par économie de place sans doute, figure sur la première de couverture. Si Dana a fait date, c’est d’abord, en son temps, grâce à la nouveauté qu’il introduit et à l’effervescence intellectuelle qu’il crée dans la vie culturelle irlandaise, en s’auto-déclarant « petite revue » dans l’éditorial de son premier numéro2, en affirmant ensuite bruyamment ses désaccords avec l’orthodoxie dominante et en proclamant la nécessité d’un pluralisme d’opinions. Plus tard, sa notoriété s’est affirmée dans l’histoire littéraire en tant que porteur d’une voix alternative, discordante, au sein de la Renaissance littéraire irlandaise, ainsi que pour son rôle dans la carrière de ses collaborateurs, célébrités confirmées du monde des lettres (George Moore, George Russell, Edward Dowden, Stephen Gwynn), ou nouveaux talents qu’il contribue à révéler, certains étant publiés pour la première fois dans ses colonnes (Oliver Gogarty, Thomas Keohler, Padraic Colum, Seumas O’Sullivan et James Joyce). Dana partage avec la littérature périodique en général un aspect trop peu étudié dans l’histoire de la culture : celui d’être le reflet de la diversité d’une époque, un espace où se lisent les signes du temps – débats intellectuels, tensions idéologiques, état des connaissances, évolutions souhaitées3. Moment clé dans l’histoire culturelle irlandaise du début du xxe siècle, il apparaît surtout comme l’un des vecteurs de diffusion des conceptions modernistes en ce pays, dans le domaine du savoir, de la pensée philosophique, sociale et politique, sinon dans celui de la littérature. Comme son refus de publier la première ébauche du Stephen Hero de Joyce le démontre en effet, Dana n’a pas, dans le domaine littéraire, fait preuve de la même clairvoyance que dans le domaine des idées.

Dana dans son espace-temps4

  • 4 Cette expression a été utilisée par Benoît Tadié dans sa communication, « L’Espace-temps des revue (...)
  • 5 Ce peuple, venu des contrées nordiques, arriva en Irlande à l’ère préchrétienne. Il incarne le bie (...)
  • 6 Dana commence sa carrière comme « A Magazine of Independent Thought » et ne s’adjoint « Irish » qu (...)

2Le nom de la revue vient de celui de la déesse-mère Dana, dont les « Tuatha De Danaan » (peuple de la déesse Dana) tirent leur appellation5, mais « dana » en irlandais veut aussi dire bold (effronté), sens plus en rapport avec son sous-titre : An Irish Magazine of Independent Thought6. On peut lire dans ce nom et cette auto-définition le double programme de Dana : s’inscrire dans la ligne « revivaliste » du retour au passé légendaire, mais aussi entretenir des controverses, émettre des avis critiques en toute liberté sur les sujets qu’un consensus mou a soigneusement proscrits de la vie publique – ce que les directeurs de la revue flétrissent du mot d’« evasions ».

  • 7 Richard Ellmann, Yeats, the Man and the Masks, Londres, Faber and Faber, 1965, p. 76 : « Magee’s p (...)
  • 8 Mary E. Bryson, « Our one philosophical critic : John Eglinton », Éire-Ireland, X, 2, Summer 1975, (...)
  • 9 Louis Mac Neice, The Poetry of W. B. Yeats, Londres, New York [etc.], Oxford University Press, 194 (...)
  • 10 Ernest Boyd, Ireland’s Literary Renaissance, Dublin, Allen Figgis, 1968, p. 251.
  • 11 Dans un essai de Pebbles from a Brook, il oppose « regenerate patriotism » (le titre de l’essai) à (...)

3Les deux directeurs de la revue sont John Eglinton et Frederick Ryan, deux personnalités de la Renaissance littéraire. Le premier vient d’une famille presbytérienne d’Irlande du Nord, installée à Dublin. « John Eglinton » est un pseudonyme choisi, selon R. Ellmann, pour ses sonorités plus euphoniques et moins provinciales pour un homme de vaste culture que son nom réel : William Kirkpatrick Magee7. Son genre de prédilection est l’essai. Il écrit des essais pour les journaux, The Daily Express ou The United Irishman par exemple, et quand Dana aura cessé de paraître, pour des revues littéraires irlandaises comme The Irish Review, fondée par Padraic Colum en 1911, pour des revues avant-gardistes britanniques comme New Age, ou américaines comme The Dial où il est, de 1921 à 1929, l’auteur d’une rubrique « Dublin Letters ». Ses ouvrages sont aussi pour la plupart des recueils d’essais, Pebbles from a Brook (1901), Bards and Saints (1906), Anglo-Irish Essays (1917), ou bien des livres de souvenirs, Irish Literary Portraits (1935), A Memoir of AE (1935), ou encore des éditions critiques de lettres, lettres entre lui-même et George Moore, Letters of George Moore, with an introduction by John Eglinton, To Whom They Were Written (1942) ou lettres de Moore à Édouard Dujardin (1929). S’il est appelé diversement « notre seul critique philosophe » par Mary Bryson8, « un rationaliste isolé » par Louis MacNeice9, ou « le premier de nos transcendantalistes » par Ernest Boyd10, c’est que son humanisme philosophique s’inspire de courants multiples, voire contradictoires : transcendantalisme (il y a de nombreuses références dans ses écrits à Wordsworth, Thoreau, Emerson), individualisme, positivisme et un patriotisme tempéré, opposé à ce qu’il appelle le « patriotisme non régénéré »11.

4Frederick Ryan entretient des rapports étroits avec le mouvement théâtral. Il est secrétaire de l’Irish National Theatre en 1903, et auteur d’une pièce montée par ce théâtre, The Laying of Foundations (1902), une satire comique de la vie municipale. Il est engagé aussi dans l’action politique : il est secrétaire d’une organisation de soutien à l’Irish Parliamentary Party créée à University College, et écrit pour une certaine presse nationaliste, The National Democrat en 1907 et The Irish Nation de 1909 à 1911, où il défend, comme il le fait dans Dana, une conception non sectaire, démocratique et sociale de la nation.

5Tous deux partagent un profond scepticisme à l’égard de toutes les idéologies figées qui reposent sur le dogme, tuent la pensée et font de l’homme le jouet des machines de pouvoir. Ils sont également sceptiques vis-à-vis de la notion de progrès, si celle-ci n’inclut pas le progrès intellectuel et se limite aux données d’un savoir factuel. Eglinton est à la recherche d’une éthique conciliant connaissance et spiritualité, tandis que Ryan, plus positiviste, souhaite que l’humanité exploite toutes les avenues scientifiques qui s’ouvrent à elle pour travailler au bien-être universel, à l’écart des préoccupations métaphysiques.

  • 12 James Joyce, Ulysses [1922], Londres, Penguin Books, 1992, p. 245 : « Yogibogeybox in Dawson Chamb (...)
  • 13 Clare Hutton, « Joyce and the Institutions of Revivalism », Irish University Review, numéro spécia (...)
  • 14 Alf Mac Lochlainn étudie dans l’article déjà cité les différents cercles qui s’entrecroisent autou (...)
  • 15 Mac Lochlainn explique que les étudiants de University College Dublin, l’université jésuite, repré (...)
  • 16 Dana est en effet mentionnée dans une réplique de Russell : « Synge has promised me an article for (...)
  • 17 Alf Mac Lochlainn, « “Those Young Men…” : The National Library of Ireland… », p. 9.
  • 18 Frank Shovlin, The Irish Literary Periodical 1923-1958, Oxford, Clarendon Press, 2003, p. 4 et 11.
  • 19 Trois éminents critiques estiment que Dana n’a pas de précurseur direct en Irlande : Alf MacLochla (...)

6La revue est installée dans Dawson Chambers, le quartier général de l’édition « revivaliste » à l’époque, que Stephen appelle dans Ulysse « Boîte à bête noire yogi dans les salons Dawson »12 pour tourner en dérision ce haut lieu de l’occultisme et de la théosophie. Les éditeurs en sont Hodges et Figgis pour Dublin et David Nutt pour Londres. Les deux maisons, comme l’attestent les publicités qu’elles font paraître dans le premier numéro de la revue, sont spécialisées en « publications irlandaises ». Non seulement ce tandem assure à Dana un double réseau de diffusion, en Irlande et en Grande-Bretagne, mais il illustre aussi l’intérêt grandissant que les éditeurs dans les deux pays manifestent pour l’entreprise « revivaliste » à partir des années 189013. Toutefois, Dana n’est pas une revue « revivaliste » au sens où, à la différence de revues d’actualité théâtrale de l’époque, telles que Samhain ou The Arrow, elle n’est pas un prolongement du mouvement. En fait, Dana est, par l’intermédiaire de ses collaborateurs, à la jonction de différents cercles intellectuels et courants de pensée minoritaires mais actifs. Le premier est la Bibliothèque nationale, dirigée à l’époque par T. W. Lysert, adepte du positivisme, qu’il tient pour la nouvelle « religion de l’homme »14. Eglinton est membre de ce cercle par les fonctions de bibliothécaire adjoint qu’il occupe à l’époque de Dana, ainsi que Richard Best, lui aussi bibliothécaire et collaborateur de la revue. La Bibliothèque nationale est en outre un lieu d’accueil, de travail, de rencontres et d’échanges pour les acteurs du deuxième cercle, les étudiants de University College15, James Joyce, Eugene Sheehy, Frank Skeffington, Conn Curran, Oliver Gogarty, James H. Cousins, comme l’illustre le chapitre d’Ulysse, « Scylla and Charybdis », qui s’y déroule et qui met en scène Stephen-Joyce, John Eglinton, George Russell, Richard Best, et où il est question de bien d’autres phares et institutions de la vie intellectuelle dublinoise de l’époque, dont Dana16. Les autres cercles qui se recoupent au sein de Dana sont le mouvement théâtral (Cousins, Colum) et les études celtes avec une contribution de T. W. Rolleston et une annonce pour ERIU (« The Journal of the School of Irish Learning ») dirigé par Kuno Meyer. Si tous partagent la conviction que l’Irlande post-parnellienne est à la veille de transformations radicales et fécondes pour la nation, ils n’en représentent pas moins des courants de pensée très divers, des « hétérodoxies partagées »17 entre théosophes, catholiques fervents, agnostiques, socialistes, nationalistes, positivistes, « revivalistes », internationalistes, qui s’opposent et débattent à l’intérieur de la revue. Forum de discussion, creuset d’opinions, Dana est certainement moins littéraire, au sens strict, que d’autres « petites revues » modernistes. À cet égard, les statistiques par genre sont parlantes : l’essai argumentatif, souvent polémique, vient en tête avec cinquante-cinq contributions, viennent ensuite les poèmes (vingt-huit), et, bien loin derrière, à raison de moins d’une dizaine par genre, comptes rendus de livres ou de productions théâtrales, biographies, récits autobiographiques, lettres, nouvelles. Cette répartition confirme l’observation de Frank Shovlin à propos des revues modernistes irlandaises où s’entrecroisent inévitablement discours littéraires et non littéraires, à la différence de leurs homologues britanniques, uniquement préoccupées d’esthétique18. Par nature polémique et dissidente, la « petite revue » ne peut que s’en prendre aux orthodoxies de tout bord, à l’apathie intellectuelle qu’elles ont engendrée en Irlande et aux entraves qu’elles imposent à la littérature. Le brio et l’acharnement avec lesquels Dana mène ce combat pour l’indépendance de la pensée sont alors inédits dans la littérature périodique19, mais ils auront d’illustres successeurs avec The Irish Review, fondé par Padraic Colum en 1911, The Irish Statesman de George Russell (1923), Ireland To-Day fondé en 1936 par Michael O’Donovan (alias Frank O’Connor), et surtout The Bell, fondé par Seán O’Faoláin et Peadar O’Donnell en 1940.

An Irish Magazine of Independent Thought

  • 20 Hebdomadaire culturel et politique, The Nation, organe du mouvement Jeune Irlande, fut fondé en oc (...)

7Quoique Dana n’ait pas de précurseur direct dans l’histoire des périodiques irlandais, les références à The Nation20 y sont étonnamment nombreuses. Nombreuses au point qu’on pourrait y voir une reconnaissance de filiation, si les hommages rendus à The Nation et à Thomas Davis, l’un de ses fondateurs et son inspirateur le plus flamboyant, n’avaient pour contrepartie des critiques insistantes.

8Dès son premier éditorial qui, comme il se doit, proclame ses intentions et situe son projet dans l’histoire intellectuelle de l’Irlande, Dana se démarque du sens donné à l’expression « littérature nationale » par la Jeune Irlande et Thomas Davis :

  • 21 John Eglinton, Frederick Ryan (éd.), « Introductory », Dana, 1, May 1904, p. 1-2 : « Since the day (...)

Depuis l’époque de l’honorable Thomas Davis, qui a accompli un grand, un noble et décisif effort pour guider l’esprit de la nation vers la littérature, toute l’entreprise littéraire irlandaise a consisté surtout à garantir la nationalité de la littérature par le choix de thèmes irlandais, par la renaissance de la langue irlandaise, etc. En Irlande, le droit inaliénable de l’humanité de penser et de réagir personnellement sur tous les sujets n’a pas été jusqu’ici le rêve qui a inspiré nos écrivains. La volonté de mettre en œuvre, à travers les confessions sincères des poètes et l’exercice vigoureux de la pensée, la liberté élémentaire de l’esprit humain, qui est en réalité le but essentiel de toute littérature indépendante et donc nationale, ne s’est guère manifestée dans le mouvement littéraire irlandais21.

  • 22 Ces idées sont exprimées dans plusieurs articles, outre le premier éditorial : Frederick Ryan, « “ (...)

9C’est la conception trop étriquée de la nationalité qui s’est développée à la suite de The Nation que critiquent les auteurs de cet éditorial, non Davis lui-même à qui est reconnu le mérite d’avoir insufflé le sentiment national dans la littérature. Contrairement aux thèses de Davis cependant, une littérature nationale à leurs yeux est d’abord et ne peut être qu’indépendante (comme l’expression soulignée l’indique clairement). Car la nation, pour eux, c’est avant tout les hommes qui la composent, dans leur diversité et non pas l’unité sentimentale, artificielle, restrictive et essentialiste que les nationalistes conservateurs, d’inspiration « Irish Ireland », ont imposée en excluant de leur idée de la nation la tradition anglo-irlandaise (à laquelle appartiennent Eglinton, Russell et bien d’autres collaborateurs de Dana), en dépit de son indéniable apport à la Renaissance littéraire. Bien malgré eux, selon l’éditorial, la Jeune Irlande et Davis ont engendré le nationalisme sectaire que réprouve Dana au nom de l’humanisme et de la tolérance, deux autres mots-clés de ce même éditorial. La tolérance ne doit pas être une « conspiration du silence », comme ce fut le cas avec Davis et ses amis qui ont voulu ignorer les divisions de l’Irlande pour construire son unité, mais une tolérance bien comprise, fondée sur la libre expression de toutes les opinions22. Dana exhorte l’Irlande à sortir enfin des sectarismes et dogmatismes du passé et à affronter les « questions fondamentales » (fundamentals) de l’existence que sont

  • 23 Frederick Ryan, « “Young Ireland” and Liberal Ideas », Dana, 2, June 1904, p. 62 : « There is, firs (...)

le problème de la religion, de la philosophie, l’idéal de la société humaine, et le système politique dans le cadre duquel cet idéal peut le mieux être réalisé. Il y a aussi un domaine des sciences politiques, si ce n’est leur essence même, à savoir la question sociale – le problème du bonheur ou du malheur de l’ensemble du peuple23.

  • 24 John Eglinton, W. B. Yeats, William Larminie, AE., Literary Ideals in Ireland, Londres – Dublin, T (...)
  • 25 John Eglinton, « National Drama and Contemporary Life », in John Eglinton et al., Literary Ideals (...)
  • 26 John Eglinton, « Mr Yeats and Popular Poetry », ibid., p. 43 : « The epics of the present are the (...)
  • 27 W. B. Yeats, « John Eglinton and Spiritual Art », ibid., p. 36 : « I believe that the renewal of b (...)
  • 28 AE., « Literary Ideals in Ireland », ibid., p. 51.

10La ligne éditoriale de Dana s’affine au cours de ses numéros successifs, précisant les objectifs de la revue, ses espoirs pour le futur, et affirmant son désir d’entraîner ses lecteurs vers la modernité et ses enjeux. Le débat autour des choix ouverts à l’Irlande par la lutte pour le Home Rule et la perspective d’une autonomie politique, sociale et culturelle, relance et renouvelle la fameuse polémique dont le Dublin Daily Express fut le lieu en 1898 et qui fut publiée dans Literary Ideals in Ireland24. Cette polémique, dont W. B. Yeats, John Eglinton, William Larminie et George Russell (AE.) ont été les protagonistes, oppose deux conceptions de la littérature nationale et de la place que doit y tenir la tradition légendaire irlandaise. Pour Eglinton, les légendes gaéliques appartiennent au passé et ne peuvent pas fournir des sujets aptes à exprimer la vie contemporaine ; l’art, pour être représentatif et national25, doit s’inspirer des réalités du présent, de ses conquêtes technologiques – la dynamo, la machine à vapeur ou le cinématographe26. Pour Yeats, au contraire, la poésie n’est pas une critique de la vie, les arts contemporains tendent de plus en plus vers la croyance, la révélation d’une vie occulte et de « la beauté accumulée du moment » (the accumulated beauty of the age), issue des mythes, des rêves et des vieilles superstitions27. Pour Russell, qui cherche à concilier les deux positions, les traditions, les mythes et les rêves du passé appartiennent à la mémoire et à la pensée collectives et, à ce titre, ils font autant partie de la vie des contemporains que la dynamo ou la machine à vapeur28.

  • 29 Frederick Ryan, « Criticism and Courage », Dana, 5, September 1904, p. 145-149.
  • 30 Alfred Webb, « The Gaelic League and Politics », Dana, 5, September 1904, p. 141-144 ; Frederick R (...)
  • 31 Stephen Gwynn, « In Praise of the Gaelic League », Dana, 8, December 1904, p. 239-244.

11Dans la continuité des positions défendues par Eglinton dans cette célèbre polémique, les directeurs de Dana critiquent toutes les formes de survalorisation du passé, que ce soit le mythe de l’ouest et de la paysannerie chez les acteurs de la Renaissance littéraire, Yeats en particulier29, ou la reviviscence de la culture gaélique par la Ligue gaélique30. Fidèle toutefois à son engagement de tolérance, Dana ouvre un débat à propos de cette dernière : Stephen Gwynn répond aux attaques en soulignant que par ses apports à l’éducation, à la vie culturelle, à la connaissance, la Ligue a créé les conditions intellectuelles de l’autonomie politique31. La langue gaélique fait aussi l’objet de polémiques externes : aux revues nationalistes, An Claidheamh Soluis et The United Irishman, pour qui « la langue irlandaise est une dimension essentielle de la nationalité irlandaise », F. Ryan réplique

  • 32 Frederick Ryan, « On Language and Political Ideals », Dana, 9, January 1905, p. 275 : « One could (...)

[que] l’on pourrait aisément définir la nationalité de manière à ce qu’elle inclue l’autonomie politique en tant que dimension essentielle, et qu’elle exclue la langue en tant que simple accident32.

  • 33 Frederick Ryan, « On Language and Political Ideals », p. 276 : « Responsibility is the beginning o (...)
  • 34 Frederick Ryan, « On Language and Political Ideals », Dana, 9, January 1905, p. 273-278.
  • 35 L’Empire et l’impérialisme britannique font également l’objet d’un débat interne. D’un côté, Ossor (...)

12Fortement engagé dans le débat sur la nationalité, hérité du siècle précédent mais encore très vivace à son époque, Dana émet sur la question des avis progressistes, tord le cou aux mythes, se projette dans le futur avec l’espoir de façonner un type d’homme nouveau, responsable de son devenir33, dans une nation nouvelle, indépendante, prête à jouer son rôle dans le concert des nations au lieu de rester crispée sur son identité et sur ses frontières. Dana, par la plume de F. Ryan, se prononce pour une démocratie sociale, dans laquelle l’État, qui pourtant n’existe pas encore comme tel à l’époque, veille au partage des richesses et procède à des nationalisations pour assurer bien-être individuel et prospérité collective34. Dans cette vision idéale, l’Irlande du futur est sortie de l’Empire35, a émergé de sa situation de dépendance politique et de la mentalité servile que cette dernière a trop longtemps entretenue.

  • 36 Frederick Ryan, « Political and intellectual Freedom », Dana, 1, May 1904, p. 31 : « Rightly under (...)
  • 37 Ibid. p. 31 : « The Church has flourished amidst universal decay »
  • 38 Édouard Dujardin, « The Abbé Loisy », Dana, 1 ; John M. Robertson, « Catholicism and Civilisation  (...)
  • 39 Irial, « The Church and the Future », Dana, 8, December 1904, p. 234 : « Faith is more likely to b (...)
  • 40 J. M. Robertson, « Catholicism and Civilisation », Dana, 2, June 1904, p. 33-38.
  • 41 Ibid. p. 36 : « Bad economic conditions, plus sacerdotalism, yield the maximum of hindrance to pro (...)
  • 42 Ossorian, « The Irish in America », Dana, 6, October 1904, p. 161-166.
  • 43 John Eglinton, « Sincerity », Dana, 7, November 1904, p. 212 : « Scio has ascended the throne of C (...)

13« Revue irlandaise de pensée indépendante », comme son sous-titre le proclame, Dana déploie effectivement l’étendard de l’indépendance dans toutes ses acceptions : indépendance politique et économique, condition essentielle de l’indépendance d’esprit : « Correctement comprises, la liberté intellectuelle et la liberté politique sont une seule et même chose »36 ; indépendance du ton, irrespectueux, volontiers provocateur, et de la critique, qui n’épargne aucune des institutions qui ont maintenu le peuple irlandais dans un état de servitude : l’Empire, bien sûr, mais aussi l’Église catholique. Celle-ci est accusée de s’être servie de la « décrépitude universelle pour prospérer »37 et pour construire d’autant plus d’églises que son emprise était menacée par le déclin de la foi. L’Église est la cible la plus inlassablement visée dans Dana : douze articles38 lui sont consacrés, sans compter des analyses ponctuelles dans d’autres ; ils dénoncent tour à tour sa mission sacerdotale – préparer les hommes à l’au-delà, en leur promettant une béatitude éternelle et les détournant du monde d’ici-bas –, son intransigeance en matière de doctrine, de morale, de règles imposées, qui maintient les fidèles dans un état de crainte et de soumission. Loin d’encourager l’instruction, elle a soigneusement entretenu l’ignorance des fidèles pour mieux asseoir son pouvoir (« La foi est la servante de l’ignorance »39), sauf lorsqu’elle était en concurrence avec le protestantisme, comme en Hollande, en Suisse ou aux États-Unis, où elle a été obligée de fournir un enseignement de qualité40. Dana regarde volontiers vers les pays voisins, compare, internationalise la question cléricale pour relativiser le rôle de l’Église en Irlande, montrer ses effets pernicieux, et souhaiter une laïcité de l’État à la française. Par exemple, Ryan déplore que le catholicisme en Irlande ne soit pas contrebalancé par des mouvements laïques démocratiques, comme en Belgique, en Espagne et en Italie. J. M. Robertson procède dans « Catholicism and Civilisation » à une étude comparée des relations entre religion et prospérité économique dans différents pays, pour arriver à la conclusion que le retard économique n’est pas causé, mais nettement aggravé, par le « sacerdotalisme »41. Les Irlandais, loin d’être un peuple inférieur comme les Anglais l’ont prétendu, sont capables de bien réussir hors de leur pays – aux États-Unis par exemple dans des circonstances favorables d’instruction avancée et d’institutions démocratiques42. Ces analyses, où l’environnement social est perçu comme un facteur déterminant de l’évolution de l’espèce, s’appuient de toute évidence sur le contexte scientifique de l’époque, le darwinisme et son application aux phénomènes sociaux, en particulier. De même, les sciences sociales et politiques, la philosophie (Mill, Spencer, Huxley, Darwin, Haeckel, Renan, Arnold, Schopenhauer, Nietzsche) sont tout autant à l’honneur que la littérature dans Dana, pour qui seules la connaissance et une culture cosmopolite peuvent mettre fin aux obscurantismes d’ordre religieux ou idéologique. « Scio a grimpé sur le trône de Credo »43, proclame J. Eglinton qui voit là une chance certaine pour l’Irlande de « renaissance de la pensée ».

La contribution de Dana au modernisme irlandais

  • 44 Frank Shovlin, The Irish Literary Periodical, 1923-1958, p. 11 : « Irish magazines had the task of (...)
  • 45 Colonel Maurice Moore, « Ireland in the New Century », Dana, 2, June 1904, p. 44 : « Sir Horace Pl (...)
  • 46 Thomas Keohler, « The Irish National Theatre », Dana, 10, March 1905, p. 319 : « a critical moment (...)
  • 47 Ces chroniques seront reprises dans : George Moore, Memoirs of My Dead Life, Londres, William Hein (...)

14Au vu de ces contenus de nature plus politique et idéologique que littéraire, on peut se demander si Dana est bien, après tout, une « petite revue » moderniste. On peut apporter deux éléments de réponse à cette question. D’abord, selon la remarque de F. Shovlin, les arts et la politique étaient à l’époque indissociables dans le contexte irlandais, étant donné l’importance de la question identitaire44. Ensuite, les rubriques littéraires, quoique minoritaires, sont présentes dans tous les numéros et concernent aussi bien la critique que la création. Du côté critique, on trouve des comptes rendus d’ouvrages de nature variée – une biographie d’Édouard Dujardin consacrée à L’Abbé Loisy dans le premier numéro, ou l’ouvrage d’Horace Plunkett, Ireland in the New Century, qui est éreinté dans le deuxième numéro par le colonel Moore, frère de George45, et défendu par Russell dans le numéro cinq (« Physical Force in Literature »). On trouve plus occasionnellement des comptes rendus de mises en scène théâtrales, celle de The Well of the Saints de Synge par exemple, en français dans le numéro douze. Des rubriques régulières s’intéressent à l’actualité littéraire : « Literary Notices » signalent des parutions importantes, comme l’anthologie de poésie New Songs rassemblée par AE. (Dana, 1), ou l’étude d’Emily Lawless sur Maria Edgeworth, qui donne lieu à une rétrospective de toute la critique parue sur cet auteur (Dana, 6). « A Literary Causerie », plus étoffée que les « Notices », est confiée à F. M. Atkinson à partir du cinquième numéro. L’un des sujets privilégiés de cette « causerie » est « the Celtic School », qui fait l’objet de critiques virulentes dans les numéros dix et onze pour avoir imposé pendant une décennie entière une esthétique de la langueur qu’Atkinson juge décadente et dépassée. L’autre sujet le plus suivi est l’actualité théâtrale, avec deux articles de Thomas Keohler qui saluent l’ouverture de l’Abbey Theatre le 27 décembre 190446 et ses premières productions, et l’annonce de la sortie d’Uladh, publication de l’Ulster Literary Theatre. La création littéraire a la portion congrue : Dana publie surtout de courts poèmes inédits de Padraic Colum, Seumas O’Sullivan, James Joyce (« Song », Dana, 4), Oliver Gogarty, Edward Dowden, Jane Barlow, AE., une seule nouvelle, « King Diarmuid » de William Buckley, et une série de six chroniques de George Moore sur sa vie de bohème parisienne, intitulée « Moods and Memories »47, dans les premiers numéros. La création littéraire est loin d’être avant-gardiste. Elle reste – les poèmes surtout – dans une veine romantique et pastorale, et l’on comprend que cette orientation de la revue l’ait empêchée de publier la première ébauche de Portrait of the Artist, soumise par Joyce en février 1904.

  • 48 Richard Ellmann, James Joyce [1959], Londres – New York, Oxford University Press, 1977, p. 149.
  • 49 Voir ibid., p. 151.
  • 50 John Eglinton, Irish Literary Portraits, Londres, Macmillan, 1998, p. 136 : « I handed it back to (...)
  • 51 Stanislaus Joyce, Dublin Diary, cité par Richard Ellmann, James Joyce, p. 152 : « The paper was re (...)
  • 52 Ibid., p. 152 : « Jim thinks that they rejected it because it is all about himself. »
  • 53 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, (...)
  • 54 John Eglinton, Irish Literary Portraits, p. 136 : « [Dana] might have had a rare value now in the (...)
  • 55 James Joyce, Ulysses, p. 249, 262 et 245.

15Le cas Joyce est entré dans l’histoire de la revue comme un bel exemple de rencontre manquée. Ayant appris qu’Eglinton et Ryan étaient sur le point de lancer une « revue intellectuelle » (« an intellectual journal »48), Joyce écrit en janvier 1904 un essai autobiographique intitulé « A Portrait of the Artist », qu’il soumet à Eglinton en février. Cette première ébauche de ce qui deviendra le Portrait contient déjà les épisodes futurs du roman : l’enfance, l’accès de zèle religieux, les expériences sexuelles, la fréquentation des hérésiarques, l’appel à un âge nouveau. Le ton en est satirique, arrogant, le style hyperbolique49. Le manuscrit est rejeté. Il y a trois explications concurrentes à ce rejet : celle d’Eglinton (« Je lui rendis [son manuscrit] en lui faisant timidement observer que je ne tenais pas à publier ce qui m’était incompréhensible. »50), celle de Stanislaus Joyce (« [Le manuscrit] fut rejeté par les rédacteurs en chef à cause des expériences sexuelles qui y étaient racontées. »51), et celle de Joyce lui-même rapportée par son frère (« Jim pense que [le manuscrit] a été rejeté parce qu’il ne parle que de lui-même. »52). Loin de s’exclure, ces explications se corroborent pour rendre compte de l’originalité radicale du projet joycien, qui rompt avec tous les canons et affirme l’affranchissement des liens de dépendance vis-à-vis de la bienséance, de la morale, de la religion, de la nation. Cette « conquête de l’autonomie de la littérature »53 est trop audacieuse pour Dana. Eglinton le regrettera en pensant que Dana « aurait peut-être maintenant une rare valeur sur le marché du livre si j’avais été plus clairvoyant »54. Pour Joyce, ce refus sera l’amorce d’une créativité remarquable puisqu’il écrit onze chapitres de Stephen Hero entre janvier et fin mars 1904. Quant à cet épisode, la courte vie de Dana, et Eglinton lui-même, ils sont consignés dans cette monumentale chronique du 16 juin 1904 qu’est Ulysse, dans la fameuse scène de la Bibliothèque nationale de « Scylla et Charyb-dis », où Joyce ironise à propos de « Mother Dana », « Uglin Eglinton » et « Yogibogey-box in Dawson Chambers »55.

16C’est dans le cadre de l’opposition proposée par Richard Kearney dans Transitions que le rôle de Dana dans la culture irlandaise des premières décennies du xxe siècle peut le mieux s’apprécier. Kearney contraste deux courants, « revivaliste » et moderniste :

  • 56 Richard Kearney, Transitions. Narratives in Modern Irish Culture, Manchester, Manchester Universit (...)

Le revivalisme peut être décrit comme le passage du provincialisme culturel (le sentiment d’être une culture secondaire ou aliénée) au nationalisme culturel (le sentiment d’être une culture primaire ou autonome). […] Le modernisme est essentiellement un mouvement « critique » au sens philosophique de questionnement de la notion même d’origine. En tant que tel, il remet en cause l’idéologie de l’identité que présuppose le revivalisme. L’esprit moderniste préfère la continuité à la discontinuité, la diversité à l’unité, le conflit à l’harmonie, la nouveauté à la tradition […]. Dans la culture irlandaise, le courant moderniste se caractérise par sa volonté de démythifier l’orthodoxie héritée de la tradition dans la mesure où celle-ci impose des limites à l’ouverture et à la pluralité de l’expérience56.

  • 57 Malcolm Bradbury, James McFarlane, Modernism, 1890-1930, Harmondsworth, Penguin Books, 1976.
  • 58 Voir par exemple l’article d’Eglinton, « A Way to Understanding Nietzsche », Dana, 6, October 1904 (...)

17Dana s’inscrit sans doute possible dans le courant moderniste, sous tous les aspects identifiés par Kearney, et particulièrement dans le rejet de l’« idéologie de l’identité » et de l’orthodoxie, qui menace la pluralité de l’expérience. Il aborde également de front les questions qui agitent non seulement le modernisme irlandais, mais aussi le modernisme international : tradition, individu et individualisme, nationalité, cosmopolitisme, innovation et progrès. Dana défend la primauté de l’individu et de la connaissance individuelle contre les idéologies collectives et obscurantistes, en particulier la religion et le nationalisme, qu’il confond dans un rejet global de la « croyance ». Si l’on considère ensuite, avec Bradbury et McFarlane57, que le modernisme se caractérise par la circulation des idées, les échanges, les débats ouverts, alors assurément Dana et son goût de la controverse dépassant les frontières de l’Irlande ont été un moteur du modernisme. Dana est un forum de discussion où, de numéro en numéro, des opinions s’affrontent sur nombre de sujets (la Ligue gaélique, l’impérialisme, l’Église) ; il entretient aussi des débats sur le mouvement linguistique et la politique avec d’autres revues, celle de la Ligue Gaélique, An Claidheamh Soluis, et celle du Sinn Féin, The United Irishman. Profitant de la circulation internationale des publications périodiques au sein du modernisme, Dana se crée également des contacts externes : George Moore écrit à ses éditeurs londoniens pour assurer la publicité de la revue en Angleterre et passe un accord avec la Revue Indépendante d’Édouard Dujardin pour que Dana puisse publier des articles parus dans celle-ci. Le cosmopolitisme de Dana s’affirme à travers la variété des références littéraires et philosophiques venues d’ailleurs58, et les comparaisons fréquemment établies entre la situation irlandaise et les politiques sociales et religieuses d’autres pays.

18Dana voit le jour dans le contexte de la Renaissance littéraire, mais il se dissocie bruyamment des objectifs et des idéaux « revivalistes » en s’inspirant de courants d’idées minoritaires en Irlande à l’époque (humanisme laïque et démocratique de Frederick Ryan, individualisme moderne de John Eglinton), en proposant de sortir la « littérature nationale » de son canon et de l’ouvrir au pluralisme culturel, national et international. La courte durée de vie de Dana est la preuve que sa voix dissidente indisposait les pouvoirs en place : la hiérarchie catholique fut cause, selon Eglinton, de sa suspension brutale.

19L’espace en marge que Dana vient occuper de mai 1904 à avril 1905 est bien l’espace moderniste de migration des idées et d’abolition des frontières – entre arts et politique, entre nations, entre science et littérature. « Petite revue » avant-gardiste, elle refuse le cadre normatif du passé comme modèle du futur et veut forcer ses contemporains à questionner les données stables de la critique et de la sensibilité. Son existence fut trop brève pour qu’elle devienne une revue « installée », institutionnelle et assagie ; cette brièveté a été, en revanche, inversement proportionnelle à son retentissement dans l’histoire littéraire. À ce propos, Dana illustre bien le double fonctionnement de la temporalité dans la littérature périodique. Le premier niveau de fonctionnement est, bien sûr, la fréquence périodique, ancrée dans l’actuel, dans l’éphémère, qui s’exerce pendant la durée de la publication. Le deuxième niveau est celui de la réception et du rôle à moyen et long terme du périodique, dans la culture dont il est une manifestation, et aussi dans d’autres cultures qui y trouvent un intérêt historique. Autrement dit, la revue, une fois sortie de la périodicité qui est son milieu naturel, entre dans la sphère de l’historicité et y trouve un nouveau devenir. Elle peut alors faire l’objet d’une perception tout à fait différente de ce qu’elle fut en son temps. C’est le cas de Dana, dont la turbulence et le rôle significatif comme levier d’idées nouvelles l’inscrivent à coup sûr, rétrospectivement, dans le modernisme international. Mais sa plus grande gloire est d’être entrée, grâce à Ulysse, dans une troisième temporalité, celle de l’immortalité.

Notes

1 Dana peut être consulté dans les principales bibliothèques d’Irlande, bibliothèques publiques (National Library of Ireland, Dublin ; Pearse Street Public Library, Dublin ; Linenhall Library, Belfast) ou universitaires (Trinity College, Dublin ; University College, Dublin ; Queen’s University, Belfast ; University College, Cork). Il faut signaler également une réédition américaine en fac-similé et en un seul volume par Lemma Publishing Corporation, New York, 1970.

2 Dans son étude des « petites revues » irlandaises, Peter Denman déclare Dana premier périodique de ce genre en Irlande. Il va même jusqu’à suggérer que Dana pourrait être à l’origine de l’expression « little magazine ». Peter Denman, « Ireland’s Little Magazines », in Barbara Hayley, Enda McKay (éd.), Three Hundred Years of Irish Periodicals, Mullingar, Lilliput Press, 1987, p. 124.

3 Pour Alf Mac Lochlainn, « [Dana is] a node in which we may see the junction of several interesting strands in history. » Alf Mac Lochlainn, « “Those Young Men…” : The National Library of Ireland and the cultural revolution », in Writers, Raconteurs and Notable Feminists, Dublin, National Library of Ireland Society, 1993, p. 11. Je suis très reconnaissante à Maire Kennedy, conservateur de la Bibliothèque publique de Pearse Street, de m’avoir signalé cet ouvrage et communiqué de précieuses informations sur Dana.

4 Cette expression a été utilisée par Benoît Tadié dans sa communication, « L’Espace-temps des revues modernistes », présentée au colloque du centre de recherche Vortex (université de la Sorbonne-Nouvelle – Paris III) intitulé : Revues modernistes anglo-américaines : lieux d’échanges, lieux d’exil, les 3 et 4 juin 2005. Je dois à ce colloque d’avoir nourri ma réflexion sur Dana et ses rapports avec le courant moderniste.

5 Ce peuple, venu des contrées nordiques, arriva en Irlande à l’ère préchrétienne. Il incarne le bien et la lumière, contrairement aux sombres Fomoriens. Leurs dieux sont connus dans tout le monde celte.Voir Peter Berresford Ellis, A Dictionary of Irish Mythology, Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 224. Pour d’autres historiens, Dana serait la déesse de la littérature.

6 Dana commence sa carrière comme « A Magazine of Independent Thought » et ne s’adjoint « Irish » qu’à partir du troisième numéro.

7 Richard Ellmann, Yeats, the Man and the Masks, Londres, Faber and Faber, 1965, p. 76 : « Magee’s pseudonym is explicable in terms of increased euphony or of a necessary reaction by a man of wide culture against the provincialism implied in the Irish name. »

8 Mary E. Bryson, « Our one philosophical critic : John Eglinton », Éire-Ireland, X, 2, Summer 1975, p. 81-88.

9 Louis Mac Neice, The Poetry of W. B. Yeats, Londres, New York [etc.], Oxford University Press, 1941, p. 87.

10 Ernest Boyd, Ireland’s Literary Renaissance, Dublin, Allen Figgis, 1968, p. 251.

11 Dans un essai de Pebbles from a Brook, il oppose « regenerate patriotism » (le titre de l’essai) à « unregenerate patriotism ». John Eglinton, Pebbles from a Brook, Kilkenny, Standish O’Grady, 1901.

12 James Joyce, Ulysses [1922], Londres, Penguin Books, 1992, p. 245 : « Yogibogeybox in Dawson Chambers ». La traduction française est celle de Sylvie Doizelet dans l’édition d’Ulysse dirigée par Jacques Aubert, Paris, Gallimard (Du Monde entier), 2004, p. 242.

13 Clare Hutton, « Joyce and the Institutions of Revivalism », Irish University Review, numéro spécial : New Perspectives on the Irish Literary Revival, n° 33, 1, Spring-Summer 2003, p. 122 : « As the Revival gained momentum in the 1890s, support from publishers gradually became easier to secure. »

14 Alf Mac Lochlainn étudie dans l’article déjà cité les différents cercles qui s’entrecroisent autour de Dana et consacre une partie de cet article à « Lyster and Positivism ». Alf Mac Lochlainn, « “Those Young Men…” : The National Library of Ireland… », p. 17-19.

15 Mac Lochlainn explique que les étudiants de University College Dublin, l’université jésuite, représentaient la bourgeoisie catholique émergente, accédant à la culture et au pouvoir grâce à la révolution parnellienne : « The UCD people, the scions of the emerging Catholic bourgeoisie, […] were the beneficiaries of the Parnellite revolution, were the class to which the basis of power was shifting. » Ibid., p. 25.

16 Dana est en effet mentionnée dans une réplique de Russell : « Synge has promised me an article for Dana too. Are we going to be read ? I feel we are. » James Joyce, Ulysses, p. 247.

17 Alf Mac Lochlainn, « “Those Young Men…” : The National Library of Ireland… », p. 9.

18 Frank Shovlin, The Irish Literary Periodical 1923-1958, Oxford, Clarendon Press, 2003, p. 4 et 11.

19 Trois éminents critiques estiment que Dana n’a pas de précurseur direct en Irlande : Alf MacLochlainn, « “Those Young Men…” : The National Library of Ireland… », p. 9 ; Peter Denman, « Ireland’s Little Magazines », p. 124 ; Frank Shovlin, ibid., p. 2. Pour Shovlin, « Dana became Ireland’s finest and most intellectually ambitious journal », ibid., p. 2.

20 Hebdomadaire culturel et politique, The Nation, organe du mouvement Jeune Irlande, fut fondé en octobre 1842.

21 John Eglinton, Frederick Ryan (éd.), « Introductory », Dana, 1, May 1904, p. 1-2 : « Since the days of the worthy Thomas Davis, who made a great, a noble, and an epoch-making effort to turn the national spirit in the direction of literature, Irish literary enterprise has concerned itself mainly with the aim of securing the nationality of Irish literature by the choice of Irish subjects, the revival of the Irish language, and so forth. The indefeasible right of humanity in this island to think and feel for itself on all matters has not so far been the inspiring dream of our writers. The endeavour to achieve through the sincere confessions of poets and the strenuous operation of thought the elemental freedom of the human mind, which is really the essential of all independent and therefore national literature, has hardly made its appearance in the Irish literary movement. » C’est moi qui souligne.

22 Ces idées sont exprimées dans plusieurs articles, outre le premier éditorial : Frederick Ryan, « “Young Ireland” and Liberal Ideas », Dana, 2, June 1904, p. 62-64 ; Dubliniensis, « On Reasonable Nationalism », Dana, 4, August 1904, p. 98-105 ; Frederick Ryan, « Criticism and Courage », Dana, 5, September 1904, p. 145-149.

23 Frederick Ryan, « “Young Ireland” and Liberal Ideas », Dana, 2, June 1904, p. 62 : « There is, firstly, the problem of religion, of philosophy, the ideal of human society, and the political system under which that ideal can best be realised. There is also a branch of political science, if indeed it be not properly the very essence, namely, the social question – the problem of the actual happiness or misery of the mass of the people. »

24 John Eglinton, W. B. Yeats, William Larminie, AE., Literary Ideals in Ireland, Londres – Dublin, T. Fisher Unwin – Daily Express Office, 1899.

25 John Eglinton, « National Drama and Contemporary Life », in John Eglinton et al., Literary Ideals in Ireland, p. 27.

26 John Eglinton, « Mr Yeats and Popular Poetry », ibid., p. 43 : « The epics of the present are the steam-engine and the dynamo, its lyrics the kinematograph, phonograph, etc… and these bear with them the hearts of men. »

27 W. B. Yeats, « John Eglinton and Spiritual Art », ibid., p. 36 : « I believe that the renewal of belief, which is the great movement of our time, will more and more liberate the arts from “their age” and from life, and leave them more and more free to lose themselves in beauty, and to busy themselves, like all the great poetry of the past and like religions of all times, with “old faiths, myths and dreams”, the accumulated beauty of the age. I believe that all men will more and more reject the opinion that poetry is “a criticism of life”, and be more and more convinced that it is a revelation of a hidden life. »

28 AE., « Literary Ideals in Ireland », ibid., p. 51.

29 Frederick Ryan, « Criticism and Courage », Dana, 5, September 1904, p. 145-149.

30 Alfred Webb, « The Gaelic League and Politics », Dana, 5, September 1904, p. 141-144 ; Frederick Ryan, « Is the Gaelic League a Progressive Force ? », Dana, 7, November 1904, p. 216-220.

31 Stephen Gwynn, « In Praise of the Gaelic League », Dana, 8, December 1904, p. 239-244.

32 Frederick Ryan, « On Language and Political Ideals », Dana, 9, January 1905, p. 275 : « One could easily so de-fine nationality as to make it include political autonomy as an essential and exclude language as accidental. »

33 Frederick Ryan, « On Language and Political Ideals », p. 276 : « Responsibility is the beginning of wisdom » ; et aussi du même auteur, « The Church and the Future », Dana, 4, August 1904, p. 104 : « The thoughtful Irishman is to be the new phase in the national metamorphosis. »

34 Frederick Ryan, « On Language and Political Ideals », Dana, 9, January 1905, p. 273-278.

35 L’Empire et l’impérialisme britannique font également l’objet d’un débat interne. D’un côté, Ossorian, auteur de deux articles sur « Imperialism » dans Dana, 1, May 1904, p. 22-26, et Dana, 2, June 1904, p. 5 154, déclare : « Ireland has to learn that imperialism, justly understood, is her friend and not her foe » (Dana, 2, p. 54) ; de l’autre Ryan réplique, dans « Empire and Liberty », que la notion même d’Empire, entachée d’infamie dans tous les coins du monde, doit disparaître pour laisser place à la science politique et à la moralité sociale, p. 117.

36 Frederick Ryan, « Political and intellectual Freedom », Dana, 1, May 1904, p. 31 : « Rightly understood, intellectual freedom and political freedom are one. »

37 Ibid. p. 31 : « The Church has flourished amidst universal decay »

38 Édouard Dujardin, « The Abbé Loisy », Dana, 1 ; John M. Robertson, « Catholicism and Civilisation », Dana, 2 ; AE., « Religion and Love », Dana, 2 ; F. Hugh O’Donnell, « The Facts of the Churchbuilding Question in Ireland », Dana, 3 ; John Eglinton, « On Going to Church », Dana, 3 ; John Eglinton, « Sincerity », Dana, 7 ; Irial, « The Church of the Future », Dana, 8 ; John Eglinton, « The Island of Saints », Dana, 9 ; Frederick Ryan, « Church Disestablishment in France and Ireland », Dana, 10 ; Maud Joynt, « Dogma », Dana, 10 ; Frederick Ryan, « The Catholic Silence », Dana, 11 ; Hon. W. Gibson, « Church Disestablishment in France », Dana, 11.

39 Irial, « The Church and the Future », Dana, 8, December 1904, p. 234 : « Faith is more likely to be the handmaid of ignorance than of its opposite. »

40 J. M. Robertson, « Catholicism and Civilisation », Dana, 2, June 1904, p. 33-38.

41 Ibid. p. 36 : « Bad economic conditions, plus sacerdotalism, yield the maximum of hindrance to progress. »

42 Ossorian, « The Irish in America », Dana, 6, October 1904, p. 161-166.

43 John Eglinton, « Sincerity », Dana, 7, November 1904, p. 212 : « Scio has ascended the throne of Credo. »

44 Frank Shovlin, The Irish Literary Periodical, 1923-1958, p. 11 : « Irish magazines had the task of questioning issues of identity, of attempting not just to uncover new talent or to set the artistic tone. »

45 Colonel Maurice Moore, « Ireland in the New Century », Dana, 2, June 1904, p. 44 : « Sir Horace Plunkett and most of his co-adjutors at the headquarters were benevolent amateurs, all the more dangerous because they affected a thorough knowledge of agriculture and commerce, of which they had no practical experience. »

46 Thomas Keohler, « The Irish National Theatre », Dana, 10, March 1905, p. 319 : « a critical moment big with opportunity ».

47 Ces chroniques seront reprises dans : George Moore, Memoirs of My Dead Life, Londres, William Heinemann, 1906.

48 Richard Ellmann, James Joyce [1959], Londres – New York, Oxford University Press, 1977, p. 149.

49 Voir ibid., p. 151.

50 John Eglinton, Irish Literary Portraits, Londres, Macmillan, 1998, p. 136 : « I handed it back to him with the timid observation that I did not care to publish what was to myself incomprehensible. »

51 Stanislaus Joyce, Dublin Diary, cité par Richard Ellmann, James Joyce, p. 152 : « The paper was rejected by the editors because of the sexual experiences narrated in it. »

52 Ibid., p. 152 : « Jim thinks that they rejected it because it is all about himself. »

53 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992, p. 85.

54 John Eglinton, Irish Literary Portraits, p. 136 : « [Dana] might have had a rare value now in the book market if I had been better advised. »

55 James Joyce, Ulysses, p. 249, 262 et 245.

56 Richard Kearney, Transitions. Narratives in Modern Irish Culture, Manchester, Manchester University Press, 1988, p. 12-13 : « Revivalism may be characterised as a movement from cultural provincialism (the experience of being a secondary or dispossessed culture) to cultural nationalism (the experience of being a primary or a selfpossessed culture). […] Modernism is essentially a “critical” movement in the philosophical sense of questioning the very notion of origins. And as such it challenges the ideology of identity which revivalism presupposes. The modernist mind prefers discontinuity to continuity, diversity to unity, conflict to harmony, novelty to heritage. […] The modernist tendancy in Irish culture is characterised by a determination to demythologize the orthodox heritage of tradition in so far as it lays constraints upon the openness and plurality of experience. » Kearney nuance cette opposition sommaire en multipliant les intermédiaires entre chacun des deux pôles : « revivalist modernism », « radicalist modernism », et « mediational modernism », p. 14.

57 Malcolm Bradbury, James McFarlane, Modernism, 1890-1930, Harmondsworth, Penguin Books, 1976.

58 Voir par exemple l’article d’Eglinton, « A Way to Understanding Nietzsche », Dana, 6, October 1904, p. 182188, qui montre que la philosophie nietzschéenne a invalidé les théories chrétiennes du monde en dénonçant le christianisme comme une perversion, parce qu’il entretient chez l’homme une mentalité d’esclave.

Auteur

Fabienne Garcier, ancienne élève de l’École normale supérieure (Fontenay-aux-Roses), est professeur de littérature anglaise et irlandaise à l’université Charles de Gaulle-Lille 3, membre du CERIUL (Lille 3) et du Centre d’études franco-irlandaises (Tallaght). Elle a soutenu en 2001 une thèse de doctorat d’Étatsur La nouvelle irlandaise moderne : métamorphoses d’un genre, 1880-1960. Elle a publié plusieurs articles sur des auteurs de nouvelles irlandais : George Moore, James Joyce, Samuel Beckett, Frank O’Connor, John McGahern, Mary Lavin, et contribué à France-Ireland : Anatomy of a Relationship, sous la direction d’Eamon Maher et de Grace Neville (Peter Lang, 2004).

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540