Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La Publication périodique

Vers une théorie des genres appliquée. À la littérature périodique

Quelques points de repère

Malcolm W. Ballin

Texte intégral

  • 1 Richard M. Kain, « Irish Periodical Production. An Untilled Field », Éire-Ireland. A Journal of Ir (...)
  • 2 Voir John Power, A List of Irish Periodical Publications (Chiefly Literary) from 1729 to the Presen (...)
  • 3 Voir Terence Brown, Ireland : A Social and Cultural History, 1922-1985, Londres, Fontana, 1985 ; G (...)
  • 4 On trouve des citations extraites de périodiques dans la Field Day Anthology, mais la seule mentio (...)
  • 5 Tom Clyde, Irish Literary Magazines. An Outline History and Descriptive Bibliography, Dublin, Iris (...)

1Malgré l’existence de travaux critiques de qualité, la littérature périodique reste une forme littéraire qui n’a pas encore fait l’objet d’une théorisation importante. En 1972, Richard M. Kain comparait la littérature périodique irlandaise à « un champ en jachère »1. On peut néanmoins trouver deux ouvrages publiés au xixe siècle, l’un de John Power en 1866, et l’autre de Richard Robert Madden en 18672. De plus, depuis l’article de Kain, des critiques comme Terence Brown et Gerry Smyth se sont penchés sur les périodiques irlandais3. Par contre, l’anthologie Field Day ne mentionne les périodiques irlandais qu’incidemment, en passant4. Plus récemment, Tom Clyde a publié un panorama des périodiques irlandais et Frank Shovlin a écrit une étude des revues et périodiques du xxe siècle5. Cependant, aucun de ces ouvrages, aussi pénétrant et érudit soit-il, n’a élaboré d’armature théorique. Aussi esquisserai-je ici une approche possible, fondée sur la théorie des genres.

2Dans son ouvrage sur le journalisme littéraire au xixe siècle, Laurel Brake prévient des dangers inhérents aux pratiques critiques exclusivement fondées sur le contenu littéraire qui, d’après elle,

  • 6 Laurel Brake, Subjugated Knowledges. Journalism, Gender and Literature in the Nineteenth Century, (...)

[…] servent souvent à masquer la spécificité du format périodique, notamment la nature collective de la publication périodique, la forme de chaque numéro individuel, le regroupement et l’ordre des contributions, le rôle du lectorat, le facteur temps dans la périodicité de la publication et la multiplicité des discours6.

3Et si les chercheurs puisent fréquemment dans les articles publiés dans les revues et journaux périodiques, cette littérature ne fait que rarement l’objet de discussions pour elle-même. Le périodique est une forme de production littéraire spécifique qui requiert l’analyse et a ses propres formes caractéristiques.

  • 7 Malcolm Ballin, « The Editorial Practice of Sean O’Faolain », in Donatella Abbate Badin et al. (éd (...)
  • 8 Margaret Oliphant, Annals of a Publishing House. William Blackwood and his Sons : Their Magazine a (...)

4La signature éditoriale, dans les périodiques, est d’un autre ordre que la paternité littéraire. La fonction éditoriale peut être individuelle ou collégiale. Le directeur de la publication, qui dépend de ceux qui lui apportent un soutien financier, agit en concertation avec le propriétaire et l’éditeur. Cependant, les directeurs peuvent aussi exercer leur autorité et leur influence en écrivant eux-mêmes une grande partie des textes, ou en imposant leur position idéologique, comme ont pu le faire, par exemple, Seán O’Faoláin et George Russell. D’autres directeurs, comme John Boyd ou David Marcus, sont plus discrets, acceptant que leur rôle soit secondaire par rapport à celui de leurs collaborateurs7. Une rédaction collégiale peut être la source d’une émulation féconde, comme aux débuts du Blackwood’s Magazine, ou, au contraire, à l’origine de tensions et perturbations8. Les rédacteurs doivent faire des choix concernant le style, quelle que soit la revue. Ils peuvent sortir les numéros dans un format homogène ou bien varier, produisant parfois des numéros spéciaux. Examiner un périodique sous des angles temporels différents, comme, par exemple, regarder l’intégralité d’un numéro particulier, ou considérer une suite de plusieurs numéros ensemble, ou passer en revue toute la durée de publication d’un périodique, peut révéler différents aspects de la pratique éditoriale.

  • 9 Voir Laurel Brake, Subjugated Knowledges…, p. 128.
  • 10 Voir Barbara Adam, Timewatch. The Social Analysis of Time, Cambridge, Polity Press, 1995, p. 22, 2 (...)
  • 11 James Simmons, « Mary O’Malley and the Lyric Players Theatre », The Honest Ulsterman, I, May 1968, (...)
  • 12 Voir George Gissing, The New Grub Street [1891], Harmondsworth, Penguin, 1978, p. 67 ; Harriet Mar (...)
  • 13 Terence Brown, The Life of W. B. Yeats. A Critical Biography, Londres – Dublin, Basil Blackwell – (...)
  • 14 Voir Gerry Smyth, Decolonisation and Criticism…, p. 112.

5La gestion du temps, comme Laurel Brake le suggère, joue un rôle essentiel dans la nature des périodiques9. Les recherches en sociologie ont mis l’accent sur l’importance du rythme et de la périodicité dans la construction profonde de la vie des gens. La périodicité engendre sa propre dynamique, à la fois en termes de vulnérabilité devant la pression du calendrier et parce que recevoir un périodique crée, chez le lecteur, des effets subtils10. Il est rare de trouver une revue comme Threshold dont la parution, remarque James Simmons, dépendait de l’offre de contributions de qualité11. Le plus souvent, l’impatience du lecteur, qui attend l’arrivée du numéro suivant, dicte la qualité. À l’époque victorienne, ces pressions sur la production périodique étaient habituelles12. Terence Brown décrit les difficultés du marché et leur incidence sur William Butler Yeats au cours des années 189013. La pression que les contraintes de temps faisaient peser sur Patrick Kavanagh, lorsqu’il devait produire, seul et chaque semaine, de quoi remplir le Kavanagh’s Weekly, dit assez les conséquences résultant de l’obligation de respecter les délais14.

  • 15 Voir Sut Jhally, The Codes of Advertising. Fetishism and the Political Economy of Meaning in the C (...)
  • 16 Margaret Beetham, « Towards a Theory of the Periodical as a Publishing Genre », in Laurel Brake et (...)
  • 17 Voir Albert O. Hirschman, Shifting Involvements. Private Interest and Public Action, Princeton, Pr (...)
  • 18 Dermot Foley, « Monotonously Rings the Little Bell », Irish University Review, VI, 1, Spring 1976, (...)
  • 19 Voir Robert L. Patten, « Dickens as a Serial Author. A Case of Multiple Identities », in Laurel Br (...)
  • 20 Jean Baudrillard, La Société de consommation. Ses mythes, ses structures, Paris, Denoël, 1970, p. (...)

6Instituer un rythme de production régulier est une manière d’accroître les sollicitations que la revue exerce sur le temps personnel du lecteur15. Cette « régularité structurelle constitutive » est l’assurance que la vie des lecteurs est manifestement ponctuée par la récéption de revues et périodiques16. Ce plaisir crée comme une dépendance et les abonnés n’acceptent pas facilement d’être déçus. Une périodicité mensuelle, trimestrielle ou annuelle n’attire pas de la même façon. Le fait que l’on puisse se débarrasser d’une revue est, on le sait bien, porteur de satisfactions psychologiques17. La description que Dermot Foley fait de sa lecture de la revue The Bell, lorsqu’il était à Ennis, montre bien les plaisirs que l’on tire de la réception régulière d’un périodique. Il confirme également la tendance des lecteurs à passer le magazine à d’autres lecteurs18. À la différence d’autres livres, la présence d’une revue n’est pas perçue comme permanente : on peut s’y abonner, on peut l’acheter au numéro, c’est selon sa fantaisie. Les périodiques sont souvent jetés, leurs articles découpés, ou encore réduits à la taille d’un microfilm19. Ils sont l’illustration de ce précepte de Jean Baudrillard : « ce qui est produit aujourd’hui ne l’est pas en fonction de sa valeur d’usage ou de sa durée possible, mais au contraire en fonction de sa mort »20. Toutefois, certains genres, comme les revues, semblent moins éphémères et quelques petites revues d’un haut niveau résistent à la tentation commerciale à l’origine de ces pressions.

7Avant même d’avoir lu la première phrase d’un texte, c’est le toucher et l’aspect de la publication qui renseignent sur son identité. À l’une des extrémités de la chaîne, de subtils indicateurs du niveau intellectuel signalent des attentes élevées : la revue se présente-t-elle comme un volume épais, avec une reliure caractéristique, une impression élégante ? Son titre dénote-t-il une approche sérieuse ? Voire un ton pompeux ? La table des matières peut annoncer des auteurs de renom ou les collaborateurs peuvent, au contraire, demeurer tout à fait anonymes. Un premier aperçu du contenu peut donner l’impression d’un texte dense et serré. Au xixe siècle, l’allure et le style d’une revue marquent une intention de peser sur la culture de l’époque. Cela laisse entendre que le simple fait d’être connu comme un lecteur de cette revue suffit à rehausser le statut dudit lecteur. Ces revues étaient écrites par des gens bien élevés pour des gens bien élevés. Dans cette société, on pouvait sans doute se faire entendre, à condition d’être un « gentleman ». Stefan Collini nous invite à

  • 21 Stefan Collini, Public Moralists. Political Thought and Intellectual Life in Britain, 1850-1930, O (...)

[…] imaginer les colonnes de caractères très serrés sur la page du journal, repassée par le domestique, entre les mains d’un lecteur masculin, éduqué selon la tradition, à la position sociale confortable, et lisant, au club […]21.

8Parmi les périodiques, la revue a été le tout premier format à s’établir comme genre, et détient les signes de l’autorité : l’affirmation de valeurs partagées, l’assurance que procure l’hégémonie, tout cela est mis en scène de manière frappante dans la représentation que Collini en donne.

9Imaginez maintenant un autre scénario : ce périodique est peu épais, léger, avec de la couleur sur la couverture, une assez mauvaise qualité d’impression. Le titre est quelque peu humoristique et les collaborateurs, bien que nommés, ne sont pas tous reconnus. Son prix est modique. Cela serait-il une « petite revue » ? Si oui, elle contiendra vraisemblablement des opinions dissidentes et peut-être des formes artistiques expérimentales. Se la procurer sera, pour celui qui l’achète, une marque d’appartenance à un groupe minoritaire. Il suffira de quelques secondes pour tirer ces conclusions, qui s’avéreront justes à la lecture du contenu de la publication. Le genre de la publication s’est déclaré lui-même, sans hésitation, le temps d’une illumination. C’est le Quarterly ou Studies, Irish Writing ou The Lace Curtain : des signifiants paratextuels véhiculent ces certitudes. La couverture austère, de couleur marron, d’un numéro de Studies de l’année 1931, avec la table de ses contributions importantes, ainsi que ses encarts publicitaires respectables annoncent une revue sérieuse. La carte de l’Irlande, en couleur, sur la couverture d’une édition de Irish Writing, la qualité du papier et la minceur de la revue (moins de cent pages) la désignent comme une « petite revue ».

  • 22 Mikaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski [1963], Isabelle Kolitcheff (trad.), Paris, Seuil, 197 (...)
  • 23 Voir dans The Bell, III, 4, January 1942 : The Editor, « F. R. Higgins », p. 251-253 ; D. J. Sulli (...)

10Un périodique appartenant au genre des revues mixtes (miscellany genre), comme Irish Statesman ou Ireland To-Day, illustre immédiatement le concept de Mikaïl Bakhtine de « genres secondaires complexes » dont la particularité réside « dans la pluralité intentionnelle des styles et des voix […] »22. Les textes sont disposés, stratégiquement, de façon à se commenter implicitement les uns les autres. Par exemple, dans un numéro de The Bell, Seán O’Faoláin se plaint, dans son éditorial, du peu d’écho rencontré par la souscription à la mémoire de F. R. Higgins et place, aussitôt après, deux poèmes nouvellement écrits à la suite d’une commande, impliquant ainsi que la force de la tradition poétique est toujours vivace en dépit de l’indigence de la réponse de la nation. Un compte rendu de l’œuvre d’un poète irlandais négligé par la critique, Thomas Irwin, est immédiatement précédé d’un article résumant les débats sur les effets dommageables de la censure littéraire. Ces juxtapositions rapprochent des impressions d’abandon par les institutions officielles et des déclarations de la vitalité de la tradition littéraire menacée23. Cette manière de faire est la preuve que cette revue appartient classiquement au genre de périodiques mixtes rassemblant des textes divers et variés (miscellany periodical). Un simple coup d’œil à la table des matières suffit à confirmer le mélange typique de textes créatifs et polémiques.

11N’importe quel lecteur averti tirera ce genre de conclusions. Ainsi Gérard Genette écrit que

  • 24 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil (Poétique), 1987, p. 42.

le contrat générique est constitué, de manière plus ou moins cohérente, par l’ensemble du paratexte, et plus largement par la relation entre texte et paratexte24.

12Ce « contrat générique » est une promesse implicite faite au lecteur que la publication sera conforme à un ensemble de conventions établies et qu’elle satisfera aux attentes suscitées par l’allure et la présentation que la revue s’est données. Selon Jonathan Culler, un genre

  • 25 Jonathan Culler, Structuralist Poetics. Structuralism, Linguistics and the Study of Literature, Lo (...)

est une fonction traditionnelle du langage, une relation particulière au monde qui sert d’attendu ou de norme permettant de guider le lecteur dans sa rencontre avec le texte25.

13Le choix du style de présentation pour une revue donnée renseigne les lecteurs et auteurs potentiels sur la conception du monde exprimée dans ses pages.

  • 26 Paul Hernadi, Beyond Genre. New Directions in Literary Classification, Ithaca – Londres, Cornell Un (...)
  • 27 Tvetzan Todorov, Les Genres du discours, Paris, Seuil (Poétique), 1978, p. vii.

14Cependant, toute classification dans le domaine de la littérature ne va pas sans problèmes. La diversité des périodiques est un défi à toute tentative de catégorisation précise et complète. Le but de la critique des genres, comme Paul Hernadi le souligne, n’est pas analogue à la spécification des espèces en biologie, et n’est pas non plus un moyen de satisfaire le besoin de classifier, identifié par la Gestalt (psychologie de la forme)26. Tvetzan Todorov met en garde contre « le terrorisme du formalisme »27. Néanmoins, une structuration à la fois solide et souple contribue à établir l’évolution des genres des périodiques. Le choix d’un genre de périodique est semblable au choix d’une forme d’écriture fait par un écrivain, comme par exemple le sonnet ou la nouvelle, chacune de ces formes comportant un code générique.

  • 28 Voir Robert D. Mayo, The English Novel in the Magazines, 1740-1815, Evanston – Londres, Northweste (...)

15J’ai évoqué la revue, « la revue mixte » et la « petite revue », mais il existe bien d’autres genres de périodiques que je ne peux aborder dans les limites de cette étude. Le magazine radical (Captain Rock), le journal éducatif ou sectaire (le Dublin Penny Magazine) ou le genre complexe du magazine féminin méritent tous l’analyse. Certains critiques ont établi des distinctions plus fines encore, identifiant des « sous-genres » de périodiques. Wolfgang Görtschacher ne distingue pas moins de treize « niveaux typologiques » dans la seule catégorie des « petites revues »28. Même Jacques Derrida, qui défend l’idée de « l’impossibilité d’une taxinomie », rejetant la tyrannie du genre et déclarant que les frontières du genre se dissolvent dans l’instant où on les trace, concède encore que

  • 29 Jacques Derrida, La Loi du genre [1980], rééd. dans Parages, Paris, Galilée (La Philosophie en eff (...)

tout texte participe d’un ou de plusieurs genres, il n’y a pas de texte sans genre, il y a toujours du genre et des genres, mais cette participation n’est jamais une appartenance29.

16Pour ma part, j’ai suivi l’avis de Northrop Frye disant

  • 30 Northrop Frye, Anatomie de la critique, Guy Durand (trad.), Paris, Gallimard (Bibliothèque des sci (...)

[que] le principal objectif de la distinction des genres, est moins de classifier que de clarifier ces affinités traditionnelles, révélant ainsi des rapports qui passeraient inaperçus, s’ils ne se référaient pas à la définition d’un certain contexte30.

17Todorov soutient que les genres tirent leur origine des processus du discours humain :

  • 31 Tzvetan Todorov, Les Genres du discours, p. 47-48.

D'où viennent les genres ? Eh bien, tout simplement, d’autres genres. Un nouveau genre est toujours la transformation d’un ou plusieurs genres anciens : par inversion, par déplacement, par combinaison. […] L’énonciation inclut un locuteur qui énonce, un allocutaire à qui on s’adresse, un temps et un lieu, un discours qui précède et qui suit ; en bref, un contexte d’énonciation31.

  • 32 J’ai développé ce point plus longuement dans mon article, « Audiences for Periodicals in Postcolon (...)
  • 33 La taxe d’affranchissement fut instituée en Irlande sous la loi Foster (Foster Act) de 1784. Elle (...)
  • 34 Voir Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism. The Irish Provincial Press, 1850-1892, Dublin, (...)

18Les circonstances du « contexte d’énonciation » sont parfois difficiles à saisir : qui parle n’est pas toujours clair et la notion de public récepteur est discutable, ce dernier étant plus souvent imaginé que bien défini. L’époque, le lieu et le contexte politique sont toujours d’une grande importance. Dès le tout début de leur publication au xviie siècle, de nombreux journaux irlandais se sont engagés dans des relations agitées et instables avec leur lectorat et ont été perçus comme des éléments d’opposition par rapport à la formation des classes sociales, des relations de pouvoir, des politiques culturelles et de la censure à l’œuvre à leur époque32. L’institution de la taxe d’affranchissement (Stamp Duty), les lois draconiennes contre les libelles (libel laws) et les restrictions concernant les communications des débats au Parlement, tout cela dut être contourné d’une manière ou d’une autre par les propriétaires de revues, éditeurs et rédacteurs, depuis le xviiie siècle jusqu’à l’Union et même au-delà33. En 1850, les opinions divergeaient encore quant aux capacités intellectuelles des Irlandais. Les Irlandais savaient lire mais ils ne lisaient que des brûlots et, les ayant lus, s’enflammaient contre les propriétaires terriens et l’État34.

  • 35 Terry Eagleton, Heathcliff and the Great Hunger. Studies in Irish Culture, Londres – New York, Ver (...)
  • 36 Voir Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism…, p. 114.

19Le revers de cette répression est la forte présence d’une tradition rebelle, découlant du xviiie siècle, une forme de littérature séditieuse dont témoigne, comme le suggère Terry Eagleton, la diffusion très large de pamphlets et de prospectus dans les campagnes35. Il y avait quelque part un public tout disposé à recevoir ce genre de littérature. Une longue tradition de répression et de censure de la presse s’ensuivit et trouva son expression dans des mesures comme la loi pour le maintien de la paix de Gladstone, promulguée en 1870, qui rendait plus facile la saisie des presses d’imprimerie (Peace Preservation Bill)36. Le contrôle de la presse se poursuivit en Irlande jusqu’au xxe siècle. Le gouvernement de De Valera en hérita et l’intensifia.

  • 37 John Pope-Hennessy, « What do the Irish Read ? », The Nineteenth Century, XV, 1884, p. 925.
  • 38 Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism…, p. 114.
  • 39 Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Lond (...)

20Un contrepoids à l’action officielle visant à décourager le public de lecteurs en Irlande fut la création de salons de lecture. En 1884, John Pope-Hennessy discernait une augmentation sensible du nombre de lecteurs en général, parmi les ouvriers et dans les classes moyennes. Il fait le bilan du développement des salons de lecture depuis l’époque de Thomas Davis et Daniel O’Connell jusqu’aux salles de lecture de la Ligue agraire (Land League Rooms) de son temps37. Marie-Louise Legg rattache également cela au développement, plus tard, du mouvement en faveur de l’abstention de toute boisson alcoolique et des Instituts d’apprentis (Mechanics Institutes)38. Dans le contexte irlandais, le mouvement en faveur des salles de lecture était la manifestation visible et concrète du phénomène d’ordre psychologique que Benedict Anderson décrit comme « la communauté rêvée » dans laquelle on voit chaque individu lire la même chose en même temps39. Un grand nombre des aléas associés à la publication périodique ont perduré même au xxe siècle, notamment les restrictions liées à la censure du moment, qu’elle soit officielle ou non, et les réactions à ces pratiques de la part de ceux qui produisaient les revues. Les décisions éditoriales de revues comme Ireland To-Day, The Bell, ou Arena, ont été grandement influencées par la conscience de ce qui était permis, par la nécessité de se conformer à la politique officielle, et par le désir des lecteurs d’engager un dialogue malgré ces restrictions.

21Bakhtine montre comment le dialogisme accentue l’interdépendance des formes littéraires et des relations intertextuelles, l’importance de l’interaction entre les écrivains, les lecteurs et autres auteurs, au sein d’un même univers discursif. Il relie cela tout particulièrement aux écrits polémiques :

  • 40 Mikaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, p. 257.

À proprement parler, tout style comporte un élément de polémique intérieure […]. Tout mot littéraire pressent plus ou moins fortement son auditeur, son lecteur, son critique et reflète leurs objections, appréciations, points de vue devinés, devancés […]. Un certain élément de ce qu’on appelle réaction au style littéraire précédent, se trouve dans chaque nouveau style ; il représente tout autant une polémique intérieure, [une antistylisation camouflée pour ainsi dire, du style d’autrui, et accompagne souvent sa franche parodie]40.

22Pour une large part, la production périodique a une visée polémique. On peut détecter le processus de différenciation dans le choix d’un genre. Ce processus se remarque dans la manière de publications savantes, de revues, telles que Hermathena ou Studies. On le retrouve encore dans la démarche d’« antistylisation » d’une publication minoritaire, une « petite revue » comme Irish Writing, dirigée par David Marcus, ou un hebdomadaire comme Kavanagh’s Weekly. La forme même de la publication annonce souvent sa position polémique ; ces signaux, en ce qui concerne les « petites revues », indiquent la présence d’écrits non-conformistes, l’intention d’exercer une pression générée par cet écart visant à créer de l’instabilité dans le monde.

  • 41 Edward Jr. Hirsch, Validity in Interpretation, New Haven – Londres, Yale University Press, 1976, p (...)

23La volonté des éditeurs de The Bell, Seán O’Faoláin et Peadar O’Donnell, de se préoccuper de la vie quotidienne dans l’Irlande des années quarante et cinquante, leur application au réalisme, et les progrès d’une compréhension par un large public de l’état de la société irlandaise, exigeaient un genre approprié. Le genre mixte, hérité de la tradition de publication périodique anglaise et réintroduit en Irlande au xixe siècle, s’y prêtait. Utiliser ce genre reconnaissable établissait des conventions de lecture : « un genre ressemble moins à un jeu qu’à un code de conduite sociale », une complicité partagée par l’éditeur et le lecteur41. Louis James observe que

  • 42 Louis James, « The Trouble with Betsy. Periodicals and the Common Reader in Mid-Nineteenth Century (...)

relativement peu d’attention a été portée à ce que l’on pourrait appeler le caractère « holistique » d’un journal, la façon dont il acquiert une identité propre à travers la somme des effets produits par son contenu, sa tonalité et son style42.

24Un périodique est souvent présenté comme un club dont les membres seraient le producteur et les lecteurs et qui aurait une nature sociale et un but littéraire. Selon René Wellek, la nature d’un genre littéraire est analogue à celle d’une entité sociale construite :

  • 43 René Wellek, Austin Warren, La Théorie littéraire [1949], Jean-Pierre Audigier et Jean Gattégno (t (...)

Le genre littéraire est une « institution », tout comme l’Église, l’Université ou l’État. Elle n’existe pas à la manière d’un animal, ni même d’un édifice, d’une église, d’une bibliothèque, d’un capitole. On peut utiliser des institutions existantes pour y travailler, pour s’y exprimer […]43.

25Parfois, certains périodiques se fixent dans une présentation immuable, comme on peut l’observer avec la Dublin Review. D’autres revues plus radicales, comme la revue The Honest Ulsterman, résistent à devenir des institutions et continuent de paraître pour défier les limites de leur genre. Se concentrer sur les genres des périodiques peut s’avérer particulièrement utile lorsqu’on arpente un territoire littéraire très encombré. Raymond Williams lie le genre au monde concret de la production littéraire :

  • 44 Raymond Williams, Marxism and Literature, Oxford, Oxford University Press, 1977, p. 182. C’est moi (...)

[La théorie des genres] se préoccupe des différences concrètes dans la production effective, et de la mise au jour de points de repère au sein du vaste champ même de la production […]. Il existe des continuités incontestées de formes littéraires, traversant et dépassant les sociétés et époques avec lesquelles elles ont de telles relations44.

26Au cours du développement de la littérature périodique, il est possible de suivre ce processus de construction de modes particuliers de production, et leurs répercussions dans les générations suivantes.

  • 45 Karl Marx, Capital. An Abridged Edition [1867], David McLellan (éd.), Oxford, Oxford University Pr (...)

27Les lecteurs achètent des revues comme des biens de consommation. Livres et périodiques renferment nécessairement les caractères du fétichisme des biens de consommation définis par Karl Marx. L’argument développé dans Le Capital que les biens de consommation sont des choses mystérieuses qui participent du fétichisme parce qu’ils sont « produits pour être échangés » s’applique justement aux revues périodiques. Quand Marx explique que les biens de consommation sont transformés, à travers la valeur d’échange, en « hiéroglyphes sociaux », il pourrait aussi bien l’écrire alors de la façon dont les périodiques s’échangent non seulement pour leur contenu mais aussi pour leur capacité à signifier l’affiliation culturelle et le statut social45. L’apparence soignée d’une revue catholique exprimant des valeurs morales fortes, comme Christus Rex, est destinée non seulement à afficher son appartenance religieuse mais aussi à séduire un lectorat choisi. Thorstein Veblen fait remarquer que même une revue scientifique officielle

  • 46 Thorstein Veblen, The Theory of the Leisure Class [1899], New York – Londres, Macmillan, 1912, p. (...)

publiera ses débats scientifiques dans une typographie à l’ancienne, sur du papier vergé et avec des pages non découpées46.

  • 47 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 255-291.

28Les revues périodiques pratiquent ce que Pierre Bourdieu nomme « l’affinité élective », entraînant la recherche d’une « homologie » entre maison d’édition, éditeur, et lecteur47.

29Des théoriciens, qui envisagent le genre comme un intermédiaire rapprochant ceux qui produisent la littérature de ceux qui la lisent, ont développé le concept de compétence du lecteur. Gunther Kress défend l’idée que :

  • 48 Gunther Kress, Linguistic Processes in Sociocultural Practice, Oxford, Oxford University Press, 19 (...)

Le genre encode et présente au lecteur un ensemble de possibles […]. Le texte offre […] les ensembles de valeurs, indicateurs des modes d’action et de conduite appropriés pour être un agent social compétent48.

30« Être un agent social compétent » est une capacité désirée avec force et recherchée avidement par certains lecteurs de littérature périodique. Ces lecteurs-là aspirent souvent à s’introduire dans de nouveaux univers culturels ou souhaitent renforcer une image déjà engagée dans leur appartenance du moment à ces mêmes univers. La théorie de la réception met aussi l’accent sur le rôle du genre en lien avec le lecteur « implicite » ou « compétent ». Pour Hans Robert Jauss, le genre signale que « l’horizon d’attente » est fixé à l’avance pour toute nouvelle production :

  • 49 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Claude Maillard (trad.), Paris, Gallimard (...)

Même au moment où elle paraît, une œuvre littéraire ne se présente pas comme une nouveauté absolue surgissant dans un désert d’informations ; par tout un jeu d’annonces, de signaux – manifestes ou latents –, de références implicites, de caractéristiques déjà familières, son public est prédisposé à un certain mode de réception49.

  • 50 Ibid., p. 70.
  • 51 Le mot « anachronique » est emprunté à Jean-Jacques Lecercle, voir Philosophy of Nonsense. The Int (...)
  • 52 Michel Foucault, Surveiller et Punir. Naissance de la prison [1975], Paris, Gallimard (Tel), 1984, (...)

31Il soutient plus loin que « c’est précisément aux intersections de la diachronie et de la synchronie que se manifeste l’historicité de la littérature »50. Les périodiques ont cette faculté de rendre vivante la littérature. Le lecteur peut avoir une vue du périodique à la fois diachronique et synchronique. Dans le cas d’une perception diachronique, le périodique est vu comme un document historique, éclairant la culture du passé et offrant un accès au développement de la pensée de sa propre époque moins indirect que celui offert par les autres formes littéraires. Dans le cas d’une perception synchronique, ou plus exactement, « anachronique »51, le périodique peut être étudié comme un texte qui existe encore aujourd’hui, lu à la lumière des préoccupations de notre présent, plutôt que figé dans son propre contexte historique. Le texte, encore là, parle directement au lecteur moderne car la qualité des textes, la pensée et les intuitions persistent et demeurent. Ce mode de lecture des périodiques permet, selon les termes de Foucault, de « faire l’histoire du passé dans les termes du présent »52.

  • 53 Wolfgang Iser, L’Acte de lecture, théorie de l’effet esthétique, Évelyne Sznycer (trad.), Bruxelle (...)

32Certains périodiques appartiennent, à leurs débuts, à un genre particulier mais ils en élargissent ensuite les paramètres. Le Blackwood’s Magazine commence son existence comme une revue, à l’instar de sa rivale, la Edinburgh Review, mais évolue rapidement vers la revue mixte, devenant au passage une publication plus dérangeante. Le Dublin University Magazine, de facture très proche du Blackwood’s Magazine, suit le même chemin. Wolfgang Iser affirme que « le répertoire du texte se compose de sélections. Il établit un lien entre le texte et les cohérences systémiques de l’environnement qui sont constituées par le milieu social et le contexte des littératures antérieures » mais qu’« en général, c’est aux stratégies qu’il incombe précisément de révéler l’élément inattendu à l’intérieur du familier »53. Une variation qui brouille les attentes attachées au genre enrichit l’expérience de lecture et contribue à communiquer l’inconnu à travers le connu.

  • 54 Cité dans Lyn Pickett, « Reading the Periodical Press », in Laurel Brake et al. (éd.), Investigati (...)
  • 55 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63(...)

33Je ne prétends pas que la seule manière de théoriser la question des périodiques est d’envisager cette littérature à travers le prisme du genre. Toutefois, cette perspective éclaire l’approche fascinée qui est celle de beaucoup d’entre nous. Pour moi, comme l’écrivait James Mill, en 1824, dans la première livraison de The Westminster Review, il y a de cela bientôt deux siècles, « que des productions périodiques aient pu se maintenir si longtemps sans devenir l’objet d’une critique systématique et régulière » demeure « le grand sujet d’étonnement »54. Foucault soutient que tout recueil de textes qui révèlent « […] un rapport d’homogénéité ou de filiation, ou d’authentification des uns par les autres, ou d’explication réciproque, ou d’utilisation concomitante »55 peut être traité comme une forme de discursivité créative. Au xxie siècle, nous pouvons maintenant apprendre à lire un périodique comme une entité discursive, plutôt que comme un ensemble d’éléments séparés. La théorie des genres, appliquée aux périodiques, fournit aux lecteurs des « points de repère » pour s’orienter dans un champ complexe.

34traduit par Maryvonne Boisseau

Notes

1 Richard M. Kain, « Irish Periodical Production. An Untilled Field », Éire-Ireland. A Journal of Irish Studies, VII, 3, 1972, p. 93-99. Kain fait référence à des thèses de doctorat : Francis J. Phelan, Aspects of National Lite-rature in the United Irishman and other Periodicals of the Anglo-Irish Literary Revival : 1899-1906, University College Dublin, 1966 (dactyl.) ; Daniel J. Sullivan, The Literary Periodical and the Anglo-Irish Revival : 1894-1914, University College Dublin, 1969 (dactyl.) ; Rudolf Patrick Holzapfel, A Survey of Irish Periodicals : 1800-1963, Trinity College Dublin, 1963 (dactyl.) ; Edward Doyle Smith, A Survey and Index of the Irish Statesman : 1923-1930, Washington, 1966 (dactyl.) ; Richard A. (Jr.) Furze, A Desirable Vision of Life : A Study of The Bell, University College Dublin, 1974 (dactyl.).

2 Voir John Power, A List of Irish Periodical Publications (Chiefly Literary) from 1729 to the Present Time [1866], Londres, édition privée, 2000, et Richard R. Madden, The History of Irish Periodical Literature from the End of the Seventeenth to the Middle of the Nineteenth Century, Londres, T.C. Newby, 1867, 2 vol.

3 Voir Terence Brown, Ireland : A Social and Cultural History, 1922-1985, Londres, Fontana, 1985 ; Gerry Smyth, Decolonisation and Criticism. The Construction of Irish Literature, Londres, Pluto Press, 1998. Voir également les ouvrages de John S. North (éd.), The Waterloo Directory of Irish Newspapers and Periodicals : 1800-1900, Waterloo, North Waterloo Academic Press, 1986, 2 vol. ; Barbara Hayley, Enda McKay (éd.), Three Hundred Years of Irish Periodicals, Mullingar, Lilliput Press, 1987 et Wayne E. Hall, Dialogues in the Margin. A Study of the Dublin University Magazine, Gerrards Cross, Colin Smythe, 2000.

4 On trouve des citations extraites de périodiques dans la Field Day Anthology, mais la seule mention de ces journaux en tant que tels est un article de 1842 de The Nation intitulé « Our Periodical Literature ». Voir Seamus Deane (éd.), The Field Day Anthology of Irish Writing, Derry, Field Day Publications, 1991, vol. I, p. 1265-1269.

5 Tom Clyde, Irish Literary Magazines. An Outline History and Descriptive Bibliography, Dublin, Irish Academic Press, 2003 ; Frank Shovlin, The Irish Literary Periodical, 1923-1958, Oxford, Clarendon Press, 2003.

6 Laurel Brake, Subjugated Knowledges. Journalism, Gender and Literature in the Nineteenth Century, Londres, Macmillan, 1994, p. 128.

7 Malcolm Ballin, « The Editorial Practice of Sean O’Faolain », in Donatella Abbate Badin et al. (éd.), Sean O’Faolain. A Centenary Celebration (Proceedings of the Turin Conference, Università di Torino, 7-9 aprile 2000), Turin, Trauben, 2000. David Marcus a décrit sa pratique éditoriale dans une lettre à l’auteur (3 décembre 1998).

8 Margaret Oliphant, Annals of a Publishing House. William Blackwood and his Sons : Their Magazine and Friends, Édimbourg – Londres, William Blackwood and Sons, 1897, vol. I, p. 103, 128 et 318. Voir aussi Maurice Harmon, Sean O’Faolain : a Life, Londres, Constable, 1994, p. 129 et 143.

9 Voir Laurel Brake, Subjugated Knowledges…, p. 128.

10 Voir Barbara Adam, Timewatch. The Social Analysis of Time, Cambridge, Polity Press, 1995, p. 22, 25 et 45-47.

11 James Simmons, « Mary O’Malley and the Lyric Players Theatre », The Honest Ulsterman, I, May 1968, p. 32.

12 Voir George Gissing, The New Grub Street [1891], Harmondsworth, Penguin, 1978, p. 67 ; Harriet Martineau, Harriet Martineau’s Autobiography [1877], Londres, Smith, Elder and Co, 1969, vol. II, p. 175 et 406.

13 Terence Brown, The Life of W. B. Yeats. A Critical Biography, Londres – Dublin, Basil Blackwell – Gill & Macmillan, 1999, p. 55-56.

14 Voir Gerry Smyth, Decolonisation and Criticism…, p. 112.

15 Voir Sut Jhally, The Codes of Advertising. Fetishism and the Political Economy of Meaning in the Consumer Society, New York – Londres, Routledge, 1990, p. 67.

16 Margaret Beetham, « Towards a Theory of the Periodical as a Publishing Genre », in Laurel Brake et al. (éd.), Investigating Victorian Journalism, Basingstoke, Macmillan, 1990, p. 28.

17 Voir Albert O. Hirschman, Shifting Involvements. Private Interest and Public Action, Princeton, Princeton University Press, 1982, p. 15, 28 et 101.

18 Dermot Foley, « Monotonously Rings the Little Bell », Irish University Review, VI, 1, Spring 1976, p. 55.

19 Voir Robert L. Patten, « Dickens as a Serial Author. A Case of Multiple Identities », in Laurel Brake et al. (éd.), Nineteenth-Century Media and the Construction of Identity, Hampshire – New York, Palgrave, 2000, p. 139.

20 Jean Baudrillard, La Société de consommation. Ses mythes, ses structures, Paris, Denoël, 1970, p. 54.

21 Stefan Collini, Public Moralists. Political Thought and Intellectual Life in Britain, 1850-1930, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 57.

22 Mikaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski [1963], Isabelle Kolitcheff (trad.), Paris, Seuil, 1970, p. 153.

23 Voir dans The Bell, III, 4, January 1942 : The Editor, « F. R. Higgins », p. 251-253 ; D. J. Sullivan, « Night Time », p. 254 ; Bruce Williamson, « Now I Must Travel », p. 255-256 ; C. B. Murphy, « Censorship : Principle and Practice », p. 293-301 ; Geoffrey Taylor, « A Neglected Irish Poet », p. 308-312.

24 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil (Poétique), 1987, p. 42.

25 Jonathan Culler, Structuralist Poetics. Structuralism, Linguistics and the Study of Literature, Londres, Routledge – Kegan Paul, 1975, p. 136.

26 Paul Hernadi, Beyond Genre. New Directions in Literary Classification, Ithaca – Londres, Cornell University Press, 1972, p. 4.

27 Tvetzan Todorov, Les Genres du discours, Paris, Seuil (Poétique), 1978, p. vii.

28 Voir Robert D. Mayo, The English Novel in the Magazines, 1740-1815, Evanston – Londres, Northwestern University Press – Oxford University Press, 1962, « Glossary », p. 425-430, ainsi que Wolfgang Görtschacher, Little Magazine Profiles. The Little Magazine in Great Britain, 1939-1993, Salzbourg, Salzburg University Press, 1993, p. 57.

29 Jacques Derrida, La Loi du genre [1980], rééd. dans Parages, Paris, Galilée (La Philosophie en effet), 2003, p. 245.

30 Northrop Frye, Anatomie de la critique, Guy Durand (trad.), Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines), 1969, p. 301.

31 Tzvetan Todorov, Les Genres du discours, p. 47-48.

32 J’ai développé ce point plus longuement dans mon article, « Audiences for Periodicals in Postcolonial Ireland », in Mireia Aragay et Jacqueline A. Hurtley (éd.), Barcelona English Language and Literature Studies : IASIL’99 – Barcelona, Barcelone, Promociones Publicaciones Universitarias SA, 2000, p. 17-24.

33 La taxe d’affranchissement fut instituée en Irlande sous la loi Foster (Foster Act) de 1784. Elle visait à décourager la diffusion d’informations destinées au public en général. Cette taxe fut prélevée sur toutes les publications qui utilisaient du papier journal, à un taux deux fois plus élevé par feuille que celui pratiqué en Angleterre, et à un niveau totalement prohibitif pour la publicité. Elle ne fut supprimée qu’en 1855. Voir Tom Clyde, Irish Literary Magazines…, p. 17 et 29.

34 Voir Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism. The Irish Provincial Press, 1850-1892, Dublin, Four Courts Press, 1999, p. 19.

35 Terry Eagleton, Heathcliff and the Great Hunger. Studies in Irish Culture, Londres – New York, Verso, 1995, p. 148.

36 Voir Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism…, p. 114.

37 John Pope-Hennessy, « What do the Irish Read ? », The Nineteenth Century, XV, 1884, p. 925.

38 Marie-Louise Legg, Newspapers and Nationalism…, p. 114.

39 Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Londres – New York, Verso, 1991, p. 7, 35 et 76.

40 Mikaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, p. 257.

41 Edward Jr. Hirsch, Validity in Interpretation, New Haven – Londres, Yale University Press, 1976, p. 93.

42 Louis James, « The Trouble with Betsy. Periodicals and the Common Reader in Mid-Nineteenth Century England », in Joanne Shattock, Michael Woolf (éd.), The Victorian Periodical Press : Samplings and Soundings, Londres – Toronto, Leicester University Press – University of Toronto Press, 1982, p. 349.

43 René Wellek, Austin Warren, La Théorie littéraire [1949], Jean-Pierre Audigier et Jean Gattégno (trad.), Paris, Seuil (Poétique), 1971, p. 318.

44 Raymond Williams, Marxism and Literature, Oxford, Oxford University Press, 1977, p. 182. C’est moi qui souligne.

45 Karl Marx, Capital. An Abridged Edition [1867], David McLellan (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 44-45.

46 Thorstein Veblen, The Theory of the Leisure Class [1899], New York – Londres, Macmillan, 1912, p. 163.

47 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 255-291.

48 Gunther Kress, Linguistic Processes in Sociocultural Practice, Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 42. C’est moi qui souligne.

49 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Claude Maillard (trad.), Paris, Gallimard (Tel), 1978, p. 50.

50 Ibid., p. 70.

51 Le mot « anachronique » est emprunté à Jean-Jacques Lecercle, voir Philosophy of Nonsense. The Intuitions of Victorian Nonsense Literature, Londres – New York, Routledge, 1994, p. 2.

52 Michel Foucault, Surveiller et Punir. Naissance de la prison [1975], Paris, Gallimard (Tel), 1984, p. 39-40.

53 Wolfgang Iser, L’Acte de lecture, théorie de l’effet esthétique, Évelyne Sznycer (trad.), Bruxelles, Pierre Mardaga, p. 161 et 163.

54 Cité dans Lyn Pickett, « Reading the Periodical Press », in Laurel Brake et al. (éd.), Investigating Victorian Journalism, p. 3.

55 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, n° 3, juillet-septembre 1969, p. 73-104, rééd. in Dits et Écrits, 1954-1988, t. I, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Sciences humaines), p. 798. Voir également p. 794 pour une discussion des rapports de l’œuvre et de l’auteur.

Auteur

Malcolm W. Ballin est associé de recherches à l’université de Cardiff. Après l’obtention d’une licence d’anglais à Cambridge (Selwyn College) en 1957, il a effectué sa carrière dans l’industrie de l’acier en Grande-Bretagne. À sa retraite en 1996, il est revenu à l’université et a obtenu un master en anglais à l’université de Cardiff en 1997, puis un doctorat en 2002. Il est spécialiste de littérature périodique et s’intéresse particulièrement aux journaux et magazines irlandais, gallois et écossais. Il est l’auteur de plusieurs articles et comptes rendus sur ces sujets.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540