Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre en Irlande

 | 
Jacqueline Genet
, 
Sylvie Mikowski
, 
Fabienne Garcier

La transmission et la ciruculation des idées

Les manuels scolaires irlandais au xxe siècle

Petites histoires et grande histoire

Karin Fischer

Texte intégral

  • 1 Il s’agit en France du programme « Emmanuelle » sur les manuels scolaires français, lancé au début (...)

1Les manuels scolaires sont-ils des livres à part entière ? Les bibliothèques nationales irlandaises semblent ne pas en être sûres elles-mêmes. Il semble en effet que leur caractère perçu comme mineur (parce que spécialisé, c’est-à-dire destiné à un public scolaire) et éphémère (depuis quelques décennies, les ouvrages ont un renouvellement accéléré, et ils tombent donc dans l’oubli très vite) les dévalue aux yeux de ces institutions, qu’il s’agisse de la Bibliothèque de dépôt légal de Trinity College ou de la Bibliothèque nationale irlandaise. De fait, les collections sont très incomplètes, malgré l’ambition d’exhaustivité affichée par les deux bibliothèques, et cette situation n’est pas considérée comme particulièrement problématique par les bibliothécaires, très soucieux par ailleurs de la préservation du patrimoine livresque. Les personnels interrogés à la Berkeley Library de Trinity College estiment que l’abondance et le renouvellement rapide des manuels expliquent en partie que les bibliothèques négligent souvent d’en demander un exemplaire aux maisons d’édition, tandis que celles-ci n’en envoient pas un automatiquement. Les livres scolaires sont donc à la fois disséminés et difficiles d’accès, ce qui rend leur exploitation scientifique problématique. Cet état de fait n’est pas propre à l’Irlande, mais d’autres pays, comme la France, se sont lancés pour y remédier depuis quelques années dans le recensement et la collecte des manuels1. L’absence de bibliographie spécialisée explique le caractère nécessairement lacunaire et les faiblesses méthodologiques des études menées jusqu’à présent en Irlande, la présente étude incluse.

  • 2 Michel Vernus, Histoire du livre et de la lecture : de l’invention de l’imprimerie à nos jours, Di (...)

2Ce statut incertain et le caractère mineur du genre dans la mer des livres publiés en Irlande nous poussent précisément à nous poser la question de leur pertinence historique. Dans son Histoire du livre et de la lecture : de l’invention de l’imprimerie à nos jours, évoquant l’entrée du livre dans l’âge industriel par la fabrication en grande série, Michel Vernus fait le commentaire suivant : « Une fois de plus est vérifiée cette permanence : le livre est le miroir de son temps »2. La production et la diffusion du livre subissent systématiquement les conséquences des grands changements politiques, économiques et techniques, sociaux et culturels, qui l’entourent. Cela est vrai pour tous les livres, mais prend peut-être une dimension particulière dans le cas de la littérature scolaire, traditionnellement appelée à jouer un rôle de transmission des valeurs et des codes culturels d’une société ou d’un groupe social. Ces ouvrages ou matériaux pédagogiques méritent que l’on s’y attarde, parce que leur histoire, celle de l’évolution de leurs contenus – pédagogique, iconographique –, des modalités de leur production et du contrôle plus ou moins strict exercé sur eux, étudiée sur le long terme, est révélatrice d’évolutions historiques beaucoup plus larges. Cela est particulièrement vrai nous semble-t-il pour les manuels d’histoire, qui feront l’objet de l’étude de cas proposée. Le présent article ne prétend pas recenser tous les travaux sur la littérature scolaire en Irlande, et encore moins en proposer une synthèse. Il s’agit plus modestement de montrer en quoi ces ouvrages ont véritablement leur histoire propre, et en quoi ils sont un reflet particulier de diverses évolutions historiques en Irlande.

  • 3 Alain Choppin, « L’Histoire des manuels scolaires : une approche globale », Histoire de l’Éducatio (...)
  • 4 Chris Stray, « Quia Nominor Leo : vers une sociologie historique du manuel », Histoire de l’Éducat (...)
  • 5 James C. Beckett, A Short History of Ireland [1952], Londres, Hutchinson University Library, 1968, (...)

3Sont considérés comme manuels les livres « conçus dans l’intention de servir à l’enseignement », cette intention devant être « explicite (titre, préface) ou manifeste (présentation, structure, etc.) »3. Les manuels ou livres scolaires, par opposition aux recueils de textes qui les ont précédés, cherchent à accompagner l’enseignement, voire à jouer en partie le rôle de l’enseignant. Le statut inférieur généralement accordé aux manuels est étroitement lié à leur fonction nécessairement vulgarisatrice, puisqu’il s’agit pour les auteurs de mettre à la portée d’enfants et d’adolescents tel ou tel champ de connaissances, en en proposant une version pédagogique. Chris Stray fait remarquer que c’est ce contraste entre l’autorité intellectuelle et l’autorité pédagogique qui produit une tension structurelle inhérente au manuel, et qui en fait un objet hybride4. James C. Beckett, dans la préface de son ouvrage A Short History of Ireland, citait Samuel Johnson : « le vin rouge se ferait porto si c’était en son pouvoir »5. L’historien semblait ainsi dévaluer son propre travail de sélection et de simplification, mais il mettait en même temps implicitement le doigt sur la véritable distinction entre les deux types de travaux, c’est-à-dire une différence de nature, liée à la fonction et à la réception, plutôt que de degré uniquement. Il ne faut d’ailleurs pas sous-estimer la difficulté de mener à bien un tel exercice de vulgarisation en évitant autant que possible la distorsion.

  • 6 Comme il est rappelé dans le Rapport scientifique 2000-2003 du service français d’histoire de l’éd (...)
  • 7 Chris Stray, « Quia Nominor Leo… », p. 71.

4Le manuel participe pleinement de l’histoire du livre, au sens matériel (économie du livre, techniques d’impression) comme au sens culturel (conception, réception)6. On peut ajouter, à la suite de Chris Stray, que l’histoire du manuel est aussi le domaine par excellence où se rejoignent histoire de l’éducation et histoire du livre, deux champs autrefois considérés comme l’apanage de quelques universitaires marginaux, et qui ont aujourd’hui trouvé toute leur place dans l’histoire et la sociologie de la culture7. Alain Choppin résume parfaitement l’intérêt de l’étude des manuels dans la description suivante :

  • 8 Alain Choppin, « L’Histoire des manuels scolaires… », p. 1.

[le livre scolaire] se présente comme un condensé de la société qui l’a produit. C’est d’abord un objet : sa fabrication évolue avec les progrès des techniques du livre, sa commercialisation et sa distribution avec les transformations du monde de l’édition, des contextes économique, politique, législatif. C’est ensuite le support – longtemps privilégié – du contenu éducatif, le dépositaire des connaissances d’une époque, et des principaux aspects et stéréotypes de la société. C’est aussi un instrument pédagogique, inscrit dans une longue tradition, inséparable, dans son élaboration comme dans son emploi, des structures, des méthodes et des conditions de l’enseignement de son temps. C’est enfin le véhicule, au-delà des prescriptions étroites d’un programme, d’un système de valeurs, d’une idéologie, d’une culture ; il participe ainsi du processus de socialisation – voire d’endoctrinement – des jeunes générations auxquelles il s’adresse8.

5Autrement dit, l’étude des manuels peut être révélatrice de tout un réseau de pressions exercées sur l’enseignement scolaire : les pressions politiques et les pressions de l’opinion publique, mais aussi celles qui sont liées aux avancées de la connaissance dans les différents domaines, aux contraintes commerciales, aux théories et aux styles pédagogiques.

  • 9 Donald Francis McKenzie, La Bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éditions du Cercle d (...)

6Si l’accent est le plus souvent mis sur l’analyse de contenu dans la recherche, comme en témoignent les nombreux articles qui étudient l’image de la société véhiculée par les manuels, une véritable étude sociologique et culturelle ne peut faire l’impasse sur le support du message, ses conditions de production, de diffusion et d’utilisation, sa dimension commerciale. Comme le résume D.F. McKenzie, il s’agit de donner à voir l’interaction entre le texte et la société9. Le manuel est donc un produit culturel composite, dont il est impossible de couvrir tous les aspects ici. Pour cet aperçu historique des contextes de la production textuelle et de son utilisation, nous nous attacherons à la période post-partition dans les deux parties de l’Irlande, et nous privilégierons ici certains de ces aspects, l’évolution physique des manuels en lien avec leurs usages, et la question du degré de contrôle exercé par les autorités, qui peut servir de point de départ à une interrogation plus vaste sur les modalités de production et de choix.

Aspects de l’histoire du manuel scolaire irlandais et de ses usages en tant qu’objet physique, entre livre et matériau pédagogique

  • 10 Chris Stray, « Quia Nominor Leo… », p. 77.

7Il est à noter pour commencer que nombre de ces aspects ne sont pas propres à l’histoire irlandaise mais inscrivent celle-ci clairement dans l’histoire européenne, en ce qui concerne les évolutions technologiques bien entendu (techniques de conception et d’impression), mais aussi l’évolution des conceptions de l’enfant et de l’adolescent – de l’adulte miniature à une personne à part entière –, et des conceptions pédagogiques. En Irlande comme dans les autres pays européens, le manuel s’est véritablement développé en tant que livre à part entière au xixe siècle, en parallèle à la croissance du marché de l’édition au Royaume-Uni, sous l’influence conjointe de l’amélioration des techniques d’impression et de la généralisation de l’enseignement primaire à partir de 1831 en Irlande. Un réseau national d’écoles élémentaires a en effet été mis en place à cette date. Le secteur des livres pour enfants est alors devenu financièrement attractif pour les maisons d’édition. La production de manuels n’était pas prestigieuse, mais elle représentait, et représente toujours, des bénéfices réguliers pour l’industrie du livre10.

  • 11 Department of Education (Republic of Ireland), School Books in Ireland, Cost to Parents (Cooney / (...)

8Des années vingt aux années soixante, les manuels étaient relativement peu nombreux et avaient une espérance de vie enviable. Un certain nombre de livres pour les écoles furent réédités – avec peu ou pas de modifications – pendant plusieurs décennies, comme le confirmait un rapport ministériel en 199411. Pendant la période 1900-1970, la plupart des ouvrages, comme ceux de James Carty (parmi les plus utilisés au Sud mais aussi dans certaines écoles catholiques du Nord malgré l’interdiction qui sera évoquée plus loin), ciblaient à la fois le primaire et les premières années du secondaire, qui ne concernaient d’ailleurs qu’une minorité d’élèves jusqu’aux années soixante, avec la mise en place d’un système d’enseignement secondaire gratuit et l’augmentation de la limite d’âge pour la scolarisation obligatoire. L’idée de l’adaptation du degré de difficulté du style et du contenu à l’âge de l’enfant n’avait pas encore véritablement fait son chemin, en dehors du fait que la taille des caractères variait selon le public visé, et seuls les livres de lecture faisaient un véritable effort dans ce sens.

  • 12 The Kincora Readers – Senior Book, Dublin, The Educational Company of Ireland, [s.d.].
  • 13 Young Ireland Reader – Senior Book, Dublin, Browne and Nolan, [s.d.].
  • 14 Standish O’Grady, In the Gates of the North (edited and annotated for School Use by Pádraig O’Dála (...)

9L’existence de ces livres de lecture vaut d’ailleurs d’être mentionnée pour elle-même, dans le sens où ils ont aussi leur propre histoire en tant que livres scolaires. On peut citer par exemple, parmi les livres de lecture utilisés dans les années quarante et cinquante en Irlande du Sud, The Kincora Readers – Senior Book12, ou encore un Young Ireland Reader – Senior Book13, dont la période d’utilisation est plus incertaine (a priori durant les premières décennies après la partition). Très répandus jusqu’aux années soixante, ces petits livres cherchaient à couvrir par leur contenu l’éventail des leçons du maître, comme en témoigne leur table des matières : leçons d’éveil à la nature, de géographie (au sens large), d’histoire, découverte de quelques évolutions technologiques, histoires religieuses édifiantes, mais aussi poésie, l’ensemble étant bien sûr aussi voué à servir l’apprentissage de l’anglais. En Irlande du Sud, il s’agissait essentiellement de recueils d’extraits de textes d’auteurs reconnus, voire prestigieux en Irlande, comme Eamon De Valera, Joseph Plunkett, Douglas Hyde ou le cardinal Newman, agrémentés de petits textes d’histoire irlandaise romancée, racontant, par exemple, avec force détails la capture de Wolfe Tone ou la bataille de Benburb, mais aussi de textes d’écrivains anglais comme Carlyle, Wordsworth ou Joseph Conrad. Il est intéressant de noter que ces récits historiques romancés, destinés à éveiller l’enthousiasme patriotique des enfants, avaient droit de cité à l’école, sous la forme de courts extraits comme dans ces livres de lecture, mais aussi sous la forme de véritables ouvrages, comme ceux de Standish O’Grady, The Flight of the Eagle ou encore In the Gates of the North par exemple, dont il existait des versions expressément destinées à un usage scolaire14. De telles versions romancées ont aujourd’hui pratiquement disparu des manuels, en même temps que les Readers, avec la spécialisation de la production et l’évolution des conceptions sur les objectifs de l’enseignement.

10Le renouvellement des manuels s’est accéléré depuis le début des années soixante-dix ; on peut maintenant parler de générations successives de manuels (tous les dix ans environ, jusqu’à présent, sans compter les éditions révisées), et surtout d’une bien plus grande spécialisation : la production s’est adaptée aux différents marchés que représentent les années successives d’école primaire et secondaire et les divers examens, mais aussi les différents publics visés au sein de l’enseignement secondaire, général ou professionnel. Pour les mêmes tranches d’âge, et en particulier pour les premières années d’école secondaire, des manuels d’histoire différents ont par exemple été publiés, par Colourpoint en Irlande du Nord, par Gill & Macmillan dans la République d’Irlande dans les années quatre-vingt-dix, à l’intention d’élèves de différents niveaux.

  • 15 Recherches effectuées sur des catalogues de publications en ligne et papier en mai 2005 (sites Int (...)
  • 16 Irish Book Publishing Survey 1998 – Concerning Republic of Ireland Only (Horwath Bastow Charleton (...)

11Cette profusion, qui témoigne de l’évolution de la réflexion en matière de pédagogie et de la création parallèle de nouvelles niches dans le marché de l’édition scolaire, tend à dévaluer encore davantage le manuel en tant que livre, et il est paradoxalement plus difficile d’obtenir une collection récente exhaustive, rééditions incluses, que des manuels datant d’avant les années soixante. Le fait que les maisons d’édition négligent souvent de préciser la date de publication, voire les auteurs, des manuels en vente dans leurs catalogues sur papier ou en ligne nous paraît aussi révélateur de cette tendance. C’est le cas notamment des maisons d’édition spécialisées comme l’Educational Company of Ireland ou Folens, tandis qu’une grosse maison d’édition irlandaise comme Gill & Macmillan, qui s’occupe de secteurs variés, fournit des références plus précises, comme pour ses autres ouvrages disponibles15. On peut remarquer en passant que Gill & Macmillan et l’Educational Company of Ireland se présentent tous deux comme les leaders du marché du livre scolaire en Irlande. Une autre indication du statut à part du manuel au sein du marché de l’édition, mais aussi de son poids financier très considérable, est fournie dans un rapport de l’association des éditeurs du livre irlandais CLÉ, datant de 1998. Ce rapport donne les résultats du secteur en 1997, en séparant l’édition scolaire et universitaire de l’édition dite générale. Le chiffre d’affaires global de l’édition scolaire et universitaire en République d’Irlande était de 25,5 millions de livres irlandaises en 1997, contre 13,8 millions pour l’édition générale16.

  • 17 D’après une publicité pour le manuel Living History 1, paru en 2004, sur le site de l’Educational (...)
  • 18 Environ 80 entretiens avec des professeurs d’histoire d’Irlande du Nord et du Sud ont été effectué (...)

12À partir des années quatre-vingt surtout, on assiste par ailleurs à l’explosion du nombre d’illustrations et à l’arrivée en force de la couleur, la qualité technique des manuels d’un point de vue visuel ne cessant de s’améliorer, en Irlande comme ailleurs, avec l’évolution de la technologie. En découvrant les illustrations couleur, les manuels se sont aussi affranchis de leur format antérieur, plus proche du livre classique, oscillant aujourd’hui entre les formats A5 et A4. La qualité et la quantité des illustrations semblent d’ailleurs parfois prendre le pas sur les qualités pédagogiques des manuels, si l’on en croit les arguments de vente mis en avant par certains éditeurs, qui vantent la polychromie de leurs manuels, leurs « splendides cartes en couleur » et le nombre de leurs illustrations et graphiques en tous genres17. On peut relever à cet égard l’importance des choix faits en amont dans le résultat final, c’est-à-dire dans le contenu et ses implications : employer un illustrateur peut par exemple s’avérer plus aisé et moins coûteux que d’utiliser un nombre important d’images sous copyright. Si la priorité de l’éditeur est de créer un produit attractif visuellement, ce choix prend vraiment tout son sens. Mais, dans le cas des manuels d’histoire ou de géographie entre autres, ce choix peut avoir certains inconvénients du point de vue de la qualité pédagogique et de la richesse iconographique du contenu. En histoire, les enseignants rencontrés apprécient généralement que leur matière ne soit plus un sujet « gris », mais certains estiment que le contenu textuel pâtit de l’importance accordée à l’image, surtout lorsque la profusion de dessins d’illustrateurs ne leur paraît pas justifiée18. La valeur décorative de ces images est évidente, mais leur fonction pédagogique l’est souvent beaucoup moins.

13Avec le développement de la dimension visuelle, la production des manuels scolaires est devenue un véritable travail d’équipe entre auteurs, éditeur, directeur de la publication, illustrateurs et graphistes. Le personnage clé devient ainsi le directeur de la publication, employé de la maison d’édition, puisque lui incombent la constitution de l’équipe rédactionnelle, la supervision du travail d’auteur, le choix d’un illustrateur le cas échéant, le choix des images en collaboration avec l’auteur mais aussi en fonction des règles du copyright. La maison d’édition se charge, en amont et en aval, du financement de l’opération et de la distribution du produit. Elma Collins, professeur d’histoire et auteur de nombreux manuels des années soixante-dix à quatre-vingt-dix, estimait que les changements importants survenus à partir de la fin des années soixante et au début des années soixante-dix dans le domaine étaient dus à l’influence des nouveaux historiens, mais aussi à l’esprit d’initiative des maisons d’édition. Elle rendait hommage à un éditeur, Bill Connolly, qui travailla pour Gill & Macmillan puis pour l’Educational Company of Ireland :

  • 19 Elma Collins, interviewée par Gráinne Henry, dans « No Heroes Now ? », History Ireland, vol. 5, n° (...)

[…] en grande partie grâce aux efforts de Bill Connolly, [et à ses démarches auprès d’historiens et d’enseignants pour la production de nouveaux manuels], la qualité des manuels a fait un énorme pas en avant à la fin des années soixante19.

  • 20 Cela reste exceptionnel, mais on peut citer en exemple la collection « The March of Time », Dublin (...)
  • 21 Comme par exemple Vivien Kelly, Heather Thompson, Kathleen Gormley (éd.), Divided Island, Newtowna (...)
  • 22 Il s’agissait respectivement de la collection « A History of Ireland », publiée par Gill & Macmill (...)
  • 23 Il s’agit d’une collection de trois manuels publiés par Cambridge University Press entre 1994 et 1 (...)

14Ce travail d’équipe, ajouté au rôle pédagogique ou de vulgarisation du manuel souligné plus haut, explique aussi que les auteurs, qui se fondent essentiellement sur des sources secondaires dans leur travail, font souvent preuve d’une certaine humilité, et ne prétendent pas à l’originalité du contenu de leur ouvrage. Certains auteurs choisissent même de rester anonymes20, d’autres ne se présentent que comme directeurs de la publication, faisant pratiquement disparaître l’idée d’un auteur21. L’écriture elle-même est de plus en plus souvent un travail collectif. En Irlande du Nord, ce travail collectif a une dimension politique, puisqu’en histoire les équipes d’auteurs venant de chacune des deux communautés se sont multipliées depuis le début des années quatre-vingt-dix, à la suite de la mise en place d’un programme commun. Au Nord comme au Sud, la grande majorité des auteurs enseignent dans les écoles, dans les instituts de formation des maîtres, ou dans les centres universitaires de formation des enseignants du secondaire. C’est cette qualité d’enseignants, généralement précisée au dos ou dans les premières pages des manuels, qui légitime leur travail, puisqu’ils sont utilisateurs eux-mêmes et connaissent à la fois la matière enseignée et le public auquel l’ouvrage est censé s’adresser. Des historiens peuvent encore parfois apporter une caution intellectuelle aux ouvrages publiés, en étant notamment sollicités pour diriger ou superviser une collection de manuels. Ce fut le cas par exemple de Margaret MacCurtain, de l’université nationale de Dublin, et de John A. Murphy, de l’université de Cork, pour les deux collections principales publiées en République d’Irlande à l’intention des écoles secondaires au début des années soixante-dix22. Plus récemment, on peut aussi citer la collection « Irish History in Perspective », destinée aux écoles nord-irlandaises et supervisée par Jonathan Bardon23.

  • 24 Department of Education (État libre d’Irlande), Report of the Department of Education for the Scho (...)
  • 25 Department of Education (État libre d’Irlande), Notes for Teachers – History, Dublin, The Statione (...)

15En parallèle à ces changements, l’évolution du statut du livre scolaire – l’autorité plus ou moins grande du livre dans l’acte d’enseignement – peut être évoquée brièvement. Elle est révélatrice de l’amélioration de la formation générale des enseignants, des évolutions de la réflexion pédagogique, mais aussi de contraintes diverses. Même si l’enseignement n’était probablement jamais réduit à la lecture en classe du manuel, on peut rappeler que, jusqu’à une période récente, la dépendance des enseignants vis-à-vis des manuels était très grande. Dans la période 1900-1960, cette situation était régulièrement déplorée, et dénoncée, par les inspecteurs des écoles irlandais. Ce défaut de méthode leur paraissait lié avant tout à l’ignorance des enseignants qui, n’en sachant souvent pas plus que le manuel, en étaient réduits à s’en remettre complètement à lui. Un auteur du rapport de 1929 du ministère de l’Éducation de l’État libre irlandais déclarait ainsi : « les enseignants sont esclaves des livres qu’ils utilisent »24. On retrouvait ce souci de faire en sorte que le manuel reste un instrument pédagogique parmi d’autres dans le guide sur l’enseignement de l’histoire publié en 1933 par le ministère à l’intention des professeurs, qui insistait sur la nécessité pour l’enseignant d’élargir ses connaissances bien au-delà du manuel pour être à même de faire œuvre de sélection critique et de pédagogie25. En même temps, et assez paradoxalement, l’importance accordée au manuel n’était pas toujours perçue comme un défaut, puisque, dans le rapport de 1929, il était dit plus loin de l’histoire que c’était là

  • 26 Department of Education (État libre d’Irlande), Report of the Department of Education for the Scho (...)

une matière dans laquelle des élèves de 13 ou 14 ans pourraient être largement indépendants des connaissances de l’enseignant, s’ils avaient à leur disposition un bon manuel26.

16Se trouve ainsi illustrée l’idée que la spécificité du manuel par rapport au livre ou au recueil de textes est que le manuel cherche à être à la fois le texte et l’enseignant.

17L’amélioration de la formation et du niveau général d’instruction des enseignants leur a donné des armes pour utiliser les manuels avec discernement en faisant en sorte que ceux-ci ne se substituent pas à une véritable démarche pédagogique mais en fassent partie intégrante. Les outils pédagogiques alternatifs se sont aussi multipliés, avec l’accès à des sources audiovisuelles diverses, puis avec l’accès généralisé à Internet, mais aussi en histoire par exemple avec le travail des bureaux d’archives publiques en Irlande du Nord, puis au Sud, pour mettre à la disposition des enseignants des sources primaires variées et en plus grand nombre. Mais, dans le même temps, les manuels ont eux aussi évolué, en cherchant précisément à épouser autant que possible cette démarche pédagogique. Cela explique probablement en partie le fait que cette question de la dépendance des enseignants vis-à-vis des manuels soit encore à l’ordre du jour, comme le montre un passage d’un rapport du ministère de l’Éducation sud-irlandais sur les manuels scolaires publié en 1994, qui fait un court bilan du problème :

  • 27 Department of Education (Republic of Ireland), School Books in Ireland, Cost to Parents, Dublin, T (...)

Les enseignants irlandais se sont toujours beaucoup appuyés sur les manuels. C’est la forme d’enseignement qu’ils ont eux-mêmes reçue. Depuis le début du siècle, plusieurs tentatives visant à modifier cette importance injustifiée ont échoué27

18Dans le domaine de l’enseignement de l’histoire en particulier, on peut mentionner une évolution spécifique en Irlande du Nord au cours des années soixante-dix, sous l’influence du mouvement pédagogique de la Nouvelle Histoire et du Conseil des écoles anglais, avec une insistance nouvelle sur les savoir-faire et l’apprentissage de la démarche de l’historien. Ces changements d’approche ont encouragé les enseignants à développer eux-mêmes divers matériaux pédagogiques en s’affranchissant par la même occasion pour nombre d’entre eux de manuels leur paraissant maintenant inadaptés. Au début des années quatre-vingt-dix, la période d’élaboration du premier programme d’enseignement commun en Irlande du Nord dans toutes les matières a aussi nécessité un temps d’adaptation pour l’élaboration de manuels correspondant aux nouveaux besoins à la fois du point de vue des contenus et de la démarche pédagogique. La constitution progressive de manuels nord-irlandais s’est faite à partir de l’expérience pédagogique concrète d’enseignants qui avaient dû par la force des choses élaborer leurs propres matériaux pédagogiques. Il semblerait que ces évolutions aient encouragé l’utilisation de manuels comme supports d’enseignement parmi d’autres et non comme sources uniques ou même principales du savoir. La démarche pédagogique des manuels d’histoire en Irlande du Sud a évolué dans le même sens, mais plus progressivement, plus tardivement, et de manière moins radicale. Des similitudes et différences entre les deux parties de l’Irlande, liées à leur situation politique, sont aussi perceptibles dans l’histoire de la réglementation du manuel, qui va nous occuper maintenant.

Aspects de l’histoire du contrôle ou de la politique du livre scolaire

  • 28 Chris Stray, « Quia Nominor Leo… », p. 78.

19Chris Stray fait remarquer très justement que les manuels sont généralement des livres dont les utilisateurs ne sont pas les acheteurs, et que, très souvent, les livres sont non seulement imposés aux élèves par leurs professeurs mais encore imposés en amont aux enseignants, plus ou moins directement, par leurs supérieurs ou par l’État28. Les États modernes s’étant arrogé un droit de regard sur le contenu de l’enseignement, les programmes en constituent le cadre théorique, tandis que les manuels scolaires en représentent la mise en œuvre concrète. La conséquence logique de cette spécificité du livre scolaire est que, dans la plupart des pays du monde, la réglementation qui s’applique aux manuels scolaires diffère considérablement de celle qui régit les autres ouvrages. Elle est généralement plus stricte, mais, comme le fait remarquer Alain Choppin, spécialiste de l’histoire des manuels scolaires en France,

  • 29 Alain Choppin et Fabiola Rodriguez, « Les manuels scolaires : un enjeu », in Javier Pérez Siller ( (...)

Le degré de liberté dont jouissent les auteurs qui rédigent les manuels et les enseignants qui les utilisent peut être extrêmement variable suivant l’idée que le pouvoir politique se fait de sa mission éducative et suivant les procédures qu’il instaure pour en contrôler l’exécution29.

20Le manuel constitue un véritable enjeu politique, social et culturel. Son statut et ses modes de contrôle sont révélateurs des rapports de force entre les différents partenaires du système éducatif, le pouvoir politique, les autorités religieuses, les enseignants, les professionnels du livre, les parents d’élèves, la communauté scientifique…, dont les objectifs et les intérêts propres sont souvent divergents, et l’étude de la réglementation des manuels est un moyen parmi d’autres d’évaluer ces rapports de force.

21Dans les deux parties de l’Irlande, la publication de manuels a toujours été le fait de maisons d’édition privées, et non directement des instances politiques comme dans d’autres pays, en dehors d’un cas particulier qui sera mentionné plus loin, mais les autorités n’en ont pas moins longtemps cherché à exercer un certain contrôle sur les publications. Dans l’État libre irlandais, la volonté de contrôle était clairement indiquée dans les recommandations du deuxième congrès national pour l’élaboration des programmes de 1926 :

  • 30 Second National Programme Conference, Report and Programme, Dublin, The Stationery Office, 1926, p (...)

Nous avons découvert qu’une grande partie des manuels utilisés dans les classes ne sont pas en phase avec la politique éducative du ministère. Il nous semble que les éditeurs devraient travailler dans un cadre plus strict, suivant des lignes directrices plus explicites, afin que l’on soit sûr que les livres qu’ils publient poursuivent les objectifs éducatifs fixés par la nation30.

  • 31 Department of Education (Republic of Ireland), Rules for National Schools under the Department of (...)
  • 32 Alain Choppin, « L’Histoire des manuels scolaires… », p. 7.

22Le rapport demandait la mise en place d’une commission permanente chargée de superviser, et même d’exercer le cas échéant un droit de veto sur les manuels utilisés dans les écoles, ainsi que la publication d’une liste des manuels autorisés. Le règlement général des écoles primaires, revu périodiquement jusqu’aux années 1960, mais sans changements de fond, confirmait en 1965 qu’une liste de manuels agréés pour les écoles élémentaires était publiée chaque année scolaire, précisant que la direction de chaque école pouvait choisir sur cette liste les ouvrages destinés à l’instruction autre que religieuse31. Ce système de contrôle était identique au système dit « de l’autorisation » en vigueur en France jusque vers la fin du xixe siècle lorsqu’il fut remplacé par le système du veto (tout livre est autorisé s’il n’est pas expressément interdit) et des listes non limitatives d’ouvrages recommandés32. On voit donc que les autorités cherchaient bien en Irlande du Sud à s’assurer une certaine maîtrise du contenu des manuels, dans tous les domaines d’enseignement d’ailleurs, même si l’histoire et le gaélique étaient bien les domaines sur lesquels comptaient avant tout les instances dirigeantes pour servir l’objectif éducatif nationaliste.

23Mais, comme on pouvait s’y attendre, la question du contrôle se posait de manière plus aiguë en Irlande du Nord, et singulièrement dans le cadre de l’histoire à l’école. Le rapport de la Commission Lynn recommandait en effet en 1923 qu’un contrôle strict fût exercé par le ministère sur les manuels et livres d’histoire dans les écoles :

  • 33 Northern Ireland Ministry of Education, Final Report of the Departmental Committee on the Educatio (...)

[…] les pouvoirs du ministère en matière de réglementation et de supervision des livres utilisés dans les écoles devraient être exercés de manière très stricte en ce qui concerne les livres de lecture et manuels d’histoire. L’usage sans autorisation officielle préalable de tout livre ayant trait à l’histoire dans les écoles dépendant du ministère doit être interdit33.

  • 34 Sean Farren, « Nationalist-Catholic Reaction to Educational Reform in Northern Ireland 1920-1930 » (...)

24La raison idéologique de ces précautions était claire. Avant même de chercher à promouvoir un objectif éducatif défini en fonction des priorités unionistes nord-irlandaises, il fallait d’abord s’assurer que les manuels utilisés n’iraient pas dans un sens strictement contraire. Autrement dit, les membres de la Commission partaient de l’idée fortement ancrée chez les unionistes que l’enseignement de l’histoire, et en particulier celui de l’histoire irlandaise, avait servi aux enseignants proches des idées nationalistes à promouvoir des sentiments anti-britanniques34. Dans la rubrique intitulée « Loyauté », les auteurs du rapport de 1923 précisaient d’ailleurs :

  • 35 Northern Ireland Ministry of Education, Final Report of the Departmental Committee on the Educatio (...)

[que] dans les écoles subventionnées par l’État, on ne devrait pas se servir de manuels qui pourraient, raisonnablement, faire l’objet de critiques sur le plan politique35.

  • 36 Lists of Textbooks in Reading, History, Citizenship, Economics and Irish Approved for Use in Publi (...)

25Dans la pratique, il était difficile en Irlande du Nord d’obtenir des manuels ne figurant pas sur la liste officielle36, dans la mesure où c’était les autorités locales responsables de l’éducation qui fournissaient les ouvrages, et où les écoles devaient alors payer de leur poche ceux qui n’étaient pas autorisés, ce qui représentait une forme de censure indirecte. En Irlande du Sud, c’était au contraire les parents qui devaient payer et fournir les manuels à la demande des enseignants.

  • 37 Un certain Norman Porter, député de Belfast, Clifton, s’exprima en ce sens à plusieurs reprises. N (...)

26Le système de contrôle instauré au Nord n’était cependant pas à toute épreuve, semble-t-il, puisque, dans les années cinquante, des députés unionistes demandaient périodiquement qu’un contrôle plus strict fût exercé sur les manuels utilisés dans les écoles catholiques, dans les débats au parlement de Stormont37. Ce système, défendu au Parlement par le ministre de l’Éducation de l’époque, Henry Midgley, et qui resta en vigueur jusqu’à la fin des années soixante, paraissait malgré tout plutôt strict : Midgley, récusant l’idée d’une différence substantielle entre manuels utilisés dans les écoles administrées par les autorités locales et dans les écoles catholiques, précisait que le directeur de chaque école primaire et secondaire (intermédiaire) devait soumettre chaque année à un inspecteur une liste des ouvrages que les enseignants se proposaient d’utiliser. De plus, une circulaire précisant que seuls les manuels autorisés pouvaient être fournis par les autorités locales était jointe aux formulaires de commandes d’ouvrages destinés aux enseignants. On peut noter que les grammar schools n’étaient pas tenues de solliciter l’autorisation des manuels de la part du ministère, mais le choix des ouvrages était alors en grande partie déterminé par le contenu des examens, qui donnait la part belle à l’histoire britannique.

  • 38 Harry Diamond, député de Belfast, Falls, Northern Ireland House of Commons Debates, vol. 38, col. (...)

27Les restrictions imposées de fait sur le choix des manuels dans les écoles catholiques furent périodiquement l’objet de plaintes, de la part de députés38, mais aussi d’enseignants, comme Peàdar Livingstone en 1970 :

  • 39 Peàdar Livingstone, « Irish history – neglect in Northern Ireland schools », The Irish Times, 13 m (...)

En Irlande du Nord, les trois-quarts des élèves de plus de onze ans fréquentent des écoles secondaires (intermédiaires) où l’enseignement de l’histoire est autorisé, mais les demandes de manuels d’histoire irlandaise font l’objet d’enquêtes, de retards et se heurtent souvent à des refus. Lorsqu’enfin les livres arrivent, l’année est presque écoulée, de sorte que la liberté théorique d’enseigner l’histoire irlandaise est en fait déniée par les responsables ministériels39.

  • 40 Joseph O’Connell, Approaches to the Teaching of History in Secondary Intermediate in Northern Irel (...)
  • 41 Hugh Shearman, Northern Ireland – Its History, Resources and People, Belfast, HMSO, 1946. Hall-Tho (...)
  • 42 Hugh Shearman, Modern Ireland, Londres, G.C. Harrap and Co., 1952 ; Hugh Shearman, Ireland since t (...)

28Une certaine censure était donc bien exercée par les autorités nord-irlandaises, mais il semble que les obstacles financiers en tout cas n’aient pas toujours arrêté les écoles catholiques, puisqu’un chercheur en sciences de l’éducation notait en 1961 qu’un certain nombre de voluntary schools s’étaient résolues à acheter des livres sur leurs fonds propres ou aux frais du conseil d’administration40. Dans le même temps, S. H. Hall-Thompson, ministre de l’Éducation entre 1944 et 1952, avait fait publier par les soins du gouvernement un livret écrit par Hugh Shearman, intitulé Northern Ireland – Its History, Resources and People, qui fut distribué aux écoles41. C’est ce livret qui constitue le cas particulier auquel il a été fait allusion plus haut. Dans le même ordre d’idées, on peut aussi noter le caractère exceptionnel du rôle direct du gouvernement nord-irlandais dans la publication et la diffusion d’autres ouvrages de Hugh Shearman sur l’histoire irlandaise et nord-irlandaise dans les années cinquante. Les livres de Shearman reflétaient le point de vue officiel42, cherchant clairement à légitimer l’existence de l’Irlande du Nord, et il paraît très probable qu’ils aient été commandés officieusement par le ministère, d’après les déclarations de Henry Midgley au parlement nord-irlandais en 1950, puis en 1952 :

[…] un court manuel d’histoire est en cours d’élaboration par un auteur, mais ceci n’a pas un caractère officiel. Lorsqu’il sera terminé, le ministère l’examinera avec intérêt et, s’il le juge adéquat, ce qui sera certainement le cas, celui-ci sera distribué à toutes les écoles d’Irlande du Nord.

Nous savons qu’une histoire de l’Irlande […] sera bientôt publiée et que cet ouvrage […] traite de l’histoire de l’Ulster de manière adéquate. J’ai aussi bon espoir que dans quelque temps un manuel […] du même auteur sera publié, qui sera adapté aux premières années des grammar schools.

29Ces exemples donnent la mesure de l’importance accordée par les autorités unionistes à la maîtrise du contenu des manuels scolaires, particulièrement dans le domaine de l’histoire.

  • 43 Department of Education (Republic of Ireland), Primary School Curriculum, Teacher’s Handbook Parts (...)
  • 44 Report of the Primary Education Review Body, Dublin, The Stationery Office, 1990, p. 98.
  • 45 D’après un entretien avec Peter Thew, directeur des ventes et du marketing dans la maison d’éditio (...)

30En ce qui concerne les modes de contrôle, une évolution significative a eu lieu au début des années soixante-dix dans les deux parties de l’Irlande, pour des raisons différentes. Dans la République d’Irlande, il ne paraissait manifestement plus nécessaire aux autorités de publier une liste des ouvrages autorisés. Le nouveau programme d’enseignement primaire de 1971, très précis pour la première fois, comprenait pour chaque matière une bibliographie, mais les manuels et les ouvrages destinés aux enseignants étaient recommandés et non plus autorisés43. Une publication de 1990 confirmait que le ministère avait cessé de publier des listes de manuels autorisés depuis des années et n’en voyait plus la nécessité44. Pendant quelques années encore, le ministère de l’Éducation se réserva le droit de donner ou non son aval à tel ou tel manuel, mais dans les années quatre-vingt-dix, l’agrément officiel n’était plus un passage obligé, les éditeurs se fondant essentiellement sur leurs études de marché et sur les anciennes directives des autorités en matière de forme et de contenu45.

  • 46 D’après Kenneth Milne, New Approaches to the Teaching of Irish History, Londres, The Historical As (...)
  • 47 Préambule d’une note de quatre pages intitulée History Textbooks – Guildelines for Publishers.

31Ces directives étaient donc moins contraignantes, mais elles représentaient malgré tout encore un effort de la part des autorités pour maîtriser et aiguiller la production. Depuis la fin des années soixante, les maisons d’édition présentes sur le marché du livre scolaire répondent de manière plus systématique aux besoins des écoles à l’issue des sollicitations du ministère de l’Éducation. Le renouvellement des manuels est dicté par l’élaboration de nouveaux programmes, mais aussi – jusqu’aux années quatre-vingt du moins à notre connaissance – par des sollicitations plus discrètes : pour s’assurer de la publication de manuels adéquats lors de l’introduction du programme de l’Intermediate Certificate en 1968-1969, les inspecteurs du ministère eurent des contacts avec les diverses maisons d’édition, et purent préciser le type de publication souhaité46. Dans le domaine de l’enseignement de l’histoire en particulier, la publication du nouveau programme pour les écoles primaires en 1971 fut suivie d’une première vague de manuels publiés par les quelques maisons d’édition irlandaises concurrentes dans le domaine de l’éducation (The Educational Company of Ireland, Gill & Macmillan, School and College Services, Fallon), puis une nouvelle demande du ministère sous la forme d’instructions envoyées aux maisons d’édition en 1980 relança à nouveau les publications. Leurs auteurs entendaient s’assurer que les manuels publiés « contribueraient de manière positive à promouvoir la philosophie et les principes du programme des écoles primaires »47. Il était précisé que les manuels ne se pliant pas aux exigences pédagogiques du programme (un programme se voulant avant tout intégré, centré sur l’enfant, adapté à son degré de maturité et encourageant sa participation active) encouraient le risque de ne pas obtenir l’agrément officiel. Depuis la fin des années quatre-vingt, les programmes sont devenus si précis qu’ils constituent probablement en eux-mêmes une garantie suffisante aux yeux des autorités.

  • 48 Ceci est confirmé par deux enquêtes menées au début des années soixante-dix : William Smyth, Irish (...)
  • 49 La collection de Tim McGillicuddy, publiée à Dublin, connut par exemple un large succès au Sud com (...)

32En Irlande du Nord, les bouleversements politiques des années soixante-dix et surtout la fin du gouvernement unioniste et du parlement de Stormont remirent en cause de manière radicale les pratiques précédentes. Nous n’avons pas eu accès à des documents officiels qui permettraient de retracer les changements, mais quelques indications confirment l’assouplissement des procédures de contrôle au cours des années soixante-dix : les commissions d’examen publiaient dorénavant des listes bibliographiques indicatives comme au Sud, au lieu d’imposer des ouvrages précis. Vivian McIver, inspecteur d’histoire depuis 1977, nous expliquait en 1996 que, depuis sa prise de fonction, les écoles avaient toute latitude dans leur choix de manuels pour toutes les matières, dont l’histoire, et qu’une autorisation officielle n’était plus nécessaire au moins depuis 1977. De ce point de vue, l’exemple des manuels d’histoire paraît encore une fois révélateur. Sans pouvoir à cette période établir très précisément des catégories de manuels utilisés en Irlande du Nord, on sait que les nouveaux manuels publiés dans la République d’Irlande firent pour la première fois une entrée en masse dans toutes les classes d’histoire au Nord à partir des années soixante-dix48, même si les écoles à majorité protestante (mais aussi de nombreuses écoles catholiques) accordaient encore, à des degrés divers, la priorité à l’histoire britannique. L’existence de ces manuels voyageurs49 témoigne à la fois de la plus grande souplesse des autorités en matière de contrôle, du regain d’intérêt pour l’histoire irlandaise et, peut-être plus indirectement, de l’absence de publications locales récentes, ressentie comme un problème par certains enseignants. L’adoption de ces manuels peut aussi s’expliquer par le fait que la perspective historique privilégiée était maintenant plus acceptable pour les enseignants des écoles d’État.

  • 50 Gerard Brockie, Raymond Walsh, Focus on the Past 1 and 2, Dublin, Gill & Macmillan, 1989-1990 (sui (...)
  • 51 La collection, destinée aux 11-16 ans, a été élaborée par un comité comprenant des Irlandais du Su (...)

33De part et d’autre de la frontière, on peut parler d’une évolution claire dans le sens d’une plus grande liberté de choix, du côté des maisons d’édition comme du côté des enseignants, même si les instances gouvernementales exercent toujours un contrôle indirect aujourd’hui, essentiellement par l’intermédiaire de programmes d’enseignement précis, élaborés par des organismes publics, avec le concours d’enseignants, d’inspecteurs, de spécialistes universitaires et de représentants des écoles. Ce sont ces nouveaux programmes qui, par leur précision même et malgré leurs nombreux points communs aujourd’hui, ont rendu plus difficile le « voyage » des manuels de part et d’autre de la frontière. Les ouvrages destinés au marché nord-irlandais sont publiés en Irlande du Nord ou en Angleterre (jusqu’à la mise en place du programme commun en 1991, une raison du nombre limité de manuels écrits spécialement pour l’Irlande du Nord était commerciale : la petite taille du marché nord-irlandais représente un risque pour les maisons d’édition). L’édition sud-irlandaise couvre quant à elle le marché de la République. La maison d’édition Gill & Macmillan est la seule en Irlande du Sud à avoir fait le choix de produire un manuel d’histoire spécifiquement destiné au marché nord-irlandais, en parallèle à sa production sud-irlandaise. Focus on Irish History est ainsi une adaptation de Focus on the Past, écrite par les mêmes auteurs50. On peut aussi mentionner pour terminer le cas exceptionnel de la collection « Questions in Irish History », destinée aux écoles secondaires du Nord et du Sud et produite par une association fondée dans ce but en 1986, qui a été publiée dans la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, mais qui s’est mal vendue, surtout semble-t-il parce que les livrets ne correspondaient pas suffisamment aux programmes précis développés au Sud comme au Nord51.

34L’histoire du livre scolaire irlandais reste à écrire, puisqu’il n’existe encore aucun ouvrage d’ensemble qui lui soit spécifiquement consacré, même si on trouve de nombreuses études traitant de points particuliers, liés le plus souvent aux enjeux idéologiques du manuel. Le présent article cherchait surtout à souligner l’intérêt et les enjeux d’une telle histoire, en donnant un aperçu de différents domaines possibles de la recherche sur le sujet. Les évolutions évoquées, du point de vue du manuel en tant qu’objet, de ses usages pédagogiques et de sa réglementation, nous paraissent en effet contribuer à éclairer l’histoire politique, sociale et culturelle irlandaise, en soulignant entre autres les points de convergence et de divergence de part et d’autre de la frontière irlandaise et dans un contexte européen. Ces analyses confirment aussi le tournant qu’a représenté le début des années soixante-dix dans l’histoire culturelle et politique irlandaise. Ce n’est pas vraiment une surprise, mais la quasi-simultanéité des évolutions dans des domaines complètement différents n’en reste pas moins frappante. Dans une perspective de recherche ultérieure, on pourrait par exemple étudier plus en détail les différents secteurs de l’édition scolaire, aborder la question de la place de l’édition de manuels en langue gaélique (ces livres sont en fait souvent, mais pas systématiquement, des traductions), ou encore se pencher sur le rapport entre l’élève et son manuel, rapport souvent affectif, entre attachement et aversion, comme en témoignent les marques d’appartenance et autres gribouillages dans les manuels trouvés dans des librairies d’occasion, ou les souvenirs émus de distribution des prix de certains auteurs. Le livre scolaire constitue bien après tout, avec la littérature enfantine bien sûr, l’une des principales introductions de l’enfant au monde du livre.

Notes

1 Il s’agit en France du programme « Emmanuelle » sur les manuels scolaires français, lancé au début des années quatre-vingt et dirigé par Alain Choppin. On peut mentionner aussi l’Institut Georg-Eckert de Braunschweig en Allemagne, spécialisé dans la recherche internationale sur les manuels scolaires, et qui rassemble d’importantes collections venues de divers pays.

2 Michel Vernus, Histoire du livre et de la lecture : de l’invention de l’imprimerie à nos jours, Dijon, Bibliest, 1995, p. 70.

3 Alain Choppin, « L’Histoire des manuels scolaires : une approche globale », Histoire de l’Éducation, n° 9, 1980, p. 5.

4 Chris Stray, « Quia Nominor Leo : vers une sociologie historique du manuel », Histoire de l’Éducation, n° 58, Manuels scolaires, États et sociétés, xixe et xxe siècles, mai 1993, p. 71.

5 James C. Beckett, A Short History of Ireland [1952], Londres, Hutchinson University Library, 1968, p. 8 : « All claret would be port if it could. »

6 Comme il est rappelé dans le Rapport scientifique 2000-2003 du service français d’histoire de l’éducation, unité de recherche associée au CNRS (URA1397), Paris, INRP, 2004, p. 41 (partie sur l’édition scolaire, éducative et enfantine).

7 Chris Stray, « Quia Nominor Leo… », p. 71.

8 Alain Choppin, « L’Histoire des manuels scolaires… », p. 1.

9 Donald Francis McKenzie, La Bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 1991, p. 22.

10 Chris Stray, « Quia Nominor Leo… », p. 77.

11 Department of Education (Republic of Ireland), School Books in Ireland, Cost to Parents (Cooney / Carey Business Consultants), Dublin, The Stationery Office, 1994, p. 5 : « […] les manuels du début du siècle ont servi à des générations successives d’élèves, dans certains cas jusqu’aux années soixante. »

12 The Kincora Readers – Senior Book, Dublin, The Educational Company of Ireland, [s.d.].

13 Young Ireland Reader – Senior Book, Dublin, Browne and Nolan, [s.d.].

14 Standish O’Grady, In the Gates of the North (edited and annotated for School Use by Pádraig O’Dálaigh), Dublin – Cork, The Educational Company of Ireland, [s.d.]. Standish O’Grady, The Flight of the Eagle (Special School Edition), Dublin – Cork, The Educational Company of Ireland, [s.d.].

15 Recherches effectuées sur des catalogues de publications en ligne et papier en mai 2005 (sites Internet respectifs, http://www.edco.ie et http//www.gillmacmillan.ie).

16 Irish Book Publishing Survey 1998 – Concerning Republic of Ireland Only (Horwath Bastow Charleton report), http ://irelandseye.com/cle/report.htm, consulté le 5 mai 2005.

17 D’après une publicité pour le manuel Living History 1, paru en 2004, sur le site de l’Educational Company of Ireland : www.edco.ie, consulté le 4 mai 2005.

18 Environ 80 entretiens avec des professeurs d’histoire d’Irlande du Nord et du Sud ont été effectués entre 1997 et 2000.

19 Elma Collins, interviewée par Gráinne Henry, dans « No Heroes Now ? », History Ireland, vol. 5, n° 1, Spring 1997, p. 16.

20 Cela reste exceptionnel, mais on peut citer en exemple la collection « The March of Time », Dublin, The Educational Company of Ireland, 1996.

21 Comme par exemple Vivien Kelly, Heather Thompson, Kathleen Gormley (éd.), Divided Island, Newtownards, Co. Down, Colourpoint Books, 1996.

22 Il s’agissait respectivement de la collection « A History of Ireland », publiée par Gill & Macmillan à Dublin en 1969, et de la collection « The Educational Company’s History of Ireland », publiée en 1972-1973, toujours à Dublin.

23 Il s’agit d’une collection de trois manuels publiés par Cambridge University Press entre 1994 et 1997.

24 Department of Education (État libre d’Irlande), Report of the Department of Education for the School-Year 1928-1929, Dublin, The Stationery Office, p. 32.

25 Department of Education (État libre d’Irlande), Notes for Teachers – History, Dublin, The Stationery Office, juillet 1933, p. 4 (réimprimé en 1956, en circulation jusqu’en 1971).

26 Department of Education (État libre d’Irlande), Report of the Department of Education for the School-Year 1928-1929, Dublin, The Stationery Office, p. 34.

27 Department of Education (Republic of Ireland), School Books in Ireland, Cost to Parents, Dublin, The Stationery Office, 1994, p. 3.

28 Chris Stray, « Quia Nominor Leo… », p. 78.

29 Alain Choppin et Fabiola Rodriguez, « Les manuels scolaires : un enjeu », in Javier Pérez Siller (éd.), La « Découverte » de l’Amérique ? Les regards sur l’autre à travers les manuels scolaires du monde, Paris, L’Harmattan – l’Institut Georg-Eckert, 1992, p. 293.

30 Second National Programme Conference, Report and Programme, Dublin, The Stationery Office, 1926, p. 16.

31 Department of Education (Republic of Ireland), Rules for National Schools under the Department of Education, Dublin, The Stationery Office, 1965, p. 37.

32 Alain Choppin, « L’Histoire des manuels scolaires… », p. 7.

33 Northern Ireland Ministry of Education, Final Report of the Departmental Committee on the Educational Services in Northern Ireland (Lynn Committee), Belfast, HMSO, 1923 [Cmd. 15], p. 53.

34 Sean Farren, « Nationalist-Catholic Reaction to Educational Reform in Northern Ireland 1920-1930 », History of Education, vol. 15, n° 1, 1986, p. 28.

35 Northern Ireland Ministry of Education, Final Report of the Departmental Committee on the Educational Services in Northern Ireland (Lynn Committee), Belfast, HMSO, 1923 [Cmd. 15], p. 55.

36 Lists of Textbooks in Reading, History, Citizenship, Economics and Irish Approved for Use in Public Elementary Schools, publiées à Belfast par le ministère de l’Éducation nord-irlandais en 1926, puis chaque année jusqu’en 1937.

37 Un certain Norman Porter, député de Belfast, Clifton, s’exprima en ce sens à plusieurs reprises. Northern Ireland House of Commons Debates, vol. 39, col. 3153-54, 25 janvier 1956 ; vol. 40, col. 2839, 20 novembre, 1956.

38 Harry Diamond, député de Belfast, Falls, Northern Ireland House of Commons Debates, vol. 38, col. 2592, 12 octobre 1954.

39 Peàdar Livingstone, « Irish history – neglect in Northern Ireland schools », The Irish Times, 13 mars 1970, p. 5. Des enseignants se plaignaient régulièrement du fait que les manuels d’histoire irlandaise de James Carty en particulier ne fussent pas autorisés, comme le montre une enquête menée en 1971, qui confirme par ailleurs que des manuels écrits quarante ans plus tôt paraissaient encore utilisables à certains. John Barkley, « Do Myths Influence People ? », in The Churches’ Central Committee for Community Work (éd.), Irish History : Fact or Fiction ?, Belfast, The Churches’ Central Committee for Community Work, 1976, p. 4. Le manuel mentionné, qui connut de nombreuses rééditions, était le suivant : James Carty, A Class-book of Irish History – Books I to IV, Londres, Macmillan and Co., 1929.

40 Joseph O’Connell, Approaches to the Teaching of History in Secondary Intermediate in Northern Ireland, Master of Education thesis, Queen’s University, Belfast, 1961 (dactyl.), p. 52.

41 Hugh Shearman, Northern Ireland – Its History, Resources and People, Belfast, HMSO, 1946. Hall-Thompson mentionna notamment ce livret lors d’un débat au parlement de Stormont : « J’espère que d’ici deux ou trois semaines nous serons en mesure de mettre dans les mains des enfants une histoire de l’Ulster », Northern Ireland House of Commons Debates, vol. 30, col. 1164-65, 6 juin 1946.

42 Hugh Shearman, Modern Ireland, Londres, G.C. Harrap and Co., 1952 ; Hugh Shearman, Ireland since the Close of the Middle Ages, Londres, G.C. Harrap and Co., 1955. Shearman était aussi l’auteur d’un autre livret éducatif publié par les autorités, How Northern Ireland is Governed : Central and Local Government in Northern Ireland, Belfast, HMSO, 1951.

43 Department of Education (Republic of Ireland), Primary School Curriculum, Teacher’s Handbook Parts 1 and 2, Dublin, The Stationery Office, 1971.

44 Report of the Primary Education Review Body, Dublin, The Stationery Office, 1990, p. 98.

45 D’après un entretien avec Peter Thew, directeur des ventes et du marketing dans la maison d’édition Gill & Macmillan, effectué le 17 février 1998.

46 D’après Kenneth Milne, New Approaches to the Teaching of Irish History, Londres, The Historical Association, 1979, p. 25.

47 Préambule d’une note de quatre pages intitulée History Textbooks – Guildelines for Publishers.

48 Ceci est confirmé par deux enquêtes menées au début des années soixante-dix : William Smyth, Irish History in Secondary Intermediate Schools in Northern Ireland, Master of Arts thesis, Queen’s University, Belfast, 1974 (dactyl.), et John Barkley, « Do Myths Influence People ? », in The Churches’ Central Committee for Community Work (éd.), Irish History : Fact or Fiction ?, p. 5. Un questionnaire sur les manuels d’histoire irlandaise utilisés dans les années soixante-dix soumis à 40 professeurs d’histoire (qui enseignaient déjà à l’époque) nous a apporté une confirmation supplémentaire.

49 La collection de Tim McGillicuddy, publiée à Dublin, connut par exemple un large succès au Sud comme au Nord, jusque dans les années quatre-vingt-dix. Tim McGillicuddy, The Living Past 1, 2, 3, 4, Dublin, The Educational Company of Ireland, 1973-1974.

50 Gerard Brockie, Raymond Walsh, Focus on the Past 1 and 2, Dublin, Gill & Macmillan, 1989-1990 (suivi de Focus on the Past en un volume, 1994, édition révisée publiée en 1997) ; Gerard Brockie, Raymond Walsh, Focus on Irish History 1 and 2, Dublin, Gill & Macmillan, 1993.

51 La collection, destinée aux 11-16 ans, a été élaborée par un comité comprenant des Irlandais du Sud et du Nord et des Britanniques, et dirigée par John Robottom sous l’égide du Teaching of History Trust. Les différents titres ont été publiés en Grande-Bretagne (Harlow) par Longman Group UK, au cours des années quatre-vingt-dix.

Auteur

Karin Fischer est maître de conférences à l’université d’Orléans. Ancienne élève de l’École normale supérieure (Fontenay-St-Cloud), elle a consacré sa thèse de doctorat (2000) à une étude sur l’histoire de l’école et les problèmes d’identité collective dans le Nord et le Sud de l’Irlande. Sa recherche porte sur les politiques éducatives irlandaises actuelles et en particulier l’étude des programmes et des manuels scolaires depuis le début du xxe siècle, dans les domaines de l’histoire, de l’éducation à la citoyenneté et de l’éducation religieuse. Elle a publié de nombreux articles sur ces sujets. Elle fait partie du bureau d’Études irlandaises.

© Presses universitaires de Caen, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540