Version classiqueVersion mobile

Les Projets de l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743)

 | 
Carole Dornier
, 
Claudine Poulouin

Éducation et formation morale

La « machine » pédagogique : sur le Projet pour perfectionner l’éducation (1728)

The pedagogic « machine »: the Project for Improving Education (1728)

Christophe Martin

Résumé

Dans le Projet pour perfectionner l’éducation, l’abbé de Saint-Pierre souhaite rompre radicalement avec un modèle d’éducation traditionnelle dont il postule la parfaite uniformité. Il lui oppose une conception utilitariste qui assigne à l’éducation la mission d’adapter l’enseignement à la future vie sociale de l’enfant. Mais, non sans paradoxe, ce projet reconduit certaines caractéristiques généralement reconnues comme les plus fondamentales du modèle traditionnel qu’il dénonce (l’émulation et la clôture). Le plan d’éducation de l’abbé de Saint-Pierre revendique, en outre, sa rationalité, annonçant, avec près de quarante ans d’avance, les nombreux plans d’éducation élaborés après l’expulsion des jésuites, en 1764. Son projet ne fait pourtant aucune confiance en la raison : l’effort de rationalisation conduit ici à la construction d’un modèle pédagogique de la contrainte et de la manipulation, sans doute plus efficace dans sa coercition que l’ancien système.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le « discours préliminaire » de ses Annales politiques, l’abbé de Saint-Pierre évoque la fondation du collège Mazarin et se lance aussitôt dans une digression qui, selon un usage constant de ce texte, véritable compendium de ses innombrables projets, lui permet de rappeler ses propres vues pédagogiques :

[Mazarin] ne songea pas à perfectionner l’éducation ni du côté des mœurs, ni du côté des connaissances utiles à l’État. Il n’en avait pas même la première idée. Il se contenta de laisser son collège établi sur le pauvre plan des autres collèges.
Nous avons, par exemple, dix fois plus besoin dans le cours de la vie des opérations de l’arithmétique et de la géométrie pratique pour niveler, pour mesurer les parties de la terre, pour lever des plans, pour arpenter, de la géographie, de l’histoire des hommes illustres, que de nous amuser à faire des vers grecs, des amplifications de rhétorique, des vers latins, etc. On nous apprend l’inutile et on nous laisse ignorer le plus important...

Auteur

Christophe Martin est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Il est l’auteur de Espaces du féminin dans le roman français du dix-huitième siècle (Oxford, Voltaire Foundation [SVEC], 2004), de Dangereux suppléments. L’illustration du roman en France au XVIIIe siècle (Louvain – Paris – Dudley, Peeters, 2005), et dernièrement d’un ouvrage inédit sur les Fictions d’expérimentation pédagogique au XVIIIe siècle. Il a édité des textes de Marivaux (La Double Inconstance, 1996) et de Fontenelle (Entretiens sur la pluralité des mondes, 1998), et collabore à l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu (Pensées et Notes de lecture). Il est aussi l’auteur de divers articles sur la littérature du XVIIIe siècle (en particulier le roman).

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search