Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Projets de l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743)

 | 
Carole Dornier
, 
Claudine Poulouin

Éducation et formation morale

« Paradis aux bienfaisants » : l’idée de bienfaisance chez l’abbé de Saint-Pierre

“Paradise to the Good”: the idea of charity according to Saint-Pierre

Patrizia Oppici

Résumé

L’abbé de Saint-Pierre est connu pour avoir créé, ou « renouvelé » comme il le dit lui-même, le mot bienfaisance. Après avoir brièvement résumé la question controversée de l’invention du mot, on examinera les différentes acceptions du terme dans les projets de réforme pédagogique et politique de l’abbé, ainsi que la place prépondérante de la bienfaisance dans sa géométrie des sentiments vertueux. On y découvrira, à côté de certains aspects proches de la philanthropie des Lumières, une conception de la bienfaisance davantage axée sur la communication avec l’autre, où la logique du don répond à un souci de conciliation des conflits, tant sur le plan psychologique que social.

Saint-Pierre is well-known for creating, or « renewing »—as he himself claims— the word “bienfaisance” (“charity”). After briefly summing up the controversy over the invention of the word, this paper will focus on the different senses of the term in the abbot’s plans for educational and political reform as well as on the dominant position of charity in his geometry of virtuous feelings. It will shed light on a conception of charity akin to the philanthropy of the Enlightenment and yet more centred on communication with the other, according to which the emphasis on the gift meets the concern to conciliate conflicts, both on the psychological and social levels.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’abbé de Saint-Pierre a lié son nom à un terme, bienfaisance, auquel il doit une partie de sa renommée. Mais a-t-il vraiment inventé le mot bienfaisance ? C’est une question controversée, sur laquelle je vais tenter de faire le point, avant d’examiner les significations que le terme revêt dans ses œuvres. En effet, les dictionnaires, les biographies de Castel de Saint-Pierre et dernièrement aussi les ressources électroniques, donnent à cette question de la paternité du mot des réponses plutôt contradictoires.

On sait que le terme n’était pas inconnu au Moyen Âge. Si la première attestation remonte à un manuscrit du XVIe siècle, on retrouve ensuite ce terme inséré dans un ouvrage imprimé, le lexique Catholicon, qui, dans l’édition abrégée de 14921, le donne comme traduction unique de beneficentia, alors que le terme bénéficence se trouve parfois employé au XVIe siècle. Mais ces deux ...

Auteur

Patrizia Oppici est professeur de littérature française à l’université de Macerata. Elle est l’auteur, en particulier, de volumes consacrés à l’idée de bienfaisance aux XVIIIe et XIXe siècles (L’idea di bienfaisance nel Settecento francese, 1989 ; Un filo di pietà. Aspetti della compassione nella narrativa francese da Flaubert a Proust, 2001). Spécialiste de Balzac, elle vient d’éditer un ouvrage sur Wann-Chlore, le dernier roman de jeunesse de Balzac (Bern, P. Lang, 2008).

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540