Version classiqueVersion mobile

Les Projets de l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743)

 | 
Carole Dornier
, 
Claudine Poulouin

Refonder ou aménager l’absolutisme ?

Les élites selon l’abbé de Saint-Pierre

The elites according to Saint-Pierre

Claudine Poulouin

Résumé

Dans le cadre d’un état absolutiste qui prive les élites de responsabilités politiques, l’abbé de Saint-Pierre rêve d’ambitieux projets de « réformation » sociale dont les élites seraient précisément l’instrument majeur. Partant de la nécessité de décloisonner une société bloquée, il propose la création d’une Académie des sciences morales et politiques, également ouverte aux jeunes gens pauvres mais brillants de la noblesse et de la bourgeoisie, qui sélectionnerait les meilleurs esprits sur la base d’un enseignement moderne favorisant l’efficacité et l’émulation. Ainsi formées, les nouvelles élites seraient capables, en étendant le calcul et la démonstration au monde politique, de renouveler les catégories relatives à l’administration de l’État et, au-delà, de mettre en place une politique rationnelle et efficace visant au bien public.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, l’État absolutiste, forcé de pacifier un territoire dévasté par la guerre civile, instaure un ordre qui, en retranchant la politique des compétences religieuses, lui soumet la morale et prive les élites de responsabilités politiques. En découle une « prise de poids de l’appareil d’État » qui se manifeste par l’augmentation du nombre des officiers royaux, par le renforcement de l’administration, par la place centrale des Conseils et l’importance de la guerre. L’État, de plus en plus technique et rationnel, s’affiche comme « une impitoyable machine d’autorité » dont l’ambition est de soumettre les esprits1. La vénalité des charges, soumise depuis la Fronde à un droit annuel, invite les officiers à la docilité et justifie une vision strictement utilitariste de l’État et de la politique qui suscite méfiance et désengagement de la part des élites int...

Auteur

Claudine Poulouin est professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’université de Rouen. Elle dirige actuellement l’édition des Œuvres complètes de Fontenelle (H. Champion-Slatkine).

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search