Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur l'intime en Irlande

 | 
Thierry Dubost
, 
Anne-Catherine Lobo

Civilisation

Les victimes du conflit en Irlande du Nord : l’indicible au cœur de l’intime

Christian Mailhes

Texte intégral

1L’accord du Vendredi saint s’est voulu le cadre d’un nouveau départ. Or, jeter les bases d’une société nouvelle ne pouvait se faire sans prendre en compte la réalité d’un passé douloureux. Comme tous les pays issus d’une période de violence, l’Irlande du Nord se devait de considérer enfin les témoins directs de la tragédie que sont les victimes du conflit. Alors que les victimes représentent un pourcentage important (on estime en effet que 25 % de la population a été plus ou moins directement affectée par la violence), l’accord du Vendredi saint s’était contenté de les mentionner en termes mesurés : « it is essential to acknowledge and address the suffering of the victims of violence as a necessary element of reconciliation »1 – réserve qui s’expliquerait par la publication imminente du rapport Bloomfield les concernant, « We Will Remember Them ».

  • 2 Le 19 novembre 1997.

2En effet, ce n’est qu’en novembre 19972 que Mo Mowlam, alors secrétaire d’Irlande du Nord, avait chargé Sir Bloomfield d’examiner

  • 3 Bloomfield Report, « We Will Remember Them », Belfast, HMSO, 1998, p. 8.

[…] the feasability of providing greater recognition for those who have become victims in the last thirty years as a consequence of events in Northern Ireland, recognising that those events have also had appalling repercussions for many people not living in Northen Ieland3.

3Pourquoi a-t-on si longtemps ignoré les victimes du conflit ? Jusque-là passée sous silence, la question a dû être maintes fois soulevée au cours des pourparlers de paix si bien qu’il était devenu urgent pour les négociateurs de prendre enfin à bras-le-corps et de façon visible une affaire aussi sensible, source de frustration et de colère pour les victimes et leurs proches. Or les responsables des violences étaient ceux-là mêmes qui négociaient l’accord de paix. Oser affronter le passé signifiait qu’il allait enfin falloir considérer les causes du conflit (ce qui n’a jamais été fait) et donc s’aventurer sur un terrain dangereux où il serait tentant pour les parties de s’accuser mutuellement des crimes passés, risquant de compliquer davantage, voire de mettre en péril, les négociations en cours. Il était donc préférable de traiter ce sujet en dehors des discussions officielles.

4Qu’appelle-t-on aujourd’hui une victime du conflit ? Comment les victimes ont-elles survécu dans une société en crise ? Quelles structures a-t-on mis en place pour les prendre en charge au cours du conflit ? La phase de transition que traverse l’Irlande du Nord a-t-elle permis d’améliorer leur sort ?

5Cet article tentera d’examiner les difficultés des victimes à dire leur souffrance avant de considérer les réponses apportées par les institutions. Il montrera surtout comment les organisations de terrain les ont efficacement soutenues, l’État préférant leur laisser le soin de s’occuper d’un domaine extrêmement sensible.

Les victimes

6Lorsque l’on parle de victimes, on pense évidemment à ceux qui ont perdu la vie, aux disparus dont on cherche encore la dépouille, à leur entourage immédiat, mais également à ceux qui ont survécu à la violence4. Cependant, le terme recouvre une réalité plus vaste. Aux victimes directes de la violence, qu’elle provienne des groupes paramilitaires ou des forces de sécurité, s’ajoutent tous ceux qui ont été indirectement affectés par le conflit : les témoins d’attentats et d’actes de violence, les services de secours et de santé, les forces de sécurité et leurs familles, les familles de prisonniers, les professions à risques au premier rang desquelles se trouvent la police, l’armée et la justice, les déplacés et les victimes d’intimidations qui ont dû s’exiler, les victimes d’erreurs judiciaires, les victimes de sanctions punitives, etc. Les auteurs de meurtres et d’attentats ont également été victimes de la violence et de la haine. Selon une étude menée en 1997 par Incore, on dénombrait 3 585 morts (on en compte aujourd’hui plus de 3 700) auxquels s’ajoutaient environ 50 000 blessés5. L’étude précisait que 91 % des victimes étaient des hommes, ce qui laisse supposer que des familles entières ont été traumatisées par la mort brutale du père et souvent abandonnées à une précarité financière désespérée. Près de 75 % des morts avaient moins de 40 ans et 53 % étaient des civils qui n’avaient jamais eu d’activités paramilitaires. 87 % furent tués par des factions armées. Le rapport Bloomfield, publié trois semaines après la signature de l’accord de paix, souligna que les femmes avaient payé un lourd tribut au cours du conflit lorsqu’elles se retrouvaient seules et sans ressources pour élever leurs enfants.

7Comment ces victimes ont-elles survécu au traumatisme de la violence ? Le plus souvent, elles se sont réfugiées dans le silence, tout simplement parce que l’expérience douloureuse, enfouie dans leur mémoire, était indicible. La thérapie a consisté à s’en débarrasser, à la libérer par la parole, à la confier à une oreille attentive et compatissante. L’expression de sa propre souffrance procure en effet soulagement et libération. Le traumatisme fait partie de l’intime, de cette part de soi-même que l’on ne peut exprimer publiquement pour différentes raisons :

  • exprimer sa souffrance, c’est nécessairement sortir de l’anonymat et par conséquent afficher son appartenance à l’une des communautés. Même si elle n’a jamais eu la moindre activité paramilitaire, la victime craint d’être classée dans l’un ou l’autre des deux camps avec les implications sectaires (et nécessairement négatives) qui s’y rattachent ;

  • par peur de ne pas être compris, car on ne peut parler qu’à ceux qui ont vécu le même traumatisme. Les victimes ressentent une immense frustration face à l’incompréhension (voire l’indifférence) des pouvoirs publics et de l’opinion publique ;

  • parler, c’est se montrer ; il y a donc chez la victime la peur d’être reconnue, repérée et d’être à nouveau la cible d’un attentat ;

  • par peur de revivre l’évènement et de faire ressurgir des angoisses profondes ;

  • par culpabilité : la victime se sent coupable d’avoir survécu alors que tant d’autres ont perdu leur vie. Dans ce cas, le survivant estime qu’il est indécent d’exprimer sa souffrance et ne s’accorde pas le droit de « se plaindre » ;

  • le désir d’épargner à ses proches le souvenir d’événements douloureux ;

  • il y a encore trop de colère contenue à l’égard de l’ennemi, de l’autre camp, des institutions, du cynisme à l’égard des autorités dont on n’attend plus rien.

  • 6 Mike Morrissey et Marie Smyth, Northern Ireland After the Good Friday Agreement : Victims, Grievanc (...)

8Aujourd’hui, un débat se déroule autour du statut de la victime puisqu’on considère qu’il existe une hiérarchie en fonction du degré de souffrance subie. Certains groupes d’aide aux victimes parlent de victimes « réelles » ou « innocentes »6, ce qui suppose l’existence de victimes « coupables ». Ainsi, des victimes de l’IRA considèrent que leur souffrance est négligeable au regard des concessions accordées aux Républicains (dans le cadre de la libération des prisonniers politiques par exemple). En revanche, les victimes des forces de sécurité se considèrent méprisées par l’État qui n’a jamais publiquement reconnu ses erreurs, et n’a jusqu’à présent permis le jugement que d’une poignée de responsables présumés dont la plupart ont été disculpés. Les survivants de la violence d’État regrettent que le rapport Bloomfield n’ait pas proposé avec plus de force la recherche de la justice et de la vérité, se contentant de signaler les manques flagrants dans ce domaine :

  • 7 L’article 2 de la Convention a été violé pour l’absence d’enquête approfondie dans plusieurs affair (...)

we note that one class of conflict victim lingers noticeably in legal and political consciousness. These are the victims of state use of force, many of whom have resorted to the European Court of Human Rights to vindicate their rights under the European Convention7.

9Ces décisions démontrent que les meurtres commis par des agents de l’État constituent un contentieux douloureux dont il est urgent de tenir compte dans le cadre de la transition que connaît l’Irlande du Nord. Sans la proposer concrètement, le rapport n’a pas exclu la création d’une Commission « Vérité et Réconciliation » sur le modèle sud-africain, mais un tel projet supposait un large consensus politique sur la question, consensus inexistant en Irlande du Nord aujourd’hui. Sir Bloomfield a souligné cette éventualité, sans pour autant proposer de structure ad hoc :

  • 8 Bloomfield Report, 5.37.

If the political leaders of Northern Ireland at some stage wish to pursue this possibility, I have no doubt that senior figures from South Africa would be more than willing to speak from their experience8.

10Décidément, dans le cadre du débat sur la nature du traumatisme, les victimes de la violence voient encore leur espace envahi par les clivages qui ont nourri le conflit pendant 30 ans.

L’aide aux victimes

11Pendant des années, les victimes du conflit ont été oubliées par les gouvernements successifs, comme s’il y avait eu une conspiration du silence. Nombre de personnes se sont senties doublement victimes, ce que Sir Bloomfield n’a pas manqué de souligner :

  • 9 Ibid., 5.4.

Too many victims who came to public meetings to meet me expressed the view that in 15 or 20 or 25 years, they had enjoyed no adequate opportunity to voice their feelings to anyone representing, or close to, authority9.

12C’est pourquoi, dès la fin des années 1980, des survivants, les proches des défunts, le plus souvent des veuves, se sont retrouvés pour se confier leurs difficultés et s’entraider. Ces groupes, sans aucun moyen financier ni formation spécifique dans l’aide aux victimes de traumatismes, ont mis sur pied leurs propres structures au sein de leur communauté afin de venir en aide aux victimes et pallier l’absence de l’État.

  • 10 Notamment dénoncé par Relatives for Justice.
  • 11 The Pat Finucane Centre for Human Rights and Social Change, « Submission to the Independent Commiss (...)

13Le rapport Bloomfield, qui portait exclusivement sur les victimes du conflit, aurait donc dû satisfaire ces dernières ainsi que les organisations de soutien car, pour la première fois, un rapport officiel leur était enfin consacré. Or ce rapport fut sévèrement critiqué pour son manque d’ambition et d’audace, parce qu’il établissait une hiérarchie des victimes « a league table of victims »10, et qu’il privilégiait les victimes de la violence terroriste au détriment des victimes de la violence d’État11. Certaines organisations attribuèrent cette approche partiale à l’État qui avait lui-même commandité le rapport ainsi qu’au statut de Sir Kenneth Bloomfield, ancien chef du Civil Service en Grande Bretagne. Ce dernier a fini par reconnaître qu’il avait eu trop peu de temps pour mener une enquête approfondie dans des conditions favorables et qu’il avait donc dû s’inspirer de rapports existants, notamment du rapport d’Incore, « The Cost of the Troubles Study », publié en décembre 1997. Ce dernier faisait déjà un certain nombre de propositions, que Sir Bloomfield se contenta de reprendre à son compte. On ne peut dire qu’il fit preuve de grande innovation dans ce domaine.

14Le rapport Bloomfield a surtout proposé une série de mesures destinées à apporter une aide financière aux organisations de soutien aux victimes12. Le gouvernement britannique a immédiatement réagi en lançant le Core Funding Project, en janvier 2000, doté de 3 millions de livres sterling à dépenser sur deux ans13. Deux services complémentaires furent mis en place : la commission Bloomfield fut remplacée par le Victims’ Liaison Unit dépendant du Northern Ireland Office, afin d’appliquer les recommandations du rapport et distribuer une aide de 20 millions de livres sterling avant le mois de juin 200314. Le Victims’ Unit, service destiné aux victimes, fut également créé en juin 2002, sous la tutelle du Premier ministre et du Premier Ministre adjoint afin de coordonner les activités consacrées aux victimes entre toutes les administrations d’Irlande du Nord. Ce service a également été chargé d’attribuer des fonds alloués par l’Union européenne à l’Irlande du Nord et à la zone frontalière dans le cadre de programmes de paix et réconciliation Peace I et Peace II15. Malgré la suspension temporaire de l’exécutif nord-irlandais, ce service a continué d’offrir conseils et renseignements à ceux qui les sollicitent. Angela Smith, Victims’ Minister, ministre chargée des victimes au sein du gouvernement nord-irlandais, a proposé la création d’un poste de commissaire aux victimes qui serait à la fois leur représentant et leur porte-parole auprès de toutes les instances, un souhait également exprimé dans le rapport Bloomfield16. Selon elle, l’aide attribuée aux associations de victimes entre avril 1998 et mars 2004 se montait à 28 millions de livres17.

  • 18 Marie-Thérèse Fay et al., Cost of The Troubles Study, p. 25.
  • 19 Ibid., p. 27-28.

15Sir Bloomfield a aussi recommandé la création d’un « Memorial Fund » destiné à financer des projets individuels plus modestes. En janvier 2003, 3,48 millions de livres, provenant de l’État et de l’Union européenne, avaient permis d’aider 12 000 personnes. Comme on le constate, le rôle de l’État s’est borné à recueillir et à distribuer aides et indemnités. Ce dernier point a d’ailleurs soulevé plusieurs controverses en raison des disparités parfois considérables entre les sommes attribuées pour des dommages apparemment identiques18. Étant donné que les compensations financières sont calculées en fonction des pertes de revenus, du décès du soutien de famille, des séquelles et handicaps de toute sorte, des indemnités dérisoires ont été attribuées à des victimes au chômage au moment des faits alors que d’autres victimes ont reçu des sommes beaucoup plus importantes même si leur situation financière était déjà tout à fait confortable. Ces procédés ont inévitablement provoqué un sentiment d’injustice et de frustration, certaines victimes estimant que la vie des individus n’avait pas la même valeur, et que le système s’avérait à la fois injuste et insensible à leurs souffrances19.

16En ce qui concerne le travail sur la personne, la thérapie revient à des groupes de soutien aux victimes qui ont élaboré un savoir-faire au fil des années. Si l’aide de l’État se limite à la collecte de fonds, sur le terrain, l’aide aux victimes est assurée par des groupes indépendants surtout composés de volontaires qui se sont regroupés pour pallier l’absence de services publics. Il existe aujourd’hui près de 80 organisations offrant à tous sans discrimination religieuse, culturelle ou politique, précisent-elles, divers services de soutien, mais en réalité la plupart ne fonctionnent qu’au sein de leur communauté. Elles opèrent dans toute la province, et les villes (telles qu’Enniskillen, Omagh ou Derry) qui ont été le théâtre d’attentats spectaculaires ont bien entendu plusieurs groupes travaillant sur place. Wave Trauma Centre est l’une des organisations les plus connues pour son accueil intercommunautaire en différents points de la province. Elle affirme avoir apporté son soutien à 3 700 victimes depuis sa fondation en 1991.

17Quel genre d’aide ces organisations offrent-elles ? En réalité, les groupes de soutien s’adaptent aux attentes des victimes. Celles-ci demandent le plus souvent un soutien psychologique afin d’amorcer un processus d’apaisement et de reconstruction. Les organisations témoignent qu’en règle générale la victime recherche avant tout un environnement sûr afin de raconter l’évènement traumatisant, l’énoncé de son histoire constituant l’étape première de la thérapie. En effet, faire le récit de son expérience est essentiel. Sa souffrance est enfin exprimée, écoutée et reconnue. À partir du moment où est exprimé ce qui paraissait a priori indicible, car trop douloureux à formuler, le processus de guérison peut enfin commencer après des années ou des décennies de silence. Exprimer sa souffrance, même si le processus est douloureux, permet à la victime de ne plus subir son traumatisme et de devenir le sujet de son expérience, sinon elle reste prisonnière de son statut de victime. Les récits de victimes racontent trente ans de violence, la peur, les traumatismes, la colère et la souffrance. Pour les victimes, raconter et fixer durablement leur histoire (par écrit ou en s’enregistrant) a un effet de catharsis. L’association An Crann/The Tree s’est spécialisée dans la publication de ces récits personnels car mémoriser leur histoire permet aux survivants de faire en sorte que leur souffrance et celle de tous les morts ne soient pas inutiles et ne sombrent pas dans l’oubli. Les organisations témoignent que de plus en plus de victimes ont osé venir se confier à elles depuis l’accord du Vendredi saint. Ces voix jadis muettes se sont fait entendre dans la mesure où les organisations leur offrent un climat de confiance, une écoute attentive dans un lieu sûr, un lieu où les victimes peuvent aussi communiquer entre elles, car les survivants et leurs proches trouvent un réel soutien à échanger avec ceux qui ont vécu une expérience semblable : les organisations développent les groupes de parole pour favoriser l’émergence de contenus indicibles.

18Outre l’écoute du récit, les organisations proposent différents services : soutien psychologique, ateliers de psychothérapie, conseils et suivi juridiques et financiers, groupes de parole mais aussi réflexologie, massages, ateliers d’expression artistique. Les associations reconnaissent qu’elles ont élaboré leurs techniques de soutien de façon empirique, au gré de la demande. En effet, peu d’entre elles possédaient des connaissances ou un savoir-faire dans ce domaine et il n’y avait guère de psychothérapeutes compétents prêts à s’occuper des victimes. Les organisations ont appris à diversifier leurs services selon les besoins. Ainsi, les membres de la police, les personnes handicapées à la suite d’attentats, les familles des disparus ont exprimé des attentes différentes.

19Si l’État s’est tardivement intéressé aux victimes du conflit, le travail d’aide et de conseil était déjà engagé par des groupes indépendants qui avaient mis en place des structures d’urgence. L’État se contente aujourd’hui de centraliser les besoins et d’orienter les demandes d’aide vers les organismes appropriés qu’il subventionne.

Travail accompli et résultats obtenus

  • 20 Entretien avec Marie-Thérèse Fay, de WAVE (Belfast, 5 mai 2004).
  • 21 Marie-Thérèse Fay et al., Cost of The Troubles Study, p. 12.

20Alors que les besoins sont considérables, on estime qu’un nombre infime de victimes a demandé une aide ou un soutien psychologique auprès des associations spécialisées. Lorsqu’on les interroge, celles-ci affirment qu’on n’aperçoit que le sommet de l’iceberg20. En effet, la majorité des victimes réussit à survivre avec leur traumatisme, se contentant du seul soutien moral et affectif offert par leur entourage proche, leur famille et leurs amis. Cependant, il est difficile d’imaginer que le temps pourra guérir ces traumatismes, surtout chez ceux qui gardent à tout jamais dans leurs corps les stigmates de la violence et sont devenus dépendants. Plus de 50 % des victimes souffrent toujours de troubles psychologiques vingt ans après que l’incident se fut produit21. Il est donc urgent d’offrir des structures, permettant à tous ceux qui le désirent, de commencer un processus de guérison.

21En dépit de leur détermination pour venir en aide aux victimes, la plupart des groupes sont limités pour mener à bien leur travail par manque de moyens humains et financiers. En 1997, le manque de personnel médical qualifié était flagrant :

there is no specialist training available for psychiatrists, psychologists, social workers, health visitors, general practitioners, teachers and other professionals to prepare them for the kinds of effects the troubles may have on their clients and patients, nor is there specific training or information on the range of appropriate services

  • 22 Ibid., p. 23.

22souligne Marie Smyth dans son rapport22.

23À l’occasion d’un groupe de parole organisé par WAVE en 2002, des adultes ont témoigné de l’incompétence des médecins à accueillir leur souffrance d’adolescents (dans de nombreux cas, le père avait été abattu dans les années 1970). Désemparés, les médecins ne savaient que prescrire des tranquillisants :

  • 23 Wave Trauma Centre, A Lifetime’s Legacy, Newtownabbey, Island Publications, 2003, p. 12.
  • 24 Ibid., p. 5.

Most doctors had no experience in dealing with people who were traumatised in such a way […]23.
[…]
doctors would be quite prepared to offer you medication for stress and depression, or whatever symptoms arose from your trauma – but they weren’t always able to deal directly with the trauma itself24.

  • 25 Marie-Thérèse Fay et al., Cost of The Troubles Study, p. 25.

24De nos jours encore, l’aide fournie aux adolescents souffrant de traumatismes est dérisoire. En 1997, il n’existait que six lits pour les adolescents dont l’état nécessitait une hospitalisation en soins psychiatriques. En raison du manque de structures d’accueil, 242 d’entre eux durent être hospitalisés en 1994 dans des services psychiatriques pour adultes25. Les besoins sont considérables et ne peuvent être satisfaits par manque de structures de soutien adéquates. Une initiative pour remédier à cette carence est cependant à signaler : en 2003, l’université de Queen’s a ouvert une formation diplômante consacrée au traitement des traumatismes à une promotion annuelle de 25 étudiants. Les efforts dans ce sens sont évidemment à multiplier pour couvrir les besoins.

25Dans de très nombreux cas, les victimes veulent connaître la vérité sur le passé, et les meurtres impliquant les forces de sécurité constituent un douloureux héritage. Les victimes attendent cette fois que l’indicible soit enfin exprimé par ceux qui ont emporté leurs proches et détruit leur avenir. Malgré la période actuelle de transition propice à la recherche de la vérité et de la justice, l’État se montre réticent à revenir sur des affaires qui souligneraient sa responsabilité. À cet égard, le rapport Bloomfield a été stigmatisé pour ne pas avoir suffisamment mis l’accent sur l’implication de l’État dans un nombre important de morts causées par la police et l’armée. Pourtant, Sir Bloomfield avait souligné :

[…] one class of conflict victim lingers noticeably in legal and political consciousness. These are the victims of state use of force who have resorted to the European Court of Human Rights to vindicate their rights under the European Convention.

  • 26 Voir supra, note 7. Voir aussi Fionnuala Ní Aoláin, Accountability and the Right to Life in Norther (...)
  • 27 En janvier 2008, le rapport définitif sur cette enquête n'est toujours pas publié. Ce retard contri (...)
  • 28 Financial Times, 7 avril 2003.
  • 29 Ces enquêtes concernent les meurtres de Rosemary Nelson, Robert Hamill et Billy Wright.

26En 2000 et 2001, la Cour européenne a reconnu la responsabilité de l’État britannique dans quatre affaires dans lesquelles l’enquête de police avait manqué de substance26. Ce n’est que grâce à la pression des familles et des groupes qui les soutiennent que le gouvernement a finalement accepté d’ouvrir une série d’enquêtes sur des affaires très sensibles qui font également partie d’un processus de guérison collective : il s’agit tout d’abord de l’enquête sur la tragédie de Bloody Sunday qui s’est ouverte le 27 mars 2000, soit 28 ans après les faits. Elle a été confiée à Lord Saville. Des centaines de témoins sont venus déposer. Les auditions ont duré quatre ans, le tout a coûté près de 200 millions de livres sterling et les conclusions seront rendues dans les prochains mois27. D’autre part, le juge canadien Peter Cory a été chargé en mai 2002 d’examiner quatre affaires comportant de fortes présomptions de collusion dont le meurtre de deux avocats nord-irlandais Patrick Finucane et Rosemary Nelson. Cette décision faisait suite aux enquêtes menées par le commissaire Sir John Stevens qui avait établi un an plus tôt des preuves de collusion entre la police et des factions loyalistes28. Peu avant la publication des rapports Cory, le 1er avril 2004, le secrétaire d’Irlande du Nord, Paul Murphy annonça devant le Parlement que « trois enquêtes publiques séparées commenceraient dès que possible »29. Le juge Cory avait pourtant recommandé une enquête indépendante dans l’affaire Finucane avec la compétence suffisante pour faire comparaître les témoins et exiger du gouvernement qu’il fournisse les documents adéquats. Or, le gouvernement britannique a demandé la rétention de pièces essentielles au dossier et la déposition de témoins à huis clos, invoquant la sûreté de l’État. En outre, en novembre 2004, il a présenté un projet de loi interdisant toute enquête publique, indépendante et approfondie sur les dysfonctionnements des organes de l’État. En vertu de cette loi, la responsabilité de l’État ne pourrait plus être mise en cause. Le Parlement a bel et bien voté cette loi le 7 avril 2005. L’organisation de défense des droits de l’homme, Amnesty International, s’est aussitôt insurgée contre ce texte dont elle demande l’abrogation immédiate :

The Inquiries Act 2005 undermines the rule of law, the separation of powers and human rights protection. It cannot be the foundation for an effective, independent, impartial or thorough judicial inquiry in serious allegations of human rights violations. Nor would it provide for public scrutiny of all the relevant evidence30.

  • 31 Geraldine Finucane, Long Road to the Truth, The P.J. McGrory Memorial Lecture, St Mary's University (...)

27Le cas Finucane sera donc entendu à huis clos par une juridiction ad hoc. Cependant, la veuve de Patrick Finucane, soutenue par plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, est intervenue auprès des juges des Hautes Cours du royaume afin qu’ils refusent de participer à un simulacre d’enquête31.

28D’autres mesures tentent de répondre aux attentes des victimes. Le médiateur de la police d’Irlande du Nord, Nuala O’Loan, a également rendu ses conclusions dans quatre dossiers, dont l’attentat d’Omagh d’août 1998, relevant un dysfonctionnement grave dans l’enquête de police32. Enfin, le Commissaire principal Hugh Orde a lancé un appel en avril 2004 pour la mise en place d’une Commission « Vérité et Réhabilitation » sur le modèle sud-africain afin d’enquêter sur les 1 800 meurtres non élucidés que la police ne peut actuellement prendre en charge faute de personnel suffisant. Cet appel fut mal accueilli par les partis politiques d’Irlande du Nord et ne reçut aucun écho du gouvernement britannique. Le 8 mars 2005 enfin, le ministre d’Irlande du Nord Paul Murphy, a annoncé la création d’un service spécial, la Serious Crime Review Team, chargé d’enquêter sur ces affaires :

to be reinvestigated with the possibility of a judicial outcome, and where it is not possible, in considering ways in which as much information as possible can be made available to the relatives of victims33.

29Pourquoi cette annonce a-t-elle tant tardé ? Y a-t-il de la part du gouvernement britannique une réelle volonté de faire la lumière sur ces affaires ? Ou bien le climat actuel, provoqué par le retentissement de l’affaire Robert McCartney, est-il propice aux révélations ? Si l’on veut que cette équipe puisse travailler efficacement, il est indispensable de lui accorder une indépendance totale.

30Il est évident que les enquêtes menées jusqu’ici n’ont été possibles que grâce aux pressions exercées sur les autorités par les familles, les groupes de victimes, les associations de défense des droits de l’homme et les médias. Ces décisions n’ont jamais émané spontanément des institutions de l’État. Quelles que soient les conclusions, les enquêtes ne peuvent qu’apaiser les esprits et participer à une dynamique de réconciliation. Refuser de s’y soumettre entretiendrait le doute sur les intentions de l’État, laissant croire aux victimes que des enjeux inavouables doivent être protégés. C’est bien là que se situe l’origine du débat sur la quête de la vérité dans l’affaire Finucane examinée désormais en vertu du Inquiries Act 2005.

31D’autres initiatives ont émergé dans le cadre d’une démarche de paix et de réconciliation : « Healing through Remembering Project » tente d’élaborer des stratégies pour s’affranchir du passé34. L’association propose des projets commémoratifs, une journée du Souvenir, elle envisage une écriture collective de l’histoire de l’Irlande du Nord, ainsi que la création d’un musée de la mémoire. La Commission des droits de l’homme a pour sa part tenté de recenser les droits que la communauté dans son ensemble souhaite protéger en Irlande du Nord. Elle a également établi un rapport exhaustif sur les victimes du conflit et ébauché une Charte des droits35. Tous ces projets contribuent à interroger le passé, à développer la prise de conscience collective d’une réalité douloureuse que représentent les victimes et à trouver ensemble les moyens d’imaginer un processus de guérison.

32Si les organisations de soutien aux victimes ont fait leur possible malgré les difficultés pour répondre à une demande croissante d’assistance, elles reconnaissent qu’elles sont débordées et manquent de moyens en dépit des aides versées par les autorités. Celles-ci ont été forcées de prendre quelques initiatives, propices à la recherche de la vérité et indispensables pour entamer la guérison définitive de certains groupes de victimes. Parmi les très nombreuses initiatives privées lancées en Irlande du Nord au cours de cette phase de transition, un projet ambitieux invite à cicatriser le passé en faisant le récit détaillé des causes du conflit. Cela impliquerait un engagement collectif dans une démarche de réconciliation. Or pour que ces voix émergent, il est nécessaire que s’instaure un climat de paix, objectif difficile à atteindre tant que demeurent clivages et suspicion.

Notes

1 http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20070108125018/http://www.nio.gov.uk/agreement.pdf, Good Friday Agreement, Part. 6 : « Rights, Safeguards and Equality of Opportunity », § 11 : « Reconciliation and Victims of Violence », p. 22.

2 Le 19 novembre 1997.

3 Bloomfield Report, « We Will Remember Them », Belfast, HMSO, 1998, p. 8.

4 « […] the surviving physically and psychologically injured of violent conflict-related incidents and those close relatives or partners who care for them, along with those close relatives or partners who mourn their dead » (http://www.ofmdfmni.gov.uk/victims_strategy.pdf, Victims’ Liaison Consultation Paper, § 1.6, p. 4).

5 http://conflictresearch.org.uk/reports/legacy-of-the-conflict/COST-OF-THE-TROUBLES-STUDY.pdf. Rapport définitif publié en 1999 par Marie-Thérèse Fay et al., The Cost of the Troubles Study. Report on the Northern Ireland Survey : the experience and impact of the Troubles, Derry Londonderry, INCORE.

6 Mike Morrissey et Marie Smyth, Northern Ireland After the Good Friday Agreement : Victims, Grievance and Blame, Londres, Pluto Press, 2002, p. 12.

7 L’article 2 de la Convention a été violé pour l’absence d’enquête approfondie dans plusieurs affaires. Voir les quatre affaires suivantes Jordan, Kelly, McKerr et Shanaghan v. United Kingdom (application respectivement no 24 746/94 ; 30 054/96 ; 28 883/95 ; et 37 715/97, jugement du 4 mai 2001). Voir European Human Rights Law Review, 5, 2002, Accountability and the Right to Life in Northern Ireland Issue, Fionnuala Ní Aoláin (éd.). Ces affaires sont très sensibles. Dix des victimes étaient des paramilitaires. Huit d’entre eux furent abattus au moment où ils allaient attaquer un commissariat dans le Co. Armagh. D’autre part, la mort de Patrick Shanagan impliquerait la collusion des forces de sécurité. Le gouvernement britannique n’a pas pris toutes les mesures pour mener une enquête appropriée dans des meurtres perpétrés par les forces de sécurité.

8 Bloomfield Report, 5.37.

9 Ibid., 5.4.

10 Notamment dénoncé par Relatives for Justice.

11 The Pat Finucane Centre for Human Rights and Social Change, « Submission to the Independent Commission into Policing », http://www.patfinucanecentre.org/policing/submission-independent-commission-policing.

12 Le « Victims/Survivors’ Groups Development Grant Scheme » fut doté d'une subvention de £750.000 sur 2 ans (2002-2004) afin d'aider à la réinsertion sociale des victimes et des survivants de la violence politique (http://www.community-relations.org.uk/about-the-council/background-info/funding-and-development).

13 À dépenser entre avril 2003 et mars 2005. L’accord du Vendredi saint reconnaît le travail fédérateur des organisations « to develop reconciliation and mutual understanding and respect between and within communities and traditions… and they see such work as a vital role in consolidating peace and political agreement » (The Good Friday Agreement, Part 6 : « Rights, Safeguards and Equality of Opportunity », § 13 : « Reconciliation and Victims of Violence », p. 23 sur http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20070108125018/http://www.nio.gov.uk/agreement.pdf).

14 Cet organisme n’existe plus depuis janvier 2005.

15 Avec un budget de 400 millions d’euros entre 1995 et 1999, PEACE I a permis de mettre en place 13 000 projets portant sur la création d’emplois, l’intégration sociale, la régénération de zones urbaines et rurales, la coopération frontalière. En outre, l’Union européenne a financé 531 millions d’euros pour PEACE II pour la période 2000-2006.

16 Déclaration du 3 mars 2005.

17 http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm200405/cmhansard/cm050118/text/50118w21.htm.

18 Marie-Thérèse Fay et al., Cost of The Troubles Study, p. 25.

19 Ibid., p. 27-28.

20 Entretien avec Marie-Thérèse Fay, de WAVE (Belfast, 5 mai 2004).

21 Marie-Thérèse Fay et al., Cost of The Troubles Study, p. 12.

22 Ibid., p. 23.

23 Wave Trauma Centre, A Lifetime’s Legacy, Newtownabbey, Island Publications, 2003, p. 12.

24 Ibid., p. 5.

25 Marie-Thérèse Fay et al., Cost of The Troubles Study, p. 25.

26 Voir supra, note 7. Voir aussi Fionnuala Ní Aoláin, Accountability and the Right to Life in Northern Ireland Issue 5 E.H.R.L.R. (2002).

27 En janvier 2008, le rapport définitif sur cette enquête n'est toujours pas publié. Ce retard contribue à alimenter suspicions et rumeurs mais certainement pas à calmer les esprits.

28 Financial Times, 7 avril 2003.

29 Ces enquêtes concernent les meurtres de Rosemary Nelson, Robert Hamill et Billy Wright.

30 http://www.patfinucanecentre.org/collusion-pat-finucane/pat-finucane-and-inquiries-act-amnesty-international-calls-boycott.

31 Geraldine Finucane, Long Road to the Truth, The P.J. McGrory Memorial Lecture, St Mary's University College, Belfast, 7 August 2004 (Belfast, Feile an Phobail, 16 pages).

32 Voir la rubrique « Publications » sur : http://www.policeombudsman.org.

33 http://cain.ulst.ac.uk/issues/politics/docs/nio/pm080305.htm.

34 The Report of the Healing Through Remembering Project, Belfast, HTR, 2002. Voir : http://www.healingthroughremembering.org

35 Voir www.nihc.org.

Auteur

Université de Toulouse I

© Presses universitaires de Caen, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540