Version classiqueVersion mobile

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

L’enjeu réformateur : concorde et discorde

Réforme et réformateurs dans l’Église russe aux XIe-XIIe siècles : renovare, transformare ou conservare ?

Alexander Musin

Résumé

L’article décrit en termes de réforme / contre-réforme le processus de changement institutionnel de l’Église russe contemporaine de l’époque de Lanfranc et peu après. La recherche se concentre sur les modifications du système économique de l’Église et du patronage princier qui se reflètent dans le corpus des chartes des années 1130. Ces documents concernent avant tout les établissements ecclésiastiques de Novgorod et montrent le passage de revenus en nature sous forme de dîme à une véritable économie dans l’Église. La résignation de son siège épiscopal de Novgorod par Jean Pop’ian en 1130 pourrait avoir été le dernier obstacle au nouvel ordre des choses. Ces événements se sont déroulés simultanément à la querelle des investitures en Europe et à la campagne contre le charisticariat à Byzance, formes de dépendance de l’Église à l’égard des laïcs. Le sujet est développé sur fond des particularités de la vie ecclésiastique de Novgorod aux XIe-XIIe siècles qui doivent s’expliquer plutôt selon les normes du droit canon byzantin que par la spécificité des relations de la ville avec les princes. L’enquête souligne le rôle significatif des étrangers dans les réformes au Moyen Âge et le fait que les « réformateurs » ne pensaient qu’en termes de retour à la tradition.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Rus’ ancienne appartenait à la culture européenne, mais le principal trait qui la distinguait de l’Europe de l’Ouest était sa religion, l’orthodoxie, héritée de Byzance. Les divergences entre le catholicisme et l’orthodoxie d’aujourd’hui prennent leur source dans les différences culturelles et ethniques entre l’Empire romain d’Occident et celui d’Orient. En deux mille ans, l’évolution des structures ecclésiastiques, du droit canon, de la théologie et de la liturgie n’a fait qu’accentuer ces divergences. Toutefois, la principale distinction entre le christianisme oriental et le christianisme occidental est à chercher dans le domaine des mentalités. Si aujourd’hui, pour les Occidentaux, le fait le plus important de l’histoire de l’Église est celui de l’Incarnation du Christ symbolisée par la célébration de Noël, pour les Orientaux orthodoxes, ce sont la résurrection et Pâques qui...

Auteur

Alexander Musin est directeur de recherches habilité à l’Institut pour l’histoire de la culture matérielle de l’Académie des Sciences de Russie à Saint-Pétersbourg. Il est spécialiste de l’histoire et de l’archéologie de la Russie médiévale et de son Église. Il mène des recherches sur la vie et la culture religieuse des communautés urbaines médiévales de la Russie du Nord, en premier lieu Novgorod la Grande du Xe au XVIe siècle, et notamment ses transferts culturels avec Byzance et l’Europe occidentale. Il a publié plusieurs monographies, dont Les « Milites Christi » de la Russie ancienne. La culture militaire dans le contexte de la mentalité religieuse à l’époque médiévale, IXe-XVIe siècles (en russe, Saint-Pétersbourg, 2005) et La Maison de la Sagesse de Dieu : l’Église de Novgorod la Grande aux Xe-XVIe siècles (en russe, Saint-Pétersbourg, 2012).

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search