Version classiqueVersion mobile

Autour de Lanfranc (1010-2010)

 | 
Julia Barrow
, 
Fabrice Delivré
, 
Véronique Gazeau

L’enjeu réformateur : concorde et discorde

La simonie et les clercs simoniaques dans le Policraticus de Jean de Salisbury : un aspect de la réforme morale et religieuse au milieu du XIIe siècle en Angleterre

Frédérique Lachaud

Résumé

Les pages que Jean de Salisbury consacre à l’ambition cléricale et à la simonie dans le livre VII de son Policraticus (1159) recoupent les préoccupations des réformateurs de l’Église. La critique de Jean de Salisbury prend toutefois place dans le contexte spécifique de la réforme morale qu’il propose pour l’ensemble des élites. L’ambition est en effet un mal qui traverse toute la société ; quant à la simonie, elle s’accompagne de vices qui sont bien ceux des curiales, qu’il s’agisse de l’avarice, de la flatterie ou de l’hypocrisie. Jean de Salisbury ne se contente pas malgré tout de la dénonciation de l’ambition et de la simonie. Il ancre son propos dans une réflexion sur la liberté, qu’il s’agit de limiter volontairement : la liberté sans frein est en effet le ressort de l’ambition. Enfin, le prince qui refuse de respecter le droit canonique en intervenant dans les élections ecclésiastiques tombe dans la tyrannie. À ce titre, la dénonciation de la simonie permet une dénonciation plus générale de la tyrannie d’un pouvoir qui n’hésite pas à transgresser les lois.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réforme du clergé est l’un des thèmes majeurs de la pensée de Jean de Salisbury : dans son œuvre, les clercs qui négligent leurs tâches pastorales ou encore ceux qui s’adonnent à des occupations qui ne paraissent pas en adéquation avec leur ordre font l’objet d’attaques virulentes. Il réserve toutefois ses flèches les plus acérées pour les clercs ambitieux qui sont parvenus à leurs fins en transgressant les canons sur la nomination aux charges ecclésiastiques : une fois que ceux-ci ont obtenu l’office convoité, que ce soit par un versement en nature ou en argent, ou par le service du grand, ils se révèlent d’ailleurs médiocres pasteurs, car leur égoïsme les conduit souvent à négliger le salut des fidèles. Jean se situe ici, à bien des égards, dans la tradition de la réforme religieuse1 ; toutefois, sa critique des clercs simoniaques possède une forte coloration morale et on peu...

Auteur

Frédérique Lachaud est professeur d’histoire médiévale à l’université de Lorraine (Metz). Spécialiste de l’histoire de l’Angleterre médiévale, elle s’intéresse aux différents aspects de l’organisation des pouvoirs entre le XIIe et le XIVe siècle (délégation de pouvoir, office, allégeance au roi). Elle est l’auteur de L’éthique du pouvoir au Moyen Âge. L’office dans la culture politique (Angleterre, vers 1150-vers 1330) (Classiques Garnier, 2010). Ses travaux récents portent sur l’histoire de la pensée politique, en particulier Jean de Salisbury et ses lecteurs. Elle vient d’éditer, en collaboration avec Christophe Grellard, un Companion to John of Salisbury (Brill, 2014).

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search